Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Frank Martin (1890-1974)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Stadler
Admin
avatar

Nombre de messages : 4199
Age : 47
Date d'inscription : 09/11/2006

MessageSujet: Re: Frank Martin (1890-1974)   Ven 1 Fév - 13:45



Un portrait de notre homme...

... dont je ne connais qu'une seule oeuvre : la Ballade pour saxophone et orchestre

Revenir en haut Aller en bas
http://clarinette-classique.forumactif.fr/index.htm
Snoopy
Admin
avatar

Nombre de messages : 21016
Age : 43
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: Frank Martin (1890-1974)   Ven 1 Fév - 16:51

C'est chiant à mourir et la pianiste ne connait qu'un seul et unique accord "coups de marteau"?
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11549
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Frank Martin (1890-1974)   Ven 1 Fév - 19:33

Merci Stadler pour la photo de ce grand compositeur - dommage que tu n'ais pas choisi une avec la pipe Hehe - et la vidéo contenant une Ballade pour saxophone et piano que je ne connaissais absolument pas jusqu'à aujourd'hui. En fait, la facette de Frank Martin que je connais le moins est sa musique de chambre. Parmi les ballades qu'il a composées, je connais celle pour piano et orchestre et celle pour violoncelle et orchestre de chambre que je possède en cd et sont quand même beaucoup moins austères que la ballade pour saxophone et piano que tu nous as présentée ci-dessus que j'aimerais toutefois redécouvrir dans de meilleures conditions sonores et dans une autre interprétation. Je me demande d'ailleurs s'il n'en existe pas une version avec orchestre et si elle n'est pas antérieure à celle-là.


Icare a écrit:
Je m'apprête à réécouter, désormais, l'intégrale de ses oeuvres pour piano seul. Jusqu'ici, je ne peux pas dire qu'elles me touchent autant que ses pièces pour piano à quatre mains et pour deux pianos, mais je ne doute pas un seul instant que cette réécoute va me procurer pas mal de plaisir. Décidément, que ce soit par sa musique vocale, instrumentale, concertante ou pour piano, ce compositeur me touche au coeur au même titre qu'Arthur Honegger.

Comme mes précédentes écoutes l'avaient présagé, ses pièces pour piano seul sont plus sérieuses et austères, voire même plus cérébrales que celles pour piano à quatre mains et deux pianos. Elles ne le sont pas autant que les "Klavierstücke" d'Arnold Schoenberg et, encore une fois, j'y ai ressenti une influence bachienne, peut-être un peu celle des Variations Goldberg par moment. Voilà, histoire de situer un peu les choses, il s'agirait de piano - je schématise - qui tirerait volontiers son influence entre Bach et Schoenberg, entre lesquels il est tout à fait permis de percevoir d'autres influences plus ou moins subtiles comme celle du flamenco dans sa virtuose et dynamique Fantaisie sur des rythmes flamenco. Globalement, je ne me suis pas ennuyé une seconde car c'est un genre de piano pas particulièrement romantique et qui par ce fait satisfait le mélomane cérébral qui erre en moi. A noter une très belle interprétation de Julie Adam et une qualité de son sur cd impeccable: C'est simple, je n'avais qu'à fermer les yeux et la pianiste jouait dans mon salon. A noter aussi que les prochaines pièces de piano que je vais écouter, durant la semaine à venir, sont celles de Schubert qui, d'essence romantique, devront sans difficulté (contrairement à d'autres Hehe ) réveiller le mélomane romantique qui sommeille en moi. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11549
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Frank Martin (1890-1974)   Jeu 16 Mai - 18:50


Je considère LE MYSTERE DE LA NATIVITE comme un chef-d'oeuvre. Je l'ai réécoutée aujourd'hui en ouverture de mon nouveau cycle consacré aux compositeurs suisses et je dois dire que j'ai été complètement conquis. En l'écoutant, j'ai même pensé à Jean. Je suis persuadé qu'il aimerait cette oeuvre magnifique de Frank Martin. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11549
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Frank Martin (1890-1974)   Ven 24 Mai - 10:25


Réécoute de la première partie de son Oratorio LE VIN HERBE et c'est encore une fois un chef d'oeuvre qui se dessine à mes oreilles! Quelle qualité d'écriture, quel chant merveilleux, quelle beauté, quelle luminosité!!! Frank Martin dans une parfaite maîtrise de son art. Avec cette oeuvre, comme avec bien d'autres, ce grand compositeur s'est amoureusement rapproché du haut des cieux. Bientôt, je vais m'imprégner religieusement de la seconde partie.
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16725
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Frank Martin (1890-1974)   Jeu 19 Juin - 20:02

Pas encore de catalogue ? J'y remédie...

Orchestre

Symphonies
1915 Symphonie burlesque, pour orchestre et instruments enfantins, sur des thèmes montagnards
1936-1937 Symphonie, pour grand orchestre
1944-1945 Petite Symphonie concertante pour harpe, clavecin, piano et deux orchestres à cordes
1946 Symphonie concertante, version pour grand orchestre de la Petite Symphonie Concertante


Concertos

1933-1934 Concerto Nr. 1 pour piano et orchestre
1935 Danse de la Peur pour 2 pianos et orchestre
1938 Ballade pour saxophone alto, cordes, percussion et piano
1938 Sonata da Chiesa pour viole d'amour et orchestre
1939 Ballade pour piano et orchestre
1941 Ballade pour trombone et petit orchestre
1941 Ballade pour flûte, orchestre à cordes et piano
1949 Ballade pour violoncelle et petit orchestre
1949 Concert pour 7 instruments à vent, timbales et cordes
1950-1951 Concerto pour violon et orchestre
1951-1952 Concerto pour clavecin et petit orchestre
1952 Sonata da Chiesa, pour viole d'amour et orchestre à cordes
1965 Concerto pour violoncelle et orchestre
1968 Concerto Nr. 2 pour piano et orchestre
1969 Erasmi Monumentum, pour orgue et grand orchestre
1972 Ballade pour alto et orchestre à vents


Autres oeuvres orchestrales

1913 Suite pour orchestre
1920 Esquisse, pour orchestre
1920 Pavane Couleur du Temps, pour orchestre
1924-1926 Rythmes, trois mouvements symphoniques pour grand orchestre
1927 Fox-Trot
1933 Guitare
1939 Du Rhône au Rhin
1946 Ouverture pour Athalie, pour orchestre
1952 Passacaille pour orchestre à cordes, d'après la Passacaille pour orgue
1955-1956 Etudes pour orchestre à cordes
1956 Ouverture et hommage à Mozart, pour orchestre
1958 Ouverture en Rondeau, pour orchestre
1960 Trois fragments de l'opéra Der Sturm
1963 Inter Arma Caritas
1963 Les Quatres Eléments, études symphoniques pour grand orchestre
1970 Trois Danses pour hautbois et harpe solo, quintette à cordes et orchestre à cordes
1973 Polyptyque - Six images de la Passion du Christ, pour violon et deux orchestres à cordes


Pour orchestre à vents

1939 Du Rhône au Rhin, pour harmonie ou fanfare (marche officielle de l'Exposition nationale suisse à Zurich en 1939)
1972 Ballade pour alto et orchestre à vents
Marche des 22 cantons
Suite d'Oedipe Roi


Musique de chambre

1913 Sonate pour violon et piano n° 1 "op 1"
1919 Quintette pour deux violons, alto, violoncelle et piano
1920 Pavanne Couleur du Temps, pour quintette à cordes
1925 Trio Sur des mélodies polulaires Irlandaises, pour violon, violoncelle et piano
1932 Sonate pour violon et piano n° 2
1935 Rhapsodie pour 2 violons, 2 altos et contrebasse
1936 Trio à cordes
1938 Sonate d'église pour viole d'amour (ou flûte) et orgue
1939 Ballade pour flûte et piano
1940 Seconde ballade pour flûte et piano (d'après la ballade pour saxophone)
1940 Ballade pour trombone et piano
1941 Petite complainte pour hautbois et piano
1949 Ballade pour violoncelle et piano
1957 Pièce brève, pour hautbois, flûte et harpe
1958 Chaconne pour violoncelle et piano
1966-1967 Quatuor à cordes


Orgue

1922-1926 Agnus Dei
1938 Sonata da Chiesa, pour viole d'amour et orgue
1941 Sonata da Chiesa, pour flûte et orgue
1944 Passacaille


Piano

1924 Ouverture et foxtrot, pour deux pianos
1933 Guitare, 4 pièces brèves
1937 Les Grenouilles, le Rossignol et la Pluie pour 2 pianos
1937 Petite Marche blanche et Trio noir pour 2 pianos
1940 Danse grave
1948 Huit Préludes
1952 Clair de Lune
1956 Etudes pour deux pianos
1965 Esquisse
1965 Etude rythmique
1973 Fantaisie sur des Rythmes flamenco


Guitare

1933 Quatre petites pièces


Opéras

1928-1931 La Nique à Satan, 1 acte, livret d'Albert Rudhardt, créé à Genève
1952-1955 Der Sturm (La Tempête), 3 actes, livret d'August Wilhelm Schegel d'après Shakespeare, créé à Vienne
1960-1962 Monsieur de Pourceaugnac, 3 actes d'après Molière, créé à Genève


Ballets

1941 Das Märchen vom Aschenbrödel (Le Conte de Cendrillon)
1943 Une Danse des morts à Bâle (Ein Totentanz zu Basel)


Musiques de scène

1923 Oedipe-Roi
1924 Oedipe à Colonne
1928 Le Divorce
1929 Roméo et Juliette
1931 La Nique à Satan
1943 Une Danse macabre à Bâle
1946 Athalie


Messes, oratorios, cantates

1922/1926 Messe pour double chœur
1929-1930 Cantate pour le Temps de Noël, pour solistes, chœur mixte, chœur de garçons, orgue, clavecin et cordes avec 2 violes de gambe - texte: la Bible
1938-1941 Le Vin herbé, oratorio profane pour ensemble vocal et instrumental, inspiré de Tristan et Iseut
1941 Cantate pour le 1er Août, pour quatuor, ensemble vocal avec piano ou orgue - texte: Charly Clerc
1944 In terra pax, petit oratorio pour cinq solistes, deux choeurs mixtes, chœur d'enfants et orchestre - texte: la Bible
1945-1948 Golgotha, passion oratorio pour cinq solistes, choeur mixte, orgue et orchestre - texte: la Bible et St. Augustin
1957-1959 Mystère de la Nativité, oratorio pour Noël, pour neuf solistes, petit chœur mixte, chœur d'hommes, chœur mixte et grand orchestre - texte: Arnoul Gréban
1958 Psaumes Genève, cantate pour choeur mixte, choeur d'enfants, orgue et orchestre
1964 Pilate, petit oratorio pour baryton, mezzo-soprano, ténor, basse, choeur mixte et orchestre - texte: Arnoul Gréban
1971-1972 Requiem pour 4 solistes, choeur mixte, orgue et orchestre - texte: Paroissien Romain
1974 Et La Vie l'emporta, cantate de chambre pour alto, baryton, ensemble vocal et orchestre - texte: Maurice Zundel, Martin Luther, le compositeur et anonyme


Choeur a cappella

1922-1926 Messe pour le double choeur a cappella
1931 Chansons pour choeur mixte: Sonnet (Pierre de Ronsard), Le coucou (JP Toulet), Ode (Pierre de Ronsard), Le petit village (Charles Ferdinand Ramuz)
1944 Chansons pour choeur mixte: Janeton (Roland Stähli), Petite Eglise (Henri Devain), Si Charlotte avait Voulu (Roland Stähli)
1950 Ariel - Cinq chansons d'Ariel, pour choeur mixte - texte: William Shakespeare


Autres chants

1910 Trois poèmes païens pour baryton et grand orchestre
1918 Les Dithyrambes pour soli, choeur et orchestre
1921 Quatre Sonnets à Cassandre pour mezzo-soprano, flûte, alto et violoncelle
1929 Musique pour les fêtes du Rhône, pour choeur et orchestre
1942 Der Cornet : Die Weise von Liebe und Tod des Cornets Christoph Rilke, pour contralto et petit orchestre - texte: Rainer Maria Rilke
1943-1944 Six Monologues du Jedermann, pour baryton et orchestre - texte: Hugo von Hofmannsthal
1945 Dédicace pour voix et piano
1947 Chants de Noël pour voix et piano
1960 Drei Minnelieder, pour soprano et piano
1961 Ode à la musique, pour baryton, choeur mixte, une trompette, deux cors, trois trombones, contrebasse et piano - texte: Guillaume de Machaut
1968 Triptyque de Marie (Maria Triptychon), pour soprano, violon solo et orchestre : Ave Maria, Magnificat, Stabat Mater
1969-1971 Poèmes de la Mort, pour trois voix masculines et trois guitares électriques - Texte: François Villon


Dernière édition par joachim le Lun 27 Oct - 20:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16725
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Frank Martin (1890-1974)   Mar 24 Juin - 10:19

Voici un CD avec trois oeuvres peu connues de Franck Martin :

La symphonie à grand orchestre de 1937, quelque peu sérielle avec des instruments jazzy : xylophone, saxophone, piano. Comme s'en doute probablement Icare, c'est l'oeuvre que j'ai la moins aimé des trois...

La symphonie concertante est assez connue dans sa version pour petit orchestre, mais pas dans la version revue pour grand orchestre en 1946. Elle est plus "sage" que la symphonie, et pour cette raison je la préfère nettement.

Le troisième morceau est la Passacaille pour orgue de 1945 dans sa version orchestrale, une forme fuguée sur une basse obstinée dans l'esprit de la Passacaille et Fugue de Bach. J'ai apprécié  Wink 

Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11549
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Frank Martin (1890-1974)   Mar 24 Juin - 16:13

Voilà un cd que je vais me procurer pour la Symphonie que j'ai hâte de découvrir. Les quelques informations qui transparaissent de ton commentaire, Joachim, m'attirent beaucoup! Quant à la Petite Symphonie Concertante, elle fait partie de mes oeuvres préférées de Frank Martin, elle en est même mon oeuvre fétiche puisque c'est par elle que j'ai découvert ce compositeur et eu envie de l'approfondir. Depuis, comme tu sais, Frank Martin fait partie de mes compositeurs préférés et les mieux représentés dans ma "collection". Bien sûr, je ne connais cette fameuse Symphonie Concertante que dans sa version pour petit orchestre. Je me demande désormais si je vais la préférer dans un plus grand effectif, ce dont je doute personnellement. Ce sera la surprise. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
shanessean

avatar

Nombre de messages : 842
Age : 81
Date d'inscription : 19/08/2009

MessageSujet: Re: Frank Martin (1890-1974)   Mar 24 Juin - 23:11

questa è una vergogna comme répétait toujours Marie de Médicis
pour énerver Henri IV.

Je connais bien sûr Frank Martin mais je n'ai jamais rien écouté de lui. Pas d'explication, simplement, même pas la curiosité. J'ai honte de le dire.
Je vais bien sûr réparer cette erreur.

J'aime bien dans la présentation: il est écrit qu'il a composé une symphonie complète, manquerait plus que ça. 
confused
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr/
Emmanuelle



Nombre de messages : 42
Age : 67
Date d'inscription : 31/05/2014

MessageSujet: Re: Frank Martin (1890-1974)   Sam 28 Juin - 13:33

On trouvera une version du Vin herbé ici :
http://www.youtube.com/watch?v=oISE7ZF5Dj0

Et le livret, là :
http://www.opera-lyon.com/sites/default/files/documents/program/texte_le_vin_herbe.pdf

C'est superbe, je vous le recommande vivement...
Revenir en haut Aller en bas
http://annselinanancystorace.blogspot.fr/
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11549
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Frank Martin (1890-1974)   Sam 19 Juil - 11:35

Je viens d'écouter, en ce chaud matin d'été aux allures orageuses, Der Cornet de Frank Martin pour soprano (Brigitte Balleys) et orchestre de chambre sous la direction de Jesus Lopez Cobos. Au début, je n'étais pas sûr d'avoir envie d'écouter cette oeuvre en particulier du compositeur suisse. D'autres me titillaient davantage mais, en même temps, j'avais conscience de n'avoir pas réécouté Der Cornet depuis très longtemps, trop longtemps. Finalement, je me suis décidé à la réécouter et j'ai bien fait! Je ne l'ai jamais autant appréciée qu'aujourd'hui. J'ai d'abord été saisi par la douceur et la délicatesse de cette musique, l'équilibre entre la voix de soprano et les judicieuses teintes de l'orchestre. Bien sûr, il y a des moments plus animés qui sont les bienvenus et, parmi mes passages préférés, je retiens "Die Tumbstube", (plage 16), que je trouve très émouvant et merveilleusement interprété.   
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16725
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Frank Martin (1890-1974)   Dim 10 Aoû - 12:38

J'écoute en ce moment Le Vin Herbé, cet oratorio profane en 3 parties qui enthousiasme tant Icare. Eh bien, pour moi, c'est un peu comme Golgotha, c'est horriblement monotone, dans la même lignée que le Pelleas de Debussy (avec lequel je faisais la comparaison plus haut).

Evidemment, c'est une oeuvre tout à fait tonale que je devrais apprécier sans réserve, mais c'est long, trop long (113 minutes) et toujours, ou presque, sur le même ton, on a l'impression d'écouter sans cesse la même chose   Embarassed Embarassed

(Serving.com refuse de marcher pour l'instant, je mettrai l'image du CD plus tard.)
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11549
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Frank Martin (1890-1974)   Dim 10 Aoû - 16:21

Je comprends ce qui t'a déplu en fonction de ce que tu aimes généralement: l'impression d'écouter une musique qui évolue continuellement sur le même ton...A mes oreilles, c'est une autre aventure, peut-être un continuel recueillement vers une dimension musicale infiniment belle...Je considère cette partition comme un chef-d'oeuvre absolu et à aucun moment je ne souffre de sa longueur.   C'est une musique des cieux et si je l'apprécie à ce point c'est peut-être aussi parce que j'ai assez souvent une "écoute religieuse" de la musique.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11549
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Frank Martin (1890-1974)   Lun 27 Oct - 18:54

Le Concerto pour violoncelle et orchestre de Frank Martin devrait être plus souvent cité en référence tant il renferme de moments géniaux où les idées musicales se succèdent et se bousculent. C'est un véritable bonheur d'un bout à l'autre et je ne saurais dire lequel des trois mouvements je préfère...peut-être le troisième qui est vraiment excellent, savoureux, mais, en y réfléchissant, le premier ne manque pas d'atout non plus et le second est également formidable dans son ton grave et solennel. Frank Martin et un compositeur qui me comble presque à tous les coups, me déçoit rarement, au même titre qu'Arthur Honegger. Dans mon esprit, j'ai souvent tendance à associer émotionnellement ces deux compositeurs car je les ai découverts, approfondis et aimés dans la même période. Honegger a d'ailleurs composé un concerto pour violoncelle qui me plait beaucoup aussi. Toutefois, il est très différent de celui de Martin qui, pour le coup, ravit ma préférence. Les Trois Danses pour hautbois, harpe et cordes est une autre oeuvre de toute beauté du Maître suisse. Il faut dire que la combinaison d'une harpe et d'un hautbois est une excellente initiative qui fonctionne à merveille. La Ballade pour violoncelle et orchestre de chambre ne manque pas non plus d'attrait et la Passacaille pour cordes non plus.
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16725
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Frank Martin (1890-1974)   Lun 27 Oct - 19:51

Ce ne sont pas mes morceaux préférés de Franck Martin, mais je ne les rejette pas non plus. Parmi les concertos, c'est celui pour violon qui a nettement ma préférence, ainsi que l'autre pour violon, Polyptique.

Plus haut, tu parlais de Der Cornet, c'est une longue oeuvre (près d'une heure) que j'avais bien aimé moi aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11549
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Frank Martin (1890-1974)   Lun 27 Oct - 20:21

Je comprends que tu préfères le concerto pour violon dans la mesure où il est plus classique que le concerto pour violoncelle qui, lui, est plus moderne et audacieux, bien plus intéressant et passionnant à mon oreille.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11549
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Frank Martin (1890-1974)   Jeu 20 Nov - 16:00

Icare a écrit:
Je comprends que tu préfères le concerto pour violon dans la mesure où il est plus classique que le concerto pour violoncelle qui, lui, est plus moderne et audacieux, bien plus intéressant et passionnant à mon oreille.

J'ai bien fait de réécouter ce Concerto pour violon et orchestre (1950-51) de Frank Martin. Il est beaucoup plus incisif et pertinent que dans mon souvenir. J'ai été sous tension et le coup de l'émotion pendant les trois mouvements, ni plus ni moins. L'oeuvre est bien moins classique que ce à quoi je m'attendais. Si j'ai été emporté par la prestation du violoniste Wolfgang Schneiderhan, j'ai été éblouï par la matière orchestrale que j'ai trouvé aussi chaude et émulsive que la lave d'un volcan prêt à éclore. Nerveux, intense pour ne pas dire viscéral, et très expressif. Poignant. Oh, que mon Top 13 va être difficile à réaliser!
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11549
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Frank Martin (1890-1974)   Mar 9 Déc - 19:04

Encore deux très belles oeuvres de Frank Martin réécoutées aujourd'hui; Polyptyque - Six images de la Passion du Christ pour violon solo et deux orchestres à cordes et Maria Triptychon pour soprano, violon et orchestre. Décidément, ce grand compositeur est fait pour moi! Tout dans ces musiques me plait même si, curieusement, je n'arrive pas à expliquer avec des mots mon ressenti. Il y a des jours où les mots ne viennent pas facilement, ce qui ne veut pas dire que les émotions n'étaient pas au rendez-vous. Bien au contraire! J'ai passé un merveilleux moment. Il faut quand même que je reconnaisse dans l'absolu que la formation instrumentale de son Polyptyque me caresse dans le sens du poil - j'ai toujours été très réceptif aux cordes en général - que ce soit dans les mouvements lents ou dans les plus animés. En plus, avec Frank Martin aux commandes, le succès était garanti d'avance! Very Happy  Cependant, la seconde oeuvre, Maria Triptychon interprétée par la violoniste Muriel Cantoreggi, la soprano Juliane Banse et le "German Radio Philharmonic Orchestra" sous la direction de Christoph Poppen, m'a encore plus ému. Je ne sais pas si je vais l'inclure dans un top 13 des meilleures oeuvres (à mon goût) pour violon et orchestre, bien que, d'un autre côté, le violon y joue un rôle très important et participe allègrement à la beauté de cette musique.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11549
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Frank Martin (1890-1974)   Lun 22 Juin - 9:19

Icare a écrit:
Je viens de réécouter la première partie de son oratorio Le Mystère de la nativité et j'ai déjà hâte de réécouter la seconde, ce que je vais faire de ce pas! Very Happy

De nouveau, j'ai réécouté la première partie de son oratorio Le Mystère de la Nativité et j'ai été une nouvelle fois ébloui par tant de beauté et de lumière. Il faut dire que c'est une oeuvre que j'écoute et adore depuis longtemps maintenant. Je sais qu'en repassant cette oeuvre dans mon lecteur il n'y aura plus la surprise de la découverte. C'est une émotion garantie, renouvelée, pérenne. C'est comme si je réécoutais une Passion de Bach, l'infini plaisir de réécouter un chef d'oeuvre que j'ai adoré dès la première écoute. Le Mystère de la Nativité fait évidemment partie des oeuvres spirituelles de Frank Martin. <<Celui-ci la travailla en 1957 et en 1959, suite à une nouvelle commande de René Dovaz, directeur de Radio-Genève à cette époque-là. Le compositeur était alors libre de choisir le thème qui l'intéressait et se décida en faveur de l'opposé de la Passion, soit la naissance de Jésus, ce qui séduisit son commanditaire. Frank Martin constitua le livret à partir d'un vaste drame sacré du milieu du XVème siècle, le Mystère de la Passion d'Arnoul Gréban. Le drame se compose d'un prologue et de quatre pièces jouées en quatre jours. Ses 34 574 vers racontent l'histoire du salut, de la rébellion de Lucifer et de la chute d'Adam à la résurrection et à l'avènement du Christ, en passant par sa naissance et sa passion. Martin en choisit le prologue et le premier jour. A cause de la prédominance croissante des éléments comiques, ce Mystère avait été interdit un siècle après sa rédaction et n'avait été publié qu'en 1878, par des philologues qui ne lui reconnaissaient aucun mérite, ni dramatique, ni poétique. Frank Martin l'avait découvert en 1920, grâce à sa soeur Pauline, qui, dans une église genevoise, donnait un jeu de la Crèche avec des jeunes, sur des passages de Gréban, et qui avait demandé à son frère de lui écrire quelques choeurs (toujours inédits) sur des vieux noëls français. Lorsque le compositeur voulut remettre la main sur le texte, celui-ci avait disparu du commerce depuis des lustres, et son épouse Maria dut l'emprunter à une bibliothèque d'Amsterdam (...) >> Bernhard Billeter....En réécoutant cette première partie de l'oratorio, d'ailleurs chanté en français par un octuor de merveilleux solistes, outre la qualité des chants et de l'écriture orchestrale, j'ai toujours été séduit par sa dimension théâtrale, aspect non négligeable sur lequel je reviendrai après la réécoute de la suite et fin.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11549
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Frank Martin (1890-1974)   Lun 22 Juin - 13:37

La seconde partie est tout aussi merveilleuse que la première...<<Pour le Mystère de la Nativité, Martin songea d'emblée à une version scénique et à une version concertante, contrairement au Vin Herbé, dont la mise en scène est une idée ultérieure, qui dessert le caractère - plus lyrique que dramatique - de l'oeuvre. Dès son enfance, Frank Martin avait acquis le goût du théâtre par des représentations dans le cercle familial, ce dont témoignent ses nombreuses musiques de scène, ses ballets, et quatre pièces de "théâtre musical" - qu'on ne peut qualifier exactement d'opéras. C'est pourquoi il mit au point des didascalies très précises pour les scènes simultanées du Mystère au ciel, sur terre et en enfer. Ces trois plans se retrouvent dans la musique: les apparitions des démons, qui crient plus qu'ils ne chantent, ont un coloris vulgaire et insolent. Ces scènes ne sont pas censées inspirer la crainte, mais divertir et détendre. Ce n'est qu'ici qu'apparaissent des thèmes dodécaphoniques; l'atonalisme n'est pas loin, qui est associé symboliquement au caractère démoniaque et satanique (...)>>...Bernhard Billeter...Bien sûr, de cette lecture, on pourrait imaginer une oeuvre avec des cris et des dissonances, une musique tonitruante, voire effrayante, etc...Absolument pas...Tout s'intègre dans une forme quasi-opératique très harmonieuse où tout semble couler de source, dans une grande fluidité et un style symphonique qui me plait beaucoup chez Frank Martin. Le passage "Sathan" est peut-être le plus cocasse; j'y ai ressenti une forme d'ironie avec un motif très bien trouvé mais qui ne revient pas. J'aurais tellement aimé qu'il réapparaissent... "Ejouissez-vous hautement" est un final magnifique, non, réjouissant!
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11549
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Frank Martin (1890-1974)   Jeu 30 Juil - 17:36


Je n'ai jamais autant apprécié la Messe pour double choeur à cappella (1922-26) de Frank Martin qu'aujourd'hui. Je pense finalement que le choeur à cappella me freine de moins en moins dans mon appréciation de la musique. A vrai dire, j'ai toujours plus ou moins aimé, notamment grâce à certaines compositions de Palestrina et Morricone que je trouvais déjà merveilleuses à une époque où je n'avais pas un seul cheveu blanc. Very Happy Je ne me souvenais pas d'autant d'intensité et de beauté dans cette Messe de Frank Martin. M'étais-je sans doute trop focalisé sur sa cantate de chambre Et la vie l'emporta (1974) qui occupe le même cd et pas suffisamment sur celle-ci. L'oeuvre se constitue de cinq mouvements; le Kyrie, le Gloria, le Credo, le Sanctus et l'Agnus Dei. Superbe interprétation du "Netherlands Chamber Choir" sous la direction de Tönu Kaljuste.

Pour la petite histoire:

<<Presque toutes les oeuvres religieuses de Frank Martin furent composées sous forme de cantate ou d'oratorio, formes qu'il considérait comme libres. Ceci étant, il peut paraître paradoxal que sa première oeuvre sur un texte religieux ait été une Messe, datant de 1922 et composée en grande partie lors d'un séjour à Rome. Tout d'abord parce que, compositeur protestant, il met en musique un texte typiquement catholique, mais d'autre part aussi parce qu'il s'agit d'un texte par excellence liturgique. Cependant, si l'on considère le projet de Martin derrière cette composition et l'attitude qu'il adopta au fil des années à l'égard de cette oeuvre, ce paradoxe apparaît sous un jour entièrement nouveau. Quel que puisse être le caractère liturgique du texte, Martin composa sa Messe comme l'expression musicale personnelle des mots de l'Ordinarium. C'est en raison de ce caractère personnel qu'il hésita à divulguer ce texte. C'était, comme il l'écrivit lui-même en 1970: "une composition entièrement libre (...). Je la considérais comme une affaire entre Dieu et moi." Frank Martin tut pendant longtemps l'existence de cette Messe. Celle-ci ne figurait que dans une liste que le chef du "Bugenhagen-Kantorei" de Hambourg put se procurer un manuscrit et qu'il interpréta pour la première fois en 1963; - quand je dis que 1963 fut une grande année Hehe - Ce concert eut cependant lieu en l'absence du compositeur. L'exécution du morceau par l'Ensemble vocal de l'association de radiodiffusion et télévision néerlandaise NCRV sous la direction de Marinus Voorberg en 1970, fit largement connaître cette oeuvre. Frank Martin ne donna que deux ans plus tard et non sans une certaine réticence l'autorisation de publier cette Messe.>> Kees Wisse.

.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Frank Martin (1890-1974)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Frank Martin (1890-1974)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: