Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Stephen Storace (1762-1796)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16644
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Stephen Storace (1762-1796)   Mar 16 Avr - 9:32

Stephen Storace (né à Londres le 4 avril 1762, où il est mort le 16 mars 1796) est un compositeur anglais d'opéras. Il est le frère de la célèbre cantatrice Nancy Storace. Il est né à Londres, d'une mère anglaise et d'un père italien. Il est surtout connu à travers les mémoires de ses contemporains, le musicien Michael Kelly, l'acteur John Bannister, et le hauboïste William T. Parke.

Son père, Stefano Storace, un contrebassiste italien, lui a enseigné le violon si bien qu'à dix ans, il a joué avec succès les musiques les plus difficiles. La jeunesse du compositeur a été entièrement effectuée en compagnie de musiciens, puisque son père (également compositeur et arrangeur) a été le directeur musical de Vauxhall Gardens. Se méfiant de la qualité de l'enseignement musical disponible en Angleterre, Stefano Storace a envoyé son fils en Italie pour étudier, au Conservatorio di Sant' Onofrio de Naples.
Stephen négligea ses études musicales en Italie, et s'intéressa à la peinture, avec Thomas Jones. Son intérêt pour l'art peut ne pas avoir été entièrement éteint, mais - à la différence des œuvres d'aucun de ses contemporains anglais, les partitions imprimées vocales de tous ses opéras disposent de gravures élaborées, de ce que sont supposés être les conceptions artistiques -, et il est suggéré que ces dessins étaient les propres travaux de Stephen. Aucun autre artiste, au moins, ne semble les avoir revendiqués. Vers la fin de leurs études, Stephen et Nancy ont fait la connaissance de Michael Kelly, qu'ils ont rencontré par hasard à Livourne. Kelly était avec des amis anglophones, et se risqua un avis (en anglais) pour savoir si la jeune personne avec Stephen était un garçon ou une fille. "La personne est-elle un-animal" rétorqua Nancy, offensée, en anglais comme première remarque dans ce qui serait une longue amitié avec les deux Storace.

Stephen Storace est retourné en Angleterre quelque part entre les années de 1780 et 1782, les plus susceptibles de s'établir à la suite des affaires de son père, Stefano, après sa mort à Naples, ce qui est probablement arrivé autour de 1780-1781.
Nancy, accompagnée de sa mère, Elizabeth, se rend à Vienne en Janvier 1783. Nancy a conclu un mariage arrangé, (probablement par sa mère), avec le violoniste et compositeur anglais, John Fisher, en mars 1784. Le mariage ne dura que quelques mois. On ne sait pas comment Stephen a obtenu sa première commande pour composer un opéra italien pour la scène viennoise, mais la commission a probablement été obtenue par Nancy, dans le courant de l'automne 1784, pour Stephen qui devait arriver à Vienne dans le courant de la fin de décembre de la même année. Stephen a produit son premier opéra, Gli Sposi malcontenti, à Vienne, le 1er Juin 1785. La première, cependant, a été entachée par un scandale impliquant davantage sa sœur, qui chantait le rôle prima buffa - elle s'est effondrée sur scène à la mi-air, provoquant son abandon. Nancy était enceinte lors de la première de "I sposi malcontenti" et a donné naissance à une petite fille quelques semaines plus tard. L'enfant a été donné à un orphelinat par Elizabeth Storace, qui a affirmé qu'il appartenait à l'ex-mari de Nancy, John Fisher, lequel avait été banni par l'empereur quelques mois plus tôt pour la faute grave de battre Nancy. Elizabeth Storace a affirmé qu'elles ne se soucient pas si l'enfant a vécu ou est mort. L'enfant est mort à l'orphelinat un mois après sa naissance.
Le retour de Nancy quatre mois plus tard, a été remarquée par son interprétation d'une "Cantata per la ricuperata di Ophélia", composée spécialement pour l'occasion par un trio de compositeurs - Mozart, Salieri, et un inconnu, "Cornetti" (qui peut avoir été un nom de plume de Stephen). Malheureusement, ce rare exemple d'une collaboration Mozart-Salieri a été entièrement perdu.
A Vienne, les Storace ont fait la connaissance de Mozart, pour qui Nancy chanta Susanna des Le nozze di Figaro à la première, et Kelly a chanté Don Curzio. Le "cercle Anglais" à Vienne comprenait également le compositeur Thomas Attwood. A Vienne, Stephen a produit un deuxième opéra, Gli equivoci, fondée sur The Comedy of Errors de Shakespeare.

Il n'y a aucune explication claire sur la raison pour laquelle les Storace ont abandonné Vienne , suite aux succès qu'ils y ont connu. Les raisons semblent être être plus personnelles que professionnelles. Très probablement Nancy était sous la pression d' Elizabeth, qui ne se plaisait pas à Vienne, et voulait retourner en Angleterre avec ses deux enfants. Nancy a quitté Vienne en février 1787, avec Michael Kelly, son frère, et Thomas Attwood. Malgré leurs succès viennois, les Storace ont été mal accueillis à Londres, où leurs noms avaient été complètement oubliés après une si longue absence.

Nancy et Stephen ont imaginé qu'ils pourraient trouver du travail au Théâtre du Roi, qui était - à l'époque - la maison de l'Opéra royal italien, une troupe qui jouissait d'un monopole royal sur la présentation de l'opéra italien. Kelly y a réussi à obtenir quelques rôles (sur la base de son expérience professionnelle plus large, mais les deux Storace se sont trouvés exclus par le groupe de musiciens italiens déjà bien établi. Stephen a néanmoins travaillé au Théâtre du Roi en tant que directeur musical de quelques opéras, y compris le sien, "Astuta La Cameriera". Le premier emploi de Stephen Storace à Drury Lane était de faire une version anglaise du Singspiel Doktor und Apotheker de Dittersdorf, qui est paru en anglais en tant que Doctor and Apothecary en 1787 dans la version Storace.

Stephen a rapidement établi ses lettres de créance avec Sheridan "comme un jeune homme qui pourrait rapidement et de manière compétente produire de bons résultats". Il avait aussi des compétences d'un impresario pour juger ce qui rendrait bien au box-office et apporter de bonnes recettes. The Haunted Tower - La Tour hantée - (1789) a fait sensation au box-office, par la vente de billets pendant 50 nuits de suite. Une bonne partie de la performance est due à Michael Kelly dans le rôle principal masculin. Storace s'est aussi été mis à travailler la production d'une version anglaise de Richard Coeur de Lion de Grétry.

Il semble probable que Storace avait travaillé en 1790 sur une version anglaise de Una Cosa Rara de Vicente Martín y Soler (connu sous le nom de Martini) - un opéra qui avait déjà été cité par Mozart dans la scène finale de Don Giovanni.
1792 a vu Storace produire le plus audacieux de ses projets d'opéra, Didon, queen of Carthage, avec un livret de Prince Hoare d'après Didone abbandonata de Metastase. Ce fut le seul opéra de Storace produit en anglais. Sa soeur le considérait comme son meilleur opéra. Cependant, pour une raison quelconque, la pièce s'est avérée impopulaire auprès du public, et a été retirée après un court passage. La musique n'a pas été jugée utile pour une impression commerciale, de sorte que pas un seul acte de cet opéra ne survit aujourd'hui.

The Pirates, également produits en 1792, a été en partie adapté de Gli Equivoci, et il est remarquable comme offrant l'un des plus anciens exemples de l'introduction d'un grand finale dans un opéra anglais. Ces travaux ont été suivis par des productions moins efficaces, mais The Cherokee (1794) et The Three and the Deuce (1795) ont été très favorablement accueillis.
Storace a collaboré avec Sheridan en apportant le roman controversé de William Godwin "Caleb Williams" à la scène. A la lumière de la Révolution française, le travail - au sujet d'un serviteur fidèle dont la vie est ruinée par un maître vicieux - avait acquis une notoriété considérable, et a été produit sous le titre The Iron Chest - L'armoire de fer -, créée le 12 Mars 1796.

Le travail final de Storace était Mahmoud, Prince of Persia, mais il n'a jamais vu la première. Il a attrapé froid lors des répétitions pour The Iron Chest, et est décédé le 15 ou 16 Mars 1796. Nancy Storace a organisé l'achèvement de l'oeuvre (Kelly prétend avoir donné un coup de main, mais il est plus probable qu'il a payé d'autres mains pour le faire, étant donné qu'il a librement admis qu'il ne savait pas lire la clé de fa. Très probablement le travail a été terminé et orchestré par le chef d'orchestre, John Shaw, qui était un collaborateur de Kelly). L'oeuvre a été donnée comme un spectacle-bénéfice pour la veuve Storace. "Mahmoud" survit, mais il est clair que la version définitive était très improvisée.

Storace est également connu pour avoir été impliqué dans la préparation de superproductions musicales pour des événements isolés. Il est intéressant de spéculer sur ce que des performances comme The english Fleet in 1391 peut ressembler, mais aucun détail ne survit. Il a également écrit des pièces "sur mesure" pour les interprètes préférés au théâtre de Drury Lane, comme pour le comédien Richard "Dicky" Suett, pour lequel il écrit la comédie musicale My Grandmother. Malheureusement, nous ne pouvons qu'imaginer l'effet visuel de scènes telles que Dicky's Walk (la marche de Dicky), qui doit avoir accompagné une bouffonnerie sur scène d'une nature très amusante.

Bien que les oeuvres de Storace ont été très populaires en leur temps, leur incapacité à supporter la performance est en partie due à la prudence financière de son employeur, Sheridan. En homme légendaire financier, Sheridan a refusé d'autoriser à faire circuler les copies d'œuvres de Storace, de peur que des versions pirates soient effectuées, et à partir desquelles les redevances n'en seraient pas payées. En fait, l'histoire montre que les meilleures tentatives de Sheridan ont échoué, et des versions piratées d'œuvres de Storace étaient jouées à New York.
Cependant, il est supposé que les partitions soigneusement gardées et les pièces ont péri dans l'incendie du Drury Lane Theatre en 1809. Un seul opéra complet survit en partition : "No Song, no Supper" (publié dans les éditions Musica Britannica, édité par Roger Fiske). Les autres travaux ne survivent que dans des réductions piano + notes vocales vocales émises par les éditeurs de Storace, Longman & Broderip. (Un certain nombre de ces points ont été repris par Kalmus Edition dans les années 1970 aux Etats-Unis, mais tous ont été supprimés et aucun détail n'est disponible chez Kalmus). Il n'y a, à ce jour, aucun enregistrement disponible dans le commerce de l'un des opéras de Storace. Storace, à part de rares exceptions de musique de chambre, n'est pas connu pour avoir écrit une musique exclusivement instrumentale, autre que les ouvertures de ses opéras.
Le caractère de la musique de Storace est éminemment anglais, mais ses rapports avec Mozart lui ont donné un immense avantage sur ses contemporains dans sa gestion de l'orchestre, tandis que pour l'excellence de son écriture pour la voix, il ne faisait aucun doute qu'elle était redevable à la vocalisation de sa sœur Ann (Nancy) Storace.

Biographie adaptée de wikipedia anglais


Liste de ses oeuvres

Opéras

Gli sposi malcontenti (livret de G. Brunati, opéra bouffe, 1785, Vienne)
Gli equivoci (Livret de Lorenzo da Ponte tiré de la pièce de Shakespeare La Comédie des erreurs, opéra bouffe, 1786, (Vienne)
La cameriera astuta (Opéra-comique, 1788, Londres)
The Doctor and the Apothecary (livret de James Cobb, 1788, Londres)
The Haunted Tower (livret de James Cobb, 1789, Londres)
No song, no supper (livret de Prince Hoare, 1790, Londres)
The Siege of Belgrade (livret de James Cobb, 1791, Londres)
The Cave of Trophonius (livret de Prince Hoare, 1791, Londres)
Poor Old Drury (livret de James Cobb, prélude, 1791, Londres)
Dido, Queen of Carthage (livret de Prince Hoare tiré de Metastasio, opera seria, 1792, Londres)
The Pirates (livret de James Cobb, 1792, Londres)
The Price (livret de Prince Hoare, 1793, Londres)
My Grandmother (livret de Prince Hoare, 1794, Londres)
Lodoiska (livret de John Philip Kemble, 1794, Londres; la version anglaise de l'Opéra de Cherubini avec de larges emprunts à la musique de ce dernier.
The Glorious First of June (livret de James Cobb et R. B. Sheridan, 1794 )
The Cherokee (livret de James Cobb, 1794, Londres)
The Three and the Deuce (livret de Prince Hoare, 1795, Londres)
The Iron Chest (livret de George Colman le Jeune, 1796, Londres)
Mahmoud (livret de Prince Hoare, 1796, Londres)


Musique vocale

8 Canzonetts pour voix et piano (1782)
Ariette : Ah Delia, see the fatal hour (1785)
Aria "Care donne che bramate, pour l'opéra Il Teodoro de Paesiello (1787)
Aria "Io non era" pour l'opéra Le nozze di dorina de Sarti (1793)
Captivity, pour voix et orchestre (1793)
Lamentation de Marie-Antoinette, pour voix, cordes et basson (1793)


Ballet

Venus and Adonis (1793, Londres)


Musique instrumentale

2 quintettes pour piano et cordes, op 2 n° 1 et 2 (1784)
Sextuor pour piano, flûte, 2 violons, alto et violoncelle, op 2 n° 3 (1784)
3 Trios pour piano, violon, violoncelle : ré majeur, ut majeur, mi bémol majeur (v.1789)
6 Sonatines pour piano (1790)


Dernière édition par joachim le Ven 30 Juin - 9:15, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16644
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Stephen Storace (1762-1796)   Mer 17 Avr - 18:40

Il est surtout connu pour ses opéras, mais il a aussi composé de la musique instrumentale, puisque l'on trouve en CD ses trois trios pour pianoforte, violon et violoncelle (vers 1780). Le style est proche des trios de Haydn, plus que de ceux de Mozart.


Revenir en haut Aller en bas
Emmanuelle



Nombre de messages : 38
Age : 67
Date d'inscription : 31/05/2014

MessageSujet: Re: Stephen Storace (1762-1796)   Sam 31 Mai - 20:06

S'il ne reste pas grand chose de l’œuvre de Stephen Storace (frère de...), c'est parce que le hasard malheureux a fait se consumer dans les flammes le théâtre de Drury-Lane, pour lequel il a composé en quasi exclusivité à Londres: les partitions originelles complètes sy trouvaient conservées, à cause de la paranoïa de Sheridan, le propriétaire, qui tenait à contrôler l'exclusivité des oeuvres... Il ne reste donc que les partitions réduites (piano chant) éditées à l'époque pour les connaisseurs qui désiraient chanter ses ouvrages, très populaires, chez eux...

C'est à partir d'une de ces partitions réduites qu'une équipe universitaire américaine a redonné en 2006 son premier grand ouvrage londonien, écrit pour mettre en valeur la voix et la personnalité scénique de sa sœur Ann (Nancy) qui venait de le rejoindre à Drury-Lane.
Cet opéra, The Haunted Tower (La tour hantée) est une parodie souvent très drôle d'un genre qui faisait alors fureur, le "roman gothique." (d'ailleurs parodié et moqué par Jane Austen dans Northanger Abbey) Quand on ajoute que le livret est peut-être tiré d'une pièce inédite du... Marquis de Sade, on a tous les ingrédients pour passer un bon moment à l'écouter.

Vous trouverez une présentation de cet opéra ici : http://cmsdt-spectacles.blogspot.fr/2014/05/the-haunted-tower-la-tour-hantee-1789.html

Le livret (en anglais, uniquement) est téléchargeable sur = ce site

Et les liens d'écoute (des numéros musicaux uniquement) se trouvent là : http://www.sjsu.edu/faculty/douglass/music/album-haunted.html

Pour avoir une idée de ce que pouvait donner l'orchestration de Storace, l'ouverture de Gli Equivoci (opéra viennois sur un livret de Da Ponte, et dont il réutilisa une partie pour The Haunted Tower) est écoutable ici :

<iframe width="420" height="315" src="//www.youtube.com/embed/GqtAaTrDDCE" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>
Revenir en haut Aller en bas
http://annselinanancystorace.blogspot.fr/
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16644
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Stephen Storace (1762-1796)   Sam 31 Mai - 20:47

Je suis très heureux de te retrouver ici, Emmanuelle. Merci de nous faire profiter de ta grande érudition sur l'époque classique, qui, comme tout le sait, est ma préférée.

Pour ce qui est de Stephen Storace, à part les trios dont je parlais ci dessus, je n'avais encore rien écouté. Merci donc pour ces liens.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11474
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Stephen Storace (1762-1796)   Sam 31 Mai - 20:51

Bonsoir Emmanuelle et merci pour ces renseignements.  Very Happy  En revanche, fais attention aux liens que tu présentes. Certains sont trop longs et déforment la page de lecture. J'ai donc fait ce qu'il fallait. Bon, je sais, suis un peu là pour ça... Hehe 
Revenir en haut Aller en bas
Emmanuelle



Nombre de messages : 38
Age : 67
Date d'inscription : 31/05/2014

MessageSujet: Re: Stephen Storace (1762-1796)   Sam 31 Mai - 21:56

Icare a écrit:
Bonsoir Emmanuelle et merci pour ces renseignements.  Very Happy  En revanche, fais attention aux liens que tu présentes. Certains sont trop longs et déforment la page de lecture. J'ai donc fait ce qu'il fallait. Bon, je sais, suis un peu là pour ça... Hehe 
OK, et merci pour la rectification des liens (je mettrai un code type "[url=LIEN vers leforum]TEXTE[/url]" la prochaine fois...)
Revenir en haut Aller en bas
http://annselinanancystorace.blogspot.fr/
Emmanuelle



Nombre de messages : 38
Age : 67
Date d'inscription : 31/05/2014

MessageSujet: Re: Stephen Storace (1762-1796)   Sam 31 Mai - 22:25

De ci de là, on trouve quelques songs et canzonets enregistrés, comme la  "Lamentation of Marie Antoinette … on the Morning of her Execution."

Storace écrivit également une autre Scene, Captivity, également supposé être chanté par Marie-Antoinette (partition ici) et enregistré dans un CD  Hyperion  "The Romantic Muse: English Music in the Time of Beethoven".

"Lullaby" un air écrit pour sa soeur, de l'opéra The Pirates eut un succès fracassant et a été enregistré plusieurs fois. On trouve des airs de Storace dans les anthologies autour de la musique jouée par la famille Austen, car Jane Austen possédait plusieurs de ses partitions piano-chant imprimées. On en trouvera une version ici
L'air était si célèbre qu'il a été cité par... Chateaubriand dans ses Mémoires d'outre-tombe.

How mistaken is the Lover, écrit pour The Doctor and The Apothecary (d'après Ditters von Dittersdorf) est en fait une réutilisation de S. Storace d'un air d'insertion composé antérieurement pour sa sœur (en italien) et inséré dans Il Re Teodoro de Paisiello,, donné en 1787 à Londres. (Oui, Nancy Storace faisait même des substitution lors d'opéra composée à l'origine pour elle...) Il s'agit là de la version anglaise sur l'orchestration italienne...


L'un de ses airs de jeunesse, écrit pour le castrat Giusto Ferdinando Tenducci, "Ah, se Poro mai vedi...Digli che son fedele" (1782) a été enregistré dans le récital "L'Age d'Or des Castrats" d'Aris Christofellis.
Revenir en haut Aller en bas
http://annselinanancystorace.blogspot.fr/
Anouchka

avatar

Nombre de messages : 2793
Age : 56
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: Re: Stephen Storace (1762-1796)   Dim 1 Juin - 23:06

Re-coucou Emmanuelle !
Cela me fait plaisir de te retrouver depuis hier soir... (aurais-je fait du prosélythisme.. ??  Wink 
Comme indiqué hier, je suis allée lire un ou deux liens que tu présentais.. J'en parlerai demain soir.
Merci encore, et bonne reprise demain...  Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16644
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Stephen Storace (1762-1796)   Ven 30 Juin - 9:40

Je ne sais pas par quel miracle on a retrouvé Gli Equivoci en entier, mais toujours est-il qu'on le trouve sur youtube :



https://www.youtube.com/watch?v=IJJttgvQFac


On trouve aussi ses trios dont je parlais ci-dessus :

https://www.youtube.com/watch?v=Noft96N_JY8
Revenir en haut Aller en bas
Emmanuelle



Nombre de messages : 38
Age : 67
Date d'inscription : 31/05/2014

MessageSujet: Re: Stephen Storace (1762-1796)   Ven 30 Juin - 12:32

joachim a écrit:
Je ne sais pas par quel miracle on a retrouvé Gli Equivoci en entier, mais toujours est-il qu'on le trouve sur youtube :



https://www.youtube.com/watch?v=IJJttgvQFac


On trouve aussi ses trios dont je parlais ci-dessus :

https://www.youtube.com/watch?v=Noft96N_JY8

Aucun miracle...
La partition des deux opéras viennois de S. Storace (opere buffe) sont conservés dans les archives de Vienne en partitions manuscrites intégrales. On trouve également des partitions des versions (légèrement remaniées) données en Allemagne à la même période (Dresde, si je me souviens bien...)
Il en existe même une édition critique moderne.

Cette version sur YT est un enregistrement radiodiffusé sur la BBC, le 10 décembre 1977. C'est une version TRADUITE en anglais, intitulée The Comedy of Errors. Le livret originel de Da Ponte était évidemment en italien.
Il n'y en a aucun d’enregistrement intégral dans le commerce. Un air  écrit pour Nancy Storace est enregistré dans le CD Coviello, Arien für Nancy Storace.

Storace en a recyclé certains passages dans ses opéras anglais, qui eux, ne sont plus disponibles pour la plupart, en partitions intégrales. Seuls certains opéras ont été gravés, plus ou moins en réduction.
Revenir en haut Aller en bas
http://annselinanancystorace.blogspot.fr/
Emmanuelle



Nombre de messages : 38
Age : 67
Date d'inscription : 31/05/2014

MessageSujet: Re: Stephen Storace (1762-1796)   Ven 30 Juin - 12:35

L'un des airs les plus célèbres de Storace, Lullaby (extrait des Pirates) est désormais disponible sur Youtube :



Texte de l'air (en fait, le début d'un finale) et commentaires sur :
http://annselinanancystorace.blogspot.fr/2017/06/1792-une-berceuse-pour-des-pirates.html
Revenir en haut Aller en bas
http://annselinanancystorace.blogspot.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Stephen Storace (1762-1796)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Stephen Storace (1762-1796)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: