Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Erich Wolfgang Korngold (1897-1957)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Snoopy
Admin
avatar

Nombre de messages : 21016
Age : 43
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Erich Wolfgang Korngold (1897-1957)   Sam 4 Nov - 11:06

Erich Wolfgang Korngold était un compositeur autrichien. Il est né à Brno, Autriche-Hongrie le 29 mai 1897, a été naturalisé américain en 1943. Il est mort à Los Angeles le 29 novembre 1957.

Souvent comparé à Mozart lui-même, il est considéré comme l'un des enfants-prodiges les plus doués de l'histoire de la musique. Lorsqu'il avait 13 ans, le public a pu découvrir son œuvre à l'occasion de la production de son ballet en deux actes Der Schneemann à l'opéra de Vienne. Il est surtout connu pour son opéra La Ville morte (1921) adapté du roman symbolique Bruges-la-Morte de Rodenbach, son Concerto pour violon et ses partitions de musique de films avec Errol Flynn : Les Aventures de Robin des bois, La vie privée d'Élisabeth d'Angleterre ou L'Aigle des mers. Fils du critique musical Julius Korngold, élève de Fuchs, Zemlinsky et Grädener à Vienne, enfant prodige il compose à l'âge de 12 ans un trio avec piano et une pantomine Der Schneemann qui est orchestrée par son professeur Zemlinsky et créée à l'Opéra de la cour de Vienne (1910). Sa Sinfonietta est jouée par Felix Weingartner et l'Orchestre Philharmonique de Vienne en 1913.

Le triomphe remporté en 1920 à Hambourg où il était devenu chef d'orchestre, par son opéra Die tote Stadt, ouvrage repris dans de nombreux théâtres lyriques du monde entier, marque le sommet de sa carrière. En 1929, il aborde une collaboration fructueuse avec le célèbre metteur en scène Max Reinhardt.

En 1934 il se rend à Hollywood pour arranger la musique de Mendelssohn pour le film de Reinhardt Le Songe d'une nuit d'été, il revient de façon intermittente en Europe où il enseigne à l'Académie de musique de Vienne (1930-34), avant de s'installer à Hollywood où il compose de la musique de film pour la firme Warner Brothers. Il dirige des opérettes à New-York en 1942 et 1944, adopte la nationalité américaine en 1943, et partage son temps après 1945 entre l'Europe et les Etats-Unis.

La musique de Korngold représente le dernier souffle de l'esprit romantique viennois, elle convient merveilleusement au style mélodique, rythmique et harmonique de la modernité du XX ème siècle naissant. Mais après les premiers élans enthousiastes, son étoile s'est évanouie et ses ouvrages ont quitté le répertoire ; paradoxalement, ses partitions cinématographiques, sous forme de suites d'orchestres, ont suscité un regain d'intérêt longtemps après sa mort, particulièrement en disque et dans une jeunesse musicale américaine dépourvue de préjugés, qui a trouvé dans la musique de Korngold, l'étoffe de ses propres rêves.


Dernière édition par le Sam 4 Nov - 11:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16724
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Erich Wolfgang Korngold (1897-1957)   Sam 4 Nov - 11:40

Un génie précoce de la musique, c'est vrai. Il faut écouter sa Sinfonietta (qui contrairement à son nom est une symphonie pour grand orchestre), qu'il a composée à 14/15 ans !
On a l'impression que, contrairement à Mozart, sa musique de compositeur adulte n'a pas tenu ses promesses...
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16724
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Erich Wolfgang Korngold (1897-1957)   Mar 23 Oct - 12:30

Catalogue des oeuvres :

Orchestral and vocal works

Der Schneemann (a Pantomime). Composed and first performed 1910
Schauspiel-Ouvertüre (Overture to a Play), Op.4, composed and first performed 1911)
Sinfonietta, Op.5, (composed 1912, orchestrated and first performed 1913)
Der Sturm (The Tempest) for chorus and orchestra, after Heinrich Heine, composed 1913
Kaiserin Zita-Hymne for solo voice, choir and piano / orchestra, composed 1917
Military March in B major, composed 1917
Much Ado About Nothing, Op.11, (Incidental Music to the play by Shakespeare 1918-1919. First performed 1920
Sursum Corda. Op.13, (Symphonic Overture, composed 1919, first performed 1920
Piano Concerto in C Sharp for the left hand alone, Op.17, (composed 1923; first performed 1924)
Baby Serenade, Op.24, composed 1928-1929, first performed 1932
Tomorrow, Op.33, tone poem for mezzo-soprano, women's choir and orchestra, for the movie The Constant Nymph. First performed in concert 1944
Violin Concerto, Op.35, (composed 1945; first performed 1947)
Cello Concerto in C major, Op.37,(1946, expanded from a work written for the 1946 film Deception)
Symphonic Serenade in B flat major for string orchestra 1947-1948; First performed 1950
Symphony in F sharp major, Op.40 (composed 1947–1952; first performed 1954)
Theme and Variations, Op.42 (composed and first performed 1953)
Straussiana, for orchestra, (composed and first performed 1953)

Songs

So Gott und Papa will (If God and daddy agree), Op.5, composed 1911
Einfache Lieder (Simple Songs), Op.9, composed 1911-1913
Lieder des Abschieds (Songs of Farewell), Op.14, (composed 1920; first performed 1921; orchestral version first performed 1923)
Drei Lieder (Three Songs), Op.18, composed 1924, first performed 1926
Drei Lieder (Three Songs), Op.22, composed 1928-1929, first performend 1930
Narrenlieder (Songs of the Clown), Op.29, from Twelfth Night by Shakespeare, composed 1937,first performed 1941
Vier Shakespeare-Lieder (Four Shakespeare-Songs), Op.31, composed 1937-1941, first performed 1941
Fünf Lieder (Five Songs}, Op.38, composed 1948, first performed 1950
Sonett für Wien (Sonnet for Vienna), Op.41, composed 1953, first performed 1954

Spiritual Music

A Passover Psalm, Op.30, hymn for solo voice, chorus, and orchestra. Composed and first performed 1941
Prayer, Op.32, for tenor, women's choir, and organ. Composed and first performed 1941


Piano music and Chamber works

Piano Sonata No. 1 in D minor with concluding passacaglia, (composed 1908; first performed 1908–9)
Don Quixote. Six characteric pieces for piano, composed 1909
Was der Wald erzählt (What the Forest tells). Suite for piano, composed 1909
Piano Sonata No. 2 in E major, Op.2, in four movements (composed 1910; first performed 1911)
Sieben Märchenbilder (Seven Fairy-Tale Pictures, Op.3, for piano, composed 1910, first performance 1912
Vier kleine fröhliche Walzer (Four little cheerful Waltzes), composed 1912
Vier kleine Karikaturen für Kinderr (Four little caricatures for children), composed 1926
Geschichten vom Strauß (Tales from Strauss), Op.21, for piano solo, composed 1927
Suite for 2 violins, cello & piano left hand, Op.23, composed 1930; first performed 1930
Piano Sonata No. 3 in C major, Op.25 (composed 1931; first performed 1932) ([1])
Piano Trio in D major, Op.1 (composed and first performed 1910)
Violin Sonata in G major, Op.6 (composed 1912; first performed 1916)
String Sextet in D major, Op.10 (first performed 1917)
Quintet for two violins, viola, violoncello and piano in E Major, Op.15 (composed 1920–21; first performed 1923)
String Quartet No.1 in A major, Op.16 (composed 1923; first performed 1924)
String Quartet No.2 in E-flat major, Op.26 (composed 1933; first performed 1934)
String Quartet No.3 in D major, Op.34 (composed 1945; first performed 1946)
Romance-Impromptu for cello and piano. Composed for the film Deception (but not used) 1948

Operas

Der Ring des Polykrates, Op.7 (1916)
Violanta, Op.8 (1916)
Die Tote Stadt, Op.12 (1920)
Das Wunder der Heliane, Op.20 (1927)
Die Kathrin, Op.28 (1939)
Die stumme Serenade, Op.36 (musical comedy) (1954)


Arrangements for operettas

Eine Nacht in Venedig (A Night in Venice), Johann Strauß II, (1923)
Cagliostro in Wien (Cagliostro in Vienna), Johann Strauß II, (1927)
Rosen aus Florida (Roses from Florida), Leo Fall, (1929)
Die Fledermaus (The Bat), Johann Strauß II, (1929)
Walzer aus Wien (Waltzes from Vienna), Family Strauß, (1930)
Die schöne Helena (The Beautiful Helena), Jacques Offenbach, (1931)
Das Lied der Liebe (The Song of Love), Johann Strauß II, (1931)
Die geschiedene Frau (The divorced Woman), Leo Fall,(1933)
Rosalinda (= Die Fledermaus), Johann Strauß II, (1942)
Helen Goes to Troy (=La belle Hélène) Jacques Offenbach 1944
The Great Waltz (= Walzer aus Wien), Johann Strauß II,(1949)


Film soundtracks

A Midsummer Night's Dream (1935) (after Mendelssohn)
Captain Blood (1935)
Give Us This Night (1936)
Hearts Divided (1936)
The Green Pastures (1936)
Anthony Adverse (1936)
The Prince And The Pauper (1937)
Another Dawn (1937)
The Adventures of Robin Hood (1938)
Juarez (1939)
The Private Lives of Elizabeth and Essex (1939)
The Sea Hawk (1940)
The Sea Wolf (1941)
King's Row (1942)
The Constant Nymph (1943)
Between Two Worlds (1944)
Devotion (1946)
Of Human Bondage (1946)
Deception (1946)
Escape Me Never (1947)
The Magic Fire (1956) (after Wagner)
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
avatar

Nombre de messages : 21016
Age : 43
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: Erich Wolfgang Korngold (1897-1957)   Mar 23 Oct - 13:00

Joachim, spécialiste des catalogues. Merci Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
felyrops

avatar

Nombre de messages : 1446
Age : 71
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: Erich Wolfgang Korngold (1897-1957)   Mar 23 Oct - 13:22

J'aime beaucoup son opéra en un acte Violanta de 1916, qui a été enregistré en 1980 par CBS. (Walter Berry, Eva Marton, Siegfried Jerusalem, avec l'Orchestre Radio de Munich).
On pourrait dire que c'est le premier opéra vériste en allemand. Son grand succès a encore été dépassé par celui de "Die tote Stadt" (1920).
Revenir en haut Aller en bas
OSS 1970

avatar

Nombre de messages : 234
Age : 56
Date d'inscription : 17/06/2007

MessageSujet: Re: Erich Wolfgang Korngold (1897-1957)   Mar 23 Oct - 14:09




J'ai cette trés belle version de son concerto pour violon par Gil Shaham.
Meme si j'écoute plus souvent celui de Barber sur ce CD.
Enregistrement en 4 D somptueux.

Je crois malgré tout que c'est avant tout un grand compositeur de musiques de films
Revenir en haut Aller en bas
http://ctifanblog.blogspot.com/
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16724
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Erich Wolfgang Korngold (1897-1957)   Mar 23 Oct - 17:18

OSS 1970 a écrit:

J'ai cette trés belle version de son concerto pour violon par Gil Shaham.

Je crois malgré tout que c'est avant tout un grand compositeur de musiques de films

Dans la deuxième partie de sa vie, surtout (d'ailleurs les concertos pour violon et pour violoncelle sont des adaptations de musiques de film).

Mais il faut écouter ses premières oeuvres, c'était aussi un compositeur de musique "sérieuse" de génie : le ballet Der Schniemann, la Schauspiel Ouverture, la Sinfonietta, le quintette avec piano, sans compter les opéras Violanta et Die Toten Stadt
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Erich Wolfgang Korngold (1897-1957)   Jeu 25 Oct - 16:51

Je connais surtout ses musiques de film ainsi que quelqu'unes de ses mélodies. Très bien écrit et brillant mais ça manque parfois un peu d'originalité à mon humble avis (beaucoup de dettes envers Strauss, Mahler, etc...), pas vraiment ma tasse de thé pour le moment mais à creuser bien évidemment.
Revenir en haut Aller en bas
Hector Berlioz

avatar

Nombre de messages : 1705
Age : 35
Date d'inscription : 14/08/2006

MessageSujet: Re: Erich Wolfgang Korngold (1897-1957)   Jeu 12 Nov - 19:06

Je viens d'écouter son concerto pour violon et il est très beau.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.violoniste-en-herbe.com/
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16724
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Erich Wolfgang Korngold (1897-1957)   Ven 13 Nov - 19:26

Hector Berlioz a écrit:
Je viens d'écouter son concerto pour violon et il est très beau.

J'aime bien aussi. Essaie de mettre la main sur sa sinfonietta, tu m'en diras des nouvelles !
Revenir en haut Aller en bas
Hector Berlioz

avatar

Nombre de messages : 1705
Age : 35
Date d'inscription : 14/08/2006

MessageSujet: Re: Erich Wolfgang Korngold (1897-1957)   Ven 13 Nov - 19:46

Merci, je vais tâcher de trouver ça.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.violoniste-en-herbe.com/
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16724
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Erich Wolfgang Korngold (1897-1957)   Sam 26 Déc - 19:55

Je viens d'écouter Die tote Stadt (la ville morte), le CD RCA dirigé par Erich Leinsdorf. C'est la première oeuvre lyrique de Korngold que j'entends (en intégralité), mes découvertes jusqu'à présent s'étant limitées aux oeuvres instrumentales à l'exception de quelques lieder.

Le livret est du compositeur et de son père, d'après une nouvelle de Rodenbach, un poète belge.

La ville morte, c'est Bruges, du moins pour le héros, Paul, inconsolable après la mort de sa femme Marie dont il conserve pieusement les reliques, objets (sa chevelure!), photos et surtout un grand tableau qui la représente. Et voici qu'il aperçoit une danseuse, Marietta, qui est le portrait craché de la défunte Marie. Paul l'invite chez lui, et quand Marietta aperçoit le tableau, elle prétexte une répétition d'opéra (elle joue Hélène dans Robert le Diable de Meyerbeer) pour se sauver.

C'est ici, à la fin du premier acte, que commence la vision de Paul : Marie descend du tableau...puis se transforme en Marietta en train de danser pour lui. Le deuxième acte, plein de péripéties qu'il serait trop long de détailler est entièrement consacré à sa vision : Marietta est une garce qui ne cesse de se moquer de lui, puis quand, au 3ème acte, Marietta trouve la chevelure de Marie et la met autour de son cou, Paul l'étrangle avec la tresse... La fin de l'opéra voit Paul revenir à lui, tout n'a été qu'un rêve, Marietta n'est jamais revenue chez lui, la tresse est dans son tiroir...Paul fait le sernent de quitter Bruges-la-morte pour s'éloigner de la mort.

Un opéra qui n'a rien de contemporain, bien qu'il soit du 20ème siècle (1920, Korngold avait 23 ans). Je pense qu'il subit l'influence de Richard Strauss, avec une touche évidente de Puccini. En tout cas, je ne regrette pas cette découverte.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Die Stumme Serenade   Lun 28 Nov - 12:07

Bonjour,

Avec la parution récente de la "Comédie Musicale" Die Stumme Serenade (1946-1950) de E.W. Korngold chez CPO (2 CDs 777485-2), la totalté des oeuvres publiées de ce compositeur viennois est maintenant disponible en CD.
Des extraits importants sont disponibles sur Youtube.

Il faut cependant regretter l'absence de traduction du livret (qui curieusement a été écrit en anglais à l'origine, puis traduit en allemand. Korngold espérait secrètement faire jouer son oeuvre à Broadway)

La discographie complète est disponible sur ma page dédiée à ce compositeur

Die Stumme Serenade avait été publiée sur 2 CDs dans une version enregistrée à la Radio de Vienne le 26 mars 1951 sur le label Cantus Classics Ref. 5.01371. (Choeur et Orchestre de la Radio de Vienne, dirigés par le compositeur depuis le piano)

Le catalogue des oeuvres a été donné sur un précédent post.

On peut y rajouter des oeuvres non publiées

Oeuvres de jeunesse pour Piano (avant 1908)
Character study pour orchestre (1911)
Fugue pour quatuor à cordes (1912)
Der innere Scharm, Lied pour voix et piano (1914)
Ausser (1915)
Im Marschtempo (1915)
Österreichischer Soldatenabschied (1915) - Austrian Soldier song of farewell pour voix et piano
Kaiserin Zita Hymne pour voix, choeur et piano - (1916, Baroness Hedda von Skoda) Version pour orchestra perdue
Der Vampir pour orchestre de chambre et orgue (1922)
Quinquaginta – Fesch (1922)

Les arrangements d'opérettes sont pour la plupart inédites.

Je vous conseille le livre (en anglais) de Brendan G. Carroll : "The Last Prodigy".
C'est le président de la "Korngold International Society"

Claude Torres
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11547
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Erich Wolfgang Korngold (1897-1957)   Lun 28 Nov - 16:08

De ce compositeur, je connais un peu de sa musique de film mais j'y suis hermétique, et la totalité de ses oeuvres pour violon et piano. Je les ai achetées aveuglément chez CPO sous les conseils d'un amateur du compositeur, sûr de ma bonne affaire...je n'ai pu aller jusqu'au bout non parce que c'est déplaisant mais parce que pour l'instant cette musique pourtant tonale a glissé sur moi comme une goutte d'eau sur un ciré. Rolling Eyes Peut-être parce que tout m'a paru sur le même ton, dans la même humeur, je n'ai pas été ébloui par des thèmes marquants ou des mélodies plus accrocheuses, ni par un jeu exceptionnel des deux instrumentistes. Peut-être pas suffisamment ludique et recherché à mon goût. Je leur donnerai toutefois une seconde chance, sans doute ce soir. Je verrai bien.
Revenir en haut Aller en bas
Jean

avatar

Nombre de messages : 6652
Age : 74
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Erich Wolfgang Korngold (1897-1957)   Lun 28 Nov - 17:38

je n'ai de lui que son concerto pour violon (faudrait que je réécoute: sans me laisser un souvenir impérissable, il me semble l'avoir apprécié)...et son (ou un?) concerto pour piano couplé avec un de Jospeh Marx...(un cd que j'avais complètement ...oublié Embarassed ): une occas de le remettre sur la platine!!
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16724
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Erich Wolfgang Korngold (1897-1957)   Lun 28 Nov - 19:50

Icare a écrit:
De ce compositeur, je connais un peu de sa musique de film mais j'y suis hermétique, et la totalité de ses oeuvres pour violon et piano.

Ses oeuvres pour violon et piano, sauf erreur, se limitent à la sonate opus 6. Il est vrai qu'elle est de taille : 34 minutes ; trop longue, ce n'est pas effectivement ce qu'il a écrit de mieux, et pourtant c'est une oeuvre de jeunesse.


claudeyaacov a écrit:
Sa vraie musique est celle qu'il a écrite à Vienne avant son exil. A Hollywood c'était souvent alimentaire (parfois génial), A son retour à Vienne, il n'était plus dans le coup.

Tout à fait d'accord : c'est dans sa jeunesse qu'il écrit ses plus beaux chef-d'oeuvres : Sextuor à cordes op 10, Sinfonietta op 5, Schauspiel ouverture op 4, Der Schniemann, la Suite de Viel Lärmen um Nichts op 11, le Quintette op 15 et les opéras Violanta op 8 et Die Tote Stadt op 12. Néanmoins je n'aime pas trop ses oeuvres pour piano, même de jeunesse (les deux premières sonates).

Parmi les oeuvres de maturité, j'aime assez la Symphonie en fa dièse op 40 et le court Thème et Variations op 42.

Merci, Claude, pour avoir complété le catalogue Mains
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11547
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Erich Wolfgang Korngold (1897-1957)   Mar 29 Nov - 19:08


Nouvelle tentative avec la Sonate Opus 6 mais rien n'y fait, c'est un style auquel je n'accroche pas du tout. Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16724
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Erich Wolfgang Korngold (1897-1957)   Mer 30 Nov - 12:19

Oui, mais encore une fois, ce n'est pas le meilleur exemple Wink

Si tu as l'occasion, essaie la sinfonietta...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Korngold...   Dim 5 Aoû - 21:06


Tout comme Gershwin, une grande partie de son œuvre a été destinée à la musique dite populaire, lui les films, Gershwin les comédies musicales... Shostakovich a eu la même initiative et ils ont eu le même résultats tous les trois, de l'argent!

J'aime beaucoup sa musique, notamment, ses opéras... Celui que j'aime le plus, le plus long,

Das wunder der Heliane

http://www.youtube.com/watch?v=H2x5NgtGSx4&feature=youtube_gdata_player

Violanta est très beau aussi... Le truc de Polycrates... Pas très réussi à mon humble avis...son concerto pour violon est de toute beauté. Beaucoup de bonnes choses y compris la musique de films.

Martin
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11547
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Erich Wolfgang Korngold (1897-1957)   Jeu 9 Aoû - 13:38

Icare a écrit:
De ce compositeur, je connais un peu de sa musique de film mais j'y suis hermétique, et la totalité de ses oeuvres pour violon et piano. Je les ai achetées aveuglément chez CPO sous les conseils d'un amateur du compositeur, sûr de ma bonne affaire...je n'ai pu aller jusqu'au bout non parce que c'est déplaisant mais parce que pour l'instant cette musique pourtant tonale a glissé sur moi comme une goutte d'eau sur un ciré. Rolling Eyes Peut-être parce que tout m'a paru sur le même ton, dans la même humeur, je n'ai pas été ébloui par des thèmes marquants ou des mélodies plus accrocheuses, ni par un jeu exceptionnel des deux instrumentistes. Peut-être pas suffisamment ludique et recherché à mon goût. Je leur donnerai toutefois une seconde chance, sans doute ce soir. Je verrai bien.

J'ai l'impression que la magie "Korngold" a fini par transpercé l'enveloppe de scepticisme que j'entretenais à son égard si j'en crois l'émotion vécue à l'écoute de sa SYMPHONY IN F SHARP OP.40 et son VIOLIN CONCERTO IN D MAJOR OP. 35, le tout sous la direction inspirée de ANDRE PREVIN et avec ANNE-SOPHIE MUTTER au violon.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Que c'est beau!   Lun 13 Aoû - 6:40







Martin
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Das wunder...   Lun 10 Sep - 5:52








M.P
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11547
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Erich Wolfgang Korngold (1897-1957)   Ven 31 Mai - 22:53

joachim a écrit:
Icare a écrit:
De ce compositeur, je connais un peu de sa musique de film mais j'y suis hermétique, et la totalité de ses oeuvres pour violon et piano.

Ses oeuvres pour violon et piano, sauf erreur, se limitent à la sonate opus 6. Il est vrai qu'elle est de taille : 34 minutes ; trop longue, ce n'est pas effectivement ce qu'il a écrit de mieux, et pourtant c'est une oeuvre de jeunesse.

J'avais omis de préciser que sur le cd CPO que j'ai en ma possession la fameuse Sonate pour violon et piano op.6 est couplée avec six autres pièces pour violon et piano du compositeur plus ou moins courtes, la plus longue faisant 13'38 alors que la plus courte n'atteint pas 2'30. Voici les titres:

__Tanzlied des Pierot tiré de "Die tole Stadt" op.12

__Mariettas Lied Zur Laute tiré de "Die tole Stadt" op.12

__Caprice Fantastique

__Sérénade tirée du Ballet pantomime "Der Scheemann"

__Gesang der Heliane tiré de "Das Wunder der Heliane"

__Much ado about nothing op.11

Pour le moment, je n'ai réécouté que la SONATE OP. 6 qui dure déjà 38 minutes 16 à l'occasion d'un cycle très spécial que j'ai programmé "Le cycle des mal-aimés". Il réunit des compositeurs et des oeuvres qui m'ont soit laissé dubitatif, soit que je n'ai pas aimé du tout jusqu'à aujourd'hui, après une ou plusieurs écoutes, dispersées parfois sur un grand nombre d'années. Ce cycle contient donc des oeuvres de XENAKIS, de BERNARD REICHEL, des symphonies de HAYDN, une de LIONEL STOLERU, des oeuvres de CLAUDE LEDOUX, une de STOCKHAUSEN, de LUIGI NONO, Atmosphères et Lontano de LIGETI, un opéra de JUAN TRIGOS...Le cycle s'ouvrant donc sur les pièces pour violon et piano de KORNGOLD...un cycle presque maso diront certains...Hehe

Ce que je peux dire de cette SONATE OP.6 qui m'avait jusqu'ici laissé circonspect, c'est que j'ai quand même bien fait de la réécouter. Je ne dirai pas que je suis passé du mode Sleep au mode mais cette nouvelle approche m'a permis d'y découvrir une musique plus charmante et subtile que je le pensais. Bien qu'inégale et sans doute un peu trop longue, j'ai retenu certains passages assez beaux et intéressants, suffisamment pour que ce cd réintègre ma collection. Very Happy

Demain, j'écouterai les morceaux sus-mentionnés qui constituent la seconde partie du cd. L'erreur des écoutes précédentes était probablement d'avoir voulu écouter le cd de 72 minutes d'une traite. Couper la poire en deux me parut plus judicieux.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11547
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Erich Wolfgang Korngold (1897-1957)   Sam 1 Juin - 16:50

Citation :
Demain, j'écouterai les morceaux sus-mentionnés qui constituent la seconde partie du cd.

C'est chose faite et je peux dire que je suis allé au bout sans trop d'ennui. La plupart des pistes furent finalement assez agréables et plaisantes. Ce qui, en revanche, m'étonne c'est qu'une pièce aussi ludique et jubilatoire que le Caprice Fantastique ait pu échapper à ma vigilance. Ce morceau-là je l'ai vraiment adoré! Comme quoi j'ai vraiment bien fait de réécouter ce cd qui va vite trouver sa petite place parmi ma collection.
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16724
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Erich Wolfgang Korngold (1897-1957)   Sam 1 Juin - 17:12

Icare a écrit:
Citation :
Demain, j'écouterai les morceaux sus-mentionnés qui constituent la seconde partie du cd.

C'est chose faite et je peux dire que je suis allé au bout sans trop d'ennui. La plupart des pistes furent finalement assez agréables et plaisantes. Ce qui, en revanche, m'étonne c'est qu'une pièce aussi ludique et jubilatoire que le Caprice Fantastique ait pu échapper à ma vigilance. Ce morceau-là je l'ai vraiment adoré! Comme quoi j'ai vraiment bien fait de réécouter ce cd qui va vite trouver sa petite place parmi ma collection.

Comme quoi il ne faut jamais dire jamais Hehe Alors, quand te mets tu à Haydn et ses symphonies et quatuors avec leurs superbes menuets
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Erich Wolfgang Korngold (1897-1957)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Erich Wolfgang Korngold (1897-1957)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: