Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

  Aulis SALLINEN, né en 1935

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 12592
Age : 54
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Aulis SALLINEN, né en 1935   Sam 19 Mar - 17:20

Icare a écrit:
Ce matin, j'ai démarré ma matinée sur la première partie de son opéra Kullervo. Là, en revanche, il s'agit pour moi d'une première. Bien que je m'étais procuré le triple CD en octobre 2015, je ne le découvre seulement aujourd'hui, à l'occasion de mon "Cycle-Portrait" entièrement dédié à Aulis Sallinen. La crainte lorsque j'aborde un nouvel opéra, contemporain ou pas, en langue étrangère, c'est que la musique et le chant ne m'accrochent pas suffisamment et finissent par me le rendre hermétique. Par chance, je n'ai ressenti aucun ennui pendant l'écoute de cette première partie, et cela même si je ne comprends rien à l'intrigue. Musicalement, comme très souvent avec Sallinen, ça passe très très bien. Bientôt, je vais découvrir la seconde partie.

Désormais, je connais cet opéra en entier et plus je me suis enfoncé dans cette oeuvre plus j'ai rencontré de passages très attachants et parfois très intenses et émouvants. C'est un très bon opéra qui s'écoute facilement. Belle découverte.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 12592
Age : 54
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Aulis SALLINEN, né en 1935   Dim 20 Mar - 18:29

Dernières écoutes:

Shadows - Prélude pour orchestre, Op.52, un morceau génial en tout point! J'adore cette idée de marche militaire qui se dessine progressivement jusqu'à son éclatement au sein d'une musique climatique, presqu'à suspens.
Concerto pour violoncelle et orchestre, Op.44, avec Arto Noras au violoncelle: très beau concerto, ample, intense et généreux...
Symphonie n°4, Op.49, un chef-d'oeuvre! Cette symphonie est un régal pour moi avec ses motifs savoureux que Sallinen développe et explore à merveille. Je me suis tellement éclaté que je l'ai réécoutée à deux reprises, tout comme "Shadows".
Symphonie n°8 - Automnal Fragments, Op.81. Pour moi, Aulis Sallinen est l'exemple-même d'un compositeur inspiré et imaginatif, pas juste un compositeur compétent qui possède une formidable technique lui permettant de composer la musique la plus rigoureuse et complexe qui soit. Sa huitième symphonie (mais plus encore la Quatrième) contient tout le potentiel imaginatif du compositeur où chaque idée qui y est exploitée, qu'elle soit thématique ou harmonique, est jubilatoire à mon oreille. Ce compositeur est pour moi un puits sans fond de fantaisie, d'inventivité, de couleurs et de poésie, ce n'est pas pour rien qu'il a une très bonne place, pour ne pas dire "pignon sur étagère" dans ma cédéthèque. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 12592
Age : 54
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Aulis SALLINEN, né en 1935   Dim 20 Mar - 22:00


Tout comme pour la Symphonie n°8, le Concerto pour violon et orchestre, Op.18 et The Palace Rhapsody, Op.72 pour instruments à vent, percussion, harpe et piano, sont des oeuvres dont je ne maîtrisais pas encore bien l'écoute. Deux écoutes précédentes n'étaient pas suffisant pour en être davantage imprégné, pour en avoir un souvenir plus détaillé. Le Concerto pour violon me fascine sans toute moins que ses symphonies ou qu'une pièce orchestrale comme Shadows, mais il m'a cependant autant plu que son Concerto pour violoncelle, ce qui est déjà beaucoup. Toutefois, dans le domaine du concerto, chez Aulis Sallinen, c'est celui pour flûte qui remporte le mieux mon adhésion. The Palace Rhapsody est une oeuvre tonale, très mélodique, épatante, avec un thème principal très attachant, parfois traité avec retenue, parfois avec plus de décomplexion, et même avec une certaine emphase. Très divertissant. J'adhère!
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 12592
Age : 54
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Aulis SALLINEN, né en 1935   Mar 22 Mar - 19:37

Quatre autres opus d'Aulis Sallinen provoquent chez moi une formidable fascination; tout d'abord Introduction and Tango Overture Op.74b (1997) et Chamber Music IV - "Metamorphoses of elegy for Sebastian Knight - Op.79 (2000), toutes deux composées pour piano solo et cordes. Il faut dire aussi que l'association "piano-cordes" est l'une de mes préférées! De la première oeuvre mentionnée, j'aime principalement la première partie. Dès que le tango s'installe véritablement, j'aime un peu moins, toutefois ça reste encore suffisamment attractif. Les "Métamorphoses" me sont encore plus captivantes, le piano évoluant dans une tonalité qui me plait beaucoup en relation avec un jeu intense et judicieux des cordes. Sa Chamber V - Barabbas Variations - Op.80 (2000) pour accordéon et cordes me plait quasiment autant pour sa teneur poétique, ses colorations et le jeu incisif (presqu'à la Piazzolla) de l'accordéon. Ceci-étant dit, l'oeuvre de cette série la plus jouissive à mon oreille demeure la Chamber Music III - The Nocturnal Dances of Don Juanquijote - Op.58 (1986) pour violoncelle solo et cordes: là je touche à tout ce qui me fascine dans la musique d'Aulis Sallinen. Aujourd'hui, j'ai achevé ce "Cycle-Portrait" sur ses Symphonies nos 3 & 5. La N°3 est celle que je préfère des deux. Elle est vraiment captivante, grave aussi, en adéquation avec la triste actualité. Je n'aime pas autant la N°5, peut-être la symphonie qui me passionne le moins parmi celles que je connais du compositeur, mais que j'écoute cependant sans ennui, impression qui contredit mon précédent classement qui plaçait la troisième symphonie en dernier et donc après la Cinquième.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 12592
Age : 54
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Aulis SALLINEN, né en 1935   Jeu 16 Fév - 8:48

Icare a écrit:
Icare a écrit:
Ce matin, j'ai démarré ma matinée sur la première partie de son opéra Kullervo. Là, en revanche, il s'agit pour moi d'une première. Bien que je m'étais procuré le triple CD en octobre 2015, je ne le découvre seulement aujourd'hui, à l'occasion de mon "Cycle-Portrait" entièrement dédié à Aulis Sallinen. La crainte lorsque j'aborde un nouvel opéra, contemporain ou pas, en langue étrangère, c'est que la musique et le chant ne m'accrochent pas suffisamment et finissent par me le rendre hermétique. Par chance, je n'ai ressenti aucun ennui pendant l'écoute de cette première partie, et cela même si je ne comprends rien à l'intrigue. Musicalement, comme très souvent avec Sallinen, ça passe très très bien. Bientôt, je vais découvrir la seconde partie.

Désormais, je connais cet opéra en entier et plus je me suis enfoncé dans cette oeuvre plus j'ai rencontré de passages très attachants et parfois très intenses et émouvants. C'est un très bon opéra qui s'écoute facilement. Belle découverte.

Kullervo d'Aulis Sallinen est un long opéra qui se répartit sur trois cd, un peu comme ceux de Mikis Theodorakis. Je ne comprends toujours rien de l'intrigue et ne cherche d'ailleurs pas à comprendre car je n'aime pas lire et écouter en même temps. J'ai préféré, comme toujours, me concentrer sur la partie la plus musicale de l'opéra, et de ce côté-là, je suis assez comblé sur la longueur, aussi bien par un certain nombre de passages purement instrumentaux que de passages vocaux. Le final m'est par exemple très émouvant.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 12592
Age : 54
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Aulis SALLINEN, né en 1935   Dim 2 Déc - 19:39


Voilà ce que je lis dans Wikipédia sur Kullervo:

<<Dans la mythologie finnoise, Kullervo est un héros tragique de l'épopée nationale le Kalevala. Maltraité dès l'enfance, il devient un homme sans foi ni loi, ignorant et violent. Ayant violé celle qu'il découvre être sa sœur, il finit par se suicider avec son épée. L'histoire de Kullervo est racontée aux chapitres 31 à 36 de Kalevala. Au chapitre 31, les frères Untamo et Kalervo sont des rivaux qui se font la guerre. Untamo en sort victorieux et massacre toute la tribu de son frère, laissant vivre seulement une femme, Untamala, enceinte de Kullervo, fils de Kalervo. Dès sa naissance, Kullervo est très fort, et à trois mois jure vengeance contre Untamo. Alors ce dernier tente trois fois de le tuer par divers moyens (en le noyant, le brûlant et le pendant) en vain à cause des pouvoirs magiques de l'enfant. Alors Untamo décide d'employer Kullervo en tant que servant dans sa demeure, mais la nature violente et la force de Kullervo le rendent inapte au travail domestique. Untamo décide de le vendre en esclave au forgeron Ilmarinen. Au chapitre 32, la femme d'Ilmarinen l'emploie comme berger de son bétail. Au chapitre 33, elle le tourmente en le nourrissant de mauvais pain rempli de pierre, sur lesquels Kullervo brise son couteau, le seul objet qu'il a hérité de son père. Pour se venger d'elle, Kullervo transforme des ours et loups en vaches dans le troupeau, de sorte que lorsque la femme d'Ilmarinen vient pour les traire, elle se fait tuer par les bêtes. Au chapitre 33, Kullervo s'échappe de sa captivité, et rejoint sa mère et son père Kalervo qu'il découvre être vivant. Il apprend toutefois que sa sœur a disparu. Au chapitre 34, Kalervo tente également d'employer son fils Kullervo dans des tâches domestiques, mais encore, sa nature violente le rend inapte à un tel travail. Il envoie alors Kullervo récolter le tribut chez des villages voisins. En rentrant, Kullervo rencontre une jeune fille qu'il séduit et viole. Il apprend ensuite qu'il s'agit de sa sœur disparue. Remplie de honte, celle-ci se suicide. Kullervo rentre dans sa famille et leur annonce la nouvelle. Il ne trouve de réconfort qu’auprès de sa mère qui lui conseille de s’exiler. Mais Kullervo choisit de reprendre les armes et de partir affronter les troupes d’Untamo, afin d’accomplir sa vengeance. Enfin il se suicide sur son épée. Ce long moment du poème nous offre des passages très poétiques pour évoquer la mélancolie qui envahit périodiquement le malheureux héros accablé par son destin et aussi une ample prière (chant 32) de la femme d’Ilmarinen, invoquant les filles de la nature pour protéger ses bêtes au départ saisonnier du troupeau.>>

De cette folle histoire pleine de gaieté... Hehe..., mon compositeur finlandais préféré, Aulis Sallinen en a tiré un opéra en deux actes avec Jorma Hynninen, Eeva-Liisa Saarinen, Matti Salminen, Jorma Silvasti et le "Finnish National Opera Orchestra and Chorus" sous la direction de Ulf Soderblom. C'est rare que j'écoute deux opéras à la suite. J'avais écouté juste avant Les Bacchantes de Hans Werner Henze. J'en parle sur le fil approprié. Kullervo est aussi le nom d'un poème symphonique de Jean Sibelius. L'opéra d'Aulis Sallinen me plait beaucoup surtout par ses moments lumineux et ses très belles orchestrations. Jorma Hynninen prête sa superbe voix de baryton au héros tragique Kullervo.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aulis SALLINEN, né en 1935   

Revenir en haut Aller en bas
 
Aulis SALLINEN, né en 1935
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: