Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Étienne Nicolas Méhul (1763-1817)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Bel Canto
Admin


Nombre de messages : 5663
Age : 60
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: Étienne Nicolas Méhul (1763-1817)   Mer 7 Mar 2012 - 11:25

joachim a écrit:
Je suis à nouveau à l'écoute de l'intégrale des symphonies, la seule existante je crois. Méhul était vraiment un grand symphoniste, c'est grand dommage qu'au lieu de se consacrer presque complètement à l'opéra - presque tous oubliés de nos jours - il n'ait pas composé d'autres oeuvres symphoniques.



Il y a donc les quatre symphonies, et en complément les ouvertures du Trésor supposé, et surtout celle de la Chasse du Jeune Henri, une merveille du genre. Very Happy

Cela m'a donné l'envie de réécouter ... toujours aussi charmée par ce compositeur !
Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
joachim
Admin


Nombre de messages : 15856
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Étienne Nicolas Méhul (1763-1817)   Mer 19 Juin 2013 - 16:01

Je n'ai en général plus beaucoup le temps  de réécouter des CD (à cause de toutes mes découvertes!). Néanmoins je viens de me remettre le CD des Ouvertures de Méhul, et elles sont vraiment belles.



Revenir en haut Aller en bas
Bel Canto
Admin


Nombre de messages : 5663
Age : 60
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: Étienne Nicolas Méhul (1763-1817)   Mer 10 Sep 2014 - 12:13

joachim a écrit:
à quand un enregistrement des chefs d'oeuvres : Le Jeune Henri, et Joseph en Egypte ?

et bien voilà, c'est fait pour "Adrien empereur de Rome"



Je suis en train d'en écouter des extraits ...je ne dirais pas que c'est un "chef d'oeuvre" mais c'est pas mal.  

Adrien, empereur de Rome (1790/91), opéra en 3 actes sur un livret de Hoffman, d’après Adriano in Sira de Metastase
L’ouvrage fut retiré par la Commune de Paris en mars 1792, Hoffman ne voulant pas supprimer les allusions monarchiques de son texte. Révision et création, à l'Opéra de Paris, le 4 juin 1799.

Philippe Do, ténor (Adrien, empereur de Rome)
Jean Teitgen, basse (Flaminius, consul, ami d'Adrien)
Jennifer Borghi, soprano (Sabine, dame romaine promise à Adrien)
Nicolas Courjal, basse (Ructile, tribun militaire)
Marc Barrard, baryton (Cosroès, roi des Parthes)
Gabrielle Philiponet, soprano (Émirène, fille de Cosroès)
Philippe Talbot, ténor (Pharnaspe, prince parthe, amant d'Emirène)
Katalin Szutrély, soprano (une Romaine)
Purcell Choir
Orfeo Orchestra
Direction György Vashegyi

Composé dans le style épique de l’opéra révolutionnaire, Adrien, empereur des Romains (1791) de Méhul témoigne de l’émergence d’un nouveau style opératique à l’aube du romantisme. À la frénésie barbare des hordes d’envahisseurs répond la nouvelle sensibilité introspective incarnée par la douce esclave Émirène, déchirée entre devoir et passion. La création de l’œuvre fut retardée de nombreuses fois en raison d’un contexte politique peu propice à la glorification d’un empereur ; elle ne fut d’ailleurs possible qu’en transformant son personnage central en «général». Débattu jusqu’au sein de l’assemblée législative sous le Directoire, cet ouvrage passionnant annonce alors l’arrivée d’un général et futur… empereur : Napoléon Bonaparte.
source : qobuz

Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
joachim
Admin


Nombre de messages : 15856
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Étienne Nicolas Méhul (1763-1817)   Mer 10 Sep 2014 - 14:28

A en juger par cette scène, l'opéra doit être super bien. Curieux qu'on n'en entende même pas l'ouverture !
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin


Nombre de messages : 15856
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Étienne Nicolas Méhul (1763-1817)   Jeu 23 Juin 2016 - 7:42

Catalogue complet selon le Grove

Operas:

Euphrosine et Corradin ou le Tyran corrigé (1790)
Alonzo et Cora (1791)
Adrien.
Stratonice (1792)
Le Jeune sage et le vieux fou (1793)
Horatius Coclès (1794)
Le Congrès des rois (1794)
Mélidore et Phrosine (1794)
Doria ou La Tyrannie détruite (1795)
La Caverne (1795)
Le Jeune Henri (1797)
Le Pont de Lodi (1797)
La Taupe et les papillons (1797-1798; no estrenada)
Adrien (1799)
Ariodant (1799)
Epicure (1800)
Bion (1800)
L'Irato ou l'Emporté (1801)
Une Folie (1802)
Le trésor supposé ou Le danger d'écouter aux portes (1802)
Joanna (1802)
Héléna (1803)
Le Baiser et la quittance ou Une aventure de garnison (1803)
L'Heureux malgré lui (1803)
Les deux Aveugles de Tolède (1806)
Uthal (1806)
Gabrielle d'Estrées ou Les Amours d'Henri IV (1806)
Joseph (1807)
Valentine de Milan (1807-1808)
Les Troubadours, ou La Fête au château (1810)
Les Amazones ou La Fondation de Thèbes (1811)
Sésostris (1812)
Le Prince troubadour ou Le Grand Trompeur de dames (1813)
L'Oriflamme (1814)
La Journée aux aventures (1816)


Autres pour la scène:

Le jugement de Paris (ballet-pantomime, 3, P.G. Gardel), 5 March 1793, Po [incl. music by Gluck, Haydn, R. Kreutzer, ‘Michel’ [Yost], I. Pleyel and others], rev. in 1 act
Timoléon (incid music, 3, M.J. Chénier), République, 11 Sept 1794, Pcf, Pn, US-Bp
La dansomanie (ballet-pantomime, 2, Gardel), Opéra, 14 June 1800, F-Po, arr. pf, vn (1800) [incl. music by Mozart and others]
Daphnis et Pandrose (ballet-pantomime, 2, Gardel), Opéra, 14 Jan 1803, Po [incl. music by Dalvimare, Devienne, Duvernoy, Gluck, Haydn, Himmel, R. Kreutzer, Martini, Miller, Winter]
Guillaume le conquérant (incid music, 5, Duval), Français, 4 Feb 1804, arr. from his compositions, with Chanson de Roland, hymne guerrier; arr. B, chorus, pf, Pn*, pubd in La décade philosophique (10 May 1804), suppl.
Les Hussites, ou Le siège de Naumbourg (incid music, 3, Duval), Porte-St-Martin, 14 June 1804
Persée et Andromède (ballet-pantomime, 3, Gardel), Opéra, 8 June 1810, Po [incl. music by Haydn, Paer, Steibelt, Méhul (from Ariodant)]


Musique Chorale:

wb – wind band accompaniment
Ode sacrée (J.-B. Rousseau), with 2vv, orch, 1782, lost;
Duo de Zoroastre, 1786, lost;
Invocation à Apollon (Quel tumulte! quel bruit!) (N.G. Léonard), scène lyrique, with 3vv, orch, 1787, Pn (inc.);
Philoctète à Lemnos, scène lyrique, with 3vv, orch, 1788, Pn (inc.);
Messe solennelle, A , orch, 1804 [for Napoleon’s coronation, but not perf. there], A-KN, Wgm, CS-BRm, US-NYp, vs (c1789)
Chant national du 25 messidor (L.J.P. Fontanes), solo vv, 3 choirs, 3 inst ensembles, 1800;
Hymne à la paix, 1801, lost;
Domine salvum fac rempublicam, 2 choirs, 2 orchs, 1802, Pn*;
Jetez des fleurs, kbd acc., pubd in P.J.B. Chaussard: Fêtes et courtisanes de la Grèce, i, 2nd edn only (1803), 187, and in Masson (1934);
Chant lyrique pour l’inauguration de la statue votée à Sa Majesté l’Empereur et Roi (Arnault), with 5vv, orch, 1807 (1807);
Chant du retour pour la Grand Armée (Arnault), with solo vv, orch, 1807 (1807)
Chant funèbre (Chaussard), with 3vv, inst ensemble, 1808, Pn*;
Cantate pour le mariage de l’Empereur (O doux printemps) (Arnault), acc. orch, 1810, Po;
Cantate [pour le mariage de l’Empereur] (Du trône ou jusqua’à Toi), with 4vv, orch, 1810, Pn (inc.);
Comblé de bonheur (Chant triomphale) (?Arnault) [on the return of Napoleon and Marie-Louise from their tour], acc. orch, 1810, Po;
Toi qui veilles sur cet empire (J.A. Esménard), with B, orch, 1810 [to announce Marie-Louise’s pregnancy at a command perf. of Gluck’s Alceste], Po (inc.)
Le chant d’Ossian (Arnault), with T, orch, 1811 [on the baptism of Napoleon’s son, the King of Rome], lost;
Pourquoi sous un ciel aussi beau (cant., Arnault), with 5vv, orch, 1811 [on the birth of the King of Rome and the inauguration of the new concert hall at the Conservatoire], collab. Catel and Cherubini, Pn*;
O France! à tes destins prospères (Arnault), acc. orch, 1811 [on the birth of the King of Rome], Po;
Lève, Bordeaux, la tête altière (Chant royal), with 3vv, orch, Bordeaux, 1815 [in honour of the Bourbons], Pn*; Salve regina, c1816, Pn* (inc.);
La naissance d’Oscar Leclerc (L.M. Revellière-Lepeaux), with 2 solo vv, orch


Hymnes républicains avec choeur:

wb – wind band accompaniment
Hymne à la raison [later, Hymne patriotique] (Chénier), with 3vv, orch, 1793 (1794);
Le chant du départ (Hymne de guerre) (Chénier), wb, Pn, arr. v, pf (1794);
Hymne chanté par le peuple à la fête de Barra et Viala (C.J.L. Davrigny), kbd acc. (1794);
Le chant des victoires (Hymne de guerre/à la victoire) (Chénier), with insts, 1794 (1798), arr. v, pf (1794); Hymne des vingt-deux (Chénier), with 1v, wb, Pn; arr. v, bc (1795);
Le chant du retour (Hymne pour la paix) (Chénier), with 1v, wb, 1797 (1798); arr. v, pf (1798);
Enfin il est chassé de la belle Italie, 1797, Pn* (inc.);
Hymne pour la fête des époux (J.F. Ducis), with wb (1799); arr. v, pf (1799)

Hymnes républicains à une voix:

accompanied by piano or harp unless otherwise stated
wb – wind band accompaniment
Scène française, S, orch, 1789, lost;
Le petit Nantais (L.F. Jauffret) (1795), pubd in Gougelot (1937–43);
Hymne à l’Eternel (‘Quelle solennité’) (Hue) (1794);
L’ordre du jour (Lille), v, bc (1794);
Chant funèbre à la mémoire du représentant du peuple Féraud (Baour-Lormian), acc. wb, Pn; arr, v, pf (1795);
Réponse du vieux pasteur (A.F. Coupigny), sung in L. Jadin: Le cabaleur (1795);
Hymne du 9 thermidor (‘Salut neuf thermidor’) (Chénier), v, wb; arr. v, bc (1795);
Loizerolles, ou le triomphe de l’amour paternel (Jauffret) (1795);
L’infortunée Lyonnaise (Jauffret) (1795), pubd in Gougelot (1937–43)
Le chien victime de sa fidélité (Jauffret) (1795), pubd in Gougelot (1937–43);
Oscar et Dermide (Arnault, after Ossian), pubd in 6 romances anacréontiques, ii (1796), also in Gougelot (1937–43);
Hymne à la paix (‘O jour de gloire’) (C. Pipelet de Leury), acc. orch (1797);
Théophilantropes (‘O Dieu, dont l’univers publie’) (J.F. de Laharpe), c1797, Pn;
Anniversaire du 9 thermidor, acc. wb, 1798;
Le 18 fructidor (‘Un vaste deuil’) (Lebrun-Tossa [J.A. Brun]), acc. wb; arr. v, bc (1798)
La naissance de mon fils Adolphe (Jauffret) (1798);
Chant montagnard (‘Vous qui sur ces montagnes’), c1799, Pn*;
Romance de Falkland (Jauffret) (1798);
Ode XXXIX: Les plaisirs d’un buveur (Anacreon, trans. J.-B. Gail), Ode XIX: E g’e me lai na pi nei [La terre noire boit], both pubd in 9 odes d’Anacréon;
3 songs (Chaussard): Chant d’amour et de douleur, La chanson de l’hirondelle, Le bain, all pubd in Fêtes et courtisanes de la Grèce (Paris, 1801);
Guillaume le conquérant (J. Lablée) (1804);
Chanson de Roland, sung in Guillaume le conquérant (1804);
Le baiser (Saint-Amand), pubd in Le chansonnier des grâces (1808), 231–2 and suppl.7
Le bouquet d’une amie (Saint-Amand), pubd in La chansonnier des grâces (1808), 26 and suppls.6–7;
Stances (‘Mère des braves’), 1810 [in honour of the marriage of Napoleon and Marie-Louise];
Bayard mourant (C. Brifaut), pubd in Le souvenir des menéstrels (1814), 150–51;
Charles Martel!, ou La parisienne (Jauffret) (1814);
Le retour de l’exilé (Brifaut), pubd in Le souvenir des menéstrels (1815), 260–63;
Eginhard et Emma (Brifaut), pubd in Le souvenir des menéstrels (1816), 222–4;
Ternaire (E. Deschamps): Adieux du pèlerin, Retour au foyer, Le vieux pâtre, [all pubd posth. with new texts by Deschamps]


Autres chansons (Jauffret), probably pubs 1790–95 in the series Feuilles de Terpsichore or by Cousineau:

Julie et Volmar, ou Le supplice de deux amants;
La jeune Avignonaise, Ou Emilie Chaussande;
La caverne de la Sainte-Baume, ou La mère malheureuse;
L’orphelin adopté par sa nourrice;
Victoire Négrier-Lavergne, ou L’héroïne de l’amour conjugal;
Joséphine Kelly et ses deux enfants [see Gougelot, 1937–43]


Orchestre:

Sym., C, 1797, Pn* (last 2 mvts);
Sym. no.1, g, 1808 (1809), ed. D. Charlton (Madison, WI, 1985);
Sym. no.2, D, 1809 (1809), ed. F. Oubradous (Paris, 1957);
Sym. no.3, C, 1809, Pn (parts);
Sym. no.4, E, 1810, Pn (parts);
Sym. no.5, A, 1810, ed. D. Charlton (with A. Caston) (New York, 1982)

Ouverture pour vents, F, 1793,
Musique à l’usage des fêtes nationales pour instruments à vents (1794), ed. W.S. Dudley (1968)


Musique de chambre

Grande ouverture, pf, vn, 3 mirlitons, perc, 1808, Pn* [also known as Ouverture burlesque, 1875]


Piano:

3 sonates, pf/hpd, op.1 (Paris, 1783);
3 sonates, pf/hpd, vn ad lib, op.2 (Paris, 1788);
Sonate, C, pf, pubd in Journal de clavecin par les meilleurs maîtres (1784), no.3 [last mvt used in third sonata op.2]

Arrangements pour piano:

2 airs de ballet from Gossec’s Thésée and gavotte from Gluck’s Orphée, pubd in Journal de clavecin par les meilleurs maîtres (1782), nos.1, 4, 7;
ov. and dances from Edelmann: Le feu (1782);
music from Lemoyne’s Phèdre (1787)


Autres oeuvres:

4 contributions to Principes élémentaires de musique arrêtés par les membres du Conservatoire (1799–1800), 243–6, 254–5, 275–6, 294–7, and Solfèges pour servir à l’étude dans le Conservatoire ... seconde partie (1801–2), 202–3, 252–3, 277–8


Douteux ou apocryphe:

incl. Chant triomphal, 1809 [by Catel], Nouveau recueil de 22 canons (Brussels, n.d.) [all by Berton], several romances;
many items by Méhul’s student and nephew joseph Daussoigne have been miscatalogued under Méhul’s name in Pn and D-Bsb
Revenir en haut Aller en bas
jdperdrix



Nombre de messages : 295
Age : 66
Date d'inscription : 28/02/2013

MessageSujet: Re: Étienne Nicolas Méhul (1763-1817)   Jeu 23 Juin 2016 - 8:07

Outre les symphonies, on trouve encore quelques opéras : Stratonice, l'Irato et la Légende de Joseph (CD et DVD). Les sonates pour piano par Haudebourg ne sont pas vraiment caractéristiques de Méhul. Les Talens lyriques et Christophe Rousset ont interprété Uthal à Versailles sous l'égide du Palazzetto Bru Zane. Orchestration originale : 2 altos, violoncelles, contrebasses, 2 flûtes, 2 hautbois, 2 clarinetttes, 4 cors,  2 bassons, harpe et timbales. Choeur d'hommes uniquement. J'ai la bande radio. Si quelqu'un est intéressé envoyez-moi un message. Voir informations ici : http://www.francemusique.fr/emission/samedi-soir-l-opera/2014-2015/uthal-d-etienne-nicolas-mehul-05-30-2015-19-00
Revenir en haut Aller en bas
jdperdrix



Nombre de messages : 295
Age : 66
Date d'inscription : 28/02/2013

MessageSujet: Re: Étienne Nicolas Méhul (1763-1817)   Jeu 23 Juin 2016 - 9:29

Je viens de réécouter l'enegistrement d'Uthal. C'est pas mal. On comprend pourquoi Berlioz tenait Méhul en grande estime (écoutez la romance du barde...)

En ce qui concerne l'Irato ou l'emporté, cela fait partie des mystifications musicales et anticipe celle de Berlioz pour l'Enfance du Christ.
Le premier consul ayant prétendu qu'aucun compositeur français ne pourrait écrire un opéra comique aussi bien que les italiens, Méhul fit jouer l'Irato sous le nom fictif de Fiorelli, puis, écrivit la critique suivante, toujours sous pseudonyme :

   « Citoyens, je me suis rappelé d'avoir vu jouer à Naples, il y a environ 15 ans, un opéra bouffon intitulé l'Irato, musique del signor Fiorelli, jeune homme qui annonçoit un talent distingué, et que la mort a enlevé aux arts à la fleur de son âge. Cet ouvrage, que je suppose être le même que celui que vous annoncez aujourd'hui, étoit vu avec plaisir. On trouvoit la musique fraîche et chantante ; et quoique le poème, comme presque tous ceux que l'on joue en Italie, fut foible, il amusoit par les caricatures des principaux personnages. L'Irato étoit fort bien joué par le signor Borghesi, et ce rôle n'est pas sans difficulté, l'Irato étant sans cesse en fureur et comme en convulsion. Ce caractère exagéré ne pouvoit même se placer dans une parade dont le nom seul appelle l'indulgence et désarme la sévérité. J'approuve fort le traducteur d'avoir attendu un de ces jours de carnaval pour la faire représenter. Elle offrira toujours au public une nouveauté piquante : ce sera de voir dans ces personnages, tout à fait bouffons, des artistes en possession de plaire dans des rôles élevés, plus naturels, d'un genre plus analogue au goût pur et délicat de la nation française, qui rira volontiers le mardi-gras d'une farce que dans un autre temps elle auroit jugée avec rigueur. »

— Godefroy, Journal de Paris, 17 février 1801.

Il révéla la supercherie et dédia l'Irato à Bonaparte :

   « Général Consul, Vos entretiens sur la musique m'ayant inspiré le désir de composer quelques ouvrages dans un genre moins sévère que ceux que j'ai donnés jusqu'à ce jour, j'ai fait le choix de l'Irato : cet essai a réussi, je vous en dois l'hommage. Salut et respect, Méhul. »

— Dédicace de l'édition Pleyel, 1801.
Revenir en haut Aller en bas
jdperdrix



Nombre de messages : 295
Age : 66
Date d'inscription : 28/02/2013

MessageSujet: Re: Étienne Nicolas Méhul (1763-1817)   Jeu 23 Juin 2016 - 14:42

J'écoute ce nouvel enregistrement des symphonies 3 et 4, contenant aussi le seul mouvement achevé d'une cinquième symphonie, du même niveau que les précédentes. Il faut le jouer fort ! Les timbales et les cuivres sont très présents. Dans le second mouvement de la quatrième symphonie, le parti est pris de confier la partie de violoncelle à un soliste. Ca sonne pas mal. L'interprétation, à mon avis, surpasse celle de l'intégrale par l'orchestre Gulbenkian chez Nimbus.

Disponible chez Amazon :
https://www.amazon.fr/gp/product/B00QWJRAP6/ref=oh_aui_d_detailpage_o00_?ie=UTF8&psc=1
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin


Nombre de messages : 15856
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Étienne Nicolas Méhul (1763-1817)   Jeu 23 Juin 2016 - 14:51

jdperdrix a écrit:


Il révéla la supercherie et dédia l'Irato à Bonaparte :

   « Général Consul, Vos entretiens sur la musique m'ayant inspiré le désir de composer quelques ouvrages dans un genre moins sévère que ceux que j'ai donnés jusqu'à ce jour, j'ai fait le choix de l'Irato : cet essai a réussi, je vous en dois l'hommage. Salut et respect, Méhul. »

— Dédicace de l'édition Pleyel, 1801.


Est-ce que l'on sait quelle a été la réaction de Bonaparte ?


Pour le mouvement de la 5ème symphonie, je suppose qu'il s'agit d'une création mondiale ?
Revenir en haut Aller en bas
jdperdrix



Nombre de messages : 295
Age : 66
Date d'inscription : 28/02/2013

MessageSujet: Re: Étienne Nicolas Méhul (1763-1817)   Jeu 23 Juin 2016 - 15:12

Sur wikipedia (d'où j'ai tiré l'anecdote), on ne dit pas quelle fut la réaction de Bonaparte. Mais il est dit que Méhul et lui étaient amis. Donc, il n'a pas dû être trop vexé.

Le mouvement de la 5e symphonie est en effet présenté comme une première mondiale. Il existe encore une symphonie de 1797, dont il ne subsiste que des fragments.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Étienne Nicolas Méhul (1763-1817)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Étienne Nicolas Méhul (1763-1817)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: