Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Guillaume Bouzignac (1587? - 1643?)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 15976
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Guillaume Bouzignac (1587? - 1643?)   Dim 17 Oct - 15:33

Guillaume Bouzignac est un compositeur français né vers la fin du XVIème siècle en Languedoc (1587 ?), et mort après 1643, et dont on connaît peu la biographie.

On sait qu'il était enfant de choeur à la cathédrale de Narbonne, dont il quitte la maîtrise à l'âge de 17 ans. En 1609, il dirige la maîtrise des enfants de la cathédrale de Grenoble. Il a eu probablement les mêmes fonctions à Bourges (1624) Rodez et à Tours(1641) et enfin Clermont-Ferrand (1643), où l'on perd sa trace. Au début des années 1630, il avait été au service du juge-prévôt d'Angoulême, G. de la Charlonye, qu'il a quitté en 1634. Il a aussi servi Henry, duc de Montmorency et gouverneur de Languedoc (1628 ?).

En 1628, il compose des motets pour célébrer la chute de La Rochelle. Très estimé de son temps (par Mersenne en 1636, Gantez en 1643, Le Clerc après sa mort), aucune de ses oeuvres n'a été éditée, et on n'en connaît que deux manuscrits, à Tours et à Paris.


Oeuvres :

3 Messes : à 2, 5 et 7 voix
environ 120 Motets, Psaumes et Hymnes, de 4 à 9 voix.
4 Chansons françaises
Revenir en haut Aller en bas
laudec

avatar

Nombre de messages : 3122
Age : 64
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Re: Guillaume Bouzignac (1587? - 1643?)   Lun 22 Fév - 22:52

Depuis 2010, il me semble que les documents concernant Guillaume Bouzignac sont devenus plus nombreux.  Je vous livre ce que j'ai découvert ci et là :
Une réponse de la Bibliothèque musicale de genbève , très intéressante et tirée de la thèse de Martial Leroux qu'il a consacré au sujet : "Guillaume Bouzignac, vers 1587 - vers 1643 : l'énigme musicale du XVIIe siècle français"http://data.rero.ch/01-R003635099.
ICI

de Pierre-Paul LACAS ( Encyclopædia Universalis)

"Compositeur français, d'origine languedocienne. Le style très original de Bouzignac en fait l'un des plus remarquables musiciens de l'école française du début du xviie siècle. Il est, notamment, l'un des précurseurs de Marc-Antoine Charpentier pour l'introduction de l'oratorio en France. Par son écriture, où l'influence italienne se fait nettement sentir, il diffère profondément de ses contemporains français du Nord. On sait peu de chose de sa vie. À l'âge de dix-sept ans, il abandonne la maîtrise de la cathédrale de Narbonne ; on le retrouve maître de musique à la cathédrale de Grenoble (1609) et au service du juge-prévôt d'Angoulême, G. de La Charlonye, jusqu'en 1634 environ. Il est possible qu'il ait dirigé la maîtrise de Rodez et celle de Tours. Il fut aussi au service du gouverneur de Languedoc, Henri, duc de Montmorency, lequel avait des musiciens italiens attachés à sa cour. De son vivant, aucune de ses œuvres ne fut probablement éditée ; elles sont cependant nombreuses, et furent suffisamment connues pour que Mersenne (1636) et dom J. Le Clerc (après la mort de Charpentier) en fassent l'éloge, ainsi qu'Annibal Gantez dans son célèbre ouvrage, L'Entretien des musiciens (1643).

On doit à Bouzignac, outre trois messes (à deux, cinq et sept voix), des lamentations, et surtout des psaumes, des hymnes et des motets. Il écrit souvent à deux chœurs, comme Nicolas Formé, le musicien de Louis XIII, ou plutôt à la manière de Juan Cererols (1618-1676), à moins qu'on ne puisse imaginer au contraire que l'influence va du catalan français au catalan espagnol. Dans ces compositions, de quatre à neuf voix, il confère un élément dramatique à sa musique, par l'emploi du solo ou du groupe de solistes alternant avec les chœurs, ouvrant la voie au grand motet à la française d'Henry Du Mont. Son motet O flamma divini amoris, à six voix, pour le temps de la Passion, ainsi que les dialogues spirituels, tels La Trahison de Judas et Stella refulget (motet pour l'Épiphanie) sont proches des oratorios dramatiques de Carissimi, contemporains ou légèrement postérieurs ; ils ne le leur cèdent en rien quant à l'intensité expressive, à la disposition originale des voix et à leur efficacité dramatique (audaces harmoniques et mélodiques : intervalles diminués, par exemple). On pourrait même évoquer à leur endroit Marenzio, Vecchi ou Gesualdo.
"


Beaucoup d’œuvres anonymes sont en passe de lui être attribuées, voir le travail de Jean Duron du Centre de musique baroque de Versailles à ce sujet.

On trouve aussi quelques œuvres interprétées par les "Arts Florissants " via YT comme ce "Dum silencium"


https://youtu.be/wttiiyC1aqs

Son Te Deum
https://youtu.be/-A8RS5-ASSI

Un chœur de contrepoint :
https://youtu.be/MaDPUBVvwy8

Son Ave Maria
https://youtu.be/5-G54eD_a_c
Revenir en haut Aller en bas
 
Guillaume Bouzignac (1587? - 1643?)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: