Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-42%
Le deal à ne pas rater :
NVIDIA Passerelle multimédia SHIELD TV 2019
124.99 € 215.36 €
Voir le deal

 

 Robert White (1538-1574)

Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22504
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

Robert White (1538-1574) Empty
MessageSujet: Robert White (1538-1574)   Robert White (1538-1574) Empty2013-06-18, 19:45

Né vers 1538 à Holborne, près de Londres, mort à Londres (Westminster) en novembre 1574. Compositeur anglais catholique, connu surtout pour ses Lamentations et de la musique instrumentale pour violes.
Son père, dont il porte le prénom, est peut-être facteur d'orgues. Il reçoit en 1552 un paiement pour un orgue livré par son père, de la paroisse St. Andrews d'Holborn (Londres). En 1572, un paroissien d'Holborn vend un orgue à John Thomas et  Robert White (le père ?), qui est installé à l'abbaye de Westminster.
Dans les années 1555-1562, il fréquente Trinity College à Cambridge (son nom apparaît régulièrement dans les registres), comme choriste, sous la direction de Thomas Whythorne, puis comme chantre.
Il compose, certainement avant 1558, un Regina coeli et un Tota pulchra.
Le 13 décembre 1560, il est Bachelier en musique de l'Université de Cambridge, « après dix années d'étude de la musique » (University Grace Book). Il lui est posé la condition de composer une communion, pour être chantée à  St Mary the Great’s l'année suivante.
En 1661, il se fixe à Ely. Il épouse la fille Christopher Tye et prend sa succession comme maître des choeurs de la cathédrale, jusqu'en 1566.
En 1567, il est certainement le White qui est maître des choristes de l'église cathédrale Saint-Pierre en la Cité de Westminster. Il disparaît des registres à partir de 1570.
Il meurt de la peste en 1574 avec une partie de sa famille, laissant quelques biens dans le Sussex. Il demanda à être enterré dans l'église Sainte-Marguerite de Westminster (ce qui est fait le 11 novembre 1574).

Catalogue des œuvres

  • A White Songe, pour ltuh (attribution incertaine)
  • Ad te levavi oculos, (6 voix)
  • Appropinquet deprecatio mea, (5 voix)
  • Cantate Domino, (3 voix)
  • Christe qui lux es, pour 2 violes [× 2]
  • Christe qui lux es et dies (6 voix)
  • Deus misereatur, (6 voix)
  • Domine, non est exaltatum, (6 voix)
  • Domine, quis habitabit (i), (6 voix) [×3]
  • Exaudiat te, Dominus, (5 voix)
  • Fantasias, pour 4 violes [× 6]
  • Fantasia "Songe" pour 4 violes
  • I will wash my hands, (5 voix)
  • In Nomine, pour 5 violes
  • In Nomine, pour 7 violes  (1 seule partie conservée)
  • In Nomine, pour clavier
  • In Nomines, pour 4 violes [×4]
  • Justus es, Domine, (5 voix)
  • Lamentations, (5 voix)
  • Lamentations, (6 voix)
  • Let thy merciful ears, (5 voix)
  • Libera me, Domine, (4 voix)
  • Lord, rebuke me not, (5 voix)
  • Lord, who shall dwell in thy tabernacle, (5 voix)
  • Magnificat, (6 voix)
  • Manus tuae fecerunt me, (5 voix)
  • Miserere mei, Deus, (5 voix)
  • O how glorious art thou, (5 voix)
  • O Lord, deliver me, (5 voix)
  • O Praise God in his holiness
  • Portio mea, Domine, (5 voix)
  • Praise the Lord, O my soul, (5 voix)
  • Precamur, sancte Domine , (5 voix) [× 4]
  • Regina caeli laetare, (5 voix)
  • Songe (fantaisie) pour 5 violes
  • The Lord bless us and keep us, (5 voix)
  • Tota pulchra es, (6 voix)
  • Ut ré mi fa sol la, pour orgue


Source : http://www.musicologie.org/Biographies/w/white_robert.html
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22504
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

Robert White (1538-1574) Empty
MessageSujet: Re: Robert White (1538-1574)   Robert White (1538-1574) Empty2018-03-16, 10:34

Musique

Bien que Robert White se soit montré si haut parmi les musiciens du milieu du XVIe siècle, ses compositions furent presque complètement négligées jusqu'à ce que Charles Burney le refasse connaître.

Heureusement, un grand nombre de compositions de White ont survécu, dont plusieurs ont été incluses dans les Dow Partbooks. Ses 17 motets latins survivants, un Magnificat latin, deux séries de Lamentations et huit hymnes suffisent à le placer au premier rang des compositeurs anglais de l'époque élisabéthaine. Ses œuvres non-chorales survivantes comprennent In nomine pour violes et sa fantasia hexachord pour clavier.

Beaucoup de motets sont des paramètres des psaumes, caractérisés par des points d'imitation continus, avec les débuts de chaque phrase définie syllabiquement. Ses Lamentations, prévues pour cinq voix, sont une avance importante pour sa période, ainsi que son motet Peccatum peccavit Jérusalem et Regina Coeli.

Les travaux de White se répartissent en deux groupes principaux: ceux qui auraient pu être utilisés dans les "Sarum services and devotions under Mary", et ceux (psalm-motets et Lamentations) qui ont probablement été écrits sous le règne d' Elizabeth.

Les œuvres du Sarum comprennent des antiennes, des hymnes et un repons, le tout sur un cantus firmus à note égale, et un Magnificat en six voix à grande échelle qui, comme deux des arrangements de Taverner, est comme un psaume pour ténor avec des sections de chœur complet. Le Magnificat porte la date 1570 dans la source fragmentaire de la Bodleian Library, mais le style le rend beaucoup plus facile à considérer comme l'année de la copie que comme l'année de la composition qui serait bien antérieure. Par exemple, le Sicut locutus, une section à quatre voix avec le plain-chant dans le milieu, principalement en longues et en brèves, les parties qui les accompagnent ont de nombreuses réminiscences, qui, bien que considérablement plus nombreuses et plus mouvementées, donnent le même effet que la même partie de Et incarnatus du Gloria tibi Trinitas de Taverner. Mais il y a aussi des traces des techniques répétitives caractéristiques de White dans ses motets à chœur complet. Le point clé ici est l'échange de musique entre des paires de voix de même portée à travers une texture en quatre voix ou en six voix. Tallis et Sheppard ont inversé une seule paire des voix (contre-ténor) lorsque la musique d'un couplet d'un hymne a été réutilisée, ou très occasionnellement quand un ensemble d'entrées a été ré-énoncé.

L'hymne des complies Christe qui lux es et dies suit le schéma établi des vers alternés de plain-chant et polyphoniques qui intègrent le chant, en l'occurrence dans la partie ténor. Son texte, une prière du soir pour un repos paisible, plein d'images de la lumière et des ténèbres, semble avoir attiré spécialement White, qui en a fait quatre compositions distinctes.


Christe qui lux es n° 1 et 4

VIDEO INDISPONIBLE

https://www.youtube.com/watch?v=45SfxG6AokE
Revenir en haut Aller en bas
Pébété

Pébété

Nombre de messages : 588
Age : 76
Date d'inscription : 19/03/2019

Robert White (1538-1574) Empty
MessageSujet: Re: Robert White (1538-1574)   Robert White (1538-1574) Empty2021-04-23, 15:59

Lamentations de Jérémie à 5 voix

https://www.youtube.com/watch?v=sk_pbRg_lOU
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 26337
Age : 46
Date d'inscription : 10/08/2006

Robert White (1538-1574) Empty
MessageSujet: Re: Robert White (1538-1574)   Robert White (1538-1574) Empty2021-04-23, 17:34

Pas mal du tout!
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Contenu sponsorisé




Robert White (1538-1574) Empty
MessageSujet: Re: Robert White (1538-1574)   Robert White (1538-1574) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Robert White (1538-1574)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: