Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Claude BOLLING

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11562
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Claude BOLLING   Ven 15 Mar - 12:33


CLAUDE BOLLING est un de ces compositeurs de jazz et de cinéma qui ont bercé de leurs ritournelles et belles mélodies plusieurs générations de cinéphiles et mélomanes. Pianiste fabuleux, il sait autant faire swinguer qu'émouvoir avec des morceaux plus lents et sentimentaux. Je ne me lasse jamais des sucreries faussement rétros qu'il composa pour la célèbre série LES BRIGADE DU TIGRE, ni la fameuse et inoubliable ritournelle de BORSALINO, ni des thèmes de forme plus classique comme celui de TROIS HOMMES A ABATTRE ou de NETCHAÏEV EST DE RETOUR ou encore le magnifique générique-début de ON NE MEURT QUE DEUX FOIS.

Eléments biographiques tirés de Wikipédia:


Claude Bolling, né le 10 avril 1930 à Cannes dans les Alpes-Maritimes, est un pianiste de jazz, chef d'orchestre, compositeur et arrangeur français. Figure discrète et élégante de la musique de film française des années 1970 et 1980, la « patte » du pianiste et jazzman Claude Bolling est reconnaissable entre mille, notamment dans le cinéma de Jacques Deray. Né le 20 avril 1930 à Cannes, il étudie au conservatoire de Nice, puis à Paris. Enfant prodige, il joue dès l'âge de 14 ans de façon professionnelle avec Lionel Hampton, Roy Eldridge et Kenny Clarke. Très influencé par les grands maîtres du piano-jazz de la première moitié du 20e siècle, tels que Willie Smith, Art Tatum, Earl Hines et surtout Fats Waller, Claude Bolling est également un interprète rigoureux du ragtime et du boogie-woogie, styles éminemment pianistiques à l'origine même du jazz. Grande fut aussi sur lui l'influence de Duke Ellington, qu'il eut le privilège de connaître personnellement et de fréquenter pendant plusieurs années, notamment lors de ses passages en France.

Que ce soit en solo, en trio ou avec son Grand Orchestre (le Claude Bolling Big Band, dont la fondation remonte à 1956, un record de longévité), Claude Bolling interprète avec un égal bonheur les standards du jazz et ses propres compositions. Le Claude Bolling Big Band fête en 2006 cinquante ans de formation dans laquelle jouèrent et jouent les musiciens les plus émérites de l'hexagone. Sa contribution la plus originale au patrimoine musical est sans conteste la fusion (on pourrait aussi parler de greffe ou d'osmose) parfaitement réussie qu'il a effectuée entre trio jazz et soliste(s) classique(s). La plus célèbre de ces compositions « hybrides » est la Suite pour flûte et jazz piano trio (1975) enregistrée avec le flûtiste Jean-Pierre Rampal, chef-d'œuvre d'élégance classique et de swing moderne resté en tête des ventes aux États-Unis pendant deux années consécutives. Il composera même une seconde suite pour flûte quelques années plus tard : Suite pour Flûte & Jazz Piano Trio no 2 (1987). La première suite sera suivie de multiples collaborations de la même veine avec notamment Alexandre Lagoya (Concerto pour Guitare & Jazz Piano Trio (1975)), Pinchas Zukerman (Suite pour Violon & Jazz Piano Trio (1977)), Maurice André (Toot Suite - Pour Trompette & Jazz Piano trio (1981))et Yo-Yo Ma (Suite pour Violoncelle & Jazz Piano Trio (1984)). Dans Picnic suite pour flûte, guitare et jazz piano trio (1980), il réunira Jean-Pierre Rampal et Alexandre Lagoya autour de son trio jazz. Sa "Toot Suite pour trompette et piano jazz" a été enregistrée en formation trio jazz avec Maurice André. Il s'agit en fait de 6 mouvements, chacun d'eux consacré à l'un des instruments de la "famille" des trompettes: la grande trompette en ut, la trompette en mi bémol, le cornet en si bémol, le bugle et deux pièces pour la trompette piccolo, justement développée en France par le grand Maurice André.

Claude Bolling a aussi composé une centaine de bandes originales de films, français pour la plupart, dont le plus célèbre est Borsalino.
Passionné de modélisme ferroviaire et du chemin de fer, surtout américain, il a inauguré le 2 juillet 1988 à Saint-Léonard-de-Noblat (Haute-Vienne) le musée du chemin de fer HistoRail, dont il est président d'honneur. À plus de 80 ans, il continue de tourner en France que ce soit au piano solo, avec son trio, son quintet ou son Big Band. Le 15 décembre 2010, Claude Bolling s'est vu décerner les insignes d'Officier de la Légion d'honneur.

Par ailleurs, il est le parrain d'une école de musique intercommunale située à Trouville-sur-Mer (Calvados) qui porte son nom.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11562
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Claude BOLLING   Ven 15 Mar - 12:47





Dernière édition par Icare le Ven 20 Nov - 12:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
laudec

avatar

Nombre de messages : 3478
Age : 65
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Re: Claude BOLLING   Ven 15 Mar - 13:31

chouette, ça c'est du jazz que j'aime bien, merci Mains
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11562
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Claude BOLLING   Ven 15 Mar - 18:35



Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11562
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Claude BOLLING   Ven 20 Nov - 13:53


Je viens de réécouter deux B.O. de Claude Bolling, écrites pour deux films français; Netchaïev est de retour, un film de Jacques Deray avec, parmi les acteurs principaux, Yves Montand et Vincent Lindon, et On ne meurt que deux fois, autre film de Jacques Deray avec Michel Serrault et Charlotte Rampling. Ce sont deux bons films que je connais depuis longtemps et aussi deux thèmes principaux qui n'ont jamais quitté ma mémoire. Le premier, d'une mélancolie très morriconienne, est particulièrement poignant. Il annonce une sorte de fatalité, d'irréversibilité, une fin tragique. Celui qui donne le ton sur On ne meurt que deux fois est sombre, lancinant, cafardeux et mystérieux. Il m'a hanté longtemps après la vision du film que je n'ai pourtant jamais revu depuis. Très beau thème.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11562
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Claude BOLLING   Ven 20 Nov - 14:04

Icare a écrit:
Je viens de réécouter deux B.O. de Claude Bolling, écrites pour deux films français; Netchaïev est de retour, un film de Jacques Deray avec, parmi les acteurs principaux, Yves Montand et Vincent Lindon, et On ne meurt que deux fois, autre film de Jacques Deray avec Michel Serrault et Charlotte Rampling. Ce sont deux bons films que je connais depuis longtemps et aussi deux thèmes principaux qui n'ont jamais quitté ma mémoire. Le premier, d'une mélancolie très morriconienne, est particulièrement poignant. Il annonce une sorte de fatalité, d'irréversibilité, une fin tragique. Celui qui donne le ton sur On ne meurt que deux fois est sombre, lancinant, cafardeux et mystérieux. Il m'a hanté longtemps après la vision du film que je n'ai pourtant jamais revu depuis. Très beau thème.

Sypnosis de Netchaïev est de retour:

En 1968, lorsque Paris est embrasé par la révolte étudiante, cinq d'entre eux se distinguent. Ces cinq copains ont un meneur qui a pour nom de code Netchaïev. Celui-ci glisse peu à peu vers le terrorisme et forme avec les autres un réseau révolutionnaire. Quelque temps plus tard, Netchaïev est trahi et disparaît dans de mystérieuses circonstances à Gibraltar. Cinq ans plus tard, alors que Paris est secoué par une vague d'attentats, Netchaïev est de retour et n'a qu'un seul désir : se venger. Le directeur de la DST, Pierre Marroux, semble très intéressé par ce retour, autant que les anciens compagnons de Netchaïev. Ceux-ci se sont tous rangés, mais il reste Luis Perez qui avait aidé Netchaïev à disparaître. Celui-ci lui propose l’immunité contre des informations sur ce groupe terroriste. Perez est assassiné mais a conservé une vidéo de cette entrevue que sa fille, maintenant en danger, donne au directeur Pierre Marroux. Il confie à la jeune fille que Netchaïev est son fils, Daniel Marroux, qui a coupé tous les ponts avec son père, jusqu'à reprendre le nom de Laurençon, celui de sa mère.

Sypnosis de On ne meurt que deux fois:

L'inspecteur Robert Staniland (Michel Serrault), flic un peu particulier, enquête sur le meurtre de Charly Berliner, retrouvé mort sur un terrain vague. Il découvre que la victime entretenait une relation violente et passionnée avec une certaine Barbara (Charlotte Rampling).
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
avatar

Nombre de messages : 21016
Age : 43
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: Claude BOLLING   Ven 20 Nov - 21:53

C'est une musique agréable en effet. Elle me semble plus "classique" que jazz toutefois
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
laudec

avatar

Nombre de messages : 3478
Age : 65
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Re: Claude BOLLING   Ven 4 Mar - 13:37

Je tombe par hasard sur une musique "Irlandaise" de Claude Bolling pour son trio avec J.P. Rampal à la flûte   .
Très inédit et agréable, les illustrations très drôles, petite fête de l'heure  Laughing

https://youtu.be/sllIdERNDrA

Ou plus classique toujours avec Jean Pierre Rampal et Claude Bolling au piano : "Sentimentale" au Château de Versailles.
ICI


Dernière édition par laudec le Ven 4 Mar - 13:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11562
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Claude BOLLING   Ven 4 Mar - 13:43


Très sympathique, très agréable. Merci Laudec.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Claude BOLLING   

Revenir en haut Aller en bas
 
Claude BOLLING
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique de films, du monde & divers :: Musiques de films-
Sauter vers: