Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-20%
Le deal à ne pas rater :
Bon plan rentrée : PC portable Asus à 319€
319 € 397 €
Voir le deal

 

  Aulis SALLINEN, né en 1935

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15397
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

 Aulis SALLINEN, né en 1935 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Aulis SALLINEN, né en 1935    Aulis SALLINEN, né en 1935 - Page 2 Empty2016-03-19, 17:20

Icare a écrit:
Ce matin, j'ai démarré ma matinée sur la première partie de son opéra Kullervo. Là, en revanche, il s'agit pour moi d'une première. Bien que je m'étais procuré le triple CD en octobre 2015, je ne le découvre seulement aujourd'hui, à l'occasion de mon "Cycle-Portrait" entièrement dédié à Aulis Sallinen. La crainte lorsque j'aborde un nouvel opéra, contemporain ou pas, en langue étrangère, c'est que la musique et le chant ne m'accrochent pas suffisamment et finissent par me le rendre hermétique. Par chance, je n'ai ressenti aucun ennui pendant l'écoute de cette première partie, et cela même si je ne comprends rien à l'intrigue. Musicalement, comme très souvent avec Sallinen, ça passe très très bien. Bientôt, je vais découvrir la seconde partie.

Désormais, je connais cet opéra en entier et plus je me suis enfoncé dans cette oeuvre plus j'ai rencontré de passages très attachants et parfois très intenses et émouvants. C'est un très bon opéra qui s'écoute facilement. Belle découverte.  Aulis SALLINEN, né en 1935 - Page 2 333455
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15397
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

 Aulis SALLINEN, né en 1935 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Aulis SALLINEN, né en 1935    Aulis SALLINEN, né en 1935 - Page 2 Empty2016-03-20, 18:29

Dernières écoutes:

Shadows - Prélude pour orchestre, Op.52, un morceau génial en tout point! J'adore cette idée de marche militaire qui se dessine progressivement jusqu'à son éclatement au sein d'une musique climatique, presqu'à suspens.
Concerto pour violoncelle et orchestre, Op.44, avec Arto Noras au violoncelle: très beau concerto, ample, intense et généreux...
Symphonie n°4, Op.49, un chef-d'oeuvre! Cette symphonie est un régal pour moi avec ses motifs savoureux que Sallinen développe et explore à merveille. Je me suis tellement éclaté que je l'ai réécoutée à deux reprises, tout comme "Shadows".
Symphonie n°8 - Automnal Fragments, Op.81. Pour moi, Aulis Sallinen est l'exemple-même d'un compositeur inspiré et imaginatif, pas juste un compositeur compétent qui possède une formidable technique lui permettant de composer la musique la plus rigoureuse et complexe qui soit. Sa huitième symphonie (mais plus encore la Quatrième) contient tout le potentiel imaginatif du compositeur où chaque idée qui y est exploitée, qu'elle soit thématique ou harmonique, est jubilatoire à mon oreille. Ce compositeur est pour moi un puits sans fond de fantaisie, d'inventivité, de couleurs et de poésie, ce n'est pas pour rien qu'il a une très bonne place, pour ne pas dire "pignon sur étagère" dans ma cédéthèque. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15397
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

 Aulis SALLINEN, né en 1935 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Aulis SALLINEN, né en 1935    Aulis SALLINEN, né en 1935 - Page 2 Empty2016-03-20, 22:00


Tout comme pour la Symphonie n°8, le Concerto pour violon et orchestre, Op.18 et The Palace Rhapsody, Op.72 pour instruments à vent, percussion, harpe et piano, sont des oeuvres dont je ne maîtrisais pas encore bien l'écoute. Deux écoutes précédentes n'étaient pas suffisant pour en être davantage imprégné, pour en avoir un souvenir plus détaillé. Le Concerto pour violon me fascine sans toute moins que ses symphonies ou qu'une pièce orchestrale comme Shadows, mais il m'a cependant autant plu que son Concerto pour violoncelle, ce qui est déjà beaucoup. Toutefois, dans le domaine du concerto, chez Aulis Sallinen, c'est celui pour flûte qui remporte le mieux mon adhésion. The Palace Rhapsody est une oeuvre tonale, très mélodique, épatante, avec un thème principal très attachant, parfois traité avec retenue, parfois avec plus de décomplexion, et même avec une certaine emphase. Très divertissant. J'adhère!
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15397
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

 Aulis SALLINEN, né en 1935 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Aulis SALLINEN, né en 1935    Aulis SALLINEN, né en 1935 - Page 2 Empty2016-03-22, 19:37

Quatre autres opus d'Aulis Sallinen provoquent chez moi une formidable fascination; tout d'abord Introduction and Tango Overture Op.74b (1997) et Chamber Music IV - "Metamorphoses of elegy for Sebastian Knight - Op.79 (2000), toutes deux composées pour piano solo et cordes. Il faut dire aussi que l'association "piano-cordes" est l'une de mes préférées! De la première oeuvre mentionnée, j'aime principalement la première partie. Dès que le tango s'installe véritablement, j'aime un peu moins, toutefois ça reste encore suffisamment attractif. Les "Métamorphoses" me sont encore plus captivantes, le piano évoluant dans une tonalité qui me plait beaucoup en relation avec un jeu intense et judicieux des cordes. Sa Chamber V - Barabbas Variations - Op.80 (2000) pour accordéon et cordes me plait quasiment autant pour sa teneur poétique, ses colorations et le jeu incisif (presqu'à la Piazzolla) de l'accordéon. Ceci-étant dit, l'oeuvre de cette série la plus jouissive à mon oreille demeure la Chamber Music III - The Nocturnal Dances of Don Juanquijote - Op.58 (1986) pour violoncelle solo et cordes: là je touche à tout ce qui me fascine dans la musique d'Aulis Sallinen. Aujourd'hui, j'ai achevé ce "Cycle-Portrait" sur ses Symphonies nos 3 & 5. La N°3 est celle que je préfère des deux. Elle est vraiment captivante, grave aussi, en adéquation avec la triste actualité. Je n'aime pas autant la N°5, peut-être la symphonie qui me passionne le moins parmi celles que je connais du compositeur, mais que j'écoute cependant sans ennui, impression qui contredit mon précédent classement qui plaçait la troisième symphonie en dernier et donc après la Cinquième.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15397
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

 Aulis SALLINEN, né en 1935 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Aulis SALLINEN, né en 1935    Aulis SALLINEN, né en 1935 - Page 2 Empty2017-02-16, 08:48

Icare a écrit:
Icare a écrit:
Ce matin, j'ai démarré ma matinée sur la première partie de son opéra Kullervo. Là, en revanche, il s'agit pour moi d'une première. Bien que je m'étais procuré le triple CD en octobre 2015, je ne le découvre seulement aujourd'hui, à l'occasion de mon "Cycle-Portrait" entièrement dédié à Aulis Sallinen. La crainte lorsque j'aborde un nouvel opéra, contemporain ou pas, en langue étrangère, c'est que la musique et le chant ne m'accrochent pas suffisamment et finissent par me le rendre hermétique. Par chance, je n'ai ressenti aucun ennui pendant l'écoute de cette première partie, et cela même si je ne comprends rien à l'intrigue. Musicalement, comme très souvent avec Sallinen, ça passe très très bien. Bientôt, je vais découvrir la seconde partie.

Désormais, je connais cet opéra en entier et plus je me suis enfoncé dans cette oeuvre plus j'ai rencontré de passages très attachants et parfois très intenses et émouvants. C'est un très bon opéra qui s'écoute facilement. Belle découverte.  Aulis SALLINEN, né en 1935 - Page 2 333455

Kullervo d'Aulis Sallinen est un long opéra qui se répartit sur trois cd, un peu comme ceux de Mikis Theodorakis. Je ne comprends toujours rien de l'intrigue et ne cherche d'ailleurs pas à comprendre car je n'aime pas lire et écouter en même temps. J'ai préféré, comme toujours, me concentrer sur la partie la plus musicale de l'opéra, et de ce côté-là, je suis assez comblé sur la longueur, aussi bien par un certain nombre de passages purement instrumentaux que de passages vocaux. Le final m'est par exemple très émouvant.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15397
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

 Aulis SALLINEN, né en 1935 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Aulis SALLINEN, né en 1935    Aulis SALLINEN, né en 1935 - Page 2 Empty2018-12-02, 19:39


Voilà ce que je lis dans Wikipédia sur Kullervo:

<<Dans la mythologie finnoise, Kullervo est un héros tragique de l'épopée nationale le Kalevala. Maltraité dès l'enfance, il devient un homme sans foi ni loi, ignorant et violent. Ayant violé celle qu'il découvre être sa sœur, il finit par se suicider avec son épée. L'histoire de Kullervo est racontée aux chapitres 31 à 36 de Kalevala. Au chapitre 31, les frères Untamo et Kalervo sont des rivaux qui se font la guerre. Untamo en sort victorieux et massacre toute la tribu de son frère, laissant vivre seulement une femme, Untamala, enceinte de Kullervo, fils de Kalervo. Dès sa naissance, Kullervo est très fort, et à trois mois jure vengeance contre Untamo. Alors ce dernier tente trois fois de le tuer par divers moyens (en le noyant, le brûlant et le pendant) en vain à cause des pouvoirs magiques de l'enfant. Alors Untamo décide d'employer Kullervo en tant que servant dans sa demeure, mais la nature violente et la force de Kullervo le rendent inapte au travail domestique. Untamo décide de le vendre en esclave au forgeron Ilmarinen. Au chapitre 32, la femme d'Ilmarinen l'emploie comme berger de son bétail. Au chapitre 33, elle le tourmente en le nourrissant de mauvais pain rempli de pierre, sur lesquels Kullervo brise son couteau, le seul objet qu'il a hérité de son père. Pour se venger d'elle, Kullervo transforme des ours et loups en vaches dans le troupeau, de sorte que lorsque la femme d'Ilmarinen vient pour les traire, elle se fait tuer par les bêtes. Au chapitre 33, Kullervo s'échappe de sa captivité, et rejoint sa mère et son père Kalervo qu'il découvre être vivant. Il apprend toutefois que sa sœur a disparu. Au chapitre 34, Kalervo tente également d'employer son fils Kullervo dans des tâches domestiques, mais encore, sa nature violente le rend inapte à un tel travail. Il envoie alors Kullervo récolter le tribut chez des villages voisins. En rentrant, Kullervo rencontre une jeune fille qu'il séduit et viole. Il apprend ensuite qu'il s'agit de sa sœur disparue. Remplie de honte, celle-ci se suicide. Kullervo rentre dans sa famille et leur annonce la nouvelle. Il ne trouve de réconfort qu’auprès de sa mère qui lui conseille de s’exiler. Mais Kullervo choisit de reprendre les armes et de partir affronter les troupes d’Untamo, afin d’accomplir sa vengeance. Enfin il se suicide sur son épée. Ce long moment du poème nous offre des passages très poétiques pour évoquer la mélancolie qui envahit périodiquement le malheureux héros accablé par son destin et aussi une ample prière (chant 32) de la femme d’Ilmarinen, invoquant les filles de la nature pour protéger ses bêtes au départ saisonnier du troupeau.>>

De cette folle histoire pleine de gaieté... Hehe..., mon compositeur finlandais préféré, Aulis Sallinen en a tiré un opéra en deux actes avec Jorma Hynninen, Eeva-Liisa Saarinen, Matti Salminen, Jorma Silvasti et le "Finnish National Opera Orchestra and Chorus" sous la direction de Ulf Soderblom. C'est rare que j'écoute deux opéras à la suite. J'avais écouté juste avant Les Bacchantes de Hans Werner Henze. J'en parle sur le fil approprié. Kullervo est aussi le nom d'un poème symphonique de Jean Sibelius. L'opéra d'Aulis Sallinen me plait beaucoup surtout par ses moments lumineux et ses très belles orchestrations. Jorma Hynninen prête sa superbe voix de baryton au héros tragique Kullervo.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15397
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

 Aulis SALLINEN, né en 1935 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Aulis SALLINEN, né en 1935    Aulis SALLINEN, né en 1935 - Page 2 Empty2021-07-26, 09:23

Ma dernière série d'écoutes croisées fut consacrée à James MacMillan et Poul Ruders. Je n'avais pas choisi ces deux compositeurs parce que je les avais découverts et approfondis dans la même période, mais parce que j'aime leur musique un peu pour les mêmes raisons. J'estime qu'il y a des similitudes dans leur approche symphonique. Aujourd'hui, j'ai décidé de "confronter" la musique du Finlandais Aulis Sallinen à celle de l'Anglais Thomas Adès. Pour le coup, rien ne les relie dans mon esprit, d'aucune manière que ce soit. C'est une association purement arbitraire, une occasion de revenir sur l'oeuvre de ces deux compositeurs de générations différentes qui occupent une place non négligeable dans ma cédéthèque. "Confronter" n'est sans doute pas le verbe adéquat, car il ne s'agit nullement pour moi de juger l'un par rapport à l'autre, mais simplement de me plonger allègrement dans deux univers poétiques distincts au sein d'un même cycle.

 Aulis SALLINEN, né en 1935 - Page 2 Jesus-barabba-picture-e1459529178412-695x312

J'ai décidé de commencer cette nouvelle série d'écoutes croisées avec Barabbas Dialogues opus 84 pour cinq solistes, narrateur et sept instruments:
___Petteri Salomaa: baryton,
___Riikka Rantanen: mezzo-soprano,
___Juha Kotilainen: baryton basse,
___Mari Palo: soprano,
___Topi Lehtipuu: ténor
___Kalle Holmberg: narrateur.
L'instrumentarium se compose d'un accordéoniste, un violoniste, un violoncelliste, un flûtiste, un clarinettiste, un percussionniste et un pianiste qui assure aussi la direction: Ralf Gothoni. L'oeuvre vit le jour entre 2002 et 2003 à la suite d'une commande du Festival de musique de Naantali. Cette composition, d'une durée qui dépasse les cinquante minutes, consiste en sept dialogues dont quatre sont pourvus de sous-titres spécifiant le contenu musical (les trois autres sont intitulés "Pâques"). Aulis Sallinen nous explique que "le terme "dialogue" conversation ou échange verbal, peut également évoquer un échange d'influences - une suggestion bien à propos pour une oeuvre qui traite de l'ordre du monde. Ainsi, le Nocturne a pris forme après que j'eus transformé le poème en vers de Lassi Nummi en un dialogue - avec la permission du poète, bien entendu. Comme cela semblait fonctionner, je mis aux côtés du Barabas La Femme, car il n'est pas bon que l'homme soit seul. D'un point de vue général, il ne faut pas rechercher dans ces dialogues la forme habituelle de la question-réponse ou de l'argument et de l'argument contraire. J'espère qu'ils se situent sur le plan de la pensée à un autre niveau, celui où peuvent être abordées les questions essentielles de l'humanité." Quoi qu'il en soit, l'oeuvre musicale est chaleureuse, vivante, plutôt émouvante dans ses meilleures parties, dans ses parties les plus expressives lorsque le piano entre véritablement en scène. J'aime bien les interventions mesurées de l'accordéon qui apportent à la composition une connotation populaire. Sallinen dit par ailleurs que le personnage de Barabbas stimule l'imagination et je trouve qu'effectivement il s'en est bien sorti. C'est une oeuvre que j'ai eu plaisir à redécouvrir.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15397
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

 Aulis SALLINEN, né en 1935 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Aulis SALLINEN, né en 1935    Aulis SALLINEN, né en 1935 - Page 2 Empty2021-07-28, 18:51



Réécoute de cinq compositions d'Aulis Sallinen qui ont toujours suscité en moi beaucoup d'intérêt. Comment négligerais-je un tel plaisir d'écoute avec des musiques qui flirtent parfois avec le tango argentin, usent de tournures incisives, s'appuyant soit sur le mordant d'un piano impulsif sous les doigts de Ralf Gothoni, soit sur la voix chaleureuse du violoncelle d'Arto Noras soit, tout en séduction, avec l'accordéon de Mika Väyrynen. Il y a tout d'abord Introduction and Tango Overture Op.74b (1997) et Chamber Music IV - "Metamorphoses of elegy for Sebastian Knight - Op.79 (2000), toutes deux composées pour piano solo et cordes. Je ne me lasserai jamais de rappeler que le duo "piano-cordes" est pour ainsi dire mon association instrumentale de prédilection! Les "Métamorphoses" me saisissent au vol, le piano évoluant dans une tonalité qui m'est exquise, en relation avec un jeu intense et judicieux des cordes. Je suis toujours sous l'emprise de Chamber V - Barabbas Variations - Op.80 (2000) pour accordéon et cordes, ne résistant pas à sa teneur poétique, ses colorations et le jeu incisif (presqu'à la Piazzolla) de l'accordéon. Jusqu'ici je semblais nourrir une préférence pour Chamber Music III - The Nocturnal Dances of Don Juanquijote - Op.58 (1986) pour violoncelle solo et cordes. Il faut dire qu'il y a tout pour m'attendrir, et au-delà de l'attendrissement il y a l'émotion que ma mémoire aimerait conserver soigneusement dans l'un de ses tiroirs. Il y a de ces petits moments de bonheur abstrait que j'ai peur d'oublier, peur qu'ils prennent la poussière sur une étagère. La musique - celle que j'aime évidemment - contient beaucoup de ces petits moments de bonheur abstrait, au fond elle est le vin de mon âme.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15397
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

 Aulis SALLINEN, né en 1935 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Aulis SALLINEN, né en 1935    Aulis SALLINEN, né en 1935 - Page 2 Empty2021-07-29, 23:07

Réécoute de quatre compositions d'Aulis Sallinen:

___A Solemn Overture (King Lear) Op.75:
Voilà une pièce symphonique qui me donne un avant-goût de son opéra King Lear. Le seul opéra de Sallinen que je commence à bien connaître est Kullervo.
___Symphonie N°1 Op.24:
Ce que je remarque le plus souvent dans son oeuvre symphonique, ce ne sont pas forcément les passages orchestraux les plus clinquants, les plus cuivreux, plutôt les peintures les plus légères, les plus poétiques, grâce à des coloris et des orchestrations exquis.
___Chorali pour orchestre.
Délicate embarcation dans un monde sonore propice à la rêverie.
___Symphonie n°7 op.71  
Voilà une oeuvre qui commence "en fanfare", mais cette ouverture est quasiment trompeuse dans la mesure où cette symphonie évolue dans la dentelle, le cristallin, une certaine douceur et délicatesse qui illuminaient déjà la première symphonie. C'est toute une architecture qui me plait dans la musique de Sallinen, des mosaïques finement ciselées, des combinaisons sonores qui flattent l'oreille et l'esprit, me transportent dans un univers un peu fantastique et même onirique. J'adore la fin de cette symphonie sur des notes scintillantes, de toutes petites touches lumineuses avant le silence. J'aurais presque aimé m'endormir avec elles, sans doute auraient-elles amorcé un rêve magnifique.

"Dans quelle mesure le Style de Sallinen s'inspire-t-il de celui de Sibelius? La question est délicate. Sallinen lui-même nie avoir jamais tenté de marcher dans les traces du grand symphoniste. Lors d'un entretien que j'ai eu avec lui pour préparer cet article, il a même appelé à témoin le chef d'orchestre Paavo Berglund, grand spécialiste de Sibelius, pour lui faire certifier "que (sa) musique et celle de Sibelius n'ont rien en commun". J'estime cependant que l'Ouverture Solennelle, dont les origines méditerranéennes sont certes manifestes, peut être considérée comme une représentation de la nature descendant en ligne directe des derniers poèmes symphoniques de Sibelius. Ces similitudes sont sans doute plus apparentes à un oeil extérieur, et les critiques ont peut-être tendance à déceler des rapports où il n'en existe aucun. Ma certitude pourrait bien aussi être la simple manifestation d'un truisme: toutes les personnes originaires d'un endroit donné ont tendance à avoir le même accent. En dernière analyse, il revient à chaque éditeur de décider par lui-même de ce qui finalement n'a guère d'importance, car la musique, comme la créativité, n'obéit qu'à ses propres règles." Martin Anderson. 2003.

Jean Sibelius est sans aucun doute le compositeur finlandais le mieux connu en dehors des frontières de la Finlande mais finalement un compositeur que je connais personnellement encore trop mal. J'ai prévu de m'intéresser plus assidûment à son oeuvre courant 2022. Les deux compositeurs finlandais que je connais le mieux sont Aulis Sallinen et Einar Englund. Chaque chose en son temps et chaque temps a sa chose. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22489
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

 Aulis SALLINEN, né en 1935 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Aulis SALLINEN, né en 1935    Aulis SALLINEN, né en 1935 - Page 2 Empty2021-07-30, 12:39

Je suis en train d'écouter cette 7ème symphonie, dont tu dis grand bien. Effectivement, j'aime bien, même si, à mon avis, elle n'a pas grand chose à voir avec Sibélius, qui a composé une musique davantage post romantique.

Sallinen est plus "moderne"... Wink

La symphonie s'intitule Le Rêve de Gandalf. Est-ce que dans le livret qui accompagne sans doute ton CD, on précise quel est ce rêve, qui semble avoir inspiré la symphonie ?



https://www.youtube.com/watch?v=joZyfgj4NaU
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 26317
Age : 46
Date d'inscription : 10/08/2006

 Aulis SALLINEN, né en 1935 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Aulis SALLINEN, né en 1935    Aulis SALLINEN, né en 1935 - Page 2 Empty2021-07-30, 13:07

Citation :
La symphonie s'intitule Le Rêve de Gandalf. Est-ce que dans le livret qui accompagne sans doute ton CD, on précise quel est ce rêve, qui semble avoir inspiré la symphonie ?

Gandalf est un personnage fictif de J. R. R. Tolkien dans "Le seigneur des anneaux". Ce "Rêve de Gandalf" fait donc référence à ce personnage et son histoire Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15397
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

 Aulis SALLINEN, né en 1935 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Aulis SALLINEN, né en 1935    Aulis SALLINEN, né en 1935 - Page 2 Empty2021-07-31, 21:40


Bien résumé par Snoopy et, de toute façon, je n'ai aucun détail supplémentaire dans le commentaire de Martin Anderson si ce n'est que d'après l'auteur l'idée de cette symphonie lui était venue suite à un projet de ballet inspiré par Le Seigneur des Anneaux. Une annotation sur la partition explique ce rapport plus en détail.

 Aulis SALLINEN, né en 1935 - Page 2 3be68d432649c0b2396efb164dd0f85b

Aujourd'hui, j'ai réécouté deux autres symphonies d'Aulis Sallinen, la Symphonie n°3 - opus 35 et la Symphonie n°5 - "Washington Mosaics" par le "Deutsche Staatsphilharmonie Rheinland-Pfalz" et Ari Rasilainen à la direction, un chef d'orchestre qui semble s'être pas mal investi dans l'interprétation des oeuvres du compositeur finlandais. La troisième symphonie pris définitivement forme entre 1974 et 1975, en réponse à une commande de la Radio finlandaise. Elle fut jouée pour la première fois le 8 avril 1975 par l'Orchestre Symphonique de la Radio Finlandaise. Cette symphonie a été conçue pour grand orchestre, comprenant les bois par trois ou quatre, une section complète de cuivres, trois percussionnistes (tempelbocks, tambour militaire, tam-tams, grosse caisse et caisse claire, cymbales, marimba, vibraphone, crotales et grand tam-tam), une harpe, un piano, un célesta et des cordes. Il y a des schémas sonores qui me plaisent beaucoup dans cette troisième symphonie, ce qui est également vrai pour la Cinquième, des idées musicales qui m'accrochent très vite et par lesquelles se déplient, du moins à mon goût, des mouvements qui me sont captivants, parfois l'expression pouvant m'être quelque-peu énigmatique, jusqu'à un développement plus romantique et sombre en même temps. La musique libère alors de belles émotions, un lyrisme ample mais sans grandiloquence. Dans la Symphonie n°5, il y a aussi un grand développement énigmatique qui finit par se matérialiser en une valse expansive. J'adore ce passage. Il y en a un autre que j'adore un peu pour les mêmes raisons. Plus globalement, ce sont deux architectures musicales qui me plaisent et que j'ai plaisir à explorer. La cinquième symphonie fut composée dix ans après la Troisième, c'est-à-dire entre 1984 et 1985.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15397
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

 Aulis SALLINEN, né en 1935 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Aulis SALLINEN, né en 1935    Aulis SALLINEN, né en 1935 - Page 2 Empty2021-08-04, 16:58

Belle réécoute de la Symphonie n°8 - Automnal Fragments, Op.81 et de deux autres oeuvres d'Aulis Sallinen. Celle-ci fut composée en 2001 et complétée en octobre de cette même année. Le compositeur confie qu'il chercha par cette oeuvre à combiner deux éléments contrastants: l'un fragmentaire et sommaire, l'autre conservant une discipline et une cohérence symphoniques. C'est justement cette caractéristique qui me fascine dans cette huitième symphonie. J'ai toujours aimé les forces expressives contrastantes au sein d'une même oeuvre, lorsque deux pôles antagonistes, bien que dans ce cas précis, le terme "antagoniste" me parait excessif, se confrontent, s'immiscent l'un dans l'autre, feignent l'entente et l'harmonie avant de réitérer des contrastes saisissants.

<<Chaque fois que j'en ai eu l'opportunité, j'ai toujours aimé être dans un studio d'artiste, en train de regarder les esquisses. La fascination d'une ébauche réside dans le fait qu'elle donne une inspiration et une vision fortes, réalisées avec rapidité, laissant en même temps de l'espace pour les modifications et les développements possibles. Toutes les voies vers l'achèvement sont ouvertes, aucune possibilité n'est exclue, et l'esquisse est la base d'un tout aux multiples facettes.>> Aulis Sallinen



Le Concerto pour violon et orchestre, Op.18 et The Palace Rhapsody, Op.72 pour instruments à vent, percussion, harpe et piano, sont désormais des oeuvres qui me maintiennent dans un même degré d'intensité et de fascination. Je sais que, ces derniers temps, les concertos pour violon qui m'ont le mieux transporté appartiennent à Aubert Lemeland. Je ne suis pas sûr d'aimer autant celui de Sallinen, néanmoins, le violon de Jaakko Kuusisto a ce quelque-chose de viscéral qui me tient à chaque fois en haleine. Il m'est juste moins céleste, c'est tout, que ceux de Lemeland.  La belle surprise de l'album fut finalement The Palace Rhapsody, peut-être parce que cette oeuvre au style qui se démarque de celui des deux créations précédentes, m'a offert ce chouette moment de bonne humeur, la bouffée d'optimisme qu'inconsciemment j'espérais.

Par le "Staarsphliharmonie Rheinland-Pfalz" sous la direction d'Ari Rasilainen.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15397
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

 Aulis SALLINEN, né en 1935 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Aulis SALLINEN, né en 1935    Aulis SALLINEN, né en 1935 - Page 2 Empty2021-08-05, 12:00

Ce sera le dernier album retenu dans mon cycle actuel. J'en ai un autre, paru chez Naxos, que je n'ai pas souhaité réécouter cette fois-ci. Je n'ai pas souhaité non plus réécouter son Concerto pour flûte qui fait cependant partie de mes oeuvres préférées d'Aulis Sallinen, puis j'ai renoncé à me replonger dans son opéra Kullervo que j'avais pourtant prévu au départ, sans doute parce que je l'avais déjà écouté récemment et que je l'avais encore trop en tête. L'album que j'ai réécouté aujourd'hui est certainement celui que je considère comme mon album fétiche du compositeur car il renferme trois oeuvres qui me passionnent et qui m'ont nettement incité à poursuivre l'aventure "Sallinen":

 Aulis SALLINEN, né en 1935 - Page 2 Image?fn=A-526575

Shadows - Prélude pour orchestre, Op.52. Ce morceau de dix minutes pile (j'en ai une autre version plus courte d'un iota) me caresse dans le sens du poil. Je suis fasciné par cette idée de marche militaire qui se dessine progressivement jusqu'à son éclatement au sein d'une musique climatique. Il y a comme un contraste saisissant qui s'opère entre la partie climatique - presque menaçante - et la marche militaire un peu bancale. Cela m'évoque immanquablement un autre morceau, certes plus court mais tout aussi savoureux à mon oreille, composé par Ennio Morricone pour le thriller politique de Peter Fleischmann, La Faille (1975). Il y a une excellente marche militaire sur laquelle se greffent des cordes rampantes et dissonantes, mariant ainsi dans un contraste saisissant une musique de circonstance avec une partie "score" et illustrative de la bande originale. J'adore ça!

Concerto pour violoncelle et orchestre, Op.44, avec Arto Noras au violoncelle: un concerto qui commence tout en douceur, dans sa forme la plus tendre et la plus romantique. Le premier mouvement atteint presque les vingt minutes, démarre en mode variable et finit par épouser les traits rythmiques d'une marche funèbre. Le second mouvement est déjà plus concis et offre une conclusion plutôt animée et entraînante.

Symphonie n°4, Op.49: c'est toujours ce principe de motif fort bien trouvé et exploré qui me fascine, principalement dans le premier mouvement. Sous le joug de la répétition d'un motif récurrent, s'installe méticuleusement l'once d'un esprit joyeux ou radieux. Ceci-dit, les deux mouvements qui suivent ne manquent ni de relief ni de piment. Il se pourrait bien qu'il s'agisse là de ma symphonie préférée de Sallinen parmi celles que je connais, encore qu'aujourd'hui, je n'en suis plus si sûr...

Par le "Helsinki Philharmonic Orchestra" sous la direction de Okko Kamu.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




 Aulis SALLINEN, né en 1935 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Aulis SALLINEN, né en 1935    Aulis SALLINEN, né en 1935 - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Aulis SALLINEN, né en 1935
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: