Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16
AuteurMessage
Kristian

avatar

Nombre de messages : 318
Age : 74
Date d'inscription : 18/11/2016

MessageSujet: Re: Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)   Dim 29 Jan 2017 - 20:07

Comme d'habitude, chacun a raison sur son plan, et tout le monde a raison en même temps.

Mozart est un univers fantastique, une extraordinaire étoile qui brille de mille et mille feux, et dont chacun d'entre nous saisit ce qu'il peut, comme il peut, là où il se trouve, avec les instruments limités que sont ses cinq sens, et son sixième sens, le mental (ou intellect), en attendant le septième, l'esprit.

Et selon ce que nous sommes, c'est-à-dire selon ce que sont nos organes des sens, physiques, émotionnels, mentaux et même divins (dont nous ne sommes pas conscients), nous percevons, chacun à notre manière, une facette où une autre de Mozart. C'est cette facette que nous exprimons dans nos goûts, nos préférences. Tels préféreront le piano, tels le violon, tels l'alto, tels le violoncelle. Tout cela est beau, tout cela est divin.

Mozart est tout cela en même temps.

Et dans la musique de chambre, on voit à l'œuvre les facettes de base, les facettes constituantes d'un musicien. C'est pour cela que je dis et répète que l'on y voit le vrai Mozart ( ou tout autre vrai compositeur, bien entendu). Parce que son talent brut y apparaît à nu, dans son état le plus basique possible, au plus près de la gangue. Le diamant n'a pas encore été complètement taillé, mais on en voit les couleurs essentielles. Par la suite, ce ne sera que du travail de détail. Une autre forme, ou plutôt, une forme supplémentaire de génie y sera à l'œuvre, mais ce qui permettra ce développement c'est ce qui peut s'exprimer de façon aussi simple que possible, avec le moins d'outils que possible, au plus près du cœur du talent. C'est pour cela que, chez les immenses compositeurs, la musique de chambre, la plus nue, la plus dépouillée, la plus austère est toujours la musique la plus proche de leur être profond, de leur vérité.
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

avatar

Nombre de messages : 2505
Age : 56
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: Re: Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)   Lun 30 Jan 2017 - 19:57

Kristian a écrit:
ces deux œuvres (comme les trios) sont encore négligées aujourd'hui !

Non, ce n'est plus exact, je pense.  J'écoute presque tous les soirs l'une de mes chaînes musicales (les deux Mezzo, ou Classica, ou Brava), et la musique de chambre de Mozart est pas mal rejouée, ou en tout cas, rediffusée. Exemple, sur Classica, samedi soir tard (j'avais enregistré), justement les trios violon-piano-violoncelle dont nous venons de parler (dont le fameux 502, avec Anne-Sophie Mutter d'ailleurs). Quant aux quatuors, et quintettes, il recommencent à inspirer les nouveaux jeunes musiciens, en particulier anglais, russes.... Fazil Say vient de nous sortir une fabuleuse intégrale des sonates pour piano. On dirait qu'il souffle un nouveau "vent de jeunesse" sur Mozart, et cela fait drôlement du bien...

Kristian a écrit:
Le diamant n'a pas encore été complètement taillé, mais on en voit les couleurs essentielles. Par la suite, ce ne sera que du travail de détail. Une autre forme, ou plutôt, une forme supplémentaire de génie y sera à l'œuvre, mais ce qui permettra ce développement c'est ce qui peut s'exprimer de façon aussi simple que possible, avec le moins d'outils que possible, au plus près du cœur du talent. C'est pour cela que, chez les immenses compositeurs, la musique de chambre, la plus nue, la plus dépouillée, la plus austère est toujours la musique la plus proche de leur être profond, de leur vérité
:

Avec ce que tu dis, je module, je nuance aussi, je ne suis pas d'accord avec tout ! . Non, "il n'y aura pas que du travail de détail " !!. Certains quatuors et quintettes sont tardifs et sont des oeuvres de diamant non brut, mais taillés à l'"exquise" (non pas "à l'esquisse", rires). Ce n'est pas particulièrement pour moi, dans certaines oeuvres précitées, le côté "nu, dépouillé, austère", qui m'impressionne, car c"est, humble avis, assez rarement vrai : Il faut par exemple écouter les fameux quatuors mozartiens dédiés à Haydn pour se rendre compte de la ciselure précise de la composition. Il s'agit d'un Mozart profond, vrai, émouvant, qui donne tout son amour et sa spiritualité, ainsi que sa sensibilité au travers des instruments : Nullement "nu, dépouillé, austère" (adjectifs qui encore humble avis, ne lui correspondent pas), mais... extrêmement sincère, riche du "don".
Ce n'est pas grave que nous différions un peu au sujet de ces oeuvres. Ce qui m'aide, peut-être, à les comprendre, c'est que je lis et pratique la musique depuis longtemps, je connaîs pas mal de musiciens, et j'écoute ces oeuvres de musique de chambre très souvent (quelques soient les compositeurs).  Au fil du temps, je les ai intégrées en moi, apprivoisées, et je les aime passionnément.

D'autre part, les cantatas de Bach, par exemple, les grands opéras, les récitals de Lieder de Schubert ou Mahler, la musique sacrée de bien des compositeurs, qu'en penses-tu alors ? Elle est parfois bien plus belle que leur musique de chambre... !! Wink

P.S. : Merci beaucoup à Joachim et Jean pour leurs envois de vidéos. C'est sûr que Christian Zimmerman, il a changé... (comme nous tous, Very Happy ).
Revenir en haut Aller en bas
Kristian

avatar

Nombre de messages : 318
Age : 74
Date d'inscription : 18/11/2016

MessageSujet: Re: Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)   Lun 30 Jan 2017 - 21:36

Anouchka a écrit:
Nullement "nu, dépouillé, austère" (adjectifs qui encore humble avis, ne lui correspondent pas)

Eh bien il est clair que nous ne voyons pas Mozart sous le même angle !

Bien que non musicien, je pratique la musique de chambre de Mozart depuis plus de cinquante ans (ce qui ne prouve rien, bien sûr), au point de connaître quelques œuvres pratiquement par cœur (K542, par exemple). Et je confirme que je les trouve nues, dépouillées, austères. D'une nudité, d'un dépouillement et d'une austérité d'une qualité comme on n'en avait pas vu avant, même chez Haydn – c'est certain – mais on a un Mozart qui se dépouille de plus en plus, qui, petit à petit, et malgré son jeune âge, dépose tout à Terre, comme s'il se préparait pour le grand bon final – ce qui ne l'empêche pas, bien sûr, de lancer de temps en temps un hymne à la vie – d'où la mélancolie sans limite des dernières œuvres – et de croire parfois que ce n'est pas la fin, d'où ses regains d'enthousiasme.

C'est dans sa musique de chambre que l'on recueille ses ultimes confidences. En tout cas, humble avis – comme tu aimes à le dire, Anouchka – c'est ce que moi, j'y entends. Que veux-tu que j'y fasse ? Mozart, c'est un destin fulgurant comme il n'y en a eu aucun autre, qui se voit partir. C'est comme ça. Il voudrait s'accrocher à la vie, mais c'est la vie qui le fuit, il a pris tout ce qu'il pouvait, et il ne parvient pas à la retenir. Nul ne peut donner le ciel tout entier, même s'il le touche du doigt. Mozart était trop près des Dieux, il le savait, et ça a fini par le brûler.

C'est cela qui m'émeut le plus chez lui. C'est pour ça que je disais plus haut que le reste, pour moi, me donne l'impression d'être des "fanfreluches". Et c'est cet aspect très, très intérieur que je préfère dans la musique, d'où mon goût immodéré pour la musique de chambre, pour laquelle je donnerais tous les opéras du monde – y compris ceux de Mozart.
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

avatar

Nombre de messages : 2505
Age : 56
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: Re: Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)   Lun 30 Jan 2017 - 22:52

Kristian a écrit:
Eh bien il est clair que nous ne voyons pas Mozart sous le même angle !
: Oh oui, d'une évidence totale (désolée.... Wink ! De mon côté, cela fait plus de cinquante ans que je le connaîs par coeur, je l'écoute tous les jours, en plus je le joue au piano et je le chante... (évidemment beaucoup de musique sacrée, NB).
Kristian a écrit:
Mozart était trop près des Dieux, il le savait, et ça a fini par le brûler.
Permets-moi de n'être vraiment pas d'accord du tout avec cette phrase...., un peu bizarre à mon humble avis.... Evil or Very Mad Mozart avait la foi en Dieu, et pas en "des Dieux" (tu fais peut-être un jeu de mots, mais il me paraît assez déplacé dans le cas de Mozart..).  Nul ésotérisme en lui  (Ce n'est pas la peine de me relancer sur ce sujet qui te tient à coeur, je sais, mais tu sais aussi que je "n'adhère pas").  Cela ne l'a pas brûlé. Il aimait la vie, au sens large et plein. Il aimait l'amour de ses proches, sa femme, ses enfants, ses amis. Et jouir des plaisirs de la vie. Rien ne l'a consumé. C'était un immense génie qui ne fut pas reconnu de son vivant, sauf par ceux qui le cotoyaient de très près -son père, sa soeur, sa femme, ses proches amis dont Haydn, entre autres-. Qu'il fut souvent hanté par la mort, c'est normal ! Sur six enfants, il en a perdu quatre, dont une petite fille de six mois qu'il adorait. Il a perdu le premier amour de sa vie (Aloysia). Sa maman est décédée à Paris alors qu'il avait le plus besoin d'elle....
Nous pensons tous à la mort, comme lui y pensait. Il n'y a nul déterminisme, ni "pré-science" !!! ( Rolling Eyes ). Nous aussi, nous avons beaucoup d'êtres disparus dans notre vie, parfois dramatiquement, et il faut vivre avec, comme lui l'a fait jusqu'au bout !! (et les chefs d'oeuvre des deux dernières années, alors ??).  Il est mort accidentellement, probablement d'une épidémie comme les historiens désormais l'ont quasiment prouvé.
Alors, non, pas d'accord sur ce que je puis appeler un "pathos" auquel je n'adhère pas, mais je le dis en toute "amitié forumnesque", c'est mon avis et c'est tout. Non, pas de pureté exagérée, d'austérité et de nudité dans cette musique de chambre. Mais une réflexion profonde, grave, une vraie prière et des élans d'amour. Exactement comme dans certaines de ses oeuvres sacrées (souvent assez méconnues, heureusement Harnoncourt et Jordi Savall les ont ré-interprétées de façon magistrale il n'y a pas si longtemps).
Je crois que je ne dirai plus rien sur le sujet : Pour moi, c'est un sujet qui reste subjectif et je ne changerai pas d'avis, cher ami ! Nous en avons beaucoup parlé sur le forum de Ron que tu as voulu quitter, et le sujet a été moult fois débattu là-bas, sur bien des topics "ad hoc".... Campons sur nos positions, c'est ça l'échange ! Very Happy
Tiens, je vais parler dans les jours prochains des sonates pour piano, ça changera ! Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Bel Canto
Admin
avatar

Nombre de messages : 5816
Age : 61
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)   Mar 31 Jan 2017 - 0:24

Rien n'est plus subjectif que l'art ... je pense qu'aucun de nous ne ressent une composition de la même façon.
Un forum est un lieu d'échange de points de vue : certains évoluent, d'autres restent tels qu'avant l'échange.
Personnellement, je ne me suis jamais vraiment penchée sur la personnalité d'un compositeur pour comprendre sa composition mais cela doit influencer évidemment.
Je pense que dire de Mozart que c'était un génie rejoindra tous les avis ... en tout cas, personnellement, c'est ainsi que je le ressens dans ce que je connais le mieux, l'opéra.
Ceci dit tout en reconnaissant ses fabuleuses capacités de composition, ce n'est pas un compositeur qui me touche particulièrement sauf dans La flûte enchantée qui est son opéra que je trouve le plus accompli tant du point de vue du chant, de la musique mais aussi de la scénographie et de l'idée d'affronter le bien et le mal.
Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
Anouchka

avatar

Nombre de messages : 2505
Age : 56
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: Re: Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)   Mar 31 Jan 2017 - 21:55

Merci pour ce message Bel Canto. "La Flûte enchantée" est mon opéra préféré en particulier pour les raisons que tu cites,  tous compositeurs d'opéra confondus, et pas seulement de Mozart !
A propos d'opéra, demain nous avons en direct "les Victoires de la musique classique" , toute la soirée sur France 3 : Au programme, des arias d'opéra sans doute, du Mozart probablement ( Wink ), je n'ai pas voté cette année, ni regardé le programme !
Et vive "La Flûte" que tu as sans doute eu la chance de voir "en vrai" (moi hélas non..), mais ma découverte se fit grâce au film d'Ingmar Bermann (en suédois sous-titré, mdr), j'étais jeunette alors. Depuis bien des versions, diverses... Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Bel Canto
Admin
avatar

Nombre de messages : 5816
Age : 61
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)   Mar 31 Jan 2017 - 22:14

J'ai effectivement vu la Flûte plusieurs fois sur scène ... le problème avec ce "conte opératique", c'est qu'il donne souvent lieu à des mises en scène souvent 'kitches'.
La meilleure dont je me souviens est celle de 3 jeunes français : Julien LUBEK, Cécile ROUSSAT et Elodie MONET.

Le teaser :


https://www.youtube.com/watch?v=hdqhRjeHEMI

Et en intégralité : https://www.youtube.com/watch?v=URz2z49QBkc
Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
Anouchka

avatar

Nombre de messages : 2505
Age : 56
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: Re: Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)   Mer 1 Fév 2017 - 0:47

Merci beaucoup, j'écouterai cela demain car je me suis endormie de fatigue devant une chaîne musicale (un reportage magnifique sur le violoniste Jascha Heifetz). J'avoue que je n'ai pas encore trouvé "ma version" de La Flûte, peut-être parce qu'il faut une telle perfection des voix, de la direction d'orchestre et de la mise en scène que..., réunir tout est difficile sans doute. Tu sais, "finalement" (car cela fut plus ou moins controversé), j'ai bien aimé la version cinématographique de Kenneth Brannagh : Humble avis, cette mise en scène pendant la guerre 14-18 était crédible (en plus, il est vrai, petit détail, que les canaris étaient utilisés pour repérer les gaz Moutarde). Le petit havre de paix de Sarastro (ah ! magnifique René Pape !!), n'est pas une secte , mais le refuge de gens qui cherchent la paix, comme dans un monastère, par exemple. Rien ne m'avait choquée, même pas du tout la Reine de la Nuit sur son char de guerre, et ses suivantes,  allégories d'une sorte de cauchemars  horribles que font, hélas, les soldats...
Il est doué, Brannagh.. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

avatar

Nombre de messages : 2505
Age : 56
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: Re: Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)   Jeu 16 Mar 2017 - 0:50

Je préfère écrire cela sur le fil Mozart que sur un fil "Don Giovanni" que je n'ai pas trouvé.
Je me concentre sur ce fil-ci , Very Happy .
J'ai vu une très belle version de "Don Giovanni", ce soir sur la chaîne CLASSICA, une archive ! = 1954. (restaurée).
Festival de Salzburg, mise en scène d'Hubert Graf, maestro : Wilhelm Furtwängler (dont ce fut l'une des dernières prestations je crois), orchestre Wiener Philarmoniker.
Chanteurs : Cesare Stiepi (Don Giovanni), Elisabeth Grümmer (Donna Anna, superbe), Lisa della Casa (Donna Elvira).
Voici une version inconnue pour moi, un grande rareté, que j'ai trouvée très belle. ENFIN, la mise en scène est crédible, dans une architecture madrilène très soignée, réaliste, le vrai contexte de l'opéra quoi.
Voix magnifiques, un Don Giovanni à l'aise dans sa voix , très séducteur, très cynique : Pas aussi parfait que notre Ruggiero Raimondi (eh oui cela reste mon "coup de coeur".. Joseph Losey etc..). Mais superbe. L'acte final du "commandeur" est éblouissant de vérité, passionnant sur le scénario. Mozart évidemment extraordinaire et parfaitement mis en valeur par ce splendide orchestre.
Des archives comme cela ? J'en redemande !!!

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 16 sur 16Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: