Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Gustave III, un chef d'œuvre de Daniel Auber

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Gustave III, un chef d'œuvre de Daniel Auber   Ven 27 Juil - 22:25

Malheureusement les Cds ont été discontinués et cette œuvre est pour moi la plus importante. Sa musique est grandiose... Verdi l'a copié pas mal aussi dans son Bal masqué









Un gars me l'a copié et j'en suis très
reconnaissant. Ce n'est pas illegal du moment qu'on le trouve plus!

Martin
Revenir en haut Aller en bas
shanessean



Nombre de messages : 842
Age : 80
Date d'inscription : 19/08/2009

MessageSujet: Re: Gustave III, un chef d'œuvre de Daniel Auber   Lun 28 Oct - 17:07

De toute façon on le trouve au complet chez Народ.

Je viens de l'écouter, c'est vraiment bien.
À ne pas comparer avec Verdi, c'est la même histoire mais modifiée pour Verdi à cause de la censure, l'opéra d' Auber date de 1833 celui de Verdi de 1859.

Voilà des commentaires:
Commentaire dans Amazon:
"Excellente idée que d'avoir réédité cette œuvre d'Auber enregistrée au Théâtre Impérial de Compiègne en 1990 et indisponible au disque depuis plusieurs années. Cet opéra est l'ancêtre du Bal Masqué de Verdi, lequel rend d'ailleurs hommage à Auber par des clins d'oeil et des réminiscences de l'opéra français dans son Bal Masqué. Laurence Foster a l'agilité vocale requise pour le rôle titre; il l'avait d'ailleurs reprise à l'Opéra de Metz quelques années plus tard. Pierre Jourdan a fait travailler tous les interprètes afin qu'ils aient une diction du français impeccable.
A noter que Rossini avait été le premier pressenti pour mettre le livret de Scribe en musique mais qu'il avait refusé l'offre, étant accaparé par la composition de Guillaume Tell."


Dans le dictionnaire des opéras (dictionnaire lyrique) Clément et Larousse
GUSTAVE III OU le BAL MASQUE,
Opéra en cinq actes, paroles de Scribe; musique de M. Auber, représenté à l'Académie royale de musique le 27 février 1883. L'auteur du livret à imaginé que Gustave III a été assassiné par un mari outragé. C'était traiter un peu sans façon et l'histoire et le public, qui ne pouvait ignorer les circonstances d'un événement arrivé dans la nuit du 15 au 16 mars 1792.
Le roi de Suède n'a dû la mort qu'à des conjurés politiques, poussés à cet attentat par là
noblesse, dont il venait de détruire un des plus anciens privilèges, celui de décider de la
paix ou de la guerre. Le livret, d'ailleurs, ne manque pas d'intérêt. Les décors et les costumes ont été très admirés. Le troisième acte avait été conçu dans le goût des romantiques de 1830. Là scène se passe au milieu de gibets, sorte de Montfaucon aux environs de Stockholm. En revanche, rien n'égalait la magnificence du bal au cinquième acte. On a souvent représenté cet acte isolément à la fin d'un spectacle. La musique offre des couplets agréables, et surtout des airs de danse, qui ont eu le plus grand succès. Le galop de Gustave a fait le tour du monde.


Ellen Creathorne Clayton a traduit la description du critique français Jules Janin du dernier acte , qui a été souvent présenté séparément de l'opéra, comme suit :
"Je crois", dit Jules Janin, "que jamais, même à l'Opéra , on a vu un spectacle plus grand, plus riche, plus curieux, plus magnifique que le cinquième acte de Gustave . C'est un pays enchanté de belles femmes, de gaze, de velours, de grotesque, de l'élégance,  du bon goût et du mauvais goût ,de détails, de savantes recherches, d'Esprit, de folie et de bizarrerie - de toute chose enfin suggérant le XVIIIe siècle . Lorsque le beau rideau se lève, vous vous trouvez dans une immense salle de bal. " La scène du Grand Opéra, la plus grande à Paris, est admirablement adaptée pour des bals masqués, et les scènes secondaires étant retirées, la scène était entourée d'un salon, dont les décorations correspondent à celles des loges. qui sont remplies de masques, qui jouent le rôle de spectateurs . A leurs pieds , se déplaçant sans cesse , c'est la foule encercle , déguisée dans tous les costume imaginable, et des dominos de toutes les couleurs. Arlequins de toutes les modes, des clowns, des colporteurs, que dirais-je ? L'un d'eux, à l'aspect d'une baignoire, un autre d'une guitare, son voisin est déguisé botte d' asperges, cet autre est un miroir, celui-là un poisson , voici un oiseau , là une horloge - vous pouvez à peine imaginer l' infinie confusion. Paysans, marquises, princes, moines, je sais pas quoi, se mêlent dans une foule irisée. Il est impossible de décrire cette folie sans fin, ce tourbillon, cette bizarrerie, sur lequel les rayons de deux milles cierges dans leurs lustres de cristal, déversent une inondation de lumière douce. Moi qui suis si bien habitué à des spectacles comme celui-ci - je, qui suis pas facilement de nature à surpris - je suis encore ébloui avec cette scène radieuse » .


Il ne faut jamais comparer Auber avec Verdi. Verdi est au sommet du bel canto, produit italien uniquement
il y a des ténors verdiens, des barytons verdiens, des soprani verdiens, etc...
Rien à voir avec l'opéra français dont l'inspiration est autre. Il y a des ténors français, des barytons français, etc. pour la musique française.
Donc oublions Verdi et aimons Auber.
Tout est bien, spécialement la diction qui est excellente, comme toujours au Théâtre de Compiègne.
Oui, bon, sans le livret on ne comprend pas tout je viens d'en faire l'expérience.

Opéra que je vous recommande.

Ce Gustave III m'a enchanté. On trouve facilement le livret sur le réseau.


Dernière édition par shanessean le Lun 18 Nov - 10:43, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr/
joachim
Admin


Nombre de messages : 15567
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Gustave III, un chef d'œuvre de Daniel Auber   Lun 28 Oct - 20:15

Le pire, c'est que je me le suis téléchargé il y a bien 2 ans, et que je n'ai pas encore trouvé le temps de l'écouter Embarassed 

Ça n'a pas l'air d'être l'enregistrement que tu recommandes :




Sur ton commentaire, j'ai rectifié les dates entre Verdi (1859) et Auber (1833), que tu avais inversées

Revenir en haut Aller en bas
shanessean



Nombre de messages : 842
Age : 80
Date d'inscription : 19/08/2009

MessageSujet: Re: Gustave III, un chef d'œuvre de Daniel Auber   Mar 29 Oct - 16:22

oui, oui c'est bien celui-là, il y a 2 vues différentes, comme il y a 2 CDs. Comme je ne sais toujours
pas copier une image il faudra que je m'y mette une fois.
Merci d'avoir remis les dates à l'endroit.
Ecoute-le et dis-moi ce que tu en penses. Cela se rapproche de la Muette de Portici
que l'on considère comme le 1er "grand opéra"
Le 2e extrait ci-dessus t'en donne ne idée.



j'ai enfin réussi à mettre une image mais ce n'est pas encore ça. Mon fils (informaticien) m'a dit: Tu n'as qu'à lire les instructions tout est écrit "!
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Gustave III, un chef d'œuvre de Daniel Auber   Aujourd'hui à 18:59

Revenir en haut Aller en bas
 
Gustave III, un chef d'œuvre de Daniel Auber
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: L'opéra, les ballets et le chant-
Sauter vers: