Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Nicolò Isouard, dit Nicolo (1773-1818)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
shanessean

avatar

Nombre de messages : 842
Age : 80
Date d'inscription : 19/08/2009

MessageSujet: Nicolò Isouard, dit Nicolo (1773-1818)   Sam 19 Mar 2011 - 18:51

Nicolò Isouard est un compositeur maltais, né à Valletta (La Valette) le 16 mai 1773 et mort à Paris le 23 mars 1818.

Nicolò Isouard, dit Nicolo, est né à Malte au sein d'une famille marseillaise d'entreprise commerciale, établie dans l'île. Son père était Fortuné Isouard, sa mère Hélène Lombard Rigord. A 12 ans, dans l'espoir de lui faire embrasser une carrière militaire, il étudiera à Paris, qu'il quittera sous la Révolution pour rentrer à Malte. Plus doué pour la musique que pour une carrière commerciale, son père l'enverra alors à Palerme, puis à Naples, afin d'étudier la musique. A son retour, il devient maître de chapelle de l'église Saint jean de Jerusalem à Valletta. C'est de cette période que datent la plupart de ses oeuvres religieuses.
Son premier Opéra sera joué avec succès à Florence en 1794. L'artiste prendra le nom de Nicolo, pour ne pas compromettre celui de sa famille. Appelé à Malte comme organiste, il y composera des opéras-comiques français sur des livrets traduits du français en italien, qu'il retraduira après son installation à Paris en 1800.

Il y fera représenter Le Petit Page, en collaboration avec Rodolphe Kreutzer, et deviendra l'ami du dramaturge français Hoffman (1760-1828). Nicolo parviendra à s'imposer, une première fois avec Michel-Ange (1802), puis avec L'lntrigue aux fenêtres (1805). Le musicien bénéficiera de la retraite de Méhul et Cherubini et du séjour de Boieldieu en Russie pour se produire dans de nombreux théâtres. Il fera une brillante carrière, au cours de laquelle il produira plus de trente trois œuvres lyriques dont Les Rendez-vous bourgeois (1807), Cendrillon (1810), le Billet de loterie (1811), Jeannot et Colin (1814), et son chef d'œuvre Joconde (1814), que je ne connais pas.

Découragé par l'élection de Boieldieu à l'Institut de France (1817), Nicolo composera dans l'isolement. Son Aladin ou la lampe merveilleuse sera joué après sa mort prématurée, à l'âge de 43 ans.

Il a composé une quarantaine d'opéras, les premiers en italiens, bien sûr, des messes, des motets, des cantates, des romances et des duos.
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr/
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16388
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Nicolò Isouard, dit Nicolo (1773-1818)   Dim 17 Mai 2015 - 17:49

Oeuvres

Opéras

L'avviso ai maritati (op, 2, F. Gonella), Florence, Pergola, 4 June 1794, F-Pc
Artaserse re di Persia (op, 3, P. Metastasio), Livorno, Avvalorati, Sept 1794
Il barbiere di Siviglia (ob, after P.-A. Beaumarchais), Malta, c1796
Rinaldo d'Asti (op, G. Carpani, after J.-B. Radet and P.-Y. Barré: Renaud d'Ast), Malta, c1796
L'improvvisata in campagna (ob, after E.J.B. Delrieu), Malta, 1797; rev. as L'impromptu de campagne (1, Delrieu), Paris, OC (Favart), 30 June 1801 (1801)
Il tonneliere, Malta, 1797; rev. as Le tonnelier (oc, 1, Delrieu and F.A. Quêtant), Paris, OC (Favart), 19 May 1801
I due avari (ob), Malta, c1797
Il barone d'Alba chiara (op), Malta, c1798
Ginevra di Scozia (op, after L. Ariosto), Malta, c1798
Le petit page, ou La prison d'état (cmda, 1, R.C.G. de Pixérécourt and L.T. Lambert), Paris, Feydeau, 14 Feb 1800 (n.d.), collab. R. Kreutzer
Flaminius à Corinthe (op, 1, Pixérécourt and Lambert), Paris, Opéra, 27 Feb 1801, Po (inc.), collab. Kreutzer
La statue, ou La femme avare (oc, 1, F.-B. Hoffman), 26 April 1802
Michel-Ange (op, 1, Delrieu), 11 Dec 1802 (1802)
Les confidences (comédie mêlée de chants, 2, A.G. Jars), 31 March 1803 (1803)
Le baiser et la quittance, ou Une aventure de garnison (oc, 3, L.B. Picard, M. Dieulafoy and C. de Longchamps), 18 June 1803, B-Bc, F-Pn, collab. E.-N. Méhul, A. Boieldieu and Kreutzer
Le médecin turc (opéra-bouffon, 1, P. Villiers and A. Gouffé), 19 Nov 1803 (1804)
L'intrigue aux fenêtres (opéra bouffon, 1, J.-N. Bouilly and L.E.F.C. Mercier-Dupaty), Paris, OC (Favart), 25 Feb 1805 (1805)
La ruse inutile, ou Les rivaux par convention (op, 2, Hoffman), Paris, OC (Favart), 30 May 1805 (1805)
Léonce, ou Le fils adoptif (comédie mêlée de musique, 2, B.-J. Marsollier), 18 Nov 1805 (1805)
La prise de Passau (oc, 2, Mercier-Dupaty), 8 Feb 1806
Le déjeuner de garçons (cmda, A.-F. Creuzé de Lesser), 24 April 1806 (c1806)
Idala, ou La sultane (oc, 3, Hoffman), 1 Aug 1806
Les rendez-vous bourgeois (opéra-bouffon mêlé d'ariettes, 1, Hoffman), 9 May 1807 (1807)
Les créanciers, ou Le remède à la goutte (oc, 3, J.-B.-C. Vial), 10 Dec 1807
Un jour à Paris, ou La leçon singulière (oc mêlé de musique, 3, C.-G. Etienne), 24 May 1808 (1808)
Cimarosa (oc, 2, Bouilly), 28 June 1808 (1808)
Zélomir, ou L'intrigue au sérail (oc, 3, Etienne), 25 April 1809
Cendrillon (opéra-féerie, 3, Etienne, after C. Perrault: Contes de ma mère l'oye), 22 Feb 1810 (c1810)
La victime des arts, ou La fête de famille (oc, 2, L.-M. d'Estourmel), 27 Feb 1811, collab. H.-M. Berton and J.-P. Solié
La fête de village, ou L'heureux militaire (oc, 1, Etienne), 31 March 1811
Le billet de loterie (cmda, 1, Creuzé de Lesser, J.-F. Roger), 14 Sept 1811 (c1811)
Le magicien sans magie (oc, 2, Creuzé de Lesser and Roger), 4 Nov 1811 (c1811)
Lully et Quinault, ou Le déjeuner impossible (oc, 1, P.C. Gaugiran-Nanteuil), 27 Feb 1812 (?1812)
Le prince de Catane (op, 3, R.R.L. Castel, after Voltaire: L'éducation d'un prince), 4 March 1813 (c1813)
Le français à Venise (oc, 1, M.A.J. Gensoul), 14 June 1813 (1813)
Bayard à Mézières, ou Le siège de Mézières (oc, 1, Mercier-Dupaty and R.A.P. Allisan de Chazet), 12 Feb 1814, vs (1814), collab. Boieldieu, C.-S. Catel and L. Cherubini
Joconde, ou Les coureurs d'aventures (comédie mêlée de chants, 3, Etienne), 28 Feb 1814 (c1814)
Jeannot et Colin (oc, 3, Etienne), 17 Oct 1814 (c1814)
Les deux maris (oc, 1, Etienne), 18 March 1816 (1816)
L'une pour l'autre ou L'enlèvement (oc, 3, Etienne), 11 May 1816 (c1816)
Aladin, ou La lampe merveilleuse (opéra-féerie, 5, Etienne), Paris, Opéra, 6 Feb 1822 (c1822), completed by A.M. Benincori
Une nuit de Gustave Wasa (op, 2), inc. [sketches and chorus for Act 1], completed by F. Gasse, 1825


Cantates

La paix, solo vv, chorus, orch, 1802, copy, F-Po [on Peace of Amiens];
Hébé (Commandeur de St-Priest);
8 cants (Commandeur de Rohan)


Airs et romances:

Duos, in the style of Cari and Steffani;
6 canzoncine, ou Petits airs italiens, pf/hp acc. (n.d.) [Fr. texts];
6 duettinos, ou Petits duos italiens, pf/hp acc. (n.d.);
Je ne sais quoy (F.-A.-E. de Planard), 1809 (n.d.);
La romance historique de Marie Louise (J. Lablée), 1811 (n.d.);
Dialogue entre Euterpe et Erato (Dupuy des Islets), 1813;
Le ménestrel: ronde villageoise, 1814, Journal d’Euterpe (1816), no.3, p. 130;
Rosier d’amour (N. Lefebvre), Journal d’Euterpe (1816), no.4, p.106;
Les adieux, ou La constance du bon vieux temps (Lefebvre), c1816 (n.d.);
numerous other works, 1–2 vv, acc. pf, gui, insts, many in Pn


Musique religieuse

3 Kyrie, 3 Glorias, Credo, Magnificat, 2 Dixit Dominus, 2 Domine, 5 motets, tous pour choeur mixte et orchestre;
Te Deum pour solistes, choeur et orchestre
Gloria patri, Diffusa est gratia, both 1v, orch;
14 autres partitions


https://www.youtube.com/watch?v=wiU_OW9znWs&spfreload=10




L'air Non je ne veux pas chanter :

https://www.youtube.com/watch?v=QxMouVR26n4&spfreload=10

Et quelques détails supplémentaires (Wiki)

Nicolas Isouard dit Nicolò est un compositeur français, né à Żebbuġ (Malte) le 18 mai 1773 et mort à Paris le 23 mars 1818.

Descendant d'un voyageur de commerce marseillais établi à Malte et issu d'un milieu aisé, Nicolas Isouard entame son éducation musicale avec Michelangelo Vella. Élève de Giuseppe Amendola à Palerme, puis de Nicola Sala et de Pietro Guglielmi à Naples, il compose de nombreuses œuvres religieuses en tant que maître de chapelle et organiste de l’église Saint-Jean de Jérusalem à La Valette, ainsi qu’un opéra en italien Il barbiere di Siviglia (Le Barbier de Séville) d’après Beaumarchais (1796).

Il se rend en 1799 à Paris, où il se lie d’amitié avec le compositeur Rodolphe Kreutzer. Ils collaborent à plusieurs opéras, dont Le Petit Page ou la Prison d’État (1800) et Flaminius à Corinthe (1801). L’opéra italien régentant la scène lyrique française, Isouard prend le pseudonyme de "Nicolò" et rencontre rapidement le succès dans le domaine de l’opéra-comique avec Michel-Ange (1802) et L’Intrigue aux fenêtres (1805). Il devient, face à François Adrien Boieldieu, l’un des fournisseurs attitrés du Théâtre de l’Opéra-Comique pour lequel il compose une trentaine d’ouvrages, parmi lesquels on peut citer Les Rendez-vous bourgeois (1807), Cendrillon (1810) d’après Charles Perrault, Joconde (1814) ou encore Aladin ou la Lampe merveilleuse1 (1822, opus posthume).

Supplanté par Boieldieu lors de l’élection pour remplacer Étienne Nicolas Méhul à l’Académie des beaux-arts, il disparut précocement, laissant deux filles, Sophie-Nicole (1809-?), compositrice de romances, et Annette-Julie (1814-1876), pianiste et compositrice.

Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (12e division).

Son frère, Joseph (1794-1863), connut une belle carrière de chanteur et directeur d’opéras avant d’être nommé inspecteur des Monuments historiques à Rouen. Quant au peintre et graveur Alfredo Müller et son frère cadet le champion cycliste Rodolfo Müller, ils sont les arrière-petits-fils de sa sœur Giulia (1792-1873).


Dernière édition par joachim le Ven 3 Juil 2015 - 9:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16388
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Nicolò Isouard, dit Nicolo (1773-1818)   Ven 3 Juil 2015 - 9:51

Un CD que l'ami Shane n'a sûrement pas écouté : des oeuvres religieuses d'Isouard. Après une Sinfonia d'introduction, on trouve son Te Deum pour soli, choeur et orchestre (avec instrument obbligato accompagnant les solistes), un Nisi Dominus "a quartetto obbligato" (4 voix, choeur et orchestre), un Diffusa est gratia pour soprano et orchestre, un Juravit Dominus "con fuga" pour choeur et orchestre et un éclatant Gloria in excelsis Deo pour choeurs et orchestre.

Ce sont des oeuvres qu'il faut prendre la peine d'écouter...

Revenir en haut Aller en bas
Jean

avatar

Nombre de messages : 6522
Age : 74
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Nicolò Isouard, dit Nicolo (1773-1818)   Ven 3 Juil 2015 - 10:56

Tu as le chic pour dégoter des cd que je ne trouve nulle part!!

nb ces oeuvres doivent être assez brèves...à moins qu'il y ait deux cd?
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16388
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Nicolò Isouard, dit Nicolo (1773-1818)   Ven 3 Juil 2015 - 11:27

Il n'y a qu'un CD, et il dure 51 minutes seulement.

Le Te Deum dure 18 minutes, le Gloria 11 minutes. Les autres morceaux durent entre 5 et 7 minutes (la sinfonia en ut mineur 5 minutes, je ne sais pas si cette sinfonia est indépendante ou bien une ouverture d'opéra).
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nicolò Isouard, dit Nicolo (1773-1818)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nicolò Isouard, dit Nicolo (1773-1818)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: