Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Darius Milhaud (1892-1974)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Snoopy
Admin
avatar

Nombre de messages : 21016
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Darius Milhaud (1892-1974)   Mar 7 Nov - 12:04

Darius Milhaud, né à Marseille (Bouches-du-Rhône) le 4 septembre 1892 et mort à Genève (Suisse) le 22 juin 1974, est un compositeur français.

Issu d'une famille juive musicienne, le compositeur, né à Marseille, passe sa jeunesse à Aix-en-Provence. Il étudie au Conservatoire de Paris avec notamment Paul Dukas et Vincent d'Indy comme professeurs. Il est profondément influencé par les écrivains Francis Jammes et Paul Claudel et devient l'ami de Léo Latil, un poète qui fut tué en 1915 lors de la Première Guerre mondiale. Durant cette dernière, il est invité par Claudel à devenir son secrétaire lors d'une mission consulaire au Brésil. Son séjour va inspirer plusieurs de ses œuvres dont son Bœuf sur le toit.
De retour à Paris, il rencontre Jean Cocteau et Erik Satie, puis constitue avec d'autres musiciens le Groupe des Six. Lors de la Seconde Guerre mondiale, il se réfugie, du fait de ses origines, aux États-Unis où il trouve, avec l'aide du chef d'orchestre Pierre Monteux, un poste d'enseignant en Californie, qu'il conservera jusqu'en 1971. Il meurt en 1974 à Genève.

Particulièrement vaste (443 numéros d'opus), son œuvre aborde tous les genres: opéra (Christophe Colomb), cantates, ballets (la Création du monde), symphonies, musique de chambre (Scaramouche pour deux pianos) et musique de film.

Il s'inspire des musiques provençales, juives, brésiliennes mais aussi du jazz.

Il fut membre du Groupe des Six dont il illustra l'esthétique avec Le Bœuf sur le toit.

Opéra

Le pauvre matelot
L'Enlèvement d'Europe
L'Abandon d'Ariane
La Délivrance de Thésée.
Les malheurs d'Orphée
La mère coupable

Musique de scène

Les Choéphores
Les Euménides

Ballets

L'Homme et son désir
Le Bœuf sur le toit
La Création du monde

Musique symphonique

Saudades do Brasil, suite de danses
Suite provençale
Scaramouche op 165, pour saxophone alto ou clarinette en si bémol et orchestre (transcrit pour deux pianos op 165b).
12 symphonies


Musique de chambre

La Cheminée du roi René, pour flûte, hautbois, clarinette, cor et basson.
18 quatuors à cordes


Musique vocale

Chants populaires hébraïques
Catalogue de fleurs
Le Retour de l'enfant prodigue
Service sacré du matin du Sabbat.
Pacem in Terris

Orgue

Neuf préludes pour orgue op. 231b
Petite suite op. 348

Catalogue complet par genre et opus :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_œuvres_de_Darius_Milhaud
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16662
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Darius Milhaud (1892-1974)   Sam 24 Déc - 18:12

Pas encore un seul post sur Darius Milhaud ? Crying or Very sad

A mon avis, il a trop composé (443 opus), dans tous les genres musicaux, une musique assez agréable mais rien de vraiment marquant, contrairement à Poulenc et Honegger, ses amis du Groupe des Six (les autres, Auric, Durey et Tailleferre sont peu connus aussi. Auric est le champion des ballets et surtout des musiques de film, Durey et Tailleferre n'ont finalement composé que des oeuvrettes, même si elles sont abondantes).

Les plus connues sont Le Boeuf sur le toit, les Saudades do Brazil, la Création du Monde, auxquelles il faut absolument ajouter l'éclatante Suite provençale, la Suite française et Un Français à New York, en réponse à Un Américain à Paris de Gerschwin.

Ses 12 symphonies, pour agréables qu'elles soient, n'ont pas beaucoup de consistance, de même que ses 18 quatuors à cordes (il s'était fixé de dépasser - en nombre - les 17 quatuors de Beethoven). Rolling Eyes

Tout ce qui est opéras et musique vocale est complètement inconnu, y compris la grande symphonie chorale, écrite sur des extraits le l'encyclique Pacem in Terris du Pape Jean XXIII (opus 404 !). Je me souviens avoir écouté sa création le 20 décembre 1963 au Grand Auditorium de l'ORTF. L'on soulignait l'oeucuménisme de l'oeuvre, composée sur les paroles du Pape par un compositeur juif, et créée par un protestant, Charles Münch. A l'époque, cette symphonie chorale m'avait bien plu, et je ne l'avais plus écoutée jusqu'à aujourd'hui, grâce à cet enregistrement :



Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11479
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Darius Milhaud (1892-1974)   Sam 24 Déc - 18:43


Je ne connais pratiquement rien de ce compositeur et je n'ai donc aucun avis prédéfini, seulement il est vrai que j'ai davantage été attiré par Honegger et Auric.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11479
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Darius Milhaud (1892-1974)   Sam 24 Déc - 20:06


L'argument du compositeur qui aurait "trop" composé est toujours quelque chose qui me fait généralement sourire dans la mesure où Bach, Mozart, Schubert, Villa-Lobos, pour ne reprendre que ceux que vous avez cités, et qui sont les auteurs d'un catalogue plus impressionnant encore, ont écrit un sacré nombre d'oeuvres admirables et marquantes. Estimer qu'un compositeur a trop composé parce que l'on estime à tort ou à raison qu'il n' a rien produit de réellement marquant est un mauvais argument. Very Happy

Quelle oeuvre me conseilleriez-vous pour démarrer avec ce compositeur?
Revenir en haut Aller en bas
Olivier

avatar

Nombre de messages : 799
Age : 50
Date d'inscription : 14/05/2011

MessageSujet: Re: Darius Milhaud (1892-1974)   Lun 26 Déc - 18:55

joachim a écrit:
Ses 12 symphonies, pour agréables qu'elles soient, n'ont pas beaucoup de consistance, de même que ses 18 quatuors à cordes (il s'était fixé de dépasser - en nombre - les 17 quatuors de Beethoven). Rolling Eyes
Si son objectif en écrivant son 18eme quatuor à cordes était vraiment dépasser Beethoven... On peut dire que malgré cela, il n'y ait pas vraiment arrivé

De Mihaud, j'ai bien quelques CD notamment de ses concertos Calrinette, violoncelle, marinba&vibraphone ... mais je ne les aient pas encore écoutés.

Je garde cependant un souvenir agréable de l'écoute de sa Suite Provençale.
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16662
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Darius Milhaud (1892-1974)   Lun 26 Déc - 19:54

Concernant les deux quatuors opus 291, ils peuvent se jouer séparément comme deux quatuors "normaux", soit être joués simultanément en se superposant, en ce cas ils forment un octuor. Et comme tu dis, Claude, c'est un cas unique ! Bien évidemment leur durée est absolument identique, de même que les tempos des mouvements : animé, modéré, vif.

Pour faire connaissance avec Darius Milhaud, j'approuve à 100% la suggestion de Claude (le CD EMI) ou à défaut, de trouver des CD réunissant ces mêmes oeuvres, qui sont les plus connues du compositeur.
Revenir en haut Aller en bas
shanessean

avatar

Nombre de messages : 842
Age : 81
Date d'inscription : 19/08/2009

MessageSujet: Le boeuf sur le toit   Jeu 1 Nov - 18:10

Icare, moi je te conseillerais le "Boeuf sur le toit" même si c'est de la musique facile, mais que j'aime beaucoup. Elle donne envie de chnter et de danser.

Un jour, par hasard, j'ai entendu à la radio le bœuf sur le toit et cela a fait "tilt " tout de suite c'est ainsi que j'ai connu Darius Milhaud, par hasard, grâce à la radio.
Il ne faut pas oublier que cette musique, comme beaucoup d'autre de cette époque, était destinée à accompagner un film muet, dans le cas présent un de Charlot.
Je cite ici un passage d'une analyse sur Le bœuf sur le toit

"... il faut cependant remarquer combien l’écriture de Milhaud, dans ce cas très représentatif de l’esthétique des Six, révèle les spécificités stylistiques qui la rendent si cinématographique. Son articulation formelle est très intéressante, où les phrasés sont souvent réduits à de brefs aphorismes au contenu expressif plutôt sobre quoique toujours assez extraverti, emprunté au monde du numéro de clown. Quand les archets attaquent à l’unisson le thème, la mélodie se nuance de teintes naïves et sentimentales où perce l’intention ironique et allusive.
L’affirmation du collage comme une poétique où l’entrelacement des voix est traité de manière poly (...)

La poétique du collage nous apparaît dès les premières mesures où souvent pointe la polytonalité et une très vive séquence de rythmes tirés d’une danse latino-américaine (tango, samba, maxixe…)

Ces exemples mettent en lumière la prédilection de Milhaud – également typique des Six – pour la soi-disant « tonalité sale », où les centres de tonalités sont présents et délimitent les différents moments du discours musical à condition d’être enrichis par d’énormes dissonances dont une fonction est exclusivement de timbre. En même temps se décèle de manière évidente la pulsation rythmique qui, animé de rythmes dansants, est le véritable élément moteur spécifique de ces pages. Le collage ne peut être que la résultante logique de ces stylèmes* de composition. Il est en outre la réponse concrète de Milhaud à la question débattue au début du siècle concernant les modèles auxquels la musique de film était censée se conformer.

À l’intérieur de ses écrits dédiés au cinéma, on trouve une intéressante réflexion sur « Wagner, Verdi et le film » que le musicien énonça dans une intervention au 2e congrès international de Florence en 1937. Dans ces brèves considérations, Milhaud soutient véhémentement que l’idéal dramaturgique wagnérien est ce qu’il y a de plus anticinématographique, soulignant combien la technique du leitmotiv est un expédient banal et primaire qui n’a rien à faire avec le langage cinématographique

Satie, Milhaud et le « collage » musical 1895, revue de l’association française de recherche sur l’histoire du cinéma de R Calabretto

* Stylème : nm (linguistique) sur le modèle de phonème, le stylème est une abstraction sensée représenter une corrélation fonctionnelle possible entre des éléments du langage, une combinaison de stylèmes serait censée définir un style. Autres suggestions : style,





Dernière édition par shanessean le Lun 19 Nov - 22:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr/
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11479
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Darius Milhaud (1892-1974)   Jeu 1 Nov - 19:03

Merci beaucoup pour le conseil et le complément d'informations...très intéressant par ailleurs..., Shanessean, Boeuf sur le toit est évidemment une composition qui m'intéresse depuis longtemps mais sans jamais satisfaire cette curiosité. Ce sera chose faite courant 2013. Very Happy Sinon, je n'arrive plus à me rappeler ce que Claude m'avait conseillé puisqu'il a apparemment effacé tous ses messages afin de ne plus laisser la moindre trace de son passage sur ce forum. Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16662
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Darius Milhaud (1892-1974)   Ven 2 Nov - 10:04

Icare a écrit:
Sinon, je n'arrive plus à me rappeler ce que Claude m'avait conseillé puisqu'il a apparemment effacé tous ses messages afin de ne plus laisser la moindre trace de son passage sur ce forum. Rolling Eyes

C'est vrai que ce n'est pas très élégant de sa part Rolling Eyes

Je crois me souvenir qu'il s'agissait de celui ci :




La Création du monde a un côté jazzy qui devrait te plaire
Shane a parlé du Boeuf sur le toit, un air en rondo qui revient entre diverses danses de cabaret (tango, rumba...)
Saudades du Brésil, suite de danses en hommage à Rio de Janeiro
La Suite provençale : une oeuvre rayonnante de gaieté !
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11479
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Darius Milhaud (1892-1974)   Ven 2 Nov - 11:00


Me voilà servi car ce disque semble réunir le meilleur de son oeuvre. Achat programmé. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
shanessean

avatar

Nombre de messages : 842
Age : 81
Date d'inscription : 19/08/2009

MessageSujet: Le boeuf sur le toit   Lun 19 Nov - 23:25

Voici quelques commentaires sur la genèse du Boeuf sur le Toit


" .....C'est dans ce contexte qu'est créé Le Bœuf sur le toit à la Comédie des Champs-Élysées le 21 février 1920 en compagnie d'œuvres d'Auric, Poulenc* et Satie.
À l'origine, il s'agissait d'une pièce pour violon et piano, Cinéma-fantaisie, destinée à accompagner un film muet de Charlie Chaplin, que le compositeur transforme en ballet à la demande de Cocteau. Cette "farce surréaliste", qui préfigure de vingt ans l'esprit des Mamelles de Tirésias de Poulenc d'après Apollinaire, ne repose pas sur un récit traditionnel mais sur des instantanés: un bar où défilent des personnages dans des décors signés Raoul Dufy.** Le peintre, venu du cubisme, dessine des fresques au coloris chamarré et devient ainsi le partenaire naturel des musiques cocardières du groupe des Six. Sur scène, pas de danseur, mais des vedettes venues du cirque Médrano, les frères Fratellini : des clowns aux gestes volontairement ralentis, contrastant avec l'emportement vif et joyeux de la musique. Une trouvaille géniale, voulue par Cocteau, et dont se souviendra plus tard un certain Bob Wilson... Le mélange des styles, un air populaire brésilien, O Boi pas Telhado, le jazz de Harlem, l'esprit du café-concert et un art mélodique simple et souverain associé à une répétition quasi mécanique (qui marquera Philip Glass, élève américain de Milhaud) font tout le piment de cette œuvre. "



*
" Les mamelles de Tirésias " de Poulenc
http://www.youtube.com/watch?NR=1&v=BqaEoN--l_4&feature=endscreen
et http://www.youtube.com/watch?v=fdmJ8gYe_B4&feature=related
[b]**
Boeuf sur le Toit http://www.qobuz.com/album/darius-milhaud-le-boeuf-sur-le-toit-la-creation-du-monde/3294313001725
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr/
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16662
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Darius Milhaud (1892-1974)   Dim 29 Sep - 13:41

Alors, Icare, tu l'as acheté, finalement, ce CD de Milhaud ?

Je reviens au compositeur, car je viens d'écouter un nouvel enregistrement de la symphonie chorale Pacem in terris, par Abravanel. C'est sûrement le chef d'oeuvre vocal de Darius Milhaud, qui nous donne ici un exemple d'oecuménisme (un juif qui écrit sur des paroles latines du pape Jean XXIII).
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11479
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Darius Milhaud (1892-1974)   Dim 29 Sep - 19:20


Non pas encore. Il est dans mes notes parmi beaucoup d'autres choses. drunken 
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11479
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Darius Milhaud (1892-1974)   Sam 20 Juin - 17:34

joachim a écrit:
Alors, Icare, tu l'as acheté, finalement, ce CD de Milhaud ?

Et bien voilà, il aura fallu attendre juin 2015 pour que je franchisse enfin le pas! Jusqu'ici, je ne devais connaître de Darius Milhaud, si ma mémoire est bonne, qu'une courte oeuvre avec saxophone, rien de plus. J'ai donc jeté mon dévolu sur un cd regroupant La Création du monde, Opus 81 - Saudades do Brasil, Opus 67: quatre danses; "Corcovado", "Sumaré", "Tijuca", "Larenjeiras" et Le Boeuf sur le toit, Opus 58 par l'Orchestre National de France sous la direction de Leonard Bernstein, + Saudades do Brasil, version complète, cette fois, par "The Concert Arts Orchestra" sous la direction du compositeur. Comme tu l'avais si bien supposé, joachim, j'ai bien aimé La Création du monde, sa construction étrange avec ce jazz festif qui jaillit dans une palette de couleurs assez rafraîchissante. Il y a même un côté faussement foutraque qui m'a bien plu. J'ai tout autant aimé, peut-être un peu plus encore, Le Boeuf sur le toit: là aussi, beaucoup de couleurs et d'ensoleillement avec ce motif mélodique très entêtant qui revient comme un rappel à la vie, à la danse, à l'amour, à l'amour de la vie et de la danse. Les rythmes y sont chauds, c'est tout un rayonnement musical qui communique joie et entrain....Saudades do Brasil est sans doute ce qui m'a le moins plu lors de cette première approche, ce qui ne veut pas dire non plus que j'ai détesté. Non, moins de plaisir ne veut pas dire pas de plaisir du tout. La musique n'en est pas moins agréable et tout autant ensoleillée. Son caractère vaguement insouciant et primesautier a un parfum d'été et de vacances. J'y reviendrai aussi avec plaisir, ayant noté parmi mes plages préférées, dans la version complète, "Leme" et "Paineras".
Revenir en haut Aller en bas
Pianoline
Mascotte du forum
Mascotte du forum
avatar

Nombre de messages : 2021
Age : 24
Date d'inscription : 08/06/2011

MessageSujet: Re: Darius Milhaud (1892-1974)   Mer 7 Oct - 22:47

Bon ce soir, je suis en pleine forme et je vous partage mes moments de musique ! Very Happy




Oeuvre très joyeuse et sympathique : Anouchka, j'ai pensé à toi ! Very Happy Pour ta joie de vivre et ton sourire qui se devine derrière tes messages ensoleillés !
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
avatar

Nombre de messages : 21016
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: Darius Milhaud (1892-1974)   Mer 7 Oct - 23:06

Pianoline a écrit:
Anouchka, j'ai pensé à toi ! Very Happy

Elle appréciera en lisant le titre de l'oeuvre! Laughing Laughing
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Pianoline
Mascotte du forum
Mascotte du forum
avatar

Nombre de messages : 2021
Age : 24
Date d'inscription : 08/06/2011

MessageSujet: Re: Darius Milhaud (1892-1974)   Mer 7 Oct - 23:14

Hahaha, Hehe

désolée Anouchka,
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16662
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Darius Milhaud (1892-1974)   Dim 17 Avr - 12:14

La Mère coupable est la troisième partie de la trilogie de Figaro, de Beaumarchais. Il complète donc le Barbier de Séville et le Mariage de Figaro. Si les deux premiers sont très connus grâce aux opéras que l'on sait (quoique Rossini et Mozart ne sont pas les seuls à s'y être attaqués), ce troisième volet, à ma connaissance, n'a été mis en musique que par Darius Milhaud. La Mère Coupable (opus 412) est un opéra en 3 actes sur un livret de Madeleine Milhaud d'après Beaumarchais.

Je crois qu'il n'existe pas en CD, mais on le trouve sur Dailymotion :



http://www.dailymotion.com/video/x35sh5g_milhaud-la-mere-coupable-wien-may-8-2015_music

avec, curieusement, la musique funèbre K 477 de Mozart en guise d'ouverture !

Venant de Milhaud, c'est bien entendu une oeuvre tout à fait tonale, qui dans son genre, fait un peu penser au Pelleas de Debussy, c'est à dire surtout une suite de récitatifs sans airs véritables. Personnellement je n'aime que très moyennement...
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11479
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Darius Milhaud (1892-1974)   Mer 13 Juil - 9:35

Icare a écrit:
joachim a écrit:
Alors, Icare, tu l'as acheté, finalement, ce CD de Milhaud ?

Et bien voilà, il aura fallu attendre juin 2015 pour que je franchisse enfin le pas! Jusqu'ici, je ne devais connaître de Darius Milhaud, si ma mémoire est bonne, qu'une courte oeuvre avec saxophone, rien de plus. J'ai donc jeté mon dévolu sur un cd regroupant La Création du monde, Opus 81 - Saudades do Brasil, Opus 67: quatre danses; "Corcovado", "Sumaré", "Tijuca", "Larenjeiras" et Le Boeuf sur le toit, Opus 58 par l'Orchestre National de France sous la direction de Leonard Bernstein, + Saudades do Brasil, version complète, cette fois, par "The Concert Arts Orchestra" sous la direction du compositeur. Comme tu l'avais si bien supposé, joachim, j'ai bien aimé La Création du monde, sa construction étrange avec ce jazz festif qui jaillit dans une palette de couleurs assez rafraîchissante. Il y a même un côté faussement foutraque qui m'a bien plu. J'ai tout autant aimé, peut-être un peu plus encore, Le Boeuf sur le toit: là aussi, beaucoup de couleurs et d'ensoleillement avec ce motif mélodique très entêtant qui revient comme un rappel à la vie, à la danse, à l'amour, à l'amour de la vie et de la danse. Les rythmes y sont chauds, c'est tout un rayonnement musical qui communique joie et entrain....Saudades do Brasil est sans doute ce qui m'a le moins plu lors de cette première approche, ce qui ne veut pas dire non plus que j'ai détesté. Non, moins de plaisir ne veut pas dire pas de plaisir du tout. La musique n'en est pas moins agréable et tout autant ensoleillée. Son caractère vaguement insouciant et primesautier a un parfum d'été et de vacances. J'y reviendrai aussi avec plaisir, ayant noté parmi mes plages préférées, dans la version complète, "Leme" et "Paineras".

J'ai réécouté ce CD ce matin et quelle merveilleuse idée de commencer la journée sur une musique aussi directe, colorée et ensoleillée!! Ca m'a donné la pêche!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Darius Milhaud (1892-1974)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Darius Milhaud (1892-1974)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: