Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-50%
Le deal à ne pas rater :
Assassin’s Creed Valhalla PS4/PS5 et Xbox One /Series X
34.99 € 69.99 €
Voir le deal

 

 Carl Reinecke (1824-1910)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22489
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

Carl  Reinecke (1824-1910) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Carl Reinecke (1824-1910)   Carl  Reinecke (1824-1910) - Page 2 Empty2020-12-15, 12:27

C'est vrai qu'on n'avait plus parlé de Goetz depuis 2012 ! Nous avons ici un beau concerto romantique.

Voici une biographie un peu plus complète (Wiki anglais)

Carl Heinrich Carsten Reinecke (23 Juin 1824 - 10 Mars 1910) était un compositeur, chef d' orchestre et pianiste allemand de l'époque romantique. Son père était Johann Peter Rudolf Reinecke (né le 22 novembre 1795 à Hambourg, mort le 14 août 1883 à Altona), professeur de musique, sa mère Johanna Henriette Dorothea Wetegrove (décédée le 20 décembre 1828 à Bad Segeberg).

Reinecke est né à Altona dans ce qui est aujourd'hui une partie de Hambourg, en Allemagne; théoriquement, il est né Danois, car jusqu'en 1864, la ville était sous domination danoise. Il a reçu toute son instruction musicale de son père, Rudolf Reinecke,, professeur de musique et écrivain sur des sujets musicaux. Carl s'est d'abord consacré au violon, mais a ensuite tourné son attention vers le piano. Il a commencé à composer à l'âge de sept ans et sa première apparition publique en tant que pianiste était quand il avait douze ans.

A 19 ans, il a entrepris sa première tournée de concerts en tant que pianiste en 1843, par le Danemark et la Suède, après quoi il a vécu pendant longtemps à Leipzig, où il a étudié avec Felix Mendelssohn, Robert Schumann et Franz Liszt ; il a noué des relations amicales avec les deux premiers. Après le séjour à Leipzig, Reinecke part en tournée avec Königslöw et Wilhelm Joseph von Wasielewski (plus tard biographe de Schumann), en Allemagne du Nord et au Danemark. En 1846, Reinecke est nommé pianiste de la cour pour Christian VIII à Copenhague.
Il y resta jusqu'en 1848, date à laquelle il démissionna et se rendit à Paris. Là, il a écrit quatre concertos pour son instrument (et de nombreuses cadences pour les travaux des autres, y compris un grand ensemble publié comme son Opus 87), ainsi que des concertos pour violon, violoncelle, harpe et flûte. À l'hiver 1850/51, Carl Schurz rapporte avoir assisté à des "soirées musicales" hebdomadaires à Paris où Reinecke était présent.

En 1851, Reinecke devient professeur au Conservatoire de Cologne. Dans les années qui suivirent, il fut nommé directeur musical de la métropole allemande de Brême, puis devint le directeur académique, musical et chef d'orchestre de la Singakademie à Breslau.

En 1860, Reinecke est nommé directeur des concerts de l'orchestre du Gewandhaus à Leipzig et professeur de composition et de piano au Conservatoire. Il a dirigé l'orchestre pendant plus de trois décennies, jusqu'en 1895. Il a mené, comme premières de la version complète de sept mouvements "Un Requiem allemand" (1869) de Brahms. En 1865, le Gewandhaus-Quartett crée son quintette avec piano et en 1892 son quatuor à cordes en ré majeur.

Reinecke est surtout connu pour sa sonate pour flûte "Undine", mais il est également connu comme l'un des musiciens les plus influents et polyvalents de son temps. Il a été enseignant pendant 35 ans, jusqu'à sa retraite en 1902. Ses élèves comprenaient Edvard Grieg, Basil Harwood, Elisabeth Wintzer, Charles Villiers Stanford, Christian Sinding, Leoš Janáček, Constanta Erbiceanu, Isaac Albéniz, August Max Fiedler, Walter Niemann, Johan Svendsen, Richard Franck, Felix Weingartner, Max Bruch, Mikalojus Konstantinas Čiurlionis, Ernest Hutcheson, Felix Fox, August Winding et bien d'autres.

Après sa retraite du conservatoire, Reinecke a consacré son temps à la composition, résultant en près de trois cents ouvrages publiés. Il a écrit plusieurs opéras (dont aucun n'est joué aujourd'hui) dont König Manfred. Pendant ce temps, il a fréquemment fait des tournées de concerts en Angleterre et ailleurs. Son jeu de piano appartenait à une école où la grâce et la propreté étaient caractéristiques, et à une époque, il était probablement sans égal en tant que joueur de Mozart et accompagnateur. En 1904, à l'âge de 80 ans, il enregistre sept œuvres jouant au piano roll pour le Welte-Mignoncompagnie, faisant de lui le pianiste le plus ancien à avoir conservé son jeu dans n'importe quel format. Il en fit par la suite 14 autres pour le système de marquage visuel Autograph Metrostyle" de la société Aeolian et 20 autres pour le système de reproduction de piano roll Hupfeld DEA.
Il est décédé à 85 ans à Leipzig.

(je ne replace pas ici le catalogue des œuvres que l'on trouve au dessus).




https://www.youtube.com/watch?v=oAIcXJ7GXwE


Dernière édition par joachim le 2020-12-15, 17:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
laudec

laudec

Nombre de messages : 5668
Age : 69
Date d'inscription : 25/02/2013

Carl  Reinecke (1824-1910) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Carl Reinecke (1824-1910)   Carl  Reinecke (1824-1910) - Page 2 Empty2020-12-15, 12:48

??? Carl  Reinecke (1824-1910) - Page 2 239662 Reinecke ou Goetz ?
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 26317
Age : 46
Date d'inscription : 10/08/2006

Carl  Reinecke (1824-1910) - Page 2 Empty
MessageSujet: 11111   Carl  Reinecke (1824-1910) - Page 2 Empty2020-12-15, 12:52

laudec a écrit:
???  Carl  Reinecke (1824-1910) - Page 2 239662  Reinecke ou Goetz ?

Chuut! Joachim a alzheimer mais...il ne s'en souvient pas! Hehe En même temps, c'était parti d'une bonne intention Wink

On va discrètement déplacer le post dans le bon topic Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22489
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

Carl  Reinecke (1824-1910) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Carl Reinecke (1824-1910)   Carl  Reinecke (1824-1910) - Page 2 Empty2020-12-15, 17:54

Seigneur, ça devient grave Embarassed

Voilà ce que c'est que d'écouter du Goetz et de faire une biographie de Reinecke en même temps...

je n'ai pas rectifié mon appréciation de Goetz, sinon l'observation de Laudec n'aurait plus de sens

Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15397
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Carl  Reinecke (1824-1910) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Carl Reinecke (1824-1910)   Carl  Reinecke (1824-1910) - Page 2 Empty2020-12-15, 18:42

Curieuse illustration avec ses p'tits mon-monstres Laughing que je trouve en décalage avec la symphonie n°2 de Reinecke sur laquelle je suis entrain de jeter une oreille et qui, je dois dire, ne me passionne pas des masses. Rien d'exaltant.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15397
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Carl  Reinecke (1824-1910) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Carl Reinecke (1824-1910)   Carl  Reinecke (1824-1910) - Page 2 Empty2021-05-22, 08:37

Carl Reinecke:

___Par le "Linos-Ensemble"___
--Konstanze Eickhorst: piano
--Winfried Rademacher: violon
--Sidsel Garn Nielsen: violon
--Mathias Buchholz: alto
--Mario Blaumer: violoncelle

Ma première entrée dans l'univers musical de ce compositeur allemand du XIXème siècle que je connaissais tout juste de nom, Carl Reinecke, se sera faite par le biais de sa musique de chambre, tout comme pour Hindemith et Janacek et d'autres compositeurs encore, Hans Pfitzner, par exemple que j'aurai découvert dans la même période. Reinecke et Pfitzner - celui-là fait un peu vaccin anti-covid Hehe - sont définitivement liés dans mon esprit. Voici donc les trois opus de Reinecke que j'ai réécouté hier-soir:
__Quartette pour piano et trio à cordes, opus 34 en Mi Bémol majeur, en quatre mouvements,
__Quartette pour piano et trio à cordes, opus 272 en Do majeur, en quatre mouvements,
__Quintette pour piano et quatuor à cordes, opus 83 en La majeur, en quatre mouvements.

Je me rappelle d'une première impression un peu mitigée mais plutôt positive dans son ensemble. Voilà ce que j'avais écrit dans le topic "Piano & Cordes":

En général, je suis toujours très enthousiaste lorsque je découvre un nouveau compositeur, peu soucieux par ailleurs de sa "place" dans l'histoire de la musique et de ses contemporains, même si parfois cet enthousiasme peut s'effilocher au fil de l'écoute. Je ne serai plus mélomane si jamais cet enthousiasme de la découverte venait à disparaître. Comme j'ai suivi la chronologie du disque, ce qui n'est pas toujours mon habitude, j'ai donc commencé par l'Opus 34. L'entrée fut un peu tiède avec le premier mouvement. Par rapport aux Trios de Hans Pfitzner qui m'avaient saisi dès les premières mesures, là j'attendais un peu impatiemment le moment musical qui allait me faire vibrer. Ce premier mouvement m'apparut de la trempe de ces morceaux classiques certes rigoureusement construits mais un peu trop baratins à mon goût, une broderie classique qui s'exécute avec dextérité mais qui ne produit rien en moi, jusqu'ici des déconvenues qui m'arrivent de toute façon aussi chez Mozart et Beethoven, dans certains de leurs mouvements. Donc, je ne suis pas plus inquiet que cela, le début est tiède mais la température peut évoluer très vite. Effectivement! L'"Andante" qui suit s'articule autour d'un thème mélodique et dans une manière qui m'enchantent. C'est déjà un premier beau moment musical qui s'est déplié pendant plus de sept minutes: je sais déjà que j'y reviendrai rien que pour le plaisir de le réécouter. Les deux derniers mouvements ne me laissent pas indifférent non plus , même si j'en ressors moins séduit. Ils m'accrochent en tout cas mieux que l'"Allegro molto e con brio" qui démarre le Quartette. (extrait)

Carl  Reinecke (1824-1910) - Page 2 22766

Je me souviens avoir été davantage captivé par les deux Trios avec piano de Hans Pfitzner, les avais trouvés plus viscéraux, en tout cas plus émouvants. Les impressions, du moins chez moi - je ne peux évoquer les expériences d'autrui, seulement les miennes - ne sont presque jamais figées dans le marbre, toujours en continuelle évolution à partir du moment où il y a une accroche, et c'est le cas avec la musique de chambre de Carl Reinecke et plus précisément avec les trois opus que j'évoque ici. J'ai mieux apprécié lors de cette seconde écoute même si certains passages ou plutôt mouvements ne me toucheront jamais plus que ça. Ce sont les mouvements lents qui me touchent le plus et me touchent vraiment, je les aime beaucoup. L'art de la réécoute, c'est que l'on s'imprègne mieux de la poétique d'une oeuvre, et avec Reinecke, ça été assez positif. Il en résulte un album que j'aime bien, suffisamment pour y revenir de temps en temps, même s"il ne fera pas partie de mes albums de chevet en matière de musique de chambre. Il ne bousculera pas mon classement préférentiel. Je n'exclus cependant pas l'idée de découvrir, un jour, quelques oeuvres symphoniques du compositeur.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Carl  Reinecke (1824-1910) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Carl Reinecke (1824-1910)   Carl  Reinecke (1824-1910) - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Carl Reinecke (1824-1910)
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: