Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 La Flûte enchantée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Snoopy
Admin


Nombre de messages : 21022
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: La Flûte enchantée   Mer 8 Nov - 0:00

La Flûte enchantée, K. 620, en allemand Die Zauberflöte, est un opéra en deux actes de Wolfgang Amadeus Mozart, sur un livret d’Emanuel Schikaneder. La première représentation eut lieu à Vienne, le 30 septembre 1791 au Theater an der Wien.

Personnages

Tamino, un prince (Ténor)
Première Dame (Soprano)
Deuxième Dame (Soprano)
Troisième Dame (Contralto)
Papageno, un oiseleur (Baryton)
La Reine de la Nuit (Soprano)
Pamina, fille de la Reine de la Nuit (Soprano)
Monostatos, serviteur maure de Sarastro (Ténor)
Premier garçon
Deuxième garçon
Troisième garçon
Sarastro, souverain du Royaume de la Lumière (Basse), inspiré de Zoroastre
Premier prêtre (Ténor)
Deuxième prêtre (Basse)
Troisième prêtre (Rôle parlé)
Papagena, femme-oiseau destinée à Papageno (Soprano)

Acte Ier

Égaré en voyage dans un pays inconnu, le prince Tamino est attaqué par un serpent. Alors qu'il s'évanouit sûr de mourir, il est sauvé par les trois dames d'honneur de la Reine de la Nuit. Pendant que le prince est encore évanoui, les trois dames chantent la beauté du jeune homme. Elles décident d'aller porter la nouvelle à leur reine, mais chacune d'elles veut rester près de Tamino proposant aux deux autres de porter le message. Après s'être disputées, elles disparaissent. Le prince se réveille et voit le corps inanimé du monstre. Se demandant s'il a rêvé ou si quelqu'un lui a sauvé la vie, il entend soudain un air de flûte de Pan. Il se cache et voit arriver Papageno, l'oiseleur au corps couvert de plumes multicolores. Au cours de leur premier dialogue, Papageno se vante d'avoir tué le serpent. Les trois dames réapparaissent et le punissent de ce mensonge en lui donnant de l'eau à la place du vin et une pierre à la place du pain sucré qu'elles lui donnent d'habitude. Pour finir, elles le réduisent au silence en lui fermant la bouche avec un cadenas en or.

Les trois dames révèlent ensuite à Tamino qu'elles lui ont sauvé la vie. Elles lui parlent ensuite de Pamina, la fille de la Reine de la Nuit. Elles lui montrent son portrait, et disparaissent. À la vue du portrait, Tamino tombe amoureux de la jeune fille et songe au bonheur qui l'attend. Réapparaissent les trois dames qui lui disent de qui Pamina est prisonnière. Aussitôt, Tamino n'en a que plus envie de la délivrer. La Reine de la Nuit apparaît alors dans un grondement de tonnerre et lui narre son désespoir de voir sa fille prisonnière. Elle dit finalement à Tamino que si elle le voit revenir vainqueur, Pamina sera sienne pour l'éternité. C'est alors que la Reine disparait. Tamino s'interroge alors sur ce qu'il a vu et prie les dieux de ne pas l'avoir trompé.

Apparait alors Papageno triste de ne plus pouvoir parler. Les trois dames réapparaissent et le libèrent de son cadenas, lui faisant promettre de ne plus mentir. Elles remettent également à chacun un instrument qui leur est envoyé par la Reine. Tamino se voit offrir une flûte enchantée, tandis que Papageno reçoit un carillon magique. Ces instruments les aideront à triompher des épreuves qui les attendent. Les deux hommes partent en quête de Pamina chacun de son côté.

Dans le palais de Sarastro, le serviteur maure Monostatos poursuit Pamina de ses assiduités. Survient Papageno. Le maure et l'oiseleur se trouvent face à face. Chacun effraie l'autre croyant être en présence du Diable. Monostatos s'enfuit, et Papageno se trouve seul avec Pamina. Il lui révèle alors qu'un prince va venir la délivrer, en ajoutant que le prince est devenu follement amoureux d'elle sitôt qu'il a vu son portrait. Pamina lui fait un compliment sur son grand cœur. Touché par ces paroles, Papageno raconte alors sa tristesse de ne pas encore avoir trouvé sa Papagena. Pamina le réconforte, et la princesse et l'oiseleur s'accordent pour chanter la beauté de l'amour avant de fuir.

Pendant ce temps, Tamino est conduit vers les trois temples de la Sagesse, de la Raison et de la Nature par trois génies qui lui recommandent de rester « ferme, patient et discret ». Après que Tamino s'est vu refuser l'entrée des deux premiers temples, un prêtre s'adresse à lui pour lui expliquer que Sarastro n'est pas un monstre comme la Reine de la Nuit le lui a décrit, mais qu'il est au contraire un grand sage. Tamino, saisi par la solennité de la cérémonie, s'éprend d'une soif de connaissance et se met à poser des questions aux prêtres. Il saisit sa flûte magique et en accompagne son chant. Il se retrouve alors entouré de bêtes sauvages sorties de leur repaire qui viennent se coucher à ses pieds, charmées par le son de l'instrument. Seule Pamina ne répond pas aux sons cristallins de la flûte, mais Papageno répond à Tamino sur sa flute de Pan. Réjoui, le prince essaie de les rejoindre.

On retrouve alors Papageno et Pamina, qui espèrent retrouver Tamino avant que Monostatos et ses esclaves ne les rattrapent. Les voici qui surgissent tout à coup et le maure ordonne alors que les fugitifs soient enchaînés. Papageno se souvient qu'il possède un carillon magique et s'en sert pour envoûter Monostatos et ses esclaves qui se mettent à danser et à chanter avant de disparaitre. Une fanfare de trompettes interrompt le silence : c'est Sarastro suivi par une procession de prêtres. Pamina s'agenouille devant Sarastro et lui explique qu'elle tente d'échapper à Monostatos. Celui-ci refait alors son apparition, trainant avec lui Tamino qu'il a capturé. Aussitôt qu'ils se voient, Pamina et Tamino se jettent dans les bras l'un de l'autre en présence de Monostatos et des prêtres. Ce dernier les sépare et se prosterne devant Sarastro pour ensuite vanter ses mérites personnels. Il s'attend à être récompensé, mais est au contraire condamné à recevoir soixante-dix-sept coups de fouet.

Sarastro ordonne alors que Papageno et Tamino soient conduits au Temple des Épreuves. Le premier acte s'achève sur un chœur louant la vertu et la justice.

Acte II

Sarastro annonce aux prêtres que les dieux ont décidé de marier Tamino et Pamina. Mais auparavant, Tamino, Pamina et Papageno devront traverser des épreuves avant de pénétrer dans le Temple de la Lumière qui leur permettra de contrer les machinations de la Reine de la Nuit. Sarastro prie Isis et Osiris d'accorder aux candidats la force de triompher de ces épreuves.

Les prêtres interrogent Tamino et Papageno sur leurs aspirations. Celles de Tamino sont nobles, tandis que Papageno n'est intéressé que par les plaisirs de la vie, y compris par l'idée de trouver une compagne. Leur première épreuve consiste en une quête de la Vérité. Les prêtres leur enjoignent de conserver le silence complet et les laissent seuls. C'est alors qu'apparaissent les trois dames de la Reine de la Nuit. Tamino leur oppose un silence résolu, mais Papageno ne peut s'empêcher de leur parler. Les prêtres réapparaissent pour féliciter Tamino et gronder la faiblesse de Papageno.

Pendant ce temps, Pamina est étendue assoupie dans un jardin. C'est alors qu'entre Monostatos, décidé à tenter à nouveau la vertu de la jeune fille. La Reine de la Nuit apparait alors dans un coup de tonnerre, faisant fuir Monostatos. Elle donne un poignard à sa fille et l'enjoint, dans un chant exalté, de tuer Sarastro.

La Reine de la Nuit disparait. Monostatos revient alors vers Pamina et tente de la faire chanter. Mais Sarastro apparait et renvoie Monostatos sans ménagement. Le maure décide alors d'aller trouver la mère de Pamina. Sarastro déclare alors à Pamina qu'il fera payer sa mère.
On retrouve à nouveau Tamino et Papageno auxquels les prêtres ont une nouvelle fois demandé de garder le silence. Comme toujours Papageno ne peut se contrôler et engage la conversation avec une vieille femme qui se présente à lui. Elle disparait avant de lui avoir dit son nom.
Pamina apparait et, ignorante de leur vœu de silence, s'approche des deux hommes. C'est alors qu'elle désespère de ne recevoir aucune réponse de leur part. Croyant que Tamino ne l'aime plus, elle sort le cœur brisé.

Les prêtres réapparaissent et proclament que Tamino sera bientôt initié. Sarastro le prépare à ses dernières épreuves. Pamina est introduite les yeux bandés après qu'on lui ait dit qu'elle verrait Tamino pour qu'il lui fasse un dernier adieu. Il s'agit en fait d'une épreuve et Sarastro s'applique à rassurer Pamina, mais elle est trop abattue pour comprendre le sens de ses paroles.

Pendant ce temps, Papageno se voit accorder le droit de réaliser un vœu. Il demande du vin, mais prend conscience qu'il aimerait par dessus tout avoir une compagne, et chante son désir en s'accompagnant de son carillon. La vieille femme réapparait alors, et menace Papageno des pires tourments s'il ne consent pas à l'épouser. Il lui jure alors fidélité et elle se découvre être une jeune et belle femme-oiseau. Mais un prêtre les sépare sous prétexte que Papageno ne s'est pas encore montré digne d'elle.

Dans un jardin, les trois génies annoncent l'avènement d'une ère nouvelle, de lumière et d'amour. Ils voient soudainPamina, agitée par des idées de suicide. Ils la sauvent et la rassurent sur l'amour de Tamino.

Les prêtres conduisent Tamino vers ses deux dernières épreuves : celle du feu et celle de l'eau. Pamina se joint à lui, et le guide à travers ses dernières épreuves. Ils sont accueillis triomphants par Sarastro et les prêtres.

On retrouve Papageno, toujours à la recherche de sa Papagena. Désespéré, l'oiseleur envisage de se pendre à un arbre. Les trois génies apparaissent et lui suggèrent d'utiliser son carillon pour attirer sa compagne. Profitant qu'il joue de l'instrument, les trois génies vont quérir Papagena et l'amènent à son amoureux. Après s'être reconnu, le couple peut enfin converser dans la joie.

Monostatos mène la Reine de la Nuit et ses dames vers le temple pour une dernière tentative contre Sarastro. Mais le ciel est alors inondé de lumière et elles s'évanouissent ainsi que lui en laissant place à Sarastro et le chœur des prêtres qui vante les mérites des nouveaux initiés, et loue l'union de la force, de la sagesse et de la beauté.
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Saville



Nombre de messages : 245
Age : 109
Date d'inscription : 11/12/2006

MessageSujet: Re: La Flûte enchantée   Mer 13 Déc - 14:47

Film britannique de Kenneth Branagh avec Joseph Kaiser, Amy Carson, René Pape, Lyubov Petrova. (2 h 15.)

Deux cent quinze ans plus tard, on discute toujours de la signification profonde de La Flûte enchantée. Sur la foi d'un scénario du comédien et polygraphe britannique Stephen Fry (qui a traduit le livret de Schikaneder en anglais), Kenneth Branagh est persuadé qu'il s'agit d'une prémonition de la première guerre mondiale. Dans les tranchées, on trouve donc d'un côté la Reine de la nuit (en bleu horizon) et de l'autre Sarastro (dont les troupes vêtues de rose font d'excellentes cibles) et leurs enfants amoureux.

Branagh, acteur shakespearien, metteur en scène inégal (jolies adaptations de Shakespeare, un polar fantastique intéressant - Dead Again - et quelques ratages), semble avoir pris en grippe son matériau, qu'il triture dans tous les sens. Les trucages numériques et les numéros de comédie musicale (à l'écran seulement ; sur la bande-son, la partition est parfaitement respectée) tentent de donner un peu de substance à une hypothèse de mise en scène qui tourne court. On peut bien sûr fermer les yeux, mais on peut aussi rester chez soi et écouter un enregistrement de référence de La Flûte.
--
Le Monde
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3476,36-844756,0.html
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin


Nombre de messages : 21022
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: La Flûte enchantée   Mer 13 Déc - 15:44

Saville a écrit:
Deux cent quinze ans plus tard, on discute toujours de la signification profonde de La Flûte enchantée.

On dit cet opéra plutôt en rapport avec la Franc-maçonnerie de l'époque. Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Invité
Invité



MessageSujet: La Flûte Enchantée   Dim 11 Mar - 19:44

Citation :
On dit cet opéra plutôt en rapport avec la Franc-maçonnerie de l'époque.

Effectivement, cet opéra est lié à la franc-maçonnerie.
Je vous recommande le livre de René Terrasson , Le Testament Philosophique de MOZART (aux éditions DEVRY - 18€).
Dans cet ouvrage, l’auteur nous explique beaucoup de choses sur Mozart, La Flûte Enchantée , La Clémence de Titus ou encore sur le Requiem.
Il nous donne les clés d’une nouvelle interprétation de la Flûte Enchantée. En effet, cet opéra ne nous raconte pas seulement une jolie histoire d’amour mais aussi l’initiation à la Franc-maçonnerie. Chaque personnage ou objet prend une autre signification. Par exemple, Sarastro représente les « profondeurs » de la sagesse qui est illustrée par sa voix très grave. La Reine de la Nuit représente la folie qui est illustrée par le passage de toutes les notes praticables par la voix. Cet œuvre est gorgée de symboles. Grâce à ce livre j’ai découvert l’autre dimension de cet opéra. Mais tout ceci reste quand même compliqué…
Toutefois, ce qui souligne encore une fois le génie de Mozart c’est qu’il a produit son opéra au moment où les franc-maçons étaient pourchassés par les mêmes personnes qui sont allées voir l’opéra et qui l’ont applaudi …
Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
benoît



Nombre de messages : 284
Age : 52
Date d'inscription : 14/02/2007

MessageSujet: Re: La Flûte enchantée   Dim 11 Mar - 23:01

Pour connaître la signification maçonnique de la Flûte Enchantée,je recommande à tous le livre:

"La Flûte Enchantée
Opéra maçonnique

Jacques Chailley
Editions Diapason-Robert Laffont

Fort intéressant
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin


Nombre de messages : 15567
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: La Flûte enchantée   Lun 12 Mar - 20:25

Peu de temps avant la Flûte Enchantée, Schikaneder avait écrit une sorte de prélude à la Flûte, un opéra en 2 actes intitulé "Der Stein der Weisen" (la Pierre Philosophale). La musique de l'oeuvre est collective, et Mozart en a composé une partie : le duo "Nun liebes Weibchen" (KV 625) et une partie du final.
Revenir en haut Aller en bas
calbo



Nombre de messages : 999
Age : 45
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: La Flûte enchantée   Ven 16 Mar - 22:43

Quelques versions de ce très bel opéra

http://www.amazon.fr/Fl%C3%BBte-enchant%C3%A9e-Wolfgang-Amadeus-Mozart/dp/B000001GXI/ref=sr_1_5/171-8606378-3384269?ie=UTF8&s=music&qid=1174081066&sr=1-5

http://www.amazon.fr/Mozart-Zauberfl%C3%B6te-enchant%C3%A9e-Florissants-Christie/dp/B000005E3W/ref=sr_1_17/171-8606378-3384269?ie=UTF8&s=music&qid=1174081185&sr=1-17

http://www.amazon.fr/Mozart-Zauberfl%C3%B6te-enchant%C3%A9e-R%C3%B6schmann-M%C3%BCller-Brachmann/dp/B000EGFV2C/ref=sr_1_1/171-8606378-3384269?ie=UTF8&s=music&qid=1174081305&sr=1-1

http://www.amazon.fr/Fl%C3%BBte-Enchant%C3%A9e-Wolfgang-Amadeus-Mozart/dp/B000001G4V/ref=sr_1_5/171-8606378-3384269?ie=UTF8&s=music&qid=1174081355&sr=1-5
Revenir en haut Aller en bas
http://artistes-italiens.forumsactifs.com/index.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Flûte enchantée   Ven 30 Mar - 18:57

Je l'ai trop entendu, je ne l'écoute plus souvent, Mozart a fait plus consistant comme Don Jovanni ou les Noces de Figaro selon moi ! Sans doute l'opéra le plus accessible pour les jeunes, très populaire comme oeuvre, Pamino et Tamina font rire les gosses. Un peu puéril tout ça ! Mais la musique est bonne, ceci dit le sujet principal des operas, des livrets est l'Amour et parler ou entendre parler, chanter d'amour ça me barbe !
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin


Nombre de messages : 21022
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: La Flûte enchantée   Ven 30 Mar - 19:35

kougelhof 1er a écrit:
ceci dit le sujet principal des operas, des livrets est l'Amour et parler ou entendre parler, chanter d'amour ça me barbe !

Faut te mettre au hard rock alors! Laughing Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Bel Canto
Admin


Nombre de messages : 5597
Age : 60
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: La Flûte enchantée   Dim 6 Déc - 0:13

Introduction à l'opéra tirée du Kobbé

Emmanuel Johann Schikaneder, qui écrivit le livret avec un choriste dénommé Gieseke, était un ami de Mozart et appartenait à la même loge maçonnique que lui. Il était également directeur d’une compagnie théâtrale, et acteur renommé ; il avait persuadé Mozart de composer pour lui la musique d’une pièce pour marionnettes. Il avait choisi à cet effet l’histoire de « Lulu », par Liebeskind, qui avait paru dans un recueil des contes orientaux publié par Wieland sous le titre ‘Dschinnistan’. Dans le récit original, le méchant sorcier a enlevé la fille de la Reine de la Nuit, qui est sauvée par un prince grâce à la magie. Pendant que Schikaneder travaillait à son livret, un autre théâtre viennois monta une pièce traitant du même sujet, un conte de fées écrit par Perinet et mis en musque par Wenzel Müller. Le grand succès qu’elle remporta modifia les projets de Schikaneder.
A cette époque, la franc-maçonnerie était un sujet très à la mode : Marie-Thérèse en avait interdit la pratique et les forces armées s’employaient à dissoudre les loges. Schikaneder, homme doué de sens pratique, comprit l’intérêt d’exploiter les rites interdits sur la scène. Il transforma le méchant sorcier en Sarastro, le sage prêtre d’Isis. Les épreuves infligées à Tamino et Pamina devinrent des copies du cérémonial franc-maçonnique. Il situa l’action en Egypte, berceau présumé de la tradition maçonnique. De plus, l’admirable musique de Mozart vint donner de la noblesse au livret et une force mystérieuse et sacrée à l’ensemble.
En raison des liens existant entre cet opéra et la franc-maçonnerie, certains commentateurs identifièrent Tamino à l’empereur Joseph II, Pamina au peuple autrichien, Sarastro à Ignaz von Born, franc-maçon et homme de science éminent ; la vindicative Reine de la Nuit aurait été l’impératrice Marie-Thérèse et Monostatos, le clergé (particulièrement les Jésuites et les ordres religieux).
Mozart travaille à l’opéra de mars à juillet 1791, puis à nouveau en septembre. La première eut lieu le 30 septembre, deux mois avant sa mort.
O a suggéré que les accords lourds et répétés de l’ouverture représenteraient les coups pesant frappés à la porte de la loge. On les réentend d’ailleurs dans la scène du temple, juste avant que ne commence l’initiation de Tamino. le comte de Harewood

Livret accompagnant le CD, version Sir Neville Marriner – Philips 1990

… C’est une erreur de considérer, comme cela a été fait, la « Flûte enchantée » comme un ‘oratorio maçonnique’ ou une ‘cérémonie initiatique’. Cela est démenti par l’humour très irrévérencieux de Mozart. Un exemple probant : à la fin de la pièce, le ton a viré au haut tragique avec le choral des hommes armés ; Pamina et Tamino se sont enfin retrouvés et ils ont traversé ensemble les dernières épreuves. On attend donc un chœur triomphal pour clore l’opéra dans la magnificence. Or, que voit-on arriver ? Ce pitre de Papageno, qui n’a été capable de subir aucune épreuve initiatique, et qui va se suicider parce qu’il n’a pas trouvé de ‘petite femme’. Puis, lorsqu’il l’a trouvée, il danse de joie à la pensée de tous les petits Papageno qui vont éclore par dizaines … On dira que c’est là une part qui revient à Schikaneder, qui ne comprenait pas grand-chose aux mystères maçonniques. Mais c’est tout de même Mozart qui a écrit la musique de ces scènes de farces et qui, on le sent bien, s’est alors bien amusé !
Cette liberté d’esprit permit à Mozart non seulement d’éviter le piège de faire une pièce à thèse, comme le serait un ‘oratorio’ destiné à prêcher l’idéologie maçonnique, mais encore de réaliser une véritable pièce de théâtre, un opéra scéniquement très vivant. Jean-Victor Hocquard
Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
Alain92-15



Nombre de messages : 62
Age : 82
Date d'inscription : 01/06/2010

MessageSujet: Re: La Flûte enchantée   Mar 15 Juin - 20:45

Les musicologues considèrent de moins en moins la Flute enchantée comme un opéra maçonnique car on a reconstitué la personnalité et l'environnement de Schikaneder le librettiste et on s'aperçoit qu'il gérait une entreprise de spectacles créant de son fait des opéras populaires sur le style du merveilleux germanique avec des scènes de magie.
La Flute n'est qu'un opéra dans une série tirée d'une oeuvre d'un auteur allemand, Schikaneder faisant à la fois le livret, une partie de la musique et jouant et ses collaborateurs participant aussi à l'oeuvre. Mozart s'est donc inséré dans une oeuvre collective. Il n'a pas choisi le thème.
La preuve de ce travail collectif a été apportée quand on a retrouvé récemment une partition de der Stein der Weiser dont Joachim a parlé, dont les airs ressemblent beaucoup à la Flute, Mozart n'étant que l'un des auteurs de la musique et toute l'équipe ayant contribué à l'oeuvre collective.
L'avant-scène opéra expose ce point de vue, Schikaneder, homme à la forte personnalité, cherchait à faire prospérer son affaire bien plus qu'à offrir à Mozart une occasion de démontrer son attachement à la FM. Ce qu'on croit être le style de Mozart est en réalité le style inventé par Schikaneder pour toute son abondante production. c'était sa manière de produire des opéras destinés à un public allemand. Mozart a adoré on le sait et il s'est donné entièrement pour faire un opéra populaire allemand, ce dont il rêvait. Schikaneder devait être très directif.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.operanapolitain.com
Jean



Nombre de messages : 6281
Age : 73
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: La Flûte enchantée   Mer 20 Oct - 12:22



j'ai craqué pour cette nouvelle version dirigée par René Jacobs (amazone , en précommande la proposait pour un prix dérisoire pour une nouveauté avec 3cd...erreur ou pas j'en ai profité Wink )....puis, apprenant qu'elle était en 3cd, car Jacobs avait réintroduit l'intégralité des dialogues augmentant la durée d'environ 30 minutes!,...j'ai un peu regretté ma commande.....
Finalement , je suis ravi car c'est superbe! et les dialogues très vivant passent assez bien , étant parfois accompagnés d'un pianoforte qui joue des thèmes de la musique qui va suivre!
L'interprétation de Jacobs est vraiment superbe avec une prise de son à la hauteur,...quelle vie! quelle finesse de phrasé et de nuance!
Coté chanteurs, les nombreuses versions où l'excellence est de mise, difficile d'espérer et prétendre qu'on a mieux ici...mais ils sont aussi en geneéral excellent comme le couple Tamino et Pamina (Daniele Behle très belkle voix, Marlis Petersen)...seule déception pour moi, le Sarastro de Marcos Fink qui n'est pas une basse profonde mais un baryton basse qui n'impressionne pas même s'il a une belle voix...
J'ai lu un commentaire disant que celà rendait Sarastro plus "humain"???...moi je dirais plus "banal" ...je ne vois pas pourquoi une voix à la Martti Talvela, ou
Kurt Moll serait moins "humaine" parce que plus rare?
Revenir en haut Aller en bas
Bel Canto
Admin


Nombre de messages : 5597
Age : 60
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: La Flûte enchantée   Mer 20 Oct - 14:41

J'ai lu pas mal de commentaires sur cette nouvelle version de Jacobs ... appréciation assez mitigée parfois, sans doute au niveau de voix et puis Jacobs a ses adversaires et ses supporters ! Wink

Je suis d'accord avec toi Jean, Sarastro c'est une basse ... j'ai la version Marriner avec Ramey en Sarastro ! I love you
Van Dam l'a enregistré une seule fois à ma connaissance, dans les autres versions il interprète le Sprecher.

C'est dommage une Flûte avec un mauvais Sarastro ... j'en ai fait l'expérience vendredi dernier à l'ORW ; c'est alors qu'on se rend compte combien ce personnage est important.
Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
Jean



Nombre de messages : 6281
Age : 73
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: La Flûte enchantée   Mer 20 Oct - 18:06

c'est évident que ce type d' "interprétation" a ses détracteurs....et je ne prétends pas avoir tout lu...mais ce qui m'est tombé sous les yeux en disent plutôt beaucoup de bien...
Revenir en haut Aller en bas
Bel Canto
Admin


Nombre de messages : 5597
Age : 60
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: La Flûte enchantée   Mar 8 Fév - 20:58

(sujet déplacé du fil 'Carmen')

Snoopy a écrit:
Non, celle de Kenneth Branagh

http://musiqueclassique.forumpro.fr/t1539-the-magic-flute

J'en ai vu quelques extraits, ça a l'air pas mal en effet !

J'ai vu la version de Bergman il y a quelques années à la télévision.
A l'époque, je n'étais pas encore vraiment attirée par le lyrique mais j'avais vraiment apprécié et si on dépasse la langue assez inapropriée, je trouve que c'était pas mal comme idée !



Une scène qui m'avait impressionnée avec sa solennité et ce côté "surnaturel" des casques en feu



Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
Snoopy
Admin


Nombre de messages : 21022
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: La Flûte enchantée   Mar 8 Fév - 22:07

Bel Canto a écrit:

Une scène qui m'avait impressionnée avec sa solennité et ce côté "surnaturel" des casques en feu


C'est coquin!
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
laudec



Nombre de messages : 2914
Age : 64
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Re: La Flûte enchantée   Lun 23 Fév - 23:06



Je viens d'écouter Barbara Bonney dans : "Ach Ich fühl's ", cette voix me semble superbe !

http://youtu.be/dmHyA4WsJAM
Revenir en haut Aller en bas
Jean



Nombre de messages : 6281
Age : 73
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: La Flûte enchantée   Mar 24 Fév - 11:52

Certes!!...Une des grandes sopranos dans ce type de répertoire!
Revenir en haut Aller en bas
Bel Canto
Admin


Nombre de messages : 5597
Age : 60
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: La Flûte enchantée   Mar 24 Fév - 19:22

J'aime beaucoup la "flûte" mais pas particulièrement cet air
Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Flûte enchantée   Mar 24 Fév - 20:15

laudec a écrit:


J[color=#000066]e viens d'écouter Barbara Bonney dans : "Ach Ich fühl's ", cette voix me semble superbe !

hélas, il n'en reste plus grand chose, mais ce fut touchant en effet.
Revenir en haut Aller en bas
laudec



Nombre de messages : 2914
Age : 64
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Re: La Flûte enchantée   Mar 24 Fév - 20:47

En effet, elle est de ma génération, mais pas de souci, je suppose que la relève est assurée, qui proposes-tu d'écouter dans ce rôle aujourd'hui Sud ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Flûte enchantée   Mar 24 Fév - 20:58

je ne sais pas, l'idéale reste difficile à trouver, une soprano coréenne de 17 ans sans doute
Revenir en haut Aller en bas
Jean



Nombre de messages : 6281
Age : 73
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: La Flûte enchantée   Mar 24 Fév - 22:40

laudec a écrit:
En effet, elle est de ma génération, mais pas de souci, je suppose que la relève est assurée, qui proposes-tu d'écouter dans ce rôle aujourd'hui Sud ?

Ta compatriote Sophie Karthauser, doit être pas mal dans ce rôle...(mais je ne sais pas si elle l'a enregistré ... Crying or Very sad )

Marlis Peterseen, dans la version de René Jacobs (encore un Belge! Wink ) est pas mal!



ou Genia Kühmeier...encore mieux je trouve:

https://www.youtube.com/watch?v=6DBlB4789SE

aussi: Anna Prohaska:
https://www.youtube.com/watch?v=ESkdzvqMD0o

Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin


Nombre de messages : 21022
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: La Flûte enchantée   Mar 24 Fév - 23:22

sud273 a écrit:
laudec a écrit:


J[color=#000066]e viens d'écouter Barbara Bonney dans : "Ach Ich fühl's ", cette voix me semble superbe !

hélas, il n'en reste plus grand chose, mais ce fut touchant en effet.

J'espère qu'elle ne lit pas le forum la pauvre
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Bel Canto
Admin


Nombre de messages : 5597
Age : 60
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: La Flûte enchantée   Mar 24 Fév - 23:48

Je viens de l'entendre ce soir, en concert, par Jodie Devos et c'était très bien ; Sophie Karthauser est effectivement aussi très bien dans cet air et sans doute beaucoup d'autre, Pamina n'est pas le rôle le plus compliqué du répertoire ... mais pas le plus passionnant non plus !
Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Flûte enchantée   Aujourd'hui à 19:02

Revenir en haut Aller en bas
 
La Flûte enchantée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: L'opéra, les ballets et le chant-
Sauter vers: