Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

  Arne NORDHEIM (1931-2010)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11323
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Arne NORDHEIM (1931-2010)   Jeu 10 Nov - 22:38

Arne Nordheim, né en 1931, fut l'une des personnalités musicales les plus brillantes en Norvège pendant une bonne cinquantaine d'année. C'est par sa musique de ballet The Tempest pour solistes, orchestre et choeur que je pénétrai l'univers onirique et lumineux de ce compositeur au style très caractéristique. Il fut honoré par un grand nombre de prix prestigieux et autres distinctions, et a été le locataire de la résidence d'honneur offert par l'état. En 1997, il a été élu membre honoraire de la Société Internationale de musique contemporaine. Nordheim a étudié l'orgue et le piano, la théorie musicale et la composition au Conservatoire d'Oslo au cours des années 1948-1952. Il a écrit des ouvrages dans la plupart des genres mais son instrument de prédilection est indiscutablement l'orchestre. Ses premières oeuvres telles que Soirée,Terre (1957), Canzona (1960), et Epitaffio disposent également d'enregistrements électrophoniques. Il faut dire que Arne Nordheim fut fortement intéressé par les vertus de l'électro-acoustique durant toute une période, pendant laquelle des compositions telles que Solitaire (1968) apparurent. Ils furent l'occasion pour lui d'opposer des sons électrophoniques à des instruments acoustiques comme la percussion et autres.

 En 1972, il obtint le Prix de Musique de Conseil Nordique grâce à son oeuvre Eco pour soprano, deux choeurs et orchestre. Il recevra des commandes des quatre coins du monde; Greening (1973) pour l'Orchestre Symphonique de Los Angeles, le ballet The Tempest (1979) pour le festival de Schwetzingen en Allemagne, le concerto pour violoncelle Tenebrae (1980) pour M. Rostropvitch, Aurora (1983) pour Electric Phoenix et Magma  (1988) pour l'Orchestre  du Concertgebouw. En 1994, le drame musical La Ballade de Rêve a été créé en tant que partie du programme des Jeux d'hiver de Lillehammer Olympique. Trois ans après, un concerto pour violon verra le jour sous l'archer d'Arve Tellefsen et par l'Orchestre philharmonique d'Oslo, et en cette même année, à l'occasion du 1000ème anniversaire de la ville de Trondheim, lui fut commissionné l'Oratorio de Nidaros qui sera créé dans la Cathédrale de Nidaros. La dernière grande oeuvre importante de Nordheim fut le Concerto pour trombone Fonos qui a été créé par Marius Hesby et l'Orchestre philharmonique de Bergen en 2005.

Arne Nordheim est décédé le 5 juin 2010.


Dernière édition par Icare le Dim 19 Juil - 23:25, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11323
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Arne NORDHEIM (1931-2010)   Ven 11 Nov - 11:03

___Catalogue:

_____Dramatique____

__ARIADNE - Ballet sur "Tempora Noctis" (1977)
__DRAUMKVEDET (the dream ballad) ,musique de théâtre pour solistes, orchestre,choeur et sons électrophoniques. (1994)
__FAVOLA, pourdeux chanteurs, dix danseurs, orchestre et bande (1965)
__KATHARSIS, ballet pour grand ensemble - (1962)
__ETAPES, musique de ballet sur des extraits de "Colorazione" et "Warszawa" (1971)
__STOOLGAME, ballet sur la musique de "Solitaire" (1974)
__STRENDER (Plages) musique de ballet adaptée de "Réponse I" et "Solitaire" - (1975)
__THE TEMPEST, ballet pour solistes, choeur, orchestre et sons électrophoniques - (1979)


_____Pour orchestre et concertos_____

__ADIEU pour orchestre à cordes et cloches - 1994
__BOOMERANG, concerto pour hautbois et orchestre de chambre - 1985
__CANZONA PER ORCHESTRA - 1960
__DORIA pour ténor et orchestre - 1965
__ECO pour soprano, choeur mixte, choeur d'enfants et orchestre - 1967
__EPITAFFIO pour orchestre et bande magnétique - 1963
__FLOTTANT (Floating) pour orchestre - 197O
__FONOS, concerto pour trombone et orchestre - 2003
__GREENING pour orchestre - 1973
__MAGMA pour grand orchestre - 1988
__MONOLITH pour orchestre - 1990
__NEDSTIGNINGEN avec récitant,soprano, choeur mixte, orchestre et sons électroniques - 1980
__NIDAROS, oratorio - 1997
__RENDEZVOUZ pour cordes - 1956-1987
__SPUR, concerto pour accordéon et orchestre - 1975
__TEMPORA NOCTIS, cantate - 1979
__TENEBRAE, concerto pour violoncelle et orchestre - 1982
__CONCERTO POUR VIOLON -1996
__WIRKLICHER WALD, pour soprano, violoncelle, choeur mixte et orchestre - 1983
__EVENING LAND pour soprano et orchestre.

Arne Nordheim a également composé un certain nombre de pièces de chambre et de musiques électro-acoustiques.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11323
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Arne NORDHEIM (1931-2010)   Dim 27 Nov - 23:21

L'écoute de Evening Land pour soprano et orchestre m'a permis d'apprécier une oeuvre sobre, raffinée, finement écrite et interprètée par Elisabeth Soderstrom. La partie de l'orchestre m'a particulièrement séduit. Je la trouve bien écrite mais surtout porteuse de délicatesse et d'une belle impression timbrale. Bref, une pièce pour voix et orchestre séduisante. Flottant pour orchestre est une partition symphonique qui porte très bien son titre et est plutôt pas mal...moderne mais attractive... I love you
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11323
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Arne NORDHEIM (1931-2010)   Ven 6 Déc - 9:46

THE TEMPEST, ballet pour solistes, choeur, orchestre et sons électrophoniques - (1979)  

C'est l'oeuvre que j'ai réécoutée hier soir, avec encore plus de plaisir et d'émotion que les fois précédentes. Vraiment superbe avec cette introduction électronique et quel final!    
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11323
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Arne NORDHEIM (1931-2010)   Ven 6 Déc - 17:59


Le drame musical La ballade de rêve - Draumkvedet pour solistes, choeur, orchestre et sons électroniques (1994) est un peu de la même veine dramatique que The Tempest. Beaucoup d'expressivité dans cette musique, de coloris, de tonitruance aussi. J'aime beaucoup, un peu moins que The Tempest, mais j'aime beaucoup.   
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11323
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Arne NORDHEIM (1931-2010)   Ven 12 Sep - 9:19

Icare a écrit:
THE TEMPEST, ballet pour solistes, choeur, orchestre et sons électrophoniques - (1979)  

C'est l'oeuvre que j'ai réécoutée hier soir, avec encore plus de plaisir et d'émotion que les fois précédentes. Vraiment superbe avec cette introduction électronique et quel final!

Il y a plus d'un an que je n'avais pas réécouté la musique qu'Arne Nordheim composa pour le ballet The Tempest, tiré d'une pièce de Shakespeare du même nom. En réalité, pour une oeuvre que j'ai écoutée maintes fois par le passé, un an et demi ce n'est pas beaucoup. N'empêche que le plaisir à l'écoute ne s'est absolument pas émoussé. L'approche est moderne, souvent atonale et percussive. Bien sûr, elle n'est pas que ça non plus. Si vers le début il y a comme une sorte de "bordel organisé" avec des effusions sonores autant acoustiques qu'électroniques qui semblent partir dans plusieurs directions - à croire que La Tempête de Shakespeare prend une allure de tornade! - il y a aussi des moments de pure accalmie où la musique inspire davantage le recueillement, par un hautbois solo ou encore un violoncelle légèrement âpre. Le beau moment de plénitude demeure toute la partie finale par un duo de soprano et baryton dans un complexe sonore flottant et hypnotique. Il y a aussi, au sein de cette tempête, un formidable passage dédié aux percussions, mais le plus souvent l'oeuvre est traversée, pour ne pas dire chahutée, par des agrégats sonores inouis aux timbres travaillés et originaux, et aussi par des changements brutaux d'ambiances et des ruptures qui déterminent avec efficacité et poésie un caractère cyclothimique à l'ensemble. L'oeuvre est profondément contemporaine dans sa physionomie, dans ce qu'elle exprime, porteuse d'étrange, de puissance, de mystère, de douceur, de lyrisme, mais aussi de brutalité, de violence, de lunatisme, de flottements: un flottement électronique avec chants d'oiseaux au début, un flottement plus acoustique à la fin avec les voix respectives de Susan Campbell (soprano) et Christopher Keyte (baryton).
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11323
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Arne NORDHEIM (1931-2010)   Sam 14 Fév - 18:32

Hier soir, j'ai découvert cinq nouveaux opus d'Arne Nordheim. J'étais heureux de pouvoir enfin approfondir la musique de ce compositeur. Il est clair qu'en passant des Cantates de Bach à l'oeuvre pour orchestre de Nordheim, c'était un peu comme sortir d'un bain chaud - une musique qui me caresse dans le sens du poil - pour me jeter dans un courant d'eau glacée - une musique qui a tout pour hérisser le moindre cheveu de Joachim! Hehe  Monolith pour orchestre, Epitaffio pour orchestre et bande magnétique, Canzona pour orchestre, Fonos, 3 mémorables pour trombone et orchestre et Adieu pour orchestre à cordes et instruments avec sons de cloches. Voilà cinq opus parfaitement encrés dans une modernité mordante et sans grande concession. Le chaos est le maître incontesté des ambiances corrosives et parfois brutales et fulgurantes de chacune de ces compositions. C'est exactement le type de musique dont il ne faut surtout pas chercher un sens, un rail, un guide mélodique qui nous emmènerait du point A au point Z. La matière sonore ou plutôt la mouvance sonore est à la fois intense et suggestive, palpable et abstraite. Les moments qui me plaisent le plus sont ceux qui, d'une certaine manière, sont les plus doux, les plus calmes, les plus dépouillés, mais surtout les plus errants: ils s'apparentent à des flottements, à des errances, comme autant de sons combinés et suspendus, en appesanteur. J'ai trouvé un intérêt durable dans chacune de ces oeuvres. Je sais, par exemple, que dans Adieu, j'ai été fasciné à un moment donné, vers la partie finale, par un emploi vaguement linéaire et fortement magnétique des cordes et un jeu clairsemé des cloches que j'ai d'abord apparenté à un son de piano détourné. A ce moment-là, la musique s'humanise de façon singulière et même émouvante. Les réfractaires au modernisme devront s'abstenir. Pour ma part, j'y reviendrai avec enthousiasme.


Dernière édition par Icare le Sam 14 Fév - 22:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16559
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Arne NORDHEIM (1931-2010)   Sam 14 Fév - 19:34

Icare a écrit:
une musique qui a tout pour hérisser le moindre cheveu de Joachim! Hehe  [

Bof, pour le peu qui reste Ptdr
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11323
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Arne NORDHEIM (1931-2010)   Dim 19 Juil - 23:24

Icare a écrit:
Hier soir, j'ai découvert cinq nouveaux opus d'Arne Nordheim. J'étais heureux de pouvoir enfin approfondir la musique de ce compositeur. Il est clair qu'en passant des Cantates de Bach à l'oeuvre pour orchestre de Nordheim, c'était un peu comme sortir d'un bain chaud - une musique qui me caresse dans le sens du poil - pour me jeter dans un courant d'eau glacée - une musique qui a tout pour hérisser le moindre cheveu de Joachim! Hehe  Monolith pour orchestre, Epitaffio pour orchestre et bande magnétique, Canzona pour orchestre, Fonos, 3 mémorables pour trombone et orchestre et Adieu pour orchestre à cordes et instruments avec sons de cloches. Voilà cinq opus parfaitement encrés dans une modernité mordante et sans grande concession. Le chaos est le maître incontesté des ambiances corrosives et parfois brutales et fulgurantes de chacune de ces compositions. C'est exactement le type de musique dont il ne faut surtout pas chercher un sens, un rail, un guide mélodique qui nous emmènerait du point A au point Z. La matière sonore ou plutôt la mouvance sonore est à la fois intense et suggestive, palpable et abstraite. Les moments qui me plaisent le plus sont ceux qui, d'une certaine manière, sont les plus doux, les plus calmes, les plus dépouillés, mais surtout les plus errants: ils s'apparentent à des flottements, à des errances, comme autant de sons combinés et suspendus, en appesanteur. J'ai trouvé un intérêt durable dans chacune de ces oeuvres. Je sais, par exemple, que dans Adieu, j'ai été fasciné à un moment donné, vers la partie finale, par un emploi vaguement linéaire et fortement magnétique des cordes et un jeu clairsemé des cloches que j'ai d'abord apparenté à un son de piano détourné. A ce moment-là, la musique s'humanise de façon singulière et même émouvante. Les réfractaires au modernisme devront s'abstenir. Pour ma part, j'y reviendrai avec enthousiasme.

Parfois, la musique atonale exerce sur moi un pouvoir énigmatique. Je n'arrive pas forcément à définir ce qui me la rend si viscérale, si attractive. Ce que je sais, c'est qu'il faut qu'il y ait de l'intensité, une forte intensité quasi-permanente et un sens des contrastes sonores et des ruptures de ton, comme c'est le cas (pour moi) dans les fameuses Notations pour orchestre de Pierre Boulez. Comme si c'était une forme expressive qui me mettait sous pression, ou plutôt une forme éruptive et turbulente d'une mystérieuse colère musicale...C'est ce qui vient de m'arriver en réécoutant ces oeuvres d'Arne Nordheim qui, il faut bien le reconnaître, ne font aucune concession à l'auditeur. Dès Monolith pour orchestre, je suis embarqué dans un jaillissement atonal fait de violence et de ruptures. Je suis chahuté par des éruptions orchestrales faites de contrastes et de rebondissements, de ruptures de tension aussi, sans un guide auquel me raccrocher. Je suis malmené, tel un naufragé dans une mer agitée, mais un naufragé qui n'a pas peur d'être submergé par un magma sonore dont je n'en saisis pas toujours le sens ni l'aboutissement. Mais, voilà, il y a une pression quasi-permanente, une intensité qui magnétise l'attention, maintient en éveil, une fulgurance qui fait son effet. Il n'y a pas d'échappatoire possible. La musique me maintient sous son pouvoir attractif sans répit. Ce sont des effusions sonores qui se succèdent dans une continuelle transformation des timbres et des rythmes. Il en ira de même avec Epitaffio pour orchestre et bande magnétique, très climatique avec un usage de l'électronique assez pertinent, comme souvent chez ce compositeur, et avec Canzona pour orchestre. Seul sur Fonos, 3 mémorables pour trombone et orchestre, le trombone devient le guide ou plutôt la bouée qui me permet d'atteindre la rive, un peu essoufflé il est vrai mais conquis. Fonos devient mon oeuvre préférée sur ce disque. L'Adieu pour orchestre à cordes et instruments avec sons de cloches se rapprochera lentement vers une fin enfin plus sereine.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Arne NORDHEIM (1931-2010)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Arne NORDHEIM (1931-2010)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: