Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -28%
Xiaomi MI Watch Lite
Voir le deal
49.99 €

 

 Gian Francesco Malipiero (1882-1973)

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 24596
Age : 46
Date d'inscription : 10/08/2006

Gian Francesco Malipiero (1882-1973) Empty
MessageSujet: Gian Francesco Malipiero (1882-1973)   Gian Francesco Malipiero (1882-1973) Empty2006-11-06, 09:42

Gian Francesco Malipiero ( 18 mars 1882, Venise - 1er août 1973, Trévise) était un compositeur italien, musicologue et éditeur de musique.

Petit-fils du compositeur d'opéra Francesco Malipiero (1824-1887), Gian Francesco Malipiero connaît une enfance agitée : ses parents se séparent en 1893 et son père Luigi, pianiste et chef d'orchestre, l'emmène avec lui à Trieste, Berlin et Vienne. Malipiero étudie au conservatoire de Vienne en 1898 avant de retourner chez sa mère à Venise en 1899. Il entre alors au Liceo Musicale et apprend le contrepoint avec Marco Enrico Bossi. Lorsque ce dernier s'installe à Bologne en 1902, Malipiero étudie seul. Il découvre et transcrit les compositeurs baroques italiens, alors complètement tombés dans l'oubli, notamment Claudio Monteverdi et Girolamo Frescobaldi. Cette découverte va transformer sa vie. Lorsqu'il rejoindra Bossi à Bologne en 1904, sa technique d'écriture sera suffisamment achevée pour qu'il obtienne le diplôme du Liceo Musicale de Bologne. Malipiero devient alors l'assistant du compositeur aveugle Antonio Smareglia.

Malipiero assiste à la première du Sacre du printemps d'Igor Stravinski à Paris en 1913, juste après avoir fait la connaissance d'Alfredo Casella. Il en est bouleversé et dira qu'il avait eu l'impression de sortir d'une longue léthargie. Malipiero acquiert la notoriété en remportant quatre des cinq prix de composition d'un concours organisé par l’Accademia di Santa Cecilia à Rome à laquelle il soumet cinq compositions sous cinq pseudonymes différents.

En 1923, Malipiero se joint à Alfredo Casella et Gabriele D'Annunzio qui créent la Corporazione delle Nuove Musiche. Dans l'Italie fasciste, il est en bons termes avec Mussolini jusqu'à ce qu'il mette en musique le livret de Luigi Pirandello La favola del figlio cambiato, ce qui lui vaudra la condamnation des fascistes.

Installé dans la petite ville d'Asolo depuis 1921, Maliepiero poursuit son grand œuvre éditorial entre 1926 et 1942, l'édition complète des œuvres de Monteverdi. En 1932, il est nommé professeur de composition au Liceo Musicale de Venise (qui deviendra conservatoire en 1940). Il en sera le directeur de 1939 à sa retraite en 1952.

Son neveu Riccardo Malipiero (1914-2003) est devenu aussi un compositeur renommé, davantage intéressé par l'atonalité.
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Invité
Invité



Gian Francesco Malipiero (1882-1973) Empty
MessageSujet: Re: Gian Francesco Malipiero (1882-1973)   Gian Francesco Malipiero (1882-1973) Empty2006-11-06, 10:45

Je connais encore mal (ses disques sont très rares malheureusement) mais sa musique de chambre ne manque pas de charme, une musique un peu "acide" parfois... mais il faudrait que je réécoute...
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 21286
Age : 74
Date d'inscription : 19/08/2006

Gian Francesco Malipiero (1882-1973) Empty
MessageSujet: Re: Gian Francesco Malipiero (1882-1973)   Gian Francesco Malipiero (1882-1973) Empty2010-11-05, 20:22

Oeuvres :

Orchestre

Del Sepolcri, poème symphonique (1904)
Dalle Alpi, suite (1905)
Sinfonia degli eroi (1905)
Sinfonia del mare (1906)
Sinfonia del silenzio e de la morte (1908)
Impressioni dal vero prima parte (1910)
Danze e Canzoni (1912)
Impressioni dal vero seconda parte (1915)
Pause del Silenzio (1917)
Cimarosiana (1921), cinque frammenti sinfonici da pezzi pianistici di Cimarosa
Impressioni dal vero terza parte (1922)
Concerti (1931)
Transcriptions de Madrigaux de Monteverdi (1932)
Inni (1932)
Sette Invenzioni (1933)
Sinfonia n. 1 "In quattro tempi, come le quattro stagioni" (1933)
Sinfonia n. 2 "Elegiaca" (1936)
Sinfonia n. 3 "Delle campane" (1945)
Sinfonia n. 4 "In memoriam" (1946)
Sinfonia n. 5 "Concertante in eco" (1947)
Sinfonia n. 6 "Degli archi" (1947)
Sinfonia n. 7 "Delle canzoni" (1948)
Sinfonia in un tempo (1950)
Sinfonia dello Zodiaco "Quattro partite: dalla primavera all'inverno" (1951)
Vivaldiana (1952)
Passacaglie (1952)
Fantasie di ogni giorno (1953)
Elegia capriccio (1953)
Fantasie concertanti (1954)
Dialogo n° 1, con  Manuel de Falla, in memoria (pour petit orchestre) (1956)
Notturno di canti e balli (1957)
Etudes (1960)
Sinfonia per Antigenida (1962)
Variations sur un thème de G. Simone Mayr (1963)
Sinfonia n. 8 "Symphonia brevis" (1964)
Sinfonia n. 9 "Dell'Ahimè" (1966)
Sinfonia n. 10 "Atropo" (1967)
Sinfonia n. 11 "Delle cornamuse" (1969)
Gabrieliana (1971)
Omaggio a Belmonte (1971)
San Zanipolo suite in 4 movimenti (1972)


Concertos

Arione, pour violoncelle et orchestre (1912)
Variations sans thème pour piano et orchestre (1934)
Concerto n. 1 per pianoforte e orchestra (1931)
Concerto n.1 per violino e orchestra (1932)
Fantaisie concertante pour violoncelle et orchestre (1934)
Fantaisie concertante pour violon et orchestre (1934)
Concerto per violoncello e orchestra (1937)
Concerto n.2 per pianoforte e orchestra (1937)
Concerto a tre per violino, violoncello, pianoforte e orchestra (1938)
Concerto n. 3 per pianoforte e orchestra (1948)
Concerto n. 4 per pianoforte e orchestra (1950)
Fantaisie concertante pour piano, violon, violoncelle et orchestre (1954)
Dialogo V "Quasi concerto" pour alto et orchestre (1956)
Dialogo VI "Quasi Concerto" pour clavecin et orchestre (1956)
Dialogo VII pour 2 pianos et orchestre (1956)
Concerto n. 5 per pianforte e orchestra (1958)
Serenissima pour saxophone et orchestre (1961)
Concerto n. 2 per violino e orchestra (1963)
Concerto n. 6 per pianoforte e orchestra "Des Machines" (1964)
Concerto per flauto e orchestra (1968)


Musique de chambre

Quartetto per archi n° "0" inédit (1907)
Sonata per violoncello e pianoforte (1907-1908)
Canto crepuscolare e canto notturno pour violon et piano (1908)
Armenia pour violon et piano (1918)
Canto della Lontananza per violino e pianoforte (1919)
Quartetto per archi n.1 "Rispetti e strambotti" (1920)
Quartetto per archi n.2 "Stornelli e ballate" (1923)
Ricercari per undici istrumenti (1925)
Sonate pour piano, violon, violoncelle (1927)
Quartetto per archi n.3 "Cantari alla madrigalesca" (1931)
Epodi e giambi per violino, oboe, viola e fagotto (1932)
Quartetto per archi n.4 (1934)
Sonata a cinque per flauto, arpa, viola, violino e violoncello (1934)
Canto nell'Infinito pour violon et piano (1934)
Quartetto per archi n.5 "dei capricci" (1941-1950)
Sonatina per violoncello e pianoforte (1942)
Quartetto per archi n.6 "l'Arca di Noé" (1947)
Quartetto per archi n.7 (1950)
Sinfonia pour quintette à cordes (1953)
Sonata a quattro per flauto, oboe, clarinetto e fagotto (1954)
Dialogo IV pour quintette à vents (1956)
Impromptu pastoral pour hautbois et piano (1957)
Fanfaron de la fanfare pour trompette et piano (1958)
Serenata mattutina per 10 strumenti (1959)
Serenata per fagotto e 10 strumenti (1961)
Macchine per 14 strumenti (1963)
Quartetto per archi n.8 "per Elisabetta" (1964)
Endecatode per 14 strumenti e percussione (1966)


Piano

Bizzarie Luminose dell'Alba, del Meriggio, della Notte (1908)
Poemi Lunari (1910)
Danses antiques (1910)
Preludi autunnali (1914)
Impressioni (1914)
Poemi Asolani (1916)
Pause del Silencio, version à 4 mains (1917)
Barlumi (1917)
Maschere che Passano (1918)
Risonanze (1918)
La Siesta (1920)
A Claude Debussy (1920)
Omaggi (1920)
Cavalcate (1921)
Il Tario (1922)
Pasqua di Resurreczione (1924)
Preludi a una fuga (1926)
Epitaffio (1931)
Minuetti di Ca'Tiepolo (1932)
Prélude à une Fugue imaginaire (1932)
Preludio, Ritmi e Canti gregoriani (1937)
Hortus Conclusus (1946)
Dialogo I, version pour 2 pianos (1955)
Dialogo II pour 2 pianos (1955)
Stradivario pour 2 pianos (1955)
Studi per Domani (1959)
Variazione sulla Pantomima dell' "Amor brujo" di Manuel de Falla (1959)
Bianchi e Neri (1964)


Musique instrumentale

Preludio per chitarra (1958)


Ballets

Il Selvaggi, ballet pour marionettes (1918)
La Mascherata delle Principesse Prigionere (1919)
Pantea (1919)
Oriente Immaginario, ballet futuriste (1920)
Stradivario (1948)
El mondo novo (1951)


Operas

Elen e Fuldano (1909)
Canossa (1912)
L'Orfeide (1919-1922, Düsseldorf 1925), in tre parti: I "La morte delle maschere", II "Sette canzoni", III "Orfeo"
Tre commedie goldoniane (1920-1922, Darmstadt 1926) : I "La bottega da caffè", II "Sior Todero Brontolon", III "Le baruffe Chiozotte"
Filomela e l'infatuato (1925, Praga 1928)
La Bella e il Mostro (1930)
La favola del figlio cambiato (libretto di Luigi Pirandello, 1933)
Giulio Cesare (da Shakespeare (1935, Genova 1936)
Antonio e Cleopatra (da Shakespeare, 1937, Firenze 1938)
I capricci di Callot (da E.T.A. Hoffmann, 1942, Roma 1942)
L'allegra brigata (1943, Milano 1950)
Mondi celesti ed infernali (1949, Venezia 1961)
Il figliuol prodigo (1952, Firenze 1957)
Donna Urraca, atto unico (1954)
Il Capitan Spavento (1955)
Venere prigioniera (1955, Firenze 1957)
Il marescalco (1960, Treviso 1969)
Don Giovanni (1963, Napoli)
Rappresentazione e festa di Carnasciale e della Quaresima (Opera balletto, 1961, Venezia 1970)
Le metamorfosi di Bonaventura (Venezia 1966)
Don Tartufo bacchettone (1966, Venezia 1970)
Iscariota (1971)


Musique vocale

I Sonnets delle Fate (1909)
Romanzas di Gnoli (1909)
Canto notturno di un Pastore errante dell'Asia (1910)
Keepsake, cycle de mélodies (1918)
Tre poesie di Angelo Poliziano (1920)
San Francesco d'Assisi, mistero per soli, coro e orchestra (1920-1921, New York 1922)
Quattro sonetti del Burchiello (1921)
Due sonetti del Berni (1922)
Le Stagioni Italiche per soprano e pianoforte (1923, Venezia 1925)
La Principessa Eulalia, cantate pou ténor, baryton, choeur et orchestre (1924)
La Cena, cantata per coro e orchestra (1927, Rochester 1929)
Commiato per una voce di baritono e orchestra (1934)
La Passione, cantata per coro e orchestra (Roma 1935)
De Profundis per una voce, viola e grancassa e pianoforte (Venezia 1937)
Missa Pro Mortuis per baritono, coro e orchestra (Roma 1938)
Quattro Vecchie Canzoni per voce e strumenti (1940, Washington 1941)
Santa Eufrosina, mistero per soprano, due baritoni, coro e orchestra (Roma 1942)
Universa Universis, choeur d'hommes et 19 instruments (1942)
Le Sette Allegrezze d'Amore per voce e strumenti (Milano 1945)
La Terra, dalle Georgiche di Virgilio (1946)
Le Sette Peccati Mortali, cantate (1946)
Mondi celesti per soprano e dieci strumenti (1948, Capri 1949)
La Festa della Sensa per baritono, coro e orchestra (1949-1950, Bruxelles 1954)
Cinque favole (1950)
Dialogo III "con Jacopone di Todi" pour voix et 2 pianos (1956)
Dialogo VIII "La Morte di Socrate" pour baryton et orchestre (1957)
Preludio e morte di Macbeth per baritono e orchestra (1958, Milano 1960)
Sette canzonette veneziane per voce e pianoforte (1960)
Abracadabra per baritone e orchestra (1962)
Ave Phoebe, dum queror da "Le Mie giornate, per coro e 20 strumenti (1964)
L'Aredodese, per recitando, coro e orchestra (1967)


Dernière édition par joachim le 2018-05-13, 10:12, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 21286
Age : 74
Date d'inscription : 19/08/2006

Gian Francesco Malipiero (1882-1973) Empty
MessageSujet: Re: Gian Francesco Malipiero (1882-1973)   Gian Francesco Malipiero (1882-1973) Empty2011-07-18, 09:33

Un double CD avec l'intégrale des 8 Dialoghi, à instrumentation et durées très diverses qui, dans leur genre, font un peu penser aux choros de Villa Lobos.

Gian Francesco Malipiero (1882-1973) 110

Dialogo I pour orchestre "con Manuel de Falla" (14 mn)
Dialogo II pour 2 pianos (11 mn)
Dialogo III pour voix et 2 pianos "Jacopone da Todi" (6 mn 30 s)
Dialogo IV pour quintette à vent (9 mn 30 s)
Dialogo V pour alto et orchestre (17 mn)
Dialogo VI pour clavecin et orchestre (18 mn)
Dialogo VII pour 2 pianos et orchestre (17 mn)
Dialogo VIII pour baryton et orchestre "la morte di Socrate" (20 mn)

Je ne passerai pas en boucle, mais neo-impressionisme n'est pas mal.
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 21286
Age : 74
Date d'inscription : 19/08/2006

Gian Francesco Malipiero (1882-1973) Empty
MessageSujet: Re: Gian Francesco Malipiero (1882-1973)   Gian Francesco Malipiero (1882-1973) Empty2012-12-30, 20:59

Autres oeuvres impressionnistes : Impressioni dal vero (impressions de la vie), 9 pièces d'époques différentes, réunies en trois suites de trois, et Pause del silenzio (pauses en silence), deux grandes pièces calmes.

Et pas mal du tout Wink

Gian Francesco Malipiero (1882-1973) Cover14

Un exemple :

Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 21286
Age : 74
Date d'inscription : 19/08/2006

Gian Francesco Malipiero (1882-1973) Empty
MessageSujet: Re: Gian Francesco Malipiero (1882-1973)   Gian Francesco Malipiero (1882-1973) Empty2018-05-12, 19:00

Icare ne s'intéresse pas à Gian Francesco Malipiero, pas assez "moderne" sans doute Hehe  Il préfèrera certainement le neveu, Riccardo Malipiero, qui est tombé dans le piège du sérialisme, atonalisme et dodécaphonisme ...

Gian Francesco a composé bien des merveilles, dont cette symphonie du Silence et de la Mort, datée de 1908 :



https://www.youtube.com/watch?v=IwPT9FtHeSY
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 14679
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Gian Francesco Malipiero (1882-1973) Empty
MessageSujet: Re: Gian Francesco Malipiero (1882-1973)   Gian Francesco Malipiero (1882-1973) Empty2018-05-12, 19:34


Malipiero est un compositeur qui est depuis longtemps dans ma ligne de mire mais je n'ai pas encore franchi le pas. A l'époque, j'avais dû écouter quelques extraits de ses symphonies...
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 21286
Age : 74
Date d'inscription : 19/08/2006

Gian Francesco Malipiero (1882-1973) Empty
MessageSujet: Re: Gian Francesco Malipiero (1882-1973)   Gian Francesco Malipiero (1882-1973) Empty2018-05-13, 09:07

Icare a écrit:

Malipiero est un compositeur qui est depuis longtemps dans ma ligne de mire mais je n'ai pas encore franchi le pas. A l'époque, j'avais dû écouter quelques extraits de ses symphonies...


Eh bien, si tu peux disposer d'une petite demi-heure, essaie d'écouter ce "mystère" (sorte de cantate) sur Saint François d'Assise, que je ne connaissais pas, et que viens seulement de découvrir. N'est-ce pas très beau ?



https://www.youtube.com/watch?v=0ANCSwwe6Ps

Le texte est tiré des Fioretti di San Francesco, et de poèsies de Jacopone da Todi, ce franciscain du 13ème siècle (qui selon la tradition aurait écrit le texte latin du Stabat Mater).

Après un prélude orchestral, 4 scènes se succèdent : Le Bouvier, le sermont aux oiseaux, le dîner de San Francesco et Santa Chiara, la mort de San Francesco.
Revenir en haut Aller en bas
Jean

Jean

Nombre de messages : 7569
Age : 77
Date d'inscription : 14/05/2007

Gian Francesco Malipiero (1882-1973) Empty
MessageSujet: Re: Gian Francesco Malipiero (1882-1973)   Gian Francesco Malipiero (1882-1973) Empty2018-05-13, 10:19

Très beau en effet!! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 14679
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Gian Francesco Malipiero (1882-1973) Empty
MessageSujet: Re: Gian Francesco Malipiero (1882-1973)   Gian Francesco Malipiero (1882-1973) Empty2018-05-13, 15:35


Je prends note! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 14679
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Gian Francesco Malipiero (1882-1973) Empty
MessageSujet: Re: Gian Francesco Malipiero (1882-1973)   Gian Francesco Malipiero (1882-1973) Empty2019-10-12, 22:49

Icare a écrit:
Malipiero est un compositeur qui est depuis longtemps dans ma ligne de mire mais je n'ai pas encore franchi le pas. A l'époque, j'avais dû écouter quelques extraits de ses symphonies...

Le pas, j'ai fini par le franchir ce soir avec trois oeuvres orchestrales du compositeur italien; Fantasie di Ogni Giorno (1953), Concerto n°3 for piano and orchestra (1948) et Noturno di Canti e Balli (1953), toutes les trois interprétées par "The Louisville Orchestra" sous la direction de Robert Whitney. Voilà donc un premier pas dans l'oeuvre de Gian Francesco Malipiero. Il fut, je l'avoue, un peu timide avec la fantaisie qui propose quelque-chose de néoclassique moyennement inspiré et un peu poussiéreux. Jusque là, je me demande si ce compositeur va autant m'emballer que Luigi Dallapiccola et Goffredo Petrassi qui, eux, pour le plus grand bonheur de la créativité musicale dans sa forme la plus vaste, sont "tombés dans le piège de l'atonalisme". Hehe Quitte à me répéter, un compositeur habile et talentueux saura transmettre des émotions , voire susciter un intérêt durable par les formes d'expression les moins évidentes à partir du moment où il a foi en elles. J'ai la naïveté de le penser, conforté par mon expérience de mélomane. Very Happy Ceci-dit, je ne suis pas de ceux qui se découragent le temps d'une seule oeuvre et tournent trop vite la tête ailleurs. C'aurait été dommage car j'ai très vite été séduit par la physionomie du second concerto pour piano avec les vents très mis en avant autour du piano de Benjamin Owen. Il se compose de trois mouvements et chacun d'eux est intéressant. De cette première écoute, je sens naître un intérêt particulier pour le mouvement médium, "Lento", qui est le plus long des trois, mais je ne le cerne pas encore suffisamment. L'oeuvre qui a le mieux accaparé mon attention est le nocturne que j'ai trouvé assez intense et passionné. Il délivre des combinaisons orchestrales attractives qui ont continué, après le second concerto pour piano, d'éveiller ma curiosité. En conclusion de cette première entrée dans la musique de Malipiero, j'ai envie de poursuivre un peu l'aventure, de découvrir quelques autres de ses oeuvres, de réécouter celles-ci, même si, effectivement, mon enthousiasme au départ de Petrassi et Dallapiccola a été plus intense, plus évident, plus impatient. peu importe, j'ai suffisamment bien aimé le concerto et le nocturne et ai l'intuition que cet intérêt va se fortifier lors des écoutes futures.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 14679
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Gian Francesco Malipiero (1882-1973) Empty
MessageSujet: Re: Gian Francesco Malipiero (1882-1973)   Gian Francesco Malipiero (1882-1973) Empty2020-01-30, 22:15

Désormais, j'entame un cycle entièrement dédié aux compositeurs italiens, hors cinéma. Il y en aura douze. Douze compositeurs italiens seront représentés dans ce cycle. J'ai décidé que le premier d'entre eux serait Gian Francesco Malipiero. Ce fut l'occasion de réécouter Fantasie di Ogni Giorno (1953), Concerto n°3 for piano and orchestra (1948) et Noturno di Canti e Balli (1953), toutes les trois interprétées par "The Louisville Orchestra" sous la direction de Robert Whitney. Cette nouvelle écoute n'a d'ailleurs fait que confirmer ma première impression. Si la "Fantaisie" me laisse plutôt de marbre, je suis déjà plus réceptif aux deux oeuvres qui suivent. J'aime finalement beaucoup le mouvement médium "Lento" du Concerto n°3 pour piano et orchestre et je trouve des moments poétiques dans le "Nocturne". Peut-être que ce que je viens de découvrir ce soir est encore meilleur: je pense principalement à Sette Invenzioni et Quattro Invenzioni par le "Veneto Philharmonic Orchestra" sous la direction de Peter Maag. Rien que pour l'"Allegro - Festoso" de la seconde série. Il y a de l'invention dans ces musiques, cela ne fait aucun doute. Pour l'instant, c'est ce que j'ai préféré de ce compositeur bien que j'ai encore énormément de choses à découvrir, notamment ses "Dialoghi". Symphonic Fragments from the opera n'est pas mal non plus et Vivaldiana, comme son titre l'indique, est un sympathique hommage à Vivaldi.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 14679
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Gian Francesco Malipiero (1882-1973) Empty
MessageSujet: Re: Gian Francesco Malipiero (1882-1973)   Gian Francesco Malipiero (1882-1973) Empty2020-01-31, 08:52


Je viens de réécouter les "onze Inventions" divisées en deux parties; Sette Invenzioni et Quattro Invenzioni. C'est mon coup de coeur du moment; Ce que je viens d'apprendre, sans être sûr de ma bonne traduction de l'anglais, c'est que les "Sept Inventions" auraient un lien avec la musique qu'il composa pour le film de Walter Ruttmann, Acier/Acciaio/Steel (1933). Je l'ignorais car je n'avais pas encore lu le fascicule de mon cd. Comme quoi, la musique de film me poursuit même lorsque je ne la cherche pas. Hehe Et en plus c'est ce que j'ai préféré sur cet album. Effectivement, j'ai été hautement séduit par les différentes humeurs de chacune de ces "Onze Inventions" - Sette + Quattro invenzioni -, que ce soit par la force expressive des extraits les plus extravertis ou au contraire par le caractère très émouvant des parties les plus introverties, les plus intimistes. Sans oublier un sens de la fantaisie, notamment dans l'"Allegro - Festoso", la onzième. Je dirais que ces pièces correspondent idéalement à ce que j'aspire ces dernières années; une musique à la fois rigoureuse mais non dépourvue de légèreté qui conduit vers une source d'espoir et de bonheur, ce qui me soustrait des oeuvres sombres, intenses et fort dramatiques dans lesquelles j'aime généralement me vautrer.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 14679
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Gian Francesco Malipiero (1882-1973) Empty
MessageSujet: Re: Gian Francesco Malipiero (1882-1973)   Gian Francesco Malipiero (1882-1973) Empty2020-08-29, 18:05

<<...la sévérité avec laquelle Malipiero réprima la plupart de ses œuvres de jeunesse variait considérablement: alors qu'il prétendait en avoir détruit beaucoup, il conservait évidemment une réelle affection pour la "Sinfonia del Mare" (1906), qu'il décrivait en 1952 comme " beaucoup moins méprisable que toutes (les pièces) qui l'ont suivie, avant le premier "Impressioni dal vero". En décembre 1928, il a permis à la symphonie d'avoir sa première mondiale longtemps retardée (à Utrecht); et quand moi, jeune étudiant et chercheur, j'ai eu le privilège de lui rendre visite en 1963. Malipiero n’a pas hésité à me montrer le manuscrit. De nombreuses idées et textures vives, et des présages clairs, quoique intermittents, du style futur du compositeur étaient posés.>> John C. G. Waterhouse.

Il aurait été bien dommage que la Sinfonia del Mare croupisse au fond d'un tiroir parmi d'autres compositions méprisées par son auteur. Heureusement, qu'il éprouva pour elle une certaine estime. Je viens de l'écouter pour la première fois aujourd'hui et j'ai été tout simplement ébloui par la musique qui se révélait devant moi, les orchestrations, la lente montée en puissance, les instruments solos, ses couleurs, sa luminosité, les reflets brillants qui traversent et illuminent la matière orchestrale sur tous ses flans, avant la luxuriance, mais une luxuriance et une émancipation du 'tout orchestral" qui ne sont jamais pesants ni lourds à mon oreille, au contraire une alchimie sonore fantastique qui, certes, monte en puissance, comme si nous gagnions la pleine mer. Cette oeuvre est très différente de la Sinfonia del Mare de Gosta Nystroem, mais je pense déjà l'aimer autant, peut-être même plus encore. L'irrésistible violon solo vers 11'50 et le merveilleux hautbois après les déchaînements marins qui transcende émotionnellement une accalmie bienvenue. La partie finale m'est particulièrement exquise...Mon coup de coeur du jour, sans conteste.

joachim a écrit:
Icare ne s'intéresse pas à Gian Francesco Malipiero, pas assez "moderne" sans doute.

C'était ignorer mon profond attachement pour la musique d'Arthur Honegger, par exemple, comme pour celle de Frank Martin, Marcel Landowski et de Henri Tomasi qui auraient du me paraître pas suffisamment "modernes" non plus, même si leur musique est différente de celle de Malipiero. Au contraire, j'avais déjà pressenti, par des extraits chipés ci et là, un formidable symphoniste. La chance a voulu que je tombe sur quatre galettes fort bien remplies de ses oeuvres symphoniques qui me sont toutes inédites. Avec celles que j'ai déjà, je vais bientôt rédiger un cycle lui étant entièrement consacré. Je m'étais promis de l'approfondir, c'est désormais une promesse tenue. J'ai l'intuition qu'il va devenir une de mes principales révélations de 2020 avec Paul Hindemith. Sinfonia del Mare me conforte dans cette idée.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 14679
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Gian Francesco Malipiero (1882-1973) Empty
MessageSujet: Re: Gian Francesco Malipiero (1882-1973)   Gian Francesco Malipiero (1882-1973) Empty2020-09-15, 10:31



Aujourd'hui, afin de démarrer un nouveau cycle entièrement consacré à Gian Francesco Malipiero, "Malipiero", je me suis remis un album de musique de chambre auquel je suis de plus en plus attaché. Il n'est cependant pas consacré à l'oeuvre d'un seul compositeur mais de plusieurs, quatre compositeurs italiens pour être précis: Ildebrando Pizzetti, Gian Francesco Malipiero, Ottorino Respighi et Alfredo Casella. Il s'agit uniquement de pièces pour violon et piano interprétées par Fabio Biondi et Luigi Di Ilio. J'avais également démarré mon cycle québécois avec des pièces pour violon et piano. Deux points avaient retenu mon attention: l'impression d'un violon élégiaque et aérien, puis la présence d'oeuvres de Malipiero et Respighi, deux compositeurs qui, ces dernières années, ces derniers mois, ont pas mal occupé mes pensées. Jusqu'ici, je n'ai pas encore été déçu par une seule de leurs oeuvres. Jusqu'à l'acquisition de cet album, je ne connaissais rien de Pizzetti ni de Casella. Ce que je préfère au fil des écoutes appartient justement à Respighi et Malipiero, avec une préférence assez nette pour les six pièces du premier:
"Romanza/
Aubade/
Madrigale/
Berceuse/
Humoresque/
Melodia
".
"Romanza/Aubade/Berceuse/Humoresque me sont exquises. Je ne négligerai cependant pas les Tre Canti d'Ildebrando Pizzetti ni le Minuetto della Scarlattiana d'Alfredo Casella qui ont leurs propres qualités et propre pouvoir de séduction. Par exemple, "Affettuoso" de Pizzetti s'est parfaitement harmonisée avec la douceur de l'aurore qui transparaissait de l'extérieur, par la fenêtre entrouverte. J'ai trouvé délicieuse cette communion entre la musique et la nature à ce moment-là de la matinée. Apparemment, l'oeuvre pour violon et piano de Gian Francesco Malipiero se limite à quatre pièces:
"Il canto nell'Infinito/
Canto crepuscolare/
Il canto della lontananza/
Canto notturno
".
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 14679
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Gian Francesco Malipiero (1882-1973) Empty
MessageSujet: Re: Gian Francesco Malipiero (1882-1973)   Gian Francesco Malipiero (1882-1973) Empty2020-09-15, 14:51

En ce début d'après-midi, j'ai réécouté les trois oeuvres orchestrales de Gian Francesco Malipiero par lesquelles j'avais découvert ce compositeur; Fantasie di Ogni Giorno (1953), Concerto n°3 for piano and orchestra (1948) et Noturno di Canti e Balli (1953), toutes les trois interprétées par "The Louisville Orchestra" sous la direction de Robert Whitney. Je pourrais réécrire quasiment la même chose que j'ai déjà écrit en amont du topic à propos de ces trois oeuvres. Il y a tout d'abord un son pas réellement top puisqu'il s'agit d'un enregistrement d'époque. c'est vrai que lorsque j'écoute la Fantasie di Ogni Giorno, j'ai l'impression d'écouter un symphonique tonitruant d'un vieux film hollywoodien. Mais c'est surtout que cette musique ne m'apparaît pas comme étant une des plus grandes inspirations du maître italien. Rien de très excitant ne se produit dans cette oeuvre. Son Concerto n°3 pour piano et orchestre saura davantage me distraire, car déjà plus intéressant et Notturno di Canti Balli me fait carrément oublier la qualité ancienne de l'enregistrement: voilà une partition inspirée et inventive qui, selon moi, grouille d'idées et plus j'avance vers la fin et meilleur c'est, avec un truculent, pour ne pas dire un trépidant "Allegro" final. Comme je l'ai peut-être déjà dit, Malipiero est un compositeur qui m'intéresse depuis longtemps, même si, comme avec Paul Hindemith, j'ai mis du temps avant de m'intéresser à son oeuvre. Outre les quatre pièces pour violon et piano que je viens d'évoquer un commentaire plus haut et ces trois opus-ci, il me reste dix-sept de ses oeuvres orchestrales à écouter, la plupart m'étant encore inédites aujourd'hui. Donc, à très bientôt sur ce topic qui devrait m'occuper quelques jours.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 14679
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Gian Francesco Malipiero (1882-1973) Empty
MessageSujet: Re: Gian Francesco Malipiero (1882-1973)   Gian Francesco Malipiero (1882-1973) Empty2020-09-15, 23:10

Les Sept Inventions par John C.G. Waterhouse (traduction: Icare):

<<L'étude des esquisses du compositeur a montré, cependant, que la musique de tous les onze invenzioni avait en fait été écrite à l'origine pour Acciaio, et seulement ensuite adaptée et assemblée pour une utilisation en concert. Par exemple, le dernier des Sette invenzioni, avec ses sections d'ouverture et de fermeture durement dissonantes, a été conçu pour être juxtaposé aux bruits enregistrés d'une fonderie d'acier dans l'un des épisodes les plus visuellement inventifs du film. D'autres mouvements ont été exécutés ensemble à partir de plus d'un passage distinct de musique de film, et l'effet global est indéniablement discursif. Pourtant, cela est tellement conforme à la nature du matériau de base - et en fait à la personnalité musicale de Malipiero en général - que, loin d'être un défaut, c'est une partie importante du charme particulier de la musique. En écoutant le Sette Invenzioni, il ne faut pas s'attendre à trouver des structures musicales nettes: les idées ne reviennent qu'occasionnellement entre le troisième et le cinquième. Sinon, la musique présente un kaléidoscope toujours changeant d'images évocatrices, rehaussé par un tissu orchestral lumineux et parfaitement coloré. Le style mélodique omniprésent est pastoral dans le ton et modal dans la syntaxe; et la troisième invenzione, en particulier, a toute l'énergie libre mais implacable des meilleurs mouvements symphoniques rapides de Malipiero.>>

Les Quatre Inventions par John C.G. Waterhouse:

<<onçus dans le même but, les Quattro Invenzioni ont naturellement des caractéristiques communes avec le Sette. Cependant, ils sont marqués pour un orchestre plus petit (avec une partie délicieusement efficace pour duo de piano dans le dernier mouvement); et la quantité relativement importante de répétitions - il y a même des répétitions immédiates de passages entiers - leur donne un air un peu plus formel, avec des connotations intermittentes du néo-18e siècle. Les ouvertures des deuxième et troisième mouvements, avec leurs basses et leurs mélodies simples et tranchées, ressemblent à des musettes d'une suite baroque tardive. L'atmosphère qui en résulte est à la fois rustique et archaïque: les Quattro Invenzioni ont été initialement écrits pour des scènes du film dépeignant la vie du village, l'intérieur d'une auberge, une foire à la campagne. Malheureusement, Ruttmann a rejeté cette musique dans son intégralité, et Malipiero - exagérément, bien que peut-être compréhensible dans les circonstances - la répudia en temps voulu. Ce n'est qu'en 1991 que les Quattro Invenzioni ont eu leur première représentation italienne.>>

J'aime beaucoup ces Inventions qui, à l'origine, furent imaginées et conçues pour des films, ce que j'ignorais lorsque je les ai écoutées pour la première fois. J'ai également réécouté (quatre) Symphonic Fragments from the Opera "Il Finto Arlecchino" et Vivaldiana qui complètent l'album. Ce sont des oeuvres plaisantes et enlevées, mais elles me parlent moins que les "Inventions".
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 14679
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Gian Francesco Malipiero (1882-1973) Empty
MessageSujet: Re: Gian Francesco Malipiero (1882-1973)   Gian Francesco Malipiero (1882-1973) Empty2020-09-17, 11:18


Sinfonie del Silenzio e de la Morte:

<<Au moment où il écrivit la "Sinfonie del Silenzio e de la Morte", Malipiero absorbait une grande variété d'expériences et d'influences musicales (certaines d'entre elles se rassemblaient lors de ses différents voyages à l'étranger, plus fréquents et étendus dans ses premières années qu'ils devaient devenir plus tard dans la vie): de ce fait, l'œuvre est indéniablement éclectique, et moins indéfectiblement individuelle que les premiers "impressioni dal vero, qui devaient paraître l'année suivante. Néanmoins, la" Sinfonie "fournit un document fascinant sur la forces qui façonnaient alors la personnalité créatrice de Malipiero: même les trois programmes extramusicaux de l'œuvre - comme le résume la partition publiée (en trois volumes) à Leipzig en 1911 - contiennent eux-mêmes des images qui préfigurent de manière significative certaines de ses compositions théâtrales à venir.>>

J'avais déjà beaucoup apprécié la Sinfonia del Mare et j'apprécie pratiquement autant la Sinfonie del Silenzio e de la Morte que j'ai découverte hier-soir et réécoutée ce matin par le "Moscow Symphony Orchestra" sous la direction d'Antonio de Almeida. Elle se constitue de trois mouvements; "Danza tragica" , "Sinfonia del Silenzio", "Il molino della morte". Il se passe beaucoup de choses dans cette oeuvre d'humeurs versatiles et, si je l'aime en entier, j'ai une nette préférence pour le second mouvement dans lequel se développe un thème sentimental très italien qui me fait penser, dans l'esprit, bon nombre de mélodies un peu "sucrée" que l'on peut trouver dans le cinéma italien. Ce rapprochement me fut à la fois amusant et émouvant.
Revenir en haut Aller en bas
laudec

laudec

Nombre de messages : 5671
Age : 68
Date d'inscription : 25/02/2013

Gian Francesco Malipiero (1882-1973) Empty
MessageSujet: Re: Gian Francesco Malipiero (1882-1973)   Gian Francesco Malipiero (1882-1973) Empty2020-09-17, 12:16

Je l'ai trouvée sur YT :ICI



J'aime bien aussi la deuxième partie mais je n'y trouve rien qui puisse m'évoquer le silence  Wink ...



En même temps, évoquer le silence en musique cela me semble tâche presque impossible Gian Francesco Malipiero (1882-1973) 1521897346 même si certains y arrivent à mon avis comme Arvo Pärt par exemple
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 14679
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Gian Francesco Malipiero (1882-1973) Empty
MessageSujet: Re: Gian Francesco Malipiero (1882-1973)   Gian Francesco Malipiero (1882-1973) Empty2020-09-17, 13:51


Le mieux placé pour parler de cette oeuvre et de son rapport au silence dans le second mouvement serait encore l'auteur, Malipiero, bien que chacun peut avoir sa propre impression à l'écoute de cette musique. Personnellement, je n'y ai pas perçu une évocation du silence, c'est-à-dire que je n'ai pas pris le titre du second mouvement au pied de la lettre, que l'évocation du silence pouvait très bien être purement philosophique ou simplement énigmatique. J'ai surtout focalisé sur la partie la plus mélodique et "sucrée" du second mouvement et me suis ému d'imaginer qu'elle avait du être une réelle source d'inspiration pour beaucoup de musiciens ayant composé pour le cinéma italien. J'ai toutefois traduit de l'anglais un commentaire de John C.G. Waterhouse qui parle des deux derniers mouvements de la Sinfonie del silenzio e de la morte. C'est aussi lui qui est l'auteur de l'autre commentaire en bleu plus haut qui évoque la même oeuvre.

<<Le deuxième mouvement commence et se termine par des sections lentes et calmes (évoquant évidemment "le silence") qui comportent à plusieurs reprises des trémolos superposés chuchotant sur des violons assourdis. A mi-chemin du mouvement, Malipiero présente les pièces pour piano - la Gavotte des "Tre danzae antiche", publiée en 1910 mais probablement composée plus tôt. Cependant, avant que cette auto-citation n'ait suivi son cours, elle est contredite (quoique brièvement) par des sons plus orageux - le tumulte d'une finale, le "Mill of Death" est représenté graphiquement par (entre autres) des motifs obsessionnels ressemblant à des machines. sur le xylophone, les timbales et autres percussions, qui commencent et terminent le mouvement entièrement par eux-mêmes et se réaffirment, sapent les idées plus stables et à consonance traditionnelle qui ont été présentées entre-temps par le reste de l'orchestre. Les mesures finales énigmatiques et volontairement peu concluantes sont aussi étrangement originales que tout ce que le jeune Malipiero avait jusqu'à présent conçu.>>
Revenir en haut Aller en bas
laudec

laudec

Nombre de messages : 5671
Age : 68
Date d'inscription : 25/02/2013

Gian Francesco Malipiero (1882-1973) Empty
MessageSujet: Re: Gian Francesco Malipiero (1882-1973)   Gian Francesco Malipiero (1882-1973) Empty2020-09-17, 14:06

Bien sûr, je parle uniquement de mon ressenti qui ne fait pas de lien avec le titre ni philosophiquement ni symboliquement ni énigmatiquement... juste l'ambiance dans laquelle je me trouve à l'écoute de cette musique que tu décris très bien et je suis toujours intéressée de savoir ce que d'autres en disent, merci pour ces infos supplémentaires
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 14679
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Gian Francesco Malipiero (1882-1973) Empty
MessageSujet: Re: Gian Francesco Malipiero (1882-1973)   Gian Francesco Malipiero (1882-1973) Empty2020-09-17, 16:57

Aujourd'hui, j'ai découvert deux nouvelles symphonies de Gian Francesco Malipiero, la Symphonie n°1 - "In quattro tempi, come le quattro stagioni" et la Symphonie n°2 - "Elegiaca" par le "Moscow Symphony Orchestra" sous la direction d'Antonio de Almeida. Ces deux symphonies se constituent de quatre mouvements chacune, la première (1933):
__Quasi andante, Sereno que j'ai trouvé vraiment très beau, très poétique. J'aime beaucoup l'ambiance de son introduction avec une intéressante combinaison des instruments à vents, basson dominant, juste avant une superbe impression des cordes.
__Allegro d'un ton dramatique et d'une allure décidée, une relative tonitruance s'installe qui me captive plus ou moins. Néanmoins, il y a toujours des petites tournures et coloris qui me tirent l'oreille.
__Lento, ma non troppo, d'un romantisme assez beau et tourmenté, j'aime bien les coloris et la tension dramatique maintenue par les cordes de ce mouvement.  
__Allegro, quasi allegretto Il en ressort un ton alerte, radieux et des couleurs vives. Ce mouvement est supposé représenter l'hiver, mais un hiver qui n'est jamais hostile, quasiment festif et habité par un esprit de danse. Le final brille de mille éclats. En fait, c'est une symphonie qui fait l'éloge des saisons.

https://www.youtube.com/watch?v=T4ljLlNxq2Y


Je pense, si j'en crois mon impression sur deux écoutes successives, avoir quand même une petite préférence pour la Symphonie n°2 - "Elegiaca":
__Allegro non troppo qui évolue sur un ton lumineux et me semble porteur d'optimisme, une expression du bonheur accentuée par la présence d'une flûte solo d'humeur enjouée.
__Lento non troppo; un violon mélancolique impose une rupture de ton avec le mouvement précédent. C'est une toute autre aventure sonore qui s'installe.
__Mosso est un mouvement mouvementé qui respire la vie avec un bien sympathique usage des bois. C'est tout un monde symphonique qui s'agite sans lourdeur ni emphase, un autre moment radieux de la symphonie qui nous est présentée comme élégiaque.
__Le caractère élégiaque s'exprime surtout dans le Lento final qui, à mon oreille, est le point culminant de cette seconde symphonie. Elle a l'avantage de m'offrir une conclusion idéale, lorsque la musique me suspend émotionnellement par sa beauté, toute en retenue, elle-même en suspension, en état de grâce: ça ne dure peut-être pas plus d'une minute, mais je suis sensible à ces miniatures exquises qui ne sont jamais des détails dans mon appréciation d'une oeuvre.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 14679
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Gian Francesco Malipiero (1882-1973) Empty
MessageSujet: Re: Gian Francesco Malipiero (1882-1973)   Gian Francesco Malipiero (1882-1973) Empty2020-09-18, 10:00

Entre hier et aujourd'hui, j'ai écouté attentivement la Sinfonia del mare et les Symphonies n°3 & 4 par le "Moscow Symphony Ochestra" sous la direction d'Antonio de Almeida. Je commence à bien cerner la Sinfonia del mare pour l'avoir déjà écoutée lors de mon cycle "Océamer". Il n'en est pas de même avec la troisième et quatrième symphonies que j'ai découvertes hier-soir et réécoutées ce matin. Comme pour les deux précédentes symphonies numérotées, elles se constituent de quatre mouvements. La Troisième, sous-titrée "Delle campane":
__Allegro moderato, d'un style énergique et d'une tonitruance qui m'interpelle modérément, c'est une entrée plutôt ordinaire dans la symphonie qui prend une toute autre dimension avec l'"Andante molto moderato" qui véhicule selon moi plus de beauté et d'émotion. En revanche, je déconseille la version que j'ai trouvée sur Youtube, par Massimo Freccia et l'"Orchestra Sinfonica della Rai di Roma"°°, un enregistrement qui date de 1962, dont le son d'une qualité passable affadit l'ensemble.
__Vivace est un autre moment enthousiasmant de la symphonie, doté d'un caractère assez obsessionnel et pas seulement dynamique, aussi efficace à mon oreille qu'il est court, n'atteignant même pas les trois minutes.
__Lento. Visiblement, Malipiero aime bien conclure ses symphonies, si j'excepte pour l'instant la Première, par un mouvement lent, ce qui me convient parfaitement car, en général, mais sans trop généraliser pour autant, je préfère quand une symphonie s'achève sur un morceau lent plutôt que sur un allegro fracassant. Je suis à nouveau comblé avec le "Lento" de cette Symphonie n°3 qui n'hésite d'ailleurs pas à explorer la beauté fragile d'un hautbois solo.

https://www.youtube.com/watch?v=qWrYnOjBwOA

La Symphonie n°4, sous-titrée "in memoriam", est dédiée à la mémoire de Nathalie Koussevitzky.
__Allegro moderato: comme pour la Troisième, ce premier mouvement me propose une entrée ordinaire dans l'univers symphonique de Malipiero, je ne rejette ni ne retiens quoi que ce soit.
__Lento funèbre: ce second mouvement a effectivement toutes les caractéristiques d'une marche funèbre lente avec ce superbe cor anglais qui lui confère une dimension céleste. Grave et sombre avec un zeste de lumière assuré par le cor anglais, cette musique, si elle ne m'est pas particulièrement originale ni surprenante, m'évoque Arthur Honegger, sans pouvoir dire par quelle oeuvre exactement...Bref, elle me caresse dans le sens du poil.
__Allegro: un autre ton est donné, presque belliqueux, grave, martial et tonitruant. Sans doute ce qui me touche le moins dans cette quatrième symphonie. C'est aussi son mouvement le plus court. Tant mieux.
Arrive le "Lento" final qui se développe sur plus de huit minutes, solennel et profondément captivant celui-là. Je n'aime pas trop la version "Celibidache" (enregistrement ancien datant de 1956)°° que j'ai mise en fond pendant l'écriture de mon commentaire: vaut mieux découvrir à mon avis ces symphonies par le "Moscow Symphony Orchestra" sous la direction d'Antonio de Almeida. Malheureusement, concernant les 3 et 4, je ne les ai pas trouvées en entier sur Youtube.

°°, Je ne veux pas dire du tout qu'il s'agit-là d'une mauvaise interprétation, ce n'est pas mon propos. En revanche, au-delà de la qualité du son très passable de la version "Massimo Freccia" de la troisième symphonie, je n'ai pas été non plus convaincu par l'interprétation que j'ai trouvée un peu molle.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 14679
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Gian Francesco Malipiero (1882-1973) Empty
MessageSujet: Re: Gian Francesco Malipiero (1882-1973)   Gian Francesco Malipiero (1882-1973) Empty2020-09-18, 18:10

Je viens de découvrir deux nouvelles symphonies de Malipiero qui, par leurs orchestrations, tranchent avec les précédentes...mais pas seulement en rapport de l'effectif instrumental choisi...°° Il y a d'abord la Symphonie n°6 - "Degli Archi" qui est la première oeuvre pour cordes que je découvre de ce compositeur. Parmi les symphonies pour cordes, il y en a au moins deux qui me reviennent systématiquement à l'esprit, la Symphonie n°2 d'Arthur Honegger qui se termine sur une superbe trompette solo et la Symphonie n°1 de la compositrice américaine Gloria Coates. Ce sont en quelque sorte mes références et, de cette première écoute, je dois reconnaître que celle de Malipiero n'a pas trop à rougir de la comparaison. La Symphonie n°6, pour cordes donc, se constitue de quatre mouvements:
__Allegro: un moment d'animation, plus ou moins soft, assez voluptueux et gracieux qui ne manque pas non plus d'élégance, même si je n'en ressors pas vraiment conquis. C'est une musique très plaisante qui se déroule comme ça, avec beaucoup de fluidité mais sans me fasciner.
__Piuttosto lento: Ce mouvement, quant à lui, sans m'être transcendant, est tendre et soyeux, propice au rêve, aux pensées nostalgiques dont nous sommes tous pourvus. Je le trouve attachant faute de mieux.
__Allegro vivo est un mouvement intéressant, celui qui crée la surprise, fait jouer avec tonicité les violoncelles, contrebasses et les violons; graves et aigus embarqués dans une sorte de danse qui prend alors une physionomie originale.
__Lento ma non troppo - Allegro - Lento - Allegro - Molto triste: le mouvement le plus versatile de cette symphonie qui se suit sans ennui, jusqu'à l'exposition inattendue mais très expressive du violon solo. Se développera ensuite le moment le plus triste de toute l'oeuvre et le plus émouvant, celui qui me prend par les sentiments et me conduit vers un souvenir qui correspond à cette humeur.

https://www.youtube.com/watch?v=saNcBiUqkc8


La Symphonie n°5 - "Concertante in Eco" qui date de 1947, se compose également de quatre mouvements. Comme la Sixième, je l'ai découverte par le "Moscow Symphony Orchestra" sous la direction d'Antonio de Almeida.
__Allegro agitato: ce mouvement est à mon oreille extraordinaire, d'une modernité pleinement assumée. Elle met en scène un piano électrisant et un orchestre qui projette des sonorités vives, notamment par une flûte incisive qui se libère énergiquement de la matière sonore. Ce mouvement m'offre l'intuition d'une grande symphonie qui pourrait faire partie de mes préférées.
__Lento: il confirme mon intuition car j'en adore la construction et le jeu fantastique du piano. Je suis complètement sous le charme de cette page profonde et tourmentée, peut-être ce que j'ai entendu de plus tourmenté parmi les symphonies numérotées de Malipiero.
__Allegro vivace ma ritmato ne fait pas tomber la belle intensité de la symphonie, les percussions apportant une présence supplémentaire et non anodine à l'orchestre, en complément d'un piano toujours aussi vivant.
__Lento ma non troppo - Mosso (agitato) - Ritenuto (quasi funebre) finit de me rendre cette symphonie fascinante d'un bout à l'autre. J'ai par moment l'impression d'écouter un concerto pour piano, ce qui fait évidemment écho à son sous-titre. Je ne connais pas encore toutes ses symphonies, mais la Cinquième a toute ma préférence.

°°Jusqu'ici, parmi les symphonies précédentes, ce furent surtout les mouvements ou les moments les plus lents qui m'ont été les plus émouvants. Ce n'est plus le cas avec ces deux symphonies dont des mouvements rapides m'ont vraiment captivé, plus particulièrement la Cinquième.
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 21286
Age : 74
Date d'inscription : 19/08/2006

Gian Francesco Malipiero (1882-1973) Empty
MessageSujet: Re: Gian Francesco Malipiero (1882-1973)   Gian Francesco Malipiero (1882-1973) Empty2020-09-18, 20:17

Tu me donnes envie de réécouter ces symphonies de Malipiero, car ça fait très longtemps... J'ai l'intégrale des 11 symphonies et des 5 Sinfonias. Dans mes notes, mes préférées sont la Sinfonia del silenzio e della morte, et la symphonie n° 3 "Delle Campani".
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Gian Francesco Malipiero (1882-1973) Empty
MessageSujet: Re: Gian Francesco Malipiero (1882-1973)   Gian Francesco Malipiero (1882-1973) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Gian Francesco Malipiero (1882-1973)
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: