Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

  Aulis SALLINEN, né en 1935

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11187
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Aulis SALLINEN, né en 1935   Ven 2 Déc - 12:12

<<Il serait intéressant de savoir combien de compositeurs ont fait la même expérience que moi et avec quelle fréquence: j'allume la radio, j'écoute la musique qui en sort et il me faut un moment avant de réaliser que j'en suis l'auteur. Je vois deux explications à ce phénomène. Tout d'abord, je n'écoute que très rarement mes propres compositions; ensuite, j'ai sans doute une mauvaise mémoire, ce qui par ailleurs m'aide à faire de la place pour de nouvelles oeuvres. J'ai tendance à penser qu'un compositeur préfère écouter ses oeuvres anciennes lorsqu'elles font l'objet d'une nouvelle interprétation. De son point de vue, c'est là une situation très stimulante: la nouvelle interprétation explore les dimensions de l'oeuvre de façon à ouvrir un champ de possibilités inédites, à donner de nouvelles perspectives - même pour l'auteur - sur un paysage oublié. J'ai connu cette situation lorsque j'ai entendu pour la première fois un nouvel enregistrement par CPO de quatre de mes pièces pour orchestre. Ma première symphonie, par exemple, m'a paru de facture plus impressionniste que dans mon souvenir. Ce n'est pas seulement l'interprétation qui lui donnait ces coloris opulents, mais aussi les techniques d'enregistrement ultramodernes mises en oeuvre. Lorsque j'ai composé cette pièce, il y a quelques trente ans, je l'avais simplement intitulée SINFONIA. J'avais 35 ans à l'époque et je n'avais jamais pu imaginer que ma composition serait suivie par huit autres symphonies. [...]>>

Aulis Sallinen.


Dernière édition par Icare le Sam 23 Mai - 23:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11187
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Aulis SALLINEN, né en 1935   Ven 2 Déc - 13:00

Aulis Sallinen est un compositeur finlandais né le 9 avril 1935 à Salmi sur la rive nord du Lac Ladoga (revendiqué par l'Union Soviétique en 1944). D'abord initié aux vertus du violon, il s'intéresse très tôt aux joies du piano et de l'improvisation ainsi qu'au jazz, ce qui le conduit très vite à réaliser ses premières compositions d'adolescent. Après avoir suivi les cours d'Aarre Merikanto et Joonas Kokkonen à l'Académie Sibelius, il en devient membre. Il fut administrateur de l'Orchestre Symphonique de la Radio Finlandaise entre
1960 et 1969, secrétaire et membre du Conseil de 1958 à 1973, puis président de 1971 à 1973 de la Société des Compositeurs Finlandais. Il deviendra également membre du conseil de TEOSTO (société des droits d'auteur de Finlande) de 1970 à 1984, puis président de 1988 à 1990. Il est membre du Conseil de l'Opéra national de Finlande depuis un certain nombre d'années. En 1983, il partage le Prix Wihuri International Sibelius avec Penderecki. Aujourd'hui, il est membre de l'Académie Royale de Suède et Docteur Honoraire des Universités d'Helsinki et de Turku. Le gouvernement finlandais le nomme Professeur d'Arts Perpétuel en 1981, une première nomination du genre permettant à Aulis Sallinen de se consacrer pleinement à la composition, le point qui nous intéresse le plus ici car il y a beaucoup à dire et à défendre sur ce compositeur tonal et inspiré, auteur d'une oeuvre vaste, colorée et vivante!
Revenir en haut Aller en bas
vizZ

avatar

Nombre de messages : 729
Age : 29
Date d'inscription : 22/03/2009

MessageSujet: Re: Aulis SALLINEN, né en 1935   Ven 2 Déc - 13:21

Naxos a sorti une intégrale de symphonies apparemment très intéressantes.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11187
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Aulis SALLINEN, né en 1935   Ven 2 Déc - 15:22

Je les possède déjà presque toutes, la N°1, 3,4, 5, 7 & 8. Il ne me manque que les N°2 & 6. En fait, pour certaines, les N°3, 5 & 8, je viens de les découvrir seulement aujourd'hui alors que je possède les cd depuis presque trois mois. D'une première impression englobant toutes ces symphonies, je retiens par ordre de préférence 8, 4, 1, 7, 5 et 3. Bien sûr, par expérience plusieurs fois démontrée, je me méfie toujours des premières impressions, et autant des emballements précipités que des jugements hâtifs et c'est vrai avec n'importe quelle oeuvre consistante ou fastidieuse, telle qu'une symphonie, un oratorio, un opéra et même une musique de film, qu'elle provienne de l'ère baroque, classique ou contemporaine. En général, des indices positifs ou négatifs assez solides se forgent dès une première écoute mais il arrive parfois qu'une seconde écoute bouleverse les données - autant d'appréciations qui dépendent de plusieurs paramètres dont l'humeur dans laquelle je me trouve au moment des écoutes, réalité familière à chaque mélomane. En général, je ne m'encombre pas d'exigences prédéfinies à la découverte d'une oeuvre,n'espère pas une direction particulière, je me laisse guidé par elle, quelle que soit la direction esthétique, les changements de rythmes et de tons qu'elle prend. Après, soit j'y ressens de l'ennui soit du plaisir et parfois un peu des deux suivant les mouvements, comme c'est parfois le cas pour moi avec certaines symphonies de Beethoven ou de Bruckner ou de compositeurs plus récents. Dans le cas des symphonies de SALLINEN, il m'a semblé arborer une musique plutôt versatile et labyrinthale dont les humeurs peuvent changer plusieurs fois au sein d'un même mouvement. J'y ai retenu des motifs récurrents et accrocheurs, des coloris marquants, des ambiances sonores originales. La N°5 sous-titrée "Washington mosaics répond le plus idéalement à cette caractéristique de musique versatile et picturale, bien davantage que la première qui est de caractère plus impressionniste. cette cinquième symphonie se constitue effectivement de mosaïques comme le suggère le sous-titre et c'est ce qui me la rend captivante, même si je pense - mais je reste prudent - lui préférer la huitième et sans doute la septième. Les écoutes suivantes le détermineront et me permettront de préciser ma pensée et donc d'améliorer mon "jugement".
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11187
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Aulis SALLINEN, né en 1935   Ven 2 Déc - 20:51

Un point que je réalise une énième fois est que je suis souvent plus séduit et, de toute façon, plus attiré par la petite et moyenne formation de chambre que par la grande formation symphonique et ce n'est pas rare que j'apprivoise l'oeuvre d'un compositeur par cet aspect-là de sa musique que par ses symphonies. C'a d'ailleurs été le cas avec Aulis Sallinen que j'avais découvert par des oeuvres pour cordes. Bien que je me sois penché sur ses symphonies et que j'en suis ressorti satisfait, la Chamber Music III op.58 que je viens d'écouter ce soir m'a touché beaucoup plus viscéralement encore! C'est une autre dimension qui s'est ouverte à moi, une dimension de proximité avec les instruments, notamment le violoncelle dans ses chants et ses rythmes incisifs. Il me suffirait de fermer les yeux pour imaginer que le violoncelle joue à côté de moi. J'aime ressentir la chaleur et les frottements des instruments, leur respiration, comme s'ils étaient le prolongement organique des musiciens! Il faut dire que cette pièce mélodique de Sallinen est superbe en tout point!
Revenir en haut Aller en bas
germou

avatar

Nombre de messages : 37
Age : 74
Date d'inscription : 11/12/2011

MessageSujet: Les Danses nocturnes   Lun 12 Déc - 7:38

En fait le titre complet est "Nocturnal dances of Don JuanQuixote" où Don Juan fusionne avec Don Quichotte.
Il s'agit d'une pièce de vingt minutes pour violoncelle et orchestre de chambre écrite en 1983.
N'hésitez pas, ce sera une belle découverte pour compléter vos connaissances sur Aulis Sallinen.
Ne pas oublier non plus les "Songs of life and death" de 1995 dans la succession de Sibelius.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.gereve63.net
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11187
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Aulis SALLINEN, né en 1935   Dim 18 Déc - 19:37


Pas de risque que j'abandonne ce compositeur en si bon chemin. Je recherche aussi une de ses musiques de film qui d'après les renseignements que j'ai pu obtenir, existerait sur CD sous forme d'une oeuvre symphonique réécrite pour le concert. Cependant, c'est assez vague dans la mesure où j'en ignore encore le titre. Il y a chez ce compositeur un fabuleux équilibre entre musique savante et musique populaire au même titre que le compositeur suédois Bo Nilsson, tel que l'atteste l'excellent coffret A spirit's Whisper qui contient des pièces de chambre, deux cantates et des extraits de sa musique de film.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11187
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Aulis SALLINEN, né en 1935   Lun 31 Déc - 22:51

Je ne m'étais pas encore frotté à la musique vocale d'AULIS SALLINEN. C'est chose faite avec BARABBAS DIALOGUES Op.84 pour cinq solistes, narrateur et sept instruments. Je n'ai pas du tout été déçu par cette découverte, une musique chaleureuse, qui communique de vraies émotions. Nul besoin non plus d'être un amoureux du genre contemporain pour apprécier une oeuvre comme celle-ci. Clarinette, accordéon, violon, violoncelle, flûte, percussion et piano constituent un instrumentarium qui me plait beaucoup. La partie narrative est intelligemment dosée et ne plombe jamais ces "Barabbas Dialogues" par un récit interminable. Tout comme EINAR ENGLUND, chaque oeuvre d'AULIS SALLINEN me donne envie d'en découvrir une nouvelle.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11187
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Aulis SALLINEN, né en 1935   Mar 1 Jan - 18:59


BARABBAS DIALOGUES est la dernière oeuvre que j'aurai écoutée en cette année 2012. Inutile donc de vous préciser, mes bons compagnons, que j'ai achevé musicalement parlant cette année en beauté! Et avec du contemporain! Et toc!!
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11187
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Aulis SALLINEN, né en 1935   Ven 16 Aoû - 18:55

J'ai réécouté, aujourd'hui, Shadows, Prélude pour orchestre Op.52 , le Concerto pour violoncelle et orchestre Op.44 ainsi que la Symphonie n°4 que j'avais placée en seconde position dans mon classement préférentiel concernant les symphonies.

Helsinki Philharmonic Orchestra/ Okko Kamu
Arto Noras: violoncelle

Que du bonheur!    
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11187
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Aulis SALLINEN, né en 1935   Sam 17 Aoû - 19:04

__Some Aspects of Peltoniemi Hintrik's Funeral March - String Quartet N°3, version pour orchestre à cordes.   
Beau développement mélodique, touche à l'exquis lorsque les cordes expriment sa meilleure partie dans un registre aigu irrésistible.

__Chamber Music I & 2, Op.38 pour orchestre à cordes & Op.41 pour flûte et orchestre à cordes.  
Deux oeuvres qui semblent patiner dans le vide dans leur première partie et qui gagnent un peu en saveur et consistance dans la seconde, seulement l'ennui ayant déjà planté sa tente, j'ai eu du mal à rentrer dedans à nouveau. Dommage!

___Sunrise Serenade pour 2 trompettes, piano et orchestre à cordes, Op.63  
Je ne résiste jamais longtemps à une mélodie délicieuse, surtout lorsqu'elle est développée par un tel instrumentarium, notamment une trompette mélancolique et émouvante.

___Harlekkiini - Concerto pour flûte et orchestre, Op.70    
Juste parfait, une oeuvre à la fois accessible et inspirée,une virtuosité jamais prétentieuse, jamais plombante, juste exquise, un thème d'ouverture magnifiquement accrocheur, si beau que je suis presque déçu qu'il ne réapparaît pas en guise de conclusion au concerto et cela même si le dernier mouvement déplie un voile de timbres scintillants.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11187
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Aulis SALLINEN, né en 1935   Sam 17 Aoû - 19:24

___A Solemn Overture (King Lear) Op.75 I love you I love you 
Très classique à mon oreille, je ne suis pas sûr d'y trouver les éléments qui caractérisent selon moi le style du compositeur, mais j'ai trouvé cette ouverture si bien écrite et intense que j'aimerais bien découvrir l'opéra auquel elle se rapporte...Finalement, en musique, plus je découvre et plus j'en ai à découvrir. Shocked 

___Symphonie N°1 Op.24   
Je trouve pas mal d'éléments dans cette symphonie, la première d'une série de huit, qui constituent, selon moi, la personnalité musicale de Sallinen. J'aime beaucoup la poétique de cette oeuvre pleine de finesse et, parfois, de timbres lumineux ou cristallins qui lui apportent un pouvoir onirique.

___Chorali pour orchestre.   
Délicat et poétique.

___Symphonie n°7 op.71   I love you 
Cette symphonie s'écoute comme une musique de film qui n'en est pas une. Epique, elle a ses étapes, ses rebondissements, elle propose des images, ses actions que l'on imagine au sein de grands paysages. Emphatique à un moment donné, c'est pourtant à cet endroit qu'elle fait un usage intéressant et amusant des cuivres, comme si ceux-ci s'étaient provisoirement échappés d'une pièce de Xenakis.
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16483
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Aulis SALLINEN, né en 1935   Mer 11 Sep - 10:54

Catalogue des oeuvres


Orchestre

Deux tableaux mythologiques, op 1 (1956)
Concerto pour orchestre de chambre, op 3 (1959)
Variations pour violoncelle et orchestre, op 5 (1961)
Mauermusik (musique du mur) op 7 "1962" (1963)
Variations Juventa, op 8 (1963)
Concerto pour violon, op 18 (1968)
Chorali, pour 32 vents, percussions, harpe et célesta, op 22 (1970)
Symphonie n° 1, op 24 (1971)
Symphonie n° 2 "Dialogue symphonique", op 29 (1972) pour percussions et orchestre
Symphonie n° 3, op 35 (1975)
Concerto pour violoncelle, op 44 (1976)
Symphonie n° 4, op 49 (1979)
Shadows (Ombres), prélude de l'opéra Kuningas lähtee Ranskaan, op 52 (1983)
Symphonie n° 5 "Washington Mosaïcs", op 57 (1985)
From a Schoolchild's Diary, suite pour double orchestre d'enfants (violons et violoncelles), op 62 (1989)
Sunrise Serenade, pour 2 trompettes, piano et cordes, op 63 (1989)
Symphonie n° 6 "From a New Zealand Diary", op 65 (1989/90)
Aux portes du palais, ouverture de l'opéra Palatsi, op 68a (1994)
Concerto pour flûte "Harlequin", op 70 (1994/95)
Symphonie n° 7, "Les Songes de Gandalf" op 71 (1996)
Rhapsodie du palais, tirée de l'opéra Palatsi, op 72 (1996)
Ouverture solennelle (ouverture de l'opéra Kuningas Lear), op 75 (1997)
Symphonie n° 8 "Autumnal Fragments", op 81 (2001)
Concerto pour cor "Campane ed arie", op 82 ((2002)
Concerto de chambre, pour violon, piano et orchestre de chambre, op 87 (2005)
Concerto pour clarinette, alto et orchestre de chambre, op 91 (2007)
Concerto pour cor anglais et orchestre, op 97 (2010/11)


Musique de chambre

Quatuor à cordes n° 1, op 2 (1958)
Quatuor à cordes n° 2 "Canzona", op 4 1960)
Sérénade 1963, pour double quatuor à vents, op 9 (1963)
Elégie pour Sebastien Knight pour violoncelle, op 10 (1964)
Quattro per quattro, pour hautbois, violon, violoncelle et clavecin, op 12 (1965)
Cadenze pour violon, op 13 (1965)
Quatuor à cordes n° 3 "Aspects de la marche funèbre de Peltoniemi Hintrik" (1969), op 19 - orchestre à cordes, 1981
Quatre Etudes pour violon et piano, op 21 (1970)
Chaconne pour orgue, op 23 (1970)
Quatuor à cordes n° 4 "Hiljaisia lauluja" (chants tranquilles), op 25 (1971)
Sonate pour violoncelle seul, op 26 (1971)
Vantaa-fanfaari pour vents, op 27 (1971)
Metamorfora pour violoncelle et piano, op 34 (1974)
Ritornello pour violon, op 36 (1975)
Canto pour violon, op 37 (1975)
Musique de chambre I, pour orchestre à cordes, op 38 (1975)
Musique de chambre II, pour flûte, alto et orchestre à cordes, op 41 (1976)
Quatuor à cordes n° 5 "Pièces de mosaïque", op 54 (1983)
Musique de chambre III  "Les danses nocturnes de Don Juanquichotte", pour violoncelle et cordes op 58 (1986)
Fanfare, pour 4 cors, 3 trompettes, 3 trombones, tuba et percussions, op 59 (1986)
Echoes from a Play, pour hautbois et quatuor à cordes, op 66 (1990)
From a Swan Song, pour violoncelle et piano, op 67 (1991)
Introduction et tango ouverture, pour quintette avec piano, op 74 (1997)
Musique de chambre IV, pour piano et orchestre de chambre, op 79 (2000)
Musique de chambre V "Barabbas Variations", pour accordéon et orchestre cordes, op 80 (2000)
Quintette "des morceaux oubliés", pour piano, 2 violons, alto et violoncelle, op 85 (2003/04)
Sonate pour violoncelle et piano, op 86 (2004)
Musique de chambre VI "Trois invitations au voyage", quatuor à cordes et orchestre à cordes, op 88 (2006)
Mistral music, pour flûte seule, op 90 (2005) - ou flûte et quintette à cordes, op 90a
Quintette avec piano n° 2 "Three Kullervo Elegies", op 92 (2006)
Musique de chambre VII "Cruselliana", pour quintette à vents et orchestre à cordes, op 93 (2008)
Musique de chambre VIII "The Trees, all their green, Paavo Haavikko In Memoriam", pour violoncelle et orch à cordes, op 94 (2008/09)
Préludes et fugues pour accordéon solo, op 95 (2009)
Trio avec piano "Les Visions Fugitives", op 96 (2010)
Baumgesang mit Epilog pour violoncelle et piano, op 101 (2013)
Trois Adagios pour orgue, op 102 (2013)
Quatuor à cordes n° 6, op 103 (2014)
Variazioni per organo, op 104 (2014)
Canti per vallis gratiae pour orgue et piano, op 105 (2014)


Piano

Notturno, op 14 (1966)
Les guerres lointaines du roi Lear, op 79 (2000)
Le soupir de Barabbas, op 83 (2003)


Opéras, ballets

Variations sur Mallarmé, ballet en un acte, op 16 (1967)
Ratsumies (Le Cavalier),, opéra en 3 actes, op 32 (1974)
Punainen vïïva (le trait rouge), opéra en 2 actes, op 46 (1978)
Kuningas lähtee Ranskaan (Le roi s'en va-t-en France), op 53 (1983)
Kullervo, opéra en 2 actes, op 61 (1988)
Palatsi (Le Palais), opéra en 3 actes, op 68 (1993)
Kuningas Lear (Le Roi Lear), opéra en op 76 (1999)
Le Hobbit, ballet pour jeunes danseurs, op 78 (2000/01)


Autres musiques vocales

Trois Chansons lyriques sur la mort pour baryton, choeur d'hommes et orchestre de chambre, op 6 (1962)
Deux Chansons pour choeur d'enfants et piano, op 20 (1969) dont n° 1 : Vintern var hârd, version avec orchestre de chambre
Suite grammaticale pour choeur d'enfants et orchestre de chambre, op 28 (1971)
Quatre chansons de rêves de l'opéra Ratsumies, pour soprano et orchestre, op 30 (1973)
Chansons de la mer pour choeur d'enfants a cappella, op 33 (1974)
Simppeli Simme ja Hamppari Hamme (Simon le simple et son chien) pour baryton et piano, op 40a (1975) ou choeur mixte, op 40b (1977)
Kansanlaulun tapaan, pour choeur d'hommes (1978)
Dies Irae, pour soprano, basse, choeur d'hommes et orchestre, op 47 (1978)
Mies, ei-mikään, ei-kukaan, pour baryton et piano, op 48 (1978)
Chanson autour d'une chanson, pour choeur d'enfants, op 50 (1980)
Suite de "L'Âge de fer", pour soprano, choeur d'enfants, choeur mixte et orchestre, tirée de la musique de la série télévisée L'Âge de fer, d'après le Kalevala, op 55 (1983)
The Beaufort Scale, humoresque pour choeur mixte, op 56 (1984), texte anglais tiré de l'échelle de Beaufort...
Hymne aux fourmis, pour choeur d'enfants, op 60 (1987)
En del av det hela, pour choeur mixte, op 64 (1989)
Chants de la vie et de la mort, pour baryton, choeur et orchestre, op 69 (1994)
Hold Fast Your Dreams, pour solistes et choeur d'enfants, op 73 (1996)
La Naissance de la bière, pour choeur mixte, op 77 (1999)
Dialogues de Barabbas, pour soprano, mezzo, ténor, baryton basse, récitant, flûte, clarinette (ou clarinette basse), accordéon, percussions, piano, violon et violoncelle, op 84 (2003)
Tuulinen talvi Provencessa eli requiem läheisen kuoltua, pour ténor ou soprano avec piano, violon et guitare, op 89 (2006)
Cinq portraits de femmes, pour soprano, cor et orchestre, op 100 (2012)


Divers

Chaka, mélodrame radiophonique sur un texte de Leopold Sedar Senghor, op 17 (1968)
Musique pour la série TV The Iron Age (l'âge de fer) basée sur le Kalevala (1978/82) (voir suite op 55)


Dernière édition par joachim le Sam 2 Juil - 10:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11187
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Aulis SALLINEN, né en 1935   Dim 1 Déc - 18:40

Icare a écrit:
Je ne m'étais pas encore frotté à la musique vocale d'AULIS SALLINEN. C'est chose faite avec BARABBAS DIALOGUES Op.84 pour cinq solistes, narrateur et sept instruments. Je n'ai pas du tout été déçu par cette découverte, une musique chaleureuse, qui communique de vraies émotions. Nul besoin non plus d'être un amoureux du genre contemporain pour apprécier une oeuvre comme celle-ci. Clarinette, accordéon, violon, violoncelle, flûte, percussion et piano constituent un instrumentarium qui me plait beaucoup. La partie narrative est intelligemment dosée et ne plombe jamais ces "Barabbas Dialogues" par un récit interminable. Tout comme EINAR ENGLUND, chaque oeuvre d'AULIS SALLINEN me donne envie d'en découvrir une nouvelle.      
Réécoute aujourd'hui et même ressenti! Que du bonheur!!!!  
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11187
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Aulis SALLINEN, né en 1935   Ven 13 Déc - 9:52

Icare a écrit:
 ___Symphonie n°7 op.71   I love you Cette symphonie s'écoute comme une musique de film qui n'en est pas une. Epique, elle a ses étapes, ses rebondissements, elle propose des images, ses actions que l'on imagine au sein de grands paysages. Emphatique à un moment donné, c'est pourtant à cet endroit qu'elle fait un usage intéressant et amusant des cuivres, comme si ceux-ci s'étaient provisoirement échappés d'une pièce de Xenakis.

La Symphonie n°7 - The Dreams of Gandolf de Aulis Sallinen me plait de plus en plus, comme une impression d'entrer dans un rêve fantastique ou, mieux encore, de pénétrer l'antre d'un cinéma imaginaire. J'ai toujours aimé les filiations possibles qu'il m'est permis de faire entre musique absolue et musique appliquée, ainsi j'aime bien trouver certains "fragments" de musique de film au coeur d'une symphonie comme celle-ci. Le voyage musical conçoit alors dans mon esprit ses propres images d'aventure.      
Revenir en haut Aller en bas
Stadler
Admin
avatar

Nombre de messages : 4199
Age : 47
Date d'inscription : 09/11/2006

MessageSujet: Re: Aulis SALLINEN, né en 1935   Lun 23 Fév - 11:26

germou a écrit:
En fait le titre complet est "Nocturnal dances of Don JuanQuixote" où Don Juan fusionne avec Don Quichotte.
Il s'agit d'une pièce de vingt minutes pour violoncelle et orchestre de chambre écrite en 1983.
N'hésitez pas, ce sera une belle découverte pour compléter vos connaissances sur Aulis Sallinen.

Re-découvert ces danses nocturnes. Magnifique oeuvre pour les amateurs de violoncelle dont je fais résolument partie I love you I love you I love you
Revenir en haut Aller en bas
http://clarinette-classique.forumactif.fr/index.htm
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11187
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Aulis SALLINEN, né en 1935   Sam 23 Mai - 23:44

Histoire d'en savoir un peu plus sur sa Symphonie n°3 que j'ai réécoutée ce soir avec beaucoup de plaisir, notamment conquis par la construction originale du mouvement médium et, plus globalement, par le lyrisme un peu sombre et tourmenté qui peut en émaner:

La troisième symphonie vit le jour entre 1974 et 1975 suite à une commande de la Radio finlandaise, et fut donnée pour la première fois le 8 avril 1975 par l'Orchestre symphonique de la Radio finlandaise, dont le compositeur avait tenu les rênes jusqu'à cinq ans auparavant. L'orchestre était placé sous la direction d'OKKO KAMU, le dédicataire de l'oeuvre. La symphonie est prévue pour grand orchestre, avec les bois par trois ou quatre, une section complète de cuivres, trois percussionnistes (tempelblocks, tambour militaire, tom-toms, grosse caisse et caisse claire, cymbales, marimba, vibraphone, crotales et grand tam-tam), une harpe, un piano, un célesta et des cordes. Cette symphonie était la première pour laquelle SALLINEN choisit une forme en plusieurs mouvements, même si la décision d'agir ainsi n'avait pas été facile, comme le révèle le texte écrit pour le programme de la première: << La pensée symphonique telle que je la conçois réside principalement dans la structure d'un mouvement unique, et non dans une structure multiple, qui implique l'interaction entre plusieurs mouvements. Si on prend également en ligne de compte mon désir constant de condenser les choses, il n'est guère surprenant que mes deux premières symphonies aient été toutes deux en un seul mouvement. La troisième symphonie devait suivre le même chemin; elle devait développer plus avant le concept du mouvement unique. C'était du moins mon idée lorsque je commençai, en août, à travailler sur le matériau que j'avais déjà ébauché. Mais en novembre, je réalisai que ce ne serait pas possible: le matériau, ou peut-être mon propre moi, se refusait de se confiner aux limites d'un seul mouvement élargi. En d'autres mots, je me retrouvais dans une situation telle que le mouvement unique allait devenir une structure multiple où plusieurs mouvements seraient reliés les uns aux autres. Je décidai alors que la musique que j'avais déjà composée constituerait le premier mouvement d'une symphonie à plusieurs mouvements. Je terminai le deuxième mouvement (Chaconne) à Noël. Lorsque j'eus fini le Finale, le premier jour de l'an, j'eus le sentiment que je venais de mener à bien mon projet de composition le plus difficile de tous. Mais je me trompais encore. Ce n'est qu'à la mi-février que je pus enfin poser ma plume, et dans l'intervalle j'avais réécrit entièrement la Chaconne.>> Aulis Sallinen.

J'ai réécouté cette captivante Symphonie n°3 par le "Deutsche Staatsphilharmonie Rheinland-Pfalz" sous la direction d'Ari Rasilainen. J'en ai profité pour réécouter aussi la Symphonie n°5 - Washington Mosaics dans la même interprétation. Je m'attarderai sur cette oeuvre lors d'une prochaine écoute. Ce que je peux déjà en dire c'est que je l'ai, une nouvelle fois, beaucoup appréciée, notamment le premier mouvement avec cette valse un peu grossière qui tente de s'immiscer...chouette musique...
Revenir en haut Aller en bas
Henri



Nombre de messages : 271
Age : 63
Date d'inscription : 23/05/2015

MessageSujet: Re: Aulis SALLINEN, né en 1935   Jeu 28 Mai - 0:44

J'ai écouté aujourd'hui les symphonies n° 2 et n° 4 que j'ai bien aimées (et donc enregistrées). J'ai écouté aussi la n° 7 (Le rêve de Gandall) qui ne m'a pas spécialement marqué (et donc rendue à la médiathèque sans l'avoir enregistrée). Sinon, je n'ai rien de plus intéressant à dire là-dessus.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11187
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Aulis SALLINEN, né en 1935   Mer 14 Oct - 20:24

Aulis Sallinen fait partie des compositeurs finlandais que j'écoute le plus, peut-être plus encore que Einar Englund. Je l'ai abordé par ses oeuvres pour cordes, sa musique de chambre, ses concertos, ses symphonies: c'est peut-être sa musique de chambre qui me touche le plus jusqu'ici, ce mélange d'éléments musicaux savants et populaires qui me la rend si intéressante, je ne sais pas...C'est une oeuvre que j'ai déjà écoutée et réécoutée mais qui échappe encore un peu à mon analyse personnelle...Bientôt, je vais pouvoir découvrir un autre aspect de sont art:

__l'opéra Kullervo, opéra en deux actes avec, parmi les chanteurs principaux, le baryton Jorma Hynninen dans le rôle de Kullervo, Eeva-Liisa Saarinen (soprano) dans le rôle de la mère et le basse Matti Salminen dans le rôle de Kalervo - par le "Finnish National Opera Orchestra and Chorus" sous la direction de Ulf Söderblom.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11187
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Aulis SALLINEN, né en 1935   Mer 16 Mar - 22:31

Icare a écrit:
Je ne m'étais pas encore frotté à la musique vocale d'AULIS SALLINEN. C'est chose faite avec BARABBAS DIALOGUES Op.84 pour cinq solistes, narrateur et sept instruments. Je n'ai pas du tout été déçu par cette découverte, une musique chaleureuse, qui communique de vraies émotions. Nul besoin non plus d'être un amoureux du genre contemporain pour apprécier une oeuvre comme celle-ci. Clarinette, accordéon, violon, violoncelle, flûte, percussion et piano constituent un instrumentarium qui me plait beaucoup. La partie narrative est intelligemment dosée et ne plombe jamais ces "Barabbas Dialogues" par un récit interminable. Tout comme EINAR ENGLUND, chaque oeuvre d'AULIS SALLINEN me donne envie d'en découvrir une nouvelle.      


C'est l'oeuvre par laquelle j'ai décidé de commencer mon cycle entièrement dédié au compositeur finlandais Aulis Sallinen. J'ai suffisamment d'oeuvres pour m'imprégner pendant plusieurs jours de son univers. Comme Poul Ruders & Per Norgard, il fait partie des compositeurs contemporains des pays scandinaves qui me plaisent le plus. Puis Barabbas Dialogues fait aussi partie de mes compositions préférées de Sallinen, il me paraissait donc logique d'ouvrir ce cycle avec elle. J'adore les colorations instrumentales dans cette musique qui servent des voix déjà magnifiques.
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

avatar

Nombre de messages : 2590
Age : 56
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: Re: Aulis SALLINEN, né en 1935   Mer 16 Mar - 23:35

Je ne sais pas si tu télécharges, ou tu acquiers des CD... , car sur les chaînes musicales (j'en ai 4 !), ce compositeur n'est pas très joué. J'ai dû l'entendre par hasard, par exemple des oeuvres au violoncelle par des violoncellistes virtuoses qui explorent ce répertoire.
Quand je regarde le topic "compositeurs" de ce forum, avec le fil d'aujourd'hui ici, et celui de Laudec, je suis évidemment éblouie par le nombre de compositeurs que je ne connaîs pas, ou mal.
Le problème est peut-être que leur découverte concerne un petit nombre d'initiés, des gens qui viennent sur ce forum, et font l'effort de s'y intéresser.
J'essaie de faire ça, en vous lisant (déjà cela m'apprend),  mais il faut du temps, le moyen de télécharger, de s'y consacrer.
Mais rien que de vous lire, c'est un plaisir, merci. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11187
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Aulis SALLINEN, né en 1935   Jeu 17 Mar - 11:50

<<Je ne sais pas si tu télécharges, ou tu acquiers des CD... >>


En général, je parle d'oeuvres que je possède en CD car je me suis intéressé à la musique bien avant qu'Internet n'existe et j'ai ensuite gardé cette habitude. Je reconnais cependant que le téléchargement a au moins l'avantage de ne pas envahir les étagères et, aujourd'hui, même si je me sers des commodités d'Internet, je continue d'acheter des CD...mais bon, je ne suis pas un gros acheteur non plus. Internet est un instrument auquel je me suis de toute manière intéressé avec retard.

<<car sur les chaînes musicales (j'en ai 4 !), ce compositeur n'est pas très joué. J'ai dû l'entendre par hasard, par exemple des oeuvres au violoncelle par des violoncellistes virtuoses qui explorent ce répertoire.>>

Je m'intéresse à beaucoup de compositeurs qui ne sont pas forcément très joués sur les chaînes musicales ou en concert, et dont on parle peu dans les revues spécialisées. Cela s'explique par le fait que j'ai pendant longtemps fonctionné à l'intuition, pour ne pas dire; "à l'instinct", ne fréquentant ni les salles de concert, ni les émissions de musique classique et ne lisant aucun critique musical. Surtout chez les Modernes et les Contemporains, j'ai fonctionné à l'instinct et je continue de découvrir selon cette "méthode" très personnelle. C'est de cette façon que j'ai découvert des compositeurs comme Poul Ruders et Aulis Sallinen, sans que jamais personne ne m'ait conseillé quoi que ce soit d'eux, jusqu'à devenir "fan" de leur univers. Avec le recul, j'estime avoir eu un instinct et une intuition très efficaces. Découvrant Internet et fréquentant des forums à partir de 2009, L'influence érudite d'autrui a finalement joué un plus grand rôle, plus principalement sur les périodes baroque, classique et romantique...Sans quelques commentaires élogieux rapportés ici, je n'aurais peut-être jamais tenté une Messe de Zelenka...?...

<<Quand je regarde le topic "compositeurs" de ce forum, avec le fil d'aujourd'hui ici, et celui de Laudec, je suis évidemment éblouie par le nombre de compositeurs que je ne connaîs pas, ou mal.>>

Je comprends, cependant, je pense qu'il ne faut pas trop se laisser éblouir ni même impressionner par cette "ignorance" qui est la nôtre et qui prend une ampleur frustrante lorsque nous sommes confrontés à un monde sonore qui nous semble infini. Par exemple, Laudec va présenter un compositeur dont tu ignorais jusqu'au nom et, de ton côté, tu vas lui apporter des choses qu'elle ne savait pas non plus. Je pourrais faire le même parallèle entre Jean et Moi, Joachim et Bel canto, etc... Il y a beaucoup de compositeurs que je ne connais pas ou alors que je connais très mal. Je sais que je mourrai sans connaître la moitié de tous ces compositeurs et en sachant que certains ont pu écrire une musique qui m'aurait plu et que je n'écouterai probablement jamais. Je ne m'en formalise pas car, à mon humble avis, ce n'est pas essentiel. Je suis en revanche très content d'avoir découvert un compositeur comme Aulis Sallinen dont j'aime beaucoup le style et d'avoir approfondi son oeuvre. L'essentiel est d'évoluer à son rythme et selon ses aspirations: être en accord avec ses choix et donc avec soi-même. Avant, j'aimais beaucoup découvrir de nouveaux compositeurs ainsi que de nouvelles musiques, que ce soit dans le domaine du Contemporain, du jazz ou du cinéma. Depuis quelques années, même si je n'ai pas forcément perdu ce "goût-là" - je vais d'ailleurs bientôt découvrir la musique d'un "nouveau" compositeur en la personne d'Alain Craens, né en 1957 - j'aspire davantage à redécouvrir des musiciens et des oeuvres que je connais déjà depuis longtemps, d'où mes "cycles-portraits" comme celui que je suis entrain de consacrer à Aulis Sallinen.

D'ailleurs, ce matin, je viens de réécouter A Solemn Overture - Op.75 pour orchestre, qui me donne très envie de découvrir son opéra King Lear duquel cette ouverture est extraite, sa captivante et très inspirée Symphonie n°1 - Op.24 et le poétique Chorali (pas d'Opus). C'est à mon oreille une musique irisée et fort plaisante et dont chaque nouvelle écoute est un plaisir renouvelé. Si je n'ai pas encore la possibilité d'écouter son opéra King Lear dont l'ouverture est très prometteuse, je vais bientôt découvrir Kullervo, opéra en deux actes, déjà que ceux de Poul Ruders m'ont bien accaparé... Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

avatar

Nombre de messages : 2590
Age : 56
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: Re: Aulis SALLINEN, né en 1935   Jeu 17 Mar - 17:40

C'est formidable ton message, et ton long témoignage, merci Kiss , car ça me réconforte sur un certain côté ignare que j'ai sur la musique... Et pourtant, tu vois, je suis choriste confirmée (d'ailleurs je chante du japonais, du malgache, du contemporain... AUSSI !), mélomane , hyper-branchée baroque et Mozart... Comme tu le dis, chacun est "expert" dans son domaine. C'est pourquoi ce forum est si riche de découvertes... !
(Tiens, ça me donne envie ce week-end, après la répèt de chorale, de te donner les noms de nos auteurs contemporains pour voir ce que tu connaîs d'eux... ! Ainsi que les compositeurs contemporains que les soeurs Labèque à deux pianos n'ont cessé d'explorer -Concerto de Glass, récente sortie de CD-.).
Icare a écrit:
je n'aurais peut-être jamais tenté une Messe de Zelenka...?...
Elle est magnifique, cette messe, que j'ai entendue grâce à vous il y a quelques jours !
De ton côté, tente la "Cosi fan Tutte Messe"..., peut-être ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11187
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Aulis SALLINEN, né en 1935   Jeu 17 Mar - 18:13

<<De ton côté, tente la "Cosi fan Tutte Messe"..., peut-être !

Mais j'y pense bien, tout comme je compte me plonger avec plus d'assiduité dans ses opéras, mais c'est un autre sujet pour un autre fil. Very Happy

Sinon, aujourd'hui, je suis revenu sur deux oeuvres d'Aulis Sallinen, sa Symphonie n°7 et son Concerto pour flûte et orchestre - Harlekiini avec le flûtiste Petri Alanko et la "Tapiola Sinfonietta" sous la direction d'Okko Kamu, deux compositions que j'aime beaucoup. J'ignore pourquoi Henri n'est pas vraiment entré dans la Septième Symphonie qui pourtant contient de très jolis passages; attractive en entier...
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11187
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Aulis SALLINEN, né en 1935   Ven 18 Mar - 10:39


Some aspects of Peltoniemi Hintrik's Funeral March, Quatuor à cordes n°3, Op.19, dans un ré-arrangement pour orchestre à cordes, fut pour moi une belle entrée dans la musique de chambre d'Aulis Sallinen. D'abord un beau thème mélodique qui s'imprime aisément dans mon esprit et ensuite un délicieux traitement de celui-ci par les cordes; il en résulte une pièce de douze minutes que j'aime beaucoup. J'apprécie un usage assez poétique des pizzicati, par exemple...S'en suit un appréciable Chamber Music I, Op.38 pour orchestre à cordes qui dépasse les onze minutes. L'oeuvre semble plus sévère par ses cordes plus tourmentées, dessinant un thème principal moins évident à retenir, plus sinueux ou sournois...c'est selon... Puis il finit par s'entortiller autour de moi pour mieux m'étreindre. Pas le meilleur de ses "Chamber Music", mais j'aime bien. Comme une fantaisie porteuse d'une mélodie très accrocheuse, surgit alors la Sunrise Serenade, Op.63 pour deux trompettes, piano et orchestre à cordes: c'est presque sept minutes d'une légèreté toute relative et tellement bienvenue avant de retrouver plus de gravité avec le Chamber Music II, Op.41 pour flûte alto (Hanna Juutilainen) et orchestre à cordes. Pas mal non plus. Voilà ce que j'ai réécouté, pas plus tard qu'hier soir, juste avant de partir rejoindre mon épouse et Morphée...

Ce matin, j'ai démarré ma matinée sur la première partie de son opéra Kullervo. Là, en revanche, il s'agit pour moi d'une première. Bien que je m'étais procuré le triple CD en octobre 2015, je ne le découvre seulement aujourd'hui, à l'occasion de mon "Cycle-Portrait" entièrement dédié à Aulis Sallinen. La crainte lorsque j'aborde un nouvel opéra, contemporain ou pas, en langue étrangère, c'est que la musique et le chant ne m'accrochent pas suffisamment et finissent par me le rendre hermétique. Par chance, je n'ai ressenti aucun ennui pendant l'écoute de cette première partie, et cela même si je ne comprends rien à l'intrigue. Musicalement, comme très souvent avec Sallinen, ça passe très très bien. Bientôt, je vais découvrir la seconde partie.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aulis SALLINEN, né en 1935   

Revenir en haut Aller en bas
 
Aulis SALLINEN, né en 1935
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: