Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

  Pascal GAIGNE, né en 1958

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11074
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Pascal GAIGNE, né en 1958   Dim 26 Fév - 22:45

Pascal Gaigne, né en 1958, est un compositeur d'origine française. Il partage son temps entre la France et l'Espagne où il a établi son port d'attache. Il compose des musiques de concert ainsi que des musiques pour le cinéma. La danse ou le théâtre (notamment la musique du film de Victor Erice "Le songe de la lumière" - Prix du jury et Prix de la critique au Festival de Cannes 1992). Il collabore avec différents centres de recherches et ensembles instrumentaux tels que LIMCA, le GRM, l'Ensemble Phytagore.

___IO-PORTES D'AERA - 1985 - pour six percussionnistes.
___BOREAL - 1987 - oeuvre acousmatique.
___ECUADOR - 1994 - oeuvre acousmatique.
___SIGNES ASCENDANTS - 1987 - pour clarinette et bande magnétique.
___PASSAGES SOUS L'ECLIPTIQUE - 1988 - pour onze instrumentistes.
___TRAVERSEE I & TRAVERSEE II -1990/92 - pour quintette à vents et système informatique.
___KE - 1993 - pour clarinette solo.
___SHEN - 1994 - pour violoncelle et dispositif informatique.
___LE VOYAGE IMMOBILE - 1994 - spectacle et danse, musique et texte.
___YET - 1996 - pour soprano, clarinette basse et percussions.
___ALPHABET I, II & III pour instrument à vent, accordéon et percussion




Dernière édition par Icare le Lun 28 Sep - 22:52, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11074
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Pascal GAIGNE, né en 1958   Jeu 13 Déc - 22:55

J'ai réécouté, ce soir, la partition à la fois dépaysante et onirique de Katmandù et je me suis aisément laissé transporter.



Dernière édition par Icare le Lun 28 Sep - 22:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11074
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Pascal GAIGNE, né en 1958   Sam 23 Nov - 20:30

Réécoute, hier soir, de la musique de film que PASCAL GAIGNE composa pour le film de Safy Nebbou, Le cou de la Girafe.. Une musique délicieuse et sentimentale, mais pas trop, pour ensemble de chambre: on y entend du piano, des violons, des altos, des violoncelles dont un en solo, des contrebasses, de la flûte, du hautbois, du cor anglais, de la clarinette, du basson et de la harpe. S'ajoute en titre de bonus à cette B.O. si flatteuse pour l'oreille, un curieux mais intéressant thème avec voix et percussion pour le court-métrage de Safy Nebbou Bertzea et deux extraits superbement construits aux mélodies accrocheuses pour un autre court-métrage de ce réalisateur; Lepokoa.  
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11074
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Pascal GAIGNE, né en 1958   Dim 24 Nov - 20:00

Ce que j'ai écrit sur La Piel Que Habito dans le fil "Alberto Iglesias", je pourrais quasiment le reproduire ici à propos de Los Mundos Sutiles de Pascal Gaigne, partition que j'ai découverte assez tard, hier soir, juste avant de piquer un petit roupillon. Ce qui peut être formidable avec la musique de film, c'est lorsqu'elle arrive à sortir des sentiers trop balisés par un compositeur qui possède à la fois l'imagination, l'audace, la méthode et le savoir-faire et qui ne soit pas, en même temps, confronté à un réalisateur frileux et trop peureux de ce qu'il ne contrôle pas. Et si il y a bien quelque chose que le réalisateur ne contrôle pas dans le film qu'il réalise, c'est la musique (sauf dans les cas exceptionnels où le réalisateur est aussi le compositeur de la musique de son film, comme, par exemple, Mike Figgis). Le résultat peut alors être quelque chose de rare et singulier, quelque chose de très poétique et hypnotique qui s'échappe un peu du schéma classique habituel. C'est le cas de Los Mundos Sutiles.  


Dernière édition par Icare le Jeu 16 Jan - 19:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11074
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Pascal GAIGNE, né en 1958   Jeu 28 Nov - 21:15


Elämä, The last Days of Lucifer de Pascal Gaigne - film de Rax Rinnecangas - Avec mezzo-soprano, piano, alto, violoncelle, harpe et accordéon:    
Cette partition très élaborée propose une succession de lieds chantés en allemand dans un contexte chambriste âpre et souvent tendu. Ce n'est pas une approche musicale si courante dans le domaine de la musique de film. Gaigne délivre ici une facette moins connue de son art, plus savante, plus contemporaine, loin des règles du mickey-mousing. La mezzo-soprano s'estompe lors des dernières plages de cette B.O. même si la partition instrumentale progresse dans la même esthétique. Un régal! A noter un usage intéressant de l'accordéon.

Water Marked de Pascal Gaigne - film de Rax Rinnecangas:   
Une suite d'une vingtaine de minutes toute en progression, très travaillée dans l'écriture et qui débouche sur un thème mélodique exquis. J'ai adoré ce langage très dépouillé par moments et la manière dont il est enrichi au fur et à mesure où on avance vers la mélodie conclusive.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11074
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Pascal GAIGNE, né en 1958   Ven 29 Nov - 9:06

Deux oeuvres de concert:

Je suis toujours surpris lorsque j'arrive à écouter en entier, sans décrocher, une pièce pour clarinette seule. Je pourrais faire la même remarque s"il avait s'agit d'un saxophone, d'une flûte ou d'un tuba sans accompagnement. Avec le piano, le clavecin ou la guitare, je peux même accepter l'écoute d'un cd entier sans broncher. Le violoncelle seul passe plutôt bien également. Quant au violon, cela dépend...toujours est-il que les PARTITAS de BACH me fascinent littéralement. Avec Ke (1995) pour clarinette seule de Pascal Gaigne, je me demandais si j'allais rester concentré les presque quatorze minutes...et bien, j'arrivai au bout relativement captivé par une clarinette solo virtuose et expressive. Je me suis laissé conduire par l'énergie communicative de son jeu, mais il faut dire aussi que la clarinette est un son qui m'a toujours fasciné et a toujours fait partie de mes instruments préférés. I love you 

Traversées II (1991) pour quintette à vents: flûte, flûte alto,hautbois, clarinette, cor, basson et dispositif informatique en temps réel de Pascal Gaigne propose une musique moderne qui m'a surtout touché par le climat qu'elle instaure et par le contact tout en délicatesse des instruments acoustiques, plus exactement du quintette à vents, avec les éléments sonores traités par l'informatique. Je n'en suis pas ressorti transcendé mais simplement séduit par une alchimie sonore à la fois intrigante et rassurante.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11074
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Pascal GAIGNE, né en 1958   Ven 29 Nov - 12:24

Le défi pour un compositeur de cinéma lorsqu'il doit composer une musique romantique et donc portée sur les sentiments amoureux , c'est d'éviter d'écrire quelque chose de trop sentimental ou d'être bateau. C'est ce défi auquel fut sans doute confronté Pascal Gaigne lorsqu'il accepta de mettre en musique le film de Mirea Gabilondo; Amaren Eskuak - Las Manos de mi Madre. Le second thème, de forme très romantique et sentimental pourrait sortir d'une de ces séries tv pleines de bons sentiments, telles qu'il nous en provient de la télé colombienne ou mexicaine. Seulement, la partition de Gaigne pour le film de Gabilondo est trop élaborée et subtile dans ses développements pour se réduire à de la guimauve au mètre et n'avoir pas plus de saveur que l'eau des roses. Le thème principal El Faro qui intervient trois fois sur le cd est un véritable tourbillon de l'espoir amoureux, une spirale du bonheur. La guitare est assez présente mais il y a aussi deux merveilleuses interventions du violoncelle, plages 3 et 5. Elles m'offrent une véritable proximité dans l'émotion avec un instrument si proche de la voix humaine que j'en suis resté troublé. J'ai eu l'impression qu'il était tout près de moi, tout près du fauteuil dans lequel j'étais assis. J'avais juste à fermer les yeux que je sentais déjà son souffle, sa présence. Il ne m'aurait pas fallu beaucoup plus d'imagination pour entendre la respiration du musicien qui en jouait. Ces deux instants musicaux; Las Manos de mi Madre et Alisente, portés à un moment donné, comme je l'ai mentionné, par un violoncelle solo irrésistible, sont à n'en pas douter le coeur et l'âme de cette B.O. d'essence romantique. J'en ai eu quelques frissons pendant et après l'écoute. Alors que j'écris ces quelques lignes dithyrambiques, ils sont encore là.  
Revenir en haut Aller en bas
laudec

avatar

Nombre de messages : 3325
Age : 65
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Re: Pascal GAIGNE, né en 1958   Ven 29 Nov - 13:03

Sensible à ces musiques, j'ai apprécié :

extrait du "Cou de la girafe"  

un extrait de "Los Mundos Sutiles"  

Quant au "Chant de Lucifer", je ne suis en mesure de l'apprécier pour l'instant ...
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11074
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Pascal GAIGNE, né en 1958   Lun 6 Juil - 19:30

Je poursuis mon incursion dans la musique de Pascal Gaigne, cette fois encore, dans le domaine cinématographique avec Loreak - Flowers, une partition qu'il a composée pour le film du même nom de Jon Garano & Jose Mari Goenega. Il invita pour l'occasion Jana Nagy-Juhàsz au piano solo, Stefan Filas au concertino, Peter Baran au violoncelle et Marianne Lecler à la harpe. La partie électronique est assumée par le compositeur lui-même et la musique interprétée par "The Bratislava Symphony Orchestra" sous la direction de David Hernando Rico. L'argument tourne autour des fleurs et raconte l'histoire de trois femmes. La B.O. n'est pas très longue puisqu'elle n'atteint pas les 35 minutes et se divise en dix extraits. Le thème principal, premier dans l'ordre d'écoute, est superbe; une musique romantique très étirée et très bien orchestrée. J'aime beaucoup l'aspect à la fois éthéré et dilatté de ce morceau qui conserve malgré tout sa consistance initiale. J'ai aimé suivre son développement jusqu'à ses dernières respirations lorsqu'un violon plaintif m'accapare définitivement. La mélodie qui s'y dessine est magnifique et il m'a fallu une seconde écoute pour bien la cerner, l'apprivoiser. Plus globalement, il y a des moments très attachants, surtout dans la première partie, avec une certaine recherche dans les sonorités et un orchestre bien affirmé et présent, mais il y a aussi des moments ou la matière orchestrale semble se dissiper au profit d'une atmosphère plus synthétique et creuse. La musique se résoud alors à un minimum de notes, un dilattement excessif au point qu'elle perd de sa consistance: on atteind donc ici la phase la plus faible de la partition. Heureusement, la musique retombe sur ses pieds par l'intensité du violon plaintif du début qui réapparait, un ou deux passages plus tendus, ainsi qu'une belle déclinaison du thème principal, cette fois dominée par le piano. Touchante conclusion.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pascal GAIGNE, né en 1958   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pascal GAIGNE, né en 1958
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: