Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

  Ahmed ESSYAD, en 1938

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11474
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Ahmed ESSYAD, en 1938   Jeu 3 Mar - 16:08

AHMED ESSYAD est né à Salé (Maroc) en 1938 et réside en France depuis 1962. Il possède une solide culture musicale,à la fois arabo-islamique (Conservatoire de Rabat) et occidentale (Conservatoire National Supérieur de Paris) où il fut élève,dès 1962,de MAX DEUTSCH en composition et analyse. Il sera bientôt son disciple privilégié. Celui-ci lui transmet la grande leçon de SCHOENBERG qui fortifie son sens unique de la rigueur,du respect de l'artisanat,de l'intégrité artistique et intellectuelle,ce qui a contribué sans doute,à côté de réels problèmes matériels,à raréfier une production de très haute tenue,réalisant avec une acuité toujours croissante la synthèse de la musique arabo-berbère,dont il est un connaisseur éminent, et de la musique européenne incarnée par la grande tradition classico-romantique viennoise aboutissant à SCHOENBERG et ses disciples.

 L'écriture pour la voix représente les trois quarts de la production d'AHMED ESSYAD. "[i]Personnellement,c'est par son opéra lumière L'exercice de l'Amour que j'ai découvert et apprécié ce compositeur. Bien qu'il s'agisse d'une connaissance abstraite de celui-ci par une simple écoute sur cd,j'ai été cueilli par la constante dynamique de cette oeuvre ainsi que par l'intensité des voix! C'est contemporain, moins souple que chez ABED AZRIE,mais dans un style qui m'a tout-de-suite séduit.[i]"

L'enseignement de
MAX DEUTSCH permet à sa passion pour la voix de trouver sa confirmation. Durant trente années d'écritures préceptes reçues de son seul maître (avec sa terre natale) selon laquelle <<la musique est vocale sinon elle n'existe pas>>,guida son travail,le guida parallèlement, ce souci de la mémoire des origines culturelles,empreinte de la présence de la terre et des hommes qui l'habitent.

Pour
AHMED ESSYAD,une synthèse culturelle qui ne porterait pas la réflexion des hommes en avant,qui n'enrichirait pas le présent d'une expérience nouvelle,ne saurait permettre le double étonnement,continent à continent,ce territoire où l'homme peut se perdre enfin.

De 1991 à 1994,il est compositeur en résidence à la Chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon pour laquelle il compose un opéra-lumière d'après un livret de Bernard Noël;
L'exercice de l'Amour.

Compositeur en résidence au Conservatoire de Région de Strasbourg à partir de 1994,il reçoit le Grand Prix National de la musique.


Dernière édition par Icare le Mer 12 Juil - 23:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11474
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Ahmed ESSYAD, en 1938   Jeu 3 Mar - 16:55



Extrait d'une interview d'Ahmed Essyad:


Est-ce qu'un compositeur doit expliquer son oeuvre pour qu'elle soit comprise par le public? Ou est-ce qu'il faut laisser ce dernier l'écouter sans à-priori?


Ahmed Essyad:<<Recevoir une oeuvre est difficile et très compliqué. Cela peut être le coup de foudre,l'éclat dans l'innocence de la rencontre. Quand cela arrive c'est une bénédiction parce que personne n'y est préparé,ni l'oeuvre ni celui qui la reçoit. Je pense que, bien que l'art échappe au savoir et le transcende,celui-ci reste nécessaire pour aimer. On n'aime pas dans l'ignorance. On n'a pas besoin des choses qu'on ne connait pas. Un être que je n'ai pas rencontré ne me manque pas. Un être que je n'ai pas aimé me manque encore moins. Savoir est donc un premier pas vers le plaisir de l'art. On peut donc dire que oui,quelque-part,il faut une initiation à l'art pour en être ému. Les choses,dont l'écriture,bien qu'au-delà du savoir,sont légitimées par ce savoir préalable qui les a motivées. Si on n'a jamais regardé une oeuvre de peinture,où si on s'est contenté de regarder des oeuvres figuratives,on aura du mal à comprendre une peinture qui n'est pas figurative. Cela ne veut pas dire que l'objet de la peinture est la figuration ou la non-figuration. Il en est de même pour la musique. Le rapport au son et à la musique est à la fois simple et complexe,simple parce que le son vous pénètre. C'est un phénomène physique. Il s'agit de vibrations qui sont dans l'air et qui atteignent le corps,et on sait maintenant que le grave fait vibrer plus facilement le corps. C'est d'ailleurs pour cela que certaines musiques rock sont plus faciles d'accès parce qu'elles occasionnent une pénétration immédiate du corps par la vibration du son. Mais ce n'est pas seulement ça la musique. Elle est une construction de l'esprit,c'est une intelligence suprême qui exprime ce que le verbe ne peut supporter. C'est l'indicible de la langue. Je ne peux pas le faire avec mes pauvres mots ni avec les vôtres. Que me reste-t-il alors pour comprendre l'oeuvre musicale? C'est cette accoutumance au son,ce savoir de l'oreille et uniquement de l'oreille. Il faut écouter encore et encore comme chez les mystiques. Aimer Dieu ne se donne pas comme ça. Ce n'est pas un cadeau,c'est une conquête de l'homme. Elle est le fruit d'une discipline extraordinaire,d'un savoir intériorisé. La lumière est au bout de cette expérience de quête.>>
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
avatar

Nombre de messages : 21016
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: Ahmed ESSYAD, en 1938   Jeu 3 Mar - 18:28

Intéressant!
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16644
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Ahmed ESSYAD, en 1938   Ven 4 Mar - 12:45

Décidément tu as le chic de trouver des compositeurs inconnus au commun des mortels Wink

C'est le premier compositeur marocain dont j'entends parler. S'il est influencé par Schoenberg, il doit composer une musique atonale ou sérielle, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
avatar

Nombre de messages : 21016
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: Ahmed ESSYAD, en 1938   Ven 4 Mar - 12:52

joachim a écrit:
S'il est influencé par Schoenberg, il doit composer une musique atonale ou sérielle, non ?

C'est ce que je me suis dit aussi, c'est pourquoi je n'ai pas pris la peine de chercher des extraits. Toutefois j'aime assez son explication sur la musique
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11474
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Ahmed ESSYAD, en 1938   Ven 4 Mar - 15:42

joachim a écrit:
Décidément tu as le chic de trouver des compositeurs inconnus au commun des mortels Wink

C'est le premier compositeur marocain dont j'entends parler. S'il est influencé par Schoenberg, il doit composer une musique atonale ou sérielle, non ?

Pas sûr,en tout cas il a surtout écrit pour la voix et je ne connais pour l'instant que l'opéra L'exercice de L'amour dont j'adore la dynamique mais qui reste sans doute trop moderne pour toi Joachim,moins accessible que ce que peut composer Abed Azrié

Voici son catalogue qui s'arrête en 1995,donc incomplet.

__1964 - YASMINA,cantate pour baryton,violon et violoncelle.
__1969 - SYMPHONIE en deux mouvements.
__1972 - SULTANES,suite électroacoustique.
__1975 - IDENTITE,cantate pour contralto,récitant,percussion et cordes.
__1977 - LE COLLIER DES RUSES,opéra de chambre.
__1982 - L'EAU,opéra.
__1982-90 - LE CYCLE DE L'EAU,pour flûtes et piano.
__1991 - TIFOMACINE,cantate pour mezzo-soprano et orchestre.
__1994 - ARGANE 2,pour cordes.
__1995 - ARGANE I,pour quatuor à cordes.
__1995 - L'EXERCICE DE L'AMOUR,opéra lumière. j'adore l'intensité narratrice de cet opéra!
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11474
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Ahmed ESSYAD, en 1938   Ven 12 Aoû - 21:00

L'Exercice de l'Amour, Opéra Lumière, est une commande du Centre National des Ecritures du Spectacle à Bernard Noël et Ahmed Essyad pour la Chartreuse de Villeneuve-lez-Avignon.


<< La Chartreuse de Villeneuve-lez-Avignon est une oeuvre sublime qui n'a besoin que de la lumière du ciel pour s'offrir à notre bonheur, et du vent hurlant de l'hiver pour satisfaire notre besoin d'émotion forte. Pour Bernard Noël et moi-même, il y avait la pierre à déchiffrer et à révéler, et derrière la pierre, les hommes qui ont élus demeure dans ces lieux pour entreprendre une quête exemplaire et redoutable. L'Exercice de l'Amour veut être l'itinéraire intérieur et silencieux de l'homme quêtant, hors langage, l'Amour absolu de l'Autre absolu. Les silencieux ne nous ont rien légué hormis une image indécise, nourrie par notre imaginaire saturé de quotidien. Eux ont tenté le vide pour n'attendre de l'Aimé que sa présence lumineuse, et encore le vide pour n'être que le réceptacle de l'Amant, et encore le vide pour ne plus être soi, mais l'Autre, ultime étape où le langage n'a plus de raison d'être, où il n'y a plus de parole à entendre ni de prière à dire, où on peut se confondre, se perdre.
A quelle violence, un jour, s'est exposé Hallaj pour dire: "Protège-moi de ton Amour?">> Ahmed Essyad.

Réécoute aujourd'hui de cet Opéra lumière "L'Exercice de l'Amour" et plaisir renouvelé pour une oeuvre forte et intense qui semble avoir été taillée dans la pierre vivante d'un immense coeur qui bat.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11474
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Ahmed ESSYAD, en 1938   Lun 26 Déc - 11:57


Décidément j'adore l'opéra "L'exercice de l'amour"! Encore une fois j'ai été happé par le "discours" musical, énergique et captivant d'un bout à l'autre. Et, comme lors des deux écoutes précédentes, le sujet de cet opéra m'est passé au-dessus. J'ai été complètement emporté par les qualités expressives de l'orchestre, l'énergie communicative des voix solistes et des choeurs qui auraient pu très bien se contenter de vocalises...je n'en aurai pas moins été fasciné...On peut estimer que c'est une curieuse façon d'apprécier un opéra, peut-on même estimer que je l'ai écouté à la manière d'une bande originale sans avoir, au préalable, pris soin de voir le film pour lequel elle a été conçue. C'est peut-être ce qui caractérise l'écoute d'un opéra sur CD alors que si je l'avais découvert dans une salle de concert, la dimension visuelle aurait sans doute favorisé une approche de l'oeuvre plus complète. Etant chanté en Français, ayant le texte en entier dans le fascicule, je devrais pouvoir m'y concentrer lors d'une prochaine écoute. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11474
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Ahmed ESSYAD, en 1938   Jeu 27 Juin - 16:34

Je suis toujours aussi happé par le style musical de cet opéra L'exercice de l'amour au point que j'ai encore zappé le sujet. A propos de l'oeuvre qui, évidemment, ne plaira pas à Joachim Hehe, je n'ai rien de plus à rajouter par rapport à ce que j'ai déjà mentionné plus haut. Cette réécoute confirme en tous les cas que le caractère contemporain, nerveux et viscéral de cette musique m'incite à vouloir approfondir ce compositeur très intéressant. Vive le contemporain! Vive la musique!
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16644
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Ahmed ESSYAD, en 1938   Jeu 27 Juin - 17:06

Icare a écrit:
Vive la musique!

Mains Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11474
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Ahmed ESSYAD, en 1938   Mer 12 Juil - 23:24

Icare a écrit:
Je suis toujours aussi happé par le style musical de cet opéra L'exercice de l'amour au point que j'ai encore zappé le sujet. A propos de l'oeuvre qui, évidemment, ne plaira pas à Joachim Hehe, je n'ai rien de plus à rajouter par rapport à ce que j'ai déjà mentionné plus haut. Cette réécoute confirme en tous les cas que le caractère contemporain, nerveux et viscéral de cette musique m'incite à vouloir approfondir ce compositeur très intéressant. Vive le contemporain! Vive la musique!

A chaque fois que je réécoute cet opéra, je revis toujours la même expérience, totalement pris par un bouillonnement musical continu, au point de passer à côté de son sujet.

Distribution:

Elisabeth Laurence: soprano
Sylvie Sullé: mezzo-soprano
Gordon Christie: ténor
Stephen Richardson: basse

Orchestre Philharmonique de Radio-France
Choeur de Radio-France
Michel Tranchant: chef de choeur
Bruno Ferrandis: direction.

Livret de Bernard Noël
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ahmed ESSYAD, en 1938   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ahmed ESSYAD, en 1938
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: