Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Le Thérémine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16556
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Le Thérémine   Mar 19 Avr - 10:53

Le Theremin, thérémine, theremine, theremin ou thereminvox est un des plus anciens instruments de musique électronique, inventé en 1919 par le Russe Lev Sergeïevitch Termen (connu sous le nom de Léon Theremine). Composé d’un boîtier électronique équipé de deux antennes, le thérémine a la particularité de produire de la musique sans être touché par l’instrumentiste. Dans sa version la plus répandue, on commande la hauteur de la note de la main droite, en faisant varier sa distance par rapport à l’antenne verticale. L’antenne horizontale, en forme de boucle, est utilisée pour faire varier le volume selon sa distance par rapport à la main gauche.


Principe

Le signal audio est produit par un oscillateur hétérodyne à tubes électroniques. Deux signaux de fréquences élevées (l’un fixe à 170 kHz, l’autre variable entre 168 et 170 kHz) se combinent pour former un battement et fournir un signal audible, entre 20 et 20000 Hz1. L’effet de capacitance apporté par le corps de l’instrumentiste, à proximité des antennes, affecte la fréquence produite, tout comme une personne se déplaçant dans une pièce peut altérer la qualité d’une réception de radio ou de télévision. Cette caractéristique est mise à profit dans le thérémine, et la combinaison des deux mains, l’une commandant le volume et l’autre la hauteur de la note, permet d’obtenir des effets sonores insolites. Le thérémine, disposant d’un seul oscillateur, est un instrument monophonique. Son timbre, que l’on ne peut modifier, s’apparente de loin à celui de la voix humaine ou à celui de la scie musicale.


Histoire

L’invention de Léon Theremin suit de près la révolution russe de 1917. Ayant eu la chance de faire une démonstration convaincante à Lénine, son instrument fut immédiatement promu par le nouveau pouvoir. Lénine prit des leçons de thérémine, et en commanda 600 exemplaires afin qu’ils soient distribués partout en URSS. De plus, Léon Theremin fut envoyé en tournée mondiale, comme ambassadeur de la nouvelle technologie soviétique.
Le succès fut au rendez-vous en Europe, et plus tard aux États-Unis, où l’ingénieur s’installa et obtint un brevet en 1928. Il concéda les droits de production de l’instrument à la firme RCA. Ce ne fut pas une grande réussite commerciale, mais Léon Theremin continua ses recherches et inventa de nouveaux instruments :
Le rhythmicon : premier générateur électronique de rythme
Le terpistone : générateur sonore commandé par le mouvement de danseurs. Il utilisait le même principe que le thérémine, mais l’antenne était dissimulée sous la piste de danse.
Le thérémine à clavier
Le violoncelle thérémine

En 1938, Léon Theremin fut kidnappé par des agents soviétiques qui le renvoyèrent dans son pays natal. Interné dans un camp sibérien, on le fit travailler sur d’autres sujets de recherche en électronique. Il sera plus tard réhabilité et pourra retourner aux États-Unis avant sa mort en 1993.
À partir de 1961, Robert Moog a créé une version transistorisée du thérémine, dont de nombreux exemplaires ont été vendus, et continuent à trouver des acquéreurs.


Utilisation musicale

Le thérémine est en premier lieu associé avec la musique contemporaine et expérimentale du xxe siècle. Sa difficulté de jeu, où l’instrumentiste doit rester parfaitement immobile (à l’exception des bras), l’absence de clavier ont confiné sa diffusion à une certaine élite. La création des ondes Martenot, qui utilisent le même principe électronique mais qui sont pourvues d’un clavier, a rapidement contribué à sa marginalisation. Parmi les compositeurs ayant exploité le thérémine, on peut notamment citer Edgar Varèse ou Bohuslav Martinu (Fantaisie pour thérémine, hautbois, quatuor à cordes et piano composée en 1945).

Quelques interprètes deviendront des virtuoses du thérémine :

Randy George, anciennement bassiste, interprête encore actuellement au thérémine des musiques de jeux-vidéos. On peut citer notamment son interpretation de "To Zanarkand", tirée de "Final Fantasy X" et "The legend of Zelda Theme"
Clara Reisenberg Rockmore (1911-1998). Une autre expatriée russe, qui collabora avec Léon Theremin au perfectionnement de son invention. De formation violoniste classique, elle s’appropria complètement le nouvel instrument, notamment grâce à sa parfaite maîtrise de la justesse des notes.
Lucy Bigelow Rosen (1890-1968).
Samuel J. Hoffman (1903-1967) : interprète dans de nombreuses musiques de films.
Lydia Kavina (née à Moscou le 8 septembre 1967), est actuellement la meilleure joueuse de thérémine. Lointaine parente de Léon Theremin, elle a appris à jouer avec lui dès l’âge de 9 ans. Concertiste virtuose internationale, elle compose également pour cet instrument.
Masami Takeuchi

Dans les années 1950, le thérémine a été largement utilisé pour créer les ambiances sonores des films de science-fiction. On le retrouve depuis régulièrement dans la musique populaire ou électronique, ainsi que le jazz :
Audio-mastick
The Beach Boys : sur les morceaux Good Vibrations et I Just Wasn't Made For These Times. Il s’agit en réalité d’un instrument proche, le Tannerin, inventé et joué par Paul Tanner.
Bee Gees
Benjamin Biolay
Biffy Clyro : sur le morceau Shock Shock
Chimaira : sur le morceau Six
Spirit of the matter : sur les albums "Moka Club", "Le miroir à trois façes", "Zuble Land" (joué par Ian Marek, guitariste du groupe)
Jean Michel Jarre, utilisateur épisodique du thérémine sur des morceaux comme Oxygène 10, les Chants magnétiques 1 ou encore plus récemment Zoolookologie, lors du concert à Pékin en 2004 et de sa tournée 2010.
Jimmy Page : sur le morceau Whole lotta love
Laurent Dailleau
The Damned : sur la chanson "Absinthe" de l'album Grave Disorder (il est joué par le chanteur Dave Vanian qui est l'auteur-compositeur de cette chanson)
Dionysos : sur leur album Monster In Love. L'instrument est même le sujet du titre Giant Jack et le sanglophone. Il a aussi l'habitude d'utiliser le thérémine lors de ses concerts.
Fishbone
Goldfrapp sur le morceau Yes Sir.
Michel Aumont sur l'album Armorigène Trio.
Mercury Rev sur les morceaux Holes et Tonite It Shows de l'album Deserter's songs.
Muse sur le morceau The Gallery et sur le morceau "Exo Politics"
Nine Inch Nails (Notamment Charlie Clouser sur plusieurs morceaux de l'album live And All That Could Have Been, comme l'intro de Sin ou Just Like You Imagined)
Portishead : sur les morceaux Mysterons du premiere album Dummy et Humming du second album du groupe. Mais si l'on s'en fie aux concerts, il s'agirait d'un son de thérémine reconstitué au synthétiseur.
Pamelia Kurstin
Pixies sur Velouria
Placebo sur Taste in Men en live
System of a down sur Ego Brain
The Flaming Lips
The Gathering : René Rutten combine guitare électrique et Thérémine sur cet album.
CEvin Key sur bOb's Shadow de l'album The Ghost Of Each Room et en concert.
The Polyphonic Spree
The Rolling Stones sur 2000 Light Years from Home, de l'album Their Satanic Majesties Request
Jon Spencer Blues Explosion
Heather Nova : sur le morceau When somebody turns you on de l'album South
Radiohead
Rob Schwimmer dans Theremin Noir
Ulver : sur les morceaux Eos et Funebre de l'album Shadows of the sun, joué par Pamelia Kurstin.
Un drame musical instantané
Zazie : sur le morceau Cyber de l'album Rodéo Tour extrait de la tournée du même nom.
Messer Chups : formation russe de surf rock organisée autour du Theremin dont la virtuose principale n'est autre que la descendante directe de l'inventeur (vu aux Transmusicales de Rennes en 2005)
Imai Hisashi, le guitariste du groupe de visual-rock japonais BUCK-TICK, utilisera le thérémine à de nombreuses reprises lors des concerts de sa formation.
Katia Goldmann

Inspecteur Barnaby : Le thème de la série Télévisée, n'est pas de la scie musicale mais bien du thérémine.
Sher ki Awaaz
Cosmic trip machine

On peut citer le collectif expérimental français ATELIER 112 qui associe la technologie midi au thérémine. De jeunes talents tels que Claude-Samuel Lévine, avec des adaptations surprenantes du répertoire classique et ses œuvres, permettent aussi de rapprocher cet instrument du public toujours curieux. Jean-Luc Fonck du groupe belge Sttellla l'utilise également lors de sa tournée "One man chose" Le thérémine a droit à quelques apparitions dans le film canadien Les Aimants du réalisateur Yves Pelletier.
Sting l'utilise aussi lors de sa tournée avec l'Orchestre philharmonique royal en 2010, plus précisément dans la chanson Moon ver Bourbon Street.

Le thérémine apparaît brièvement dans la série Les Simpson (saison 15, épisode 14), ainsi que dans l'adaptation cinématographique du manga « Nodame cantabile », lorsque Nodame rencontre le 'fantôme' du conservatoire, à Paris. Le thérémine est aussi utilisé dans la série The Big Bang Theory (saison 4, épisode 12), lorsque Sheldon l'utilise pour jouer le thème de Star Trek, et la chanson "Nobody knows the trouble I've seen".
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16556
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Le Thérémine   Mar 19 Avr - 10:57

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Thérémine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Informations musicales :: Les instruments de musique-
Sauter vers: