Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Jean François Lesueur (1760-1837)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16383
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Jean François Lesueur (1760-1837)   Mar 14 Déc - 14:26

Jean-François Lesueur, né au Plessiel, hameau de Drucat près d'Abbeville, le 15 février 1760 et mort à Paris le 6 octobre 1837, est un compositeur français.


Petit-neveu du célèbre peintre Eustache Lesueur, Jean-François Lesueur est issu d'une illustre et ancienne famille de Picardie. Enfant de chœur à la collégiale d'Abbeville, puis à la cathédrale d'Amiens, Lesueur fait ses études au collège d'Amiens. En 1778, il est nommé maître de chapelle de la cathédrale de Sées, puis vient à Paris pour étudier l'harmonie auprès de l'abbé Roze, maître de chapelle des Saints-Innocents. Il est nommé maître de chapelle à la cathédrale de Dijon (1779), puis du Mans (1782), puis à Saint-Martin de Tours (1783) avant de succéder à l'abbé Roze aux Saints-Innocents à Paris. En 1786, il est reçu après concours au poste de directeur musical de Notre-Dame de Paris.
Pour la fête de l'Assomption, il a l'idée d'ajouter l'orchestre à sa musique et remporte un très grand succès. Il recommence pour les fêtes de Pâques, de la Pentecôte, et de Noël, attirant à chaque fois une telle foule qu'on ne tarde pas à appeler la cathédrale Notre-Dame l'"opéra des gueux", mais suscite la controverse dans le monde ecclésiastique et musical. Il réplique à la polémique dans une brochure intitulée Exposé d'une musique imitative et particulière à chaque solennité (1787). Le chapitre décide finalement de réduire le budget de la musique ce qui contraint Lesueur à renoncer aux importantes masses orchestrales qu'il affectionne et l'amène à démissionner en 1788. Il voyage à Londres puis, de 1788 à 1792, loge chez le chanoine Bochard de Champigny.

Il revient à Paris en 1792 et donne avec succès trois opéras au théâtre Feydeau : La Caverne ou le Repentir (1793), Paul et Virginie ou le Triomphe de la vertu (1794), Télémaque dans l'île de Calypso ou le Triomphe de la sagesse (1796).
Nommé professeur de l'École de la Garde Nationale le 21 novembre 1793, il est élu, en 1795, membre de la Commission des études et nommé Inspecteur au Conservatoire, nouvellement fondé. Avec Étienne Nicolas Méhul, Honoré Langlé, François-Joseph Gossec et Charles Simon Catel, il rédige les Principes élémentaires de la Musique et des Solfèges du Conservatoire. Ne parvenant pas à faire accepter ses opéras Ossian ou Les Bardes et la Mort d'Adam, auxquels l'Opéra préfère la Sémiramis de Catel, Lesueur publie un violent pamphlet, Projet d'un plan général de l'instruction musicale en France, dans lequel il attaque le Conservatoire, ses méthodes et son directeur. Cette charge lui vaut sa révocation le 23 septembre 1802.

Privé de ses appointements, Lesueur se trouve presque réduit à la misère lorsqu'en 1804, Bonaparte le nomme maître de la chapelle des Tuileries, en remplacement de Giovanni Paisiello. Il donne alors son œuvre la plus célèbre, Ossian ou Les Bardes, qui remporte un immense succès à l'Opéra et devient l'opéra préféré de l'Empereur, qui accorde au compositeur la croix de chevalier de la Légion d'honneur. Lesueur compose ensuite la Marche triomphale du couronnement de Napoléon et, à cette occasion, dirige à Notre-Dame une messe de Paisiello et un Vivat de l'abbé Roze. En 1813, il est nommé membre de l'Académie des Beaux-Arts en remplacement d'André Grétry.
À la Restauration, il est nommé compositeur de la chapelle de la cour et chef d'orchestre de l'Opéra. Le 1er janvier 1818, il est chargé de la classe de composition au Conservatoire où il a comme élèves Hector Berlioz, Ambroise Thomas, Charles Gounod, Xavier Boisselot, Louis Désiré Besozzi et Antoine François Marmontel.

Une école publique de la ville d'Amiens porte son nom, elle est située rue Dupuis.


Œuvres lyriques

Dans ses ouvrages lyriques, note Émile Vuillermoz, "Lesueur recherche des effets scéniques nouveaux, exige des décors compliqués, une figuration considérable, des accessoires saisissants, des animaux dressés, et dépense une érudition déconcertante dans le domaine de l'antiquité classique et dans celui d'un exotisme plus ou moins conjectural. Il est hanté par les présentations grandioses et les instrumentations exceptionnelles". Il annonce ainsi, dans une forme encore classique, le grand opéra romantique, comme les essais d'exotisme des tragédies de Lemierre annoncent le drame romantique.


La Caverne ou le Repentir, drame lyrique en 3 actes, livret de Paul Dercy d'après l’Histoire de Gil Blas de Santillane d'Alain-René Lesage, représenté au Théâtre Feydeau le 16 février 1793 ;

Paul et Virginie ou Le Triomphe de la vertu, drame lyrique en 3 actes, livret d'Alphonse du Congé Dubreuil d'après Jacques-Henri Bernardin de Saint-Pierre, représenté au Théâtre Feydeau le 2 nivôse de l’an II (13 janvier 1794) ;

Télémaque dans l'île de Calypso ou Le Triomphe de la sagesse, livret de Paul Dercy, représenté au Théâtre Feydeau le 11 mai 1796 ;

Ossian ou Les Bardes, opéra en 5 actes, livret de Paul Dercy et Jacques-Marie Deschamps, représenté à l'Académie impériale de Musique le 10 juillet 1804 ; airs de danses, réduction pour piano par Théodore Salomé, [2] séquencé par Philippe Goninet.

L'Inauguration du Temple de la Victoire, intermède, livret de Pierre Baour-Lormian, représenté à l'Opéra de Paris le 2 janvier 1807 ;

Le Triomphe de Trajan, tragédie lyrique en 3 actes, livret de Joseph-Alphonse Esménard, représentée à l'Opéra de Paris le 23 octobre 1807 ;

La Mort d'Adam et son apothéose, tragédie lyrique religieuse en 3 actes, livret de Nicolas-François Guillard d'après Friedrich Gottlieb Klopstock, représentée à l'Opéra de Paris le 21 mars 1809 ;

Alexandre à Babylone, opéra en 3 actes, livret de Pierre Baour-Lormian, 1814-1825, non représenté.

Tyrhée
Artaxerse


Oratorios et musiques religieuse

Ruth et Noëmi ( 1811)
Ruth et Booz ( 1811)
Debbora
Rachel
Oratorio de Noël (1826)
3 Messes solennelles (1827, 1831, 1837)
Te Deum et Messe solennelle du Sacre (1804)
Stabat Mater
Motets, psaumes, cantates sacrées
Motet Coeli enarrant, veni sponsa mansueta pour le mariage de Napoleon et Marie Louise (1810)
Motet Joannes Battista in desert et Domine salvum fac pour le baptême du roi de Rome (1811)
Super flumina Baylonis (1833)
3 Oratorios de la Passion
3 Oratorios pour le Couronnement des Princes Souverains de la Chrétienté (1825)


Divers

Ossian, ouverture pour orchestre

Marche du Sacre de Napoléon (1804)


Morceaux patriotiques

Scène religieuse et patriotique en l'honneur de l'Etre Suprême
Chant des Triomphes de la République française (1794)
Scène patriotique "C'est peu d'avoir obtenu la victoire" pour chœur d'hommes et orchestre d'harmonie (1794)
Hymne de triomphe de la République Française (1794)
Hymne pour le 27 juillet "Levons nous" (Chant du IX thermidor) (1795)
Chant dithyrambique pour solistes choeurs et orchestre (1798)
Hymne pour le festival de l'Agriculture (1798)
Hymne pour l'Inauguration d'un Temple de la Liberte
Chant national pour l'anniversaire du 21 janvier (1798)
Hymne pour la fête de la vieillesse (1798)
Chant du 1er vendémiaire an IX (1800)
Hymne religieux (1801)
Chant de paix dans le genre gallique (1802)


Dernière édition par joachim le Dim 31 Mai - 12:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
shanessean

avatar

Nombre de messages : 842
Age : 80
Date d'inscription : 19/08/2009

MessageSujet: Re: Jean François Lesueur (1760-1837)   Mar 1 Fév - 11:41

J'ai déjà écrit sur Paul et Virginie, chercher "Paul et Virginie de Lesueur"
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr/
Stadler
Admin
avatar

Nombre de messages : 4198
Age : 47
Date d'inscription : 09/11/2006

MessageSujet: Re: Jean François Lesueur (1760-1837)   Mar 1 Fév - 11:47

shanessean a écrit:
J'ai déjà écrit sur Paul et Virginie, chercher "Paul et Virginie de Lesueur"

C'est là : Paul et Virginie de Lesueur
Revenir en haut Aller en bas
http://clarinette-classique.forumactif.fr/index.htm
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16383
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Jean François Lesueur (1760-1837)   Mar 1 Fév - 23:03

Stadler a écrit:
shanessean a écrit:
J'ai déjà écrit sur Paul et Virginie, chercher "Paul et Virginie de Lesueur"

C'est là : Paul et Virginie de Lesueur

C'est dans la rubrique opéra. Comme, à part la présentation de Lesueur par Shanessean, il est surtout question de Paul et Virginie, je crois qu'il est préférable de garder les deux topics, un dans les compositeurs, l'autre dans opéra. D'accord ?

Personnellement, je n'ai écouté que l' oratorio du Sacre, 2 motets, quelques uns des hymnes révolutionnaires et la scène finale de la Mort d'Adam. C'est peu...
Revenir en haut Aller en bas
shanessean

avatar

Nombre de messages : 842
Age : 80
Date d'inscription : 19/08/2009

MessageSujet: Re: Jean François Lesueur (1760-1837)   Mer 2 Fév - 11:30

OK cela ne me dérange pas et c'est plus facile pour cherhcher une oeuvre.
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr/
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16383
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Jean François Lesueur (1760-1837)   Dim 31 Mai - 12:44

J'ai réécouté ces oratorios du Sacre (de Charles X principalement). ils sont composés pour choeur et orchestre et contrairement à ce qu'on pourrait imaginer, ils ne sont pas "pompiers" mais plutôt calmes ils devraient donc plaire à Icare

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jean François Lesueur (1760-1837)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jean François Lesueur (1760-1837)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: