Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 François DOMPIERRE, né en 1943

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Icare
Admin


Nombre de messages : 10073
Age : 52
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: François DOMPIERRE, né en 1943   Ven 27 Juil - 19:51

François Dompierre est un compositeur québécois né le 1 juillet 1943 à Ottawa. Il y étudia le piano et l'orgue avant de s'inscrire au Conservatoire de Musique de Montréal où il apprit la composition auprès de Clermont Pépin, de 1958 à 1963. De 1963 à 1977, il signa, à titre d'arrangeur, de réalisateur et de chef d'orchestre, la musique de 50 microsillons avec ses collègues auteurs, compositeurs etinterprètes, entre autres Félix Leclerc, Pauline Julien, Renée Claude, Claude Gauthier, Monique Leyrac. En 1970, il écrivit en collaboration avec Michel Tremblay, la comédie musicale Demain matin, Montréal m'attend, son premier succès personnel.

Parallèlement à sa collaboration avec les interprètes de la chanson, François Dompierre se consacra à la composition instrumentale. Plusieurs de ses oeuvres se retrouvèrent  en 1974 sur son disque intitulé "Dompierre" qui connut un vif succès. Le disque contenait les pièces suivantes; "La chasse galerie", "Ragtime pour plus tard", et surtout "Saute Mouton" qui connait un grand succès radiophonique. En 1982, "Hors-d'oeuvre" lui permettra de remporter le trophée "Félix" du meilleur disque instrumental.

Entre 1976 et 1978, François Dompierre composa un Concerto pour piano et orchestre ainsi qu'un Concerto pour harmonica et orchestre, "Harmonica Flash", deux pièces concertantes qui furent enregistrées à la salle "Claude-Champagne" par "Deutsch Grammophon" avec l'Orchestre Symphonique de Monréal sous la direction de Charles Dutoit, la pianiste Edith Boivin-Béluse et Claude Garden, l'harmoniciste. Ce sera d'ailleurs la première fois qu'un compositeur québécois enregistre sur cette prestigieuse étiquette. Il a également composé une Sonate pour onde Martenot et piano, les Diableries pour violon et orchestre, pièce imposée au Concours International de Montréal en 1979, un Concerto pour violon et orchestre composé pour Angèle Dubeau et créé à l'expo 86 avec l'Orchestre Symphonique de Vancouver sous sa propre direction, ainsi, entre autres, une musique instrumentale intitulée Jardins intérieurs, conçue spécialement pour la sonorisation de la grande serre du Jardin Botanique de Montréal. François Dompierre composa aussi pour le cinéma.


Dernière édition par Icare le Mar 4 Oct - 16:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10073
Age : 52
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: François DOMPIERRE, né en 1943   Ven 27 Juil - 20:42



Revenir en haut Aller en bas
Frantz 77



Nombre de messages : 130
Age : 67
Date d'inscription : 17/10/2013

MessageSujet: François Dompierre : 24 Préludes par Alain Lefèvre   Jeu 17 Oct - 12:04

Merci Icare pour cette complète ouverture à François Dompierre et la belle vidéo ajoutée plus haut où alain Lefèvre parle si bien du travail en commun avec François Dompierre son Ami !

Toujours en suivant Alain Lefèvre ( http://www.alainlefevre.com ) j'ai apprécié ce compositeur contemporain à qui le grand pianiste canadien a commandé ces 24 Préludes.


= visitez ce lien!

Les 24 Préludes crées le 14 Juillet 2012 au Festival de Lanaudière (je crois ) sont une somme:
170 pages de partitions, d'une durée de plus de 80 minutes, c'est un double Album étonnant à plus d'un titre...
paru chez Analekta.


Dernière édition par Frantz 77 le Dim 27 Oct - 18:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10073
Age : 52
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: François DOMPIERRE, né en 1943   Jeu 17 Oct - 12:19


De rien Frantz! ( Attention lorsque tu édites une adresse trop longue car elle déforme les fenêtres de lecture. Mieux vaut employer un lien caché:

= la méthode ici
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10073
Age : 52
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: François DOMPIERRE, né en 1943   Ven 10 Jan - 19:30

Mercredi dernier, une petite commission bien méritée - si si j'ai beaucoup travaillé en ce début d'année 2013 pendant que d'autres profitent de leur petite retraite, les orteils en éventails   je rigole- m'a permis de trouver à ma grande surprise un double cd contenant les 24 Préludes pour piano de François Dompierre par Alain Lefèvre. Je suis très heureux et enthousiasmé car il y avait bien longtemps que je n'avais pas découvert une nouvelle oeuvre du compositeur canadien. Ne les ayant pas encore écoutés, je vais vous faire partager le propos de Dompierre par rapport à ces 24 préludes:

Il s'appelait Bob. A l'aise avec tout le monde, il faisait pour ainsi dire partie de la famille. Pour lui, la musique, tous styles confondus, s'apparentait au boogie. C'était la genèse de tout ce qui s'interprétait. Sa main gauche surtout me fascinait: <<Bob, comment faites-vous pour jouer si vite?>> <<Ce n'est pas ça qui est important, Kid, l'important ce sont les "Chords">> Je ne l'ai jamais oublié. Il a été un personnage essentiel dans ma quête des mystères de la musique. J'ai composé ces préludes en pensant à lui et bien que ceux-ci aient peu de rapport avec ce qu'il jouait alors, son souvenir m'a accompagné tout au long de mon cheminement. 24 préludes, donc, comme d'autres, célèbres en leur temps et encore plus aujourd'hui, en ont composés avant moi. Humblement, à mon tour, j'ai osé le faire parce que je pense n'avoir copié personne. Je crois aussi avoir eu une démarche personnelle et honnête. Pourquoi 24? Parce que j'ai écrit chacun de ces préludes dans une des tonalités majeures et mineures du système tonal et que cette étiquette de compositeur tonal, je l'assume et la revendique. Ce qui ne veut pas dire que mon écriture soit celle des siècles précédents ni que je rejette les écoles qui ont rompu avec la tonalité traditionnelle. Je me sens tout simplement plus en accord avec moi-même de cette manière. Cela dit, j'ose croire que cette musique que j'ai composée le plus sincèrement possible soit de la musique actuelle. Elle s'inspire quelquefois du jazz, des musiques populaires, du grand répertoire pianistique français, elle est à la fois tout et rien de tout cela.

L'apprentissage du langage de chacune des pièces exige un travail soutenu et une très grande attention de la part de l'interprète. C'est un défi qu'Alain Lefèvre a su relever brillamment. Je l'en remercie avec toute mon amitié et ma reconnaissance.


François Dompierre.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10073
Age : 52
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: François DOMPIERRE, né en 1943   Mar 11 Fév - 18:44

En premier lieu, je dirai, après écoute, que pour apprécier vraiment les 24 Préludes pour piano de François Dompierre, il faut d'abord aimer le piano.  Ptdr  Je les ai écoutés en deux fois, les douze premiers pas plus tard qu'hier soir et les douze derniers en cette fin d'après-midi. Une première écoute ne suffira pas pour que j'en extrais avec exactitude et certitude les préférés. Il y a bien le troisième Prélude "Massif" qui m'a bien captivé, le dix-huitième "Mélancolique" qui m'a ému - avec un titre et une humeur pareil, c'était un peu couru d'avance - et le tout dernier de la longue série "Provocateur", peut-être pour son côté provocateur  Hehe Allez savoir! D'un point de vue plus général, je ne dirai pas que j'ai été fasciné ni même bouleversé - mais ce n'est en même temps qu'une première écoute - je dirai surtout que l'écoute s'est réalisée sans aucune difficulté ni ennui. Ces musiques m'ont diverti sur la longueur et j'ai déjà envie de les réécouter, de les approfondir. Je ne suis pas pianiste mais en les écoutant, j'ai ressenti le plaisir de musicien qu'a pu ressentir Alain Lefèvre en les interprétant, l'enthousiasme qu'il éprouva à donner vie à chacun de ces préludes. J'ai lu quelque-part qu'il s'agissait-là de "musique légère" dans un sens plus ou moins péjoratif. J'ai ressenti, pour ma part, une musique emprunte de légèreté et très plaisante à l'oreille, et plus encore, une musique personnelle et exigeante. Je ne pense pas que les prochaines écoutes démentiront cette première impression. Au contraire, je pense qu'elles me permettront de retenir d'autres Préludes qui m'ont semblé pas mal du tout mais qui sont passés trop furtivement dans mon oreille, le genre de thèmes qui vous sussurrent le besoin ineffable d'y revenir.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10073
Age : 52
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: François DOMPIERRE, né en 1943   Ven 7 Mar - 9:47


Voilà, c'est fait! Je viens de réécouter les douze premiers Préludes pour piano de François Dompierre par Alain Lefèvre. Comme je l'avais pressenti plus haut, cette nouvelle écoute ne fait qu'appuyer positivement ma première impression. Pour tout avouer, j'aime de plus en plus cette musique pour piano, j'y ressens une véritable poétique, une certaine profondeur, un jet d'émotions diverses. D'ailleurs, chaque prélude est titré de l'adjectif qui lui convient: (dans l'ordre) Frénétique, Tranquille, Massif, Limpide, Effervescent, Excentrique, Tendre, Déterminé, Obstiné, Energique, Alerte, Immobile. Le Prélude intitulé Massif m'impressionne toujours autant, reste peut-être mon préféré de cette première douzaine, mais j'ai mieux apprécié la plupart des autres Préludes, comme Tranquille, par exemple, parce que le touché de piano m'a beaucoup ému à ce moment-là. J'ai aussi aimé les moments plus toniques, comme Déterminé et Energique. Plus globalement, j'ai été séduit par une musique que je trouve non seulement belle et attachante mais que je ressens comme profondément sincère.    

A bientôt les douze suivant! Very Happy 
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10073
Age : 52
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: François DOMPIERRE, né en 1943   Ven 7 Mar - 18:42


Je viens d'écouter pour la seconde fois les douze derniers Préludes pour piano de François Dompierre par Alain Lefèvre. Comme les douze premiers, ils sont titrés d'un adjectif leur correspondant: Pittoresque, Mystérieux, Loufoque, Effréné, Délicat, Mélancolique, Mécanique, Fébrile, Désinvolte, Lancinant, Incisif, Provocateur. Lors de la première écoute, j'avais principalement remarqué la beauté mélancolique de Mélancolique et la construction hardie de Provocateur. Cette fois, outre ces deux préludes, j'ai été saisi par l'immense délicatesse de Délicat, l'agilité entraînante de Fébrile et le côté faussement désinvolte de Désinvolte. Puis, il y eut aussi le doux lancinement de Lancinant.

Au total, j'ai passé un merveilleux moment avec les 24 Préludes pour piano de François Dompierre, un achat que je ne regrette absolument pas.   
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10073
Age : 52
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: François DOMPIERRE, né en 1943   Sam 27 Déc - 17:35

Cette fois, sur les douze premiers Préludes pour piano de François Dompierre, j'ai un peu rêvassé, un peu flané. Le piano a souvent cette faculté ou particularité d'égarer mon esprit dans diverses pensées. Ce n'est pas trop l'écoute que je privilégie en général. En général, j'aime être à l'affût de ce que j'écoute, être concentré sur le déroulement de l'intrigue musicale, en épier chaque geste, chaque mesure, comme ce fut le cas lors d'écoutes antérieures. Mais là, les préludes de Dompierre sont devenus une sorte de musique de film accompagnant et rythmant mes pensées. Pourquoi pas puisqu'au bout du compte, j'ai apprécié cette musique tout en ayant conscience de ses constructions rigoureuses et inspirées.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10073
Age : 52
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: François DOMPIERRE, né en 1943   Sam 27 Déc - 19:05

Du coup, j'ai éprouvé le besoin de réécouter ces douze premiers Préludes. J'avais trop l'impression d'avoir trop vagabondé au sein de mes pensées et que la musique s'était déroulée sans que je ne l'écoute vraiment. C'était un peu comme un verre d'un excellent vin que j'aurais bu trop vite, sans prendre le soin de déguster, d'en savourer chaque gorgée. Cette réécoute m'a permis de mieux freiner mes pensées pour me concentrer beaucoup mieux sur la musique, d'en mesurer mieux encore l'évidente richesse, que ce soit par ses couleurs et ses changements de rythmes, d'être plus perméable aux différentes humeurs qu'Alain Lefèvre expriment avec sensibilité et dextérité.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10073
Age : 52
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: François DOMPIERRE, né en 1943   Sam 27 Déc - 21:40

Ayant écouté, cette fois, les douze derniers Préludes, je peux dire que je les aime de plus en plus. Un est particulièrement magnifique: il s'intitule "Délicat". Certes, il y en a d'autres mais celui-là m'a vraiment marqué et ému, aujourd'hui. C'est encore un thème lent que je souligne ici mais en fait, parmi ces 24 préludes, il y en a plusieurs proche de l'allegro que j'aime beaucoup, quelques-uns que j'ai même trouvé ludiques...proposant un jeu pianistique irrésistible.
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin


Nombre de messages : 15592
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: François DOMPIERRE, né en 1943   Mar 4 Oct - 12:30

Article Wikipedia, qui semble très complet :

François Dompierre. (1er juillet 1943 à Ottawa, Canada) est un compositeur, chef d'orchestre, communicateur et producteur québécois.


Organiste de formation, François Dompierre se produit en 1961 dans un récital d'organiste à la cathédrale Notre-Dame de Chartres. Il est ensuite admis au Conservatoire de musique de Montréal, où il étudie notamment auprès de Clermont Pépin1. À sa sortie du Conservatoire en 1964, il entreprend une carrière en tant qu’accompagnateur et auteur-interprète avant de se consacrer principalement à l'écriture de chansons. Il compose entre autres pour Julie Arel, Pierre Calvé, Renée Claude, Emmanuëlle, Louise Forestier, Claude Gauthier, Pauline Julien, Félix Leclerc et Monique Leyrac. À titre d'arrangeur, il produit des orchestrations symphoniques pour Richard Séguin en 1993. De même, sa collaboration avec Félix Leclerc est particulièrement fructueuse. Dompierre signe en effet les arrangements des albums Le tour de l'île, Mon fils et surtout Chansons dans la mémoire longtemps, un coffret de trois albums comprenant 36 chansons qui lui mérite le Félix de l'arrangeur de l'année au Gala de l'Association québécoise de l'industrie du disque, du spectacle et de la vidéo (ADISQ) de 1979. Il signe également les arrangements et la direction d'orchestre du troisième album de l'auteure-compositeure-interprète Christine Charbonneau, paru en 1968 chez Les Disques Gamma.

Parallèlement à ses collaborations avec les interprètes de la chanson, Dompierre se consacre à la composition instrumentale. Plusieurs de ses œuvres se retrouvent en 1974 sur son disque Dompierre qui connaît un vif succès. Ce disque est entièrement produit par Dompierre. On retrouve sur cet album, notamment, les pièces suivantes : La chasse-galerie, Ragtime pour plus tard et surtout Saute-mouton qui connaît un grand succès radiophonique. Cette dernière pièce sera d'ailleurs reprise en 1981 par le chef d'orchestre allemand James Last qui en fera lui aussi un succès. Une particularité de cet album est qu'il contient deux disques avec des enregistrements sur trois faces seulement, la dernière face étant réservée à un dessin de Serge Chapleau.

En 1982, ce sera Hors d’œuvres qui lui vaudra le trophée Félix du meilleur disque instrumental et c'est sur cet opus que se retrouvent les titres suivants : Tir d'aile, Sept huit n'œuf, Têtes de violons et Meringue glacée.

Ses compositions lui donnent l'occasion d'exercer son activité de chef d’orchestre avec plusieurs ensembles. Il a ainsi dirigé, en 1978, la création de son Concerto en la pour piano avec l'Orchestre symphonique de Montréal (OSM), œuvre qui est enregistrée sous la baguette de Charles Dutoit sous étiquette Deutsche Grammophon avec Édith Béluse au piano. Il s'agissait du premier enregistrement de la compagnie au Canada. L'œuvre, qui fait également intervenir un quatuor jazz-rock (guitare, basse, violon et batterie), illustre la démarche du compositeur qui puise à toutes les sources d'inspiration. Sur le disque, on retrouve une autre de ses compositions, Harmonica Flash avec Claude Garden à l'harmonica.

La violoniste Angèle Dubeau lui commande en 1981 un concerto pour violon et orchestre. Dompierre reçoit également des commandes pour les œuvres imposées à l'occasion du Concours international de Montréal de violon (Les Diableries), en 1979, ainsi que du Concours de musique du Canada (Kaléidophone), en 1983. On lui commande aussi la musique pour le pavillon du Québec à Osaka en 1970, un Concerto pour violon et orchestre d'Angèle Dubeau pour l'Expo 86 à Vancouver, Les Jardins intérieurs, musique d'environnement pour le Jardin botanique de Montréal en 1989, la musique pour accompagner les feux d’artifice marquant la clôture des festivités du 350e anniversaire de la fondation de Montréal en 1992, ainsi que Les Glorieux, sous la direction de Kent Nagano à l'OSM à l’occasion du centenaire du club de hockey Canadien en 2009. Le disque Flash Back, paru en 2007, synthétise sa production pianistique qu’il interprète lui-même sur le disque.

En 1988, il compose et dirige Charles Trenet, un profil symphonique avec l'Orchestre symphonique de Québec en présence de l'artiste français.

En juillet 2012, ses 24 préludes en forme de boogie et de bien d'autres choses encore sont créés au Festival de Lanaudière sous les doigts d'Alain Lefèvre, devant un public de plus de 5 000 personnes. Il s'agit de 24 préludes composés dans les 12 tons majeurs et les 12 tons mineurs selon la tradition classique, mais dans le style caractéristique du compositeur, qui suit une orientation pop-jazz très syncopée assise sur une solide formation classique. Un enregistrement studio de l'œuvre paraît en septembre 2012 sur étiquette Analekta.


Musique de film et de scène

Dompierre est également très actif dans le domaine du cinéma où il signe la trame musicale d’une soixantaine de films. Parmi les productions les plus connues, mentionnons O.K. Laliberté (Marc Carrière), IXE-13 (Jacques Godbout), Bonheur d'occasion (Claude Fournier), Le Sang des autres (Claude Chabrol), Mario (Jean Baudin - Prix Génie 1985 pour la meilleure musique de film), Le Matou (Jean Beaudin - Prix Génie 1986), Le Déclin de l'empire américain et L'Âge des ténèbres (Denys Arcand), The Kid Brother (Claude Gagnon), Les Portes tournantes (Francis Mankiewicz) et L'Odyssée d'Alice Tremblay de Denise Filiatrault.

À la scène, il compose la musique de la comédie musicale avec Demain matin, Montréal m'attend sur un texte de Michel Tremblay (21 chansons pour la version de 1970 et révision avec 25 chansons pour la version de 1995) et de Paris brûle-t-il?, d'après le livre de Larry Collins et de Dominique Lapierre sur un livret de Leonard H. Orr. Sa contribution musicale à plusieurs messages publicitaires est soulignée par le Prix du Coq d’or en 1975.


Autres activités

En tant que chef d'orchestre, François Dompierre a eu l'occasion de se produire avec l'Orchestre de chambre de Hull, l'Orchestre symphonique de Sherbrooke, l'Orchestre symphonique de Québec, l'orchestre I Musici de Montréal, l'Orchestre Métropolitain et l'Orchestre des jeunes du Québec.

En 1994, Dompierre introduit le concept de Syntphonika, avec la collaboration d'André Perry, maquette sonore fournie par des synthétiseurs pour accompagner des musiciens sur scène, le but étant de fournir un volume sonore comparable à un grand orchestre avec un nombre réduit de musiciens. Le projet n'aura cependant pas de suite.

Communicateur et conférencier chevronné, il devient animateur régulier à la radio de Radio-Canada en 2000. De même, il anime des ateliers dédiés à la musique de film.

Il est également l'auteur de livres Je m'amusique, livre musical sous forme de jeu éducatif destiné à l'apprentissage de la musique dans les écoles, et Les plaisirs d’un compositeur gourmand, série d'anecdotes autour du thème de la bouffe.

Cet intérêt pour la cuisine, constant chez lui, l'amène à organiser des ateliers sur différents thèmes culinaires. Il a d'ailleurs longtemps tenu une chronique gastronomique dans la revue L'Actualité ainsi qu'à la radio avec Suzanne Lévesque.

L'ensemble de son œuvre lui vaut le Grand prix de la Société canadienne des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (SOCAN) en 2008. Le 30 septembre 2013, un événement tenu à la salle l'Astral de Montréal rend hommage à ses 50 ans de carrière.

La démarche de François Dompierre repose sur un refus de cloisonnement à des courants stricts et sur un recours revendiqué à la musique tonale. À ce titre, il aime procéder à la fusion tonale du classique, du rock, du jazz, du pop, le mélange des genres étant dicté non seulement par les considérations de la commande ou du propos, mais également par son choix stylistique délibéré. "Je veux qu'on mélange les styles parce que ça ressemble à la vie, parce que c'est l'image des communications qui nous gouvernent aujourd'hui."


Musique de concer

1974 : Sonate pour ondes Martenot et piano, composée à la demande de Sylvette Allart.
1979 : Diableries, commande du Concours de musique du Canada.
1979 : Concerto pour piano et orchestre en La majeur.
1979 : Harmonica flash, concerto pour harmonica.
1981 : Concerto pour violon et orchestre.
1982 : Petit Concerto pour Saint-Irénée, œuvre écrite à la demande de Françoys Bernier pour le Domaine Forget.
1983 : Kaléïdophone, commande du Concours de Musique du Canada à titre de pièce imposée.
1986 : Concerto pour violon et orchestre.
1988 : Charles Trenet, un profil symphonique.
1989 : Jardins intérieurs, commande du Jardin botanique de Montréal.
1991 : Ouverture, commande de Canadair.
2008 : Les Glorieux, commande de l'Orchestre symphonique de Montréal, avec Kent Nagano, sur un texte de Georges-Hébert Germain sur une mise en scène de Denis Bouchard. Œuvre en 5 mouvements : ouverture en trois périodes, le rêve, la guerre, la défaite et la gloire.
2012 : 24 Préludes en forme de boogie et de bien d'autres choses pour piano.


Musiques de film

1966 : YUL 871
1969 : Délivrez-nous du mal
1970 : 10 Miles/Hour
1970 : The Battle of St-Denis... Yesterday, Today
1972 : IXE-13
1973 : O.K. ... Laliberté
1974 : La P'tite semaine (série TV)
1975 : La Gammick
1975 : Partis pour la gloire
1977 : Ti-mine, Bernie pis la gang...
1978 : Derrière l'image (TV)
1983 : Bonheur d'occasion
1983 : Comme en Californie
1984 : Le Sang des autres
1984 : Mario
1985 : The Sight
1985 : Une vie suspendue (Adolescente, sucre d'amour)
1985 : Le Matou
1986 : Le Déclin de l'empire américain
1987 : Charles et François
1988 : Emergency
1988 : Kenny
1988 : Les Portes tournantes
1988 : La Travestie
1989 : Vent de galerne
1989 : 50 ans
1989 : Jésus de Montréal
1990 : La Fille du Maquignon (TV)
1994 : Mon amie Max
1995 : Disparu (Vanished) (TV)
1996 : Le Sort de l'Amérique
1996 : L'Homme idéal
1997 : Le Siège de l'âme
1998 : C't'à ton tour Laura Cadieux
1999 : Revenge of the Land (TV)
1999 : Quand je serai parti... vous vivrez encore
1999 : Laura Cadieux... la suite
2000 : Stardom
2001 : Betty Fisher et autres histoires
2002 : L'Odyssée d'Alice Tremblay
2002 : Au plus près du paradis
2015 : La Passion d'Augustine

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: François DOMPIERRE, né en 1943   Aujourd'hui à 8:58

Revenir en haut Aller en bas
 
François DOMPIERRE, né en 1943
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: