Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Johan Svendsen (1840-1911)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Snoopy
Admin
avatar

Nombre de messages : 21020
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Johan Svendsen (1840-1911)   Jeu 9 Nov - 22:38

Johan Svendsen est un compositeur, violoniste et chef d'orchestre norvégien, né le 30 septembre 1840, à Christiania (aujourd'hui Oslo) et décédé le 14 juin 1911 à Copenhague.

Il a vécu l'essentiel de sa vie à Copenhague, la capitale du Danemark. Svendsen apprend le violon depuis l’enfance et commence une carrière qui le mène en Allemagne où, conscient des lacunes de sa formation, fait appel à Carl Reinecke et Hans Richter au Conservatoire de Leipzig entre 1863 et 1867. Il commence à diriger à partir de 1860. Dès 1865, des problèmes aux doigts l’orientent vers la composition. Il retourne en Norvège où il est apprécié à la fois comme compositeur et comme chef d'orchestre. Grieg lui-même le respecte pour ses deux raisons. Il se rend ensuite en France et en Allemagne à l'invitation de son ami Richard Wagner à jouer dans l’orchestre lors de la pose de la première pierre à Bayreuth. Il rentre en Norvège en 1872, mais sa très grande réputation de chef le fait voyager de nouveau en Europe. Il s’installe à Copenhague où Nielsen joue sous sa baguette.

Alors qu'il a bien connu Wagner, on ne peut manquer de s'étonner de la forme classique de son style, qui rappelle parfois Franz Liszt. Il est également peu probable qu'il ait subi l'influence des compositeurs nordiques de la génération précédente, le suédois Franz Berwald et le danois Niels Gade. Contrairement à son contemporain et ami Edvard Grieg, Svendsen est bien davantage réputé pour ses qualités d'orchestrateur que pour ses audaces harmoniques. Tandis que Grieg a privilégié les compositions pour petits ensembles, Svendsen a quant à lui principalement composé pour l'orchestre.

Sa partition la plus fameuse est la romance pour violon et orchestre. Pour autant, l'ensemble de son oeuvre a bien du mal à dépasser les frontières des pays nordiques, souffrant d'un certain académisme.

Œuvres principales

Quatuor à cordes en la mineur, op. 1
Octet, op. 3
Symphonie n° 1 en ré majeur, op. 4 (1865-66)
Concerto pour violon, op. 6 (1868-70)
Concerto pour violoncelle, op. 7 (1871)
Symphonie n° 2 en si bémol majeur, op. 15 (1877)
Rapsodies norvégiennes pour orchestre, op. 17,19,21,22
Romance pour violon et orchestre, op. 26
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16028
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Johan Svendsen (1840-1911)   Ven 10 Nov - 10:20

Snoopy a écrit:
Sa partition la plus fameuse est la romance pour violon et orchestre. Pour autant, l'ensemble de son oeuvre a bien du mal à dépasser les frontières des pays nordiques, souffrant d'un certain académisme.


On se demande pourquoi académisme signifie "peu intéressant" On qualifie ainsi Saint Saens ou Vincent d'Indy comme si c'était insultant.

Pour en revenir à Svendsen, il faut écouter ses deux symphonies, ses quatre rhapsodies norvégiennes, son concerto pour violon et aussi son octuor à cordes pour s'en faire une idée. Sa romance est certes charmante, mais ce n'est pas tout Svendsen.
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16028
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Johan Svendsen (1840-1911)   Dim 24 Mai - 15:27

Catalogue des Œuvres

Entre parenthèses, date de composition et de création


Orchestre:

Symphonie n ° 1 en ré majeur Op.4 (1865-67; Christiania 12 Octobre 1867)
Symphonie no 2 en si bémol majeur, Op.15 (1874; Christiania 14 Octobre 1876)
Concerto pour violon en la majeur, Op.6 (1868-70; Leipzig 6 Février 1872
Concerto pour violoncelle en ré mineur, Op.7 (1870, Leipzig, le 16 Mars 1871)
Sigurd Slembe, Prelude symphonique, Op.8 (1871, Leipzig, le 12 Décembre 1871)
Carnaval de Paris, Episode, Op.9 (1872; Christiania 26 Octobre 1872)
Marche funèbre, pour la mort du roi Carl XV, op.10 (1872, 26 Octobre 1872)
Zorahayda, Legende, op.11 (1874, rév. 1879; Christiania 3 Octobre 1874, rév. 11 Mai 1880)
Polonaise de Fête, Op.12 (1873; Christiana, le 6 août 1873)
Marche du Couronnement (pour le couronnement du roi Oscar II), Op.13 (1873, Trondheim, 18 Juillet 1873)
Norsk Kunstnerkarneval (Carnaval des artistes norvégiens), op.14 (1874, Christiania, le 17 Mars 1874)
Rhapsodie norvégienne No. 1, Op.17 (1876; Kristiania 25 Septembre 1877)
Roméo et Juliette, Fantasia, op.18 (1876, Christiania, le 14 Octobre 1876)
Rhapsodie norvégienne No. 2, Op.19 (1876;??)
Rhapsodie norvégienne No. 3, Op.21 (1876, Paris, Janvier?, 1879)
Rhapsodie norvégienne No. 4, op.22 (1877, Paris, le 1 Février 1879)
Romance pour violon et orchestre en sol majeur, Op.26 (1881, Kristiania, 30 Octobre 1881)
Polonaise en ré majeur, Op.28 (1882)
Symphonie n ° 3 en mi majeur (1882-1883) - détruite

Orchestre à cordes :

2 Mélodies folkoriques suédoises, Op.27 (1876, 1878)
2 Mélodies folkoriques islandaises, Op.30 (1874)
Variations sur Ifjol gjætt 'e gjeitinn (L'année dernière, je tondais les chèvres), op.31 (1874)


Musique de Chambre:

Quatuor à cordes en la mineur, op.1 (1865)
Octuor à cordes en la majeurt, op.3 (1866)
Quintette à corde en ut majeurs, Op.5 (1867)
Paraphrase sur des chansons populaires du Nord pour piano, violon et violoncelle, Op.16 (1874)

Vocales:

2 Chants pour choeur d'hommes, Op.2 (1865)
5 Mélodies (voix et piano), opus 23 (1878)
5 Mélodies (voix et piano), opus 24 (1879)
2 Mélodies (voix et piano), op.25 (1878, 1880)
Cantate pour l'inauguration du monument Wergeland, op 25 (1881)
Cantate de mariage (pour le Prince Oscar Gustav Adolph  et la Princesse Sophia Maria Victoria), Op.29 (1881, Kristiania, Octobre 18, 1881)
Cantate pour le jubilé Holberg, op 30a (1884)
Hymne pour les noces d'or du roi Christian IX et de la Reine Louise, op 31 (1892)
Cantate (pour les noces d' or du roi Christian IX et la Reine Louise), op.32 (1892)

Ballet:

Foraaret kommer (L'arrivée du printemps), Op.33 (1892, Copenhague, Mai 26, 1892)


Environ 50 autres petits morceaux, non inclus dans son numéro de catalogue, dont :

Andante funèbre pour cordes (1894)
Bryllupet pa Dovre pour cordes (Mariage à Douvres)
Saeterjentens sondag, (Dimanche de la jeune fille au pâturage de montagne), variations pour cordes (1872)
Axvalla marsch pour cuivres
Prélude de Fête pour orchestre (1898)
Caprice pour violon et orchestre (1863)
Anna-Polka pour piano (1854)
Au Pâturage de montagne, pour piano (1856)
La Violette, mélodie isolée


Dernière édition par joachim le Mar 27 Aoû - 20:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
avatar

Nombre de messages : 21020
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: Johan Svendsen (1840-1911)   Dim 24 Mai - 15:47

joachim a écrit:
Snoopy a écrit:
Sa partition la plus fameuse est la romance pour violon et orchestre. Pour autant, l'ensemble de son oeuvre a bien du mal à dépasser les frontières des pays nordiques, souffrant d'un certain académisme.


On se demande pourquoi académisme signifie "peu intéressant" On qualifie ainsi Saint Saens ou Vincent d'Indy comme si c'était insultant..

Ce n'est pas moi qui ait rédigé cette bio mais Wiki Wink Pour répondre a ta question je pense que l'auteur entendait par un "certain académisme" peut etre un "académisme national"? J'entends par la, composée peut etre de maniére trop axées sur le folklore musical national et/ou avec un style trop marqué car trop proche d'un style musical traditionnel dont les autres pays sont peu récéptifs. Un peu comme si un compositeur russe ne composait qu'avec des instruments comme la balalaika, l'accordéon et avec des modulations musicales empreintes du folklore local. Enfin, je sais pas...
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Henri



Nombre de messages : 271
Age : 63
Date d'inscription : 23/05/2015

MessageSujet: Re: Johan Svendsen (1840-1911)   Ven 29 Mai - 9:09

Je suis en train d’écouter son œuvre orchestrale, et je commence par la Symphonie n° 1 qui respire le bonheur et la joie de vivre. L’atmosphère générale me renvoie à la Symphonie pastorale de Beethoven et à la Moldau de Smetana. Une musique qui fait du bien « par ousqu’elle passe »  comme aurait dit mon père. Tout en l’écoutant, je lis la notice biographie accompagnant le coffret et j’apprends que Svendsen a vécu un événement particulièrement éprouvant qu’on ne voudrait souhaiter à son pire ennemi. Svendsen a laissé deux symphonies mais il en a composé une troisième. Il l’avait terminée au cours de l’hiver 1882/83. Un soir, une admiratrice lui fit parvenir un bouquet de fleurs accompagné d’une lettre d’amour. Malheureusement, le bouquet et la lettre furent réceptionnés par l’épouse de Svenden, Sarah. Et celle-ci était d’une jalousie maladive. Un ami de Svendsen, John Paulsen, raconte ce qui se passa alors :
« Elle prit le manuscrit de la nouvelle symphonie de Svendsen, qu’il venait juste de terminer après de long mois de travail. Elle le sortit du tiroir de son bureau et le jeta au feu. […] C’est Svendsen lui-même qui m’a raconté ce terrible événement, un soir où je lui rendais visite dans son appartement de la rue Classen à Copenhague. J’étais hors de moi et lui demandais : "mais qu’as-tu fait d’elle alors ? Elle aurait mérité que tu la tues sur le champ !" Svendsen devint pensif. Il me fixa très sérieusement d’un regard sombre, caressa sa moustache noire et répondit : "Crois-moi, j’ai été sévère." Je ne m’attendais à rien de particulier car je connaissais bien la "sévérité" de Svendsen. C’était l’un des hommes les meilleurs et les plus accommodants que j’aie jamais rencontrés. "Eh bien, qu’as-tu fait ? Exigé immédiatement le divorce ? – Non, pas cela, répondit-il. Je lui ai dit d’une voie impérieuse : "A genoux !" »
Après ce terrible malheur, Svendsen cessa quasiment de composer. Seules quelques œuvres sortirent de sa plume de longues années après : l’Hymne op. 32, le ballet Faraaret kommer (le printemps arrive) op. 33, l’Andante funèbre (1894) et un Prélude (1998). Il s’éteignit le 14 juin 1911 à Copenhague.

La Symphonie n° 2 est très chouette aussi, et j'aime particulièrement le 4ème mouvement.

Zorahayda op. 11
Une très belle musique, recueillie, contemplative, d’une délicatesse extrême, avec un passage plus passionné dans le milieu, et qui se termine dans le même climat de sérénité méditative où elle a commencé. Elle est basée sur la Légende de la rose de l’Alhambra, publiée en 1832 par l’écrivain américain Washington Irving, qui raconte l’histoire de la belle Jacinta qui se lamente sur son destin au bord d’une fontaine parce que son amoureux l’a abandonnée, etc. etc. Mais il n’est pas vraiment nécessaire de s’intéresser à cette histoire pour apprécier la musique.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10620
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Johan Svendsen (1840-1911)   Ven 29 Mai - 10:38

Une femme maladivement jalouse nous aura donc privé d'une troisième symphonie.
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16028
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Johan Svendsen (1840-1911)   Ven 29 Mai - 10:45

Icare a écrit:
Une femme maladivement jalouse nous aura donc privé d'une troisième symphonie.

Et c'est bien dommage quand on connaît la qualité des deux premières...

Je me demande quand même pour quelle raison il ne l'a pas reconstituée, car je suppose que cette symphonie n'a pas été composée d'une traite, il devait y avoir des esquisses, des notations de thèmes... A croire que sa mégère lui avait coupé toute inspiration puis qu'il n'a pratiquement plus rien composé après, et absolument rien ses douze dernières années.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Johan Svendsen (1840-1911)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Johan Svendsen (1840-1911)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: