Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

  TAN DUN, né en 1957

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Icare
Admin


Nombre de messages : 10468
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: TAN DUN, né en 1957   Jeu 2 Fév - 18:35

WATER PASSION AFTER SAINT-MATTHEW est une oeuvre dans laquelle on entend les bruits de l'eau, une eau percussive qui rythme de fraicheur et de pureté le monde épique et poétique de Tan Dun. Tan Dun est diplômé au Conservatoire central de Pékin et de L'Université Columbia de New York. Lauréat du Prix Grawemeyer, le plus prestigieux des prix de composition, il démarre sa carrière de musicien exceptionnel à l'Opéra de Pékin et sa musique est dès lors jouée et interprétée tout autour de la planète, par les ensembles et orchestres les plus réputés. Originaire de la région de Hunan (Chine), Tan Dun est probablement le compositeur asiatique (après Takemitsu) le plus connu en Occident. Habitant New York depuis 1986, il déclare être venu aux Etats-Unis pour mieux analyser et comprendre la musique chinoise. Musicien-créateur d'une grande singularité, il revendique ses propres traditions qu'il aborde et confronte à d'autres formes musicales. Tan Dun est aussi connu pour ses projets expérimentaux intégrant des éléments comme l'eau, le papier, le verre...Sa musique s'inscrit très souvent dans un vaste dispositif scénique et multimédia, dans un dessein d'ouverture humaine intérieure et collective. Dédié au violoncelliste Yo Yo Ma, The Map (La carte routière) puise dans des racines occidentales et chinoises. Créé en 1999 par le Philharmonique de New York, Le Concerto for Water Percussions and orchestra a une grande valeur symbolique pour le compositeur et on pourrait dire la même chose de son Water Passion After Saint-Matthew; << l'eau est ce qui nous unit, ce sans quoi la vie serait impossible. Ce sont les larmes de l'océan.>>


Dernière édition par Icare le Dim 3 Nov - 23:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10468
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: TAN DUN, né en 1957   Ven 19 Oct - 18:00


(En réalité, j'avais moi-même ouvert un topic sur ce compositeur mais sans en faire la biographie)



Comme porte-parole potentiel de la nouvelle-vague de la musique chinoise dans les années 80, le jeune Tan Dun a été un cas atypique. Né en 1957 dans le Hunan central, Tan vit ses parents cols blancs forcés de travailler dans les rizières durant la Révolution culturelle tandis qu'il était envoyé vivre auprès de sa grand-mère, une paysanne qui lui a enseigné le erhu, et l'a initié à la culture rituelle villageoise. Bientôt, il évolua progressivement, en commençant par jouer dans les cérémonies de village pour se produire ensuite avec une troupe locale de l'Opéra de Pékin, où il a aussi commencé à travailler comme arrangeur. Mais les talents de Tan Dun ont aussi fait une telle impression sur le monde de la musique locale qu'on lui offrit une place au prestigieux Conservatoire central de Pékin qui venait tout juste de s'ouvrir à l'Ouest. Tan Dun rencontra la musique classique occidentale pour la première fois, à l'âge de 19 ans, et son premier concert - L'Orchestre de Philadelphie, qui se produisait dans le cadre d'un programme d'échange culturel novateur - changea sa perspective musicale à jamais:

<<J'ai tout de suite su qu'il y avait plus à offrir à la musique que d'écrire pour des groupes villageois. A partir de ce moment, j'ai voulu devenir compositeur comme Beethoven.>>

Il lui a fallu environ cinq ans pour laisser sa vieille culture et en apprendre une nouvelle - et le reste de sa vie pour oeuvrer avec la différence. Depuis pratiquement le début, la musique de Tan Dun a consisté à rapprocher l'Ouest et l'Est, l'Avant-garde et la spiritualité ancienne, et comme les titres Orchestral Theatre et Out of Peking Opera le suggèrent, l'expérimental et le théâtral. Avant même ses études à l'Université de Columbia, et avant sa future carrière de chef d'orchestre, Tan Dun a symbolisé un nouvel âge de l'internationalisme - ce qui serait inconcevable sans un pays d'origine distinct.

Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10468
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: TAN DUN, né en 1957   Ven 19 Oct - 18:42





Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin


Nombre de messages : 15856
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: TAN DUN, né en 1957   Jeu 25 Oct - 11:41

Je suis en train d'écouter le concerto for strings and pipa (de 1999)

Mais j'aime pas trop. Il y a des trucs bizarres, comme des cris dans les 2ème et 4ème mouvements (Allegros) et des parties cacophoniques... Par moments, ces tournures de mélopées chinoises se laissent écouter (3ème mouvement), mais au total ce n'est pas une oeuvre que j'ai envie de réécouter. Sur le même CD se trouve la Nostalghia pour violon et orchestre de Takemitsu : c'est nettement mieux (à mon goût évidemment Wink )

Je pensais que la pipa est une sorte de flûte, eh bien non, c'est une sorte de mandoline !
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10468
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: TAN DUN, né en 1957   Jeu 25 Oct - 12:22


Joachim, tu as parfaitement raison, Tan Dun aime utiliser des sons insolites comme les cris dans son CONCERTO POUR PIPA ou celui pour Zheng que j'ai posté ci-dessus, puis aussi des objets non musicaux dans sa musique comme le papier auquel il consacra un concerto:



Ou alors, il utilise aussi des éléments biologiques telle que la terre ou encore l'eau à laquelle il dédia certains traveaux dont un WATER CONCERTO.

David Cossin parle du Water concerto dont il est le soliste interprète:

http://www.youtube.com/watch?v=IL2WFC9MtIA&feature=related

En voici d'ailleurs un extrait:

Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10468
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: TAN DUN   Sam 2 Nov - 19:39


Personnellement, j'ai abordé la musique savante asiatique par le grand compositeur nippon Toru Takemitsu. C'est dans un premier temps sa musique de film et plus précisément celle, sans doute la plus connue et écoutée, qu'il écrivit pour le film de Kurosawa; Ran. Très vite, je portai un vif intérêt pour son oeuvre de concert qui, dans son principal objectif, tentait de rapprocher sur le plan esthétique "Asie/Occident". Si je retrouvai cette synthèse d'une manière assez habile - mais peut-être un peu moins définitive - chez le compositeur vietnamien TON-THAT tiêt, toujours à califourchon entre musique appliquée et musique absolue, une autre "rencontre" musicale allait beaucoup m'interpeller. Contrairement aux deux créateurs susmentionnés, j'ai découvert l'univers singulier du compositeur chinois TAN DUN par son oeuvre de concert avant de découvrir et apprécier sa musique de film. Dans ce domaine, lié à l'image et à la volonté d'un cinéaste, j'aime énormément sa partition pour choeur et orchestre 2000 Today, tant elle exprime un lyrisme qui, dans ses tournures et sur le plan timbral, dessine un style reconnaissable qui réapparaît dans ses autres bandes originales, notamment Héro. Mais il y a aussi ce souci de la trouvaille sonore, de l'instrument trituré...ce rapport entre musique d'Asie et d'Occident qui bien sûr se retrouve dans son oeuvre dite personnelle. Avec TAN DUN, je tisse un lien encore plus fort et intense avec l'Asie qui, visiblement, n'est pas prêt de s'estomper.    
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10468
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: TAN DUN, né en 1957   Dim 3 Nov - 23:01


A propos de Ghost Opéra for string quartet and pipa, with water, stones, paper and metal (1994):

La folie régnait dans mon village. Nous avions un groupe de pleureuses professionnelles dont nous pouvions louer les services pour les funérailles et les veillées mortuaires...Un choeur chamaniste pour donner le ton lugubre voulu. A Hunan, où j'ai été élevé, les gens croyaient qu'ils seraient récompensés de leurs souffrances après leur mort. La mort était "la joie blanche" et c'est au moyen de rites musicaux que l'âme pouvait s'envoler dans l'au-delà. On improvisait des instruments: batteries et ustensiles de cuisine, cloches. La célébration de l'autre monde faisait partie de la vie de tous les jours. Durant la Révolution culturelle, ma famille fut totalement démembrée. Ma mère fut transformée en "médecin aux pieds nus" selon les principes de Mao. Mon père, administrateur de l'Institut de Recherches, se vit envoyé à l'opposé, dans les fermes pour y nettoyer les latrines. La liberté était un poison dans cette société-là.

La tradition de "l'opéra fantôme" remonte à des milliers d'années. L'exécutant dialogue avec sa vie ancienne et future - un dialogue entre le passé et l'avenir, l'esprit et la nature. Lorsque "Ghost Opera" (Opéra Fantôme) fut présenté pour la première fois à Beijing, plus de 1500 personnes y assistèrent. Ces gens connaissaient les chansons folkloriques et reconnaissaient la tradition ancienne, mais ils ne savaient pas qu'un quatuor à cordes pouvait "jouer" des pierres, tout autant que du Bach, ainsi que du papier, des gongs, de l'eau et des voix.

Assister à une représentation de "Ghost Opera", c'est vraiment beau. Une grande jarre de verre est placée sur un pilier et illuminée par en-dessous, ce qui crée des reflets fantastiques. David tend son arc par dessus un gong dans l'eau et "joue" de l'eau avec ses mains. Hank, John et Joan jouent du Bach: on entend les exhalations d'un moine fantôme et Wu Man pince la p'i-p'a. La musique d'une chanson folklorique se mêle au thème de Bach.

Le second mouvement débute par les sons d'un pincement lointain et se termine avec du "Bach", se fondant dans les éléments naturels pour s'y associer. Le moine exhale et dirige, mais il n'y a aucun son, il dirige un silence.

Dans le troisième mouvement, la chanson folklorique débute avec la p'i-p'a, passe au violon, puis la musique de Bach et la chanson folklorique s'entremêlent en couches superposées. Elles s'harmonisent parfaitement - deux époques entièrement différentes - et ensemble deviennent quelque chose d'entièrement différent.

Dans le quatrième mouvement, le Kronos Quartet joue toutes sortes de cymbales et de pierres, les frappant les unes contre les autres, les tenant sur la bouche et mettant les mains en porte-voix pour en varier le son: un trio de pierres. Les violons imitent ensuites les pierres et les gongs, puis tout se transforme en un quatuor à cordes.

Un gong marque la transition vers le cinquième mouvement. La "petite fille" (Wu Man) tient des cloches minuscules et chante la complainte du "petit chou" - une petite fille qui a perdu ses parents. Une chanson triste et bizarre comme celle-ci, voilà l'essence de la fantasmagorie. On peut parler avec le passé. La pierre peut parler au violon et le chou peut chanter sa triste existence.

David récite le dernier texte et un énorme assemblage en papier descend et on en joue. La musique de Bach revient. Elle est brisée en petits morceaux, se fondant avec les gongs d'eau, plongeant sous l'eau et disparaissant.


TAN DUN

Une oeuvre aussi visuelle que sonore.  
Revenir en haut Aller en bas
laudec



Nombre de messages : 3069
Age : 64
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Re: TAN DUN, né en 1957   Lun 4 Nov - 16:37

Tan Dun, une belle découverte, j'aime beaucoup ce qu'il fait, tout ces éléments qui entrent en scène, qui participent, j'aime le zheng, cet instrument que je découvre et qui vient titiller mes cordes profondes, et que dire de cette histoire d'ô ? et le papier, pouvait-il s'imaginer un tel destin ? voilà qu'il me semble que l'univers se peuple de nouvelles sonorités encore plus étonnantes, ouvrant sur un avenir inattendu et toujours plus complexe !  
Revenir en haut Aller en bas
laudec



Nombre de messages : 3069
Age : 64
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Re: TAN DUN, né en 1957   Lun 4 Nov - 16:44

Je suis allé écouter Takemitsu également, superbe mais beaucoup plus "classique", moins étonnant pour moi mais tout aussi délectable Wink honneur aux musiques métissées !Wink 
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10468
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: TAN DUN, né en 1957   Jeu 7 Nov - 12:40

Je viens d'écouter, en cette fin de matinée, le Concerto pour guitare et orchestre et le Concerto pour orchestre à cordes et pipa de TAN DUN. J'ai vraiment adoré! Surtout le concerto pour guitare...je dois dire que cette oeuvre me fascine de plus en plus au fil des écoutes...C'est simple, je ne l'ai jamais autant apprécié qu'aujourd'hui! Une musique certes un peu tonitruante qui ne manque pas de rebondissements, avec de savoureuses combinaisons instrumentales et rythmes changeants. La guitare sous les doigts de la magnifique Sharon Isbin y sonne merveilleusement bien, que ce soit par des sons secs et rudes dans les instants de grandes agitations ou par des sons plus doux lors des moments d'accalmie. Tout comme dans le concerto avec pipa, c'est aussi le plaisir de retrouver certaines gimmicks qui caractérisent le style musical hautement reconnaissable de ce compositeur aussi singulier qu'attachant. Contrairement à Joachim, j'aime beaucoup l'usage quasi-théâtral des voix humaines - probablement celles des musiciens de l'orchestre - qui apportent un caractère festif et profondément humain à cette oeuvre.

La joueuse de pipa n'est autre que Wu Man. J'ignore s"il existe déjà un topic dédié au pipa et à Wu Man. Si quelqu'un est enthousiasmé pour le faire, j'en serai bien sûr ravi, sinon je le ferai quand j'aurai un moment. Very Happy


Dernière édition par Icare le Ven 8 Nov - 19:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10468
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: TAN DUN, né en 1957   Ven 8 Nov - 10:05

Toujours à fond les esgourdes dans la musique de TAN DUN...

____Bitter Love, cycle de chansons magnifiquement interprétées par la soprano Ying Huang...Outre les voix et la pipa, on y entend beaucoup de percussions et même des touches électroniques quelque peu pervertissantes.  

___Tigre et Dragon, superbe partition avec le  célèbre violoncelliste Yo Yo Ma composée pour le cinéma de Ang Lee. Il y a là-dedans des thèmes qui arrivent à me mettre la larme à l'oeil. Le thème principal développe une mélodie très attachante et si formidablement orchestrée dans sa version "musico-filmique"...au point que l'on peut regretter sa vulgarisation dans la version chantée plus commerciale...  

___Symphony 1997 qui emploie déjà le merveilleux violoncelliste Yo Yo Ma et réussit un formidable emprunt de l'"Hymne à la joie" de Beethoven... ceci-dit, ce chef-d'oeuvre de TAN DUN ne se résume pas qu'à cette citation, puisqu'il propose à mes oreilles, et plus encore dans les passages vocaux, une musique étonnante et même bouleversante de la première note à la dernière! J'emploie rarement le terme de "chef-d'oeuvre" pour désigner une musique qui me fascine, me bouleverse. J'essaie toujours d'être humble et prudent dans mes jugements et impressions, parce que selon moi, un chef d'oeuvre, c'est quelque chose de rare, de précieux, quelque chose qui touche à la perfection et laisse une longue trace après l'écoute, où finalement la meilleure réponse est le silence, comme le besoin irrépressible de laisser un temps assez important avant de réécouter autre chose. De toute évidence, il me serait impossible d'écouter quoi que ce soit derrière cette Symphony 1997, tant j'ai été marqué d'émotions par cette musique dotée d'une grande force expressive mais aussi spirituelle. Je ne pourrai écouter autre chose que lorsque l'intense émotion qui bout en moi actuellement sera retombée.   
Revenir en haut Aller en bas
laudec



Nombre de messages : 3069
Age : 64
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Re: TAN DUN, né en 1957   Ven 8 Nov - 19:01

Bien apprécié Wu-Man (une véritable woman ! Wink ) comme interprète des œuvres de Tan Dun  au pipa (celui-ci bien masculin Ptdr ), notamment dans le GHOst-opera  !

Très bel instrument à cordes pincées que le pipa dont j'ai trouvé le post sur ce forum.
Je vous le laisse apprécier dans un extrait du Ghost-opéra avec le Kronos quartet (violons , alto, violoncelle + l'eau...) manié par Wu-Man qui vaut très certainement la présentation à venir  


Wu-Man , pipa et quatuor
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10468
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: TAN DUN, né en 1957   Ven 8 Nov - 19:11


Heureux que tu partages mon engouement pour la musique de Tan Dun et les musiciens qui l'interprètent. 

L'émotion "Symphony 1997" retombée, je fus complètement conquis suite à la réécoute de On Taoisme (1985) pour orchestre et Orchestral Theatre I (1990) par le BBC Scottish Symphony Orchestra sous la direction de TAN DUN. Brillant, coloré, expressif, nerveux, grisant, plus encore la seconde oeuvre!   I love you Il n'y a pas à dire, je suis complètement fan de ce compositeur!I love you 
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin


Nombre de messages : 15856
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: TAN DUN, né en 1957   Ven 8 Nov - 19:14

Icare a écrit:


L'émotion "Symphony 1997" retombée,
Ouf, tu me rassures, à lire ton post précédent, j'ai cru que tu n'arriverais plus à écouter autre chose Laughing 
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10468
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: TAN DUN, né en 1957   Ven 8 Nov - 19:15

laudec a écrit:
[color=#333399]Bien apprécié Wu-Man (une véritable woman ! Wink ) comme interprète des œuvres de Tan Dun  au pipa (celui-ci bien masculin Ptdr )
J'ai édité ! oh la la! Ptdr 
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10468
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: TAN DUN, né en 1957   Ven 8 Nov - 19:29

joachim a écrit:
Icare a écrit:


L'émotion "Symphony 1997" retombée,
Ouf, tu me rassures, à lire ton post précédent, j'ai cru que tu n'arriverais plus à écouter autre chose Laughing 
Euh, si quand même! Heureusement! Laughing 

Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10468
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: TAN DUN, né en 1957   Sam 9 Nov - 20:09

J'ai passé un merveilleux moment, encore et encore, avec la première partie de la Water Passion de TAN DUN. J'ai hâte d'écouter la seconde! Je n'ai pas grand chose à rajouter par rapport au propos que j'ai tenu en tête de ce topic si ce n'est que j'adore approfondir le style musical d'un compositeur de la trempe de TAN DUN. Plus je me frotte à son univers, plus je prends du plaisir à l'écoute, comme si j'étais pénétré par sa prose, sa poétique, comme si j'en recevais, par chaque pore de ma peau, les subtiles saveurs sonores qui constituent son esthétique, ornent son sens très reconnaissable du lyrisme, la violence et la douceur de ses humeurs...Je m'offre ainsi une proximité émotionnelle et intellectuelle avec une personnalité musicale atypique...et peut-être la stimulante mais illusoire impression de percer une part du mystère qui entoure chaque création, chaque créateur.  
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10468
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: TAN DUN, né en 1957   Dim 10 Nov - 18:36

Icare a écrit:
J'ai passé un merveilleux moment, encore et encore, avec la première partie de la Water Passion de TAN DUN. J'ai hâte d'écouter la seconde! Je n'ai pas grand chose à rajouter par rapport au propos que j'ai tenu en tête de ce topic si ce n'est que j'adore approfondir le style musical d'un compositeur de la trempe de TAN DUN. Plus je me frotte à son univers, plus je prends du plaisir à l'écoute, comme si j'étais pénétré par sa prose, sa poétique, comme si j'en recevais, par chaque pore de ma peau, les subtiles saveurs sonores qui constituent son esthétique, ornent son sens très reconnaissable du lyrisme, la violence et la douceur de ses humeurs...Je m'offre ainsi une proximité émotionnelle et intellectuelle avec une personnalité musicale atypique...et peut-être la stimulante mais illusoire impression de percer une part du mystère qui entoure chaque création, chaque créateur.  
La seconde partie fut, comme prévu, un grand moment d'émotion, avec son lot de percussions galvanisantes, son grand final lyrique et implacable, ses superbes bruits d'eau...une véritable fraîcheur sonore...   
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10468
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: TAN DUN, né en 1957   Ven 26 Sep - 18:58

Plutôt que de passer directement aux Suites N°2, 3 & 6 de Bach par Yo-Yo Ma, je me suis réservé une sorte d'entracte, faisant, à l'occasion, un grand pas vers l'Asie et le Septième Art. Hé oui, le violoncelle, ça peut être aussi le cinéma avec ses paysages somptueux, ses combats spectaculaires, acrobatiques et aériens, aux katanas! Tigre et Dragon de Ang Lee, c'est exactement ça; des affrontements poétiques et surréalistes dans des décors somptueux. La musique de Tan Dun commence justement par le violoncelle de Yo-Yo Ma, dans un doux solo, avant de développer un thème principal et une mélodie qui sait me faire fondre à chaque nouvelle écoute. C'est simple, une fois de plus, j'en ai eu la larme à l'oeil. Le violoncelle n'est pas toujours présent mais il n'est jamais très loin et lorsqu'il apparaît, le ton est limpide, soyeux, toujours émouvant. La musique invite aussi quelques éléments de folklore chinois à coup de percussions et de flûtes, puis, lors de passages plus sophistiqués, elle enrichit son tissu harmonique de teintes lumineuses et furtives à l'effet saisissant. Seule la version chantée - condition commerciale - du thème principal par la charmante Coco Lee me semble superflue.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10468
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: TAN DUN, né en 1957   Jeu 18 Déc - 13:25

laudec a écrit:
Tan Dun, une belle découverte, j'aime beaucoup ce qu'il fait, tout ces éléments qui entrent en scène, qui participent, j'aime le zheng, cet instrument que je découvre et qui vient titiller mes cordes profondes, et que dire de cette histoire d'ô ? et le papier, pouvait-il s'imaginer un tel destin ? voilà qu'il me semble que l'univers se peuple de nouvelles sonorités encore plus étonnantes,  ouvrant sur un avenir inattendu et toujours plus complexe !  

J'ai désormais son Paper concerto (concerto pour papier et orchestre) en DVD et je suis content de la posséder au travers de ce média plutôt que d'un simple cd parce qu'en visionnant la vidéo, ce matin, c'est une grande dose de poésie à la fois sonore et visuelle que j'ai reçu en pleine face. J'ai aimé cette manière d'extraire du papier des sonorités fascinantes afin d'enrichir le spectre sonore d'un orchestre classique, encore qu'il y avait deux violonistes à l'écart, en hauteur sur un des balcons, du papier que l'on secoue, froisse, déchire, gonfle d'air, sur lequel on souffle, on frappe comme sur des tambours, du papier utilisé autant comme instrument à percussion que comme instrument à vent, et dans un complexe harmonique parfaitement cohérent et intelligible. La profondeur du récit musical est bien là, ses racines ainsi plongées dans des pratiques chinoises ancestrales et traditionnelles mais au service d'une musique savante moderne et non dépourvue d'insolence. Le concerto reçoit en fin de concert une ovation mémorable de la part d'une salle comble. Le public fut enchanté et moi complètement émerveillé par une oeuvre aussi poétique qu'atypique...
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin


Nombre de messages : 15856
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: TAN DUN, né en 1957   Jeu 18 Déc - 18:53

C'est original en effet, je dirais même que ça ne me déplait pas Very Happy mais bon je préfère un bon menuet de Haydn Laughing

Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10468
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: TAN DUN, né en 1957   Ven 19 Déc - 11:18

Toujours en dvd, j'ai découvert son concerto pour violoncelle et orchestre intitulé The Map, interprété par le violoncelliste Anssi Karttunen, le "Shangaï Symphony Orchestra" sous la direction du compositeur. L'oeuvre est jouée en plein air, dans un décor idyllique, somptueux. On retrouve le style unique et infiniment poétique de Tan Dun qui donne l'impression de vivre totalement la musique qu'il est entrain de diriger. Là encore, l'oeuvre est imprégnée de danses villageoises traditionnelles, il existe même une intéraction avec les extraits musicaux traditionnels émis sur vidéo et le concerto de Tan Dun. L'effet est saisisant d'un bout à l'autre. Riche en sonorités insolites, qu'elles soient produites par les instruments de l'orchestre, le violoncelle solo, la voix humaine, des pierres, des morceaux de bois ou des instruments traditionnels comme l'orgue de bamboo, le concerto m'a transporté dans un monde poétique inouï et bouleversant duquel je ne suis pas ressorti indemne. Il n'y a pas à dire, je suis extrêmement sensible à l'univers sonore de Tan Dun.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10468
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: TAN DUN, né en 1957   Sam 20 Déc - 14:48

Encore en DVD, je viens de regarder et surtout écouter son opéra Tea, a mirror of soul. On y retrouve des éléments qui sont chers au compositeur, comme le papier, l'eau, les pierres, les céramiques, outre un orchestre constitué d'instruments classiques et un choeur. Je ne suis pas sûr d'avoir bien saisi l'histoire mais j'ai été pris par la teneur dramatique de l'oeuvre et bien sûr par la musique elle-même, porteuse de si belles mélodies et de tant de sonorités attachantes. Visuellement, le décor est sobre et les tenues des protagonistes étranges. Les solistes sont d'excellents chanteurs et aucune voix en particulier ne m'a rebuté. Il y a une dimension romantique et poétique que j'ai beaucoup aimé dans cet opéra, ce qui est assez habituel dans l'oeuvre de Tan Dun. Ce que je retiens par-dessus tout, c'est la  grande force onirique qui en émane: j'ai eu l'impression de traverser un rêve. C'est sûr, j'y reviendrai!
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10468
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: TAN DUN, né en 1957   Mar 17 Mai - 21:54



___J'ai passé un merveilleux moment, encore et encore, avec la première partie de la Water Passion de TAN DUN. J'ai hâte d'écouter la seconde! Je n'ai pas grand chose à rajouter par rapport au propos que j'ai tenu en tête de ce topic si ce n'est que j'adore approfondir le style musical d'un compositeur de la trempe de TAN DUN. Plus je me frotte à son univers, plus je prends du plaisir à l'écoute, comme si j'étais pénétré par sa prose, sa poétique, comme si j'en recevais, par chaque pore de ma peau, les subtiles saveurs sonores qui constituent son esthétique, ornent son sens très reconnaissable du lyrisme, la violence et la douceur de ses humeurs...Je m'offre ainsi une proximité émotionnelle et intellectuelle avec une personnalité musicale atypique...et peut-être la stimulante mais illusoire impression de percer une part du mystère qui entoure chaque création, chaque créateur.

___La seconde partie fut, comme prévu, un grand moment d'émotion, avec son lot de percussions galvanisantes, son grand final lyrique et implacable, ses superbes bruits d'eau...une véritable fraîcheur.


En dehors des deux Passions de BACH, cette Water Passion de Tan Dun fait de toute évidence partie de mes préférées. Décidément, j'adore l'univers poétique de ce compositeur.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: TAN DUN, né en 1957   

Revenir en haut Aller en bas
 
TAN DUN, né en 1957
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: