Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Les airs de folie ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bel Canto
Admin


Nombre de messages : 5598
Age : 60
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Les airs de folie ...   Mer 29 Aoû - 18:34

Pierre Emmanuel Lephay :

Le chant de la folie à l'opéra

Quelle musique pour traduire la folie ? Entre stylisation et réalisme
p. 90-95

Si les premiers « fous » de l’opéra de l’âge baroque, tel Roland, manifestent leur folie essentiellement par la fureur et sont donc pour les compositeurs le prétexte à des discours musicaux extrêmement dynamiques et remplis d’originalités, la folie reste alors surtout spectaculaire. Au XVIIIe s. elle se teinte d’une sensibilité qui correspond à l’émergence des grandes figures féminines dont le délire va, au début du romantisme, se fixer – si ce n’est se stéréotyper – avec des scènes dévolues à un soprano dont la virtuosité du chant traduit l’errance de la raison.
Au XIXe s. cette virtuosité est dépassée voire sublimée, le théâtre prend la première place (Macbetto, Otello de Verdi) et la stylisation s’efface au profit du réalisme : la voix rauque ou « suffoquée », le parlando voire le cri sont réclamés par les compositeurs. Parallèlement, l’orchestre prend un part importante dans la caractérisation de la folie, que ce soit à travers la présence d’un instrument étrange (l’harmonica de verres dans Lucia di Lammermoor) ou par la force de sa présence et de son discours (par exemple chez Moussorgsky).
Au XXe s. si certains compositeurs distillent un sentiment d’étrangeté dans l’évocation de la déraison, tel Britten faisant chanter, dans Curlew River, sa Mad woman par un homme, la folie s’illustre avec un réalisme toujours plus prégnant si ce n’est violent, tant au niveau du chant que de l’orchestre (Elektra de Strauss, Erwartung de Schönberg ou Nouvelles Aventures de Ligeti). Le compositeur cherche alors moins à attendrir le spectateur par la stylisation (démodée et faisant parfois l’objet d’une caricature comme dans A Midsummer night’s dream de Britten) qu’à l’ébranler grâce au réalisme des situations et de l’expression.

développement ici
Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
Bel Canto
Admin


Nombre de messages : 5598
Age : 60
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: Les airs de folie ...   Mer 29 Aoû - 18:57

Citation :
développement ici

... très intéressant !

Un des premiers 'fous' de l'opéra est donc 'Roland' de Jean-Baptiste Lully.

Acte IV.
Roland cherche en vain Angélique. Errant dans la forêt, il découvre une caverne. Des vers gravés sur la paroi lui apprennent la liaison de Médor et d'Angélique. Plus tard des bergers lui annoncent le mariage des deux jeunes gens et lui montrent le bracelet qu'il avait offert à Angélique et que la jeune fille leur a donné en guise de remerciement pour leur aide. Roland sombre dans la folie.

... L’épisode de la folie de Roland inspira d'autres compositeurs comme Vivaldi (Orlando finto pazzo, 1714 et Orlando furioso, 1727), Händel (Orlando, 1732) et Haydn (Orlando paladino, 1782).

source : wikipedia

Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
Bel Canto
Admin


Nombre de messages : 5598
Age : 60
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: Les airs de folie ...   Mer 29 Aoû - 19:12

Sur le même sujet, l'Orlando furioso de Vivaldi

'Orlando furioso' est un opéra en trois actes d'Antonio Vivaldi avec un livret de Grazio Braccioli, d'après le poème éponyme écrit au XVIe siècle par L'Arioste. La première représentation eut lieu au Teatro Sant'Angelo de Venise en 1727.

Acte III
Resté seul, Orlando voit la statue de Merlin et la prend pour Angelica. Il tente de s'en emparer et se bat contre Aronte, le gardien du temple, le tue, et avant de sombrer dans le sommeil arrache la statue ce qui provoque l'effondrement du monde et du pouvoir d'Alcina.

source : wikipedia

Ce livret, particulièrement complexe même au regard des lois du genre dans l'Italie du XVIIIème siècle, a permis à Vivaldi de donner à son opéra un double traitement musical : l'alternance conventionnelle d'arias et de récitatifs pour que tout ce qui concerne l'histoire d'Alcina contraste avec un ensemble de récitatifs accompagnato pour traduire la folie d'Orlando.
C'est le même artifice que Haendel reprendra dans sa propre version de la légende d'Orlando ainsi que pour les grandes séquences dramatiques de son Alcina.



Ces airs de folie ou de fureur sont très vifs, avec un tempo élevé !
Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
Snoopy
Admin


Nombre de messages : 21022
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: Les airs de folie ...   Mer 29 Aoû - 19:31

Article très long mais très instructif!! Mains
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les airs de folie ...   Aujourd'hui à 20:17

Revenir en haut Aller en bas
 
Les airs de folie ...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: L'opéra, les ballets et le chant-
Sauter vers: