Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-33%
Le deal à ne pas rater :
Philips EP2220/10 Machine Espresso automatique avec mousseur à lait
269.99 € 399.99 €
Voir le deal

 

 Leopold Mozart (1719-1787)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22490
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

Leopold Mozart (1719-1787) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Leopold Mozart (1719-1787)   Leopold Mozart (1719-1787) - Page 2 Empty2013-05-30, 12:22

Parmi les grandes oeuvres - et l'une des dernières - se trouve la Messe solennelle en ut majeur de 1764. Elle a été attribuée très longtemps, jusque dans les années 1970, comme une oeuvre de jeunesse de Wolfgang (K 115), bien que ne soit pas vraiment son style, même comme oeuvre de jeunesse. Cette Messe est du style baroque tardif ou début classicisme. Comme elle n'est plus attribuée à Wolfgang, évidemment il faut retourner à un enregistrement de 1981 pour l'écouter. Mais il faut connaître pour se rendre compte que Leopold est quand même un grand compositeur !

Leopold Mozart (1719-1787) - Page 2 Cover19
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15397
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Leopold Mozart (1719-1787) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Leopold Mozart (1719-1787)   Leopold Mozart (1719-1787) - Page 2 Empty2013-05-30, 17:47


Voilà une oeuvre qui aurait parfaitement convenu à mon cycle actuel. LEOPOLD MOZART est très certainement le prochain compositeur classique avec FRESCOBALDI sur lequel j'ai l'intention de me pencher, peut-être une oeuvre religieuse ou certaines de ses symphonies. Il est en tout cas dans mes prévisions. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22490
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

Leopold Mozart (1719-1787) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Leopold Mozart (1719-1787)   Leopold Mozart (1719-1787) - Page 2 Empty2013-05-30, 20:37

Une très bonne décision, Icare. Very Happy Toutefois, si sa musique religieuse risque de te plaire, je ne sais pas si ses symphonies, dont le style s'apparente un peu à l'Ecole de Mannheim (Les Stamitz, Cannabich, Richter et consorts) te séduiraient beaucoup. Tu verras bien, car il y a plusieurs CD pas chers chez Naxos.
Quant à la musique, qu'on peut qualifier de "concrète" car utilisant des sons concrets, instruments enfantins, cor des Alpes, ou aboiements de chiens, grelots, vielle à roue Hehe , moi j'aime beaucoup, mais pour toi je ne sais pas...

Outre la messe présentée ci dessus, essaie son superbe oratorio Der Mench, ein Gottermorder, je pense que tu pourrais apprécier Leopold Mozart (1719-1787) - Page 2 185465
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22490
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

Leopold Mozart (1719-1787) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Leopold Mozart (1719-1787)   Leopold Mozart (1719-1787) - Page 2 Empty2013-06-25, 09:52

Deux beaux CD de Leopold : 

Leopold Mozart (1719-1787) - Page 2 Front53

Leopold Mozart (1719-1787) - Page 2 Mi000110


Le premier est intitulé intégrale des concertos pour cor, et pourtant il manque le concerto en ré majeur. Il aurait facilement pu être ajouté, puisque le CD ne dure que 49 minutes. Mais l'interprétation est impeccable. Le second nous montre une fois de plus le grand talent de Leopold Mozart !

A toi, Icare !  Wink
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22490
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

Leopold Mozart (1719-1787) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Leopold Mozart (1719-1787)   Leopold Mozart (1719-1787) - Page 2 Empty2014-02-19, 10:44

Je viens de réécouter ce CD :

Leopold Mozart (1719-1787) - Page 2 Front76


La grande Sérénade en ré majeur (D 7 dans le catalogue Eisen), est en 9 mouvements

D'une quarantaine de minutes de durée au total, les mouvements sont les suivants :

1 - Intrada puis Molto allegro. L'intrada, assez courte, vient en remplacement de la marche qui, habituellement, sert de prélude aux sérénades orchestrales.
2 - Andante, très poétique
3 - Menuetto, très joyeux, en forme de laender, avec un trio contrasté, en mineur (je crois Embarassed ) et reprise da capo.
4 et 5 - Là commence la partie "concerto pour soliste", d'abord un concerto pour trompette, assez connu car on l'interprète souvent détaché de la sérénade. D'abord un Andante où la trompette monte très haut dans les aigus. Cet Andante ressemble comme un frère à celui du concerto que Michael Haydn inclura dans une de ses sérénades, elle aussi en ré majeur. Il est suivi par un allegro moderato où la trompette joue en virtuosité.
6, 7 et 8 - Deuxième concerto pour soliste, celui ci pour trombone, un instrument que l'on ne rencontre pas souvent en soliste (là aussi, Michael Haydn en a introduit un dans une autre sérénade). Il commence par un Adagio, où cet instrument grave se fait tendre, suivi d'un Menuetto assez rythmé, et où le trombone n'intervient que dans le trio, un soliste "caressant", tendre, enjôleur...Suit un Allegro, avec cette fois un trombone plus virtuose qui passe tour à tour du grave à l'aigu, je pense qu'il devait être difficile à jouer sur un instrument de l'époque.
9 - retour pour finir à un mouvement purement orchestral, un Presto fulgurant qui termine la sérénade sur un ton enjoué.

Décidément, Leopold Mozart n'est pas le compositeur médiocre que l'on se plaît souvent à dénigrer dans les biographies de Wolfgang.

Le CD est complété par son concerto pour cor en ré majeur, où le soliste fait, là aussi, des prouesses.



Dernière édition par joachim le 2014-07-13, 20:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22490
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

Leopold Mozart (1719-1787) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Leopold Mozart (1719-1787)   Leopold Mozart (1719-1787) - Page 2 Empty2014-02-19, 20:12

Autre écoute de Leopold ce jour : ses 3 sonates pour pianoforte (vers 1763) et ses trois Trios pour pianoforte, violon et violoncelle (vers 1750/52). Les Trios différent peu du baroque, par contre les sonates sont largement pré classiques, un peu comme les sonates de jeunesse de Haydn.

Leopold Mozart (1719-1787) - Page 2 Cover60
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22490
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

Leopold Mozart (1719-1787) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Leopold Mozart (1719-1787)   Leopold Mozart (1719-1787) - Page 2 Empty2014-07-13, 20:52

J'ai réécouté la messe solennelle en ut majeur, dont je parlais ci-dessus. Je l'ai trouvée sur youtube !



https://www.youtube.com/watch?v=pZr_1xSONp4


Dernière édition par joachim le 2021-05-29, 18:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

Anouchka

Nombre de messages : 5168
Age : 60
Date d'inscription : 03/04/2014

Leopold Mozart (1719-1787) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Leopold Mozart (1719-1787)   Leopold Mozart (1719-1787) - Page 2 Empty2019-04-22, 20:14

Malheureusement, je ne connais pas assez les oeuvres de Leopold Mozart, il faut que je m'y penche plus sérieusement !

Cette année, on célèbre les 300 ans de Léopold (auquel les anniversaires d'Offenbach et Berlioz font sûrement de l'ombre).
La Philharmonie de Bavière a souhaité lui rendre hommage par la sortie d'un CD sur le K 115, la Missa Solemnis faussement rangée dans l'ancien catalogue Köchel de son fils.
L'album, paru cette semaine chez Aparté, s'accompagnera d'un grand concert le 19 mai à Augsbourg.
Salzbourg, ville natale de Wolfgang, lui rend également hommage depuis début avril, et jusqu'en février 2020, avec une grande exposition à la Maison de Mozart "Leopold, musicien, manager, homme".. Leopold Mozart (1719-1787) - Page 2 185465

De belles citations.. Wolfy : "Juste après le bon Dieu, vient papa"..
Léopold : "Annoncer au monde un miracle que Dieu a fait naître à Salzbourg. Je dois au Dieu tout-puissant d'en agir ainsi sous peine d'être la plus ingrate des créatures".. Leopold Mozart (1719-1787) - Page 2 333455


P.S. : Re un message d'Icare que j'ai lu sur les pages précédentes. J'ai découvert la "machine à vents" -appelée aussi "machine à tempêtes", lors d'un concert de Jordi Savall à Versailles (avec ce grand rouleau qu'on tourne interminablement). Je ne sais plus sur quelle oeuvre, mais ça m'avait vraiment émerveillée !
Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22490
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

Leopold Mozart (1719-1787) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Leopold Mozart (1719-1787)   Leopold Mozart (1719-1787) - Page 2 Empty2019-11-13, 19:52

En inédit au disque jusqu'à présent : la cantate "Surgite, mortui" pour ténor, chœur et orchestre (1755) :



https://www.youtube.com/watch?v=Y-U0kuw3M5Q
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22490
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

Leopold Mozart (1719-1787) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Leopold Mozart (1719-1787)   Leopold Mozart (1719-1787) - Page 2 Empty2020-01-01, 11:53

Ses Litaniea Lauretanea, datées de 1760 sont une des dernières œuvres, puisque qu'il a ensuite abandonné la composition pour se consacrer exclusivement à ses enfants.

Peut-être pas un chef d'œuvre absolu, mais très agréables à écouter



https://www.youtube.com/watch?v=O6H0kMHFYV0

Traduction du commentaire :

Son écrit ou traité le plus important fut son Versuch einer gründlichen Violinschule de 1756, une œuvre qui a été traduite en plusieurs langues de son vivant et qui est toujours imprimée.

Beaucoup d'informations sur sa personnalité peuvent être tirées des études biographiques de son fils, mais on peut dire que, bien que disciplinaire, il avait de nombreux intérêts au-delà de la musique : sciences, histoire géographie, lectures ; il était bien lu et, plus tard dans la vie, il était un individu gentil et généreux, même si sa relation avec son fils peut être considérée comme problématique.

En tant que compositeur, Leopold Mozart était prolifique et un modèle digne pour son fils dans la variété des œuvres qu'il a écrites. Il s'agit notamment de six oratorios ; sept messes; six litanies; de nombreux psaumes, séquences, hymnes et autres; 21 Lieder; 69 symphonies; quatre sérénades; deux divertissements; six partitas; 12 concertos; beaucoup de musique de danse diverses; six sonates en trio; neuf trios; trois sonates pour clavier; et de nombreuses petites œuvres.

Le style de L. Mozart est dans la veine de l'Empfindsamkeit, bien qu'il ait une touche descriptive dans sa musique. Par exemple, il inclut fréquemment la vie quotidienne locale dans ses représentations musicales de promenades en traîneau, de chasses, de mariages paysans, etc.

Sa fille, Maria Anna (ou Nannerl), a reçu une œuvre pédagogique, le Notenbuch, qui contient de petites pièces pratiques (et un certain nombre d'œuvres très anciennes de son frère).

La musique de L. Mozart a été cataloguée selon les numéros LMV ou Eisen.

La sélection automatique youtube renvoie sur l'amusant Mariage paysan, avec ses cris et la vielle à roue. Je ne résiste pas au plaisir de l'ajouter ici :

https://www.youtube.com/watch?v=UyHYbQUq714
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22490
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

Leopold Mozart (1719-1787) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Leopold Mozart (1719-1787)   Leopold Mozart (1719-1787) - Page 2 Empty2021-05-29, 18:49

Nouvelle biographie

Johann Georg Leopold Mozart (Augsbourg, 14 novembre 1719 - Salzbourg, 28 mai 1787) est un compositeur et pédagogue allemand.

Il est né à Augsbourg, fils de Johann Georg Mozart (1679–1736), relieur, et de sa seconde épouse Anna Maria Sulzer (1696–1766). Dès son plus jeune âge, il a chanté comme un garçon de chœur. Il a fréquenté une école jésuite locale, St. Salvator, où il a étudié la logique, la science et la théologie, obtenant un diplôme magna cum laude en 1735. Il a ensuite étudié au St. Salvator Lyzeum.

Tandis qu'étant étudiant à Augsbourg, il est apparu dans des productions théâtrales étudiantes en tant qu'acteur et chanteur, et est devenu un violoniste et un organiste qualifiés. Il a également développé un intérêt, qu'il a retenu, pour les microscopes et les télescopes, l'histoire et la géographie. Bien que ses parents aient planifié une carrière pour Léopold en tant que prêtre catholique, ce n'était apparemment pas le souhait de Léopold. Un vieil ami d'école a dit à Wolfgang Amadeus Mozart en 1777: "Ah, il [Léopold] était un grand camarade. Mon père pensait connaître son monde. Et comment il a trompé les clercs sur le fait de devenir prêtre!".

Il s'est retiré du lycée St. Salvator après moins d'un an. Après un an de retard, il déménage à Salzbourg pour reprendre ses études, s'inscrivant en novembre 1737 à l'Université bénédictine (aujourd'hui Université de Salzbourg ) pour étudier la philosophie et la jurisprudence. À l'époque, Salzbourg était la capitale d'un État indépendant au sein du Saint Empire romain germanique (le prince-archevêché de Salzbourg), qui fait maintenant partie de l' Autriche. Sauf pour les périodes de voyage, Léopold y passa le reste de sa vie.

Léopold a reçu le degré de baccalauréat en philosophie en 1738. Cependant, en septembre 1739, il a été expulsé de l'université pour une faible fréquentation, ayant "à peine assisté à la Science Naturelle plus d'une ou deux fois".

En 1740, Mozart a commencé sa carrière de musicien professionnel, devenant violoniste et valet de chambre à l'un des chanoines de l'université, Johann Baptist, comte de Thurn-Valsassina et Taxis. C'était aussi l'année de sa première publication musicale, les six Sonates en Trio, Opus 1. Celles-ci étaient intitulées Sonate sei da chiesa e da camera ; Léopold a fait lui-même le travail de gravure sur cuivre. Il a continué à composer, produisant une série de cantates allemandes de passion.

En 1747, il épousa Anna Maria Pertl, qui lui donna sept enfants, bien que seulement deux d'entre eux aient survécu après l'enfance:

Johann Leopold Joachim (18 août 1748 - 2 février 1749)
Maria Anna Cordula (18 juin 1749 - 24 juin 1749)
Maria Anna Nepomucena Walpurgis (13 mai 1750 - 29 juillet 1750)
Maria Anna Walburga Ignatia, Nannerl (30 juillet 1751 - 29 octobre 1829)
Johann Karl Amadeus (4 novembre 1752 - 2 février 1753)
Maria Crescentia Francisca de Paula (9 mai 1754 - 27 juin 1754)
Johann Chrysostomus Wolfgang Theophilus (27 janvier 1756 - 5 décembre 1791)


En 1743, Léopold Mozart a été nommé à un poste (quatrième violoniste) dans l'établissement musical du comte Leopold Anton von Firmian, le prince-archevêque au pouvoir de Salzbourg. Ses devoirs comprenaient la composition et l'enseignement du violon (plus tard, du piano) aux enfants de chœur de la cathédrale de Salzbourg. Il est promu second violoniste en 1758 et en 1763 vice Kapellmeister. Mais il n'aura jamais la place de premier Kapellmeister, probablement en raison de ses absences fréquentes lors de ses tournées européennes.

La question de savoir si Léopold a réussi en tant que compositeur (que ce soit en termes de succès artistique ou de renommée) est débattue. Le Grove Dictionary dit qu'à partir de 1756, "Mozart était déjà bien connu. Ses œuvres ont largement circulé en Europe germanophone". Cependant, le biographe Maynard Solomon affirme qu'il "n'a pas réussi à faire sa marque en tant que compositeur", et Alfred Einstein "l'a jugé comme un compositeur non distingué".

Les chercheurs conviennent, cependant, que Léopold a réussi en tant que pédagogue. En 1755, il écrivit sa Versuch einer gründlichen Violinschule, un traité complet sur le jeu du violon. Cet ouvrage a été publié en 1756 (l'année de la naissance de Wolfgang) et a connu deux autres éditions allemandes (1769, 1787), ainsi que traduit en néerlandais (1766) et en français (1770). Aujourd'hui, l'œuvre est consultée par des musiciens intéressés par la pratique de la performance du 18ème siècle. Cet ouvrage a réalisé une réputation en Europe pour Léopold, et son nom commence à apparaître à cette époque dans les dictionnaires de musique et autres ouvrages de pédagogie musicale.

La musique de Léopold Mozart est inévitablement éclipsée par le travail de son fils Wolfgang, et en tout cas le père a volontairement sacrifié sa propre carrière pour promouvoir celle de son fils. Mais sa Cassation en sol pour orchestre et jouets (symphonie des jouets) (également attribuée à Joseph Haydn, Michael Haydn et au moine bénédictin autrichien Edmund Angerer) reste populaire, et un certain nombre de symphonies, un concerto pour trompette et d'autres œuvres survivent

Léopold Mozart était très préoccupé par une sensation naturaliste dans ses compositions, sa Jagdsinfonie (ou Sinfonia da Caccia pour quatre cors et cordes) appelle des fusils de chasse, et son Bauernhochzeit (Mariage paysan) comprend des cornemuses, une vielle à roue, un dulcimer, des cris et des sifflets (ad. lib.) et des coups de pistolet. Musikalische Schlittenfahrt (balade musicale en traîneau) appelle des cloches et des fouets en plus d'un riche orchestre.

Son œuvre était vaste, mais ce n'est que récemment que les chercheurs ont commencé à en évaluer la portée ou la qualité; beaucoup sont perdues, et on ne sait pas à quel point les œuvres survivantes sont représentatives de sa production globale. Cliff Eisen, qui a rédigé une thèse de doctorat sur les symphonies de Léopold Mozart, trouve dans une Symphonie en sol des exemples majeurs de sa «sensibilité à la couleur orchestrale» et une œuvre qui «se compare favorablement à celles de pratiquement tous les contemporains immédiats de Mozart».



Une symphonie en ré majeur datée de 1760 environ, donc une de ses dernières



https://www.youtube.com/watch?v=1FxGtb0ynpg
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22490
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

Leopold Mozart (1719-1787) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Leopold Mozart (1719-1787)   Leopold Mozart (1719-1787) - Page 2 Empty2021-05-29, 20:05

Leopold Mozart et ses enfants

Bien que L. Mozart soit décrit (notamment par Halliwell 1998) comme généralement assez préoccupé par l'argent, la famille Mozart en 1773 se sentait manifestement assez prospère pour améliorer ses logements. Ils ont quitté la maison de la Getreidegasse où les enfants étaient nés et ont emménagé dans des chambres de la Tanzmeisterhaus, qui était la maison du maître de danse récemment décédé Franz Karl Gottlieb Speckner. En tant que locataires de la cousine et héritière de Speckner, Maria Anna Raab, les Mozart avaient huit chambres, y compris la salle assez grande que Speckner avait utilisée pour les cours de danse. C'est la salle utilisée pour l'enseignement, pour les concerts domestiques, pour stocker les instruments à clavier vendus par Leopold, et pour Bölzlschiessen, une forme de récréation dans laquelle la famille et leurs invités ont tiré des fusils à air comprimé sur des cibles en papier conçues avec humour.

À partir de cette époque, une préoccupation majeure était la lutte longue et frustrante pour trouver un poste professionnel pour son fils. Sa femme est décédée en 1778 à Paris alors qu'elle accompagnait Wolfgang lors d'une tournée de recherche d'emploi.

Bien que Mozart soit décrit (notamment par Halliwell 1998) comme généralement assez préoccupé par l'argent, la famille Mozart en 1773 se sentait manifestement assez prospère pour améliorer ses logements. Ils ont quitté la maison de la Getreidegasse où les enfants étaient nés et ont emménagé dans des chambres de la Tanzmeisterhaus («Dancing-Master House»), qui était la maison du maître de danse récemment décédé Franz Karl Gottlieb Speckner. En tant que locataires de la cousine et héritière de Speckner, Maria Anna Raab, les Mozart avaient huit chambres, y compris la salle assez grande que Speckner avait utilisée pour les cours de danse. C'est le Mozart utilisé pour l'enseignement, pour les concerts domestiques, pour stocker les instruments à clavier vendus par Leopold, et pour Bölzlschiessen, une forme de récréation dans laquelle la famille et leurs invités ont tiré des fusils à air comprimé sur des cibles en papier conçues avec humour. [24]

À partir de cette époque, une préoccupation majeure était la lutte longue et frustrante pour trouver un poste professionnel pour son fils. Sa femme est décédée en 1778 à Paris alors qu'elle accompagnait Wolfgang lors d'une tournée de recherche d'emploi.

L. Mozart découvrit que ses deux enfants étaient doués musicalement vers 1759, lorsqu'il commença avec des cours de clavier pour Nannerl, sept ans. Le bambin Wolfgang a immédiatement commencé à imiter sa sœur, en choisissant d'abord les tierces sur le clavier, puis en faisant des progrès rapides sous les instructions de Léopold. En 1762, les enfants étaient prêts à travailler comme interprètes de concert, et Léopold a commencé à emmener la famille dans de vastes tournées de concerts, se produisant à la fois pour l'aristocratie et le public, dans toute l'Europe centrale et occidentale. Cette tournée comprenait Munich, Vienne, Presbourg, Paris et La Haye avec un long séjour à Londres.

La découverte du talent de ses enfants est considérée comme un événement qui a changé la vie de Leopold Mozart. Il a un jour évoqué son fils comme le "miracle que Dieu a laissé naître à Salzbourg". De l'attitude de Léopold, le Grove Dictionary dit:

La reconnaissance de ce «miracle» a dû frapper Léopold avec la force d'une révélation divine et il a senti sa responsabilité d'être non seulement celle d'un père et d'un enseignant, mais aussi celle d'un missionnaire.
Par «missionnaire», le Grove Dictionary désigne les tournées de concerts de la famille.

Les chercheurs ne sont pas d'accord sur le fait que les tournées ont fait des bénéfices substantiels. Certes, les enfants se produisaient souvent devant un large public et recevaient de grosses sommes, mais les frais de voyage étaient également très élevés et aucun argent n'était gagné pendant les différentes périodes où Mozart et les enfants souffraient de maladies graves. Le biographe de Mozart Maynard Solomon 1995 estime que les tournées étaient lucratives et ont produit des bénéfices à long terme pour Léopold; Ruth Halliwell 1998 déclare au contraire que leurs revenus ne couvrent généralement que leurs frais de déplacement et de subsistance.

Étant donné que l'enseignement prenait beaucoup de temps et que les tournées le tenaient loin de Salzbourg pendant de longues périodes, Mozart réduisit ses activités dans d'autres domaines. Nannerl déclara plus tard qu'il "abandonna entièrement l'instruction et la composition du violon pour diriger ce temps non réclamé au service du prince vers l'éducation de ses deux enfants". Après 1762, ses efforts de composition semblent avoir été limités à la révision de son travail antérieur et après 1771 il ne composa pas du tout.

La tournée s'est poursuivie jusqu'au début des années 1770. Les trois derniers voyages étaient en Italie, avec seulement le père accompagnant Wolfgang. L'échec de Léopold Mozart à progresser au-dessus de sa position de Vice-Kapellmeister à Salzbourg est attribué par le Grove Dictionary à la grande quantité de temps que les voyages l'ont éloigné de Salzbourg (le plus long voyage était d'environ trois ans et demi). Après le retour final d'Italie en 1773, Léopold a été à plusieurs reprises ignoré pour le poste de Kapellmeister.


L. Mozart est une figure controversée parmi ses biographes, avec les plus grands désaccords concernant son rôle en tant que parent d'enfants adultes. Le biographe de Mozart Maynard Solomon a adopté une vision particulièrement dure de Léopold, le traitant comme tyrannique, mensonger et possessif; Ruth Halliwell adopte une vision beaucoup plus sympathique, dépeignant sa correspondance comme un effort sensé pour guider la vie d'un Wolfgang manifestement irresponsable.

Nannerl

Wolfgang quitta définitivement la maison en 1781, et de cette époque jusqu'en 1784, son père vécut à Salzbourg avec juste Nannerl (maintenant au début de la trentaine) et leurs serviteurs. Nannerl avait un certain nombre de prétendants, dont le plus important était Franz Armand d'Ippold, dont elle était évidemment amoureuse. En fin de compte, elle ne l'a pas épousé et la raison en est inconnue. Une possibilité, fréquemment entretenue par les biographes, est que le mariage a été bloqué par Léopold, qui aimait avoir Nannerl à la maison comme la maîtresse de maison. Cependant, Halliwell observe qu'aucune preuve écrite sur ce point ne survit et insiste sur le fait que nous ne savons tout simplement pas pourquoi Nannerl s'est mariée si tard. Nannerl s'est finalement mariée en août 1784, à l'âge de 33 ans. Elle a déménagé dans la maison de son nouveau mari, Johann Baptist Franz von Berchtold zu Sonnenburg, dans la petite ville rurale de St. Gilgen, à environ six heures de trajet à l'est de Salzbourg.

Pendant ses années restantes, L. Mozart a passé une bonne partie de son temps à essayer d'aider Nannerl à distance, car sa nouvelle situation de mariage, impliquant cinq beaux-enfants apparemment mal éduqués, n'était apparemment pas facile. Selon Halliwell, Nannerl dépendait de lui à bien des égards: il faisait «du shopping [et] l'engagement des domestiques. ... Il relayait les nouvelles de Salzbourg, Munich et Vienne pour la détourner, faisait de son mieux pour organiser la maintenance de son pianoforte, a payé la musique de Wolfgang à copier et s'est arrangé pour qu'elle la reçoive; a rassemblé des musiciens lorsqu'elle lui avait rendu visite afin qu'elle puisse la jouer avec la plupart des parties; .. a essayé de prendre soin de sa santé; et l'a encouragée à tenir tête à son mari quand il était déraisonnable. " Après la mort de Léopold en 1787, Nannerl dut se passer de ce soutien, et Halliwell affirme qu '«il y a toutes les raisons de croire que la mort de Léopold a été dévastatrice» pour elle.

En juillet 1785, Nannerl vint à Salzbourg pour donner naissance à son premier enfant, un fils. L'enfant est resté avec son grand-père à son retour à la maison et, avec l'aide de ses serviteurs, il a élevé l'enfant. Il envoyait fréquemment des lettres à Nannerl (au moins une par semaine) qui commençaient généralement par la phrase «Leopoldl est en bonne santé» («Leopoldl» est le Petit Léopold») et offrait un rapport complet sur l'enfant. Leopoldl est resté jusqu'à la mort de son grand-père en mai 1787. Il a apparemment trouvé élever son petit-fils une expérience heureuse. Halliwell raconte un épisode répété:

(Enfant en bas âge,) [il] développait sa propre volonté, devait être cajolé pour faire ce que Léopold voulait - le stratagème de Léopold pour le persuader d'aller se coucher était de faire semblant de monter dans le lit de Léopoldl, après quoi Léopoldl essaierait avec joie. pour le repousser et entrer en lui-même.
Maynard Solomon suggère qu'en gardant son petit-fils chez lui, L.Mozart aurait pu espérer former un autre prodige musical. Halliwell note une possibilité différente, que les conditions d'élevage des enfants dans le ménage Berchtold étaient nettement sous-optimales.


Wolfgang

Wolfgang quitta définitivement la maison en 1781, lorsqu'au lieu de revenir d'un séjour à Vienne avec son employeur, l' archevêque Colloredo, il resta dans la ville pour poursuivre une carrière indépendante. Cet effort a été assez fructueux; Wolfgang a acquis une grande renommée et a été pendant un certain temps assez prospère (bien qu'une mauvaise planification ait changé plus tard ce statut). Le mouvement a presque certainement aidé le développement musical de Wolfgang; la grande majorité de ses œuvres les plus célèbres ont été composées à Vienne.

Comme indiqué par les lettres de retour de Mozart (qui seules survivent), son père était fermement opposé au déménagement de Vienne, voulant que Wolfgang retourne à Salzbourg. Une querelle de famille assez dure en résulta. Il était également fermement opposé au mariage de Wolfgang avec Constanze Weber en 1782 et a donné sa permission tardivement, à contrecœur et sous la contrainte. Les biographes diffèrent sur la mesure que Constanze a été plus tard snobée par Léopold, voire pas du tout, pendant sa visite avec Wolfgang (juillet - octobre 1783) à Salzbourg; le Grove Dictionary qualifie la visite de «pas entièrement heureuse».

En 1785, il visita Wolfgang et Constanze à Vienne, à une époque où le succès de carrière de son fils était à son apogée. Il a été témoin de première main du succès de son fils en tant qu'interprète, et le 12 février a entendu les paroles de louange largement citées de Joseph Haydn, en entendant les quatuors à cordes que Wolfgang lui a dédiés : «Devant Dieu et en honnête homme, je vous dis que votre fils est le plus grand compositeur que je connaisse en personne ou de nom: il a le goût et, en outre, la connaissance la plus profonde de la composition. "  La visite était la dernière fois que Léopold a vu son fils, bien qu'ils aient continué à correspondre, et Wolfgang a parfois envoyé des copies de ses concertos pour piano et quatuors à cordes pour que Léopold et Nannerl se produisent avec des amis.

Plus tard en 1785, lorsque Léopold Mozart accueillit l'enfant de Nannerl, Wolfgang n'en fut pas informé. Cependant, dans l'année suivante Wolfgang a découvert ceci d'une connaissance mutuelle à Vienne. À ce moment, Wolfgang a écrit à Léopold pour lui demander s'il serait prêt à prendre soin de ses deux enfants pendant que lui et Constanze partaient en tournée de concerts. Léopold l'a refusé, probablement avec des mots durs. Sa lettre à Wolfgang ne survit pas, mais son résumé à Nannerl de celle-ci (17 novembre 1786):

Aujourd'hui, j'ai dû répondre à une lettre de votre frère qui m'a coûté beaucoup d'écriture , donc je peux vous écrire très peu ... Vous comprendrez facilement que j'ai dû écrire une lettre très emphatique, car il n'a pas fait de moindre suggestion que je devrais prendre ses 2 enfants à ma charge, car il aimerait faire un voyage à travers l'Allemagne jusqu'en Angleterre ... Le bon et honnête créateur de silhouette H [err] Müller avait chanté le séjour de Leopoldl à ton frère, alors il a découvert que l'enfant était avec moi, ce que je ne lui avais jamais dit: c'est ainsi que la bonne idée lui est venue ou peut-être à sa femme. ce ne serait certainement pas mal, - ils pourraient voyager en paix, - pourraient mourir, - - pourraient rester en Angleterre, - - alors je pourrais courir après eux avec les enfants etc: quant au paiement qu'il m'offre pour les enfants, pour les domestiques et les enfants etc: - Basta! ; mon excuse est puissante et instructive, s'il veut en profiter.

Pour des interprétations de cette lettre, voir Halliwell 1998 , 528, qui adopte un point de vue sympathique à Leopold, et Solomon 1995, 396, qui adopte un point de vue sympathique à Wolfgang.

À partir du moment où il a écrit cette lettre et en continuant à travers la première partie de 1787, sa santé se détériorait. Il était tombé gravement malade le 4 avril. Ce jour-là, Wolfgang lui écrivit alarmé par la nouvelle, bien qu'il ne se soit pas rendu à Salzbourg pour le voir. À la mort de Léopold Mozart le 28 mai, Wolfgang n'a pas pu assister aux funérailles, le temps de trajet jusqu'à Salzbourg étant trop long.

Peu d'informations sont disponibles sur la façon dont Wolfgang a pris la mort de son père, mais un post-scriptum qu'il a inclus dans une lettre à son ami Gottfried von Jacquin suggère que, malgré les querelles et l'éloignement partiel, la mort de son père a été un coup dur pour lui: "Je vous informe que En rentrant chez moi aujourd'hui, j'ai reçu la triste nouvelle de la mort de mon père très aimé. Vous pouvez imaginer l'état dans lequel je me trouve. "


Évaluation

L'évaluation de Léopold Mozart en tant que personne et en tant que père suscite de sérieux désaccords parmi les savants. L' article du Grove Dictionary, par Cliff Eisen, dénonce «sa fausse déclaration aux mains de biographes ultérieurs»:

Un homme d'une grande réussite culturelle ... Léopold Mozart était peut-être hautain, difficile à plaire et parfois insoluble, ... mais il n'y a aucune preuve irréfutable que Mozart était excessivement manipulateur, intolérant, autocratique ou jaloux du talent de son fils. Au contraire, une lecture attentive dans le contexte des lettres de famille révèle un père qui tenait profondément à son fils mais qui était souvent frustré dans sa plus grande ambition: assurer à Wolfgang une position mondaine appropriée à son génie.
D'autres chercheurs ont adopté un point de vue plus dur. Salomon dépeint Mozart comme un homme qui aimait ses enfants mais ne voulait pas leur donner leur indépendance lorsqu'ils atteignaient l'âge adulte, ce qui leur causait des difficultés considérables. Daniel Steptoe fait une évaluation similaire, et en particulier les fautes à Léopold pour avoir blâmé Wolfgang pour la mort prématurée de sa mère - non seulement immédiatement après la mort de 1778 («une réponse cruelle à un jeune homme pleurant pour sa mère»), mais encore plus tard dans 1780.

Robert Spaethling, qui a traduit les lettres de Mozart, prend généralement une position fortement sympathique à Wolfgang dans ses luttes avec son père; il décrit la démission de Wolfgang de sa position de Salzbourg et son mariage avec Constanze comme un "drame en deux actes de libération de Salzbourg, spécialement la libération de Wolfgang de Léopold Mozart".




https://www.youtube.com/watch?v=rRq9abSpjaA
Revenir en haut Aller en bas
Pébété

Pébété

Nombre de messages : 574
Age : 76
Date d'inscription : 19/03/2019

Leopold Mozart (1719-1787) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Leopold Mozart (1719-1787)   Leopold Mozart (1719-1787) - Page 2 Empty2021-05-29, 21:15

Très belle messe que la Missa Solemnis
Mains joachim
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Leopold Mozart (1719-1787) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Leopold Mozart (1719-1787)   Leopold Mozart (1719-1787) - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Leopold Mozart (1719-1787)
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: