Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Norbert MORET (1921-1998)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10566
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Norbert MORET (1921-1998)   Sam 18 Mai - 23:22

Que dire de la musique du compositeur suisse Norbert Moret? Je dirais qu'elle peut être onirique comme l'est son très beau concerto pour violon et orchestre intitulé En rêve. Elle peut être aussi tourmentée, abrupte, brutale, violente, chahutée, colérique ou orageuse. Je me souviens que lorsque j'étais enfant et que je longeais seul le grand bois qu'il était impossible de contourner pour se rendre au village sans devoir faire un trop grand détour, rien ne m'effrayait autant que les arbres sous l'orage sauf peut-être les aboiements féroces des chiens qui gardaient cette immense propriété. Ils passaient par une large ouverture dans le mur, creusée par les racines des grands arbres, sautaient la rivière et me pourchassaient. J'étais terrifié et pédalais aussi vite que je pouvais. Mais ce bois était aussi le fief des écureuils et des corneilles...ces souvenirs d'enfance mêlés de frayeur et de contemplation des oiseaux et des étoiles, j'étais ce petit chercheur de lait qui chantait contre sa peur d'un ciel trop bas, d'un orage latent qui grondait d'un tonnerre de Dieu au-dessus de ma tête, d'une multitude de feuilles qui virevoltaient comme mille papillons verts et jaunes autour de moi. J'avais peur des éclairs, des nuages menaçants qui cachaient les cieux, du vent qui faisaient geindre les platanes. J'avais peur des deux molosses prêts à surgir; ils étaient les crocs acérés d'une forêt furibonde. Alors je chantais de plus en plus fort afin de couvrir les bruits qui m'effrayaient. Déjà, à cette époque, la musique était ma meilleure alliée, et lorsque je chantais, alors que le soleil s'enfonçait au loin, derrière la voie ferrée, je n'entendais plus les bruits suspects qui murmuraient derrière le grand mur séparant le bois de la rivière. En écoutant les Hymnes de silence pour orgue et orchestre de Norbert Moret, j'avais l'impression de revivre les orages de mon enfance, les nuits étoilées, les grands arbres que les automnes rendaient si effrayants et qui agitaient leurs bras nus et anorexiques sous le souffle d'un vent devenu fou, les aboiements féroces des chiens qui restaient parfois invisibles. Cette musique me sembla en communion avec les éléments de la nature, des plus fascinants aux plus effrayants, de ceux qui ont nourri mon imaginaire d'enfant:

<<C'était au début mai 1945, dans cette merveilleuse plaine de la Broye où je suis né. Le baccalauréat achevé, j'accomplissais mes études musicales et, ce jour-là, j'avais assisté à mes cours et je rentrai à vélo du village voisin où se trouve la station de chemin de fer. Il était un peu plus de midi. Le ciel était bas, la lumière grise et sombre. de lourds nuages noirs pesaient sur la plaine comme un couvercle. Les colzas en fleurs étalaient la clarté de leurs taches rectangulaires. La "bise noire" soufflait, violente et glacée. J'avançais péniblement, de trois quarts contre le vent. A quelques centaines de mètres devant moi, remontant le flan de la colline, la forêt déchaînée faisait un bruit de mer en colère. Les arbres étaient agités avec une telle fureur que des cimes en étaient arrachées. On aurait dit qu'un héros mythologique, à la force herculéenne, secouait brutalement les sapins jusqu'à les briser. Juste en dessus des arbres, mais nettement distinct des autres nuages, un long ruban d'environ un à deux mètres d'épaisseur avait l'air de s'appuyer sur les cimes recourbées pour fuir en avant, chassé par le vent. C'était le pollen que la bise entraînait et semait à tout vent pour le grand rite de la fécondation. De cette vision enchantée se dégageait une telle puissance, une telle force, un tel cri d'espérance à la vie, que tout mon être était imprègné. J'étais comme envoûté. Et puis soudain le vent m'emportait. J'étais moi aussi, absorbé, intégré dans la tempête de vie. La voix des grandes orgues m'enveloppait, m'écrasait de son éclat: une percussion magique grondait sourdement et des trombones au souffle puissant crevait le voile sonore de leurs appels déroutants... >> Norbert Moret à propos de ses Hymnes de Silence.


Dernière édition par Icare le Sam 24 Oct - 18:00, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10566
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Norbert MORET (1921-1998)   Sam 18 Mai - 23:30


Je viens de vivre une très belle émotion avec son Mendiant du ciel bleu "Trois visions pour exorciser l'homme" pour deux solistes (soprano & baryton), deux choeurs d'enfants, choeur de femmes, grand choeur et orchestre.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10566
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Norbert MORET (1921-1998)   Dim 19 Mai - 16:06


Eléments biographiques (Wikipédia):

Norbert Moret est un compositeur d'origine suisse. Il est né le 20 novembre 1921 à Ménières et il mourut le 17 novembre 1998 à Fribourg. Provenant d'une famille d'agriculteurs de la Broye, NORBERT MORET apprit le piano, l'orgue, le chant grégorien et la composition au conservatoire de Fribourg où il avait obtenu le baccalauréat au Collège Saint-Michel. Entre 1948 et 1950, il séjourna à Paris où Arthur Honegger, René Leibowitz et surtout Olivier Messiaen exercèrent sur lui une influence déterminante et durable. L'année suivante, il fit un stage à l'Orchestre et à la Bibliothèque de la Philharmonie de Vienne sous la direction de Wilhelm Furtwängler, puis il regagna Fribourg et se consacra à la direction chorale ainsi qu'à l'enseignement de la musique, à l'école secondaire d'abord, à l'école normale cantonale ensuite, de 1965 à 1982. Ce n'est qu'en 1974 qu'il remporta un grand succès lors de la Fête de l'Association des Musiciens Suisses avec "Germes en éveil", une composition de musique de chambre avec laquelle il avait trouvé un langage qui lui était propre. En 1983, cette même association lui décerna son prix de composition, prix très prestigieux et convoité.
NORBERT MORET ne cessa de composer jusqu'à sa mort.


Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10566
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Norbert MORET (1921-1998)   Dim 19 Mai - 20:18

Norbert Moret, le mystique:

<<La création est le mystérieux tracé d'arabesques et trajectoires qui brisent le fini, défient l'infini jusqu'à l'extrême limite où la folie guette. Car tout acte de création est un acte de folie. Chaque oeuvre nouvelle est un acte d'amour, un acte de folie et un défi.>> Norbert Moret.

Elève inspiré, à Vienne, du chef d'orchestre Wilhelm Furtwaengler, et à Paris, des compositeurs Arthur Honegger, René Leibowitz et Olivier Messiaen, il a signé l'une des musiques les plus accomplies de ce temps, faite de fulgurances, de visions, de songes, de rêve, de silence. Romantique, Norbert Moret? Pleinement, au sens où l'être s'engage dans sa totalité, sa propre plénitude pour un combat sans trève ni relâche contre - ou avec - les démons de la nuit, au sens schumannien de doute, de gouffre, de déchirure. Religieux? Les titres, les oeuvres elles-mêmes le laissent entendre. Encore que panthéiste est certainement le mot qui convienne. Autant d'opus, autant d'exercices spirituels si l'on veut - un spirituel en même temps très incarné, avec ce côté terrien, fortement ancré terrien, le goût des bonnes choses, des infinies saveurs, de la cuisine gourmande. Norbert Moret est d'abord, ou peut-être l'est-il en dernier ressort, un mystique. A preuve, ce jour de début mai 1945 - on a 24 ans - que le musicien relatera plus tard, un peut comme Pascal l'avait fait pour la nuit de feu du Mémorial, ou Romain Rolland, pris d'effroi dans un train stoppé tous feux éteints au milieu d'un tunnel, et cette peur panique de la Mort, de l'anéantissement suivie de la certitude de son exact contraire.

Ce jour-là, Norbert Moret vit une expérience qui va le marquer pour la vie. Pris au milieu d'une tempête dans sa Broye natale, le jeune homme se retrouve face à "cette vision enchantée (d'où) se dégageait une telle puissance, une telle force, un tel cri d'espérance à la vie, que tout mon être en était imprégné. J'étais comme envoûté.". De ce moment-ciel allait surgir l'accord de ré majeur qui sera chez lui une manière de signature, un peu la petite tache rouge qui pose, presque invariablement, dans ses toiles le peintre Corot. On lira ailleurs le récit complet, détaillé de cette expérience, qui nous paraît relever d'un Jean de la Croix, d'une Thérèse d'Avila - "Vers quelle destinée, vers quelle mer de Sargasses, vers quel Cap d'Espérance voguions-nous? (...) Tous les instruments avaient convergé vers un seul son que des cordes affolées martelaient obstinément. C'était comme la copulation démesurée de deux océans mariant leurs eaux."

Cette vision auditive, si l'on peut se permettre d'accoler ces deux termes, qui survient dans l'apaisement des forces de la Nature, son grand calme, permet peut-être, dès lors, de préciser la spécificité du mysticisme de Norbert Moret: contemplatif. A preuve encore, l'oeuvre grandiose qui devait, un jour, notamment en témoigner: Les Hymnes de Silence, pour grand orgue et grand orchestre. Là, tout semble être dit.

Daniel Robellaz
Revenir en haut Aller en bas
laudec

avatar

Nombre de messages : 3120
Age : 64
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Re: Norbert MORET (1921-1998)   Dim 19 Mai - 21:39

De belles citations qui donnent envie d'en savoir plus mais peu de documents sonores à trouver.



vidéo qui nous livre également le beau visage de Norbert Moret.

Pour le peu que j'ai pu entendre "Lumière vaporeuse" et "Dialogue avec l' Etoile", un travail tout en douceur par petites touches subtiles qui exprime une intensité suprême des sentiments, très belle expérience I love you
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10566
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Norbert MORET (1921-1998)   Sam 19 Juil - 17:09

Je viens de réécouter trois oeuvres de Norbert Moret, Triptyque pour les fêtes pour voix à cappella, Gastlosen pour orgue et Mendiant du Ciel bleu pour deux solistes, deux choeurs d'enfants, choeur de femmes, grand choeur et orchestre. La première pièce pour choeur à cappella ne m'a pas particulièrement plu, ni vraiment belle ni vraiment intéressante d'une manière ou d'une autre. La pièce pour orgue qui s'étale sur une durée de seize minutes me faisait un peu peur. Je craignais peut-être trop de clusters!Laughing L'oeuvre est plutôt bien passée même si je ne suis jamais réellement entré dans cette musique.

Heureusement, le Mendiant du ciel bleu me laissa une impression beaucoup plus positive. Il y a déjà une très belle formation chorale et l'oeuvre en bénéficie largement. C'est un monde follement poétique et même onirique que je viens de traverser. J'aime beaucoup ses turbulences, ses chants, ses couleurs, les interventions des deux choeurs d'enfants...   
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10566
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Norbert MORET (1921-1998)   Ven 7 Nov - 22:05

Icare a écrit:
Je viens de vivre une très belle émotion avec son Mendiant du ciel bleu "Trois visions pour exorciser l'homme" pour deux solistes (soprano & baryton), deux choeurs d'enfants, choeur de femmes, grand choeur et orchestre.    

C'est une oeuvre forte, très expressive et en phase avec son époque. Beaucoup d'intensité, de couleur et de lumière, notamment une utilisation délicate de l'orgue dans un registre lumineux et une douceur qui tranche à merveille avec les parties les plus véhémentes . J'aime aussi la présence du choeur d'enfants, l'autre point lumineux de l'oeuvre de Norbert Moret ainsi que son titre, Mendiant du ciel bleu qui avait vraiment aiguisé ma curiosité sur son contenu. Je ne regrette pas. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10566
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Norbert MORET (1921-1998)   Sam 8 Nov - 19:18

Je n'ai pu résister à l'envie de réécouter une nouvelle fois son Mendiant du ciel bleu et j'ai encore mieux aimé qu'hier. Je suis aux anges, mendiant moi aussi du ciel bleu, pendant qu'il y en a encore.
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 15976
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Norbert MORET (1921-1998)   Sam 24 Oct - 15:45

Je suis en train d'écouter son concerto pour violon, enregistré avec le deuxième de Bartok sur ce CD :



Et on dit que Bartok est dissonant, alors que son concerto semble presque romantique à côté de celui de Moret !

Inutile de dire que je n'ai pas aimé...
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10566
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Norbert MORET (1921-1998)   Sam 24 Oct - 17:56

Certes, il est plus moderne et onirique que de forme romantique, mais rien de vraiment tonitruant ni de crispant dans ce concerto. C'est marrant parce que ce cd m'a été offert par un mélomane-béophile qui n'aime pas le contemporain au sens où on l'entend habituellement - le "trop dissonnant ou trop atonal" - et justement par rapport au concerto de Norbert Moret qu'il aime beaucoup, préfère même à celui de Bartok avec lequel il est couplé. Comme quoi! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Norbert MORET (1921-1998)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Norbert MORET (1921-1998)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: