Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Bernardo BONEZZI

Aller en bas 
AuteurMessage
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 12351
Age : 54
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Bernardo BONEZZI   Ven 31 Aoû - 17:30



Je viens d'apprendre la mort d'un compositeur de musique de film que j'appréciais particulièrement: le compositeur espagnol Bernardo Bonezzi vient d'être retrouvé mort dans son appartement, à l'äge de 48 ans. Mon âge en plus! Rolling Eyes Sa dernière musique de film  éditée sur disque Mari del sud est la dernière oeuvre que j'ai écoutée de lui, une pièce symphonique très enlevée et incisive qui m'avait bien plu. Il avait composé pour certains films de Pedro Almodovar avant que celui-ci n'engage Ennio Morricone sur Attache-moi avec Antonio Banderas et Victoria Abril et construise une collaboration durable et de qualité avec un autre compositeur espagnol de talent; Alberto Iglesias. Si j'adore aussi la musique d'Alberto Iglesias, je me suis toujours demandé pourquoi Almodovar n'avait pas poursuivi avec Bernardo Bonezzi. Il avait composé de la très jolie musique sur ses films, comme Le Labyrinthe des passions (1982), Qu'ai-je fait pour mériter ça? (1984), Matador (1986), La loi du désir (1987), Femmes au bord de la crise de nerfs (1988). Toutefois, son talent s'exprima aussi avec d'autres réalisateurs comme Pedro Olea sur Moriras en Chafarinas (1995), Agustin Diaz Yanes sur Personne ne parlera de nous quand nous serons morts (1995), Manuel Gomez Pereira sur Entre vos jambes (1999)...

Fils d'une mère brésilienne et d'un père italien, né Bernardo Silvano Bonezzi Nahon le 6 juillet 1964 à Madrid, il meurt le 30 août 2012 dans la même ville, à l'âge de 48 ans. Je ferai une note biographique complémentaire dans les prochains jours.

https://www.youtube.com/watch?v=DHVrN5KUc2s

Adieu Maestro et bienvenue au paradis des compositeurs!  


Dernière édition par Icare le Jeu 2 Juin - 21:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 12351
Age : 54
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Bernardo BONEZZI   Ven 7 Déc - 16:35

Ce que l'on peut déjà dire du compositeur Bernardo Bonezzi c'est qu'il fut un musicien précoce. Il crée en 1978 le groupe Los Zombies qui marquera la jeunesse de son temps avec notamment le titre phare Groenlandia. En 1982, il se retrouve parmi les artistes invités d’un concert organisé par le magazine Rock Spezial, ce qui scelle sa rencontre avec Pedro Almodóvar qui est de quinze ans son aîné et est déjà l'auteur de deux premiers longs-métrages. C'est auprès du cinéaste espagnol et de Fabio McNamara que Bonezzi crée plusieurs chansons et rejoint très vite l’aventure cinématographique d’Almodóvar avec Laberinto de Pasiones (Le Labyrinthe des Passions). Après Matador et La Ley del Deseo (La Loi du Désir), cette fructueuse union touchera un point culminant en 1988 avec Mujeres al Borde de un Ataque de Nervios (Femmes au Bord de la Crise de Nerfs), une partition qui lui permettra de décrocher sa première nomination aux Goya (les Oscar espagnols), mais qui marquera également sa rupture avec un réalisateur qui rejeta sans autre forme de procès certaines séquences musicales et avec qui il n’entretiendra par la suite quasiment plus aucun lien.

Parallèlement, les propositions se sont mises à pleuvoir et Bonezzi se retrouva vite à travailler aussi bien pour le théâtre, la télévision et le cinéma, stylisant chacune de ses approches grâce notamment à des combinaisons instrumentales souvent singulières ou atypiques. Parmi ses projets les plus célèbres, citons la populaire série Farmacia de Guardia, ainsi que les longs-métrages La Boca del Lobo (La Gueule du Loup) en 1988, Todo por la Pasta en 1991, Morirás en Chafarinas en 1995, Entre las Piernas (Entre les Jambes) en 1999, Sin Noticias de Dios (Sans Nouvelles de Dieu) et Mari del Sud en 2001, sans oublier bien sûr Nadie Hablara de Nosotros cuando Hayamos Muerto (Personne ne parlera de nous quand nous serons mortes) qui, lors de la cérémonie des Goya en 1996, lui rapporta sa seule et unique statuette.

2001 s'achève, Bonezzi, éreinté physiquement et moralement par une année trop bien remplie, prit la sage décision de lâcher du lest et de rompre provisoirement sa collaboration avec le Septième Art afin de se consacrer à des œuvres personnelles qui verront le jour sous la forme d’une trilogie instrumentale (La Hora del Lobo, La Hora Azul et La Hora del Té, respectivement en 2004, 2006 et 2007). Seulement voilà, le cinéma est parfois amnésique au point que Bernardo Bonezzi qui avait pourtant marqué d'un son original les images d'un certain cinéma espagnol, ne retrouvera jamais la voie feutrée des grandes salles obscures. Le Septième Art, tel un monstre d'ingratitude, lui avait définitivement tourné le dos.

La suite de l'histoire est très triste:

<< Alors que son dernier album solo, La Esencia de la Ciencia, n’est sorti que quelques semaines auparavant, le compositeur est retrouvé mort dans sa maison de Madrid le 30 août dernier et la nouvelle met immédiatement en émoi l’active communauté béophile espagnole. En avril dernier, il déclarait au journal El País : «Je ne ressens aucune nostalgie du passé et pour me sentir vivant, j’ai besoin de penser que le meilleur de la vie est à venir.» Bernardo Bonezzi disparaît brusquement alors qu’il venait à peine de fêter ses 48 ans…>> J'ai réécouter, aujourd'hui, son très beau Mari del Sud, parcouru un univers symphonique si reconnaissable, si porteur de vie, d'amour, de passion et d'ironie.
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 17649
Age : 72
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Bernardo BONEZZI   Ven 7 Déc - 17:21

Crise cardiaque sans doute ? Dommage, aussi jeune.

J'aime bien ce Mari del Sud. Tu as écouté de la musique autre que film ?
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 12351
Age : 54
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Bernardo BONEZZI   Ven 7 Déc - 18:14


Je n'ai aucun renseignement concernant sa mort même si la crise cardiaque est bien supposée. Mourir à 48 ans c'est jeune, effectivement, ce n'est pas moi qui vais dire le contraire.

Personnellement, je ne connais ce compositeur qu'au travers de certaines de ses musiques de films. Sinon, il a surtout oeuvré dans le domaine de la pop/rock espagnole. Il m'avait semblé qu'il avait composé un opéra et quelques pièces symphoniques. Ne trouvant aucune information sur ce sujet, il se pourrait que j'ai été mal renseigné ou alors que cette partie de son oeuvre a été complètement occultée.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 12351
Age : 54
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Bernardo BONEZZI   Ven 3 Juin - 17:02

La collaboration entre Bernardo Bonezzi et Pedro Almodovar se résume autour de trois films: Mujeres al borde de un attaque de nervios, Matador et Que he hecho yo para merecer esto!. Je viens justement d'écouter les trois suites réunies sur un même cd. On y trouve de beaux thèmes mélancoliques, de la musique légère, parfois proche de la danse, comme le mambo qui termine "Mujeres al borde...", des morceaux symphoniques enlevés avec un emploi singulier des bois et des cuivres, avec des sonorités bien rondes et bien pleines. On peut d'ailleurs observer qu'il s'était trouvé un style propre dans ce domaine, comme tentent à le démontrer des B.O. aussi captivantes et colorées que Moriras en Chafarinas ou encore Mari Del Sud que j'ai réécouté pas plus tard qu'hier soir: partition haute en couleur et chahutée sur les rythmes d'une comédie macabre ou porteuse d'humour noir.


Dernière édition par Icare le Sam 23 Juin - 19:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 12351
Age : 54
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Bernardo BONEZZI   Sam 23 Juin - 19:22

J'ai l'idée de plusieurs hommages à des compositeurs morts ou encore vivants par une écoute de tout ce que j'ai en ma possession de chacun d'entre eux. Bien sûr, il ne s'agira pas de Bach ni de Schnittke, par exemple, parce qu'avec eux ce serait un fastidieux programme.Hehe Je ne suis pas encore sûr de mes choix si ce n'est le premier d'entre eux, Bernardo Bonezzi. Mort prématurément, il fut le premier compositeur attitré d'Almodovar. C'est par les fruits de cette collaboration que je l'ai découvert. J'ai aimé son style, ses couleurs, ses sons parfois très arrondis, son lyrisme un peu morbide, son sens du grotesque et de la fantaisie et la mélancolie de certaines de ses mélodies. Mon hommage va se constituer de six cd, sachant que le sixième correspond à une acquisition récente qui m'est encore inédite. L'album que j'ai réécouté aujourd'hui est évidemment celui par lequel il me fut révélé:

<<La collaboration entre Bernardo Bonezzi et Pedro Almodovar se résume autour de trois films: Mujeres al borde de un attaque de nervios, Matador et Que he hecho yo para merecer esto!. Je viens justement d'écouter les trois suites réunies sur un même cd. On y trouve de beaux thèmes mélancoliques, de la musique légère, parfois proche de la danse, comme le mambo qui termine "Mujeres al borde...", des morceaux symphoniques enlevés avec un emploi singulier des bois et des cuivres, avec des sonorités bien rondes et bien pleines. On peut d'ailleurs observer qu'il s'était trouvé un style propre dans ce domaine, comme tentent à le démontrer des B.O. aussi captivantes et colorées que Moriras en Chafarinas ou encore Mari Del Sud que j'ai réécouté pas plus tard qu'hier soir: partition haute en couleur et chahutée sur les rythmes d'une comédie macabre ou porteuse d'humour noir.>>

https://www.youtube.com/watch?v=AENCKfclBv8
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 12351
Age : 54
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Bernardo BONEZZI   Sam 23 Juin - 22:40

Ce soir, j'ai réécouté la musique que Bernardo Bonezzi composa pour le film de Pedro Olea; Moriras en Chafarinas. Le titre français, du moins dans sa traduction, est "Vous allez mourir à Chafarinas". C'est un film réalisé en 1995 et basé sur le roman homonyme écrit par Fernando Lalana en 1990. L'argument: <<Dans un quartier espagnol des Réguliers à Melilla, il y a eu plusieurs morts. Le capitaine Contreras ordonne au soldat Cidraque d'enquêter sur la relation possible entre eux, mais au fur et à mesure que les faits commencent à être découverts, Cidraque est rapidement retiré de l'affaire. Cependant, il poursuivra l'enquête avec son ami Jaime, concluant que tous les décès sont liés au trafic d'héroïne, ainsi qu'à plusieurs policiers.>>
Pour la petite histoire, il est dit que si le film commence avec une certaine fidélité à l'histoire originale, dans le dernier tiers des images, l'histoire change nettement, surtout quand l'action se déplace vers les îles Chafarinas qui donnent le titre aux deux œuvres, c'est-à-dire au roman et au film. Le même Fernando Lalana a fait le scénario du film aux côtés de Pedro Olea. Quant à la partition de Bernardo Bonezzi, qui s'étale sur une durée qui avoisine les quarante minutes, elle fut un coup de coeur immédiat. J'ai aussitôt adoré cette bande originale qui, sur un ton orientalisant et d'une portée symphonique, s'articule avec son lot de déclinaisons et de nuances autour d'une formidable thème principal à la fois pourvu d'une grande force lyrique et d'un puissant caractère obsessionnel. Il est l'illustration musicale du titre lui-même. Ample, il déploie ses ailes noires au-dessus des drames qui s'écoulent à son rythme, par ses cordes lancinantes, ses percussions insistantes et ses vents aux sons très arrondis, une des caractéristiques de son style. Spiralique, fatale, obstinée, déterminée, la musique semble tournoyer à l'infini autour du même thème mélodique, avec l'implacabilité de la fatalité qui, en elle, prend le visage d'une tragédie inéluctable.

https://www.youtube.com/watch?v=IFIIsiWMcaU



VERSION FILM:

https://www.youtube.com/watch?v=nBA1YTAKBo8


BANDE ANNONCE:

https://www.youtube.com/watch?v=ONUKdPC74LU
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 12351
Age : 54
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Bernardo BONEZZI   Dim 24 Juin - 18:18


Personne ne parlera de nous quand nous serons mortes/Nadie hablará de nosotras cuando hayamos muerto est un thriller espagnol réalisé par Agustín Díaz Yanes, sorti en 1995, avec Victoria Abril dans le rôle principal. Le film a été couvert d'un prix en Espagne. Une suite est sortie en 2008 : Solo quiero caminar. Ce film raconte l'histoire d'une jeune femme espagnole, Gloria Duque, qui, alors qu'elle se prostituait au Mexique, assiste au meurtre de deux policiers par deux gangsters. Avant de mourir, l'un d'eux lui confie des informations liées à la mafia. Elle rentre à Madrid, où elle retrouve son mari dans le coma et sa belle-mère doña Julia, tandis que la mafia mexicaine envoie Eduardo pour la liquider. Il s'agit d'un drame policier ou d'un thriller psychologique du genre oppressant. La musique de Bernardo Bonezzi va dans ce sens, créant une ambiance étouffante et poisseuse. Peut-on y voir une sorte de jazz-pop électroacoustique fait de saxophone solo, d'une guitare électrique saturée, de batterie et d'électronique. Déjanté, obsessionnel, il accompagne la descente aux enfers d'une témoin gênante interprétée par Victoria Abril. L'ambiance est sombre, moite, désespérée, sans que l'on puisse y percevoir la moindre lueur d'espoir. La mort est au rendez-vous et la musique de Bonezzi laisse entendre son implacabilité, son irréversibilité: les vrais héros du commun des mortels ne peuvent que mourir à la fin du film. Le saxophone est le dernier fil à dimension humaine qui tente de s'extirper d'un chaos généralisé et d'une effrayante inhumanité. Le tueur de la mafia mexicaine est interprété par Federico Luppi.

https://www.youtube.com/watch?v=6l5bTVVZw7Q


Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 12351
Age : 54
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Bernardo BONEZZI   Dim 24 Juin - 22:39

Torride, obsessionnelle, sombre, envoûtante, sulfureuse, la musique que composa Bernardo Bonezzi pour le film Entre las Piernas/Entre les Jambes de Manuel Gomez Pereira maintient en haleine selon une approche et un style qui ne sont pas sans évoquer Moriras en Chafarinas. Ne pas y voir une redite paresseuse, au contraire, le compositeur se réinvente brillamment. Ce ne sont pas les mêmes couleurs, ni le même thème principal. La puissance émotionnelle des cordes est certes de la même intensité mais elles vont encore plus loin dans le chromatisme et le lyrisme, comme si elles s'échappaient cette fois, telle une lueur d'espoir, de la spirale du thème principal. Sans aucun doute plus urbaine et plus sensuelle, également pour orchestre, elle s'articule autour d'un "main title" ample et chromatique, avec un apport électronique aux effets troublants. Avec Bonezzi, l'ambiance globale de sa musique ne prend pas le temps de s'installer, touche par touche, elle plante immédiatement le décor, le plante d'un bloc, agrippe l'auditeur ou le spectateur à la gorge pour ne plus le lâcher avant la dernière note. C'est vrai pour tous les titres que j'ai évoqués, visiblement une approche qui est devenu un principe et une marque de fabrique chez Bonezzi. La tension est immédiate et comme la tension est immédiate, l'attention est immédiate, elle aussi. Je suis aussitôt captivé par un récit musical obstiné et hypnotique qui envahit tout l'espace et se propage partout autour de moi afin de m'emporter dans les méandres d'un romantisme assassiné. Entre les jambes/Entre las Piernas est un thriller espagnol sorti le 15 septembre 1999, réalisé par Manuel Gómez Pereira et mettant en vedette Victoria Abril et Javier Bardem dans les rôles principaux. L’histoire est basée sur le roman éponyme écrit par Joaquín Oristrell. Pour l'histoire; tout commence lors d’une réunion des sexopathes anonymes où Javier et Miranda se rencontrent. Javier, scénariste-producteur, avait un avenir brillant jusqu’au jour où il s’est livré à un jeu sexuel au téléphone qui a détruit son mariage et Miranda, animatrice d’une émission radio. Attirés l’un vers l’autre, ils succombent à leur envie en faisant l’amour dans une voiture abandonnée dans un parking souterrain dans lequel on trouvera plus tard un cadavre. Une enquête est vite lancée sur cet homicide par Félix, le mari de Miranda qui la soupçonne d’adultère.

https://www.youtube.com/watch?v=TSnAVWhdag4
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 12351
Age : 54
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Bernardo BONEZZI   Lun 25 Juin - 20:38


S'agirait-il d'une comédie morbide? Mari del sud est un film de 2001 réalisé par Marcello Cesena. De quoi ce film nous parle-t-il? Alberto est un consultant financier sur le point de partir en vacances aux tropiques avec sa femme Sabina et sa fille Sandra, quand il découvre qu'il a été trompé et qu'il a perdu toutes ses économies. Afin de ne pas perdre la face devant ses collègues et voisins, il s'enferme avec sa famille à l'intérieur de la cave de sa maison, faisant croire à tout le monde qu'il est parti. Le besoin de ne pas être trouvé par quiconque, ainsi que la capacité d'observer la vie des voisins en leur absence, donne lieu à de nombreuses situations comiques dans le film. Donc plutôt comique que morbide...Effectivement, le thème principal, très volubile et éclatant, instaure un climat de comédie, sauf que je ne peux pas m'empêcher d'y déceler une dimension morbide ou du moins un certain humour noir. La musique de Bernardo Bonezzi n'exclut d'ailleurs pas des moments de suspens et de tension même si, à chaque fois, on finit toujours par retrouver le tempérament burlesque du thème principal avec cet usage généreux des instruments à vent que l'on retrouve dans d'autres B.O. comme Femmes au bord de la crise de nerfs et Mourir à Chafarinas mais dans un style plus directement "comédie" que dans le premier titre mentionné qui est aussi une comédie, celle-ci signée Almodovar: le second est un drame pur et dur. Je ne connais pas encore ces films mais, en écoutant la musique de Bonezzi, je me suis fait la réflexion qu'elle doit être particulièrement "audible" à l'image. Ca n'a rien d'une hypothèse. L'approche musicale de Bernardo Bonezzi, plutôt extravertie et un peu "clinquante", le laisse clairement entendre. C'est une musique qui impose ses rythmes et ses couleurs, d'ailleurs pour qui connaît un peu le cinéma d'Almodovar, a su observer que c'est un réalisateur qui offre un véritable espace d'expression à la musique. Je ne connais certes son cinéma qu'à partir des compositeurs Ennio Morricone et Alberto Iglesias, mais je suis sûr que Bonezzi a bénéficié, lui aussi, de cet espace d'expression. Son écriture musicale en témoigne. Voilà donc une musique qui ne correspond pas au principe très discutable selon lequel "une bonne musique de film est celle qui ne se remarque pas".

https://www.youtube.com/watch?v=SRSIxkGma5Q
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 12351
Age : 54
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Bernardo BONEZZI   Lun 25 Juin - 23:37

L'album que j'ai écouté pour la première fois ce soir s'écarte de l'univers de la musique de film et donc en grande partie du style orchestral qu'il développa pour le Septième Art. L'album s'intitule La Hora del Lobo et il correspond à la période où il fit une pause avec le cinéma et où celui-ci l'oublia un peu trop vite. C'est donc durant cette période qu'il composa les dix titres instrumentaux qui le constituent. Il ne faut pas s'attendre à des symphonies, des concertos ou de la musique de chambre. Bernardo Bonezzi est un musicien issu de la pop/rock et son oeuvre personnelle ne contient pas à ma connaissance de pièces de concert symphoniques ou chambristes, bien que j'avais cru entendre, à l'époque, le contraire...Donc, en me procurant, il y a peu, La Hora del Lobo, je ne savais pas trop à quoi m'attendre si ce n'est quelque chose qui se rapproche de la pop. Je ne me suis pas trompé. J'avais suffisamment conscience en Bonezzi et en son talent pour en prendre le risque. Je ne regrette pas du tout. S"il y a une musique de film à laquelle on peu éventuellement rapprocher cet album, c'est Nadie hablará de nosotras cuando hayamos muerto dans un registre sonore et rythmique quand même plus varié. Au sein d'une texture électronique très élaborée et riche en couleurs, certains authentiques instruments en émergent, notamment la flûte, la clarinette et le saxophone par Bob Sands et un superbe violon par Eduardo Sanchez Calzada, Bernardo Bonezzi assumant très probablement les claviers, les percussions et toute la partie électronique. Dans ce genre musical, beaucoup de soupes indigestes ou seulement insipides ont été réalisées, mais avec Bonezzi, j'étais assez confiant et j'ai même été captivé au-delà de mes espérances. C'est sur ce feu d'artifices musical que s'achève mon hommage à Bernardo Bonezzi qui décéda à l'âge de 48 ans, l'année où moi-même ai eu mes 48 ans.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bernardo BONEZZI   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bernardo BONEZZI
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique de films, du monde & divers :: Musiques de films-
Sauter vers: