Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Antoine Reicha (Anton Rejcha)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16207
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Antoine Reicha (Anton Rejcha)   Mar 24 Mar - 12:03

Ce sont ceux opus 101 ? Je ne connais pas.

Ma dernière acquisition de Rejcha, c'est ce CD :

http://www.amazon.fr/Rejcha-Quintette-pianoforte-Quatuor-Kocian/dp/B00006C2DA/ref=sr_1_1?ie=UTF8&s=music&qid=1237892290&sr=1-1

Deux belles oeuvres inconnues. Le Trio pour la formation rare de trois violoncelles est particulièrement remarquable.
Revenir en haut Aller en bas
Jean

avatar

Nombre de messages : 6498
Age : 74
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Antoine Reicha (Anton Rejcha)   Mar 24 Mar - 18:47

oui Joachim ce sont bien les trios opus 101...Y en a t'il d'autres pour la même formation.?... Ô grand maître des catalogues des compositeurs de tout les temps

J'ai aussi le cd du quintette et trio pour 3 violoncelles...que j'avais complètement oublié Embarassed ...merci pour l'occasion de les réécouter!!
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16207
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Antoine Reicha (Anton Rejcha)   Mar 24 Mar - 20:17

Pour Reicha, je n'ai pas trouvé de catalogue complet j'en suis malade Wink En plus, les opus ne représentent que la moitié de l'oeuvre.

Pour les Trios pour piano, violon et violoncelle, il y en aurait 12, mais je n'ai trouvé que : 1 opus 47, 1 opus 48 et 6 opus 101 (ces derniers en mi bémol majeur, ré mineur, ut majeur, fa majeur, ré majeur et la mineur). Ce sont les 6 que tu as d'enregistrés ?
Revenir en haut Aller en bas
Jean

avatar

Nombre de messages : 6498
Age : 74
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Antoine Reicha (Anton Rejcha)   Mar 24 Mar - 22:04

Non je n'ai que les 1 2 et 3 ...(un cd de 79'55") et comme c'est un label tchèque (inconnu de moi: GZ?) sans traduction française , je n'ai pas d'indication!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Antoine Reicha (Anton Rejcha)   Lun 30 Mar - 17:55

J'aime beaucoup Reicha . Ce que je préfère chez lui , ce sont : les fugues pour piano qui sont
vraiment originales ( même Beethoven les trouvaient bizzarres )

Sa musique de chambre avec cordes ( les trios avec pianos que vous évoquez , mais aussi ses
quintettes à cordes . Il n'y a hélas pas d'enregistrement de ses quatuors à cordes )

Dans sa musique d'orchestre ses ouvertures semblent plus originales que ses symphonies...son
ouverture en Re de 1820 est époustouflante . J'ai un concerto pour piano en Mib vraiment
interessant .

Ses variations OP 57 sont d'une rare profondeur pour ce genre à cette époque.

Ses cantates ,requiem ,Te deum ....font partie des oeuvres chorales que j'écoute le plus souvent.

Par contre j'accroche pas avec ses fameux quintettes à vent ....pourtant nombreux sont ceux qui
en font ses chefs d'oeuvres ......qu'est ce que vous en pensez???
Revenir en haut Aller en bas
Stadler
Admin
avatar

Nombre de messages : 4195
Age : 47
Date d'inscription : 09/11/2006

MessageSujet: Re: Antoine Reicha (Anton Rejcha)   Lun 30 Mar - 21:52

feleo a écrit:
Par contre j'accroche pas avec ses fameux quintettes à vent ....pourtant nombreux sont ceux qui
en font ses chefs d'oeuvres ......qu'est ce que vous en pensez???

Pour moi, ce sont des chefs d'oeuvre. Je les écoute régulièrement I love you I love you I love you I love you I love you
Revenir en haut Aller en bas
http://clarinette-classique.forumactif.fr/index.htm
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16207
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Antoine Reicha (Anton Rejcha)   Mar 31 Mar - 20:27

J'aime assez, mais je n'écouterais pas les 25 quintettes à la suite Wink même interprétés majistralement par les Albert Schweitzer.

En fait, pour la musique pour vents, je préfère les Mozart, Haydn, Salieri, Hoffmeister...
Revenir en haut Aller en bas
Jean

avatar

Nombre de messages : 6498
Age : 74
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Antoine Reicha (Anton Rejcha)   Mar 31 Mar - 21:29

feleo a écrit:

Par contre j'accroche pas avec ses fameux quintettes à vent ....pourtant nombreux sont ceux qui
en font ses chefs d'oeuvres ......qu'est ce que vous en pensez???

Embarassed moi idem!...mais en fait à part les grands Mozart (grande partita et quelques sérénades dont la ref exactes m'échappe)...je ne raffole pas en général des ensembles uniquement instruments à vent...il doit y avoir trop d'air en mouvement Laughing : je déteste la bise, le mistral, etc... Hehe
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Antoine Reicha (Anton Rejcha)   Jeu 2 Avr - 11:55

Je crois que je suis un peu comme Jean Embarassed Embarassed Embarassed Embarassed Embarassed
Je sens confusément que ces quintettes sont très beaux ,mais je ne suis pas un gros amateur
des cuivres et bois seuls sans accompagnement de cordes et/ou piano ,mais par contre j'aime bien
un quatuor ou un concerto pour clarinette qui reste le seul instrument à vent que j'écoute volontier.

Ceci étant dit ,je suis content que Stadler les apprécie , car j'ai de l'affection pour Reicha qui fait
partie de mon top 50 ,pas loin derriere Hummel , Dussek , Clementi .....
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Antoine Reicha (Anton Rejcha)   Jeu 2 Avr - 20:07

Il est du point de vue compositeur beaucoup plus difficile de faire "sonner" une oeuvre pour vent (ou avec vent soliste) qu'une oeuvre pour cordes.
C'est la marque des grands compositeur d'utiliser en soliste comme en accompagnement des vents. Reicha en fait partie comme la plupart de ses contemporains.
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16207
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Antoine Reicha (Anton Rejcha)   Jeu 30 Déc - 11:34

Catalogue des oeuvres :


Il est difficile de présenter une liste cohérente des œuvres de Reicha, car les numéros d'opus qui leur sont attribués au moment de la publication sont en désordre, certains morceaux ont été supposés perdus et plusieurs ouvrages ont été publiés plusieurs fois, parfois dans le cadre de collections plus importantes. Son œuvre survivante couvre une vaste gamme de genres et de formes, de l'opéra aux fugues pour piano. Il est surtout connu aujourd'hui pour ses 25 quintettes à vent, composés à Paris entre 1811 et 1820, qui ont été jouées, peu après, partout en Europe. Reicha affirme dans ses mémoires que ses quintettes à vent remplissent un vide: "A cette époque, il y avait une pénurie non seulement de bonne musique classique, mais de toute bonne musique pour les instruments à vent, simplement parce que les compositeurs savaient peu de choses de leur technique". En effet, les expériences de Reicha comme flûtiste doivent avoir contribué à la création de ces pièces, dans lequel il a systématiquement exploré les possibilités de l'ensemble du vent et a inventé une forme sonate étendue à variantes qui pouvait accueillir jusqu'à cinq thèmes principaux.

Musicalement, les quintettes à vent représentent une tendance plus conservatrice dans l'œuvre de Reicha par rapport à ses travaux antérieurs, à savoir les compositions de la période viennoise. Dans les quintettes, Reicha voulait, comme il le décrit dans sa préface, étendre les limites techniques des cinq instruments à vent encore en évolution (cor à main, flûte et clarinette "non rationalisées", doubles anches avec moins de touches) et les ambitions de l'amateur joueur de vents en créant le noyau d'un corpus de travail important comme celui disponible pour les joueurs de cordes (et consciemment plus grave que les Harmoniemusik du siècle précédent). Ses écrits combinent l'affichage virtuose (souvent encore très difficile aujourd'hui, mais idiomatique pour chaque instrument), des éléments populaires (de l'opéra comique que ses solistes ont joué, ou de son héritage folklorique de Bohême, des souvenirs militaires de sa vie - marches, thèmes de "promenade" et, dans les deux derniers quintettes, fanfares), et ses intérêts plus universitaires tout au long de la vie sous forme de variation et contrepoint. Quatre des quintettes ont des Trios en forme de Passacaglia, le thème récurrent étant cependant sur différents instruments dans chaque cas afin de ne pas se trouver nécessairement à la basse. Berlioz dit que les quintettes "jouissent d' une certaine vogue à Paris, et pour un certain nombre d'années. Ce sont des pièces intéressantes, mais un peu froides", tandis que Louis Spohr, qui était en visite à Paris en 1820 et a réservé son jugement jusqu'à ce qu'il en aitt entendu plusieurs interprétés, les a évaluées dans une lettre à sa maison (qui les a inclus dans son autobiographie) comme ayant trop d'idées liées négligemment ou pas du tout, mais excellant dans les menuets où cette charge ne s'applique pas. Spohr a été généralement impressionné par la virtuosité des solistes à vent et était très satisfait de leur performance de son propre quintette à vent et piano (op 52).

Cette géniale tethnique prévaut également dans des compositions qui illustrent le traité théorique de Reicha "Practische Beispiele" (exemples pratiques) de 1803, où des techniques telles que bitonalité et polyrythmie sont explorées dans des conditions extrêmement difficiles pour la lecture à vue des exercices. Le cycle 36 Fugues pour piano, publié en 1803, a été conçu comme une illustration du "neue Fugensystem" de Reicha, un nouveau système pour la composition de fugues. Reicha a proposé que les deuxièmes entrées des sujets de fugue dans les tonalités majeures pourraient avoir lieu dans les clés autres que la norme dominante, d'élargir les possibilités de modulations et de saper la stabilité tonale de la fugue. Les fugues de la collection non seulement illustrent ce point, mais emploient également une variété de trucs techniques extrêmement compliqués telles que polyrythmie (N° 30), combiné (n° 24, 28), asymétrique (N ° 20) et simplement rare en temps (le no. 10 est en 12/4, le no. 12 à 2/8), dont certains sont issus de la musique folklorique, une approche qui prévoit directement des compositeurs ultérieurs tels que Béla Bartók. Lz n ° 13 est une fugue modale jouée sur les touches blanches uniquement. Six fugues emploient deux sujets, l'une a trois et le n° 15 à six sujets développés simultanément. Dans plusieurs des fugues, Reicha a établi un lien avec l'ancienne tradition en utilisant des sujets de Haydn (N ° 3), Bach(N ° 5), Mozart ( N ° 7), Scarlatti (N ° 9), Frescobaldi (N° 14) et Haendel (n° 15). Beaucoup de réalisations techniques sont uniques à la littérature de la fugue.

L' op. 97, "Études dans le genre fugué", publié à Paris par 1817, est avancé de même. Chaque composition est précédée des commentaires de Reicha pour les jeunes compositeurs. Trente des 34 études incluses sont des fugues, et chaque étude est précédée d'un prélude basé sur un problème technique ou de composition particulier. Encore une fois un nombre exceptionnellement élevé de formes et de textures est utilisé, y compris, par exemple, la forme de variation avec une large utilisation du contrepoint renversé (no. 3), ou un Andante en ut mineur basé sur la célèbre Folia en progression harmonique. Le cycle massif de variations, "L'art de varier ", utilise le même principe pédagogique et comprend les variations de la forme de fugues à quatre voix, musique à variations programmées, toccata -comme variations en croisement de mains, etc., préfigurant dans de nombreux aspects non seulement les Variations Diabelli de Beethoven, mais également des oeuvres de Schubert, Wagner et Debussy.

Beaucoup de quatuors à cordes de Reicha sont de même avancés, et anticipent également de nombreux développements ultérieurs. Les huit quatuors à cordes de Vienne (1801-5) sont parmi ses œuvres les plus importantes. Bien que largement ignorés depuis la mort de Reicha, ils étaient très influent durant sa vie et ont laissé leur marque sur les quatuors de Beethoven et de Schubert, autant que le Clavecin bien tempéré, ignoré par le public, mais bien connu de Beethoven et Chopin. Reicha a également écrit pour divers types d'ensembles autres que quintettes à vent et quatuors à cordes, y compris des sonates pour violon et piano, trios, trios de cors, quatuors de flûtes, divers travaux d'instruments vent ou à cordes solistes accompagnés par les cordes, et oeuvres pour la voix. Il a également écrit dans des genres de plus grande échelle, y compris au moins huit symphonies connues, sept opéras et œuvres chorales telles qu'un Requiem.

Une grande partie de la musique de Reicha est restée inédite et / ou non interprétée pendant sa vie, et presque tout est tombé dans l'obscurité après sa mort. Cela s'explique en partie par les propres décisions de Reicha dont il a parlé dans son autobiographie: "Beaucoup de mes œuvres n'ont jamais été entendues à cause de mon aversion à chercher des représentations [...] J'ai compté le temps passé dans de tels efforts comme perdu et préféré demeurer à mon bureau. Il a aussi souvent préconisé des idées, telles que l'utilisation des quarts de tons, qui étaient trop en avance sur son temps pour être compris par ses contemporains.


1° Par opus (Ne reprend pas même la moitié du corpus de Reicha)

Opus 1: Six Duos for violin and cello (c. 1796–8) (possibly by Josef Reicha)
Number also used for a concertante for two violins, also a work possibly composed by Josef Reicha
Opus 3: Three Duos for violin and cello (c. 1795)
Opus 4: Three Duos for violin and cello (G major, D major, D major) (c. 1798) (possibly by Josef Reicha)
Opus 12: Sinfonica for four flutes in D major (published by Hoffmeister in Leipzig)
Opus 18: Harmonique imitée or three Adagios for four flutes
Opus 19: Sonata for four flutes
Opus 20: Variations for two flutes
Opus 21: Three Romances for two flutes (E minor, G major, D major)
Opus 22: 12 Little Duos for two flutes
Opus 23: Différentes pièces for piano (c. 1796–8)
Opus 24: Overture (Prehedra) for strings, wind instruments and timpani in C major (c. 1795)
Opus 25: Eight Duos for two flutes
Opus 26: Trio for three flutes
Opus 27: Quartet for four flutes
Opus 30: Etudes ou Exercices for piano[10], these include exercises 2, 9, 23 and 24 from Practische Beispiele
Opus 31: Etude de transitions and 2 fantasies for piano (Paris, 1802)
Opus 32: Fugue on a theme by Domenico Scarlatti, for piano (Paris, 1802)
Opus 34: Overture in E major/minor (after 1813)
Opus 36: 36 Fugues for piano (Vienna, 1803) = includes Op. 32 as Fugue No. 9, a Fantasia from Op. 31, Etude No. 9 from Op. 30, exercises 10 and 22 from Practische Beispiele and "12 Fugues" of 1799 (no opus number). The opus number is sometimes not assigned to this work.
Opus 40: Sonata for piano in E major (Leipzig, 1803)
Opus 41: Symphony à grand orchestre in E-flat major ("First Symphony") (Leipzig, 1803)
Opus 42: Symphony à grand orchestre in E-flat major (Leipzig, 1803)
Opus 43: Sonata for piano in E flat major (Leipzig, 1804)
Opus 44: Sonata for piano and violin in C major (Leipzig, 1804)
Opus 45: Three Duos for two violins (A major, D major, B-flat major) (Leipzig, 1804)
Opus 46: Three Sonatas for piano (G major, B-flat major, E major) (Leipzig, 1804)
Opus 47: Sonata for piano, violin and cello in C major (Leipzig, 1804)
Opus 48: Three String Quartets (C major, G major, E-flat major) (Leipzig, 1804)
Opus 49: Three String Quartets (C minor, D major, B-flat major) (Leipzig, c. 1804–5)
Opus 51: Eighteen Variations and a Fantasy on a theme by Mozart for flute, violin and cello (Leipzig, 1804)
Opus 52: String Quartet in C major (published by Breitkopf und Härtel in Leipzig, c. 1804–5, republished 2006 by Merton Music)
Opus 53: Grand Duo for two violins in C major (Leipzig, c. 1804–5)
Opus 54: Sonata for flute and piano in G major (Leipzig, 1804-5)
Opus 55: Two Sonatas for violin and piano (B-flat major, E-flat major) (Leipzig, 1804-5)
Opus 56: Urians Reise um die Welt, for two voices in unison and piano
Opus 57: L'art de varier for piano
Opus 58: String Quartet in A major (republished 2006 by Merton Music)
Opus 59: Two Fantasies for piano (C major, F major)
Opus 61: Fantasy for piano in C minor, exercise 13 from Practische Beispiele
Opus 62: Sonata in A major for violin and piano (Leipzig, 1808)[4][5]
Opus 81: Six Fugues for piano (published by Pleyel in Paris, 1810)
Opus 82: Twenty-Four Trios for three horns/two horns and bassoon (before 1815)
Opus 83: Variations for piano (Paris, before 1815)
Opus 84: Twelve Duos for violin and cello (Paris, c. 1814)
Opus 85: Variations on Charmante Gabrielle for piano (Paris, before 1815)
Opus 86: La victoire (Allegro brillant) for piano (Paris, before 1815)
Opus 87: Variations on a theme by Gluck for piano
Opus 88: Six Wind Quintets (E minor, E-flat major, G major, D minor, B-flat major, F major) (Paris, 1817)
Opus 89: Quintet for clarinet and string quartet in B-flat major (Paris, c. 1820)
Opus 90: Six String Quartets (E-flat major, G major, C major, E minor, F major and D major) (Paris, 1819)
Opus 91: Six Wind Quintets (C major, A minor, D major, G minor, A major, C minor) (Paris, c. 1817-19)
Opus 92: Three String Quintets (for string quartet and viola) (F major, D major, E-flat major) (published in Vienna by Pacini, 1820)
Opus 93: Twelve Trios for two horns and bassoon or cello (Paris, c. 1820)
Opus 94: Three String Quartets (Paris, 1824)
Opus 95: Three String Quartets (Paris, 1824)
Opus 96: Octet for two violins, viola, cello, oboe or flute, clarinet, horn and bassoon in E-flat major (Paris, 1820)
Opus 97: Etudes dans le genre fugué for piano (La fugue et le contrepoint, 34 études de fugues et contrepoint) (c. 1815-17)
Opus 98: Six Quartets for flute, violin, viola and cello (Paris, before 1815)
Opus 99: Six Wind Quintets (C major, F minor, F major, D major, B minor, G major) (Paris, 1819)
Opus 100: Six Wind Quintets (F major, D minor, E-flat major, E minor, A minor, B-flat major) (Paris, 1820)
Opus 101: Six Trios Concertants for piano, violin and cello (E-flat major, D minor, C major, F major, D major, A major) (Paris, 1824)
Opus 102: Etudes de piano ou 57 variations sur un theme, suivies d’un rondeau, variations on a theme by Grétry and a rondeau for piano (Paris, c. 1820)
Opus 103: Grand duo concertant, duo for flute and piano in D major (Paris, 1824)
Opus 104: Grand quatuor concertant, quartet for piano, violin or flute, bassoon or cello, and cello in E-flat major (Paris, 1824)
Opus 105: Quintet for flute and string quartet in A major (published by Breitkopf und Härtel, Paris, 1829)
Opus 106: Quintet for horn and string quartet in E major (published by Breitkopf und Härtel, Paris, 1829)
Opus 107: Quintet for oboe or clarinet and string quartet in F major (Paris, 1829)


2° Par genre Catalogue complet, opus et sans opus


À l' heure actuelle, il existe pas de catalogue définitif des œuvres du compositeur et sa musique, pour la plupart, est encore à étudier par les chercheurs. Deux principales listes de travail existent: l' une par Olga Šotolová dans son livre Antonín Rejcha: A Biography and Thematic Catalogue et un autre par Peter Eliot Stone dans son article pour le Grove Dictionary of Music and Musicians. La liste précédente contient un certain nombre d'erreurs; celles-ci ont été corrigées par Stone dans sa liste.


Orchestre

Symphonies

Symphonie à grand orchestre ( "Première symphonie") en mi bémol majeur, op. 41 (Leipzig, 1803)
Symphonie à grand orchestre en mi bémol majeur, op. 42 (Leipzig, 1803)
Symphonie n° 1 en sol majeur (terminé vers 1808)
Symphonie n° 2 (achevée vers 1808)
Symphonie n° 3 en fa majeur (terminé vers 1808)
Symphonie ("Grande symphonie n° 2") (achevée vers 1808)
Symphonie en ré majeur ("Sinfonie à grand orchestre") (complété vers 1809)
Symphonie à grand orchestre n° 1 (1809)
Symphonie à grand orchestre n° 2 (1811)
Symphony à petit orchestre n° 1
Symphonie en mi majeur
Symphonie en fa mineur


Concertos

Concerto pour piano n° 1 en mi bémol majeur (1804)
Concerto pour violon en mi majeur
Concerto pour violoncelle dédié à Jacques-Michel Hurel de Lamare (1803/1823)
Concerto pour violoncelle en ré majeur (effectué avant 1789 ou entre 1812 et 1814) (éventuellement par Josef Reicha)
Concerto pour violoncelle en si majeur (peut-être par Josef Reicha)
Grand Concerto en sol mineur pour clarinette et orchestre (vers 1815)


Ouvertures

Ouverture en do majeur, op. 24 (vers 1795)
Ouverture d'un concert ou d'une académie de la musique en ré majeur (c. 1803-1823)
Overture en l'honneur de l'Impératrice Marie Thérèse (c. 1805) (douteux)
Ouverture en ut majeur (avant 1810), à l' origine pour Cagliostro (voir les œuvres théâtrales)
Ouverture en ut majeur (avant 1822), à l' origine pour Sapho (voir les œuvres théâtrales)
Ouverture en mi majeur / mineur, op. 34 (après 1813)
Ouverture en ré majeur (vers 1823)
Ouverture (Symphonie) en ut majeur (avant 1824)
Ouverture en ré majeur (vers 1824)
Ouverture en mi bémol majeur (vers 1824)
Ouverture en mi bémol majeur (vers 1824)
Ouverture en ut majeur (vers 1825)


Divers autres travaux pour orchestre

Grand solo pour harmonica de verre et orchestre (1806)
Concertante pour deux violons et orchestre (vers 1807)
Musique pour célébrer la mémoire des grands hommes, qui sont illustrés au service de la Nation française, pour orchestre militaire (c. 1809-1815)
Scène pour cor anglais et orchestre (1811)
Introduction et Rondo pour cor et orchestre (1820)
Deux solos pour cor [et orchestre] (1823)
Befiehl du deine Wege pour cordes (?)
Andante Varié pour flûte et orchestre
Grand duo concertant pour piano, violon et orchestre
Concertante pour flûte, violon et orchestre en sol majeur
Concertante pour deux violons et orchestre, op. 1 (éventuellement de Josef Reicha)
Mesdemoiselles, voulez-vous danser? , Air pour orchestre
Rondo del Sigre A. Reicha pour petit orchestre
Variations sur un thème de Dittersdorf pour clarinette et orchestre


Musique de chambre

Travaux pour instruments à vent

Quatuor pour quatre flûtes en ré majeur, op. 12
Harmonique imitée ou trois Adagios pour quatre flûtes, Op. 18
Sonate pour quatre flûtes, op. 19
Variations pour deux flûtes, op. 20
Trois Romances pour deux flûtes (mi mineur, sol majeur, ré majeur), Op. 21
12 Petits Duos pour deux flûtes, op. 22
Huit Duos pour deux flûtes, op. 25
Trio pour trois flûtes, op. 26
Quatuor pour quatre flûtes, op. 27
Sonate pour quatre flûtes (éventuellement Op. 19) (vers 1797)
Vingt Quatre Trios pour trois cors ou deux cors et basson, op. 82 (avant 1815)
Concertante pour flûte, hautbois, clarinette, basson et cor (1817, 1819)
Andante arioso, Andante et Adagio (mi bémol majeur, fa majeur et ré mineur respectivement) pour cor anglais, flûte, clarinette, basson et cor (1817-19)
Six Quintettes à vent (mi mineur, mi bémol majeur, sol majeur, ré mineur, si bémol majeur, fa majeur), Op. 88 (Paris, 1817)
Six quintettes à vent (ut majeur, la mineur, ré majeur, sol mineur, la majeur, ut mineur), Op. 91 (Paris, vers 1817-19)
Six quintettes à vent (ut majeur, fa mineur, fa majeur, ré majeur, si mineur, sol majeur), op. 99 (Paris, 1819)
Six quintettes à vent (fa majeur, ré mineur, mi bémol majeur, mi mineur, la mineur, si bémol majeur), op. 100 (Paris, 1820)
Quatre mouvements pour quintette à vent [Quintette à vent n° 25] en fa mineur (avant 1826, éventuellement 1811)


Travaux pour les cordes

Six Duos pour violon et violoncelle, op. 1 (c. 1796) (éventuellement de Josef Reicha )
Trois Duos pour violon et violoncelle, op. 3 (c. 1796-8) (éventuellement de Josef Reicha )
Quatre Duos pour violon et violoncelle (sol majeur, ré majeur, ré major), Op. 4 (c. 1798) (éventuellement de Josef Reicha )
Six quatuors à cordes (mi bémol majeur, sol majeur, ut majeur, mi mineur, fa majeur et ré majeur), op. 90 (Paris, 1819)
Trois quatuors à cordes, op. 94 (Paris, 1824)
Trois quatuors à cordes, op. 95 (Paris, 1824)
Trois Duos pour deux violons (la majeur, ré majeur, si bémol majeur), Op. 45 (Leipzig, 1804)
Trois quatuors à cordes (ut majeur, sol majeur, mi bémol majeur), op. 48 (Leipzig, 1804)
Trois quatuors à cordes (ut mineur, ré majeur, si bémol majeur), Op. 49 (Leipzig, vers 1804-5)
Quatuor à cordes en ut majeur, op. 52 (Leipzig, vers 1804-5)
Grand Duo pour deux violons en do majeur, Op. 53 (Leipzig, vers 1804-5)
Quatuor à cordes en ré majeur, op. 58 (Leipzig, vers 1804-5)
Variations sur un thème russe pour violoncelle et quatuor à cordes (1805)
Six quintets; 1-2 pour violoncelle et quatuor à cordes, 3-6 pour violon et quatuor à cordes (vers 1805-7)
Trois quintettes à cordes (pour quatuor à cordes et alto) (fa majeur, ré majeur, mi bémol majeur), Op. 92 (Vienne, 1820)
La pantomime, fantasia pour quatuor à cordes (1806)
Quatuor à cordes "Quatuor scientifique", (c 1806.) - Contient les fugues n°3, 4 et 7 de Op. 36
Quintette pour violoncelle et quatuor à cordes en mi majeur (1807)
Trio pour trois violoncelles en mi bémol majeur (1807)
Trio pour violon, alto et violoncelle en fa majeur
Douze Duos pour violon et violoncelle, op. 84 (Paris, vers 1814)
Ouverture Générale pour les séances des quatuors pour quatuor à cordes (1816)
Harmonie rétrograde à 4 et Marche funèbre pour quatuor à cordes (avant 1824)
Quatre Fugues et Variations pour quatuor à cordes (?) (Avant 1826)
Fugue à 2 Sujets en contrepoint à la 12ième pour quatuor à cordes en la mineur / ut majeur (avant 1826)
Canon pour violon, alto et violoncelle (1833)
Armonia al revescio pour quatuor à cordes (?) (1834)
Six Duos pour deux violons (éventuellement Op. 1)
Cinq/six Trios à cordes


Travaux pour vents et cordes

Dix-huit Variations et une Fantaisie sur un thème de Mozart (Se viol ballare) pour flûte, violon et violoncelle en sol majeur, Op. 51 (Leipzig, 1804)
Quintette pour clarinette et quatuor à cordes en si bémol majeur, op. 89 (Paris, vers 1820)
Douze Trios pour deux cors et basson ou violoncelle, op. 93 (Paris, vers 1820)
Six Quatuors pour flûte, violon, alto et violoncelle, op. 98 (Paris, avant 1815)
Grand Trio pour flûte, violon et violoncelle en sol majeur (Vienne, avant 1815)
Octuor pour deux violons, alto, violoncelle, hautbois ou flûte, clarinette, cor et basson en mi bémol majeur, op. 96 (Paris, 1820)
Quintette pour hautbois ou clarinette et quatuor à cordes en fa majeur, op. 107 (Paris, 1829)
Quintette pour flûte et quatuor à cordes en la majeur, op. 105 (Paris, 1829)
Quintette pour cor et quatuor à cordes en mi majeur, op. 106 (Paris, 1829)
Grande symphonie de salon pour hautbois, clarinette, basson, cor, quatuor à cordes et contrebasse (c. 1825)
Quintette pour basson et quatuor à cordes en si bémol majeur (1826)
Grande symphonie de salon n° 1 pour flûte, hautbois, clarinette, basson, cor, quatuor à cordes et contrebasse (c. 1827)
Grande symphonie de salon n° 2 pour flûte, hautbois, clarinette, basson, cor, quatuor à cordes et contrebasse (c. 1827)
Diecetto pour flûte, hautbois, clarinette, basson, cor, quatuor à cordes et contrebasse en la majeur (c. 1827-8) (peut-être l'une des Grandes symphonies de salon)
Quintette [No. 4] pour flûte, clarinette, basson, klaxon et alto en mi bémol majeur
Deux quatuors pour flûte, violon, alto et violoncelle (possiblement de l'Op. 98)
Variations pour basson et quatuor à cordes en sol majeur
Octuor pour hautbois, clarinette, basson, cor, quatuor à cordes et contrebasse ad lib
Grand - concertant duo pour clarinette en si bémol, clarinette en A et quatuor à cordes (castejon-music-éditions)
Double Quartet pour flûte, hautbois, clarinette, basson et quatuor à cordes (non réalisé polytonal travail)


Musique de chambre avec piano

Rondeau pour violon et piano (vers 1800)
Sonate pour piano, violon et violoncelle en ré majeur, op. 47 (Leipzig, 1804).
Sonate pour piano et violon en ut majeur, op. 44 (Leipzig, 1804)
Sonate pour flûte et piano en sol majeur, op. 54 (Leipzig, 1804-5)
Deux Sonates pour violon et piano (si bémol majeur, mi bémol majeur), Op. 55 (Leipzig, 1804-5)
Sonate en la majeur pour violon et piano, op. 62 (Leipzig, 1808)
Quintette pour 2 violons, alto, violon / violoncelle (?) et harmonica en verre (vers 1806)
Duo pour basson et piano en si bémol majeur (vers 1810-15)
Solo pour cor et piano en mi mineur (vers 1810-15)
Grand Duo concertant, duo pour flûte et piano en ré majeur, Op. 103 (Paris, 1824)
Grand Quatuor concertant, quatuor pour piano, violon ou flûte, basson ou violoncelle, et violoncelle en mi bémol majeur, op. 104 (Paris, 1824)
Six Trios Concertants pour piano, violon et violoncelle (mi bémol majeur, ré mineur, ut majeur, fa majeur, ré majeur, la major), Op. 101 (Paris, 1824)
Grand Trio [No. 6] pour violon, violoncelle et piano (1824)
Grand duo concertant pour violon et piano en la majeur (1826)
Quintette pour piano et cordes en ut mineur (1826)
Douze Sonates pour violon et piano
Adagio d'un concerto pour violon, arrangé pour violon et piano
Trio pour violon, violoncelle et piano


Œuvres pour piano solo

Différentes pièces, Op. 23 (vers 1796-8)
Rondos et une Fantasia (vers 1796-8)
Douze Fugues (Paris, 1800-01)
Etudes ou Exercices, Op. 30 (Paris, c. 1800-01) (comprend des exercices 2, 9, 23 et 24 de Practische Beispiele)
Etude de transitions et 2 fantaisies, Op. 31 (Paris, 1802)
Fugue sur un thème de Domenico Scarlatti, Op. 32 (Paris, 1802)
36 Fugues (Vienne, 1803) (y compris Op. 32, comme Fugue No. 9, une Fantasia de Op. 31, Etude n° 9 Op. 30, Exercices 10 et 22 de Practische Beispiele et "12 Fugues" de 1799 (sans opus) L'opus 36 est parfois assigné à ce travail.)
Sonate en mi majeur, op. 40 (Leipzig, 1803)
L'art de varier, Op. 57 (Leipzig, vers 1803-4)
Sonate en mi bémol majeur, op. 43 (Leipzig, 1804)
Trois Sonates (sol majeur, si bémol majeur, mi major), Op. 46 (Leipzig, 1804)
Sonate en mi bémol majeur (vers 1804-5)
Deux Fantaisies (ut majeur, fa majeur), Op. 59 (Leipzig, 1805)
Fantaisie en ut mineur, l'exercice 13 de Practische Beispiele, Op. 61 (Leipzig, 1807)
Six Fugues, op. 81 (Paris, 1810)
Variations, op. 83 (Paris, avant 1815)
Variations sur Charmante Gabrielle, Op. 85 (Paris, avant 1815)
La Victoire (Allegro brillant), op. 86 (Paris, avant 1815)
Variations sur un thème de Gluck, op. 87 (Paris, avant 1815)
L'Enharmonique, pièce no. 16 de Op. 97 (vers 1815)
Etudes dans le genre fugué, Op. 97 (La fugue et le contrepoint, 34 études de fugues et contrepoint) (c. 1815-1817)
Fugue analysée sous le rapport de l'harmonie, du Cours de composition musicale (avant 1818)
Etudes de Piano ou 57 variations sur un thème, suivies d'un rondeau, variations sur un thème de Grétry et un rondeau, Op. 102 (Paris, vers 1820)
Allegretto enmajeur (1822)
Harmonie rétrograde (1825)
Fugue à 3 Dans le style de moderne (avant 1826)
Une Fugue en la majeur pour orgue


En outre, on connaît un certain nombre de pièces non datées, parmi lesquelles des pièces sans titre, des mouvements de sonate et les oeuvres suivantes intitulées:

Air de ballet
Allegretto
Andante varié
Andantino
Capriccio
Fantaisie sur l'harmonie précédente, 5 fantasias
Fantaisie sur un seul accord
Fantasia sur un thème de Frescobaldi
La recherche d'esprit, arr. de 13 Fr. Ariettas du XVIe siècle
L'espiègle
Marche funèbre
Marche funèbre, de "Musique pour célébrer .." (voir Diverses oeuvres pour orchestre)
Prélude en mi bémol majeur
Trois Rondos
Sonate facile (La pastorale)
Sonate en fa majeur (Variations sur un thème de Mozart)
Six Sonates
Variations en mi bémol majeur


Opéras

Godefroid de Montfort (c. 1794-1796)
Obaldi, ou Les français en Egypte (avant 1798)
Amor, der Joujou-Spieler, singspiel (avant 1800)
Rosalia, singspiel (avant 1800)
L'ouragan (c. 1800)
Argine, regina di Granata (1802)
Cagliostro, ou La Seduction (Les Illuminés) (1808-10)
Gusman d'Alfarache (après 1809)
Bégri ou Le chanteur à Constantinople (après c. 1809)
Natalie ou La famille russe (c. 1810-12)
Olinde et Sophronie (1819)
Philoctète (1822) (seulement trois chœurs survivent)
Sapho (1822)
Gioas, re di Giuda (avant 1826) (survit incomplète)


Musique chorale avec orchestre

Lenore, Cantate (c. 1805)
Der neue Psaume, Cantate (1807)
Missa pro defunctis (Requiem) (après 1809)
Hommage à Grétry, Cantate (1814)
Choeur dialogué par les instruments à vent en mi bémol majeur (avant 1824)
Te Deum pour chœur, orgue et orchestre (1825)
Die Harmonie der Sphären ( "Horch, wie orgelt") (avant 1826)
Le peuple saint pour chœur, orgue et orchestre (avant 1826)
Fugue en ré majeur (avant 1826)
Fugue en fa majeur (avant 1826)
Double Fugue en mi mineur (avant 1826)
Cum sanctis tuis in aeternum (avant 1826)
Dona nabis pacem (avant 1826)


Musique chorale avec le clavier

Urians Reise um die Welt pour voix à l' unisson et piano, Op. 56 (Vienne, vers 1804)
Do-do, l'enfant do pour soprano soliste, chœur et piano / clavecin (après 1810)
Regina coeli pour double chœur, orgue et basso continuo (avant 1818)
Fugue pour 8 voix, orgue et basse continue en sol mineur (1822)
Fugue pour double choeur, orgue et basse continue en mi mineur (avant 1824)
Prière pour chœur et orgue (avant 1826)
Sonetto: Hymnus an den Karfunkel, pour solistes, chœur et piano


Choeurs a cappella

Das Lied lacedämonische ( "Einst fühlen wir"), fugue à quatre voix masculines (1805)
Je prends mon bien partout, canon à quatre voix (Paris, c. 1823)
Duo Dans le style de rigoureux, en duo pour choeur SATB en mi bémol majeur
Fugue pour quatre voix en fa majeur (avant 1826)
Fugue pour quatre voix en mi bémol majeur (avant 1826)
Fugue pour double chorus
Cantique pour quatre solistes et double chœur (peut-être l' Hommage à Grétry)


Musique pour voix solistes avec orchestre

Donne, donne, chi vi crede, cavatine pour soprano soliste et orchestre (c. 1786-1794)
Basta ti credo ... Quanto e fiero, recit et aria pour soliste et orchestre (c. 1800)
Der Abschied Johanna d'Arc, mélodrame pour soliste, harmonica de verre et orchestre (1806)
Aure amoche ah non spirate, scena et aria pour soprano soliste et orchestre (c. 1810)
Prélude pour ténor soliste et orchestre (avant 1826)
Voici le moment favorable pour cinq solistes et orchestre (peut-être un fragment d'un opéra)


Voix et piano

Quel est, hélas! La tourmente que j'endure!, Romance pour voix et piano (Paris, vers 1800)
Das Andenken (Matthison) pour soprano soliste et piano (c. 1801-9)
Der Brüder Graürock und die Pilgerin, Cantate (?) Pour soprano soliste et piano (c. 1801-9)
Die Sehnsucht pour voix et piano (Vienne, c. 1817, mais probablement composé c. 1809)
Hamlets Monolog ("Sein oder nicht sein") pour voix et piano (Leipzig, c. 1810)
Air pour soprano soliste ou hautbois et piano (avant 1818)
Je vais cherchant pour rencontrer un coeur pour voix et piano / clavecin (Paris, c. 1822)
Voi sole o luci belle, canon pour deux solistes et continuo (avant 1824)
Das Grab (Salis) pour voix et piano
Fra mille vari moti pour quatre solistes, contrebasse ad lib et basso continuo (Paris, c. 1827)
Circé, Cantate pour soprano soliste et piano
12 Gesänge, des chansons pour voix et piano


D' autres travaux

Scènes italiennes (1787) (mentionné dans l'autobiographie de Reicha;.. Apparemment une collection de musique vocale. Contenu inconnu, peut-être quelques-uns des morceaux survivants ont été inclus
Canons (1804)
Canon à 3 sur l'air "Charmante Gabrielle" (avant 1824)
Canon à 6 (1824)
Fugue à 3 octaves (avant 1826)
Ressources harmoniques (1835)
Canon à 4 voix
Divers esquisses, fragments; Ariettas mentionnés dans l'autobiographie, etc.


Dernière édition par joachim le Sam 3 Déc - 18:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16207
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Antoine Reicha (Anton Rejcha)   Jeu 30 Déc - 11:53

Sortie d'un nouveau CD de l'infatigable Dieter Klöcker, avec un concerto et des variations pour clarinette et orchestre, pour compléter, des oeuvres pour cor et pour basson avec orchestre





Le manuscrit du concerto - composé pour Ivan Müller - est incomplet. Il a été reconstitué par E. Buschmann. Le second mouvement, non retrouvé, est celui d'un des concertos de Müller.
Quoi qu'il en soit, ce sont des oeuvres agréables à écouter.

Pour les étrennes de Stadler Wink


Revenir en haut Aller en bas
Stadler
Admin
avatar

Nombre de messages : 4195
Age : 47
Date d'inscription : 09/11/2006

MessageSujet: Re: Antoine Reicha (Anton Rejcha)   Jeu 30 Déc - 13:01

joachim a écrit:
Pour les étrennes de Stadler Wink

I love you I love you I love you I love you I love you I love you I love you I love you I love you
I love you J'adôôre les étrennes I love you
I love you I love you I love you I love you I love you I love you I love you I love you I love you
Revenir en haut Aller en bas
http://clarinette-classique.forumactif.fr/index.htm
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16207
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Antoine Reicha (Anton Rejcha)   Ven 31 Mai - 17:15

Aujourd'hui, deux découvertes de Reicha : d'abord le CD des Trios avec piano opus 101 présenté par Jean (page précédente). J'aime en particulier les mouvements lents, qui font penser à ceux de Beethoven, ce que, curieusement, les autres mouvements ne me font pas la même impression.

Le CD avec les 12 Trios pour 2 cors et basson - ou 3 cors - opus 93. Oeuvres charmantes et variées, où l'on ne s'ennuie pas.

Revenir en haut Aller en bas
Stadler
Admin
avatar

Nombre de messages : 4195
Age : 47
Date d'inscription : 09/11/2006

MessageSujet: Re: Antoine Reicha (Anton Rejcha)   Ven 31 Mai - 18:27

Revenir en haut Aller en bas
http://clarinette-classique.forumactif.fr/index.htm
jdperdrix

avatar

Nombre de messages : 302
Age : 66
Date d'inscription : 28/02/2013

MessageSujet: Re: Antoine Reicha (Anton Rejcha)   Mer 27 Aoû - 13:46

Reicha est un très grand compositeur. J'écoute régulièrement ses quintettes à vent (superbe interprétation du quintette Albert-Schweitzer). Même s'il n'est pas le créateur du genre (il semble que les premiers quintettes aient été écrits par Cambini), il l'a porté à des sommets musicaux. C'est une musique plus difficile à écouter qu'il n'y paraît, par l'abondance des thèmes et leur imbrication. Il a par ailleurs beaucoup expérimenté (ouverture à cinq temps, polyrythmie, polytonalité dans ses fugues pour piano, notamment).
Beaucoup plus abordables sont ses quintettes pour cordes et un instrument à vent. Je recommande, par exemple, le délicieux quintette pour basson :
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16207
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Antoine Reicha (Anton Rejcha)   Mer 10 Déc - 20:07

feleo a écrit:
Il n'y a hélas pas d'enregistrement de ses quatuors à cordes )


Il y a maintenant 2 CD de quatuors à cordes : on y trouve les trois opus 48 et le premier de l'opus 49. Tous dépassent la demi-heure, donc il ne peut y en avoir que 2 par CD. Je ne sais pas si le Kreutzer Quartet envisage vraiment une intégrale, dans ce cas ils ne sont pas sortis de l'auberge : il y en a une trentaine en tout plus des Variations, fugues...



Personnellement, je ne les trouve pas extraordinaires. On est très loin des contemporains Beethoven, Schubert...
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16207
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Antoine Reicha (Anton Rejcha)   Sam 3 Déc - 18:36

Une biographie un peu plus complète

Antonín Rejcha (Antoine Reicha dans sa forme francisée) est un compositeur français d'origine tchèque, né le 25 février 1770 à Prague et mort le 28 mai 1836 à Paris.

Son père Šimon Rejcha, joueur de fifre de la ville, meurt lorsqu'il a 10 mois. Peu satisfait de son éducation, il s'en va de chez lui à l'âge de 10 ans pour rejoindre son oncle, le compositeur Josef Rejcha (1746-1795) en poste dans l'orchestre des princes Öttingen à Wallenstein en Franconie. En 1785, Josef Rejcha quitte Wallenstein pour Bonn, entre dans l'orchestre du prince électeur de Cologne et emmène son neveu avec lui.

Il étudie la composition en secret, contre la volonté de son oncle, la composition et la réalisation de sa première symphonie en 1787 avant d'enter à l'Université de Bonn en 1789. Tout en suivant des cours à l'université de philosophie et de mathématiques, le jeune Antonín joue de la flûte dans l'orchestre de la cour.

Il se lie d'amitié avec Beethoven qui a la même âge que lui. L'orchestre est dissous en 1794 à cause de l'occupation française de Bonn. Anton réussit à sortir de la ville pour partir à Hambourg, où commence sa carrière de compositeur (1794-1799). Une première tentative pour s'établir à Paris en 1799 se solde par une déception. Reicha rejoint Vienne (1801-1808). A l'âge de 32 ans, il approfondit ses connaissances avec Salieri (toujours en poste à la cour) et Albrechtsberger. Joseph Haydn, le musicien qu'Antonín Reicha admirera toute son existence, le reçoit et le conseille.

Beethoven s'est installé à Vienne. Les deux hommes se revoient avec plaisir. De nombreuses compositions datent de ce fécond séjour viennois, parmi lesquelles des ouvrages semi-didactiques comme les 36 Fugues pour piano, dédiées à Haydn (1803) et l'Art de varier, 57 variations sur un thème original pour le Prince Louis-Ferdinand (1804). Mais l'occupation de Vienne par les troupes françaises de Napoléon (novembre 1805) vient contrarier ses projets. Après un séjour à Leipzig en 1806 dans le vain espoir de créer sa cantate Lenore, Reicha, qui est un homme résolument moderne, précurseur, indépendant d'esprit, sensible aux idées des lumières qui soufflent sur l'Europe depuis Paris, décide donc de revenir en France en 1808. Sa réputation d'excellent compositeur l'a précédé. Reicha s'impose grâce à sa culture, son ouverture d'esprit, son cosmopolitisme, sa capacité de travail, son savoir faire en théorie et en composition musicales.

Il a plus tard (1818) été nommé professeur de contrepoint et de fugue au Conservatoire avec le soutien de Louis XVIII, malgré l' opposition de son directeur Luigi Cherubini. Reicha ne va alors cesser de faire des recherches, d'innover, d'expérimenter, d'aller de l'avant, d'agiter les idées. "J'ai toujours été poussé par le désir de composer quelque chose d'extraordinaire... Je n'y parvenais jamais mieux que lorsque je procédais à des combinaisons et exploitais des idées auxquelles mes prédécesseurs n'avaient jamais pensé". Parfois, cette profusion d'inventions met certains mal à l'aise : "Monsieur Reicha a trop tendance à gaspiller ses idées, cette musique témoigne d'un manque de maîtrise de la forme" (Louis Spohr). Ces réflexions ne rappellent-elles pas curieusement le "trop de notes" de Joseph II à Mozart lors de la première de son Enlèvement au sérail à Vienne ?

Cette deuxième période de Paris a produit plusieurs écrits théoriques importants. Le Cours de composition musicale, publié par 1818, est devenu le texte standard sur la composition au Conservatoire; le Traité de mélodie de 1814, a également été largement étudié. Un autre travail semi-didactique, 34 Études pour piano, a été publié par 1817. C'est également à Paris que Reicha a commencé à composer les 25 quintettes à vent, qui se sont avérées ses œuvres les plus durables. Peut-être à cause de ces origines tchèques, dans l'écriture pour les instruments à vent. Il entretient des relations d'amitié avec quelques-uns des meilleurs virtuoses français pour lesquels il écrit ses quintettes à vent et de la musique de chambre : le flûtiste Joseph Guillou, le hautboïste et cor anglais Gustave Vogt, Louis François Dauprat le corniste, le clarinettiste Jacques-Jules Bouffil ou encore le bassoniste Antoine Nicolas Henry, professeurs au Conservatoire.

En 1818, il épousa Virginie Enaust, qui lui donna deux filles. En 1819, il a commencé à enseigner l' harmonie et la théorie musicale à Louise Farrenc ; après avoir interrompu ses études pour son propre mariage, elle a terminé ses études au Conservatoire de Paris avec Reicha en 1825.
Reicha est resté à Paris pour le reste de sa vie. Il est devenu un citoyen naturalisé de son pays d' adoption en 1829 et Chevalier de la Légion d'honneur en 1835. Il a publié deux autres grands traités, Traité de haute composition musicale (1824-6) et Art du compositeur dramatique (1833), sur l'écriture de l' opéra. Ses idées exprimées dans l'ouvrage précédent ont suscité une certaine controverse au Conservatoire.
En 1826, Franz Liszt, Hector Berlioz et Henri Cohen sont devenus ses élèves, comme Charles Gounod et Pauline Viardot un peu plus tard. Berlioz dans ses Mémoires reconnaît que Reicha était "un professeur admirable du contrepoint" qui se souciait de ses élèves et dont les "leçons étaient des modèles d'intégrité et de rigueur" . Frédéric Chopin pensait étudier avec lui en 1829 peu de temps après son arrivée à Paris de sa Pologne natale, mais en a finalement décidé autrement. De Juin 1835 à la mort de Reicha en mai 1836, le jeune César Franck a pris des leçons privées. Adam, Flotow, Vieuxtemps, Onslow ont aussi été ses élèves.

Peut-être que cette intense activité pédagogique et sa réputation de professeur ont-elles éclipsé, en partie, son merveilleux savoir-faire de compositeur. En 1826, il cessa de composer pour se consacrer exclusivement à l'enseignement et à ses écrits théoriques. Il succède à Boieldieu à l'Académie Française en 1835 et meurt l'année suivante.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Antoine Reicha (Anton Rejcha)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Antoine Reicha (Anton Rejcha)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: