Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Heitor Villa-Lobos (1887-1959)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Snoopy
Admin
avatar

Nombre de messages : 21019
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Heitor Villa-Lobos (1887-1959)   Mar 15 Aoû - 17:01

Heitor Villa-Lobos (son prénom est parfois orthographié Hector), né le 5 mars 1887 à Rio de Janeiro (Brésil) et mort dans cette même ville le 17 novembre 1959, est un compositeur brésilien.

Apprenant la musique auprès de son père, mélomane d'une vaste culture (et également bibliothécaire), Villa-Lobos devint rapidement un musicien professionnel. Il gagnait sa vie comme musicien de café; il jouait alors du violoncelle. En 1905 Villa-Lobos effectua le premier de ses voyages dans les états du nord-est du Brésil, pour recueillir des musiques folkloriques. Il devait effectuer d'autres voyages semblables par la suite, bien qu'il entretienne un voile de mystère autour de ceux-ci; son propre témoignage concernant des aventures avec des tribus cannibales du Nord-Est est sujet à caution. Par la suite, il étudia à l'Institut National de Musique de Rio de Janeiro, bien que son style ne fut jamais conforme à aucune norme académique. Sa musique demeura toujours personnelle et particulière. Comme Villa-Lobos lui-même le disait bien des années plus tard: « Ma musique est naturelle, comme une chute d'eau ». Et aussi: « Un pied dans l'académie et vous êtes déformé! »

Après un autre voyage ethnomusicologique dans l'intérieur de l'Amazonie en 1912, Villa-Lobos revint à Rio de Janeiro. C'est là, le 13 novembre 1915, qu'il capta l'attention de cette ville en donnant un concert de sa musique nouvelle. En 1923, il attirait suffisamment à lui les faveurs des officiels pour obtenir une bourse pour étudier à Paris. À son retour en 1930, Villa-Lobos fut nommé directeur de l'éducation musicale de Rio de Janeiro.

C'est à partir de ce moment que débuta la glorieuse seconde carrière de Villa-Lobos : pédagogue musical pour son pays. Il conçut un système d'apprentissage de la musique pour des générations de Brésiliens, basé sur la riche culture musicale brésilienne, et prenant ses racines dans un patriotisme profond et toujours explicite. Il composa de la musique chorale pour de grands chœurs d'enfants des écoles, souvent adaptée du folklore. Ce qu'il a légué au Brésil d'aujourd'hui, même au sein des nouvelles générations élevées avec les écoles de samba ou MTV, c'est un sentiment profond de fierté et d'amour pour lui, mêlé de semblables sentiments pour leur pays. C'est surprenant, si l'on considère qu'il s'agit d'un compositeur de musique « classique » mort depuis plus de quarante ans ; on trouverait difficilement un équivalent de cet engouement en Amérique du Nord.

En 1944, Villa-Lobos effectua un voyage aux États-Unis pour diriger ses œuvres, obtenant un succès critique et même un certain succès populaire. D'importantes œuvres furent commandées par des orchestres américains, et il écrivit même une musique de film pour Hollywood, pour l'intéressant film de 1945 The Green Mansions. Les années 40 furent une période de triomphe international. Comme compositeur et comme chef d'orchestre, Villa-Lobos fut célébré de Los Angeles à New York et Paris. Malgré ses voyages à travers le monde, sa maison fut toujours à Rio de Janeiro, et c'est là qu'il meurt.

Villa-Lobos était connu pour sa prolixité, bien qu'il ait probablement exagéré le nombre d'œuvres qu'il écrivit, de nombreux ouvrages étant des arrangements de pièces précédentes. À la fin de sa vie en particulier, Villa-Lobos fit beaucoup de ré-écriture.

Les œuvres ci-dessous représentent son héritage musical. À l'exception des ouvrages perdus, elles sont fréquemment jouées dans les récitals et les concerts partout dans le monde et aussi enregistrées sur cd. À l'exception également du Nonetto et des opéras.

L'ouvrage le plus populaire de Villa-Lobos est la Bachianas Brasileiras 5, pour voix et huit violoncelles, mais également jouée par beaucoup d'autres formations instrumentales. La musique pour guitare seule, comprenant les préludes, les études et le Choros 1 venant en second dans les œuvres les plus populaires. La musique la plus importante est contenue dans les Choros, les Bachianas Brasileiras et la série de quatuors à cordes, ainsi que dans de nombreuses pièces pour piano solo - comme le Choros 5 et la Bachianas Brasileiras 4, par exemple - très prisées par les pianistes et le public.

Bachianas Brasileiras
No. 1 pour 8 violoncelles (1932)
No. 2 pour orchestre de chambre (1933)
No. 3 pour piano et orchestre (1934)
No. 4 pour piano (1930-40); orchestré en 1942)
No. 5 pour voix et 8 violoncelles (1938)
No. 6 pour flûte et basson (1938)
No. 7 pour orchestre (1942)
No. 8 pour orchestre (1944)
No. 9 pour chœur et orchestre à cordes (1944)
Choros
Introduction aux Choros pour guitare et orchestre (1929)
No. 1 pour guitare (1920)
No. 2 pour flûte et clarinette (1921 ou 1924)
No. 3 pour chœur d'hommes et instruments à vent (1925)
No. 4 pour 3 cors et trombone (1926)
No. 5 pour piano (1926) « Alma Brasileira »
No. 6 pour orchestre (1926)
No. 7 pour vents, violon et violoncelle (1924)
No. 8 pour grand orchestre et 2 pianos (1925)
No. 9 pour orchestre (1929)
No. 10 pour chœur et orchestre (1925) « Rasga o Coração »
No. 11 pour piano et orchestre (1928)
No. 12 pour orchestre (1929)
No. 13 pour 2 orchestres et band (1929) - PERDU
No. 14 pour orchestre, band et chorus (1928) - PERDU
Choros bis, pour violon et violoncelle (1928)
Concertos
Suite pour piano et orchestre (1913)
Concerto pour violoncelle no. 1 (1915)
Momoprécoce, fantaisie pour piano et orchestre (1921)
Fantasia de Movimentos Mistos, pour violon et orchestre (1921)
Ciranda das Sete Notas pour basson et orchestre à cordes (1933)
Concerto pour piano no. 1 (1945)
Concerto pour piano no. 2 (1948)
Concerto pour piano no. 3 (1952-57)
Concerto pour piano no. 4 (1952)
Concerto pour piano no. 5 (1954)
Fantaisie pour saxophone soprano, trois cors et cordes (1948)
Concerto pour guitare (1951)
Concerto pour harpe (1953)
Concerto pour violoncelle no. 2 (1953)
Fantaisie pour violoncelle et orchestre
Concerto pour harmonica
Concerto Grosso pour quatuor à vent et ensemble à vent (1959)
Les Chôros no. 11 et Bachianas no. 3 sont aussi des pièces concertantes pour piano et orchestre
Symphonies
No. 1 O Imprevisto, L'Imprévu (1920)
No. 2 Ascenção, L'Ascencion (1917)
No. 3 A Guerra, La Guerre (1919)
No. 4 A Vitória, La Victoire (1919)
No. 5 A Paz, La Paix (1920) - PERDU
No. 6 Montanhas do Brasil, Les Montagnes du Brésil (1944)
No. 7 (1945)
No. 8 (1950)
No. 9 (1951)
No. 10 Sumé Pater Patrium, Amerindia (1952)
No. 11 (1955)
No. 12 (1957)
Autres Œuvres Orchestrales (incluant les partitions pour ballet)
Tédio de Alvorada, poème symphonique (1916)
Naufrágio de Kleônicos, poème symphonique (1916)
Dancas Africanas (1916)
Sinfonietta no. 1 (1916)
Iára (1917)
Amazonas, ballet et poème symphonique (1917)
Uirapuru, ballet (1917)
Dança Frenética (1918)
Dança dos Mosquitos (1922)
Francette et Piá (1928, orch. 1958)
Rudepoema (1926, orch. 1932)
O Papagaio do moleque, Le cerf-volant du gamin, un passage symphonique(1932)
Caixinha de Boas Festas, poème symphonique et ballet (1932)
Evolução dos Aeroplanos (1932)
Danca da terra, ballet (1939)
Mandú-Cárárá, Profane Cantata / Ballet d'enfants pour chœur mixte, chœur d'enfants et orchestre (1940)
Suite Saudade da Juventude nr. 1 (1940)
Madona, poème symphonique (1945)
Sinfonietta no. 2 (1947)
Erosão, Erosion, poème symphonique (1950)
Rudá, poème symphonique et ballet (1951)
Ouverture de L'Homme Tel (1952)
Alvorada na Floresta Tropical, ouverture (1953)
Odisséia de uma raça, poème symphonique (1953)
Gênesis, poème symphonique et ballet (1954)
Emperor Jones, un ballet (1956)
Fantasia em Três Movimentos (dans le corpus des choros)(1958)
Suite no. 1 pour orchestre de chambre (1959)
Suite no. 2 pour orchestre de chambre (1959)
Musique de Chambre
Sonate-fantaisie no. 1 pour violon et piano, Désespérance, Despair (1913)
Sonate-fantaisie no. 2 pour violon et piano (1914)
Sonata pour violon et piano no. 3 (1920)
Trio pour piano et cordes no. 1 (1911)
Trio pour piano et cordes no. 2 (1915)
Trio pour piano et cordes no. 3 (1918)
Sextuor Mystique, pour flûte, hautbois, saxophone, harpe, celesta et guitare (1917)
Quarteto Simbolico, pour flûte, saxophone alto, harpe, celesta et voix de femmes (1921)
Trio pour hautbois, clarinette et basson (1921)
Nonetto, Impressão rápida de todo o Brasil, Une Impression Rapide de Tout le Brésil (1923)
Quinteta em forma de choros, pour flûte, hautbois, clarinette, cor anglais ou cor et basson (1928)
Quatuor, pour flûte, hautbois, clarinette et basson (1928)
Assobio a Jato (Le sifflet), pour flûte et violoncelle (1930)
Distribuição de Flores pour flûte et guitare (1937)
Trio pour violon, alto et violoncelle (1945)
Divagação pour violoncelle, piano et percussion basse (adlib.) (1946)
Duo pour violon et alto (1946)
Fantaisie concertante pour piano, clarinette et basson (1953)
Duo pour hautbois et basson (1957)
Quinteto Instrumental, pour flûte, violon, alto, violoncelle et harpe (1957)
Fantaisie Concertante pour 16 ou 32 violoncelles (1958)
Choros no. 2,3,4,7 et Bachianas 1 et 6 pour instruments divers en musique de chambre
Quatuors à Cordes
No. 1 (1915)
No. 2 (1915)
No. 3 (1917)
No. 4 (1917)
No. 5 (1931)
No. 6 (1938)
No. 7 (1942)
No. 8 (1944)
No. 9 (1945)
No. 10 (1946)
No. 11 (1948)
No. 12 (1950)
No. 13 (1951)
No. 14 (1953)
No. 15 (1954)
No. 16 (1955)
No. 17 (1957)
Il ne reste que des ébauches du Quatuor No18.
Opéras
Izaht (1914)
Magdalena (1948)
Yerma (1955)
Daughter of the Clouds (1957)
Ballets
voir: autres œuvres orchestrales
Musiques de Films
Descobrimento do Brasil (1938)
Green Mansions (1959) - (adapté en version de concert: Forêt de l'Amazone)
Œuvres pour Guitare seule
Choros no. 1 (1920)
Suite populaire Brésilienne (1928)
Douze Études (1929)
Cinq Préludes (1940)
Musique pour Piano seul
Ibericarabe (1914)
Ondulando (1914)
Danças Características Africanas (1915)
Suite floral (1918)
Histórias da carochinha (1919)
A Lenda do Caboclo (1920)
Carnaval das crianças (1920)
Prole do Bébé, première série (1920)
Prole do Bébé, deuxième série (1921)
Prole do Bébé, troisième serie (1926) - PERDU
A Fiandeira (1921)
Rudêpoema (1921-26)
Sul America (1925)
Cirandinhas (1925)
Cirandas (1926)
Saudades das Selvas Brasileiras (1927)
Bachianas Brasileiras no. 4 (1930-40)
Francette et Pià (1932)
Valsa da dor (1932)
Guia Prático (1932-49)
Ciclo brasileiro (1936-37)
Plantio do caboclo, La Plantation du Paysan
Impressões seresteiras, Les Impressions d'un Musicien de Sérénade
Festa no sertão, La Fête dans le Désert
Dança do Indio Branco, La Danse de l'Indien Blanc
As Três Marias (1939)
New York Sky-Line Melody (1939)
Poema Singelo (1942)
Homenagem a Chopin (1949)
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Heitor Villa-Lobos (1887-1959)   Mar 15 Aoû - 20:54

Avez vous entendu sa Bacchiana Brasiliera numero 5.C'est son oeuvre la plus populaire.Il a composé neuf Bacchianas Brasiliera en hommage a J.S.Bach.Ce sont des oeuvres tres interessantes,toutes instrumentalement diferentes.
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
avatar

Nombre de messages : 21019
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: Heitor Villa-Lobos (1887-1959)   Mar 15 Aoû - 20:57

J'avoue que je connais mal ce compositeur. Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Snoopy
Admin
avatar

Nombre de messages : 21019
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: Heitor Villa-Lobos (1887-1959)   Jeu 17 Aoû - 2:52

JadSeif a écrit:
Avez vous entendu sa Bacchiana Brasiliera numero 5.C'est son oeuvre la plus populaire.

L'aria: l'air s'ouvre sur une basse en pizzicato doublée d'un élégant contrepoint.La soprano apparait avec des vocalises dans paroles suivies par un violoncelle entonnant une ligne vocale brésilienne.

La partie centrale met en musique un poème portugais, hymne passionné à la Lune, avant le retour du motif d'ouverture où la soprano fredonne la mélodie.

Dança: Le second mouvement est une danse entrainante dans laquelle la soprano chante un poème décrivant un oiseau brésilien et doit faire façe à toutes sortes de répétitions rapides et de sauts périlleux.
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Heitor Villa-Lobos (1887-1959)   Jeu 24 Aoû - 15:37

Les Bachianas Brasileiras sont toutes sublimes, avec également le concerto pour guitare, la fresque symphonique "Forest Of The Amazon" (avec soprano), la délicieuse "Song of the Black Swan" et surtout les mélodies pour voix et piano ou alors petit orchestre (merveilleuses modinhas)...

L'un des très rares compositeurs classiques a être repris avec talent et succès (et sans mauvais goût) par des musiciens populaires comme Nara Leão (magnifique version de la "Modinha"), Maria Bethania, Edu Lobo ou Egberto Gismonti... Wink
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
avatar

Nombre de messages : 21019
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: Heitor Villa-Lobos (1887-1959)   Jeu 24 Aoû - 20:26

Tu as l'air de t'y connaitre Kfigaro! Wink

Bienvenue! Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Heitor Villa-Lobos (1887-1959)   Ven 25 Aoû - 9:24

Merci, la musique brésilienne est ma passion, hélas je ne connais pas si bien Villa Lobos car certains disques ne figurent pas à ma médiathèque, source potentielle de culture pour la plupart des mélomanes il faut bien le reconnaître !! Wink j'ai finalement peu de Cds du coup.
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16103
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Heitor Villa-Lobos (1887-1959)   Ven 25 Aoû - 10:08

Ses 9 Bachianas sont parmi son oeuvre les plus célèbres (surtout, effectivement, la cinquième, ainsi que la modinha de la première, et le petit train de Caipira de la deuxième).
Ne pas oublier la série des 12 choros, à instrumentations très diverses (de la guitare et du piano solo au grand orchestre).
Et ses 12 symphonies (je n'ai entendu que la n°4, A Vitoria), ses grandes suites symphoniques (Amazonas, Descobrimento do Brazil, Uira-Puru), ses quatuors à cordes....
Il n'y a pas de numéros d'opus, mais il y aurait près d'un millier d'oeuvres, ce qui est considérable pour un compositeur moderne.

Je vais être hors sujet, kfigaro, mais connais-tu ce compositeur brésilien du 18ème : José Mauricio Nunes Garcia (1767 1830), né et mort à Rio de Janeiro ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Heitor Villa-Lobos (1887-1959)   Ven 25 Aoû - 18:17

hélas non... du tout, je m'intéresse surtout à la musique du 20ème siècle (en général populaire ou située à la frontière entre populaire et savant - ce qui est très très courant là bas : Vagner Tiso, Francis Hime ou Gismonti par ex), à part quelques rares musiques de la fin du 19ème siècle, je connais pas du tout la musique brésilienne plus ancienne.


Dernière édition par le Ven 25 Aoû - 18:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Heitor Villa-Lobos (1887-1959)   Ven 25 Aoû - 18:20

joachim a écrit:
Ne pas oublier la série des 12 choros, à instrumentations très diverses (de la guitare et du piano solo au grand orchestre).
oui gros oubli de ma part :?, j'en ai quelqu'un (de chambre ou pour orchestre) et je les adore tous !

son oeuvre pour piano solo vaut aussi le détour, comme "Prole do Bébé"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Heitor Villa-Lobos (1887-1959)   Sam 21 Juil - 10:45

Snoopy a écrit:
JadSeif a écrit:
Avez vous entendu sa Bacchiana Brasiliera numero 5.C'est son oeuvre la plus populaire.

L'aria: l'air s'ouvre sur une basse en pizzicato doublée d'un élégant contrepoint.La soprano apparait avec des vocalises dans paroles suivies par un violoncelle entonnant une ligne vocale brésilienne.

La partie centrale met en musique un poème portugais, hymne passionné à la Lune, avant le retour du motif d'ouverture où la soprano fredonne la mélodie.

Dança: Le second mouvement est une danse entrainante dans laquelle la soprano chante un poème décrivant un oiseau brésilien et doit faire façe à toutes sortes de répétitions rapides et de sauts périlleux.

Voila, voila

Aria Cantilena

Dança

Magnifique Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Heitor Villa-Lobos (1887-1959)   Dim 29 Juil - 22:09

C'est vrai Zaraké, c'est magnifique.

Ici on trouve :

Bachianas Brasileiras No. 9

Par Modern Strings

* * *

Bachianas Brasileiras, No. 4 - Prelude

par Marc McCarty - piano

* * *

Coco
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
avatar

Nombre de messages : 21019
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: Heitor Villa-Lobos (1887-1959)   Dim 29 Juil - 22:13

Ben t'es encore là toi? Suspect

C'est le fantôme de Coco qui vient nous hanter
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Choros 10   Jeu 13 Sep - 21:37

Villa Lobos, je l'admire beaucoup, pour évidemment ses bachianas 5 et 9, les plus connues.

Mais, son oeuvre qui m'a le plus attiré, c'est son Choros 10, pour choeur et (immense) orchestre "Rasga o coraçao", dirigé par Tilson Thomas.

C'est une oeuvre gigantesque aux aspects de rites paiens, une grosse machinerie infernale.....mais qui ne tourne pas au ridicul, et même, qui donne une bonne leçon d'orchestration. un grand travail, surtout, au niveau de la diction des choristes, avec beaucoup de voix superposées.

A connaitre !! merci Heitor
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Heitor Villa-Lobos (1887-1959)   Jeu 25 Oct - 16:07

Pour Harry Halbreich, il s'agit de l'un des plus grands orchestrateurs du 20ème siècle, il compare souvent les couleurs de l'orchestre de Messiaen à celles de Villa Lobos.
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16103
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Heitor Villa-Lobos (1887-1959)   Jeu 25 Oct - 20:38

kfigaro a écrit:
Pour Harry Halbreich, il s'agit de l'un des plus grands orchestrateurs du 20ème siècle, il compare souvent les couleurs de l'orchestre de Messiaen à celles de Villa Lobos.

Oh la la ! Entre les deux je préfère de beaucoup Villa Lobos Wink
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Heitor Villa-Lobos (1887-1959)   Jeu 25 Oct - 23:49

Si tu ne détestes écouter le "Pour un monde noir" de Chaynes, y'a pas de raisons valables pour que tu ne craques pas (même partiellement) à l'audition des "Poèmes pour Mi", je t'assures ! Wink

Mais bon, il faudrait parler de ça dans le topic approprié !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Heitor Villa-Lobos (1887-1959)   Ven 30 Nov - 16:53

Le chant du cygne noir (O Canto do Cisne Negro)

Magnifique pièce dont j'ai parlé en page 1
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
avatar

Nombre de messages : 21019
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: Heitor Villa-Lobos (1887-1959)   Ven 30 Nov - 19:18

C'est assez sympa en effet Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16103
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Heitor Villa-Lobos (1887-1959)   Ven 30 Nov - 20:54

Très joli, bien que la harpe soit un peu escamotée (en principe c'est une pièce pour violoncelle, ou violon, et piano). Un piano "sonne" plus fort qu'une harpe.


Je ne résiste pas au plaisir de présenter ce O treizinho do caipira (petit train des paysans) qui est la dernière partie de la 2ème bachianas brasileiras.
Elle est un peu "arrangée" mais pas trop finalement Wink

http://youtube.com/watch?v=7i_uRe4xM94&feature=related
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Heitor Villa-Lobos (1887-1959)   Ven 30 Nov - 22:09

joachim a écrit:
Très joli, bien que la harpe soit un peu escamotée (en principe c'est une pièce pour violoncelle, ou violon, et piano). Un piano "sonne" plus fort qu'une harpe.
Je l'ai toujours entendu pour violoncelle et harpe, j'ai aussi écouté en concert une version pour harpe et ... harmonica de verre (ou plutôt "glass-harfe") !

joachim a écrit:
Je ne résiste pas au plaisir de présenter ce O treizinho do caipira (petit train des paysans) qui est la dernière partie de la 2ème bachianas brasileiras.
Un classique ! si ça vous intéresse, je vous chercherais la version chantée (par Maria Bethania) Wink (Coco devrait rappliquer !)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Heitor Villa-Lobos (1887-1959)   Jeu 12 Nov - 3:28

La musique de Villa Lobos ne cesse de m'étonner. Oui, la cinquième Bachianas demeure la plus populaire. Mais ce que j'admire chez ce compositeur c'est la simplicité avec laquelle il respire en musique! De ces neuf Bachianas, je préfère les trois dernières, surtout la septième et la neuvième.

Villa Lobos composa sa musique avec beaucoup de spontanéité. De plus, il composa pour un public aussi large que possible. Enfin, il composa comme un joueur de billiard, en espérant que l'instinct peut surmonter les limites du champ optique.

Comment ne pas apprécier toutes les couleurs locales dans cette musique?!

Cependant, sur le plan pédagogique, Villa Lobos n'est pas venu en France pour apprendre la musique. Non. Il traversa l'Atlantique pour montrer sa musique à un public européen. Il représente donc l'étudiant qui espère faire sa marque en faisant tabula rasa, table rase. Ce type est tellement confiant qu'il n'a rien à apprendre!

Cette caractéristique personelle limite son accomplissement artistique et cette limite est surtout discernable dans ses symphonies. Il démontre ses limites lorsqu'il s'engage dans une oeuvre orchestrale majeure.

Mais comment ne pas admirer son inspiration ... surtout pour le violoncelle!
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16103
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Heitor Villa-Lobos (1887-1959)   Ven 13 Nov - 19:31

francomaine a écrit:

Cette caractéristique personelle limite son accomplissement artistique et cette limite est surtout discernable dans ses symphonies. Il démontre ses limites lorsqu'il s'engage dans une oeuvre orchestrale majeure.


Je suis bien d'accord Very Happy J'ai écouté l'intégrale des symphonies de chez CPO (sauf la 5ème qui est perdue), je trouve aussi que ses symphonies ne sont pas à l'avenant des Bachianas, des Choros et même des autres oeuvres symphoniques comme la Découverte du Brésil, Amazonas, Erosion...
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10716
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Heitor Villa-Lobos (1887-1959)   Ven 29 Juil - 23:13


Le concerto pour guitare et orchestre plus douze études et cinq préludes pour guitare seule par Narciso Yepes...et au bout de l'écoute le souvenir tout frais de la belle émotion vécue...la voilà pour moi la vraie richesse...
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16103
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Heitor Villa-Lobos (1887-1959)   Mer 16 Mai - 20:30

Villa-Lobos a été l'un des rares compositeurs à dédier une oeuvre à l'harmonica. On trouve son concerto sur ce CD






Rien d'extraordinaire, en fait, mais mieux que celui de Malcolm Arnold. Celui que je trouve le plus intéressant est celui de Michael Spivakovsky.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Heitor Villa-Lobos (1887-1959)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Heitor Villa-Lobos (1887-1959)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: