Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Marcel Landowski (1915-1999)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16030
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Marcel Landowski (1915-1999)   Mer 23 Avr - 9:58

Icare a écrit:


Carton rouge    pour Icare d'avoir aussi longtemps négligé ce grand créateur.

 Ptdr  On ne peut pas être à la fois au four et au moulin, comme on dit  Ptdr 

Je suis dans le même cas : avec toutes mes nouvelles découvertes musicales, je n'écoute plus que très rarement ma trilogie préférée Beethoven-Mozart-Haydn  Laughing 
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10621
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Marcel Landowski (1915-1999)   Mar 24 Juin - 18:32

[quote="joachim"]
Icare a écrit:
... avec toutes mes nouvelles découvertes musicales, je n'écoute plus que très rarement ma trilogie préférée Beethoven-Mozart-Haydn  Laughing 

Bah! Tu n'as qu'à revendre tout ça après tout, ils font partie du passé! Ptdr 

J'ai enfin découvert le Concerto pour violon et orchestre de Marcel Landowski et, sans avoir été subjugué comme je l'ai été avec celui - Les villes invisibles - de Bruno Coulais, j'ai surtout aimé certains passages avec cette impression rassurante de n'être pas complètement entré dedans mais d'avoir beaucoup à redécouvrir lors d'une prochaine écoute. J'ai effleuré une poétique relativement moderne et parsemée d'un doux lyrisme par moment, comme si la musique oscillait souvent entre austérité et un romantisme retenu et extrêmement raffiné. Ce concerto m'a finalement paru très personnel, très "landowskien". Je suis sûr qu'il ne m'a pas encore livré tous ses secrets, toute sa saveur...   
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10621
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Marcel Landowski (1915-1999)   Mar 24 Juin - 22:34


Que ma joie demeure est une très belle pièce pour orchestre à cordes que je ne connaissais pas encore. Il en ira de même avec la Symphonie concertante pour orgue et orchestre bien qu'elle déplie un récit musical plus complexe et alambiqué. Je n'en connais pas énormément des pièces concertantes pour orgue et orchestre, entre celles de Bach bien sûr et celle, par exemple, de Aaron Copland. Comme avec le Concerto pour violon, j'ai l'impression de ne l'avoir qu'effleurée, de n'avoir percé tous ses secrets, d'en avoir saisi toute la beauté, la même impression rassurante que les prochaines approches de cette Symphonie concertante me procureront d'agréables surprises. Ce que je peux déjà dire c'est que j'ai adoré le second mouvement, le jeu réduit et obsessionnel de l'orgue qui passe ensuite aux cordes avec tout ce qui gravite autour. Affaire à suivre!    
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10621
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Marcel Landowski (1915-1999)   Dim 30 Nov - 22:19

Icare a écrit:
J'ai enfin découvert le Concerto pour violon et orchestre de Marcel Landowski et, sans avoir été subjugué comme je l'ai été avec celui - Les villes invisibles - de Bruno Coulais, j'ai surtout aimé certains passages avec cette impression rassurante de n'être pas complètement entré dedans mais d'avoir beaucoup à redécouvrir lors d'une prochaine écoute. J'ai effleuré une poétique relativement moderne et parsemée d'un doux lyrisme par moment, comme si la musique oscillait souvent entre austérité et un romantisme retenu et extrêmement raffiné. Ce concerto m'a finalement paru très personnel, très "landowskien". Je suis sûr qu'il ne m'a pas encore livré tous ses secrets, toute sa saveur...   

A l'époque, j'avais sans doute arbitrairement comparé le Concerto pour violon de Marcel Landowski avec celui de Bruno Coulais pour l'unique raison que je les avais découverts dans la même période, peut-être durant la même journée, parce qu'en réalité, ils sont très différents. Certes le concerto de Landowski ne possède pas les furgurances et les moments mystérieux que j'aime dans Les villes invisibles de Coulais, toutefois, d'un autre côté, il m'est moins bancal et possède une vraie cohérence dans ses développements et rebondissements. Sans être à mon oreille un des meilleurs concertos pour violon jamais écrits, il n'en demeure pas moins très attachant, tant il oscille adroitement entre modernité et tradition.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10621
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Marcel Landowski (1915-1999)   Dim 19 Juil - 10:33

A propos de la quatrième symphonie de Marcel Landowski:

<<Pourquoi en cette fin du vingtième siècle écrire encore une symphonie?>> dit Marcel Landowski, à propos de la Quatrième Symphonie, dédiée à Georges Prètre qui l'a créée le 15 octobre 1988 avec l'Orchestre National de France. Est-ce comme le pensent  ou le disent beaucoup de compositeurs contemporains, une forme désuète? Et le grand orchestre symphonique romantique est-il une formation qu'il faut abandonner en faveur de formations éclatées en formules diverses? Landowski ne le pense pas: <<J'ai choisi cette forme, très librement interprétée, comme un grand poème symphonique en cinq parties, parce qu'elle me paraît être une des plus accomplies et des plus équilibrées. J'ai choisi cette formation parce qu'elle possède, avec dans certains cas des apports nouveaux et vivifiants dûs à la musique électroacoustique, la palette sonore la plus riche et la plus apte, dans le cadre des grandes salles de concert, à rendre intelligible un langage contemporain avec ses possibilités et ses combinaisons inombrables.>>

Il est clair que ses symphonies sont parfaitement intelligibles et on y entre aussi facilement que dans celles d'Arthur Honegger ou d'Henri Dutilleux. Mais, ce n'est là que leur première qualité. Elles sont colorées, passionnantes à suivre dans leurs multiples rebondissements, dans les différentes humeurs qu'elles développent au fil de leurs mouvement, que ce soit dans ses moments les plus violents ou les plus angoissés, les plus extravertis ou les plus retenus. Enfin, lorsque je dis "ses symphonies", je fais allusion aux N°1, 3 & 4 car je ne connais toujours pas les N°2 & 5. En fonction de celles que je commence à bien connaître, je peux dire qu'elles me passionnent quasi autant que celles d'Arthur Honegger, ce qui, venant de moi, n'est pas un moindre aveu quand on sait la grande admiration que je voue au compositeur du Roi David. Cependant, celle que je voue à Marcel Landowski ne s'est pas mal développée au fil des années. Pour en revenir à la Quatrième Symphonie, si je l'aime beaucoup, elle ne détrône pas la Première Jean de la peur qui demeure (provisoirement?) ma préférée, ni même peut-être la Seconde Des Espaces que j'ai réécoutées ce matin et ai déjà une terrible et mystérieuse envie de réécouter à nouveau. Je ne négligerai pas cette envie et vais donc y retourner.

PS: Réécoute des N°1 & 3 et toujours aussi captivé. "Jean de la Peur" est vraiment la symphonie qui me hante le plus. Voilà le verbe adéquat: "hanter". Cette oeuvre, par sa construction très singulière, toute en progression, son caractère obsessionnel, me hante. J'adore cette symphonie!
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16030
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Marcel Landowski (1915-1999)   Lun 20 Juil - 10:41

Pas encore de catalogue ?

On le trouve en pdf sur ce site : http://www.durand-salabert-eschig.com/formcat/actuel/LANDOWSKI_2000.pdf


Les principales :

1940 : Premier concerto pour piano
1944-1948 : Le rire de Niels Halerius.
1949 : Symphonie no 1 « Jean de la Peur ».
1954 : Concerto pour ondes Martenot et orchestre à cordes.
1956 : Le Fou, opéra.
1962 : Opéra de poussière.
1962 : Les notes de nuit.
1963 : Deuxième concerto pour piano
1963 : Symphonie no 2.
1964 : Symphonie no 3 Des Espaces.
1968 : Concerto pour flûte
1973 : Le triomphe du Petit Poucet pour accordéon de concert.
1975-76 : Concerto pour trompette
1977 : Messe de l'Aurore, oratorio sur un poème de Pierre Emmanuel
1979 : Un enfant appelle, composé pour le violoncelliste Mstislav Rostropovitch et sa femme, la soprano Galina Vichnevskaïa.
1982 : L'Horloge, poème symphonique.
1985 : Montségur, opéra.
1987 : La vieille maison, conte musical en 2 actes et 11 tableaux.
1988 : Symphonie no 4, en cinq mouvements
1990 : La Sorcière du placard aux balais, enregistré avec le chœur des enfants du conservatoire de Boulogne-Billancourt.
1991 : Adagio Cantabile pour hautbois, cor anglais, percussion et cordes.
1995 : L'Interrogation, quatuor à cordes.
1998 : Symphonie no 5, Les Lumières de la nuit

et parmi les musiques de film :

1948 La Femme sans passé
1948 Gigi
1948 Sombre dimanche
1948 Premier prix du conservatoire
1949 La Lanterne des morts
1950 Chéri
1950 La Rue sans loi
1951 Mammy
1955 Boulevard du crime
1956 Alerte au deuxième bureau
1959 Minute Papillon
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10621
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Marcel Landowski (1915-1999)   Dim 2 Aoû - 19:06

La Messe de l'Aurore de Marcel Landowski est vraiment une oeuvre merveilleuse qui commence d'ailleurs sur des notes aux ondes Martenot. Elles réapparaissent ci et là et même lors de la fin. Je me demande même si ce n'est pas ce que j'ai entendu en dernier. Il faut dire que je me suis laissé complètement transporté dans son univers, dans cette aurore où le jour s'extirpe lentement de la nuit, où le soleil semble sortir de terre, venue éclairer une face de la lune qui refuse de rejoindre un néant temporaire. Cette Messe est la plus sombre de toutes celles que j'ai écoutées avant elle, plus sombre que la Messe en Si de J. S. Bach, que la Messe de Westminster de Roxanna Panufnik, que la Messe en Mi Majeur de Franz Schubert...Je ne sais pas si tout le monde trouve cette Messe plutôt sombre ou ténébreuse, mais c'est mon cas, c'est ainsi que je la ressens, globalement. En même temps, je la sens bien traversée d'une certaine lumière, une lumière pâle et apaisante, difficile à définir. Elle est un peu comme le ciel rougi de l'aurore. Attention, ce n'est certainement pas un reproche que je lui fais là car je la classe sans la moindre hésitation parmi mes Messes préférées!

 <<La Messe de l'Aurore symbolise l'acte de foi que je fis en son temps en me donnant à la création de l'orchestre. Création qui fut avant tout espérance et qui se réalisa, je crois, grâce à la foi dans la musique et dans les musiciens.>> Marcel Landowski.
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16030
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Marcel Landowski (1915-1999)   Sam 21 Nov - 20:38

Je suis en train de réécouter cette Messe de l'Aurore et les 4 pièces pour trompette et orgue (CD ci dessus). Cette Messe de l'Aurore, d'ailleurs, n'est pas une messe latine mais en fait une sorte de commentaire des paroles de la messe, sur un livret de Pierre Emmanuel.

Elle m'avait bien plu autrefois, mais aujourd'hui je la trouve ennuyeuse Embarassed Je ne suis pas dans un bon jour sans doute...

C'est vrai que juste avant j'avais réécouté (deux fois depuis hier !!) le concerto pour clarinette de Riotte, alors bien sûr Landowski, pour moi, ne l'égale pas... Wink
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10621
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Marcel Landowski (1915-1999)   Sam 21 Nov - 22:21

Je ne connais pas ce concerto pour clarinette de Riotte et je serais curieux de voir s"il me passionnerait plus que la magnifique Messe de L'Aurore de Landowski, encore que la comparaison entre un concerto et une messe me paraît assez saugrenue, mais bon, avec Joachim, il faut s'attendre à tout. Hehe
Bon, j'ai mis en fond ce concerto pour clarinette de Riotte, pour tout dire...Histoire de comparer ce qui est comparable, il n'égale déjà pas celui de Mozart selon moi, et je préfère aussi ceux de Jacques Bondon dans un style plus proche de mes goûts. Sinon, il est bien agréable et élégant, pas trop bavard, encore que, j'aimerais parfois que la musique se pose un peu, ce qui arrive avec le moment lent avec son côté "rêveur". J'aime bien même s"il ne s'en dégage pas une grande émotion au final. Il faut dire que je suis très sensible à la clarinette qui fait partie de mes instruments de prédilection, presque autant que Stadler. En revanche, je n'aime pas trop le troisième mouvement. La beauté de l'instrument n'aura pas suffi. Pour ne pas glisser dans le hors-sujet, je crois que Marcel Landowski n'a pas composé de concertos pour la clarinette. Dommage, car je l'aurais probablement préférée chez lui que chez ce Riotte. Question de style, sans doute. Sinon, la Messe de l'aurore est une oeuvre magnifique que je ne me lasse pas de réécouter. Après, c'est vrai qu'il y a aussi l'humeur du moment qui fait que... L'autre fois, j'ai voulu réécouter une oeuvre classique que j'aime habituellement beaucoup et elle m'a glissé dessus comme une goutte d'eau sur un ciré. Je ne suis même pas allé jusqu'au bout. A quoi bon? Un mois plus tard, je la réécoute et là, elle me touche au coeur. C'est quelque chose qui m'arrive cependant très rarement, peut-être lorsque je suis très fatigué et que je refuse de l'admettre...


Dernière édition par Icare le Dim 22 Nov - 15:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16030
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Marcel Landowski (1915-1999)   Dim 22 Nov - 9:10

Icare a écrit:
Je ne connais pas ce concerto pour clarinette de Griotte et je serais curieux de voir s"il me passionnerait plus que la magnifique Messe de L'Aurore de Landowski, encore que la comparaison entre un concerto et une messe me paraît assez saugrenue, mais bon, avec Joachim, il faut s'attendre à tout. Hehe
Bon, j'ai mis en fond ce concerto pour clarinette de Griotte, pour tout dire...

Pas la peine de se disputer pour des queues de cerise Ptdr
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10621
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Marcel Landowski (1915-1999)   Dim 22 Nov - 15:37

Bah...la musique, ce ne sont pas des queues de cerises et SURTOUT, il ne faut pas voir de dispute là il n'y en a pas. Laughing  Ma réponse était courtoise et même amusée...Le point positif est que ton commentaire m'a donné envie d'écouter ce concerto de Riotte, ce que je n'aurais sans doute pas fait sans cela. Ben oui, si je devais écouter toutes les vidéos postées ici, je passerais tout mon temps de loisir sur internet et n'aurais plus le temps d'écouter mes disques et les musiques que j'ai envie d'écouter et réécouter...Toujours voir le côté positif des choses, mon p'tit Joachim. Very Happy Et si ta stratégie cachée fut d'attirer mon attention sur le Concerto pour clarinette de Riotte, ça a parfaitement fonctionné. Ptdr
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10621
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Marcel Landowski (1915-1999)   Dim 22 Nov - 18:18

joachim a écrit:
Icare a écrit:
Je ne connais pas ce concerto pour clarinette de Griotte et je serais curieux de voir s"il me passionnerait plus que la magnifique Messe de L'Aurore de Landowski, encore que la comparaison entre un concerto et une messe me paraît assez saugrenue, mais bon, avec Joachim, il faut s'attendre à tout. Hehe
Bon, j'ai mis en fond ce concerto pour clarinette de Griotte, pour tout dire...

Pas la peine de se disputer pour des queues de cerise Ptdr

Oups, je n'avais pas capté que ta réaction était une réponse humoristique au fait que j'avais mal orthographié Riette. Embarassed Pendant que j'écoutais Beethoven, ça a fait tilt. Griotte -- cerise. Hehe
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16030
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Marcel Landowski (1915-1999)   Dim 22 Nov - 19:12

Icare a écrit:


Oups, je n'avais pas capté que ta réaction était une réponse humoristique au fait que j'avais mal orthographié Riette. Embarassed Pendant que j'écoutais Beethoven, ça a fait tilt. Griotte -- cerise. Hehe

Et c'est toujours mal orthographié Ptdr

Il me semblait bien que tu n'avais pas saisi ma plaisanterie Griotte = Cerise  Wink
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16030
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Marcel Landowski (1915-1999)   Sam 6 Fév - 20:08

Icare a écrit:

J'aime beaucoup les deux que tu cites mais avec une préférence pour la première.  Very Happy  En revanche, j'ignorais qu'il en avait écrit une cinquième dont le titre me plait beaucoup...les lumières de la nuit....peut-être une musique clair-obscure...

J'y ai mis le temps, depuis 2011, mais la voici Mains

https://www.youtube.com/watch?v=fNuMDNoLRwA



Perso, je n'apprécie que très moyennement... En somme, pour les symphonies de Landowski, je n'aime bien que les deux premières, et les trois autres, disons que je les supporte tout juste (néanmoins, pour la 5, j'aime assez les dernières minutes, très calmes).
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Marcel Landowski (1915-1999)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Marcel Landowski (1915-1999)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: