Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 La Dame de pique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Snoopy
Admin


Nombre de messages : 21022
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: La Dame de pique   Mer 8 Nov - 1:52

La Dame de pique est une nouvelle d'Alexandre Pouchkine publiée en 1834. Structurée comme un conte, cette histoire met en scène des personnages aux traits empruntés au théâtre populaire de l'époque. Cette courte nouvelle sera d'ailleurs adaptée en livret d'opéra par Piotr Ilitch Tchaïkovski.

Résumé

Au cours d'une soirée de jeu, de jeunes hommes de la bonne société russe du 19e siècle parlent entre eux du pouvoir que détiendrait la comtesse Anna Fédotovna, grand-mère d'un des interlocuteurs. Cette femme aurait le don de deviner à l'avance les trois prochaines cartes qui seraient tirées au cours d'un jeu de hasard. Fasciné par les perspectives de richesse que pourrait lui amener ce pouvoir, Hermann, jeune officier aux chevaliers de la Garde, use de tous ses charmes pour courtiser Lizavèta Ivanovna, jeune servante auprès de la comtesse, afin de pouvoir s'introduire dans l'entourage de cette comtesse et lui soustraire ce secret. Au cours d'une soirée, alors qu'il réussit à s'introduire dans les appartements de la comtesse, il tombe nez à nez avec la comtesse, panique, la menace d'une arme la pour tenter de lui arracher son secret. Celle-ci s'effondre et meurt. Plus tard, au terme d'une soirée arrosée, il a une vision et voit la comtesse s'introduire chez lui pour lui révéler les fameuses trois cartes à jouer pour refaire sa fortune : le trois, le sept et l'as. Sûr de lui et de sa vision, il joue avec succès les deux premières cartes. En jouant toute sa fortune sur l'as, la troisième carte, il voit alors que la troisième carte tirée est la dame de pique. Il s'effondre, ruiné, et sombre dans la folie. Hermann est devenu fou. Il est dans un hôpital et marmonne : "trois, sept, as ; trois, sept, dame. Lizaveta Ivanovna épousa un fort aimable jeune homme et Tomski épousa la princesse Pauline.

A quelques détails près, le livret de Modeste Tchaïkovski, revu par Piotr Ilitch, reprend l'argument de la nouvelle de Pouchkine. Un jeune officier, pauvre et ambitieux, Hermann, voit surgir au hasard d'une rencontre une vieille et impressionnante Comtesse, réputée pour sa fortune.

Pressentant qu'elle va jouer dans sa vie un rôle décisif, Hermann courtise sa petite-fille, Lisa; celle-ci l'introduit nuitamment dans le palais de la Comtesse qui, revenant inopinément, contraint Hermann à se cacher dans une pièce attenant à son boudoir. Là, s'abandonnant à la rêverie dans une bergère, la Comtesse évoque les jours fastueux de sa jeunesse à Versailles. «Vénus moscovite», elle tenait sous son charme la cour du régent. C'est là qu'elle rencontra le comte de Saint-Germain qui, s'éprenant d'elle, lui confia le secret des «trois cartes». Les jouer, c'était s'assurer la fortune. Telle fut l'origine de la fabuleuse richesse de la Comtesse. Hermann décide de s'approprier ce secret qui fera de lui un homme nouveau, riche, puissant. Surgissant devant la vieille femme, il la somme de lui révéler quelles sont les trois cartes fatidiques. La Comtesse se tait; pour la contraindre à parler, Hermann la menace de son pistolet. La Comtesse s'effondre morte, victime d'une crise cardiaque. La nuit, à la caserne, Hermann se désespère et enrage. La «maudite sorcière» a emporté son secret dans la tombe! Mais le fantôme de la Comtesse, qui surgit devant lui, révèle à Hermann que les trois cartes sur lesquelles il faut miser pour gagner sont le trois, le sept et l'as à condition toutefois de ne jamais jouer plus de deux fois. Fou d'excitation, Hermann se rue au cercle (Lisa, qui a compris qui il était, s'est jetée dans la Néva), mise et remise, gagnant une somme fabuleuse. Oublieux de la clause restrictive, il continue à jouer; mais lors de la troisième mise il perd tout. C'est que, à la troisième carte, l'as s'est substituée la Dame de pique, la Comtesse. Désespéré, Hermann se suicide.
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
 
La Dame de pique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: L'opéra, les ballets et le chant-
Sauter vers: