Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

  Jean-Marie SENIA (Sénia)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11323
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Jean-Marie SENIA (Sénia)   Jeu 19 Déc - 18:54


Biographie-Interview:

Frédéric Gimello-Mesplomb : Quel a été votre parcours avant de devenir compositeur de film ?

Jean-Marie Sénia : J'ai commencé à apprendre le piano avec ma grand-mère lorsque j'étais gosse. A 15 ans, lorsque j'ai quitté l'Algérie où je suis né, je suis entré au Conservatoire de Strasbourg. J'ai eu la chance de travailler avec Louis Martin, qui était un chef formidable et surtout Françoise Cochet, une ondiste réputée qui avait été élève de Messiaen et d'Yvonne Loriot. Celle qui m'a le plus influencé a peut-être été Hélène Gosky, qui m'a transmis l'amour du piano, m'a formé tout en me laissant libre. Après mon prix à Strasbourg, j'ai obtenu une bourse pour aller travailler le piano en Allemagne de l'Est auprès du dernier élève de Bela Bartok, Layos Ernady. Après un Prix en Allemagne, le piano a cessé de m'intéresser en tant qu'avenir professionnel. Cette décision a été déclenchée par une rencontre, dès mon retour à Strasbourg, avec des comédiens du TNS, qui m'avaient sollicité pour les faire répéter vocalement. De ce travail «alimentaire », de ce contact avec les comédiens, avec la culture théâtrale, je me suis rendu compte que j'avais finalement consacré beaucoup trop de temps au piano, au «paraître » musical des salles de concert, au détriment de la véritable culture, celle de la peinture, de la littérature... Je suis resté finalement dans ce théâtre et j'ai découvert ce que l'on pouvait faire dire à un texte, à un acteur. Cela me fascinait. La faculté d'improvisation des acteurs me fascinait. J'ai beaucoup lu, et je suis finalement devenu pendant de longues années compositeur de musique de scène. J'ai ainsi travaillé dans les années 70 à la Comédie Française pour Jacques Lassalle, pour Arrias, Boutet, et d'autres metteurs en scène. Cette passion pour le théâtre m'a même amené à mettre en scène pour Jérôme Savary en 1979-80 un spectacle très violent que j'avais écrit sur le thème des comiques troupiers de la guerre de 14-18, Les Tourlourous, qui m'a même valu à l'époque une critique extraordinaire ! Dans la continuité de ce succès, j'ai travaillé avec Elise Ross, l'épouse de Simon Rattle, pour un spectacle au théâtre de l'Odéon avec Portal, Labèque et Augustin Dumet notamment, un spectacle mis en scène comme une véritable fresque cinématographique représentant toutes les figures de femmes que l'on peut rencontrer dans l'œuvre de Brecht, de la maman à la prostituée...


Une interview complète = ici
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11323
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Jean-Marie SENIA (Sénia)   Jeu 19 Déc - 19:19


Informations supplémentaires:

Né à Constantine en 1947, le pianiste et compositeur français Jean-Marie Sénia est un des spécialistes de l'accompagnement musical des films muets. Depuis sept ans, il accompagne notamment les films de Ladislas Staréwitch (1882-1965), pionnier de l'animation et père de la ciné-marionnette. Sénia, que la petite-fille de Staréwitch décrit comme son "fils musical spirituel", a composé la bande originale des Contes de l'horloge magique, un ensemble de trois courts métrages "reliftés" sortis en salles le 10 décembre 2003. Dans le domaine de la musique dite sérieuse, Jean-Marie Sénia a composé des trios, des quatuors à cordes, des quintettes et des mélodies pour voix et piano, mais il affirme ne jamais vouloir les montrer.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11323
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Jean-Marie SENIA (Sénia)   Ven 20 Déc - 10:06

Réécoute, hier soir, de la fameuse partition que Jean-Marie Sénia composa pour Les Contes de l'Horloge Magique:

Ladislas Starewitch (1882-1965), père de la ciné-marionnette et génial devancier de Ray Harryhausen (Jason et les Argonautes), de Peter Lord (Wallace et Gromit) et de Tim Burton (L'Etrange Noël de Monsieur Jack), a réalisé entre 1924 et 1928 des films d'exception, parmi lesquels trois perles: "La Petite Chanteuse des rues", "La Petite Parade" et "L'Horloge Magique". A plusieurs reprises depuis 1996, le pianiste et compositeur Jean-Marie Sénia a accompagné ces films, en direct, lors de ciné-concerts. Il a redonné vie, de la plus belle des manières, à ces personnages muets, nés de l'imagination de Starewitch. En 2003, ces trois films sont réunis à l'écran, accompagnés d'une partition originale de Jean-Marie Sénia. Ce formidable travail remportera le Prix du Public et le Prix spécial du jury au Festival international Musique et Cinéma d'Auxerre de 2003.

L'introduction est une charmante valse parisienne interprétée par Galaïs intitulée "La romance de l'Horloge". Des trois suites proposées, chacune correspondant à l'un des trois contes, ma préférence va pour La Petite Charade. Plus globalement, Sénia y emploie plusieurs instruments solos tels que la trompette, la clarinette, le hautbois, le cor anglais, l'accordéon, la guitare, le violon, le piano et aussi les talents de siffleur de Curro Savoy.. Il y a beaucoup de verve et de couleurs, de fantaisie et de poésie, dans la musique de Sénia. L'univers merveilleux de Ladislas Starewitch fut sans aucun doute pour lui une véritable source d'inspiration. "La Romance de l'Horloge" apportera la conclusion idéale à l'ensemble.     

Pour en savoir plus sur Ladislas Starewitch:

= Cliquez ici

= puis ici


Dernière édition par Icare le Ven 20 Déc - 18:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11323
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Jean-Marie SENIA (Sénia)   Ven 20 Déc - 12:58

La Ville des Prodiges est une partition de Jean-Marie Sénia composée pour le film homonyme de Mario Camus. Il s'est lié entre cette musique de film et moi une expérience personnelle assez particulière et pleine de rebondissements. Je m'explique: Cela remonte à la toute fin des années 90, plus exactement en 1999 ou peut-être en début 2000, lorsque que je me suis un peu intéressé à ce compositeur et suite à quoi j'ai acheté l'album de cette B.O.. Je me souviens que la découverte (première écoute) fut très positive et que la suivante fut, au contraire, très négative. Une troisième écoute fut cependant plus mitigée mais aussi la dernière, rangeant le cd sur l'étagère des "mal-aimés" en l'attente d'un éventuel échange ou d'une revente. Il est resté sur cette étagère pendant des années, quatorze au total puisque l'envie de réécouter cette musique de Sénia me trotta dans la tête depuis seulement hier! Je ne l'avais absolument pas prévu dans mon cycle consacré aux compositeurs de cinéma français. C'est suite à l'écoute de sa musique pour Les Contes de l'Horloge Magique que j'ai eu la subite envie de réessayer une ultime fois La ville des Prodiges. J'y ai redécouvert une partition fort romantique et solidement charpentée: pas un romantisme trop sucré et prévisible. Non, c'est bien plus fouillé que dans le souvenir, désormais erroné, que j'en avais. On y décèle même une pointe d'amertume et d'austérité ci et là. Et ce n'est certainement pas un reproche, bien au contraire! Le piano est un instrument très important dans cette b.o., pas seulement dans la forme la plus romantique de la partition comme le pourtant superbe "Piano espagnol" (très beau) mais plus encore dans ses moments les plus intrépides ou corrosifs: je pense au rigoureux et grisant thème "Ambition dévorante". Il est aussi très pertinent dans le magnifique "A perdre raison", mais là où je le trouve vraiment formidable, au point que j'aimerais l'entendre et le voir jouer en concert, c'est dans "L'honneur d'un homme", solennel et étrange en même temps. Bien sûr, les passages plus romantiques sont de très bonne tenue, avec de beaux solos d'instruments, un certain dépouillement dans le style, un style entre chaud et froid, entre lyrisme et austérité...on entend bien qu'il y a en ces thèmes une musique élaborée, fouillée...et malgré tout j'ai bien failli passer à côté. Je ne comprends pas ce qui a pu se passer à l'époque pour que je sois si peu réceptif à tant de beauté ? Mystère! Heureusement que j'avais finalement conservé le cd après toutes ces années.    
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jean-Marie SENIA (Sénia)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jean-Marie SENIA (Sénia)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique de films, du monde & divers :: Musiques de films-
Sauter vers: