Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -30%
Maillot de Football de l’Équipe de France
Voir le deal
63 €

 

  Einar ENGLUND (1916-1999)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15416
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

 Einar ENGLUND (1916-1999) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Einar ENGLUND (1916-1999)    Einar ENGLUND (1916-1999) - Page 2 Empty2014-11-23, 23:08

Sa symphonie n°2 est magnifique de couleurs et n'a absolument rien de morne, bien au contraire. Ce n'est pas du tout ma perception de cette musique ou alors on ne parle pas de la même ni du même compositeur. Son concerto pour piano n°2 c'est encore autre chose de très différent mais j'en garde un beau souvenir. Je me souviens d'un moment très poétique. Pour ce qui est de son Concerto pour violon, c'est sans doute ce qu'il a composé de moins intéressant (à mon avis) par rapport à certaines de ses autres compositions qui n'ont décidément rien d'aride. Décidément, mon brave Claude, nous ne sommes pas du tout dans la même perception des caractères musicaux, ce qui est aride à ton oreille est généreux aux miennes, et ce qui est suffisamment lyrique pour moi ne l'est pas encore assez pour toi... mais comme ont dit en général, il faut de tout pour faire un monde et ne dit-on pas aussi que tous les goût sont dans la nature. Hehe Quant aux effets "bizarres" de la seconde symphonie, pour reprendre ton expression, ils créent justement une véritable couleur instrumentale. Difficile de le nier.  Et la seule chaleur qui m'intéresse en musique c'est la chaleur de l'émotion qu'elle me procure, peut-elle être lyrique ou austère. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15416
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

 Einar ENGLUND (1916-1999) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Einar ENGLUND (1916-1999)    Einar ENGLUND (1916-1999) - Page 2 Empty2015-05-24, 23:13

Je ne sais pas si c'est une idée que je me fais mais pratiquement toutes les oeuvres que j'ai écoutées, peu importe le compositeur, qu'il soit américain, français, suisse, allemand, brésilien ou finlandais, et qui ont un rapport avec la seconde guerre mondiale, soit parce qu'elles ont été écrites durant cette période, entre 1939 et 1945, ou parce qu'elles se réfèrent à un évènement rattaché à cette période, me touchent profondément. Je pense à des symphonies, fussent-elles écrites par Arthur Honegger, Benjamin Lees ou Heitor Villa-Lobos ou encore la Symphonie n°1 - War (1946) d'Einar Englund par le "Turku Philharmonic Orchestra" sous la direction de Pertti Pekkanen, que je viens de réécouter ce soir. En fait, je me suis fait plaisir car cette symphonie m'a toujours passionné depuis la première fois que je l'ai écoutée, puis, d'autre part, il était inévitable pour moi de l'inclure dans mon cycle "Les symphonistes", car c'est dans ce domaine que j'ai découvert et aimé ce compositeur. Chacun des quatre mouvements de la Symphonie n°1 a son propre intérêt, son propre univers et sa propre beauté. Il ne faut pas s'attendre à une oeuvre tragique et désespérée. Elle fut composée en 1946, en Finlande. La guerre est finie et il y a eu la victoire contre l'Allemagne nazie. Ce sentiment de victoire est bien présent, il imprègne les quatre mouvements même le troisième qui est d'une grande beauté. La tragédie est désormais sous-entendue, une tension enfouie dans les entrailles de la symphonie. Les plaies sont certes encore béantes mais la musique, dans sa surface d'expression, est finalement fleurie: les fleurs ont enfin poussé dans les canons des fusils mais aussi dans les cuivres et les bois. On pense à la paix, à la reconstruction...Cette symphonie, plutôt tonale et lyrique, mais aussi riche en idées sonores dans le travail de la matière orchestrale, est une oeuvre vraiment formidable qui mériterait d'être mieux connue et donc plus souvent jouée.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15416
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

 Einar ENGLUND (1916-1999) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Einar ENGLUND (1916-1999)    Einar ENGLUND (1916-1999) - Page 2 Empty2021-05-12, 18:31

Aujourd'hui, en guise de conclusion de mon premier cycle "Chamber and Orchestral", j'ai ressorti du placard Einar Englund, enfin deux albums du compositeur finlandais Einar Englund, un contenant de la musique de chambre, l'autre quelques-unes de ses oeuvres symphoniques. J'aurais bien aimé pouvoir découvrir ses Quintettes pour piano et quatuor à cordes mais je ne me suis toujours pas procuré l'album qui les contient. Je me suis donc rabattu sur les deux pièces de musique de chambre que je connais et possède du compositeur, sa Suite pour violoncelle (1986) et sa Sonate pour violoncelle et piano (1982), avec les interprètes Kari Lindstedt (Suite), Erkki & Martti Rautio. Côté symphonique, j'ai récouté Epinikia (1947) et la Symphonie n°2 - "Blackbird", toutes les deux interprétées par le "Helsinki Philharmonic Orchestra", la première oeuvre sous la direction de Paavo Berglund, la seconde sous celle de Pertti Pekkanen. Elles appartiennent au premier album que je me suis procuré d'Einar Englund, ce qui remonte carrément au début des années 1990: un véritable coup de coeur à l'époque. Y figure aussi la Symphonie n°4 pour orchestre à cordes et percussions (1976), sauf que, cette fois-ci, je n'ai pas souhaité la récouter. Je me suis concentré sur Epinikia et la Symphonie n°2. Ce sont des oeuvres que j'ai souvent écoutées même s"il y avait un moment que je ne l'avais pas fait. C'est vraiment pour cela que j'ai eu, aujourd'hui, l'impression de les redécouvrir et de vivre une émotion identique à la première. Si la pièce de huit minutes, Epinikia s'articule autour d'un thème mélodique somptueux, Blackbird m'apparait comme le merveilleux prolongement de celle-ci, une symphonie superbement orchestrée et colorée s'articulant, elle aussi, autour de thèmes mélodiques qui me sont pénétrants,, envoûtants. Je sens dans cette symphonie l'oiseau dont il est question dans le sous-titre. Je ne saurais l'imaginer noir ou bleu, exotique ou commun de nos régions occidentales, peu importe, il hante la partition d'Englund d'un bout à l'autre. il est sans doute cette petite flûte extrêmement agile et volatile qui traverse la matière orchestrale qui ne cesse de se mouvoir, de s'étirer et de s'épaissir au gré d'une intensité expressive qui ne l'abandonne jamais. Une autre symphonie qui me fascine pratiquement autant de Einar Englund, très différente dans ce quelle exprime, est la N°1 - "War".

 Einar ENGLUND (1916-1999) - Page 2 EinarEnglund99-211x300

De son album consacré au violoncelle, j'ai écarté, une fois n'est pas coutume, le Concerto pour 12 violoncelles par le "Finnish Cello Ensemble" sous la direction de Ulf Söderblom. En général, lorsque je sors cet album c'est justement pour récouter ce concerto que j'aime beaucoup, au point que j'ai toujours un peu négligé la Suite pour violoncelle et la Sonate pour violoncelle et piano avec lesquelles il est couplé. Comme je ne considère pas ce concerto comme une pièce de musique de chambre, ce fut l'occasion de me concentrer sur les deux autres opus. Ce fut une décision fructueuse, pas trop pour la Suite qui se divise en six parties pour une durée totale qui dépasse à peine les 21 minutes: les pièces pour violoncelle seul qui me transportent sont quand même rares. Il y a bien les Six Suites de J. S. Bach, la grande Sonate de Kodaly et le violoncelle plus contemporain et acide de Jean-Paul Dessy, celui de Englund, sans m'être complètement hermétique, s'empêtre dans son austérité, ce qui en fait une musique qui ne m'ennuie pas vraiment mais ne me passionne pas non plus. En revanche, la Sonate m'a laissé sur le carreau dans la mesure où je ne m'y attendais pas du tout et qu'elle ne m'a jamais fait un tel effet auparavant. J'en ai adoré les trois mouvements, aussi bien les animés que l'adagio qui démarre le mouvement final qui est aussi le plus long des trois, presque onze minutes. J'ai particulièrement aimé le jeu percutant ou corrosif du piano, un piano qui m'a aussi plu pour les mêmes raisons dans la seconde symphonie.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




 Einar ENGLUND (1916-1999) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Einar ENGLUND (1916-1999)    Einar ENGLUND (1916-1999) - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Einar ENGLUND (1916-1999)
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: