Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

 

 Antoine Dard (1715-1784)

Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 20360
Age : 74
Date d'inscription : 19/08/2006

Antoine Dard (1715-1784) Empty
MessageSujet: Antoine Dard (1715-1784)   Antoine Dard (1715-1784) Empty2012-04-14, 15:15

Antoine Dard est un compositeur et bassoniste français, né le 2 novembre 1715 à Chapaize dans le diocèse de Mâcon (baptisé le 4 novembre) et mort le 13 août 1784 à Paris. Il était fils d’Antoine Dard dit Le Roy, officier du roi, et de Marguerite D’Huvernay.

On ne connaît rien de sa jeunesse ni de sa formation musicale.

Il se marie à Dijon, en février 1734, avec signature d’un contrat devant notaire en date du 20 février 1734 instituant la communauté de biens entre les deux époux, selon la coutume de Bourgogne.

Son épouse est Claudine Garnier, née à Dijon le 29 août 1713, baptisée le lendemain, fille d’Étienne Garnier, arquebusier, et de Jeanne Girault, issue d’un milieu de marchand.

En 1754, les époux habitent sans doute Grenoble, puisqu’ils signent, le 23 mai 1754, un contrat de vente d’une terre située à Chapaize devant un notaire de cette ville. Le 25 octobre 1759, ils souscrivent à une rente viagère de 800 livres sur la ville de Paris, devant un notaire parisien. Le couple s’installe donc à Paris entre 1754 et 1759.

Le 11 janvier 1759, l'annonce suivante, parue dans la publication parisienne "Annonces, Affiches et Avis Divers" (AA), signale la parution de la première œuvre éditée de Dard: "6. SONATES pour le basson, composées par le Sr. Dard & très utiles à ceux qui désirent bien jouer de cet instrument. Chez l’auteur, rue des 2. Ecus, à la ville de Rennes ; & aux adresses ordinaires. Ces sonates sont, dit-on, uniques en leur genre, & peuvent aussi s’exécuter au violoncelle".

En 1760, Dard entre à l’Académie royale de Musique où il reste jusqu’en 1778. Il touche 600 livres les trois premières années, alors qu’il est le 5e basson, puis il est le mieux payé pour les années suivantes, donc sans doute 1er basson. Il touche 900 livres entre 1774-76 et 1000 livres entre 1776-17785.

Le 16 juillet 1763, Dard obtient la retenue d’un office de « grand hautbois de la Chambre et Ecuries du roi », vacant par le décès d'Esprit-Philippe Chédeville, le 9 mars 1762, et conserve cet office jusqu’à sa mort. Il prête serment pour cette charge le 25 juillet 1763 et conserve cet office jusqu’à sa mort quand il est remplacé par Jean Elie Schreiber, musicien au régiment de Dillon.

Le prix de la charge (“la finance de l’office”) n’est pas connu et par ailleurs, il faut aussi verser aux collègues en place une somme pour réception. Le montant des gages est de 180 livres par an et Dard bénéficie avec ses collègues du privilège de “bouche à cour” qui lui permet de partager, lors des grandes fêtes, du veau, de la dinde, un lapin, un chapon, du lard, du vin et 24 pains d’une livre.

Obs. : Il faut préciser que l’appellation "Grand hautbois" est une survivance du temps de Louis XIII. Ce poste concerne un basson et rien ne laisse supposer que Dard aurait également joué du hautbois.

La même année une note concernant la représentation de l’opéra "Ismène et Isménias" de Laborde nous apprend que « Dard le basson indique qu’il touchait 24 livres par séance, chiffre fort supérieur à celui de ses camarades clarinettistes ».

À partir de 1764, il apparaît sur les listes de la "Musique du roi de Paris", c’est-à-dire parmi les membres de l’Opéra qui se produisent lors des spectacles de la cour : ils constituent alors les chefs de pupitres de la Musique du roi, dont la spécialité est plutôt la musique religieuse. Il y reste jusqu’à sa retraite en 1782 et touche une pension de 1000 livres par décision du 12 mai 1782, avec jouissance à partir du 1er janvier.

Le 5 février 1773, le Privilège Général pour imprimer est accordé "pour 6 ans, [à partir] du 27 janvier » au "Sr. Dard, musicien du Roy" pour des "Airs, Ariettes, Menuets et Contredanses recueillis par lui".

Jusqu’à vers 1769, les œuvres de Dard ont été imprimées par Mme. Bérault et à partir de cette époque par Mlle. Girard, qui obtient elle aussi, le 30 avril 1773, un Privilège Général pour imprimer de la musique. Il figure sur le plan de la fosse d’orchestre de l’opéra royal de Versailles dressé par Métoyen en 1773 (lui aussi bassoniste, mais à la Musique du roi, il siège à côté de Dard). Cette même année, il joue à Versailles au festin royal à l’occasion du mariage du comte d’Artois.

Dard figure dans L’almanach musical, en 1775, comme bassoniste et puis de 1776 jusqu’en 1783 comme maître de composition vocale et 1er basson de l’Opéra. Il est intéressant de remarquer qu’il est le seul bassoniste à avoir sa fonction spécifiée, les autres, plus connus de nous aujourd’hui pour certains, ont seulement la mention de leur adresse.

En 1780-1781, il est porté sur la liste des pensionnaires de l’Opéra pour 450 livres.

Dard meurt le 13 août 1784 à Paris, de maladie. Ses funérailles ont lieu à Saint-Eustache le samedi 14 août 1784. Il habitait alors un appartement comportant quatre pièces, un corridor et une cave, rue du Four Saint-Honoré, au 3e étage d’une maison appartenant à un dénommé Aviet ou Avié, maître d’hôtel du premier président du parlement de Paris et débourse 340 livres pour le loyer. Il y vit avec son épouse et une domestique, nommée Marie Jeanne Alain, fille majeure. Les deux époux n’ont pas d’enfants vivants au moment du décès.

Il lègue ses instruments de musique, parmi lesquels on compte deux clarinettes, une flûte à bec, mais malheureusement pas de bassons, ses livres de musique, les meubles de sa chambre et sa garde-robe à son élève Martin Perrault, âgé de 15 ans, jeune provincial qui loge à Paris chez mademoiselle Girard, marchande de musique et éditeur de ses œuvres depuis 1769, légataire universelle de Dard, qui de ce fait prendra à sa charge les frais de la succession. Il possède également dix petits tableaux qu’il range dans son secrétaire sur lequel il y a un buste de Voltaire.

La période de son apprentissage musical, vraisemblablement à Dijon ou Grenoble, où existait déjà une vie musicale développée, reste pour le moment mystérieuse.


Oeuvres

Très peu de compositions vocales de Dard sont conservées, elles peuvent être répertoriées dans les catalogues de ses deux éditeurs Mme Bérault et Mlle Girard. Les Ariettes et Barcaroles traitent systématiquement les sujets dans toutes les nuances avec une expression très intime. Ces œuvres sont pour la plupart pour voix et 2 violons et continuo.
Les Sonates opus 1 pour violon ou flûte et continuo sont assez virtuoses, quoique sans  exigences techniques difficiles, de même que les six sonates pour basson ou violoncelle avec continuo opus 2, dédiées à Duvauchel, un haut fonctionnaire de la forêt et des eaux royales. Elles sont en quatre mouvements, toutes sont mélodieuses et très décorées, l'influence italienne est évidente. Dard a explicitement mentionné dans la préface que ces travaux ont essentiellement un caractère didactique ("l'envie d'instruire").

On lui doit aussi une méthode de solfège intitulée Nouveaux Principes de musique, (Paris 1769) et une histoire musicale qui commence dans l'antiquité et comprend une liste des compositions réalisées à l'Opéra de Paris de 1671 à 1769. Elle s'intitule Origine et Progression de la musique (Paris 1769).


Dernière édition par joachim le 2019-11-07, 12:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
ysov

ysov

Nombre de messages : 408
Age : 58
Date d'inscription : 16/09/2011

Antoine Dard (1715-1784) Empty
MessageSujet: Re: Antoine Dard (1715-1784)   Antoine Dard (1715-1784) Empty2012-05-20, 19:51

Autre que ces oeuvres pour basson, j'adore et suggère particulièrement les 6 sonates pour violoncelle et continuo. Il démontre son talent méritant le terme de Dernier baroque français,
avec les Boismortier, Corette, et cie.

Version superbe de ces sonates par la talentueuse Kristin von der Goltz au violoncelle et ce qui contribue sensiblement à la beauté de cette version de ces sonates, est la non moins talentueuse et jolie gambiste Hille Perl, s'occupant de la basse continue avec la fameuse claveciniste Christine Schornsheim, une des grandes de l'heure, pour avoir entre autre enregistrée l'intégrale de l'oeuvre pour clavier de Haydn.

Antoine Dard (1715-1784) 40187610 Quelques extraits chez JPC----ICI

Antoine Dard (1715-1784) Kristin Antoine Dard (1715-1784) Images?q=tbn:ANd9GcTScp_ErKA7hySIMEl-NNDRxxck9aBBMXpZ1NxtJXHF2ef-3-GxP3coiXKU Antoine Dard (1715-1784) Schorn10
Revenir en haut Aller en bas
 
Antoine Dard (1715-1784)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: