Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

  Bernard CAVANNA, né en 1951

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10716
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Bernard CAVANNA, né en 1951   Ven 21 Oct - 11:42

<< L'accordéon occupe une place particulière dans mon travail. Plusieurs pièces incluent un accordéon dans leurs effectifs instrumentaux (opéras,trios, concerto pour violon...) parfois trois comme dans Messe un jour ordinaire. Il est aussi dans ma mémoire. Très tôt je l'ai entendu en Allemagne, chez mon grand-père. Il s'appelait Karl Koop. Prisonnier de guerre en 1918 par les troupes anglaises, il eut la chance de recevoir de la Croix-Rouge un accordéon. Il apprit à en jouer seul, comme il apprit en autodidacte à déterminer les plaines du Nord. Plus tard, dans les années trente, toujours au chômage, il fera vivre sa famille en animant des bals. L'accordéon tel que nous le connaissons en France, nous vient des traditions musicales populaires d'Auvergne et d'Italie (rien à voir avec le somptueux accordéon de concert et sa littérature richement développée dans les pays scandinaves ou dans l'ex-URSS); ici il fut longtemps "ringardisé", associé à l'anisette et aux Tours de France et, seulement depuis quelques années, il fait partie intégrante des disciplines enseignées au Conservatoire national supérieur de Paris. Bien entendu, il s'agit de l'accordéon de concert. Mais, dans ma mémoire, l'accordéon est surtout celui de mon grand-père, cet instrument suranné, "l'accordéon-rance" comme disait BREL, le "soufflet à punaises" de JO PRIVAT, les superbes et inélégants accords du "trois voix musette". Nous sommes alors loin des fameux accordéons de concert, des Steinway à boutons, des Ballone Burini, Pugini, Jupiter... aussi, lorsque Pascal Contet (accordéoniste et grand collectionneur d'accordéons) m'a demandé de lui écrire un concerto, j'ai souhaité opposer à l'orchestre un vieil et désuet instrument des années trente, un "trois voix musette" bien désaccordé. Sans trop me contredire, la pièce empruntera également l'accordéon traditionnel de concert. Le clavier gauche de l'accordéon musette est très différent du "noble" accordéon: deux rangées de bases disposées en quinte (c'est-à-dire que conjointement, il est plus facile de jouer do,sol,ré,la,mi,si ... que do,ré,mi,fa, sol) et trois rangées de boutons, dont chacun d'entre eux produit un accord majeur, mineur ou septième. Le système des accords est aussi disposé en quintes. J'ai alors imaginé avant de commencer mon travail, que tous les instruments de l'orchestre bénéficiaient de la même ergonomie et donc, qu'il était plus facile pour les musiciens de jouer des traits de quintes successives plutôt que d'arpèges ou de gammes. Cette cruelle transposition n'est évidemment pas simple à gérer (!) mais donne des résultats curieux, qui m'ont d'emblée séduit, en espérant ne pas être le seul. (Il n'est pas le seul car Icare a adoré!) La partition présente différents mouvements qui s'enchaînent sans interruption. Chacun d'eux s'appuie sur une des caractéristiques propres à l'instrument soliste (stéréophonie des deux claviers, souffle, modes de jeux spéciaux "bellow shake"...) et suscite des rencontres et des analogies avec l'orchestre. Chaque mouvement porte un sous-titre: "Musette", "Sans flon flon", "Galop pompier", "La fin du bal". L'instrumentation fait aussi apparaître des instruments bien inhabituels à l'orchestre comme les trompes de chasse en ré ou la cornemuse.>>

Bernard Cavanna à propos de son oeuvre KARL KOOP KONZERT, comédie pompière, sociale et réaliste pour accordéon et orchestre.

 Si j'ai choisi ce texte comme introduction au topic dédié à Bernard Cavanna et avant de réitérer ici des éléments biographiques, c'est que son propos illustre parfaitement pour moi l'approche musicale et poétique du compositeur que je situerai - non sans schématiser un peu - à califourchon entre musique savante et musique populaire, comme un talentueux "pervertisseur" de la musique dite "légitime".


Dernière édition par Icare le Dim 2 Aoû - 22:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16103
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Bernard CAVANNA, né en 1951   Ven 21 Oct - 12:32

Je connais un Cavanna, mais c'est François Cavanna, l'écrivain. Il semble qu'il soit enfant unique, alors je ne sais pas s'il y a un lien de parenté avec Bernard...
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10716
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Bernard CAVANNA, né en 1951   Ven 21 Oct - 18:29

Né en France en 1951, bernard Cavanna opte précocement pour la composition à laquelle il se consacre essentiellement en autodidacte. Il bénéficiera des encouragements de Henri Dutilleux, Paul méfano, Georges Aperghis qui décèleront en lui un créateur intuitif et original. D'autre part, il se reconnaît influencé par la musique et la pensée du compositeur roumain "Aurèle Stroë".

Il est pensionnaire à la Villa Médicis à Rome de 1985 à 1986.

Il a jusqu'à présent composé un peu dans tous les genres, offrant ainsi une trentaine d'oeuvres à son répertoire. On note notamment trois concertos (concerto pour violon, double concerto pour violon et violoncelle et Karl Koop Konzert pour accordéon et orchestre) qui ont comme particularité d'explorer en chacun d'eux un instrument qui lui est cher, autant le violon, le violoncelle et l'accordéon. La prédilection de Bernard Cavanna pour sublimer le conflit et les oppositions avec cet art quasi insolite de confronter parfois la brutalité au goût du détail et du raffinement, fait déjà merveille dans ces oeuvres précisément, mais aussi dans Messe un jour ordinaire de 1994. Cette composition est très certainement un point de référence, voire l'emblème d'un style musical réellement singulier qui ne se résume bien sûr pas à mes quelques mots ci-dessus : Dans cette "pièce", il oppose les prières traditionnelles de la messe, chantées avec intensité et même grandiloquence, et la voix modeste et tragique de laurence (jeune femme à la dérive, toxicomane, tirée du documentaire de Jean-Michel Carré, Galères de femmes).

Parmi les oeuvres les plus mémorables du compositeur, nous retiendrons LO (1980-81) pour voix et onze instruments, l'opéra "La confession impudique" (1987-92), adapté du roman de Junichiro tanazaki, et "Les sept chants cruels" (2001) pour soprano et orchestre. Sa dernière oeuvre "Trois strophes sur le nom de Patrice Lumumba" pour alto solo, viole de gambe,, deux contrebasses, harpe et timbale, illustre la <conjugaison étroite> - léguée en quelque sorte par Aurèle Stroë - entre la pensée musicale et les confrontations d'images sonores dont elle est issue.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10716
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Bernard CAVANNA, né en 1951   Mar 30 Avr - 19:27

Il y aurait beaucoup à dire sur MESSE UN JOUR ORDINAIRE tant j'adore l'esthétique controversée de cette oeuvre formidable qui emploie , hormis les voix solistes, deux ou trois accordéons et, entre autres cuivres, choeurs et orgue liturgique, une panoplie de cloches diverses. Elle commence comme un oratorio-bouffe et se termine tel un opéra dramatique. Ce que l'on peut dire de concret c'est qu'elle fut composée entre 1983 et 1995, qu'elle trouve son origine dans un documentaire du cinéaste Jean-Michel Carré; "Galères de Femmes".      J'aime également beaucoup la construction obsessionnelle et l'atmosphère évanescente de son TRIO pour violon, violoncelle et accordéon.  
Revenir en haut Aller en bas
Pianoline
Mascotte du forum
Mascotte du forum
avatar

Nombre de messages : 2020
Age : 23
Date d'inscription : 08/06/2011

MessageSujet: Re: Bernard CAVANNA, né en 1951   Mar 30 Avr - 20:04

Très original de mélanger violon, violoncelle et accordéon !

Trio pour accordéon, violon et violoncelle


En revanche par moments, je trouve l'emploi de l'accordéon trop lourd et presque agaçant, terrifiant. (vers 1m14 environ)
Sinon, un bel univers contemporain. J'aime bien. Ca dépend quand même des passages. (pareil à 4m31, d'un coup c'est très contrastant, soudain et je n'aime pas trop le procédé)

J'écouterai Messe pour un jour ordinaire après, :)
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10716
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Bernard CAVANNA, né en 1951   Mar 30 Avr - 22:35


J'aime surtout le dernier mouvement "Lento 2" d'une durée de 6 mn 07, ce que j'avais oublié de préciser dans mon commentaire. Sur la vidéo il commence à partir de 4 mn 36. Toutefois, le morceau rend mieux sur disque bien qu'il s'agisse des mêmes interprètes.
Revenir en haut Aller en bas
calbo

avatar

Nombre de messages : 1032
Age : 46
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Bernard CAVANNA, né en 1951   Dim 12 Mai - 17:47

Je l'ai vu en mars à l'occasion des 50 ans d'ARS NOVA. Je n'avais pas prévu d'assister aux festivités jusqu'à la convocation à la conférence de presse. Sur Deux jours il y a eu quatre concerts dont un consacré à l'ultime oeuvre de Cavana : A l'agité du bocal qui était créé pour l'occasion. Et quand on parle d'accessibilité et d'humilité, Cavana est un exemple idéal : S'il reconnait quelqu'un il va le (la) voir et il lui fait la bise. Ca a été mon cas quand je l'ai vu en mars dernier à l'occasion des cinquante ans d'ARS NOVA.
Revenir en haut Aller en bas
http://artistes-italiens.forumsactifs.com/index.htm
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10716
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Bernard CAVANNA, né en 1951   Dim 12 Mai - 18:42

Je ne l'ai jamais rencontré mais j'ai une vidéo-documentaire d'environ 1h 40 sur lui qui m'a vraiment donné cette impression de disponibilité et d'accessibilité....peut-être plus accessible que sa musique dirons certains Laughing ...mais il se trouve que j'adore son univers.

Revenir en haut Aller en bas
calbo

avatar

Nombre de messages : 1032
Age : 46
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Bernard CAVANNA, né en 1951   Dim 12 Mai - 19:23

Il est gentil comme tout Very Happy . En ce qui concerne sa musique, c'est vrai que c'est pas évident, surtout pour moi qui l'ait découvert à l'occasion de l'anniversaire d'ARS NOVA.
Revenir en haut Aller en bas
http://artistes-italiens.forumsactifs.com/index.htm
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16103
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Bernard CAVANNA, né en 1951   Sam 6 Sep - 17:51

Icare a écrit:
Il y aurait beaucoup à dire sur MESSE UN JOUR ORDINAIRE tant j'adore l'esthétique controversée de cette oeuvre formidable qui emploie , hormis les voix solistes, deux ou trois accordéons et, entre autres cuivres, choeurs et orgue liturgique, une panoplie de cloches diverses. Elle commence comme un oratorio-bouffe et se termine tel un opéra dramatique. Ce que l'on peut dire de concret c'est qu'elle fut composée entre 1983 et 1995, qu'elle trouve son origine dans un documentaire du cinéaste Jean-Michel Carré; "Galères de Femmes".      J'aime également beaucoup la construction obsessionnelle et l'atmosphère évanescente de son TRIO pour violon, violoncelle et accordéon.  

Eh ben, si c'est une Messe, moi je suis Napoléon !

Tu aimes un morceau pareil ?

Ceci pour dire que je suis à l'écoute de ce CD qui réunit le trio pour accordéon, violon et violoncelle, cette Messe un jour ordinaire et une Suite intitulée Fauve pour violon seul. Bien entendu je ne l'écoute que par intermittences, je suis incapable de l'écouter du début à la fin... Embarassed



Paradoxalement, moi qui d'habitude n'apprécie pas le violon tout seul, c'est encore ce que je préfère de ce CD


Je m'en suis procuré un autre, avec un concerto pour violon et les Trois Chants cruels !!! je crois que je ne vais même pas le mettre sur ma platine...
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10716
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Bernard CAVANNA, né en 1951   Sam 6 Sep - 18:37

J'adore son approche musicale, notamment celle qu'il développe dans sa Messe qui n'a évidemment rien en commun avec la messe classique telle qu'on peut l'aimer chez Bach, Beethoven ou encore Schubert, et qui me semble très caractéristique de son style, un style au croisement de deux mondes: populaire & savant. J'aime aussi beaucoup son Trio, surtout le mouvement ultime, extrêmement poétique. J'aime en général l'usage assez profane qu'il fait de l'accordéon. La pièce que j'aime le moins est justement Fauve pour violon seul. Hehe  Maintenant, Joachim, si tu m'avais demandé conseil, je t'aurais dit de passer ton tour. Mes commentaires auraient dû te mettre la puce à l'oreille, ça t'aurait évité d'y avoir désormais des fourmis! Ptdr

Cavanna compose, en général, une musique que j'apprécie énormément, cependant je ne connais pas encore son Concerto pour violon ni ces Chants cruels. Je n'arrive plus à trouver le disque en magasin.


Dernière édition par Icare le Sam 6 Sep - 22:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
calbo

avatar

Nombre de messages : 1032
Age : 46
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Bernard CAVANNA, né en 1951   Sam 6 Sep - 20:56

J'ai découvert la musique de Cavanna via une oeuvre de commande "A l'agité du bocal" d'après un texte de Céline. Si tu arrives à passer le cap de cette oeuvre tu survivras à tout Laughing
Revenir en haut Aller en bas
http://artistes-italiens.forumsactifs.com/index.htm
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10716
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Bernard CAVANNA, né en 1951   Sam 6 Sep - 22:10

calbo a écrit:
J'ai découvert la musique de Cavanna via une oeuvre de commande "A l'agité du bocal" d'après un texte de Céline. Si tu arrives à passer le cap de cette oeuvre tu survivras à tout Laughing

Je ne connais pas du tout cette oeuvre non plus.
Revenir en haut Aller en bas
calbo

avatar

Nombre de messages : 1032
Age : 46
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Bernard CAVANNA, né en 1951   Dim 7 Sep - 10:50

Elle a été créée pour les 50 ans d'Ars Nova il y a environ 18 mois et Cavanna l'a remise il y a peu sur le métier pour la modifier. Je suis certaine qu'elle n'a pas encore fait l'objet d'un CD car j'en aurais entendu parler soit Par Philippe Nahon soit par Cavanna lui même Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://artistes-italiens.forumsactifs.com/index.htm
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10716
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Bernard CAVANNA, né en 1951   Dim 7 Sep - 15:43

Merci Calbo pour ce complément d'information.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10716
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Bernard CAVANNA, né en 1951   Mer 4 Fév - 21:51

joachim a écrit:
Je m'en suis procuré un autre, avec un concerto pour violon et les Trois Chants cruels !!! je crois que je ne vais même pas le mettre sur ma platine...

Je pense malheureusement qu'en connaissance de tes goûts, tu risques de perdre ton temps. Tu peux l'effacer de ton disque dur!  J'ai récemment trouvé ce cd que je recherchais depuis longtemps. Le Concerto pour violon de Bernard Cavanna te rendra celui de Vivian Fung très aimable en comparaison. Hehe Il s'agit d'une oeuvre moderne et décomplexée. Le mouvement lent est très réussi à mon goût. Je l'adore. Il m'évoque dans l'esprit le dernier mouvement de son Trio. J'en aime la construction, la poétique, le climat, le développement, la partie la plus agitée m'est très excitante. En revanche, je suis un peu moins client de ses Trois Chants Cruels, mais sans qu'ils ne me laissent indifférent. Le style "Cavanna" fait toujours son effet, certaines fulgurances de l'orchestre, un usage relativement succinct du cymbalum. Pas déçu du tout mais surtout grâce au Concerto pour violon.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10716
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Bernard CAVANNA, né en 1951   Dim 2 Aoû - 22:32

Icare a écrit:
Il y aurait beaucoup à dire sur MESSE UN JOUR ORDINAIRE tant j'adore l'esthétique controversée de cette oeuvre formidable qui emploie , hormis les voix solistes, deux ou trois accordéons et, entre autres cuivres, choeurs et orgue liturgique, une panoplie de cloches diverses. Elle commence comme un oratorio-bouffe et se termine tel un opéra dramatique. Ce que l'on peut dire de concret c'est qu'elle fut composée entre 1983 et 1995, qu'elle trouve son origine dans un documentaire du cinéaste Jean-Michel Carré; "Galères de Femmes".      J'aime également beaucoup la construction obsessionnelle et l'atmosphère évanescente de son TRIO pour violon, violoncelle et accordéon.

D'une certaine manière, cette Messe un jour ordinaire de Bernard Cavanna est un véritable bordel organisé. Cependant, un grand souffle, une grande énergie parcourt cette oeuvre, en parfaite adéquation avec un formidable travail sur les timbres, et plus précisément sur le coloris orchestral. L'instrumentarium n'est évidemment pas le fruit du hasard puisqu'il associe dans une dynamique très appréciable, orgue (liturgique), cuivres (dont une trompette), cloches (en fait, un important dispositif de percussions qui décline les sonorités de cloches - cloches-plaques, cloches-tubes, cloches à vache, glockenspiel, crotales, puis caisse claire, grosse caisse, cymbale aigüe pour la partie fanfare), accordéons (trois, me semble-t-il)...Musique d'église, musique militaire: presque tous ici sont au service de ces deux ordres sonores, liés depuis la nuit des temps. Le compositeur favorise, parallèlement à un effectif instrumental scrupuleusement choisi, des timbres rares, aigus, insolites, corrosifs ou acides, populaires, même triviaux - qui confèrent à l'ensemble de la Messe une indéniable vitalité ainsi qu'une identité sonore reconnaissable entre mille. Je suis très heureux de l'avoir retenue pour mon cycle même si elle fait un peu ovni au milieu des autres. Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10716
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Bernard CAVANNA, né en 1951   Sam 3 Oct - 17:59

Comme je l'ai déjà dit, c'est d'ailleurs très perceptible sur ce fil, je suis très réceptif à l'univers vaguement "déjanté" de Bernard Cavanna. Il écrit généralement une musique "moderne" qui me touche, me procure une certaine excitation. C'est ce qui se passera avec le premier mouvement de son Shanghaï Concerto pour violon, violoncelle et orchestre (2007-2009) en proie à un rythme infernal très soutenu, alors que le violon et le violoncelle semblent fusionner de telle façon, qu'ils deviennent une sorte d'instrument hybride à huit cordes...Cavanna précisera: "où la virtuosité domine en permanence, dans une gestion difficile de l'archet"...Mari & Hakon Samuelsen semblaient regretter qu'il n'y ait pas davantage d'oeuvres qui pourraient les réunir ainsi sur une scène de concert. Ce double concerto de Cavanna pourrait être, un jour, une occasion, même s"il est très différent et beaucoup moins lyrique que celui du compositeur américain James Horner. Ici c'est Noëmi Schindler et Emmanuelle Bertrand qui en sont les interprètes. N'empêche que l'oeuvre de Bernard Cavanna emprunte des chemins sinueux et énigmatiques qui ne sont pas toujours faciles à suivre ni toujours aussi grisants que le premier mouvement qui, d'après l'auteur, s'articule autour d'une mesure de la troisième Partita pour violon de J.S. Bach. Outre ce rythme infernal qui me captive, il y a ces sonorités quelque peu "bruitistes" qui le transpercent de part en part. Toujours d'après l'auteur, le second mouvement emprunte, quant à lui, un thème traditionnel chinois (Jasmin). Il en résulte une musique mystérieuse par ce qu'elle dégage mais aussi parce qu'il est difficile de deviner où elle va nous conduire, dans quelle abîme: son cheminement me semble opaque. Enigmatique et minimaliste, il y a surtout ces effets des percussions qui la poursuivent, comme des tremblements, des frémissements, le violon et violoncelle semblant évoluer presqu'à l'unisson dans un murmure permanent. Il y est évoqué une "Pause - Variations sur un thème pentatonique bien enfoui". Le troisième mouvement retrouve l'intensité perdue. C'est une "Cadence". J'en apprécie les combinaisons instrumentales, c'est souvent le cas chez ce compositeur. Le quatrième mouvement est une nouvelle "Pause - Hommage à Aurèle Stroë (sur fond de Machaut)". Il met l'auditeur, déjà "téméraire", pour celui qui arrive à tenir jusque là Hehe, en situation d'attente où l'ennui n'est évidemment pas très loin. Le cheminement semble plus alambiqué encore que lors de la première "Pause", au point de le trouver décousu et sans but précis. Il y a pourtant ces moments parfois fugaces qui me plaisent bien, parce qu'ils placent une ambiance particulière ou une agitation bienvenue dans des combinaisons sonores originales et attractives. Donc des hauts et des bas pour ce concerto!


Dernière édition par Icare le Sam 12 Déc - 21:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10716
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Bernard CAVANNA, né en 1951   Dim 4 Oct - 19:05

Il y a des compositeurs que je préfère davantage pour leurs "lentos/adagios" et d'autres que je préfère, en général, pour leurs "allegros/prestos". Puis, il y a aussi des compositeurs que j'aime autant pour leurs "lentos/adagios" que pour leurs "allegros/prestos". Ces derniers risquent fort de faire partie d'un hypothétique "top 10" préférentiel. Bernard Cavanna est de ceux qui me captivent davantage par ses musiques les plus animées, voire les plus agitées et aurait tendance à m'ennuyer sur ses "lentos" qu'il lui arrive d'appeler "Pause". Evidemment, il y a toujours une exception qui va confirmer la règle: je pense, par exemple, au mouvement lent de son Concerto pour violon qui ne me laisse pas indifférent, bien au contraire. Sur Trois Strophes sur le nom de Patrice Emery Lumumba pour alto et ensemble instrumental (2008), je retiens surtout les dynamiques et incisifs deux premiers mouvements alors que le troisième, le plus lent, relâche mon attention. En revanche, le Karl Koop Konzert - Comédie pompière, sociale et réaliste pour accordéon et orchestre (2007), est un "délire" musical sans temps mort, une machine sonore, parfois fanfaresque, en mouvement continu, où les baisses de tension ou de rythme sont rares et surtout très brèves. J'ai l'impression que l'accordéon de Pascal Contet évolue dans une sorte de continuum. L'oeuvre a beau se découper en quatre mouvements, "Musette", "Sans flon flon", "Galop pompier" et "La fin du bal", l'oeuvre est festive, grotesque, ironique, acide, pleine d'énergie, intense. J'adore!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bernard CAVANNA, né en 1951   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bernard CAVANNA, né en 1951
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: