Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Claude BOLLING

Aller en bas 
AuteurMessage
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 13491
Age : 55
Date d'inscription : 13/11/2009

Claude BOLLING Empty
MessageSujet: Claude BOLLING   Claude BOLLING EmptyVen 15 Mar - 12:33


CLAUDE BOLLING est un de ces compositeurs de jazz et de cinéma qui ont bercé de leurs ritournelles et belles mélodies plusieurs générations de cinéphiles et mélomanes. Pianiste fabuleux, il sait autant faire swinguer qu'émouvoir avec des morceaux plus lents et sentimentaux. Je ne me lasse jamais des sucreries faussement rétros qu'il composa pour la célèbre série LES BRIGADE DU TIGRE, ni la fameuse et inoubliable ritournelle de BORSALINO, ni des thèmes de forme plus classique comme celui de TROIS HOMMES A ABATTRE ou de NETCHAÏEV EST DE RETOUR ou encore le magnifique générique-début de ON NE MEURT QUE DEUX FOIS.

Eléments biographiques tirés de Wikipédia:


Claude Bolling, né le 10 avril 1930 à Cannes dans les Alpes-Maritimes, est un pianiste de jazz, chef d'orchestre, compositeur et arrangeur français. Figure discrète et élégante de la musique de film française des années 1970 et 1980, la « patte » du pianiste et jazzman Claude Bolling est reconnaissable entre mille, notamment dans le cinéma de Jacques Deray. Né le 20 avril 1930 à Cannes, il étudie au conservatoire de Nice, puis à Paris. Enfant prodige, il joue dès l'âge de 14 ans de façon professionnelle avec Lionel Hampton, Roy Eldridge et Kenny Clarke. Très influencé par les grands maîtres du piano-jazz de la première moitié du 20e siècle, tels que Willie Smith, Art Tatum, Earl Hines et surtout Fats Waller, Claude Bolling est également un interprète rigoureux du ragtime et du boogie-woogie, styles éminemment pianistiques à l'origine même du jazz. Grande fut aussi sur lui l'influence de Duke Ellington, qu'il eut le privilège de connaître personnellement et de fréquenter pendant plusieurs années, notamment lors de ses passages en France.

Que ce soit en solo, en trio ou avec son Grand Orchestre (le Claude Bolling Big Band, dont la fondation remonte à 1956, un record de longévité), Claude Bolling interprète avec un égal bonheur les standards du jazz et ses propres compositions. Le Claude Bolling Big Band fête en 2006 cinquante ans de formation dans laquelle jouèrent et jouent les musiciens les plus émérites de l'hexagone. Sa contribution la plus originale au patrimoine musical est sans conteste la fusion (on pourrait aussi parler de greffe ou d'osmose) parfaitement réussie qu'il a effectuée entre trio jazz et soliste(s) classique(s). La plus célèbre de ces compositions « hybrides » est la Suite pour flûte et jazz piano trio (1975) enregistrée avec le flûtiste Jean-Pierre Rampal, chef-d'œuvre d'élégance classique et de swing moderne resté en tête des ventes aux États-Unis pendant deux années consécutives. Il composera même une seconde suite pour flûte quelques années plus tard : Suite pour Flûte & Jazz Piano Trio no 2 (1987). La première suite sera suivie de multiples collaborations de la même veine avec notamment Alexandre Lagoya (Concerto pour Guitare & Jazz Piano Trio (1975)), Pinchas Zukerman (Suite pour Violon & Jazz Piano Trio (1977)), Maurice André (Toot Suite - Pour Trompette & Jazz Piano trio (1981))et Yo-Yo Ma (Suite pour Violoncelle & Jazz Piano Trio (1984)). Dans Picnic suite pour flûte, guitare et jazz piano trio (1980), il réunira Jean-Pierre Rampal et Alexandre Lagoya autour de son trio jazz. Sa "Toot Suite pour trompette et piano jazz" a été enregistrée en formation trio jazz avec Maurice André. Il s'agit en fait de 6 mouvements, chacun d'eux consacré à l'un des instruments de la "famille" des trompettes: la grande trompette en ut, la trompette en mi bémol, le cornet en si bémol, le bugle et deux pièces pour la trompette piccolo, justement développée en France par le grand Maurice André.

Claude Bolling a aussi composé une centaine de bandes originales de films, français pour la plupart, dont le plus célèbre est Borsalino.
Passionné de modélisme ferroviaire et du chemin de fer, surtout américain, il a inauguré le 2 juillet 1988 à Saint-Léonard-de-Noblat (Haute-Vienne) le musée du chemin de fer HistoRail, dont il est président d'honneur. À plus de 80 ans, il continue de tourner en France que ce soit au piano solo, avec son trio, son quintet ou son Big Band. Le 15 décembre 2010, Claude Bolling s'est vu décerner les insignes d'Officier de la Légion d'honneur.

Par ailleurs, il est le parrain d'une école de musique intercommunale située à Trouville-sur-Mer (Calvados) qui porte son nom.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 13491
Age : 55
Date d'inscription : 13/11/2009

Claude BOLLING Empty
MessageSujet: Re: Claude BOLLING   Claude BOLLING EmptyVen 15 Mar - 12:47



Mini-entretien:

https://www.youtube.com/watch?v=psBLVw9DlfM


Dernière édition par Icare le Sam 10 Aoû - 22:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
laudec

laudec

Nombre de messages : 4729
Age : 67
Date d'inscription : 25/02/2013

Claude BOLLING Empty
MessageSujet: Re: Claude BOLLING   Claude BOLLING EmptyVen 15 Mar - 13:31

chouette, ça c'est du jazz que j'aime bien, merci Mains
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 13491
Age : 55
Date d'inscription : 13/11/2009

Claude BOLLING Empty
MessageSujet: Re: Claude BOLLING   Claude BOLLING EmptyVen 15 Mar - 18:35



https://www.youtube.com/watch?v=VpCEWHPLOKo


Dernière édition par Icare le Jeu 15 Fév - 13:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 13491
Age : 55
Date d'inscription : 13/11/2009

Claude BOLLING Empty
MessageSujet: Re: Claude BOLLING   Claude BOLLING EmptyVen 20 Nov - 13:53


Je viens de réécouter deux B.O. de Claude Bolling, écrites pour deux films français; Netchaïev est de retour, un film de Jacques Deray avec, parmi les acteurs principaux, Yves Montand et Vincent Lindon, et On ne meurt que deux fois, autre film de Jacques Deray avec Michel Serrault et Charlotte Rampling. Ce sont deux bons films que je connais depuis longtemps et aussi deux thèmes principaux qui n'ont jamais quitté ma mémoire. Le premier, d'une mélancolie très morriconienne, est particulièrement poignant. Il annonce une sorte de fatalité, d'irréversibilité, une fin tragique. Celui qui donne le ton sur On ne meurt que deux fois est sombre, lancinant, cafardeux et mystérieux. Il m'a hanté longtemps après la vision du film que je n'ai pourtant jamais revu depuis. Très beau thème.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 13491
Age : 55
Date d'inscription : 13/11/2009

Claude BOLLING Empty
MessageSujet: Re: Claude BOLLING   Claude BOLLING EmptyVen 20 Nov - 14:04

Icare a écrit:
Je viens de réécouter deux B.O. de Claude Bolling, écrites pour deux films français; Netchaïev est de retour, un film de Jacques Deray avec, parmi les acteurs principaux, Yves Montand et Vincent Lindon, et On ne meurt que deux fois, autre film de Jacques Deray avec Michel Serrault et Charlotte Rampling. Ce sont deux bons films que je connais depuis longtemps et aussi deux thèmes principaux qui n'ont jamais quitté ma mémoire. Le premier, d'une mélancolie très morriconienne, est particulièrement poignant. Il annonce une sorte de fatalité, d'irréversibilité, une fin tragique. Celui qui donne le ton sur On ne meurt que deux fois est sombre, lancinant, cafardeux et mystérieux. Il m'a hanté longtemps après la vision du film que je n'ai pourtant jamais revu depuis. Très beau thème.

Sypnosis de Netchaïev est de retour:

En 1968, lorsque Paris est embrasé par la révolte étudiante, cinq d'entre eux se distinguent. Ces cinq copains ont un meneur qui a pour nom de code Netchaïev. Celui-ci glisse peu à peu vers le terrorisme et forme avec les autres un réseau révolutionnaire. Quelque temps plus tard, Netchaïev est trahi et disparaît dans de mystérieuses circonstances à Gibraltar. Cinq ans plus tard, alors que Paris est secoué par une vague d'attentats, Netchaïev est de retour et n'a qu'un seul désir : se venger. Le directeur de la DST, Pierre Marroux, semble très intéressé par ce retour, autant que les anciens compagnons de Netchaïev. Ceux-ci se sont tous rangés, mais il reste Luis Perez qui avait aidé Netchaïev à disparaître. Celui-ci lui propose l’immunité contre des informations sur ce groupe terroriste. Perez est assassiné mais a conservé une vidéo de cette entrevue que sa fille, maintenant en danger, donne au directeur Pierre Marroux. Il confie à la jeune fille que Netchaïev est son fils, Daniel Marroux, qui a coupé tous les ponts avec son père, jusqu'à reprendre le nom de Laurençon, celui de sa mère.

Sypnosis de On ne meurt que deux fois:

L'inspecteur Robert Staniland (Michel Serrault), flic un peu particulier, enquête sur le meurtre de Charly Berliner, retrouvé mort sur un terrain vague. Il découvre que la victime entretenait une relation violente et passionnée avec une certaine Barbara (Charlotte Rampling).
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 21002
Age : 45
Date d'inscription : 10/08/2006

Claude BOLLING Empty
MessageSujet: Re: Claude BOLLING   Claude BOLLING EmptyVen 20 Nov - 21:53

C'est une musique agréable en effet. Elle me semble plus "classique" que jazz toutefois
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
laudec

laudec

Nombre de messages : 4729
Age : 67
Date d'inscription : 25/02/2013

Claude BOLLING Empty
MessageSujet: Re: Claude BOLLING   Claude BOLLING EmptyVen 4 Mar - 13:37

Je tombe par hasard sur une musique "Irlandaise" de Claude Bolling pour son trio avec J.P. Rampal à la flûte  Claude BOLLING 185465 .
Très inédit et agréable, les illustrations très drôles, petite fête de l'heure  Laughing

https://youtu.be/sllIdERNDrA

Ou plus classique toujours avec Jean Pierre Rampal et Claude Bolling au piano : "Sentimentale" au Château de Versailles.
ICI


Dernière édition par laudec le Ven 4 Mar - 13:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 13491
Age : 55
Date d'inscription : 13/11/2009

Claude BOLLING Empty
MessageSujet: Re: Claude BOLLING   Claude BOLLING EmptyVen 4 Mar - 13:43


Très sympathique, très agréable. Merci Laudec.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 13491
Age : 55
Date d'inscription : 13/11/2009

Claude BOLLING Empty
MessageSujet: Re: Claude BOLLING   Claude BOLLING EmptyJeu 15 Fév - 13:43

Sur un autre fil, plus général, nous évoquions Claude Bolling en rapport de sa musique pour le film L'Homme en colère avec Lino Ventura. A l'instant, je viens de réécouter ce qu'il a composé pour le film de Serge Leroy, Les Passagers (1976), avec parmi les rôles principaux, Jean-Louis Trintignant, Mireille Darc et Bernard Fresson. Il faut savoir, pour la petite histoire, que deux partitions ont été composées pour ce film. La première avait été composée par Eric Demarsan, remplacée alors par celle de Claude Bolling. Si ce phénomène de substitution est une affaire relativement courante aux Etats-Unis, il est beaucoup moins fréquent en France et même en Europe. Il ne faut toutefois pas partir du principe un peu surfait que la musique rejetée est forcément mauvaise, d'ailleurs, dans ce cas précis, je nourris même une préférence pour la musique de Demarsan. Dans l'absolu, ça veut surtout dire qu'elle ne répond pas aux attentes ou exigences d'un réalisateur ou du producteur, voire des deux. Plutôt que de redemander au compositeur, là en l'occurrence Demarsan, de revoir sa partition, ils préfèrent solliciter un autre compositeur qui va apporter un regard neuf et différent, ce qui fut le cas de Bolling. Un autre exemple de remplacement en France fut la musique de Michel Legrand pour Le Cercle Rouge qui fut rejetée par Jean-Pierre Melville et remplacée par celle d'Eric Demarsan, sauf que, jusqu'à aujourd'hui, à ma connaissance, la musique de Legrand pour le cinéma de Melville demeure inédite. La particularité de l'album que j'ai réécouté aujourd'hui est qu'il réunit sur une même galette les deux B.O. du film Les Passagers, celle rejetée d'Eric Demarsan et celle de remplacement composée par Claude Bolling. Au fil des écoutes, j'apprécie mieux celle de Bolling mais garde une préférence pour celle de Demarsan.


Dernière édition par Icare le Lun 12 Aoû - 22:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 19461
Age : 73
Date d'inscription : 19/08/2006

Claude BOLLING Empty
MessageSujet: Re: Claude BOLLING   Claude BOLLING EmptyMar 12 Juin - 9:02


Hier soir sur France 3 on nous repassé pour la Xème fois le Mur de l'Atlantique, avec notamment le regretté Bourvil. Je n'avais pas encore remarqué que la musique ô combien célèbre est de Claude Bolling...

Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 13491
Age : 55
Date d'inscription : 13/11/2009

Claude BOLLING Empty
MessageSujet: Re: Claude BOLLING   Claude BOLLING EmptyMer 13 Juin - 18:52


Une musique qui me touche beaucoup de Claude Bolling, le piano aussi...

https://www.youtube.com/watch?v=gnixTV7Fr1Y
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 13491
Age : 55
Date d'inscription : 13/11/2009

Claude BOLLING Empty
MessageSujet: Re: Claude BOLLING   Claude BOLLING EmptySam 10 Aoû - 23:26


Je ne suis pas un grand amateur de séries télévisées, mais il y en a quelques-unes qui ont su accaparer toute mon attention. Les Brigades du Tigre de Victor Vicas est sans aucun doute la première de celles-ci. J'en avais aussitôt aimé l'atmosphère rétro et les bobines des personnages principaux. Un autre élément de la série allait devenir très vite incontournable: la musique de Claude Bolling. Elle participe admirablement au charme et à la réussite de cette série très française. Selon les mots du compositeur, Victor Vicas était très rigoureux et très méticuleux, aussi bien dans le choix de ses acteurs principaux que dans celui des seconds rôles ou des décors, souhaitant une musique spécifique à chaque épisode, alors que l'éditeur aurait préféré qu'il compose de la musique au mètre. Peu enthousiasmé par cette seconde option, celle du réalisateur l'inspira davantage, mais pris entre ces deux feux - c'est là où se joue généralement une bonne partie de l'habilité du musicien pour l'image - il dut réaliser des prouesses d'ingéniosité pour satisfaire chacun. Il utilisa ainsi des petites formations à instruments variés, une flûte, une clarinette, un basson ou un saxophone, une trompette, un trombone, deux cordes, quelquefois un quatuor, guitare ou banjo, basse, percussion et évidemment piano qui est son instrument de prédilection. Il y a tout d'abord deux thèmes de séduction immédiate. Ce sont ceux qui donnent le là sur les trente-six épisodes, le premier étant le thème de "Valentin" qui devient "La complainte des Apaches" lorsqu'il est chanté par Philippe Clay et le second est le "Prologue", l'extrait qui illustre chacune des introductions explicatives sur chaque épisode. Il y a aussi des musiques qui expriment le mystère et l'inquiétude, d'autres qui reflètent les danses qui sévissaient entre les années 20 et trente, valses, cancans, charlestons, polkas, mazurkas et inévitablement quelques chansons "vieille France" comme "La pension des dames Duplantin". En fait, l'ambition de Claude Bolling fut, comme sur Borsalino de Jacques Deray, d'être dans le ton et le charme de l'époque en évitant de faire "faux vieux" et en essayant d'apporter à l'ensemble un cachet mélodique et harmonique personnel. Un pari réussi.

https://www.youtube.com/watch?v=rOHmtoE-02w
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 13491
Age : 55
Date d'inscription : 13/11/2009

Claude BOLLING Empty
MessageSujet: Re: Claude BOLLING   Claude BOLLING EmptyLun 12 Aoû - 23:28

Icare a écrit:
Sur un autre fil, plus général, nous évoquions Claude Bolling en rapport de sa musique pour le film L'Homme en colère avec Lino Ventura. A l'instant, je viens de réécouter ce qu'il a composé pour le film de Serge Leroy, Les Passagers (1976), avec parmi les rôles principaux, Jean-Louis Trintignant, Mireille Darc et Bernard Fresson. Il faut savoir, pour la petite histoire, que deux partitions ont été composées pour ce film. La première avait été composée par Eric Demarsan, remplacée alors par celle de Claude Bolling. Si ce phénomène de substitution est une affaire relativement courante aux Etats-Unis, il est beaucoup moins fréquent en France et même en Europe. Il ne faut toutefois pas partir du principe un peu surfait que la musique rejetée est forcément mauvaise, d'ailleurs, dans ce cas précis, je nourris même une préférence pour la musique de Demarsan. Dans l'absolu, ça veut surtout dire qu'elle ne répond pas aux attentes ou exigences d'un réalisateur ou du producteur, voire des deux. Plutôt que de redemander au compositeur, là en l'occurrence Demarsan, de revoir sa partition, ils préfèrent solliciter un autre compositeur qui va apporter un regard neuf et différent, ce qui fut le cas de Bolling.

Certes, pour un compositeur il est toujours frustrant d'apprendre que la musique qu'il s'est appliquée à écrire pour un film va être rejetée et remplacée par celle d'un autre compositeur, peu importe l'estime que les deux hommes peuvent se porter mutuellement. Surtout que dans ce cas précis, c'est Eric Demarsan qui, ayant beaucoup aimé l'un de ses précédents films, La Traque, a sollicité Serge Leroy pour travailler avec lui. Les Passagers lui en offrit l'occasion. Malheureusement, parmi les distributeurs du film, Warner Bros, bien qu'enthousiaste, demanda un changement de titre et le remplacement de la musique de Demarsan, ce qui dépita Serge Leroy qui, après une intense discussion, dut abdiquer. Pour le béophile, avec l'album que j'ai entre les mains, c'est le bonheur de pouvoir enfin apprécier deux bandes originales pour un même film, et c'est vrai qu'elles sont d'inspirations différentes, d'approches différentes. Aujourd'hui, je peux dire que j'aime autant celle de Claude Bolling alors que j'avais jusqu'ici une petite préférence pour celle de Demarsan. La musique de ce dernier est sophistiquée, raffinée, ce qui me sied parfaitement bien, mais c'est peut-être ce qui a freiné Warner Bros...?...Ce qui est également intéressant c'est de pouvoir observer comment une même scène peut être approchée musicalement de manière très différente, Demarsan pouvant opter pour un piano d'un style un peu "soul" alors que Bolling optera pour un trio flûte/clarinette/basson d'esprit mozartien. L'idéal aurait été que je puisse voir Les Passagers, une première fois avec la partition d'Eric Demarsan et une seconde fois avec celle de Claude Bolling, mais ça n'arrivera jamais. Je ne peux qu'imaginer.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 13491
Age : 55
Date d'inscription : 13/11/2009

Claude BOLLING Empty
MessageSujet: Re: Claude BOLLING   Claude BOLLING EmptyJeu 15 Aoû - 22:50


Ce soir, j'ai écouté pour la toute première fois la partition symphonique que Claude Bolling confectionna pour le film britannique de Mike Newell, La Malédiction de la vallée des rois/The Awakening (1980), un film qui réunit à l'affiche Charlton Heston, Susannah York et Stéphanie Zimbalist. Je connaissais quand même une mini-suite sur une anthologie du compositeur que je possédais en cassette-audio. Elle m'avait interpellé à l'époque. Il m'aura fallu dix ans environ pour la découvrir dans un album qui lui est complètement dédiée. Ce que je peux déjà en dire c'est qu'il s'agit d'une approche musico-filmique de type un peu hollywoodien à laquelle Claude Bolling ne m'avait guère habitué, sans doute aussi parce qu'il fut plutôt rarement sollicité sur un thriller fantastique. C'est toujours intéressant de découvrir la musique d'un compositeur de talent lorsqu'il s'essaie à un genre cinématographique sur lequel il n'a jamais eu l'occasion de travailler. On se rend compte qu'en général il s'en sort très bien, avec plus ou moins de bonheur et d'inspiration, mais il s'en sort. Ce n'est jamais vraiment étonnant chez un compositeur de la trempe de Claude Bolling qui a, à la fois, la technique et le sens du cinéma de tout bon musicien pour l'image. La partition de The Awakening joue beaucoup la carte du mystère et de la tension. Le thème principal, d'un romantisme souvent contenu et d'une douce mélancolie, se révèle progressivement et gagne ses meilleurs développements vers la fin, forcément en corrélation avec l'issue de l'intrigue. Les thèmes mélodiques de Claude Bolling sont souvent réussis, du genre accrocheur et qui s'inscrivent assez aisément dans la mémoire de l'auditeur. L'autre aspect qui me plait dans cette composition interprétée par le "London Studio Orchestra" sous la direction de Marcus Dods, est la manière dont elle est orchestrée, ses sonorités cristallines, ses timbres délicats, son raffinement. Après une bande originale d'un style très "easy listening" avec Fierce Creatures de Jerry Goldsmith qui combine légèreté et optimisme, et l'élégance faussement baroque du Rembrandt de Nicolas Matton, La Malédiction de la vallée des rois de Claude Bolling m'apporta une ambiance musicale plus sombre et mystérieuse avec une touche de romantisme d'une belle sensibilité.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 13491
Age : 55
Date d'inscription : 13/11/2009

Claude BOLLING Empty
MessageSujet: Re: Claude BOLLING   Claude BOLLING EmptySam 17 Aoû - 23:43

Je viens de découvrir une magnifique compilation réunissant des extraits musicaux, tous composés par Claude Bolling, pour plusieurs films de Jacques Deray avec Alain Delon comme vedette. "Découvrir" n'est sans doute pas le verbe qui convient car je connaissais déjà la plupart des thèmes de l'époque des 33 tours et cassettes-audio et pour avoir vu quatre des cinq films qui y sont représentés. Seuls m'étaient inédits les quatre titres provenant de Doucement les basses (1971). Ce fut d'ailleurs une belle découverte, notamment le superbe thème fugué avec voix de femme solo, "Mélodie du rêve". Il y a plus loin un orgue impérial et savoureux et même un morceau qui peut faire penser à "The Swingle Singers" interprétant du "Johannes Sebastian Bach". C'était le plaisir de retrouver la musique aux accents un peu rétros de Flic Story (1975) réunissant à l'affiche Alain Delon dans le rôle de Roger Borniche, le célèbre flic, et Jean-Louis Trintignant dans celui d'Emile Buisson, gangster sévissant dans les années 1930-1950, guillotiné en 1956, avec un air d'accordéon de celui qui était peut-être le meilleur accordéoniste français de l'époque, Roland Romanelli. La couleur rétro dans un style moderne que j'évoquais dans la prestigieuse série télévisée française Les Brigades du Tigre est apparue pour la première fois dans Borsalino (1970), Alain Delon partageant la vedette avec Jean-Paul Belmondo. Il y a de ces thèmes musicaux qui participent allègrement à prolonger le rêve du cinéma bien au-delà des images. Le thème principal de Borsalino, d'un caractère enlevé et nostalgique avec piano bastringue, est de cette trempe-là, de celle qui laisse une trace indélébile. Il est l'âme de ce film tant il fut en parfaite adéquation avec l'esprit de celui-ci. En titre bonus, il y en a une reprise avec effets électroniques qui me plait beaucoup. Dans les deux extraits proposés de Borsalino and Co (1974), je retiens surtout le second, sorte de thème d'action avec des fragments de la mélodie principale. La dernière B.O. (représentée par quatre extraits) est celle de Trois Hommes à abattre. Dans un style très différent et de forme plus classique, le thème d'ouverture est d'une beauté saisissante. Je vous en laisse seul juge:

https://www.youtube.com/watch?v=KCABeiI7lAc


Ainsi s'achève mon cycle autour de la musique de film qui était un "tir croisé" entre Claude Bolling et Jerry Goldsmith, même si j'en ai profité pour écouter d'autres compositeurs. Mon but n'était absolument pas de les comparer et encore moins d'établir pour moi-même un quelconque jugement de valeur entre les deux: ils sont bien trop différents pour ça, mais tous les deux ont contribué, chacun dans leur style, à prolonger la magie du cinéma au-delà des images. Merci à eux!
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 13491
Age : 55
Date d'inscription : 13/11/2009

Claude BOLLING Empty
MessageSujet: Re: Claude BOLLING   Claude BOLLING EmptyLun 18 Nov - 23:37


Mon coup de coeur du moment: Louisiane (version intégrale - deux cd de plus de soixante-dix minutes de musique!) Riche et varié, de toute évidence un must de Claude Bolling. J'y reviendrai demain ou lors d'une future écoute avec plus de mots et d'adjectifs pour en parler. Claude BOLLING 185465
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Claude BOLLING Empty
MessageSujet: Re: Claude BOLLING   Claude BOLLING Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Claude BOLLING
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique de films, du monde & divers :: Musiques de films-
Sauter vers: