Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

  Stanley MYERS (1930-1993)

Aller en bas 
AuteurMessage
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 12446
Age : 54
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Stanley MYERS (1930-1993)   Jeu 29 Sep - 13:33

Nicolas Myers: << Mon père, Stanley Myers, m'a un jour raconté comment, gamin, il écoutait de la musique en goûtant aux mélodies; elles étaient pour lui aussi concrètes que de la nourriture ou des odeurs. Il aimait satisfaire ce goût en différents domaine: le jazz, le music-hall, le théâtre, la télévision et le cinéma. Mais pris par le besoin de la composition formelle, ce n'est pas avant 1991, lorsque John Harle lui commanda un concerto pour saxophone, que Stanley put retourner à son premier amour. Je me souviens du soir où il revint du concert de Floride. Un verre de Bourgogne à la main (en v'là un homme de goût), il en revivait chaque moment, puis il déclara à sa manière doucement ironique: "Peut-être que maintenant je peux dire que je suis un véritable compositeur!">>


 Stanley Myers est un compositeur anglais né le 6 octobre 1930 à Birmimgham et un cancer l'emporta le 9 novembre 1993, il était alors âgé de 63 ans. En tant que compositeur, il fut surtout connu et reconnu dans le domaine de la musique de film, domaine pour lequel il fut très prolifique. Il connut une certaine célébrité en composant pour le film de  Michaël Cimino; "Voyage au bout de l'enfer" (The deer hunter - 1978) une douce cavatine en total décalage avec les horreurs de la guerre si crument dessinées par le film. Cette délicieuse pièce pour guitare rapporta à son auteur le Prix Ivor Novello. Une version quelque peu différente fut réalisée par le célèbre guitariste John Williams ainsi qu'une autre avec paroles ajoutées (Cleo Laine et Iris Williams) qui contribuèrent à rendre cette cavatine plus célèbre encore.

Le cinéaste Stephen Frears écrit: << A la mort de Stanley Myers, il y eut un concert dédié à sa mémoire au cours duquel plusieurs de ses oeuvres furent jouées. Arrivé en retard, je pris place au dernier rang. Je n'avais pas de programme et j'étais assez mécontent de constater  qu'à "Middlemarch" succédait "Cavatina - thème du "Voyage au bout de l'enfer de Cimino - et qu'aucune des musiques qu'il écrivit pour mes films n'allait être jouée. (on peut imaginer aisément la tête de Stephen Frears   ). Finalement (et heureusement  Very Happy ) la partition qu'il réalisa pour mon film "Prick Up Your Ears" fut jouée en dernier et bissée. Ainsi, j'entendis une fois encore cette merveilleuse musique, non pas comme nous l'avions utilisée, c'est-à-dire en mineur et sur un ton mélancolique, mais de manière festive. Comme j'aimerais pouvoir remonter le film différemment afin de le rendre plus digne de sa musique. Merci Stanley.>>


Dernière édition par Icare le Mar 2 Jan - 22:54, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 12446
Age : 54
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Stanley MYERS (1930-1993)   Jeu 29 Sep - 16:36

Je conseille l'écoute de son Concerto pour saxophone soprano et orchestre qui est magnifique en tout point, d'une grande expressivité, avec peut-être une préférence pour le savoureux deuxième mouvement qui n'est pas sans faire rappeler que le saxophone soprano trouve ses racines dans le jazz. Mais le mieux c'est encore de se référer aux propos-mêmes du compositeur:

<<J'ai été enchanté d'avoir la possibilité d'écrire une oeuvre pour John Harle, et le Concerto pour saxophone soprano trouve ses origines dans deux facettes de son jeu. D'une part, une virtuosité stupéfiante qui lui permet d'exécuter des traits extrêmement rapides sur toute l'étendue de l'instrument sans avoir à reprendre son souffle: d'autre part, sa capacité à produire des lignes mélodiques d'une très grande intensité expressive. La virtuosité prédomine dans les sections extrêmes, tandis que par contraste, la section centrale est un genre de blues qui, par instant, rappelle que le saxophone soprano est à l'origine un instrument de jazz. Bien que le langage musical soit très différent de celui de Sidney Bechet, je pense que le premier grand maître de cet instrument aurait vu en John Harle un véritable successeur.>>

John Harle a écrit: <<A l'automne de 1991,James Judd, directeur artistique du "florida philharmonic Orchestra", et moi-même avons demandé à Stanley d'écrire un concerto pour saxophone. L'oeuvre fut créée le 17 novembre 1992 au Broward Center de Fort Lauderdale en Floride. Stanley mourut en novembre 1993 et mon souvenir le plus cher de lui restera l'amusement débridé (musical et lors de nos sorties) que nous avons connu lors de ces quelques semaines passées en Floride, à l'époque des répétitions et des premières exécutions en concert.>>

Un concerto
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 12446
Age : 54
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Stanley MYERS (1930-1993)   Jeu 4 Oct - 18:26

Son Concerto pour saxophone soprano qui est, comme je l'ai écrit plus haut, d'une excellente tenue, est couplé avec le Concerto pour Stan Getz de Richard Rodney Bennett et le Saxophone Concerto de Mickael Yorke. Il en résulte un très beau CD intitulé Sax Drive, les trois concertos étant interprétés par l'excellent saxophoniste John Harle. I love you I love you

Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 12446
Age : 54
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Stanley MYERS (1930-1993)   Mar 2 Jan - 23:09

Stanley Myers rencontra une relative célébrité en composant pour le film de  Michaël Cimino;"Voyage au bout de l'enfer" (The deer hunter - 1978), une douce cavatine, d'une infinie mélancolie et d'une fragilité de ton la rendant irrésistible, bien qu'en total décalage avec les horreurs de la guerre si crûment évoquées par le film. Cette délicace pièce pour guitare qui, soit dit en passant, rapporta à son auteur le Prix "Ivor Novello", fut pour moi, dans l'absolu, une entrée angélique dans ce voyage au bout de l'enfer. Parmi tous ces voyages virtuels que j'effectue goulûment d'un endroit à l'autre, il fallait bien que je visite l'antre de Lucifer et j'avoue que cette douce cavatine de Stanley Myers m'inspire davantage un paradis, mais nous savons tous que le malin, par l'art de Machiavel, peut aisément adopter les traits d'un ange.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 12446
Age : 54
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Stanley MYERS (1930-1993)   Jeu 17 Mai - 23:36

Ce soir, j'ai réécouté deux musiques de films réunies sur un même cd, tout d'abord Trusting Beatrice pour le film homonyme de Cindy Lou Johnson et Cold Heaven pour le film homonyme de Nicolas Roeg. Elles sont toutes les deux composées par le compositeur anglais Stanley Myers. J'avais découvert ce musicien par la musique qu'il composa pour un autre film de Nicolas Roeg intitulé Castaway, en collaboration de Hans Zimmer qui n'était pas encore très connu à ce moment-là. C'était à l'époque du 33tours, une musique plutôt douce, planante et rêveuse. C'est très différent ce qu'il composa, seul, sur Trusting beatrice. Il en va d'une musique aux allures de valse musette avec accordéon solo et un usage délicat de l'électronique. Le détail qui détonne, ce sont quelques sonorités asiatiques venues étrangement s'immiscer dans cette valse improbable qui aurait voyagé de Paris à Pékin. Harmonica, flûte et saxophone promènent leur bonhomie respective au sein d'une musique tendre et presque anecdotique. Pas de quoi forcément se relever la nuit, mais de douces sonorités ainsi qu'une tendresse ineffable finissent par rendre l'ensemble attachant et égayant, (pas dénué non plus d'une certaine fantaisie) ce qui n'est pas un point négligeable, surtout lorsque l'on sait que le meilleur reste à venir. Le meilleur c'est Cold Heaven qui se constitue d'une suite de 33 minutes environ. interprétée par "The Hungarian Radio and Television Orchestra", la musique est plus dramatique, plus mélancolique et possède, dans sa seconde partie, un passage de toute beauté, onirique, avec des effets sonores (électroniques) que Stanley Myers sut rendre hypnotiques. Rien que pour ce passage, point culminant de cette B.O., je suis heureux d'avoir réécouté ce disque que je n'avais pas encastrer dans mon lecteur depuis quelques lustres.

Trusting Beatrice - Synopsis:

<<Claude (Mark Evan Jacobs) est un malheureux perdant à collier vivant à Providence, Rhode Island, dont la vie se détériore quand il est injustement renvoyé de son travail, sa copine le trompe, et son appartement brûle, ce qui l'arrête faussement. pour incendie criminel. Sa vie se tourne vers le positif quand il rencontre et se lie d'amitié avec Béatrice (Irène Jacob), une française émigrée qui s'occupe d'une jeune orpheline cambodgienne. Béatrice emménage avec Claude et sa famille dysfonctionnelle où elle le persuade de remettre sa vie sur les rails tandis que les deux tombent amoureux l'un de l'autre. >>

Cold Heaven - Synopsis:

<<Marie Davenport est sur le point de quitter son mari Alex pour son amant Daniel lorsque son mari est apparemment tué dans un accident de bateau et semble ensuite être revenu de l'au-delà.>>

L'instant musical:

https://www.youtube.com/watch?v=pj2eTyrAjHE
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Stanley MYERS (1930-1993)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Stanley MYERS (1930-1993)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique de films, du monde & divers :: Musiques de films-
Sauter vers: