Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 L'Italiana in Algeri

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Snoopy
Admin


Nombre de messages : 21022
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: L'Italiana in Algeri   Mer 8 Nov - 1:02

L'Italiana in Algeri (en français L'Italienne à Alger) est un opéra en deux actes de Gioacchino Rossini.

L'Italiana in Algeri est le premier opéra-comique que Rossini écrit peu après sa première œuvre développée, Tancredi. L'histoire est celle d'Isabella, une Italienne partie en Algérie pour rendre la liberté à son amant, Lindoro, qui est devenu esclave d'un homme de grande importance dans le pays, Mustafa. L'héroïne tente aussi de réunifier Mustafa avec sa femme, Elvira.

Les chanteurs doivent être très habiles et volubiles. Il s'agit de prendre en considération le duo de Mustafa et Lindoro, Se inclinassi a prender moglie et la hauteur des notes que chante Elvira, tels dans l'introduction et la finale du premier acte. L'œuvre contient également de beaux airs, tels celui d'Isabella, Cruda sorte! Amor tiranno !, et celui de Lindoro, Languir per una bella. La mélodie de l'ouverture est également assez connue.

Cet opéra, écrit en 1813 pour le théâtre San Benedetto à Venise, est considéré comme la première comédie « développée » de Rossini puisque ses opéras précédents (à l'exception de Tancredi et peut-être Demetrio e Polibio) sont très courts et souvent ne contiennent qu'un seul acte, tels que La scala di seta, Il Signor Bruschino, L'equivoco travagante, La cambiale di matrimonio, La pietra del paragone et L'occasione fa il ladro, ossia Il cambio della valigia.

Rossini, en effet, se répète souvent dans son travail : il lui arrive fréquemment de réutiliser des morceaux de ses œuvres pour en écrire de nouvelles. Les exemples de cette pratique sont nombreux. Ainsi, l'ouverture de son opéra Otello, osia Il Moro di Venezia ressemble à celle de Il Turco in Italia. Dans Armida et L'Italiana in Algeri, on retrouve des traces de La Cenerentola. L'ouverture de Il Barbiere di Siviglia à été composée pour Aureliano in Palmira.

Personnages

Mustafa, Bey d'Alger (Basse)
Elvira, sa femme (Soprano)
Zulma, confidente d'Elvira (Contralto)
Haly, serviteur du Bey (Basse)
Isabella (Contralto)
Lindoro, italien amoureux d'Isabella (Ténor)
Taddeo, vieil italien (Baryton)
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Snoopy
Admin


Nombre de messages : 21022
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: L'Italiana in Algeri   Ven 14 Sep - 21:46

Je me suis acheté la version avec cette distribution:

Mustafa: Ruggero Raimondi
Elvira: Patrizia Pace
Zulma: Anna Gonda
Haly: Alessandro Corbelli
LIndoro: Frank Lopardo
Isabella: Agnes Baltsa
Taddeo: Enzo Dara

Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Snoopy
Admin


Nombre de messages : 21022
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: L'Italiana in Algeri   Sam 15 Sep - 13:30

Je viens de l'écouter. C'est la seule version que je connaisse donc je ne peux pas vraiment comparer mais je la trouve très agréable. De très jolies voix et un enthousiasme communicatif.

Musicalement moins riche que "le barbier de Séville" même si on a de très beaux passages comme ici à l'acte I.

C'est un opéra que je vais écouter souvent je pense car très dynamique, avec pas mal de passages sympas. Bref, du Rossini quoi.
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
calbo



Nombre de messages : 999
Age : 45
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: L'Italiana in Algeri   Sam 15 Sep - 17:56

Regarde ce DVD. C'est, pour moi du moins, la version de référence; et en plus si tu veux t'éclater tu ne trouveras pas mieux
Revenir en haut Aller en bas
http://artistes-italiens.forumsactifs.com/index.htm
Snoopy
Admin


Nombre de messages : 21022
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: L'Italiana in Algeri   Sam 15 Sep - 18:26

On va essayer Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
calbo



Nombre de messages : 999
Age : 45
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: L'Italiana in Algeri   Sam 15 Sep - 18:33

Embarassed Désolée Embarassed

Revenir en haut Aller en bas
http://artistes-italiens.forumsactifs.com/index.htm
Bel Canto
Admin


Nombre de messages : 5598
Age : 60
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: L'Italiana in Algeri   Sam 22 Mai - 17:50

L’Italienne à Alger a été commandée en toute hâte à Rossini, en 1813, pour sauver la saison mal engagée du Teatro San Benedetto de Venise. Comme le compositeur ne disposait que d’un délai de vingt-sept jours pour écrire son nouvel opéra, on utilisa un livret d’Angelo Anelli, qui avait déjà été mis en musique par Luigi Mosca pour Milan, cinq ans plus tôt. Rossini le modifia quelque peu, supprimant en particulier tous les passages trop sentimentaux qui ne correspondaient pas à son idée de la farce. Mais la principale transformation consista surtout à ajouter au Premier Finale, au Quintette et au Trio (les fameux « Pappataci »!) du second acte des onomatopées et des non-sens qui accentuent l’exubérance rythmique et amènent la déformation comique de la parole à un degré d’élaboration qu’on n’avait jamais entendu auparavant. La musique s’affranchit ainsi de la contrainte des mots et du sens et devient, selon l’expression de Stendhal, « une folie organisée ».
L’Italienne à Alger renvoie aussi à l’orientalisme en vogue dans les arts de l’époque, qui avait déjà donné naissance au Bourgeois gentilhomme de Molière, à Zadig de Voltaire ou à L’Enlèvement au sérail de Mozart. Mais l’Orient n’y est qu’un décor et c’est la femme italienne - vigoureusement défendue par le personnage d’Isabella - que l’on entend célébrer ici. D’ailleurs, à l’inverse des conventions du genre, c’est son fiancé qui est détenu dans le sérail et c’est elle qui l’en délivre. De tous les opéras-bouffes de Rossini, celui-ci est sans doute le plus délibérément loufoque et débridé.

L’Italienne à Alger a été créé le 22 mai 1813, au Teatro San Benedetto de Venise.

ARGUMENT

Acte I
Elvira se lamente car son époux, le bey Mustafà, ne l’aime plus. Sa confidente Zulma et les eunuques du harem tentent de la réconforter mais l’arrivée de Mustafà confirme les craintes de la jeune femme. Le bey est lassé de sa femme, trop docile ; il donne l’ordre à Haly, le capitaine des corsaires, de le débarrasser d’Elvira en la mariant avec Lindoro, un esclave italien, et de lui trouver pour lui-même une épouse italienne, car il a entendu dire que les femmes d’Italie sont exceptionnelles. De son côté, Lindoro, prisonnier depuis maintenant trois mois, soupire d’être éloigné de sa bien-aimée Isabella. Il n’a aucune envie d’épouser Elvira, mais ne sait trop comment refuser la proposition de Mustafà.
Un navire s’est échoué près du rivage. Haly et ses hommes capturent les survivants, parmi lesquels Isabella, qui parcourt les mers à la recherche de son fiancé disparu, accompagnée d’un amoureux transi, Taddeo. Mustafà accorde sa liberté à Lindoro, à condition qu’il emmène Elvira avec lui. Haly annonce au bey qu’il vient de capturer une italienne. On introduit Isabella, qui comprend tout de suite le parti qu’elle peut tirer de la situation : elle entreprend aussitôt de séduire le bey. Taddeo n’échappe à l’empalement que parce que la jeune fille affirme qu’il est son oncle.
Lindoro, Elvira et Zulma viennent faire leurs adieux à Mustafà. Isabella, stupéfaite, reconnaît son fiancé aux côtés d’une autre femme. Elle interroge Mustafà et, apprenant qu’il veut répudier sa femme, s’indigne de ces mœurs brutales. Elle insiste pour que Mustafà garde Elvira auprès de lui et que Lindoro, en tant qu’Italien, soit attaché à son service. L’acte s’achève dans la confusion la plus totale.

Acte II
Mustafà est totalement tombé sous le charme de la belle Italienne. Zulma conseille à Elvira de ne pas perdre espoir : tout peut encore s’arranger pour elle si le bey réalise qu’Isabella se moque de lui.
Isabella reproche à Lindoro de l’avoir trahie. Il parvient facilement à dissiper le malentendu et à la convaincre de sa fidélité. Tous deux décident de s’échapper.
Mustafà annonce à Taddeo son intention de le nommer Grand Kaimakan, en l’honneur de sa nièce. Cette faveur n’enchante guère Taddeo mais il n’ose se dérober. Isabella conseille à Elvira ne pas se montrer trop docile si elle veut reconquérir son mari.
Le bey invite l’Italienne à prendre le café avec lui mais la jeune femme fait en sorte qu ’il ne puisse jamais rester seul avec elle. Elle convie même Elvira à se joindre à eux. Elle propose à Mustafà de lui décerner le titre de « pappataci » (littéralement, « mange et tais-toi »). Le bey, loin de se douter de la vérité, est ravi de l’honneur qui lui est fait. Sous prétexte d’organiser la cérémonie, Isabella fait distribuer des bouteilles d’alcool aux Turcs.
Mustafà est intronisé « pappataci » au cours d’une cérémonie bouffonne : il prête serment de manger, boire, ne rien voir et se taire. Le candidat est aussitôt testé. Isabella et Lindoro en profitent pour s’enfuir à bord d’un bateau avec tous les autres esclaves italiens. Taddeo, furieux de voir qu’Isabella va lui échapper au profit de Lindoro, tente d’attirer l’attention de Mustafà, mais en vain : celui-ci est trop occupé à répéter ses vœux. Il ne reste plus au soupirant malheureux que le choix entre le pal et la fuite en compagnie des deux amants. Il choisit de les suivre. Quand Mustafà réalise qu’il a été berné, il est trop tard. Ses gardes sont tous ivres morts et ne peuvent empêcher la fuite des Italiens. Mustafà, dégoûté des Italiennes, demande à Elvira de lui pardonner.

source : Opéra de Paris
Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Italiana in Algeri   Aujourd'hui à 6:56

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Italiana in Algeri
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: L'opéra, les ballets et le chant-
Sauter vers: