Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Musiques du monde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pianoline
Mascotte du forum
Mascotte du forum
avatar

Nombre de messages : 2021
Age : 24
Date d'inscription : 08/06/2011

MessageSujet: Musiques du monde   Mer 12 Sep - 12:15

Comme pour les topics d'histoire de la musique et d'initiation au solfège, je vous propose cette fois de retracer assez brièvement l'histoire des différentes musiques du monde, afin de découvrir les divers horizons de la musique à travers le monde.
On verra ainsi le jazz, [le blues, folk, rock et pop], L'Afrique, les pays arabes, l'Inde, la Chine et le Japon, et le continent américain.
Parfois, j'aimerais ajouter mes recherches persos pour certaines sections : j'avais assisté à un exposé d'une musicienne traditionnelle indienne qui nous avait expliqué beaucoup de choses sur sa musique, et j'ai des exemples bien analysés de compositeurs modernes et contemporains pour l'Amérique.
Pour le jazz, il y a déjà de bonnes ressources sur ce forum, je m'en servirais directement. (merci Snoopy !)
Et il peut y avoir pas mal de choses à ajouter sur ce topic, donc n'hésitez surtout pas. Very Happy Je pense que ca peut être un topic pas mal du tout, où on pourrait tous apporter nos connaissances ou échanger quelques musiques du monde.


I Le jazz

A) Le jazz, des origines à 1940

Origines du mot "jazz"
Le mot jazz pourrait être dérivé du nom de musiciens comme Chas Washington, Charles « Chas » Alexander, Jasbo Brown ou encore Mr Razz.
En argot, le mot jazz était fortement teinté de connotations sexuelles mais il n'est pas prouvé que celles-ci prédatent son emploi dans le domaine musical. Cependant, le mot jass — dérivé de l'américain jism ou jasm (signifiant sperme et apparu au XIXe siècle) — était largement employé dans toutes sortes de contextes.

Garvin Bushell avance dans son livre Jazz From the Beginning que le terme se rapporte au jasmin que l'industrie cosmétique française (bien implantée en Nouvelle-Orléans) utilisait pour corser ses parfums. L'expression Jass it up, passée dans le langage courant, désignait donc le fait de relever quelque chose de jugé trop fade.

Il pourrait s'agir d'une déformation du pas du chassé ou chasse-beau, figure du cakewalk qui serait ensuite devenue jasbo.

Des racines africaines ont également été évoquées, s'appuyant notamment sur le mot bantou jaja (« danser », « jouer de la musique »), sur le terme africain jasi (« être excité ») ou jaiza (« son lointain des percussions »), ou l'hindu jazha (« désir ardent »).
Les recherches de Gerald Cohen indiquent que le mot apparaît pour la première fois sous la plume de E. T. « Scoop » Gleeson dans le San Francisco Bulletin en mars 1913. Il appartient alors au jargon du baseball pour désigner l'énergie d'un joueur. Le mot aurait été employé pour qualifier la musique du groupe de Art Hickman qui jouait dans le camp d'entraînement des San Francisco Seals. Le groupe endossa l'adjectif lors de ses engagements à New York en 1914 et le terme se répandit progressivement jusqu'à Chicago avant de revenir en Nouvelle-Orléans sous la forme d'une lettre de Freddie Keppard à King Oliver qui le popularisera dès 1917 avec son protégé, Louis Armstrong.

La diffusion du mot Jazz (bien que sous sa forme Jass) est largement associée à son apparition sur le premier enregistrement du style, le 7 mars 1917 par l' Original Dixieland Jass Band.

Premières influences du jazz
L'une des principales influences du jazz, outre les chants religieux (Negro spirituals, puis gospel songs) et les work songs (chants de travail des esclaves dans les plantations de coton) fut le blues, une musique rurale qui évolua avec la migration des populations noires vers les grandes agglomérations, à la fin du XIXe siècle. Parmi les premiers musiciens de jazz, nombreux étaient ceux qui vivaient de leur prestation dans de petites fanfares; les instruments de ces groupes devinrent les instruments de base du jazz : cuivres, instruments à anches et batterie.

La fin de la guerre civile, et les surplus d'instruments de musique militaire qu'elle entraîna, ne fit qu'amplifier le mouvement. Les premiers jazz bands utilisaient fréquemment la structure et le rythme des marches, qui étaient le type de musique de concert le plus courant à l'époque.

Malgré ses racines populaires, on trouve parmi les créateurs du jazz des musiciens de formation classique, tels que Lorenzo Tio ou Scott Joplin.

Un événement important dans le développement du jazz fut le durcissement des lois de Jim Crow sur la ségrégation raciale en Louisiane, dans les années 1890. Les musiciens professionnels de couleur ne furent plus autorisés à se produire en compagnie de musiciens blancs ; en revanche, ils trouvèrent facilement du travail parmi les fanfares et les orchestres noirs.
À l'aube de la Première Guerre mondiale, on assista à une libéralisation des coutumes. Des salles de danse, des clubs et des salons de thé ouvrirent leurs portes dans les villes, et des danses noires telles que le cakewalk et le shimmy furent peu à peu adoptées par le public blanc, principalement les jeunes.
Irving Berlin Alexander's Ragtime Band (1911) popularisa le jazz . Son succès fut tel qu'on l'entendit jusqu'à Vienne. Bien que ce ne fût pas un ragtime, les paroles décrivaient un orchestre de jazz qui mettait du rythme dans des chansons populaires.

L'apparition des phonographes permit la diffusion de cette nouvelle musique. C'est l'enregistrement du premier disque en 1917 par l' Original Dixieland Jass Band qui marque la naissance officielle du jazz. Notons qu'avant la généralisation du phonographe, il a été enregistré de nombreux morceaux avec le piano mécanique. Ainsi a-t-on gardé de nombreux rouleaux de Scott Joplin.

King Oliver a été le chef d'un premier orchestre important, le Creole Jazz Band dont fera partie Louis Armstrong. Jelly Roll Morton a su transformer la musique de ragtime en jazz et il a enregistré avec ses Red Hot Peppers (qui comprenaient les meilleurs musiciens de Chicago) des chefs d'œuvres. Lors de quelques enregistrements spécifiquement destinés au public noir, Louis Armstrong amena une première évolution décisive du jazz : il jouait avec un orchestre typique de La Nouvelle-Orléans, ces orchestres où tous les musiciens improvisent simultanément. Mais Louis était un improvisateur hors pair, capable de créer des variations infinies à partir d'un même thème. Ses musiciens l'imitèrent, non plus tous en même temps, mais chacun leur tour.

Avec la prohibition et les amendements constitutionnels interdisant la vente de boissons alcoolisées, les bars et les cabarets légaux fermèrent leurs portes, mais furent rapidement remplacés par des centaines de bars clandestins où les clients venaient boire et écouter de la musique. Les airs que l'on y entendait demeuraient un mélange de styles – des morceaux de danse à la mode, des chansons récentes, des airs extraits de spectacles. Mais les musiciens qui avaient la chance d'avoir gardé un emploi stable, et qui jouaient toujours avec les mêmes partenaires, connurent un succès bien supérieur. Ainsi, cette période marqua la naissance de l'orchestre de Duke Ellington, au Cotton Club, ainsi que de l'orchestre de Count Basie.

La danse évolua avec la musique, ainsi naquit au début des années 30, avec la popularisation des Big Band blanc avec en particulier Benny Goodman.

Ptites définitions rapides sur les tous premiers genres (ou ce qui entraîna) du jazz :

Spiritual et gospel : chants sacrés. Leur inspiration est différente : le spiritual reprend les thèmes de l'Ancien Testament et le gospel s'attache plus à chanter les épisodes de la vie du Christ.

Ragtime :musique composée destinée au piano. Sa particularité est une cadence de jeu rapide et syncopée.

blues : d'abord complainte vocale, il se caractérise par un cadrage (de 12 mesures le plus souvent) et l'emploi de notes spécifiques appelées blues notes. Ce sont des notes mouvvantes qui peuvent se déplacer dans la mélodie.

Les caractéristiques du jazz

C'est le traitement particulier du son qui permet d'identifier le jazz. L'instrumentiste transpose les effets de voix en faisant varier aussi bien la hauteur du son que son intensité. La mise en valeur du rythme repose sur l'adoption de la mesure à 4 temps, le placement des notes par rapport au tempo et l'utilisation d'accentuations. Le swing est l'aboutissement d'une recherche spécifique du jazz, par exemple.

Le swing désigne la période du jazz des années 1930 illustrée par les grands orchestres blancs (Benny Goodman) ou noirs à l'origine de cette musique (Duke Ellington) et les petits ensembles de la même époque.
D'un point de vue technique, il consiste à substituer systématiquement à toute formule rythmique binaire une formule ternaire « balancée ». Cet élément fondamental du jazz classique se rapporte à la pulsation, fondée sur la syncope qui confère souplesse et rebondissement à la section rythmique. L'accentuation forte ou faible du contre-temps participe aussi de ce processus de création d'une ambiance faite pour la danse.

Deux grands courants : New Orleans et Mainstream

Le New Orleans est le jazz des petites formations composées de trois instruments à vent (cornet, clarinette, trombone). Les musiciens pratiquent des improvisations. Les solos apparaissent dans les années 1920 mais le jeu reste surtout collectif. Il s'est évidemment popularisé et développé dans le ville de la Nouvelle Orléans, on s'en serait douté. L'une des caractéristiques de ce mouvement le style « tailgate », consistant pour le trombone à accompagner le jeu de la trompette par un contrepoint rythmique, ponctué d'effets de « glissandi ».
Le saxophone commence à se développer dans ces groupes : il n'était pas accepté dans les orchestres symphoniques car ce n'était pas un instrument noble. Le jazz New Orleans était avant joué en extérieur. Quand il va rentrer dans les cabarets, les instruments vont se sédentariser : ajout du piano et de la batterie, inventée par le jazz.

Billie Holiday et Louis Armstrong


Le mainstream, souvent appelé jazz classique est le courant dominant après 1935. Il met à la mode le boogie-woogie, dont le rythme - la main gauche sur le clavier marque huit battements par mesure - suggère le bruit des roues du train (boggies) sur les rails. La main droite reste libre d'improviser.

Glenn Miller et son orchestre : Blue Bird


Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11545
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Musiques du monde   Mer 12 Sep - 20:12


Pianoline, tu fais un travail magnifique. Kiss
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16722
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Musiques du monde   Mer 12 Sep - 20:22

Oui, un grand merci, pianoline, tu nous fais découvrir bien des sujets intéressants Very Happy (à mon âge je n'ose pas te faire la bise comme Icare).
Revenir en haut Aller en bas
Pianoline
Mascotte du forum
Mascotte du forum
avatar

Nombre de messages : 2021
Age : 24
Date d'inscription : 08/06/2011

MessageSujet: Re: Musiques du monde   Jeu 13 Sep - 9:28

Merci beaucoup, c'est super gentil, ca me va droit au coeur, Very Happy

*fais la bise à Icare et Joachim* Kiss
Revenir en haut Aller en bas
Bel Canto
Admin
avatar

Nombre de messages : 5951
Age : 61
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: Musiques du monde   Jeu 13 Sep - 21:15

Très beau travail Pianoline ... je n'ai malheureusement pas le temps de tout lire en profondeur mais j'y reviendrai ! Mains
Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
Pianoline
Mascotte du forum
Mascotte du forum
avatar

Nombre de messages : 2021
Age : 24
Date d'inscription : 08/06/2011

MessageSujet: Re: Musiques du monde   Mer 17 Oct - 19:16

B) Le jazz, du be-pop à nos jours

Au début des années 1940, une nouvelle orientation se manifeste sous l'impulsion de Charlie Parker : le be-pop.

La naissance du be-pop
En réaction au swing et aux exigences des grands orchestres naît le be-pop, musique complexe et rapide destinée à des petits ensembles de musiciens, en général 5 (piano, saxophone, trompette, basse, batterie). Chaque instrument développe sa propre individualité. La basse et la batterie prendront beaucoup d'importance.
La grande figure du be-pop est Charlie Parker (1920-1955). Très inventif, il renouvelle les thèmes connus par sa capacité d'improvisation et la maîtrise exceptionnelle de son saxophone. Dizzy Gillespie, qui a introduit thèmes et rythmes d'inspiration latine dans le jazz, et Thelonious Monk, qui a beaucoup donné à l'harmonie du be-pop, font aussi partie des noms marquants de ce courant.

Quintet, Dizzy Gillespie


Et du be-pop naquirent :
_ le cool jazz, dans les années 1950. Avec Birth of the Cool, le trompettiste Miles Davis, qui avait longtemps travaillé avec Charlie Parker cherche à revenir à une musique plus apaisée et plus accessible. Il privilégie un phrasé détendu et des timbres plus feutrés. La batterie s'assagit et se contente de définir le rythme. Le cool jazz connaîtra un succès particulier auprès des musiciens de la West Coast, dont l'un des principaux représentants est le saxophoniste ténor Stan Getz et le trompettiste Chet Baker. En 1959, Miles Davis crée une nouvelle fois l'événement avec Kind of Blue qui pose les fondements du jazz modal où la structure harmonique des morceaux était encore beaucoup plus libre qu'auparavant, qui souvent ne se basaient que sur quelques accords de piano et de basse. Le reste n'était qu'improvisation.
_ hard bop. A new York, la vigueur est de retour avec le hard bop., dont les principales figures sont Art Blakey et Horace Silver.

Dans les années 1960 apparaît le free jazz. Il correspond à un démantèlement des structures rythmiques, harmoniques et mélodiques. Son initiateur est John Coltrane. Le free jazz ouvrira à un écléctisme absolu : jazz rock, jazz aux tendances brésiliennes, jazz qui mêle la soul music (blues) au mainstream...

Naima, de John Coltrane



Miles Davis
Ce trompettiste (1926-1991) a contribué tout au long de sa carrière à tous les mouvements de l'évolution du jazz de l'après-guerre. Il est considéré comme l'une des figures les plus marquantes du jazz moderne. Sa rencontre en 1955 avec John Coltrane l'amène à poursuivre ses recherches sur son instrument. Il anime aussi de grands ensembles avec le concours de Gil Evans.

John Coltrane
grande liberté rythmique. Il entre dans le quintette de Miles Davis en 1955 et va bénéficier de la célébrité du groupe. Ses longues improvisations sont restées historiques. Il a aménagé un nouveau type de grilles d'accords, les Coltrane Change qui surprennent autant que le tempo qu'il adopte.
Revenir en haut Aller en bas
Raphaël

avatar

Nombre de messages : 45
Age : 60
Date d'inscription : 08/10/2010

MessageSujet: Re: Musiques du monde   Dim 27 Jan - 17:03

Merci, Pianoline, et merci d'avoir proposé Naima de John Coltrane.

Juste pour la "petite histoire", j'ai lu dans l'excellent livre d'Amaury du Closel "Voix étouffées du troisième reich" (Actes Sud) cette anecdote qui pourrait être comique si le sujet des musiciens persécutés par les nazis n'était si grave.

Quand, avec Goebbels, Hitler a voulu en savoir plus sur les musiciens "dégénérés", il a demandé à un de ses sbires une enquête sur cette musique bizarre, le "Yazz". C'est fort! On connaissait l'orthographe "jass", voire parfois même "jasz", mais "yazz", c'est d'un ridicule fini.
Revenir en haut Aller en bas
autoweb



Nombre de messages : 10
Age : 36
Date d'inscription : 13/10/2011

MessageSujet: Re: Musiques du monde   Sam 30 Mar - 20:41

Merci bcp pour ce topic
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mp3-arabe.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Musiques du monde   

Revenir en haut Aller en bas
 
Musiques du monde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Histoire de la musique-
Sauter vers: