Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-20%
Le deal à ne pas rater :
20% de réduction sur IROBOT Aspirateur ROOMBA 606
199.99 € 249.99 €
Voir le deal

 

 Tomas Marco, né en 1942

Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 19872
Age : 74
Date d'inscription : 19/08/2006

Tomas Marco, né en 1942 Empty
MessageSujet: Tomas Marco, né en 1942   Tomas Marco, né en 1942 Empty2012-05-10, 19:14

Tomas Marco est un compositeur et écrivain de musique espagnol né à Madrid le 12 septembre 1942.

Il bénéficie d'une double formation : il a suivi des cours à l'université (droit - licence en 1963 - , psychologie, sociologie), et a appris le violon et la composition (premières oeuvres en 1958), sans compter les cours de Darmstadt où il a participé, en 1967, à l'œuvre collective de Stockhausen Ensemble ; il a également reçu l'enseignement de musiciens tels que Boulez et Ligeti. En 1969, il a obtenu pour Vitral (pour orgue et ensemble à cordes) le prix national de la musique en Espagne.

  Ce compositeur mène de front de multiples activités : il travaille à la radio espagnole, donne des cours au conservatoire de Madrid sur les nouvelles tendances ; et dirige le groupe Koan, consacré à la musique contemporaine, ainsi que des concerts poursuivant le même but, Estuvio Nueva Generación. Il a publié plusieurs ouvrages : des monographies sur Ives, Satie, Debussy et Ravel ; un livre d'intérêt général, Música Española de Vanguardia (1970). Il a même fondé une revue destinée à la musique de notre temps, Sonda, et a effectué des travaux sur la perception musicale, car « il se préoccupe non de la production du son, mais aussi de sa réception ». Marco ne refuse aucune des possibilités offertes par les techniques actuelles, mais l'électroacoustique l'intéresse comme moyen, non comme but, comme un élément intégré à la musique contemporaine. Il a présenté à Royan Rosa-Rosae, quatuor pour flûte, clarinette, violon et violoncelle (1969) et le concerto pour violon les Mécanismes de la mémoire (1971-1972). Il a composé des symphonies, dont Sinfonia no 4 « Espacio Quebrado » (1987) et Sinfonia no 5 « Modelos de Universo » (1988-1989).

(d'après http://www.larousse.fr/encyclopedie/musdico/Marco/168969 )


Oeuvres

Theatre

Anna Blume (text: Kurt Schwitters), for two reciters, instrumental ensemble, and tape (1967)
El caballero de la triste figura, chamber opera after Don Quijote by Cervantes (2004)
Cantos del pozo artesiano (text: Eugenio de Vicente), for actress and ten instruments (1967)
Jabberwocky (text: Lewis Carroll), for actress and instrumental ensemble (1966)
Llanto por Ignacio Sánchez Mejías, ballet, with orchestra (1985)
Ojos verdes de luna (text: Gustavo Adolfo Bécquer and a poem from the Orlando Furioso by Ludovico Ariosto), monodrama, for soprano, strings, and two percussionists (1994)
Selene (text: Tomás Marco) (1965–73)
El viaje circular, opera in one act after the Odyssey by Homer (2002)


Film music

Módulo '74', music for the film by José Esteban Lasala (1974)
Temporalidad interna, music for the film by Javier Aguirre (1970)


Choral and vocal

América, cantata (2000)
Apocalypsis, cantata for reciter, choir, and instrumental ensemble (1976)
Ceremonia barrocca, for choir and chamber ensemble (1991)
Concierto coral no. 1, for double choir and violin (1980)
Ecos de Antonio Machado, for choir and organ (1975)
Espacio sagrado (Concierto coral no. 2) , for piano, double choir, and orchestra (1983)
Luar, for soprano and guitar (1991)
Misa básica, for choir (1978)
La Pasión segun San Marcos, narrator, 3 choirs, brass, and percussion (1983)
Retrato del poeta (text: Gerardo Diego), for voice and piano (1973)
(S) Otto Voci (e)
Tea Party, for four singers (S, MzS, T, B), clarinet, trombone, vibraphone, and cello (1970)
Transfiguración, for 16 solo voices (1974)
Ultramarina (Epitafio para Lope de Aguirre), for voice and instrumental ensemble (1975)


Orchestral

Anábasis, for orchestra (1970)
Angelus novus (Mahleriana), for orchestra (1971)
Arbol de arcángeles (serenata virtual), for string orchestra (1995)
Bis, encore, zugabe, propina, for orchestra (1993)
Campo de estrellas, for orchestra
Concerto for Cello and Orchestra (1976)
Concerto for Violin and Orchestra (1971)
Concierto austral, for oboe and orchestra (1981)
Concierto del agua, for guitar and orchestra (1993)
Concierto del alma, for violin and string orchestra (1982)
Concierto Eco, for amplified guitar and orchestra (1976–78)
Concierto Guadiana, for guitar and strings (1973)
Del tiempo y la memoria, concerto for soprano, consort (harp, accordion, alto saxophone, timpani, and a percussionist), 3 distant violins, and orchestra (2006)
Escorial, for orchestra (1974)
Laberinto Marino, for cello and orchestra (2001)
Les mécanismes de la mémoire, for violin and orchestra (1973)
Mysteria, for an orchestra of 38 musicians (1970)
Oculto carmen, for orchestra (1995)
La Périphérie du paradis, for six groups of at least six performers each (1988)
Pulsar, for orchestra (1986)
Quasi una requiem, for string quartet and string orchestra
Sinfonietta No. 1 ("Opaco resplandor de la memoria"), for orchestra (1998–99)
Sinfonietta No. 2 ("Curvas del Guadiana") (2004)
Symphony No. 1 "Aralar" (1976)
Symphony No. 2 "Espacio cerrado" [Closed Space] (1985)
Symphony No. 3, for small orchestra (1985)
Symphony No. 4 "Espacio quebrado" [Broken Space] (1987)
Symphony No. 5 "Modelos de universo" [Universe Models] (1989)
Symphony No. 6 "Imago mundi" [Image of the World] (1992)
Triple Concerto, for violin, cello, piano, and orchestra (1987)
Vitral (música celestial I), for organ and string orchestra (1968–69)


Chamber music

Albor, for flute, clarinet, violin, cello, and piano (1970)
Algaida, for ondes Martenot, piano, and percussion (1978)
Anaconda, for two marimbas
Arcadia, for variable ensemble of woodwinds, strings, and keyboards (1975)
Arias de aire, for flute and piano (1986)
Autodafé (Concierto barrocco no.1), for piano, organ, three instrumental groups, and violins in echo (1975)
Bastilles, for a stringed instrument and harpsichord (1988)
Car en effet, for 3 clarinets and 3 saxophones (1965)
Diwanes y quasidas, for chamber ensemble (1987)
Dúo concertante no. 1, for two guitars (1974)
Dúo concertante no. 2, for violin and guitar (1976)
Dúo concertante no. 3, for violin and piano (1978)
Dúo concertante no. 4, for viola and piano (1980)
Ensemble (flute part, in a collaborative composition, supervised by Karlheinz Stockhausen), for 12 instruments, tapes, and live electronics (1967)
Espejo de viento, for 12 saxophones (1988)
Espejo velado, for double wind quintet (1982)
Hoquetus, for 1, 2, or 3 clarinets, live and/or recorded (1977)
Jetztzeit, for clarinet and piano (1971)
Kukulcán, for flute, oboe, clarinet, bassoon, and horn (1969/72)
Kwaidan, for saxophone and piano (1988)
Locus solus, for chamber ensemble (1978)
Luciérnaga furiosa (Duo concertante no. 5), for flute and guitar (1991)
Maya, for cello and piano (1968–69)
Miriada, for guitar and percussion (1969–70)
Miró, for eight cellos (1993)
Necronomicon, for six percussionists (1971)
Nuba, for flute, oboe, clarinet, violin, cello, and percussion (1973)
La nuit de Bordeaux: aguafuerte Goyesca, for guitar and string quartet (1998)
Paraíso dinámico, for 4 saxophones, piano, and two percussionists
Paraíso mecánico, for saxophone quartet (1988)
Paso a dos, for two pianos (1968)
Quinteto filarmónico, for flute, harp, violin, viola, and cello (1984)
Quinto cantar, for violin, cello, and piano (1988)
Recóndita armonía (Chamber Symphony No. 1), for 15 instruments (1990)
Roulis-Tangage, for trumpet, piano, vibraphone, percussion, guitar, electric guitar, and cello (1962–63)
Rosa-Rosae, for flute, clarinet, violin, and cello (with crotales and triangles), with or without lighting effects (1969)
Schwan (ein Liebeslied),for trumpet, trombone, 2 percussionists, viola, and cello (1966)
String Quartet No. 1 ("Aura") (1968)
String Quartet No. 2 ("Espejo desierto") (1987)
String Quartet No. 3 ("Anatomía fractal de los ángeles") (1993)
String Quartet No. 4 ("Los desastres de la guerra") (1996)
Tartessos, for four percussionists (1979)
Tauromaquia (Concierto barrocco no. 2), for piano 4 hands and 13 instruments (1974–76)
Teatro de la Memoria, for six saxophones (2002)
Tormer, for harpsichord, violin, viola, and cello (1977)
Trio concertante no. 1: en homenaje a Mompou, for violin, cello, and piano (1983)
Trio concertante no. 2, for flute, violin, and viola (1984)
Trivium, for tuba, piano, and percussion (vibraphone and marimba) (1962)


Solo instrumental

guitar

Albayalde, for guitar (1965)
Fantasia Sobre Fantasia, for guitar (1989)
Naturaleza muerta con guitarra (Homenaje a Picasso), for guitar (1975)
Paisaje grana (Homenaje a Juan Ramón Jiménez) , for guitar (1975)
Presto mormorando, for guitar (1996)
Sempere, for guitar (1985)
Sonata de fuego, for guitar (1990)
Tarots, 22 pieces for guitar (1991)

percussion

Algunas maneras de nombrar la lluvia, for five-octave marimba (with “algunos instrumentos de boca”) (2004)
Floreal: música celestial II, for solo percussion (1969)


keyboard & accordion

Aria de la batalla, for organ (1979)
Astrolabio, for organ (1969–70)
Bachground, for piano
Campana rajada, for piano (1980)
Cuatro cartas, for piano (1987)
Evos, for piano (1970)
Fétiches, for piano (1967–68)
Herbania, for harpsichord (1977)
Le Palais du facteur cheval, for piano (1984)
Pirana, for piano (1965)
Sonata acueducto, for accordion (1999)
Sonata atlantica, for piano
Sonata de Vesperia, for piano (1977)
Soleá, for piano (1982)
Temporalia, for piano (1974)


strings

Partita del obradoiro, for violin
Reloj interior, for contrabass, with or without simultaneous electronic transformation (1971)
Sicigia, for cello (1977)

winds

Akelarre, for a woodwind instrument and tape (1976)
Octavário, for solo flute (or with percussion) (1967)
Tromba di pace, three pieces for solo trumpet (1999)
Zobel, for solo flute (1984)
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 13593
Age : 56
Date d'inscription : 13/11/2009

Tomas Marco, né en 1942 Empty
MessageSujet: Re: Tomas Marco, né en 1942   Tomas Marco, né en 1942 Empty2012-05-10, 19:19


C'est un compositeur que je connais bien et j'avais même prévu d'en faire la biographie ici. Tu m'as devancé. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 13593
Age : 56
Date d'inscription : 13/11/2009

Tomas Marco, né en 1942 Empty
MessageSujet: Re: Tomas Marco, né en 1942   Tomas Marco, né en 1942 Empty2012-05-10, 22:05



J'ai réécouté le Concerto pour violoncelle et orchestre de Tomàs Marco et le N°2 de Leonardo Balada, le compositeur espagnol hors musique de film dont j'ai le plus d'opus sur mes étagères. Peut-on en déduire qu'il est mon compositeur espagnol de chevet? Je pense que oui avec Manuel de Falla; mes compositeurs préférés dans le domaine de la musique absolue autant qu'Alberto Iglesias dans le domaine de l'appliquée. Mais Tomàs Marco m'intéresse également beaucoup et il faut dire que l'Espagne me semble riche en compositeurs talentueux. Rien que dans mon commentaire précédent, vous pouvez deviner mon enthousiasme pour la musique de Francisco Escudero. Le Concerto pour violoncelle de Tomàs Marco, interprété par Asier Polo, l'"Orquesta de la Comunidad de Madrid", sous la direction de José Ramon Encinar, commence dans une ambiance assez singulière mais sans être totalement captivé par la poétique un peu stagnante de l'oeuvre - puis-je même lui trouver un caractère énigmatique, me demandant presque à un moment donné si cette ambiance faite de couleurs et de nuances, dans un complexe harmonique un peu opaque, allait perdurer où si ce concerto finirait par me surprendre. C'est justement ce qui se produisit dans la seconde partie du concerto, durant les dix dernières minutes, peut-être un peu moins ou un peu plus, lorsqu'un hautbois entre en scène: le concerto devient magnifique, je suis suspendu par son fil onirique, comme transporté dans une autre dimension. Certes, le hautbois vole la vedette au violoncelle devenu plus discret, plus fantomatique...Le concerto de Marco touche pourtant à l'exquis!
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 13593
Age : 56
Date d'inscription : 13/11/2009

Tomas Marco, né en 1942 Empty
MessageSujet: Re: Tomas Marco, né en 1942   Tomas Marco, né en 1942 Empty2020-04-20, 23:47

La Symphonie n°5 - "Modelos de Universo" de Tomas Marco a été composée entre 1988 et 1989 et fut créée à las Palmas (Grande Canarie) le 24 janvier 1990 par l'Orchestre Philharmonique Tchèque sous la direction de Jiri Belohlavek. C'est dans cette interprétation que je l'ai réécoutée ce soir. Tomas Marco nous explique que, pour lui, la Symphonie est une oeuvre orchestrale d'une certaine envergure, avec une intention éminemment formelle. Mais c'est aussi, ajoute-t-il, tout un monde d'idées qui contient de grandes conceptions humaines, philosophiques, cosmologiques, ou de tout autre ordre, à condition de se voir traduites en une structure sonore abstraite de par sa nature même, bien que pouvant se référer à maints domaines de la sensibilité humaine (...) Il faut savoir que Tomas Marco avait conclu sa quatrième symphonie par une ample architecture sur l'ouverture du Zarathoustra de Strauss, et comme il a voulu créer un lien référentiel entre elle et la Cinquième, celle-ci démarre par la seconde moitié de cette citation. Le compositeur précise qu'on peut comprendre cette citation-référence aussi bien comme une distanciation ironique, de même que les références cachées à différentes Cinquièmes Symphonies bien connues, notamment la présence aisément identifiable dans les transitions, de celle de Beethoven (...).

J'ai, personnellement, une préférence assez marquée pour la Symphonie n°5, la Quatrième m'étant plus inégale et surtout plus floue dans son cheminement. Toutefois, dans l'une comme dans l'autre, ce sont dans les mouvements les plus mouvementés que l'approche de Tomas Marco me semble la plus intéressante et, bien sûr, la plus exaltante. Ce n'est pas qu'une question de cadence, de rythme, de tonicité, ce sont aussi des timbres, un son d'ensemble, une couleur orchestrale un peu spéciale qui me touche beaucoup. J'en veux comme meilleur exemple le mouvement n°3, "Avaria (La Palma): con moto", de la cinquième symphonie. L'auteur confie qu'une fois l'innocence créatrice perdue irrémissiblement, il n'y a plus d'autre remède que de pouvoir ironiser sur sa propre création. Dans ma Quatrième symphonie, il y a une multitude de clins d'oeil dialectiques et critiques que l'on peut comprendre comme une grande ironie ou comme une grande critique. Il en va de même pour la Cinquième. Ce qui ne signifie nullement qu'il ne faille pas prendre le tout au sérieux, mais que le geste créateur contient implicitement son autocritique (...) La Symphonie n°4 - "Espacio quebrado" (Espace brisé) a été composée en 1987 et créée à Madrid le 16 avril 1988 par l'Orchestre National d'Espagne sous la direction de Jesus Lopez Cobos. Je l'ai réécoutée ce soir par l'Orchestre Symphonique de Tenerife sous la direction de Victor Pablo Pérez.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 13593
Age : 56
Date d'inscription : 13/11/2009

Tomas Marco, né en 1942 Empty
MessageSujet: Re: Tomas Marco, né en 1942   Tomas Marco, né en 1942 Empty2020-05-10, 11:19

Aujourd'hui, j'entame un portrait autour des oeuvres que je possède de Tomas Marco et en particulier par celles par lesquelles j'ai découvert ce très bon compositeur. Tout d'abord, j'aimerais m'arrêter un court instant sur celle qui est vraiment à l'origine de l'intérêt que je lui porte: Bis, Encore, Zugabe, Propina (1993) pour orchestre. Elle se constitute de quatre mouvements; "Allegro molto iusto/Libero e rubato, con forza spresiva/Deciso/Allegro leggiero, et est interprétée par l'"Orquesta de la Comunidad de Madrid" sous la direction de Miguel Groba Groba.

<<"Bis, Encore, Zugabe, Propina" a été commandée par le Festival International de Castel de Pereleda, et c'est dans ce lieu catalan le 10 août 1993 que la pièce a été jouée pour la première fois par l'Orchestre Cataquès sous la direction de Philip Entremont. Compte tenu de la prolifération de nouveaux orchestres en Espagne à la fin des années 80 et 90, les compositeurs ont souvent été appelés à produire "une œuvre courte et brillante qui servira de pièce maîtresse pour l'orchestre ..." ou, pour le dire simplement, un rappel ou "sucette". Tomas Marco a répondu à ce défi en composant non pas une mais quatre de ces pièces, en leur donnant les noms donnés au concept dans différents langages et en reliant les sections individuelles de manière à constituer un seul ensemble musical primordial: en effet, l'œuvre pourrait bien se décrire comme une "symphonie de rappels". Par conséquent, bien qu'il soit idéal pour amener un concert à une grande finale, la partition possède la durée et la portée formelle nécessaires pour mériter une place dans n'importe quelle autre position. Le clin d'œil du compositeur en direction du "encore" comme concept se trouve dans la manière brillante dont les quatre sections sont conçues, dans leur caractère indépendant, et même dans la façon dont certaines parties sont utilisées pour mettre en évidence des composants spécifiques de l'orchestre (les cordes dans Encore) ou le mode d'exécution (comme dans l'usage du pizzicato dans Zugabe).>> José Luis Garcia del Busto.

J'aime beaucoup la fantaisie qui se dégage de cette oeuvre, en particulier dans le second mouvement dont la construction m'a frappé par son originalité. Les autres oeuvres qui figurent sur le même disque s'intitulent Ceremonia Barroca (1991) en deux parties, partie I: "Ars Moriendi" et partie II: "La floresta del Sol-Jaguar", qui alterne pièces purement orchestrales et d'autre avec choeurs, voire certaines a cappella, Morada del canto (1994) et la plus ancienne composition de Thomas Marco sur cet album, Transfiguracion (1974), la première pour orchestre, la seconde pour choeur sans accompagnement, dans un style assez statique avec d'étranges effets de voix. C'est sans aucun doute le morceau qui me plait le moins du disque. En revanche, les deux premiers extraits de Ceremonia Barocca, "Hipogrifo violento" & "In Ictu Oculi" ainsi que le tout dernier, "Inundacion Castalida" sont excellents, ils me plaisent de plus en plus, "Hipogrifo violento" étant purement orchestral, "In Ictu Oculi" et "Inundacion Castalida" pour choeur et orchestre. Morada del Canto est également une pièce pour orchestre que je trouve de plus en plus intéressante, sa poétique, ses couleurs...Une musique qui récompense toujours une oreille attentive qui va jusqu'au bout de l'écoute...


Dernière édition par Icare le 2020-05-10, 15:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 19872
Age : 74
Date d'inscription : 19/08/2006

Tomas Marco, né en 1942 Empty
MessageSujet: Re: Tomas Marco, né en 1942   Tomas Marco, né en 1942 Empty2020-05-10, 12:42

Si j'ai créé une biographie de Tomas Marco - il y a 8 ans jour pour jour - c'est que j'avais écouté quelque chose de lui, mais je ne m'en souviens plus...

En revanche, ce que j'essaie d'écouter aujourd'hui sur youtube ne me plaît pas du tout : ni la symphonie n° 7 (dont je n'ai écouté que le début), ni ce Espacio de Espejo, que je ne vais pas non plus écouter en entier. Tout ça c'est du modernisme qui ne me plaît pas.



https://www.youtube.com/watch?v=CfsFS3Mz6BM
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 13593
Age : 56
Date d'inscription : 13/11/2009

Tomas Marco, né en 1942 Empty
MessageSujet: Re: Tomas Marco, né en 1942   Tomas Marco, né en 1942 Empty2020-05-10, 23:28

Je ne connais pas encore Espacio de Espejo ni sa Symphonie n°7 et ne compte pas les rajouter dans mon portrait. J'y viendrai probablement une autre fois, lors, par exemple, d'un autre cycle autour de ce compositeur. Durant ce portrait, je préfère revenir sur les oeuvres que je connais déjà et possède en disques, disques que je ne voudrais surtout pas réduire à l'état de bibelots sur mes étagères, devenant ainsi moins utiles que des sous-verre.Hehe Surtout qu'il s'agit d'oeuvres qui, jusqu'ici m'ont toujours fasciné et que j'ai besoin d'approfondir, afin de revivre les émotions qu'elles m'ont déjà procurées plusieurs fois. Aujourd'hui, outre celles que j'ai évoquées dans mon précédent commentaire, je me suis à nouveau penché sur Concierto del Agua (1993) pour guitare et orchestre à cordes, en trois mouvements, Gabriel Estarellas en étant le soliste, Oculto Carmen (1995) pour orchestre, Laberinto Marino/Labyrinthe Marin (2001) pour violoncelle (Dimitar Furnadjiev) et orchestre à cordes, et Sinfonietta n°1 - "Opaco resplandor de la memoria/L'obscur éclat de la mémoire" (1998-99), le tout par l'"Orquesta Sinfonica Ciudad de Oviedo" sous la direction de Gregorio Gutiérrez.

Pour cette première fois que j'en parle ici, je ne vais pas m'arrêter sur chacune de ces quatre oeuvres. Je retiens d'abord une approche musicale certes "moderniste" mais qui n'exclut pas la tonalité ni le lyrisme, tel qu'on peut l'apprécier dans le concerto pour guitare ou davantage encore dans l'autre oeuvre concertante pour violoncelle et orchestre qui s'autorise des moments très mélodiques, même si c'est toujours dans un esprit de contrastes sonores. Il y a aussi de grands espaces offerts au soliste sans l'accompagnement de l'orchestre, dans une austérité qui ne m'effraie pas, le violoncelle conservant une certaine chaleur dans son jeu. J'adore les percussions et les effets de flûte piccolo dans la Sinfonietta et bien sûr tout ce qui gravite autour de ces deux pôles sonores. Plus globalement, j'adore son style qui m'est particulièrement ludique, ne m'emmène jamais longtemps dans des lieux communs. Il s'y passe toujours quelque-chose, des idées ou plutôt des trouvailles qui éveillent l'ouïe tout au long de l'oeuvre, comme dans le Concerto de l'eau qui d'ailleurs est si fluide dans sa partie introductive. J'y apprécie ensuite les jeux interactifs entre les cordes et la guitare, l'un proposant à l'autre une nouvelle matière à exploiter. Carmen caché dispose d'un orchestre qui contient bois et métaux à deux voix, sans trombones, timbale et cordes. Il s'en dégage beaucoup de fragments sonores qui me sont fort attrayants, mais dans un temps réduit puisque l'oeuvre, en forme d'arabesque, atteint à peine les six minutes: elle s'appuie sur certains éléments tirés de la Granada, une pièce pour piano d'Isaac Albéniz, pour un résultat qui évidemment n'a au final plus rien à voir.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 13593
Age : 56
Date d'inscription : 13/11/2009

Tomas Marco, né en 1942 Empty
MessageSujet: Re: Tomas Marco, né en 1942   Tomas Marco, né en 1942 Empty2020-05-11, 10:15

J'ignore si mon approche de l'opéra est très orthodoxe, mais d'après ce que j'ai pu comprendre de certaines interventions de Jean sur ce sujet, je fonctionne un peu comme lui. Les opéras que j'aime et sur lesquels je reviens ponctuellement, comme je viens de le faire aujourd'hui avec Segismondo - "Sonar el Sueno" de Tomas Marco, sont chantés dans une langue étrangère et donc je ne comprends évidemment rien des paroles ni du synopsis. Puissent-ils être chantés en espagnol comme dans Segismondo, en allemand, en italien, en russe, en chinois, en anglais ou en arabe, peu importe. Il y a des langues parlées que je n'aime pas entendre, qui, phonétiquement m'indisposent, comme l'allemand et l'arabe, mais dès qu'elles sont chantées, il n'y a plus aucune réticence...sauf lorsque la voix ou l'interprétation des chanteuses/chanteurs ne me plaisent pas, mais c'est encore un autre sujet. A partir du moment où une langue est chantée, elle devient "musique" à mon oreille et ce qui me déplaît lorsqu'elle est parlée s'efface comme par magie. Me reste alors que l'incompréhension des paroles et parfois le thème du livret que je n'appréhende qu'approximativement. Il est loin d'être toujours traduit en français dans les fascicules et même lorsqu'il l'est, je n'aime pas écouter l'opéra en le lisant. J'essaie de le lire avant mais, hélas, à froid c'est rarement passionnant.

Un opéra chanté en français qui me fascine autant par sa musique, ses chants et son histoire est La Noche Triste de Jean Prodromides. En fait, c'est quand je commence à connaître "auditivement" par-coeur un opéra en langue étrangère que je finis par m'intéresser au texte et vouloir mieux en cerner l'histoire. J'évolue toujours dans une découverte progressive. Je n'en suis pas encore là avec l'opéra Segismondo de Thomas Marco entièrement chanté en langue espagnole et comportant même des parties narratives. Celles-ci m'évitent l'ennui dans la mesure où la musique ne s'éclipse pas pendant l'intervention du récitant et que celle-ci a une réelle présence, notamment par des combinaisons sonores inhabituelles. Effectivement, l'habillage sonore de cet opéra n'est pas conventionnel, en grande partie géré par des injections assez marquées d'éléments électroniques. Dès le départ, j'en aime beaucoup les sonorités, les climats et les couleurs qu'elles instaurent. C'est plus quelque-part dans la dernière partie que l'utilisation de l'électronique me paraît un peu trop grossière, envahissante. Heureusement, ce n'est qu'un passage. De cette nouvelle écoute, il en ressort encore une appréciation purement abstraite et donc exclusivement musicale, contrairement, par exemple, à l'opéra La Mouche d'Howard Shore que j'avais découvert au Châtelet et en garde un souvenir à la fois visuel et sonore, et avec une bonne connaissance de l'histoire qui avait déjà été le sujet d'un film de David Cronenberg, opéra que j'avais d'ailleurs moyennement aimé alors que celui de Tomas Marco m'enchante déjà dans l'appréciation abstraite que j'en ai...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Tomas Marco, né en 1942 Empty
MessageSujet: Re: Tomas Marco, né en 1942   Tomas Marco, né en 1942 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Tomas Marco, né en 1942
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: