Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez
 

 L'opéra à numéro et à développement

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



L'opéra à numéro et à développement Empty
MessageSujet: L'opéra à numéro et à développement   L'opéra à numéro et à développement EmptyVen 3 Aoû - 6:59

Ce sont les dex grandes familles d'opéras, celle à numéros étant
la plus ancienne. Numéro voulant dire des scènes complètement séparés avec des musiqus sépares.. L't
Italie aurait commencé et suivirent l'opéra fraçai et russe. À mon avis ceux qui ont introduit l'opéra à developpement ce sons les allemands et, le plus grand exposant, c'est Wagner Ttristan c'est du pure développement, des exceptions sont le thème du bateau avant que Tristan rencontre Isolda et le début du tiososième acte où Tristan est agonisant, le thème de la flûte, mais tout converge aud thèmes centraux, l'amour et la mort. L'amour et la Mort sont inséparables, Schreker et Zemlinsky ont suivi la même technique...Loengrin, présente pour l'homme marié une crainte, la marche nuptiale.

A+

martin


Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 18704
Age : 73
Date d'inscription : 19/08/2006

L'opéra à numéro et à développement Empty
MessageSujet: Re: L'opéra à numéro et à développement   L'opéra à numéro et à développement EmptyVen 3 Aoû - 10:17

myaskovsky2002 a écrit:
Ce sont les dex grandes familles d'opéras, celle à numéros étant
la plus ancienne. Numéro voulant dire des scènes complètement séparés avec des musiqus sépares.. L't
Italie aurait commencé et suivirent l'opéra fraçai et russe. À mon avis ceux qui ont introduit l'opéra à developpement ce sons les allemands et, le plus grand exposant, c'est Wagner Ttristan c'est du pure développement, des exceptions sont le thème du bateau avant que Tristan rencontre Isolda et le début du tiososième acte où Tristan est agonisant, le thème de la flûte, mais tout converge aud thèmes centraux, l'amour et la mort. L'amour et la Mort sont inséparables, Schreker et Zemlinsky ont suivi la même technique...Loengrin, présente pour l'homme marié une crainte, la marche nuptiale.

A+

martin

Dis donc, Martin, je pense qu'aujourd'hui tu ne vas pas nous faire remarquer des fautes d'orthographe ou de syntaxe Laughing

Sinon, je suis d'accord avec toi : Depuis les baroques jusqu'aux premiers romantiques (en gros de Monteverdi à Weber et les débuts de Wagner), les airs sont séparés par des recitativo secco, voire des dialogues (opéras-comiques), ensuite avec Wagner c'est un développement continu, ce qui occasionne (ce n'est que mon avis) une certaine lassitude, c'est la cas aussi avec le Pelleas de Debussy par exemple.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



L'opéra à numéro et à développement Empty
MessageSujet: Re: L'opéra à numéro et à développement   L'opéra à numéro et à développement EmptyDim 5 Aoû - 20:56



Lassitude? J'adore ça! J'adore tout simplement!... Les goûts ne sont pas à discuter disait un chien qui mangeait de la m... LOL (hihihi). J'adore Wagner, j'aime beaucoup Pelleas, j'adore aussi Schreker et Zemlinsky... Et aussi Korngold


Martin
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




L'opéra à numéro et à développement Empty
MessageSujet: Re: L'opéra à numéro et à développement   L'opéra à numéro et à développement Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
L'opéra à numéro et à développement
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Histoire de la musique-
Sauter vers: