Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-15%
Le deal à ne pas rater :
Roborock S7 Aspirateur Robot en promo chez Cdiscount
509 € 599 €
Voir le deal

 

 Alan Rawsthorne (1905-1971)

Aller en bas 
AuteurMessage
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 26307
Age : 46
Date d'inscription : 10/08/2006

Alan Rawsthorne (1905-1971) Empty
MessageSujet: Alan Rawsthorne (1905-1971)   Alan Rawsthorne (1905-1971) Empty2006-11-09, 08:31

Alan Rawsthorne (2 mai 1905 - 24 juillet 1971) est un compositeur britannique.

Après des études musicales à Manchester et à Berlin, sa renommée s’accroît avec la parution des « Etudes symphoniques », créées à Varsovie en avril 1939. Restant en marge de l’establishment musical britannique, il a composé trois symphonies, de nombreux concertos, de la musique de chambre, sans rencontrer la notoriété de ses contemporains (Benjamin Britten, Arnold Bax, Michael Tippett, William Walton, Vaughan Williams…).

Sa femme Isabel, (1912-1992), fut une artiste peintre de renom.

Principales œuvres symphoniques

Trois symphonies (n° 1, 1950 - n° 2 "A Pastoral symphony" with soprano, 1959 - n° 3, 1964)
Symphonic Studies (1938)
Concertante Pastorale for flute, horn and strings (1951)
Concerto for String Orchestra (1949)
Coronation Overture (1953)
Cortèges Fantasy Overture (1945)
Divertimento for Chamber Orchestra (1962)
Elegiac Rhapsody for Strings (1964)
Hallé Overture (1958)
Improvisations on a Theme by Constant Lambert (1960)
Light Music for Strings (1938)
Madame Chrysanthème - Ballet (1955)
Madame Chrysanthème - Suite
Overture for Farnham (1967)
Prisoners' March - du film "the Captive Heart" (1946)
Street Corner - Overture (1944)
Theme, Variations and Finale (1967)
Triptych for Orchestra (1969)

Œuvres concertantes

Concerto No.l pour Piano & Orchestre (1939/42)
Concerto No.2 pour Piano & Orchestre (1951)
Concerto pour 2 Pianos & Orchestre (1968)
Concerto No.l pour Violin & Orchestra (1940/47)
Concerto No.2 pour Violin & Orchestra (1956)
Concerto pour Violoncelle & Orchestra (1966)
Concerto pour Hautbois & Cordes (1947)
Concerto pour Clarinette & Cordes (1937)

Musique de chambre

Concertante pour Piano & Violon
Concerto pour 10 Instruments (1961)
Quartet pour Clarinette, Violon, Alto & Violoncelle
Quintette pour Piano, Hautbois, Cit., Cor & Basson
Quintette pour Piano & Cordes
Sonate pour Violon & Piano
Sonate pour Alto & Piano
Sonate pour Violoncelle & Piano
Sonatine pour Flûte, Hautbois & Piano
Quatuor à Cordes No.l
Quatuor à Cordes No.2
Quatuor à Cordes No.3
Suite pour Flûte, Alto & Harpe
Suite pour Triple Flûtes & Piano
Thème & Variations pour 2 Violons
Trio pour Piano, Violon & Violoncelle
Elegy pour Guitare

Cantates

Chamber Cantata “Canticle of Man” for baritone, mixed chorus, flute and strings (1952)
Practical Cats –an entertainment for speaker and orchestra (1954)
Medieval Diptych for baritone and orchestra (1962)
Choral Suite “Carmen Vitale” for soprano, mixed chorus and orchestra (1963)
Cantata “The God in the Cave” for mixed chorus and chamber orchestra (1967)
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22478
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

Alan Rawsthorne (1905-1971) Empty
MessageSujet: Re: Alan Rawsthorne (1905-1971)   Alan Rawsthorne (1905-1971) Empty2007-08-08, 11:13

J'ai écouté ses symphonies : c'est pas mal, on ne dirait pas un contemporain. Je vais me mettre à ses concertos. Si c'est du même acabit, voici un compositeur qui mérite d'être découvert (du moins en France car je crois qu'au R.U. il est davantage considéré).
Revenir en haut Aller en bas
Stadler
Admin
Stadler

Nombre de messages : 4062
Age : 51
Date d'inscription : 09/11/2006

Alan Rawsthorne (1905-1971) Empty
MessageSujet: Re: Alan Rawsthorne (1905-1971)   Alan Rawsthorne (1905-1971) Empty2007-08-08, 11:35

Je connais son Concerto pour clarinette et cordes.

Très bien I love you
Revenir en haut Aller en bas
http://clarinette-classique.forumactif.fr/index.htm
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15397
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Alan Rawsthorne (1905-1971) Empty
MessageSujet: Re: Alan Rawsthorne (1905-1971)   Alan Rawsthorne (1905-1971) Empty2010-10-12, 21:36

Je me suis fait une écoute de tous les "Rawsthorne" que j'ai en ma possession et les deux cd qui m'ont le plus captivé sont deux Naxos,l'un réunissant le Concerto pour Violoncelle,le Concerto pour Hautbois et ses Symphonic Studies,l'autre ses deux Concertos pour Violon et sa Fantasy Overture: Cortèges pour violon et orchestre. Plus qu'un style singulier qui m'interpelle aussitôt,ce sont davantage des moments musicaux,des thèmes,qui m'accrochent particulièrement. J'ai un goût certain et un certain goût pour les seconds mouvements de ses concertos. Je voue un petit culte à celui de son Concerto pour Piano N°1 avec cette mélodie très belle et subtile,celui du second Concerto pour Violon et celui du Concerto pour Violoncelle. Si je trouve très appréciable ses Concertos pour clarinette et hautbois,j'adore ses "Symphonic Studies" qui me semblent développer plus d'idées et de magie que chacune de ses trois Symphonies qui me captivent plus modérément.
De sa musique de film,souvent symphonique et classique (un peu trop),se dégagent quelques titres comme "Burma Victory","The
Dancing Fleece" et "Uncle Silas" qui inspira à Mr Bernard Herrmann ce dithyrambe: << C'est l'une des meilleures musiques de films
jamais écrites!>>
Sa musique de chambre n'est sans doute pas ce qui me touche le plus chez Rawsthorne,toutefois,je suis assez réceptif à l'intensité de son Concerto pour orchestre à cordes,la dimension pastorale de sa "Concertante" ainsi nommée pour flûte,cor et cordes et aussi à la belle exploration de la flûte à bec dans sa "Suite for Recorder and String Orchestra.

Au global,un compositeur que j'apprécie et recommande. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15397
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Alan Rawsthorne (1905-1971) Empty
MessageSujet: Re: Alan Rawsthorne (1905-1971)   Alan Rawsthorne (1905-1971) Empty2014-01-21, 19:14


Son Concerto pour clarinette et orchestre à cordes est plutôt rigoureux, de très bonne tenue, de la solide oeuvre qui m'a toutefois laissé un peu impassible. Une certaine intensité dramatique par moment n'a pas suffi à me rendre ce concerto captivant de bout en bout. Il s'est cependant laissé écouter, une nouvelle fois, sans réel déplaisir ni sans grande passion non plus. L'interprétation de Théa King n'en est pas moins impeccable. Very Happy 
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15397
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Alan Rawsthorne (1905-1971) Empty
MessageSujet: Re: Alan Rawsthorne (1905-1971)   Alan Rawsthorne (1905-1971) Empty2014-09-21, 18:40

Le Concerto pour violoncelle et orchestre d'Alan Rawsthorne est assez captivant dans sa globalité. J'aime son côté impressionniste mais ce qui m'intrigue et me fascine c'est son second mouvement, magnifique celui-là, qui s'articule autour d'un motif récurrent qu'il me semble avoir entendu ailleurs, peut-être dans une musique de film de Bernard Herrmann écrite pour Hitchcock. Il est possible que je me trompe car je connais ce concerto, composé entre 1964 et 1965, depuis longtemps, une bonne dizaine d'années au minimum, et il se peut que je ne connaisse ce motif de quelques notes que dans cette oeuvre, imprégné dans ma mémoire telle une entité musicale. Il me fait tellement penser au romantisme tourmenté d'Herrmann...Quoi qu'il en soit, ce concerto pour violoncelle à grande teneur dramatique comme le démontre le troisième mouvement Allegro-vivace, m'a une énième fois captivé, là est l'essentiel. Alan Rawsthorne (1905-1971) 333455 Alan Rawsthorne (1905-1971) 333455

Alexander Baillie: violoncelle.

https://www.youtube.com/watch?v=41nkzIkdo4s


Dernière édition par Icare le 2021-05-09, 08:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15397
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Alan Rawsthorne (1905-1971) Empty
MessageSujet: Re: Alan Rawsthorne (1905-1971)   Alan Rawsthorne (1905-1971) Empty2014-10-07, 16:32

Icare a écrit:
Son Concerto pour clarinette et orchestre à cordes est plutôt rigoureux, de très bonne tenue, de la solide oeuvre qui m'a toutefois laissé un peu impassible. Une certaine intensité dramatique par moment n'a pas suffi à me rendre ce concerto captivant de bout en bout. Il s'est cependant laissé écouter, une nouvelle fois, sans réel déplaisir ni sans grande passion non plus. L'interprétation de Théa King n'en est pas moins impeccable. Very Happy 

Son concerto pour clarinette est mieux passé cette fois. J'ai mieux accroché. Il y a notamment l'emploi du violon solo en plus de la clarinette qui m'a bien plu. En revanche, son premier concerto pour piano est vraiment très bien. Le second mouvement, par sa trouvaille mélodique et la construction de celle-ci, me captive toujours autant, une perle à lui-seul. Le premier mouvement me plait beaucoup aussi, le troisième étant celui qui me fait le moins d'effet. Alan Rawsthorne (1905-1971) 333455 Alan Rawsthorne (1905-1971) 333455

Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15397
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Alan Rawsthorne (1905-1971) Empty
MessageSujet: Re: Alan Rawsthorne (1905-1971)   Alan Rawsthorne (1905-1971) Empty2014-10-07, 19:46

J'ai réécouté plusieurs oeuvres de Rawsthorne réunies sur un même cd; Concerto pour orchestre à cordes, Concertante pastorale pour flûte, cor et cordes, "Light music" pour cordes, Suite pour recorder et orchestre à cordes, Rhapsodie élégiaque pour orchestre à cordes et Divertissement pour orchestre de chambre. C'est un très beau disque dans la mesure où toutes ces oeuvres m'ont plu. J'ai aimé l'intensité des cordes du Concerto et la douce poétique de la Concertante pastorale, une bien jolie musique. La Suite pour recorder plairait sans doute à Laudec, il faut dire que cette pièce ne manque pas de tendresse et sait parfaitement exploiter la grande pureté timbrique de la flûte solo. Avec la Rhapsodie élégiaque, j'ai retrouvé la beauté et l'intensité des cordes du Concerto. Le Divertissement porte, quant à lui, très bien son titre. Alan Rawsthorne (1905-1971) 333455 Alan Rawsthorne (1905-1971) 333455
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15397
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Alan Rawsthorne (1905-1971) Empty
MessageSujet: Re: Alan Rawsthorne (1905-1971)   Alan Rawsthorne (1905-1971) Empty2014-10-08, 19:41

J'aime la musique de Rawsthorne un peu pour les mêmes raisons que j'aime celle de Bernard Herrmann. C'est ce qui m'est venu à l'esprit lorsque j'écoutai son superbe Concerto pour violon et orchestre n°1 que j'ai trouvé d'un romantisme très onduleux et tourmenté. Je me suis complètement laissé emporter par la beauté du violon solo de Rebbecca Hirsch, très bien mis en valeur tout au long de l'oeuvre, jamais recouvert par un orchestre trop encombrant, toujours dans une juste mesure des choses: je dirais même que le violon domine l'ensemble avec une belle intensité dramatique, en est le guide émotionnel, souvent dans un registre aigu. Alan Rawsthorne (1905-1971) 333455 Alan Rawsthorne (1905-1971) 333455
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15397
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Alan Rawsthorne (1905-1971) Empty
MessageSujet: Re: Alan Rawsthorne (1905-1971)   Alan Rawsthorne (1905-1971) Empty2014-10-09, 07:40

Le rapprochement que j'aime faire entre Herrmann et Rawsthorne se poursuit également lorsque je réécoute le second mouvement, par ailleurs excellent, du Concerto pour violon n°2, concerto qui est bien, dans son ensemble, aussi réussi que le N°1. Disons cependant que le second mouvement se détache du tout par une idée thématique forte et un superbe traitement de celle-ci. Il en ressort quelque chose de romantique et sombre à la fois. Fantasy Overture: Cortèges est une pièce symphonique qui est également très attractive, une belle introduction avant les deux concertos pour violon. Alan Rawsthorne (1905-1971) 333455 Alan Rawsthorne (1905-1971) 333455

https://www.youtube.com/watch?v=2yM3aiOxeTI


Dernière édition par Icare le 2021-05-09, 08:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15397
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Alan Rawsthorne (1905-1971) Empty
MessageSujet: Re: Alan Rawsthorne (1905-1971)   Alan Rawsthorne (1905-1971) Empty2014-10-09, 12:11

Des trois symphonies d'Alan Rawsthorne, laquelle gagne ma préférence?

Si je me pose cette question c'est que je les aime bien toutes les trois. La Symphonie n°1 (1950) est plutôt belle. J'aime, par exemple, la douceur de son second mouvement ou le caractère plus dramatique et tourmenté des autres parties de l'oeuvre. C'est une première symphonie solidement charpentée, révélant une écriture symphonique déjà bien maîtrisée. La Symphonie n°2 - A Pastoral Symphony (1959) est de forme plus aérée, plus tranquille et moins grave. L'"Andante" interprétée par la soprano Charlotte Ellett offre une émouvante et raffinée conclusion. De toute évidence, c'est la Symphonie n°3 (1964), en quatre mouvements comme les deux précédentes, qui m'a le plus touché. C'est celle qui m'apparaît comme la plus mature et aboutie, la plus rigoureuse aussi. Elle est superbement orchestrée. Sinon, autant dire, plus globalement, que le style symphonique et concertant du compositeur britannique, même s"il ne me fascine pas comme peut me fasciner celui, par exemple, d'un Leonardo Balada, me plait suffisamment pour y revenir de temps en temps avec un certain plaisir. Il y a dans sa musique, un sens assez sombre du romantisme et de la mélancolie qui retient mon attention et m'évoque dans une certaine mesure Bernard Herrmann, un sens judicieux et raffiné des orchestrations et de l'idée thématique qui accroche l'oreille pour mieux l'entraîner dans des tournures dramatiques presque musico-cinématographiques. Alan Rawsthorne (1905-1971) 333455 Alan Rawsthorne (1905-1971) 333455

Maintenant, je me projette avec ardeur dans sa musique de chambre! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15397
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Alan Rawsthorne (1905-1971) Empty
MessageSujet: Re: Alan Rawsthorne (1905-1971)   Alan Rawsthorne (1905-1971) Empty2014-10-09, 18:31


Il y a beaucoup de rigueur et de passion dans la musique d'Alan Rawsthorne. Son Quintette pour piano et quatuor à cordes ne manque pas de vitalité ni d'intensité. Il ne trahit en rien le style expressif et tourmenté du compositeur. Certes, il ne fera sans doute jamais partie de mes Quintettes pour piano préférés mais je l'aime bien. En revanche, j'aime beaucoup sa Concertante pour violon et piano que j'ai trouvé très intéressante en entier Alan Rawsthorne (1905-1971) 333455 Alan Rawsthorne (1905-1971) 333455 , là aussi, avec beaucoup de vitalité, d'allure et de passion. Le Trio pour piano, violon et violoncelle m'a peut-être un peu moins plu mais il conserve toutes les qualités des deux pièces précédentes. Là encore, il ne fait pas partie de mes trios pour même formation préférés, mais il me plait en entier. Alan Rawsthorne (1905-1971) 333455
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15397
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Alan Rawsthorne (1905-1971) Empty
MessageSujet: Re: Alan Rawsthorne (1905-1971)   Alan Rawsthorne (1905-1971) Empty2014-10-09, 23:13


Qu'il s'agisse de la Sonate pour alto et piano ou de la Sonate pour violoncelle et piano, j'en connais de plus belles et fascinantes à mon goût, cependant, cette fois encore, l'approche de Rawsthorne me tient parfaitement en haleine. C'est de la belle musique, pleine de vitalité et de saveur, comme le démontrent les deux premiers mouvements de la Sonate pour alto, la vivacité du piano, le timbre employé par l'alto qui me séduit dans le quatrième et dernier mouvement. De la Sonate pour violoncelle, je pourrais tenir le même propos sauf que c'est le mouvement lent que je préfère: il est d'un romantisme retenu et délicat, délivrant une ligne mélodique attachante. Alan Rawsthorne (1905-1971) 333455
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15397
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Alan Rawsthorne (1905-1971) Empty
MessageSujet: Re: Alan Rawsthorne (1905-1971)   Alan Rawsthorne (1905-1971) Empty2014-10-10, 09:56

Je viens de réécouter Symphonic Studies qui est avec le Concerto pour violoncelle et le Concerto pour piano n°1 mon oeuvre préférée d'Alan Rawsthorne. Je ne leur trouve que des qualités. Ces Etudes sont vraiment parfaites. Superbe écriture symphonique, superbement orchestré, il y a de très belles couleurs, de très belles nuances, de la puissance, de l'expressivité, de l'introversion, de la tendresse, de la rêverie, de la fougue...une oeuvre aboutie et maîtrisée de la première note à la dernière, ce que je pourrais dire aussi de son Concerto pour violoncelle qui se trouve sur le même cd. Alan Rawsthorne (1905-1971) 333455 Alan Rawsthorne (1905-1971) 333455 Alan Rawsthorne (1905-1971) 333455 Entre les deux, se situe un très séduisant Concerto pour hautbois. Le soliste joue dans un registre souvent aigu, onirique, ce qui me plait bien d'ailleurs. J'aime plus particulièrement le second mouvement de nature mélancolique et d'un romantisme plutôt introverti qui se déploie entre le hautbois et les cordes, le tout dans une grande finesse de jeu. Alan Rawsthorne (1905-1971) 333455 Alan Rawsthorne (1905-1971) 333455
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15397
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Alan Rawsthorne (1905-1971) Empty
MessageSujet: Re: Alan Rawsthorne (1905-1971)   Alan Rawsthorne (1905-1971) Empty2014-10-10, 18:53

Ce n'est pas spécifié dans son catalogue mais Alan Rawsthorne a composé entre 1937 et 1964 de la musique pour 27 films, un calcul facile m'amenant à penser qu'il en a composé une par an. Rumon Gamba a réalisé avec l'aide de Philip Lane et Gerard Schurmann une restauration sous forme d'extraits de quelques-unes d'entre elles. Pour plus de précisions, cliquer = ici

Parmi les titres réunis dans cette compilation, sous la baguette de Rumon Gamba, offrant de bien plaisantes pages symphoniques dans l'ensemble, mes préférences vont vers Uncle Silas, The Dancing Fleece et Burma Victory. Je comprends complètement le dithyrambe de Bernard Herrmann à propos d'Uncle Silas. Comme moi, il a dû succomber sous le charme de la Valse-Caprice, une des plus belles à mon goût dans le domaine cinématographique. Les orchestrations y sont merveilleuses, une écriture d'une grande clarté et finesse au service d'une poétique exquise. Nul besoin de connaître le visuel auquel se rapporte cette valse pour l'apprécier à sa juste valeur! The Dancing Fleece est représentée par trois danses. La première est vraiment savoureuse et la seconde est un peu de la même veine. Là encore, les orchestrations me plaisent beaucoup, l'usage du piano dans un contexte animé et si fluïde à la fois. Dans Burma Victory, c'est surtout un extrait qui me plait beaucoup: il s'intitule Building Boats. J'en aime la construction qui est un peu plus originale que celle des autres extraits plus convenus. La compilation s'achève sur un extrait de Saraband for Dead Lovers. En général, je ne suis pas très friands de morceaux symphoniques trop luxuriants et extravertis. Pourtant, dans ce cas précis, il s'est passé quelque chose de positif et de grisant entre cette musique et moi. Alan Rawsthorne (1905-1971) 333455 Alan Rawsthorne (1905-1971) 333455
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15397
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Alan Rawsthorne (1905-1971) Empty
MessageSujet: Re: Alan Rawsthorne (1905-1971)   Alan Rawsthorne (1905-1971) Empty2021-05-09, 09:06

Entre hier soir et ce matin je me suis penché à nouveau sur l'oeuvre symphonique et la musique de chambre d'Alan Rawsthorne par le biais de ses trois symphonies, par le "Bournemouth Symphony orchestra" sous la direction de David Lloyd-Jones, et, côté petites formations, un Quintette pour piano et quatuor à cordes, un Trio pour piano, violon et violoncelle, une Concertante pour violon et piano, une Sonate pour alto et piano et enfin une autre Sonate, mais cette fois pour violoncelle et piano qui est, selon moi, la pièce de chambre la plus émouvante de l'album. De l'eau a coulé sous les ponts, sauf là où les rivières se sont taries, depuis la dernière fois où j'ai écouté les trois symphonies de Rawsthorne. C'est une approche très différente de Hindemith. Ce sont d'autres qualités qui m'interpellent, un langage très dense qui contient encore la force d'un romantisme qui, en 1950, tentait de se frayer un chemin de résistance entre les divers élans d'un modernisme enthousiaste, sans doute galvanisé par la seconde école de Vienne. C'est certainement ce qui me rend le vingtième siècle si fascinant... Les symphonies du maître britannique sont en tout cas très élaborées et je les aime autant que certaines oeuvres de compositeurs qui affirmaient en leur temps que la symphonie était morte. Elles me conduisent dans un film imaginaire avec leurs constants changements d'humeur, tantôt sombres et inquiétantes, tantôt lumineuses et même joyeuses, comme un printemps qui s'éveille dans le quatrième et dernier mouvement de la N°1, plutôt vers la fin de l'oeuvre, alors que celle-ci démarre sous le jouc d'une grande intensité dramatique. La seconde symphonie de 1959 démarre, quant à elle, sur un ton plus doux et délicat - ce petit solo de violon aussi bref que pénétrant à un moment donné, aussi exquis qu'inattendu - et s'achève sur un "Andante" chanté par la soprano Charlotte Ellett. La troisième symphonie qui date de 1964 ne dénote pas, question style, des deux précédentes, mais elle s'achève en douceur, sur du velours: pas de grosse percussion qui s'abat comme la lame d'une guillotine, la musique devient silence sur la pointe de quelques notes agonisantes.

Alan Rawsthorne (1905-1971) A-1112340-1383928857-5113.jpeg

Toutefois, c'est sa musique de chambre qui m'a le plus touché, sans doute par son caractère souvent passionné et incisif. Ce n'est pas toujours le cas car j'ai pu antérieurement préférer à l'inverse son oeuvre symphonique, notamment ses trois symphonies, mais - question d'humeur sans doute - le mordant du Quintette tout comme celui du Trio ou de la Concertante ont accaparé toute mon attention. J'en suis sorti galvanisé. Le Quintette pour piano et quatuor à cordes était quand même la seule composition d'Alan Rawsthorne sur laquelle j'étais revenu récemment, c'était à l'occasion d'un cycle qui réunissait des oeuvres pour piano et cordes, ma formation instrumentale de prédilection. Je me souviens que le Quintette m'avait procuré une impression plutôt moyenne, au point que j'avais pensé ne pas le réécouter cette fois-ci: j'aurais eu tort car, hier soir, il m'en a laissé une bien meilleure! Si c'est surtout un caractère incisif et une réelle tonicité qui m'ont séduit dans la plupart des pièces de musique de chambre que j'ai réécoutées, la Sonate pour violoncelle et piano m'a au contraire ému par la tendresse qui émane de l'"Adagio", un romantisme doux et intime exprimé avec beaucoup de sensibilité par le violoncelle. L'incisivité qui m'électrise d'un côté, la tendresse qui m'adoucit et m'émeut de l'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15397
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Alan Rawsthorne (1905-1971) Empty
MessageSujet: Re: Alan Rawsthorne (1905-1971)   Alan Rawsthorne (1905-1971) Empty2021-06-05, 23:18

Durant cette année 2021, j'ai éprouvé le besoin de revenir sur la musique d'Alan Rawsthorne, un compositeur que, Jadis, j'avais plutôt pas mal approfondi. J'appréciais un style qui, sous certains aspects, me plaisait pour les mêmes raisons que la musique de Bernard Herrmann, même si l'un et l'autre ont un style propre qui les caractérise. J'ai réécouté plusieurs oeuvres réunies sur un même disque
Concerto pour orchestre à cordes, en trois mouvements,
Concertante pastorale pour flûte, cor et cordes,
"Light music" pour cordes,
Suite pour recorder et orchestre à cordes, en quatre mouvements,
Rhapsodie élégiaque pour orchestre à cordes,
Divertissement pour orchestre de chambre, en trois mouvements, le tout sous la direction d'un chef d'orchestre qui a visiblement dirigé plusieurs oeuvres du maître anglais; David Lloyd-Jones. C'est pour moi un très beau disque que je place même au-dessus des deux albums que je mentionne dans mon précédent commentaire. Autant j'ai été saisi par l'intensité des cordes du Concerto, autant j'ai été charmé par la douce poétique de la Concertante pastorale, une attendrissante pièce, une rêverie en quelque sorte. La Suite pour flûte à bec et orchestre à cordes, orchestrée par John McCabe, est de ces oeuvres d'une sophistication que je qualifierais de "herrmannienne" avec son caractère plus ou moins tourmenté et ses motifs subtils. Avec la Rhapsodie élégiaque, j'épouse à nouveau l'intensité des cordes du Concerto. Le Divertissement offre une conclusion si justement nommée...divertissante...

J'ai ensuite réécouté Symphonic Studies qui demeure avec le Concerto pour violoncelle et le Concerto pour piano n°1 mon oeuvre préférée d'Alan Rawsthorne. Le Concerto pour violoncelle surtout que je considère comme l'un des plus captivants de la seconde moitié du vingtième siècle. Composé aux alentours de 1965, je ne le fréquente que par Alexander Baillie, le "Royal Scottish National Orchestra" et une nouvelle fois David Lloyd-Jones. Dans le magnifique second mouvement, un motif récurrent m'évoque de manière très explicite Bernard Herrmann, celui-ci l'ayant certainement exploité dans l'une de ses musiques de films. Ses Etudes Symphoniques sont, elles aussi, exquises. J'y apprécie une belle écriture orchestrale, des orchestrations judicieuses, un tempérament fort alimenté par de très belles couleurs, de très belles nuances, de la puissance, de l'expressivité, de l'introversion, de la tendresse, de la rêverie, de l'emphase, mais une emphase jamais excessive...  Entre les Etudes et le Concerto pour violoncelle, tente de s'imposer un très séduisant Concerto pour hautbois. Le soliste, Stéphane Rancourt, joue dans un registre souvent aigu, onirique, le hautbois s'autorisant ci et là de courts moments sans l'orchestre. J'aime plus particulièrement le second mouvement de caractère mélancolique et d'un romantisme relativement contenu. Je ressens alors une éventuelle complicité entre le hautbois et les cordes. Le jeu est élégant et parfois lumineux.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Alan Rawsthorne (1905-1971) Empty
MessageSujet: Re: Alan Rawsthorne (1905-1971)   Alan Rawsthorne (1905-1971) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Alan Rawsthorne (1905-1971)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: