Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Edgar Bainton (1880-1956)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin


Nombre de messages : 15725
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Edgar Bainton (1880-1956)   Dim 31 Mar - 11:56

Edgar Leslie Bainton (né le 14 Février 1880 à Hackney, Londres, mort le 8 Décembre 1956 à Sydney) était un compositeur britannique, chef d'orchestre, pianiste et professeur. Principalement connu pour sa musique religieuse et le motet And I saw a new heaven (« Et je vis un nouveau ciel »), il a néanmoins composé un grand nombre d'œuvres dont la majeure partie reste encore à découvrir.


Bainton est né à Hackney, Londres, le fils de George Bainton, ministre congrégationaliste, et son épouse, Mary, née Cave. Bainton a ensuite déménagé avec sa famille à Coventry et il a montré les premiers signes de la capacité musicale en jouant du piano, il avait neuf ans quand il a fait sa première apparition publique en tant que pianiste solo. Il a obtenu une bourse d'études musicales King Henri VIII Grammar School à Coventry en 1891, et en 1896 il a obtenu une bourse d'études  au Royal College of Music pour étudier la théorie avec Walford Davies. En 1899, il reçoit une bourse pour étudier la composition avec Sir Charles Villiers Stanford. Au collège, il se lie d'amitié avec George Dyson, William Harris et surtout Rutland Boughton, dont il bénéficia de l'amitié et d'un soutien continu durant toute sa carrière. Bainton a gardé une liste de presque toutes ses compositions, la première étant sa première œuvre connue survivante, Prélude et Fugue en si mineur pour piano, écrite en 1898.
En 1901 Bainton est devenu professeur de piano au Conservatoire de musique de Newcastle upon Tyne. Il s'est impliqué dans la scène musicale locale, la composition, joue et dirige En 1905, il a épousé une ancienne élève, Ethel Eales, avec qui il a eu deux filles. Il est devenu le principal du Conservatoire en 1912. La famille a vécu à Stocksfield, près de Hexham. Bainton appréciait les longues promenades, souvent accompagnés par Wilfred Gibson, qui a présenté Bainton dans le cercle littéraire autour de Gordon Bottomley. Bainton mit en musique la plupart des poèmes Bottomley et a écrit un opéra sur l'un de ses drames lyriques. Il a présenté  des œuvres jusque-là inconnues de Gustav Holst, Vaughan Williams et Arnold Bax, entre autres. Il a développé des amitiés avec le poète Elliott Dodds et l'organiste de la cathédrale William Ellis.


À l'été de 1914 Bainton s'est rendu en Allemagne pour assister au Festival de Bayreuth, mais a été arrêté après que la guerre ait éclaté. En tant qu'étranger ennemi et homme d'âge militaire, il fut envoyé au camp de détention civil à Ruhleben, près de Berlin, où il est resté pendant les quatre années suivantes.
Bainton a été mis en charge de toute la musique dans le camp et fait connaissance avec Ernest MacMillan, Edward Clark et Arthur Benjamin, parmi d'autres musiciens. Il a maintenu la plupart de ces amitiés tout au long de sa carrière. En Mars 1918, sa santé s'est détériorée et il a été envoyé à La Haye pour récupérer. Après l'armistice, il est devenu le premier Anglais à diriger l'Orchestre du Concertgebouw d'Amsterdam, pour deux concerts de musique britannique, avant de retourner en Angleterre.
Pour Bainton, la vie est revenue à la normale, et il a repris son travail au Conservatoire. Ses oeuvres chorales devint caractéristiques des Three Choirs Festivals. En tournée en Australie et au Canada à partir de Avril 1930 à Janvier 1931, il a pris une pause de la composition et du Août à Décembre 1932, il s'est rendu en Inde, en donnant un récital de piano pour la Compagnie des Indes sur la radiodiffusion. Le poète et musicien Rabindranath Tagore l'a invité à Calcutta et lui a présenté à la musique indienne. En 1933, sir Edward Bairstow lui a décerné un doctorat honorifique en musique à l'Université de Durham.

Le Conservatoire de New South Wales State of Music a été impressionné par ses compétences en 1930, et lui offrit la direction à l'été 1933. En conséquence, en 1934 Bainton et sa famille ont commencé une nouvelle vie en Australie.
Bainton conduit les classes de chœur et d'orchestre au Conservatoire, et a fondé l'école d'opéra. Au Conservatoire, il a enseigné les compositeurs australiens, dont Miriam Hyde.
Coïncidant avec l'arrivée de Bainton à Sydney des dispositions ont été prises pour constituer un orchestre professionnel permanent pour l'Australian Broadcasting Commission, qui, parfois, sont passées sous le nom de la Nouvelle-Galles du Sud Symphony Orchestra. Il a ensuite été rebaptisé le Sydney Symphony Orchestra. Bainton effectué le concert inaugural en 1934.
Il a introduit la musique jusqu'alors inconnue en Australie, comme, d'Elgar, la Symphonie n° 2 en 1934 et The Dream of Gerontius en 1936; la Troisième Symphonie de Bax, et des œuvres de Debussy, Sibelius, Delius, et Walton, entre autres. En 1944, la première production au Conservatorium Opera de l'opéra de Bainton The Pearl Tree a été acclamé par la presse et du public. La performance d'une nuit supplémentaire a été donnée en raison de la demande, et à cette occasion un buste de Bainton a été dévoilée dans le hall d'accueil.
Comme en Australie l'âge de la retraite est obligatoire à 65 ans, Bainton s'y est plié mais continué à mener (temporairement avec le New Zealand Symphony Orchestra), et a donné des tournées de conférences au Canada. En 1956, une crise cardiaque a gravement affecté sa santé, et le matin du 8 Décembre, il est mort sur la plage de Point Piper à Sydney. Sa femme l'avait précédé dans la tombe quelques mois auparavant.

En tant que compositeur Bainton a temporairement bénéficiédes réussites notables. Sa Symphonie Before Sunrise, pour chœur et orchestre, avec solo de contralto (d'après trois poèmes de Swinburne, Songs Before Sunrise) et son Concerto Fantaisie pour piano et orchestre a reçu le prix du Carnegie Trust. Il a écrit 2 opéras, plusieurs oeuvres symphoniques, musique sacrée et compositions de musique de chambre et des chansons. Après son départ du Royaume-Uni ses œuvres ont disparu des concerts. Seules quelques pièces pour piano et des chansons mineures pour l'enseignement étaient encore interprétées. Ces derniers temps, on commence à redécouvrir son travail et enregistrements sur CD.


Oeuvres

Symphonies autres oeuvres orchestrales

Symphony No. 1 Before Sunrise for Contralto Solo, Chorus and Orchestra (1907)
Symphony No. 2 in D minor (1939/40)
Symphony No. 3 in C minor (1952/56)
Symphony in B-flat A Phantasy of Life and Progress, Op. 5 (1903)
Symphonic Poem: Pomplia (1903)
Symphonic Poem: Paracelsus' (after Browning), Op. 8 (1904)
Suite: The Golden River, Op. 16 '1908)
Overture-Phantasy: Prometheus, Op. 19 (1909)
Four Dances: Morris Dance, Minuet, Pavane, Valse, Op. 21 (1909)
Celtic Sketches: Sea-Sorrow, Sea Rapture, Pharais, Op.23 1910)
Three Pieces for Orchestra; Elegy, Intermezzo and Humoresque. (1916/18)
Concerto Fantasia for Piano and Orchestra (1917/20)
Pavanne, Idyll and Baccanal for Strings (1924)
Rhapsody: Epithalamion (1929)
Eclogue for Orchestra (1923)
Music for a Tragedy (date unknow)
Music for film; 'Bush Policemen' (1953)


Musique de chambre

Quintet for Piano and Strings, Op. 9 (1904)
String Quartet, Op. 26 (1911)
String Quartet in A major (1919)
Sonata for Viola and Piano (1922)
Sonata for Cello and Piano (1924)


Opéras

Oithona, d'après Ossian (1906)
Walookie the Bear, operetta for childs (1912)
The Crier by night (1919)
The Pearl Tree (1944)


Choeurs et orchestre

Mignon's Requiem (lyrics by Goethe and Carlyle), for boys' voices, chorus and orchestra (1904)
The Blessed Damozel (lyrics by Dante Gabriel Rossetti), Op. 11 (with mezzo-soprano and baritone soloists). (1907)
The Transfiguration of Dante, Op. 18, for soloists, chorus and orchestra (1908)
Sunset at Sea, Op. 20 (lyrics by Reginald Buckley), for chorus and orchestra (1910)
The Vindictive Staircase, Op. 29 (lyrics by W. W. Gibson), a Humoreske for chorus and orchestra (1913)
A Song of Freedom and Joy (lyrics by Edward Carpenter), Op. 24 for chorus and orchestra (1910/24)
The Tower (lyrics by Robert Nichols), for chorus and orchestra (1924)
The Dancing Seal (lyrics by W.W.Gibson), a Humoreske for chorus and orchestra (1921/26)
A Hymn to God the Father (lyrics by John Donne), for chorus and orchestra (1921/26)
To The Name above every name, (lyrics by Richard Crashaw), for soprano, chorus and orchestra (1928)


Musique religieuse

The Heavens declare thy glory (1912)
Who can number the sand of the sea ? 4-part chorus SATB (1914)
Christ in the Wilderness, 4-part chorus : SATB (1922)
Fantasia on the plainsong melody Vexilla Regis (organ) (1925)
A Hymn to God the Father (1926)
And I Saw a New Heaven (1928)
Fiat Lux for "4-part chorus S.A.T.B." (1928)
Open Thy Gates : 4-part chorus SATB (1931)


Mélodies et part songs

Two Songs on text W.E. Henley, op 2 (1898)
Four Songs on text Walter Scott, op 3 (1899/1930)
Four Songs on text Rossetti, Browing etc, op 6 1904/06)
Three Songs txt William Watson, op 12 (1907)
Two Songs for Baritone and Orchestra, Op. 13 (Lyrics: Edward Carpenter) (1908/10)
Six Songs text Fiona macLeod (1910)
Lullaby and Roseen dhu, 10 songs (1910/12)
Two Songs on text Yeats, op 15 (1913)
Five songs on text Gibbson, op 17 (1909)
Song-Cycle, Op. 25 (1911)
A Sister of Sorrow, on text Bottomley, op 30 (1913)
Songs of night and morning, text Bottomley, op 31 (1914)
An English Idyll (Lyrics: Neville Cardus) for Baritone and Orchestra. (1946)
Sweet Nightingale - English folk song, arranged Bainton (unknown)
Much others Songs...and 82 part songs


Piano

Variations et fugue, op 1 (1898)
Autumn Idylls, op 4 (1900)
Two Preludes (1912)
Three little sketches (1912)
From Feary , 4 pieces (1912)
Old english dances (1912)
Four tone pictures (1913)
Two Dances (1913)
Capriccio in g minor (1919)
Little pictures from Holland (1919)
By wave and shore, 5 pieces (1920)
The making of a nightingale (1921)
Gardens of the sea (1921)
White Hyacinth (1921)
Wild flowers, 6 little pieces (1921)
The white pathway, 3 pieces (1922)
A Miniature suite for piano duett (1922)
From a jewel box, 5 pieces (1923)
Blossom-time (1924)
Clans of air and water, 5 pieces (1924)
The isle of enchantment, 2 pieces (1926)
Willows (1927)
Deux Morceaux (1927)
Gammers's Garland (1928)
Gavotte and musette (1928)
Magic, 5 pieces (1931)
From tropics seas, 6 pieces (1932)
Forest voices, 3 pieces (1938)
Visions (1945)


Film music

Bush Policemen
Music for a tragedy (Radio/TV)


Dernière édition par joachim le Mer 1 Juil - 18:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin


Nombre de messages : 15725
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Edgar Bainton (1880-1956)   Mer 1 Juil - 18:17

Encore un compositeur trop méconnu. Il a terminé sa symphonie n° 3 en ut mineur juste avant sa mort en 1956. Croirait-on une musique composée à cette date ?



https://www.youtube.com/watch?v=wDCxrOG-MgY
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10253
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Edgar Bainton (1880-1956)   Ven 6 Mai - 14:23


Tu devrais alors aimer la Symphonie n°2 composée entre 1939 et 1940, c'est-à-dire en pleine période de déclaration de guerre avec l'Allemagne. Cependant, il ne faudrait pas croire que cette symphonie peu tumultueuse s'en imprègne. Il faut dire que cette symphonie a visiblement été composée à Sydney, en Australie, loin des agitations qui allaient ensanglanter l'Europe et même au-delà. Il fut dit de la seconde symphonie d'Edgar Bainton qu'elle a été saluée, lors de sa création, comme une totale réussite et fêtée comme la "puissance de l'Angleterre" plutôt que comme une oeuvre australienne. A mon modeste niveau, j'y vois une belle symphonie solidement charpentée avec ses moments chargés et emphatiques et d'autres moments plus fragiles et poétiques, dans un rêve de nature et de paix. Je ne peux pas dire qu'elle me transporte aussi haut que la Troisième de Brahms que j'ai réécoutée il y a quelques jours, ni que la Sixième de Tchaikovski que j'ai réécoutée ce matin, mais elle vaut le coup d'oreille et je suis finalement assez content d'y être revenu.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Edgar Bainton (1880-1956)   Aujourd'hui à 20:09

Revenir en haut Aller en bas
 
Edgar Bainton (1880-1956)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: