Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

  Larry SITSKY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11318
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Larry SITSKY   Ven 30 Déc - 18:29

Larry Sitsky est né en 1934 à Tianjin, en Chine de parents immigrés russes juifs. Lui et sa famille s'installèrent dès 1951 à Sydney en Australie.

Professeur Larry Sitsky a été membre fondateur de la Canberra School of Music, université nationale australienne, et a occupé divers postes dont celui de directeur des études de composition, directeur des études universitaires et directeur des études du clavier. Dans le domaine de l'approche de la composition, Sitsky a conduit des réalisations toutes aussi diverses. Il a composé dans de nombreux genres, comprenant l'opéra, la musique de théâtre, de chambre, orchestrale, concertante, vocale et pour instruments solos, des oeuvres qui lui ont été commandées par de grands organismes australiens et internationaux. En plus d'avoir travaillé avec tous les orchestre de l'Australie, Sitsky a été sollicité par le Concours international de Sydney, l'ABC, Musica Viva, La Société internationale de la clarinette et par la Convention internationale de la flûte. Larry Sitsky a par ailleurs reçu de nombreux prix pour ses compositions ainsi que pour ses recherches. Entre autres, il a remporté le Prix AH Maggs à deux reprises, l'Alfred Hill Memorial Prize, le Prix de la critique du "First National. Il a également obtenu la Médaille de l'Ordre de l'Australie, une Médaille du Centenaire et le "Advance Australia Prize", puis promu ambassadeur culturel en Chine, Russie et aux Etats-Unis. Ses recherches ont été encouragées grâce à un certain nombre de subventions. Ses domaines d'expertise comprennent la musique de Busoni, Rubinstein, la musique du XXème siècle et d'avant-garde, l'avant-garde réprimée en Russie, la musique de piano australienne. Beaucoup d'écrits de Sitsky sur ces sujets devinrent des textes standard en Australie. En reconnaissance de ses réalisations dans tous ces domaines, allant de ses compositions à ses expertises, l'Australian National University lui décerna son premier doctorat supérieur des Beaux-Arts en 1997 et, en 2001 il fut nommé artiste de l'année. Une biographie du compositeur a été publiée aux USA en 1997, puis, en 2004, la Bibliothèque nationale d'Australie publia un livre signé Jim Cotter et intitulé: "Sitsky; Conversation avec le compositeur".

La petite histoire raconte qu'il avait démontré avoir l'oreille absolue à un âge précoce, en identifiant les notes ou accords joués dans une salle différente. Il étudia le piano dès son jeune âge et donna son premier concert public à l'âge de 9 ans et commença à composer peu de temps après.



Dernière édition par Icare le Mar 22 Mai - 18:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16555
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Larry SITSKY   Ven 30 Déc - 18:40

Connais pas... comme la plupart des compositeurs présentés par Icare
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11318
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Larry SITSKY   Ven 30 Déc - 19:04

Je ne connais ce compositeur que par ses trois concertos pour violon et ils sont tous les trois très beaux et très abordables. Dans le premier il utilise des choeurs et à un moment donné ils sont réellement superbes. Les deux autres concertos sont très mélodiques et intéressants. Le troisième possède un sacré parfum d'Asie. Si tu aimes la musique de Peter Schulthorpe, celle-ci ne devrait pas te déplaire, selon moi. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11318
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Larry SITSKY   Jeu 5 Jan - 21:06



___La chute de la maison Usher, opéra sur un livret de Gwen Harwood - 1965
___Lenz, opéra sur un livret de Gwen Harwood - 1970
___Contes de Fiery, opéra d'après Chaucer et Boccace - 1975
___Voices in Limbo, opéra sur un livret de Gwen Harwood - 1977
___The Golem, opéra sur un livret de Gwen Harwood - 1980
___De profundis, opéra sur un livret de Gwen Harwood - 1982

___Mysterium Cosmographicum, concerto pour violon, orchestre et voix de femmes.
___Gurdjieff, concerto pour violon et orchestre N°2.
___I Ching: The eight kua (Trigrams), concerto pour violon et orchestre N°3.

___Improvisation et cadence pour alto solo - 1964
___Trois scènes de la vie des Autochtones - 1) scène de Campfire; 2) Mathina; 3) Legend of the Brogla - 1988
___Musique de scène pour Faust pour piano et trois sopranos - 1996
___Symphonie en quatre mouvements - 2001
___Sept chansons Zen pour voix et piano - 2005
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11318
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Larry SITSKY   Mar 22 Mai - 18:29

J'ai réécouté hier ses trois concertos pour violon et le plaisir fut le même, surtout dans son aptitude à donner toute la dimension narrative et onirique au soliste, créant, souvent par une orchestration dépouillée et intelligente, une formidable proximité entre le joueur et l'auditeur, principalement dans les deuxième et troisième concertos. Le premier qui débute pourtant par le violon seul dans un registre plutôt austère, prend progressivement de l'ampleur et de la souplesse lorsque l'orchestre entre en jeu. Il devient formidable avec un usage singulier et même créatif des choeurs. Encore une musique australienne qui me fait voyager....
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11318
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Larry SITSKY   Mer 3 Déc - 19:14

Icare a écrit:
  J'ai réécouté hier ses trois concertos pour violon et le plaisir fut le même, surtout dans son aptitude à donner toute la dimension narrative et onirique au soliste, créant, souvent par une orchestration dépouillée et intelligente, une formidable proximité entre le joueur et l'auditeur, principalement dans les deuxième et troisième concertos. Le premier qui débute pourtant par le violon seul dans un registre plutôt austère, prend progressivement de l'ampleur et de la souplesse lorsque l'orchestre entre en jeu. Il devient formidable avec un usage singulier et même créatif des choeurs. Encore une musique australienne qui me fait voyager....  

Le concerto pour violon n°1 Mysterium Cosmographicum pour violon solo, orchestre et choeur de femmes est vraiment superbe. Voilà une musique qui ne se dévoile pas dès les premières mesures, mais plus on avance dans l'oeuvre, plus elle devient merveilleuse et originale, plus on profite de véritables trouvailles harmoniques et sonores, plus on entre dans sa dimension dramatique, comme guidé par le violon de Jan Sedivka. Lorsque le choeur de femmes entre en scène, le concerto gagne encore en beauté, devient quasiment céleste dès que le choeur chante dans un registre inattendu aux effets saisissants. Magnifique concerto aux allures poétiques, magnifique voyage dans les mondes oniriques, au point que j'aimerais rester là-haut, vers le sommet idéal où cette musique m'a emporté. Le Concerto pour violon n°2 est très différent du N°1. Il est souvent dit, à raison, que dans le contemporain, lorsque l'on passe d'un compositeur à un autre, on passe aussi d'un monde sonore à un autre, mais c'est aussi souvent vrai au sein de l'oeuvre d'un même compositeur. C'est tout un monde qui sépare le second concerto du Premier. Si le N°1 développe malgré tout une couleur assez contemporaine, le second se libère davantage de l'atonalisme, est une oeuvre complètement tonale et mélodique. J'aime beaucoup le premier mouvement avec un violon flatté/flatteur et un accompagnement instrumental minimaliste et obsessionnel. C'est un moment musical qui, à mon oreille, est plein de tendresse et de poésie. Un autre mouvement plus curieux, plus insolite, associe le violon à la percussion. Globalement, c'est un très joli concerto même si je préfère nettement le N°1 qui, selon moi, touche une dimension supérieure. Hâte désormais de réécouter le troisième concerto pour violon de Larry Sitsky.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11318
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Larry SITSKY   Jeu 4 Déc - 9:21

Le Concerto pour violon n°3 - Ching: The Eight Kun de Larry Sitsky est une oeuvre également mélodieuse et dépouillée en même temps. J'adore ce type d'orchestration un peu clairsemée qui privilégie plutôt la forme poétique que la luxuriance, ce violon qui virevolte comme un papillon venu d'Asie - il se rapproche de l'erhu par moment - se meut au travers d'un paysage sonore bucolique et chatoyant...Parfum d'Asie.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Larry SITSKY   

Revenir en haut Aller en bas
 
Larry SITSKY
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: