Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

  Saed HADDAD, né en 1972

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Icare
Admin


Nombre de messages : 10263
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Saed HADDAD, né en 1972   Jeu 11 Aoû - 22:18

Né en Jordanie en 1972, Saed Haddad vit actuellement en Allemagne. Il a étudié la philosophie en Belgique, puis la composition en Jordanie, en Israël et en Grande-Bretagne (où il a fait une thèse de doctorat avec George Benjamin). Il a suivit notamment les classes de maître de Louis Andriessen,Helmut Lachenmann,Pascal Dusapin.

 Sa musique a été exécutée par la plupart des ensembles et orchestres les plus prestigieux d'Europe, qui lui ont également passé des commandes, et a été jouée dans les plus grands festivals. Il a reçu de nombreux prix, y compris <Le Prix de Rome> de la Villa Médicis
2008-10.

Saed Haddad estime que "progrès" doit dépendre uniquement de la force de la musique qui résulte de l'équilibrage de la physique (la beauté,la magie,l'énergie,la tension,la virtuosité,etc...) et de la métaphysique (l'existentialisme,le transcendantalisme,
l'intellectualisme,etc...).


Dernière édition par Icare le Lun 11 Juil - 0:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10263
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Saed HADDAD, né en 1972   Jeu 11 Aoû - 22:49

C'est un compositeur que j'ai découvert par certaines oeuvres de sa musique de chambre, et ce sont des pièces musicales d'une grande force expressive qui se sont ouvertes à moi. J'en ai aimé la tension permanente,l'intensité,la violente énergie qui en transcende l'effet: Le Contredésir (2004), un trio pour clarinette, cor et violoncelle dont l'orientalité et la violence du propos m'ont spontanément séduit et transporté. On Love I (2005) pour qanun et ensemble. L'incisivité et la belle performance du qanun et toujours cette formidable énergie...Brutal,violent,oriental...cependant,le geste musical est beau et captivant d'un bout à l'autre. On Love II (2006) pour piano et ensemble continue dans cette frénésie des gestes,des rythmes et des timbres, le tout dans une orientalité transcendée. Entre tension et excitation pure, cette musique m'est autant insaisissable que fascinante. Le plus fort c'est que Les Deux Visages de L'orient (2006) pour violon seul n'atténue qu'à peine mon intérêt et c'est pourtant rare qu'une oeuvre pour violon seul me tienne à ce point en haleine tant l'énergie ensoleillée qui en émane maintient l'auditeur que je suis dans une atmosphère de tension. Les Etudes Mystérieuses (I-VII) pour piano sont tout autant jubilatoires car pleines de force et d'énergie, une virtuosité transcendée et qui ne semble jamais gratuite. The Sublime (2007) pour ensemble conclut un style musical qui ne se renie jamais. Entre Orient & Occident,un chemin orné de magie et d'intensité s'est tracé sous les lumières d'un ciel universel.
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin


Nombre de messages : 15729
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Saed HADDAD, né en 1972   Ven 12 Aoû - 11:11

C'est le premier compositeur jordanien du forum Very Happy et je crois seulement le troisième arabe après les libanais Tufic el Bacha et Bechara el Khoury.

Mais je ne connais pas la musique de Saed Haddad...
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10263
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Saed HADDAD, né en 1972   Ven 12 Aoû - 12:13


J'adore les oeuvres que j'ai mentionnées ci-dessus, mais comme pour l'approche du compositeur marocain AHMED ESSYAD dont j'avais également fait une bio ici, je pense que tu aimerais beaucoup moins que moi. SAED HADDAD est un compositeur très en phase avec les différentes évolutions de la musique contemporaine occidentale. Son approche est différente des deux Libanais que tu as cités. Wink Peut-être serais-tu davantage sensible à la musique du compositeur syrien ABED AZRIE dont j'ai aussi fait la bio...? Encore que tu risquerais de trouver son "Evangile selon Jean" un peu trop austère ou typée...je ne sais pas...

Dans la musique - ce ne sont pas les seuls - mais il existe deux éléments auxquels je suis particulièrement sensible: L'ostinato et l'"orientalité". Lorsque ces deux éléments se trouvent réunis au sein d'une même composition...Icare est aux anges.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10263
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Saed HADDAD, né en 1972   Lun 26 Déc - 11:27

Icare a écrit:
C'est un compositeur que j'ai découvert par certaines oeuvres de sa musique de chambre, et ce sont des pièces musicales d'une grande force expressive qui se sont ouvertes à moi. J'en ai aimé la tension permanente,l'intensité,la violente énergie qui en transcende l'effet: Le Contredésir (2004), un trio pour clarinette, cor et violoncelle dont l'orientalité et la violence du propos m'ont spontanément séduit et transporté. On Love I (2005) pour qanun et ensemble. L'incisivité et la belle performance du qanun et toujours cette formidable énergie...Brutal,violent,oriental...cependant,le geste musical est beau et captivant d'un bout à l'autre. On Love II (2006) pour piano et ensemble continue dans cette frénésie des gestes,des rythmes et des timbres, le tout dans une orientalité transcendée. Entre tension et excitation pure, cette musique m'est autant insaisissable que fascinante. Le plus fort c'est que Les Deux Visages de L'orient (2006) pour violon seul n'atténue qu'à peine mon intérêt et c'est pourtant rare qu'une oeuvre pour violon seul me tienne à ce point en haleine tant l'énergie ensoleillée qui en émane maintient l'auditeur que je suis dans une atmosphère de tension. Les Etudes Mystérieuses (I-VII) pour piano sont tout autant jubilatoires car pleines de force et d'énergie, une virtuosité transcendée et qui ne semble jamais gratuite. The Sublime (2007) pour ensemble conclut un style musical qui ne se renie jamais. Entre Orient & Occident,un chemin orné de magie et d'intensité s'est tracé sous les lumières d'un ciel universel.


Cette nouvelle écoute de sa musique de chambre n'annule en rien ce que j'ai écrit ci-dessus. Je pourrais en reprendre chaque mot et même chaque virgule. J'adore le travail sur les rythmes et plus particulièrement les sonorités, les timbres instrumentaux. Comme toujours, je suis extrêmement sensible aux oeuvres qui font l'éloge du son et mettent en valeur l'instrument. Ainsi, les superbes résonances du qanun me fait frémir et non moins celles du piano, sans exclure la douceur orientale d'une clarinette...d'une flûte...la dynamique fugace d'un clavecin...l'errance ensoleillée d'un violon...
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10263
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Saed HADDAD, né en 1972   Dim 30 Juin - 20:39


Ce qui a de formidable lorsque j'aime un morceau c'est l'envie de l'écouter en boucle et, paradoxalement la volonté de ne pas céder à cette envie de peur d'user le plaisir qu'il me procure. C'est le dilemme qui me taraude en ce moment avec la musique de chambre de SAED HADDAD. Allez, je m'en vais réécouter, l'envie est trop forte. 
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10263
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Saed HADDAD, né en 1972   Lun 11 Juil - 9:20

___Dans One Love I (2005), pour solo de qanûn et ensemble, le percussionniste ne joue que sur des instruments désaccordés, à l'exception du marimba. Une attention spéciale est laissée à l'accord des trois instruments à cordes: quatre cordes de la harpe, une de la guitare et deux de la mandoline sont réaccordées, à chaque fois dans l'optique de reproduire et non d'imiter la sika. Grâce à l'intégration d'un instrument arabe, le qanûn, comme instrument soliste , la pièce est confrontée à d'autres problèmes esthétiques que les instrumentations purement "occidentales". Si One Love I est une pièce complète, elle n'en est pas moins composée en deux parties bien définies: dans I le qanûn joue véritablement en soliste, dans On Love II il se font dans l'ensemble. Comme à son habitude, le compositeur joue avec le titre; le thème de l'oeuvre n'est pas l'amour en soi, mais plutôt l'existence de contrastes, comme entre la brutalité et la tendresse. En dépit de ses limites et de celles de l'instrumentation, le qanûn est, dans cette équation, un contraste supplémentaire, et plus encore (...)___Dan Albertson.

Ce texte de Dan Albertson illustre à merveille la complexité de On Love I qui est l'une de mes oeuvres préférées parmi celles que je connais de Saed Haddad. Cette histoire de contraste entre brutalité et tendresse que j'ai parfaitement ressenti pendant l'écoute m'a fasciné, sans compter l'emploi efficace du qanûn en soliste.

Vous ne savez pas ce qu'est un qanûn, cliquez ici
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Saed HADDAD, né en 1972   Aujourd'hui à 20:56

Revenir en haut Aller en bas
 
Saed HADDAD, né en 1972
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: