Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Michel DECOUST

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11544
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Michel DECOUST   Ven 5 Juil - 13:25

Il existe des oeuvres ou des styles musicaux qui, pour des raisons diverses: manque de concentration, humeur inadéquate, fatigue, paresse intellectuelle...nous échappent lors d'une première, voire même d'une seconde écoute. Puis, un jour, lorsque nous nous décidons à les réécouter, avec le peu d'enthousiasme que le tiède souvenir réussit à susciter en nous, parce que nous avons lu ou entendu ici ou ailleurs un propos élogieux, ou parce que nous retombons par hasard sur le cd que nous avions négligemment laissé de côté, et que nous redécouvrons ces oeuvres sous un nouveau ciel, beaucoup plus bleu que la fois précédente, que nous nous trouvons, contre toute attente, traversé par un éclat bien plus lumineux et lyrique que ce qui avait transparu lors des écoutes antérieures, la jubilation du mélomane ayant percé un nouveau mystère n'est jamais loin. C'est exactement ce qui s'est produit à l'écoute de la musique de Michel Decoust, que ce soit au travers des passages les plus méditatifs comme les plus éclatants de son Concerto pour violon et orchestre, ou encore cette oeuvre relativement brève pour soprano et orchestre intitulée L'application des lectrices au champs: ha! la magnifique séquence finale, sorte d'adagio avec un jeu des cordes dans une tonalité singulière et exquise, méditative à souhait! Puis De la gravitation suspendue des mémoires pour orchestre, une composition remarquable qui ne fait jamais défaut à son titre, tant le caractère progressif de l'oeuvre y est parfaitement géré, sans baisse d'intensité, vers un récit élégiaque des cordes en suspension. A ce moment-là, lors de ce passage hautement méditatif, la musique se fige dans un lyrisme retenu et une beauté particulièrement saisissante. Dernier point, j'y aime aussi beaucoup l'emploi des cuivres.   

Et dire que j'avais failli me débarrasser de ce CD. Quelle grossière erreur j'aurais alors commise.Evil or Very Mad
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11544
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Michel DECOUST   Ven 5 Juil - 13:55

Eléments biographiques - qui est Michel Decoust?

Michel Decoust Reconnaît lui-même volontiers son côté "Janus". Homme d'action mais épris de contemplation, qui a su faire converger, dans son cheminement de musicien, deux mondes souvent perçus, après-guerre, comme antagonistes, voire inconciliables - celui de la tradition et de l'avant-garde -, il est parvenu à tracer, en près d'un demi-siècle, un parcours artistique à la fois sinueux et décidé, cohérent et singulier, dont le présent disque vient reprendre trois étapes essentielles. Un parcours qui prend sa source "sous un piano", comme l'intéressé se plaît à le dire pour rappeler l'atmosphère éminemment musicale dans laquelle il a grandi, fils d'un facteur de piano qui adorait chanter et d'une professeure de piano. Tout naturellement, Decoust vient très tôt à la musique, dont il ne se détournera, brièvement et brutalement, qu'à l'adolescence: manifestant précocement un caractère bien trempé, il refuse alors une voie aussi bien tracée et entreprend de voguer vers d'autres horizons, l'architecture, le théâtre, le cinéma, voire de tourner le dos au milieu culturel. Bien vite toutefois, il se rend compte qu'il ne peut "pas vivre sans la musique". A vingt ans,Michel Decoust réintègre le Conservatoire National Supérieur de Paris, où il va acquérir cette formation qui constitue le socle de tout honnête musicien, et cumuler les premiers prix: direction d'orchestre dans la classe de Louis Fourestier - l'une de ses rencontres les plus marquantes -, analyse auprès d'Olivier Messiaen, harmonie avec Georges Dandelot. Son don pour la composition, qu'il a travaillé auprès de Darius Milhaud et Jean Rivier, lui vaudra en 1963 un second Grand Prix de Rome. Dès l'année suivante, la lecture de "Penser la musique d'Aujourd'hui" de Pierre Boulez, le marque profondément, dont la phrase conclusive interroge l'avenir en stimulant la créativité: << On a maintes fois répété: la musique est une science autant qu'un art; qui saura fondre ces deux entités en un même creuset sinon l'imagination, cette reine des facultés? >> Les jalons de son cheminement de compositeur à venir se trouvent ainsi posés. David Sanson.

Compléments biographiques:

Michel Descout est un compositeur français né en 1936 à Paris. Issu d'une famille de musiciens, Michel Decoust suit un enseignement classique au Conservatoire de Paris (1956-1965) qu'il complète à Cologne auprès de Karlheinz Stockhausen et Henri Pousseur. Il se forme également à la direction d'orchestre à Bâle avec Pierre Boulez. Lauréat du prix de Rome en 1963, ses préoccupations se tournent ensuite vers la perception et la spatialisation ; Polymorphie (1967) illustre cette période. Son exploration du son va jusqu'à une sérialisation totale avant de reprendre à partir de 1984 une conception plus classique de l'écriture. Michel Decoust multiplie par ailleurs les responsabilités administratives et artistiques : cofondateur de l'orchestre des Pays de la Loire (1967), cofondateur du conservatoire de Pantin (1973), responsable du département pédagogique de l'Ircam (1975-1979), Inspecteur général de l'enseignement musical (1979-1991), puis Inspecteur général de la création et des enseignements artistiques dans l'enseignement supérieur (1994-2001). Chef d'orchestre, il participe à de nombreuses créations jusqu'en 1983, avant de délaisser cette activité au profit de la composition qu'il exerce dans tous les genres. Citons parmi ses œuvres : Les Rois mages (1964), Et/Ou (1972), Relevé d'esquisse (1982), Hommage à Maurice Ravel (1987), Concerto pour violon et orchestre (1990), Cent phrases pour éventails (1995), Cinq sonnets de Louise Labé (2001), Concerto pour cor (2007).
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11544
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Michel DECOUST   Jeu 4 Déc - 20:12

Le Concerto pour violon et orchestre - Concerto de Michel Decoust est très différent de celui de Pascal Zavaro que j'avais réécouté juste avant. Le violon est rugueux et intense. Le concerto propose une musique grave et profonde, rigoureuse et tourmentée, d'une grande teneur dramatique et d'une atmosphère poignante. J'aime de plus en plus cette oeuvre qui monte en intensité et aboutit à des harmoniques suraigües totalement inattendues et surprenantes, lui conférant une beauté étrange et précieuse à mon oreille. Beau concerto, concis et captivant.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Michel DECOUST   

Revenir en haut Aller en bas
 
Michel DECOUST
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: