Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 James MacMILLAN, né en 1959

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Icare
Admin


Nombre de messages : 10073
Age : 52
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: James MacMILLAN, né en 1959   Ven 26 Nov - 9:00

Un des compositeurs les plus appréciés d'aujourd'hui,JAMES MacMILLAN mène également une carrière internationale de chef d'orchestre. Son langage musical est imprégné des influences de son héritage écossais,de sa foi catholique,de ses préoccupations sociales et de ses liens étroits avec la musique folklorique celte,auxquels se mêlent les influences des musiques d'Extrême-Orient, de Scandinavie et d'Europe de l'Est. Il s'attira l'intention internationale pour la première fois grâce au succès extraordinaire de THE CONFESSION OF ISOBEL GOWDIE lors des BBC Proms en 1990. Ses oeuvres majeures incluent un concerto pour percussion VENI VENI EMMANUEL qui a été donné en concert plus de 300 fois,un concerto pour violoncelle écrit pour MSTISLAW ROSTROPOVITCH,la vaste fresque pour choeur et orchestre QUICKENING et trois symphonies. Nommé compositeur affilié du Scottish Chamber Orchestra en 1990,il fut directeur artistique de la série "Music of Today" du Philharmonia Orchestra en 1992 à 2002 et est compositeur/chef d'orchestre du BBC Philharmonic depuis septembre 2000. Il a enregistré pour Chandos plusieurs de ses oeuvres,dirigeant entre autres THE BERSERKING,INTO THE FROMENT,THE CONFESSION OF ISOBEL GOWDIE,THE BIRDS OF RHIANNON et la symphonie n°3 SILENCE. JAMES MacMILLAN à été nommé Commandeur de l'ordre de l'Empire britannique (CBE) en janvier 2004,et en janvier 2005,son oeuvre a fait l'objet d'une importante rétrospective lors du week-end annuel dédié à un compositeur organisé par le BBC Symphony Orchestra au Babican Centre de Londres.

Ce compositeur d'origine écossaise et dont je possède beaucoup d'oeuvres fait partie des créateurs contemporains que je suis avec le plus d'assiduité et que j'avais découvert,il y a des années de cela,par son concerto pour percussion et orchestre VENI VENI EMMANUEL interprété par la talentueuse EVELYN GLENNIE. Il y a un passage dans cette oeuvre qui m'avait fait chavirer et qui me produit toujours le même effet,aujourd'hui. Maintenant,je suis dépendant de sa musique. Il me faut désormais ponctuellement ma dose de MacMILLAN. Hehe

JAMES MacMILLAN est né le 16 juillet 1959 à Kilwinning dans le North Ayrshire.(Ecosse)


Dernière édition par Icare le Mer 24 Juin - 9:12, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10073
Age : 52
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: James MacMILLAN, né en 1959   Ven 26 Nov - 13:51



Liste des oeuvres de JAMES MacMILLAN:


__AFTER THE TRYST - (violon + piano - 1988)
__TRYST pour orchestre - 1989
__VENI VENI EMMANUEL,concerto pour percussion et orchestre - 1989
__THE BERSERKING,concerto pour piano et orchestre - 1989
__THE EXORCISM OF RIO SUMPUL pour orchestre - 1989
__THE CONFESSION OF ISOBEL GOWDIE pour orchestre - 1990
__TUIREADH pour clarinette et orchestre à cordes - 1991
__SINFONIETTA - 1991
__LES PAROLES DE JESUS SUR LA CROIX,cantate pour voix et instruments à cordes -1993
__BRITANNIA pour orchestre - 1994
__INES DE CASTRO (opéra - librettiste: John Clifford) - 1991-1995
__NINIAN,concerto pour clarinette et orchestre - 1996
__THE WORLD RANSOMING,oeuvre concertante pour cor anglais et orchestre - 1996
__CONCERTO POUR VIOLONCELLE ET ORCHESTRE - 1996
__SYMPHONY: VIGIL - 1997
__MAIRI pour voix et orchestre - 1997
__THE GALLANT WEAVER avec trois sopranos - 1997
__EXULTET avec orgue - 1998
__QUICKENING pour solistes,choeur et orchestre - 1998
__EPICLESIS,concerto pour trompette et orchestre - 1993/1998
__CUNNOCK FAIR pour orchestre à cordes et piano - 1998/1999
__SYMPHONY N°2 - 1999
__MAGNIFICAT avec orgue - 1999
__NUNE DIMITTIS avec orgue - 2000
__CELLO SONATE N°2 -2000
__MESSE pour choeur et orgue - 2001
__THE BIRDS OF RHIANNON pour voix et orchestre - 2001
__O BONE JESU avec solistes - 2001
__INTO THE FERMENT pour ensemble et orchestre - 1998/2002
__PIANO CONCERTO N°2 - 1999/2003
__A SCOTCH BESTIARY,énigmatiques variations sur un carnaval zoologique et une exhibition calédonienne pour orgue et orchestre
2003/04
__SUNDOGS - 2006
__THE SACRIFICE,opéra 2007
__THREE INTERLUDES FROM "THE SACRIFICE" pour orchestre - 2007
__St JOHN PASSION,pour soliste,choeur et orchestre - 2008
__CONCERTO POUR VIOLON ET ORCHESTRE - 2010
__CONCERTO POUR HAUTBOIS ET ORCHESTRE - 2010
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin


Nombre de messages : 15592
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: James MacMILLAN, né en 1959   Ven 26 Nov - 18:37

Un concerto pour percussions, c'est vraiment bien ? Suspect

Quoi qu'il en soit, je suis sûr que ce Mc là me plairait moins que cet autre écossais : Hamish McCunn Wink
Revenir en haut Aller en bas
Bel Canto
Admin


Nombre de messages : 5598
Age : 60
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: James MacMILLAN, né en 1959   Ven 26 Nov - 18:40

J'ai essayé d'écouter des extraits de son Magnificat ... mais je n'ai pas tenu très longtemps ! Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
Icare
Admin


Nombre de messages : 10073
Age : 52
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: James MacMILLAN, né en 1959   Ven 26 Nov - 20:59

joachim a écrit:
Un concerto pour percussions, c'est vraiment bien ? Suspect

Quoi qu'il en soit, je suis sûr que ce Mc là me plairait moins que cet autre écossais : Hamish McCunn Wink

Je ne connais pas ce HAMISH McCUNN et je suppose qu'il est beaucoup moins contemporain dans le style. JAMES MacDONALD est un compositeur de son temps qui subit plusieurs formes d'influences.

Pour ce qui est de son concerto pour percussion VENI VENI EMMANUEL qui fut joué plus de 300 fois avec succès,c'est de la chouette musique dans un style plutôt "moderne" au sens où tu l'entends,Joachim,donc difficile pour moi de te dire s'il est dans tes cordes.

Il y a-t-il un concerto pour percussion que tu apprécies?


Dernière édition par Icare le Ven 4 Mai - 12:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10073
Age : 52
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: James MacMILLAN, né en 1959   Ven 26 Nov - 21:02

Bel Canto a écrit:
J'ai essayé d'écouter des extraits de son Magnificat ... mais je n'ai pas tenu très longtemps ! Embarassed

Il n'était pourtant pas très long. Hehe
Revenir en haut Aller en bas
Bel Canto
Admin


Nombre de messages : 5598
Age : 60
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: James MacMILLAN, né en 1959   Ven 26 Nov - 22:06

Icare a écrit:
Bel Canto a écrit:
J'ai essayé d'écouter des extraits de son Magnificat ... mais je n'ai pas tenu très longtemps ! Embarassed

Il n'était pourtant pas très long. Hehe

Tu as tout à fait raison et je devrais pouvoir y arriver mais c'est plus fort que moi ... le contemporain
Note que c'est probablement faut de bien connaître mais pour l'instant, je n'ai pas vraiment envie de découvrir ...
Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
Icare
Admin


Nombre de messages : 10073
Age : 52
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: James MacMILLAN, né en 1959   Ven 26 Nov - 23:18

Ha mais certainement. Etant moi-même très familiarisé aux différentes expressions de la musique contemporaine,je rentre facilement dans l'univers de ces compositeurs qui ne me paraissent même pas difficiles d'approche,au point de trouver des choses très belles et parfois fascinantes comme,par exemple,THE BIRDS OF RHIANNON.


Dernière édition par Icare le Ven 4 Mai - 12:24, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin


Nombre de messages : 15592
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: James MacMILLAN, né en 1959   Sam 27 Nov - 10:19

Icare a écrit:

Il y a-t-il un concerto pour percussion que tu apprécies?

De mémoire, j'en ai écouté deux (mais sûrement plus) : celui d'André Jolivet - qui ne m'a pas passionné - et le petit concerto de Darius Milhaud, bof Embarassed

Pour ce qui est de MacCunn, c'est une musique romantique que tu n'apprécierais pas, probablement Par exemple une très jolie ouverture de concert intitulée The Land of the mountain and the flood (le pays de montagnes et de flots), très descritif.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10073
Age : 52
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: James MacMILLAN, né en 1959   Sam 27 Nov - 16:28

joachim a écrit:
Icare a écrit:

Il y a-t-il un concerto pour percussion que tu apprécies?

De mémoire, j'en ai écouté deux (mais sûrement plus) : celui d'André Jolivet - qui ne m'a pas passionné - et le petit concerto de Darius Milhaud, bof Embarassed

J'aime beaucoup de choses chez ANDRE JOLIVET mais il ne me semble pas connaître son concerto pour percussion. En revanche,je ne connais encore pratiquement rien de DARIUS MILHAUD si ce n'est une petite pièce avec saxophone.

Un concerto pour percussion que j'aime beaucoup est le GARBAGE CONCERTO de JAN JÄRVIEPP pour lequel celui-ci utilisa des pots de verre,des boîtes de métal et des bouteilles de plastique qu'il frappa avec des maillets de tambour. Peu à peu,il rejeta les objets acoustiquement inférieurs et garda ceux qui sonnaient le mieux,inventa des rythmes exploitables et trouva une façon ingénieuse de les intégrer à l'orchestre symphonique,grâce notamment à son expérience de guitariste rock lors de l'adolescence.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10073
Age : 52
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: James MacMILLAN, né en 1959   Lun 30 Jan - 18:45


Je viens d'écouter la première partie de la ST JOHN PASSION de James MacMillan sous la direction de Sir Colin Davis. Dans l'ensemble c'est assez prenant, pas ce que je préfère dans l'oeuvre de ce compositeur qui pourtant fait partie des créateurs contemporains que je connais le mieux. Toutefois, le meilleur de cette musique se sont révélés dans les deux derniers mouvements de cette première partie.
J'attaque la seconde sans tarder avec le souhait que le plus savoureux reste à venir. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10073
Age : 52
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: James MacMILLAN, né en 1959   Lun 30 Jan - 20:06

Souhait exhaucé!! Si j'ai trouvé la première partie assez prenante, cette seconde est carrément poignante. Elle démarre sur une scène orchestrale d'action qui tient très bien en haleine. C'est d'emblée plus intense et même déchaîné par moment. Les pages de répit sont d'une grande beauté. D'abord le "Jesus and his mother" qui a inspiré à MacMillan une sorte d'élégie qui bénéficie d'une très belle écriture des choeurs. Je les trouve célestes à un moment donné, d'une grande beauté. Ce sens du "Beau", le compositeur le démontre une nouvelle fois par un magnifique final "Sanctus immortals, miserere rebis" entièrement orchestral, sans soliste ni choeur. Il est peut-être le sommet de l'oeuvre, en tout cas c'est l'extrait qui m'a le plus ému. Cet état de fait représente un idéal chez moi; quand un thème, un mouvement, un extrait, est à la fois le final et le sommet de l'oeuvre. Je suis toujours un peu frustré lorsque le dernier morceau d'une oeuvre me laisse une impression mitigée. Je pars du principe que le final devrait toujours être le meilleur, le top. Dans la PASSION SELON SAINT-MATHIEU de BACH, le final, certes beau, n'est pas selon moi le sommet de l'oeuvre. Le sommet c'est l'ARIE avec alto de "Jésus devant Caïphe et Pilate". Donc, quand je termine cette Passion, je me remets cet Arie. Very Happy

Très heureux de cette Passion de James MacMillan.

Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin


Nombre de messages : 15592
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: James MacMILLAN, né en 1959   Ven 16 Nov - 18:29

La première oeuvre de James MacMillan, que je viens d'écouter, c'est son concertino pour trompette et orchestre à cordes intitulé Seraph, une oeuvre de 2010, tout à fait tonale, que j'apprécie, et en particulier le 2ème mouvement, duo entre la trompette et un violon.

On le trouve sur ce CD, en compagnie de Takemitsu (Paths pour trompette solo), le concerto pour trompette de Aroutounian, et celui de Bernd Alois Zimmermann, basé sur le negro spiritual Nobody knows de trouble I see.



Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10073
Age : 52
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: James MacMILLAN, né en 1959   Jeu 13 Nov - 18:17

James MacMillan est un des compositeurs de la seconde moitié du XXème siècle que je connais le mieux. En cette fin d'après-midi, j'ai réécouté Three Interludes from "The Sacrifice" (2007) pour orchestre qui proviennent de son opéra du même nom, et Quickening (1998) pour solistes (contre-ténor, deux ténors et baryton), choeur d'enfants, choeur mixte et orchestre. Même si j'ai bien aimé les Trois Interludes qui s'écoutent selon moi sans le moindre ennui, peut-être parce que MacMillan développe sur environ 14 minutes un style symphonique coloré et intense qui me plait vraiment, c'est Quickening qui a le mieux retenu mon attention. L'oeuvre qui dépasse les 45 minutes est d'abord porteuse de moments de toute beauté, certains avec un choeur d'enfants assez solaire, mais ce qui a principalement retenu mon attention, lors de cette nouvelle approche, c'est un usage pertinent des percussions, leur jeu par rapport aux voix et à l'orchestre, notamment l'une d'entre elles avec une sonorité très métallique et cabossée qui apporte une couleur spéciale à l'oeuvre. C'est un élément sonore qui a contribué à me tenir attentif pendant toute l'écoute. J'ai aimé cette sonorité originale qui m'a presque semblé décalée, autonome, insolite, même si, évidemment, Quickening ne se résume pas qu'à cet élément-là...Heureusement!...
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10073
Age : 52
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: James MacMILLAN, né en 1959   Mer 24 Juin - 9:47

En cette fin d'après-midi, j'ai réécouté Three Interludes from "The Sacrifice" (2007) pour orchestre qui proviennent de son opéra du même nom (...) j'ai bien aimé les Trois Interludes qui s'écoutent selon moi sans le moindre ennui, peut-être parce que MacMillan développe sur environ 14 minutes un style symphonique coloré et intense qui me plait vraiment.

MacMillan est mon "James" à moi, celui qui me fait vibrer pendant des années, depuis la toute première oeuvre Veni Veni Emmanuel pour percussions et orchestre que j'ai découverte de lui...et tellement d'autres depuis! Ces derniers temps, je l'avais un peu délaissé parce que je suis sans aucun doute un mélomane infidèle qui se refuse à tout enfermement...Toutefois, ce fut un total bonheur d'y être revenu par le biais de son opéra The Sacrifice. Je n'en suis qu'au premier acte et c'est déjà une grande charge d'émotion brute. J'ai tellement été pris par la musique, que ce soient les chants - les interprètes transmettent beaucoup de passion; on sent que ça vit, que ça vibre - très intense, très dynamique, très dramatique aussi malgré un aspect festif: tout démarre sur une demande en mariage, un bal, etc... - ou que ce soit toute la partie orchestrale qui, dès le début de l'opéra, a une réelle présence. Elle donne aussitôt le ton, dotée d'une grande expressivité...Lorsque les chanteurs s'effacent, lors de l'Interlude "Passacaglia", et même dans le Chorus qui suit, l'orchestre me captive complètement, happe toute mon attention: A partir de là, je ne suis plus dans le contexte d'une appréciation modérée, mais dans l'émancipation du plaisir pendant l'écoute, au frontière de l'excitation que peut me procurer une musique qui me captive totalement. Il me fut impossible, dans ces conditions, de me concentrer sur la lecture du livret en français; c'est chanté en anglais et il s'agit donc pour moi d'une perception principalement abstraite de ce drame musical. L'argument: L'action se déroule entièrement dans un grand hôtel endommagé par la guerre et situé près de la ligne de combat d'un conflit civil. A bientôt le second acte!
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10073
Age : 52
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: James MacMILLAN, né en 1959   Mer 24 Juin - 17:54

les cinq voix principales de cet opéra (The Sacrifice) sont Lisa Milne et Sarah Tynan; sopranos, Peter Hoare; ténor, Leigh Melrose et Christopher Purves, barytons. La sixième voix importante est sans aucun doute l'orchestre qui prend vraiment l'auditeur par la main pour l'emmener avec lui au sein de l'intrigue. La partie orchestrale, que ce soit dans le premier, second et troisième actes, délivre une force musico-cinématographique assez exceptionnelle, disons plus prégnante dans cet opéra que dans beaucoup d'autres que j'ai écoutés. Quelque-part, dans le second acte, vers le milieu, il y a un passage purement orchestral qui m'a particulièrement captivé: il m'a surtout évoqué un thème d'action dans le style symphonique de Lalo Schifrin pour le cinéma. Si je souligne ce point c'est parce que cette similitude m'a paru suffisamment flagrante pour être envisagée. Maintenant, si on a pu dire, à juste titre, que l'opéra a été une influence et référence pour le musicien de cinéma, l'univers cinématographique...et bien évidemment musico-cinématographique...est aujourd'hui, que ce soit par le grand et surtout petit écran, dans l'esprit de beaucoup de gens. La plupart en est imprégnée sans forcément en avoir toujours conscience, même les compositeurs n'écrivant pas pour le cinéma ou la télévision. Ce n'est pas un reproche et ils vivent dans le même monde que n'importe lequel d'entre nous, du moins lorsqu'ils ne sont pas en retrait de la civilisation moderne. Nous vivons dans un monde où l'image est reine et nous sommes traversés, comme l'avait si bien dit Guillaume Connesson, par toutes formes de musiques, de celles que nous trouvons individuellement magnifiques à celles que nous trouvons insupportables. Alors, pourquoi serait-il incongru de penser que James MacMillan, dans la conception musicale de son opéra, ait pu (partiellement) "subir" l'influence d'une musique de film. Certes, je n'avancerai rien et, de toute façon, peu importe où le compositeur "subit", consciemment ou non, ses influences. C'est ce qu'elles deviennent dans sa musique, lorsqu'elles se transforment en quelque chose d'autre, et James MacMillan se débrouille admirablement bien. Il sait susciter la vibration émotionnelle chez l'auditeur...en tout cas, chez moi, ça fonctionne à merveille: parfois avec les choeurs, très beaux et stylés au cours du troisième acte, une fougue orchestrale pleine de tension, d'une belle efficacité dramatique dans le second acte, notamment celle qui m'a évoqué Schifrin, où juste une trompette solo, plutôt vers la fin du troisième acte, avant le déroulement final, dans un duo très émouvant avec la soprano.

Orchestre et choeur du "Welsh National Opéra", sous la direction d'Anthony Negus.


Dernière édition par Icare le Sam 27 Juin - 9:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10073
Age : 52
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: James MacMILLAN, né en 1959   Ven 26 Juin - 22:29

Icare a écrit:
James MacMillan est un des compositeurs de la seconde moitié du XXème siècle que je connais le mieux. En cette fin d'après-midi, j'ai réécouté Three Interludes from "The Sacrifice" (2007) pour orchestre qui proviennent de son opéra du même nom, et Quickening (1998) pour solistes (contre-ténor, deux ténors et baryton), choeur d'enfants, choeur mixte et orchestre. Même si j'ai bien aimé les Trois Interludes qui s'écoutent selon moi sans le moindre ennui, peut-être parce que MacMillan développe sur environ 14 minutes un style symphonique coloré et intense qui me plait vraiment, c'est Quickening qui a le mieux retenu mon attention. L'oeuvre qui dépasse les 45 minutes est d'abord porteuse de moments de toute beauté, certains avec un choeur d'enfants assez solaire, mais ce qui a principalement retenu mon attention, lors de cette nouvelle approche, c'est un usage pertinent des percussions, leur jeu par rapport aux voix et à l'orchestre, notamment l'une d'entre elles avec une sonorité très métallique et cabossée qui apporte une couleur spéciale à l'oeuvre. C'est un élément sonore qui a contribué à me tenir attentif pendant toute l'écoute. J'ai aimé cette sonorité originale qui m'a presque semblé décalée, autonome, insolite, même si, évidemment, Quickening ne se résume pas qu'à cet élément-là...Heureusement!...

Les Three Interludes from "The Sacrifice" pour orchestre, ce fut surtout le plaisir de réécouter des parties orchestrales que j'avais déjà beaucoup appréciées dans l'opéra du même nom. Je me demande d'ailleurs si je ne les apprécie pas plus encore dans le contexte de l'opéra, qui, comme en témoignent mes deux précédents commentaires, m'a fait une grande impression. Quickening pour solistes (contre-ténor, deux ténors et baryton), choeur d'enfants, choeur mixte et orchestre, est une oeuvre magnifique sur l'éveil, la naissance. Cette musique est traversée de sonorités très originales et magnétiques, des combinaisons sonores attractives et les tambours d'acier, les gongs accordés, les clochettes et l'orgue de chambre y sont pour beaucoup. Ils apportent une physionomie irrésistible à l'ensemble. Pour ma part, Quickening, par ses solistes, ses choeurs mixte et d'enfants, le chant des bois et l'émersion de sonorités grisantes et insolites, fut la naissance exaltée d'une grande émotion renouvelée.
Revenir en haut Aller en bas
laudec



Nombre de messages : 2934
Age : 64
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Re: James MacMILLAN, né en 1959   Sam 27 Juin - 19:22

J'ai écouté Quickening avec un étonnement certain, musique qui ne m'est pas d'emblée acquise, mais j'ai été positivement impressionnée, c'est le genre de musique que j'aurai intérêt à réécouter afin qu'elle m'apprivoise Wink

La voici, sur un texte de Michael Symmons Roberts.
Histoire d'une conception, gestation,enfantement...


https://youtu.be/_MVrD-Y9H08
Revenir en haut Aller en bas
laudec



Nombre de messages : 2934
Age : 64
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Re: James MacMILLAN, né en 1959   Jeu 27 Oct - 19:52

Impressionnantes "Sept dernières Paroles du Christ" de James Mc Millan
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: James MacMILLAN, né en 1959   Aujourd'hui à 3:07

Revenir en haut Aller en bas
 
James MacMILLAN, né en 1959
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: