Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

  Jon LEIFS (1899-1968)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11304
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Jon LEIFS (1899-1968)   Jeu 9 Juin - 16:20

Commençons par une petite biographie sur le compositeur:


Jon Leifs, né le 1er Mai 1899 et décédé le 30 juillet 1968,était un compositeur islandais. Il n'avais que 17 ans lorsqu'il quitta l'islande pour étudier au Conservatoire de Leipzig. La première guerre mondiale était alors à son sommet avec une énorme agitation parmi les Allemands et peu de nourriture dans le pays. Malgré les difficultés et son manque d'argent,il était heureux de se trouver à Leipzig et s'estimait chanceux de n'être pas aller étudier à Copenhague. Un nouveau monde s'était ouvert à lui quant il était arrivé en Allemagne et il embrassa la culture de l'Europe centrale sans réserve. L'effet produit par l'écoute d'un orchestre symphonique pour la première fois dans sa vie,fut bouleversant: <<Mon premier tour parmi les grands arbres fut symbolique: les feuilles dans leur parure automnale tombaient des arbres et étaient balayées par le vent. Je n'avais jamais imaginé quelque-chose de semblable. D'entendre pour la première fois un orchestre symphonique jouer fut semblablement symbolique: la Symphonie Faust de Liszt. J'aurais pu me jeter sur le plancher et crier d'admiration.>>

 Lorsque j'écoute une oeuvre pour grande formation comme GEYSIR ou TRILOGIA PICCOLA,ce sont de grandes formes qui apparaissent dans un magma sonore élégant et très raffiné. Bien que tourmentée,la forme est ample et envoûtante. Si l'élégance ainsi qu'un heureux sens de l'orchestration se poursuivent dans des pièces comme TROIS PEINTURES ABSTRAITES,ICELANDIC FOLK DANCES et OVERTURE TO 'LOFTR',mon coeur s'est presque arrêté de battre sur un "Intermezzo" pour cordes intitulé CONSOLATION. On le trouve d'ailleurs sur Youtube. Le morceau ne dépasse guère les six minutes mais il suffit à me faire chavirer. C'est aussi un délicieux travail sur les timbres qu'il est permis d'apprécier dans cette "Consolation". Les cordes y sont exquises car l'auteur les fait sonner d'une manière très singulière...quelque chose de clair-obscur et de soyeux en même temps dans le très sinueux mais onctueux dessin de sa mélodie. Cette musique sonne alors comme un épilogue à la vie ou un prologue à la mort. C'est au choix de son propre ressentir.

Il a marié la pianiste juive Annie Riethof avec laquelle il a deux filles,Snot et Lif. Il a habité successivement à Wernigerode puis à Baden-Baden. Sa famille étant par la suite persécutée par le régime nazi,il se réfugie en Suède en 1944,pour ensuite regagner l'Islande en 1945 où il divorce de sa femme.

Sa fille Lif meurt en 1947 des suites d'un accident de natation,au large des côtes de Suède. Bouleversé par cette tragédie,Jon Leifs composa alors son second QUATUOR A CORDES "Vita et Mors" qu'il dédia à la mort de sa fille.

Sa dernière oeuvre CONSOLATION a été écrite durant les derniers jours de sa vie. Il décède d'un cancer du poumon à Reykjavik le 30 juillet 1968.

Jon Leifs et sa première femme sont les protagonistes du film TEARS OF STONE/LARMES DE PIERRE (1995),dirigé par le réalisateur islandais Hilmar Oddsson.


Dernière édition par Icare le Mar 30 Juin - 9:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16544
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Jon LEIFS (1899-1968)   Jeu 9 Juin - 16:38

Une vie plutôt triste Crying or Very sad

C'est le premier compositeur islandais dont j'entends parler... Je suppose que vu ses dates il n'a pas composé une musique trop "moderne" ?

Est-ce que l'on retrouve ses racines islandaises dans sa musique, comme Grieg ou Sibélius par exemple ?
Revenir en haut Aller en bas
Pianoline
Mascotte du forum
Mascotte du forum
avatar

Nombre de messages : 2021
Age : 24
Date d'inscription : 08/06/2011

MessageSujet: Re: Jon LEIFS (1899-1968)   Jeu 9 Juin - 17:08

J'ai écouté sur Youtube, voici l'oeuvre Consolation :

http://youtu.be/TcM9eSclq2A

Moi elle me fait penser de temps en temps un peu au style de Arvo Pärt. :)
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11304
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Jon LEIFS (1899-1968)   Jeu 9 Juin - 17:14

Oui,c'est une vie plutôt triste. J'ai toutefois été touché par l'épisode de sa vie où,à l'âge de pianoline,il est tout heureux de pouvoir étudier la musique à Leipzig alors que l'Allemagne est en guerre...l'impression d'un jeune homme qui s'émerveille dans un monde chaotique.

Je ne connais pas encore très bien sa musique,que les cinq oeuvres citées dans mon premier commentaire. C'est une musique plutôt accessible bien que GEYSIR surprend dans son introduction. Ses racines islandaises se trouvent tout au moins dans ses Islandic Folk Dances Op.11.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11304
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Jon LEIFS (1899-1968)   Jeu 9 Juin - 17:15

Pianoline a écrit:
Moi elle me fait penser de temps en temps un peu au style de Arvo Pärt. :)

Du Arvo Pärt avant l'heure,alors...tu penses à une oeuvre en particulier? C'est marrant parce que j'y ai pensé aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11304
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Jon LEIFS (1899-1968)   Jeu 9 Juin - 18:03



OEUVRES:

___TRILOGIA PICCOLA Op.1 (1920-24)
___TORREK -- intermezzo pour piano
___ETUDES pour violon solo,Op.3
___CONCERTO POUR ORGUE ET ORCHESTRE,Op.7
___VARIAZIONI PASTORALE pour orchestre,Op.8
___OUVERTURE ISLANDAISE pour orchestre,Op.9
___OUVERTURE POUR LOFTR pour orchestre,Op.10
___DANSES ISLANDAISES pour orchestre,Op.11
___CANTATE ISLANDAISE,Op.13
___TVEIR SONGVAR,Op.14a
___VÖGGUVISA,Op.14a N°2 (1929)
___VITAS ET MORS (deuxième quatuor à cordes) Op.21
___SAGA SYMPHONIE,Op.26
___REQUIEM,Op.33
___BALDR,Op.34 (1943-1947)
___TROIS PEINTURES ABSTRAITES pour orchestre,Op.44
___GEYSIR pour orchestre ,Op.51
___HEKLA pour orchestre ,Op.53 (1964)
___ELEGIE,Op.54
___FINE I Op.55
___FINE II Op.56
___DETTIFOSS,Op.57
___NOTT, Op.59 (1964)
___HAFIS, Op.63 (1965)
___EL GRECO (Troisième quatuor à cordes) Op.64
___CONSOLATION,intermezzo pour orchestre à cordes,Op.66 (1968)
Revenir en haut Aller en bas
Pianoline
Mascotte du forum
Mascotte du forum
avatar

Nombre de messages : 2021
Age : 24
Date d'inscription : 08/06/2011

MessageSujet: Re: Jon LEIFS (1899-1968)   Jeu 9 Juin - 18:28

ba je ne connais pas beaucoup de morceaux de Arvo Pärt bien que je l'aime beaucoup, mais je connais Canctus à la mémoire de Benjamin Britten. et j'avais écouté deux ou trois autres morceaux qui m'ont fait pensé à Jon Leifs. :)
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11304
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Jon LEIFS (1899-1968)   Jeu 9 Juin - 19:02



Je viens d'écouter HEKLA pour orchestre avec choeur et percussions,et c'est une oeuvre qui m'a surpris par sa modernité. Dans la seconde partie,j'y ai repéré des sonorités particulières et même originales que je ne m'attendais pas à entendre,bien que cette pièce date de 1964. Sa construction est également intéressante,à croire que le volcan homonyme a débridé son imagination pour un sens du beau moins classique et davantage contemporain.
Revenir en haut Aller en bas
germou

avatar

Nombre de messages : 37
Age : 74
Date d'inscription : 11/12/2011

MessageSujet: Jon Leifs, Arvo Pärt et Erkki-Swenn Tüür   Dim 11 Déc - 14:47

Bonjour à tous,

Il est évident que la nature ô combien native de l'Islande a marqué les compositions de Jon Leifs.
Son concerto pour orgue de 1930 est incontournable (1). Mais s'il est une œuvre qui se rapproche de Hekla ou Geysir c'est la récente Symphonie N°4 de Tüür : Magma où encore une fois l'orgue et les percussions (la magistrale Evelyne Glennie) apporte la puissance et l'imprévisible des épisodes volcaniques.
Comme pour la plupart des compositeurs nordiques la vie sociale et les danses de son pays sont au rendez-vous dans son ouverture opus 9 "Iceland" et ses 4 "Islandics folk dances" de opus 11.

Le rapprochement avec Arvo Pärt me semble plus délicat (2) car je ne trouve pas dans les tristesses de Leifs le mysticisme du compositeur estonien. Le vrai Pärt est inégalable de Fratres (1977) à Summa (2006) qui associe ses délicates harmonies à un répétitif cette fois justifié.

(1) voir mon message suivant suite à l'écoute de "Etna 71" de Francis Chapelet
(2) voir mon message ultérieur suite à l'écoute de "Requiem"


Dernière édition par germou le Mar 12 Fév - 13:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.gereve63.net
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11304
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Jon LEIFS (1899-1968)   Dim 11 Déc - 18:54


Merci Germou pour toutes ces précisions et bienvenue sur ce forum.
Revenir en haut Aller en bas
germou

avatar

Nombre de messages : 37
Age : 74
Date d'inscription : 11/12/2011

MessageSujet: Jon Leifs   Mar 12 Fév - 13:38

Dans le cadre de la préparation d'un prochain voyage en Islande j'ai noté sur mon carnet :

Jon Leifs écrit une musique volcanique avec ses moments de calme absolu, ses vibrations progressives et ses phases éruptives.
C'est à la fois vrai pour sa musique descriptive des forces naturelles (Dettifoss, Hafis, Geysir, Hekla) que pour ses œuvres inspirées des sagas nordiques (Loftur suite, Lamentations de Gudrun, Saga symphony, Baldur). Pour ces dernières le calme est rompu
par la violence des combats épiques ou les jets de lance sont comme des jets de lave.

On doit songer aux violences d'Hekla (1964) qui annoncent la formidable 4ème symphonie "Magma" d'Erkki-Swen Tüür (2002).
Même le concerto pour orgue (1930) est un précurseur d'"Etna 71" et des "Improvisations sur l'éruption du Niracongo" de Francis Chapelet (1972-73).

Si ses sagas rappellent celles de Sibelius (Kullervo, Karelia, Lemminkainen,...), on lui doit aussi comme dans Requiem (1947)
un traitement polyphonique si proche de celui de "Summa" d'Arvo Pärt (2006).

Son second quatuor à cordes "Vita et Mors" (1948-1951) écrit à la mémoire de sa fille disparue noyée exprime toute la détresse de cet homme. Ici il ne s'agit pas de la résurrection après la mort (mors et vita) mais de décrire la jeunesse qui s'éteint.

Je crois que sa musique est celle qui a le plus fort gradient d'intensité : certaines pièces commencent si faiblement et d'autres éclatent si fort qu'il est difficile de bien régler le niveau de l'écoute.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.gereve63.net
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11304
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Jon LEIFS (1899-1968)   Jeu 8 Aoû - 9:59


En réécoutant, ce matin, les oeuvres de Jon Leifs que j'ai en ma possession, c'est-à-dire GEYSIR, TRILOGIA PICCOLA, TROIS PEINTURES ABSTRAITES, ICELANDIC FOLK DANCES, OVERTURE TO LOFTR (que des oeuvres pour orchestre) et ma préférée CONSOLATION pour orchestre à cordes, je me suis dit, Joachim, que tu pourrais aimer ces musiques qui ne sont pas dépourvues de lyrisme ni d'une certaine emphase. CONSOLATION est cependant dans un style plus intimiste, proche du recueillement. 
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16544
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Jon LEIFS (1899-1968)   Mar 4 Mar - 19:22

germou a écrit:


Jon Leifs écrit une musique volcanique avec ses moments de calme absolu, ses vibrations progressives et ses phases éruptives.
C'est à la fois vrai pour sa musique descriptive des forces naturelles (Dettifoss, Hafis, Geysir, Hekla) que pour ses œuvres inspirées des sagas nordiques (Loftur suite, Lamentations de Gudrun, Saga symphony, Baldur). Pour ces dernières le calme est rompu
par la violence des combats épiques ou les jets de lance sont comme des jets de lave.

Je suis en train d'écouter la Saga-Symphonie op 26, et je suis tout à fait d'accord avec ce commentaire de Germou. Parfois calme, parfois (et surtout) violent, au total je n'aime pas beaucoup cette longue symphonie (55 minutes) qui semble être plutôt une suite de poèmes symphoniques. On pourrait croire qu'un islandais serait assez proche d'un finlandais ou d'un norvégien, ce n'est pas le cas du tout. Il est vrai que, comme le dit Germou, que l'Islande est un pays volcanique, et ça se sent dans la musique de Leifs.

Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16544
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Jon LEIFS (1899-1968)   Ven 4 Avr - 11:24

Ce CD consacré à plusieurs oeuvres orchestrales de Jon Leifs (voir image) m'a beaucoup plu. Cette musique tantôt passionnée et dissonante, tantôt calme et tranquille, m'a assez séduit.









Bien sûr, mon commentaire ci dessus concerne uniquement Geysir, Trilogia piccola et Lofrt, car évidemment les Danses folkloriques islandaises, tout à fait tonales, sont splendides et ne déméritent absolument pas par rapport, par exemple, aux danses norvégiennes de Grieg.
La dernière pièce, Consolations, a été écrite alors que Leifs était mourant sur son lit d'hôpital. Musique fort calme, un hymne à l'humanité.

Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11304
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Jon LEIFS (1899-1968)   Ven 4 Avr - 12:29


Me voilà heureux d'avoir créé ici un topic sur ce compositeur!  Mains 
Revenir en haut Aller en bas
Henri



Nombre de messages : 271
Age : 63
Date d'inscription : 23/05/2015

MessageSujet: Re: Jon LEIFS (1899-1968)   Lun 29 Juin - 23:41

Je connaissais Consolation, ainsi que deux autres oeuvres pour orchestre à cordes : Elegie (in memoriam 30.9.1961), Réminiscence du Nord, et Vita et Mors, quatuor à cordes n° 2 op.36. Tout à l'heure j'écoutais Hekla. Pas vraiment le même genre. On en ressort sonné. ça doit probablement "raconter" une éruption volcanique. Si c'est bien le cas, c'est encore un exemple de musique "imitative" particulièrement réussie.
Là, je suis dans Iceland Ouverture. ça repose presque par rapport.
Revenir en haut Aller en bas
Henri



Nombre de messages : 271
Age : 63
Date d'inscription : 23/05/2015

MessageSujet: Re: Jon LEIFS (1899-1968)   Mar 30 Juin - 23:32

Auriez-vous imaginé qu’il existe un pays où l’on n’avait jamais entendu de concert symphonique avant 1926 ? Et qu’en plus il s’agit d’un pays européen ? Ce pays, ce n’est pas un pays; c’est un volcan. Pire ! Un essaim, une armée de volcans. Car c’est bien de l’Islande que nous parlons. Et celui qui dirigea ces premiers concerts islandais était lui-même une sorte de volcan. En tout cas, lorsqu’on écoute sa musique c’est l’impression qu’on se fait de l’Islandais Jón Leifs dont la plupart des œuvres sont inspirées par les phénomènes naturels impétueux et explosifs de cette île de l’extrême et de la démesure. Curieusement, j’ai commencé sa découverte par quelques unes de ses compositions les plus intimes, pour orchestre à cordes, des pièces sombres et mélancoliques, écrites dans des moments douloureux de sa vie : Élégie (in memoriam 30.9.1961), Consolation, Réminiscence du Nord, Vita et Mors. Imaginez alors le choc que j’ai reçu en écoutant Hekla, cette éruption grandeur nature, ce cataclysme de fin du monde où des jets de magma fusent jusqu’au ciel et retombent autour de vous en bombes volcaniques ou en cendres brûlantes, dans une atmosphère étouffante où vous désespérez d’inspirer une bouffée d’air, et qui vous laisse au bout du compte quasi-mort sur une plage de sable noir lavée par des flots en ébullition.
Bon, d’accord, tout cela n’est que musical et vous n’êtes pas mort pour de vrai. Et heureusement, car cela vous laisse la possibilité de revivre la même épreuve avec, par exemple, Baldr, qui raconte la tragédie du fils favori d’Odin, assassiné par le dieu jaloux Loki. Ce “drame musical et chorégraphique sans paroles” utilise un grand orchestre avec une section de percussion augmentée de divers objets et engins tels que chaînes, enclume, marteau, pistolet, canon afin de créer de puissants effets dramatiques. Tout cela dans le cadre d’une épopée guerrière par laquelle Leifs symbolisait une protestation contre l’Allemagne nazi, régime qui, selon lui, interprétait à contresens la mythologie nordique pour justifier son action malfaisante.
La musique est bien ancrée dans la tonalité mais déploie de nombreuses dissonances qui expriment la violence des éléments. En ceci elle révèle son étroite parenté avec Le Sacre du Printemps. Parenté qu’on retrouve dans de nombreuses pièces de Leifs, parfois même avec encore plus de véhémence, de puissance aveugle et sauvage. Les forces brutes de la nature se déchainent, le volcan crache, le geyser jaillit, l’ouragan pulvérise, les flots submergent. A la fin de Hekla, ou de Baldr, qui convoque également une éruption volcanique, on est abasourdi, lessivé, essoré. Une particularité de la musique de Leifs est l’usage intensif qu’elle fait des chocs, des coups. Chez lui, les percussions sont bien destinées à percuter, cogner, frapper. Sur les rivages de Thor, le dieu au marteau, cela n’a rien pour surprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11304
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Jon LEIFS (1899-1968)   Mer 1 Juil - 13:32

J'ai écouté un peu Baldr, pas globalement - il faut dire que c'est un peu long - et il y a des passages que j'ai bien aimé, d'autres moins, comme dans toute oeuvre de cette envergure, des passages très chargés aussi, un peu trop pour moi, peut-être, du moins dans cette première approche...A l'occasion, j'y reviendrai avec plus d'assiduité afin de mieux apprivoiser la bête. Merci pour ce ressenti argumenté. Comme je l'avais dit plus haut, voilà un topic que je n'aurai pas créé pour rien. Very Happy Ce qui est marrant, c'est qu'il est un peu, d'une certaine manière, le compositeur des volcans, des éruptions volcaniques, avec toute cet impressionnant mécanisme sonore et rythmique qui anime sa musique, et que, finalement, le morceau qui me touche le plus de lui, jusqu'à maintenant, est Consolation, l'un des extraits musicaux les plus sobres de son oeuvre.
Revenir en haut Aller en bas
Henri



Nombre de messages : 271
Age : 63
Date d'inscription : 23/05/2015

MessageSujet: Re: Jon LEIFS (1899-1968)   Mer 1 Juil - 16:55

C'est vrai, "Consolation" est un morceau très introverti, qui touche profondément, et quand je l'ai entendu, je n'imaginais pas que son auteur pouvait être aussi celui de pièces aussi... explosives que Hekla, Baldr et d'autres du même genre.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jon LEIFS (1899-1968)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jon LEIFS (1899-1968)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: