Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Marcel TYBERG (1893 - 1944)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jean

avatar

Nombre de messages : 6624
Age : 74
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Marcel TYBERG (1893 - 1944)   Mar 28 Sep - 20:54

Marcel Tyberg est né le 27 janvier 1893 à Vienne, Autriche - décédé à Auschwitz le 31 décembre 1944) ; il  a été un compositeur accompli, un chef, pianiste et organiste. Des chefs tels que Kubelik et Rodolfo Lipizer ont créé ses oeuvres à Prague et en Italie. Son style de composition éclectique lui permet de composer de la musique de danse populaire, ainsi que des symphonies énormes à l' instar de celles de Mahler. Malheureusement, en raison de la conditions de la Seconde Guerre mondiale, Tyberg, pourtant seulement 1/16 juif, a été envoyé à la mort et sa carrière musicale prématurément éteinte. Pour cette raison, les détails de base sur sa vie sont encore peu connus.

Début de la vie
Ses amis l'ont décrit comme un musicien brillant avec un "embrassant toutes connaissances musicales". Son apparence unique fait qu'il est facilement reconnaissable à son domicile de Abbazia.  "La douceur de ses grands yeux noirs lui donne l' apparence de rayonner la  joie enfantine". "Ils ont donné vie à son visage et l'ont rempli d'une  clairegravité rêveuse." "Il ressemblait beaucoup à Beethoven, en particulier pour sa bouche et son menton". Il était un "homme spirituel étrange" qui semblait "marcher un peu plus loin sur cette terre que ce qui était accordé à la plupart des humains."

Tyberg est né à Vienne, Autriche. Son père, Marcell Tyberg (Senior), né à Oświęcim, en Pologne, est un violoniste de premier plan. Sa mère, Wanda Paltinger Tybergova, était une pianiste et collègue d'Arthur Schnabel à l'école Leschetisky. Parce que Tyberg Sr est un violoniste connu à Vienne, Jan Kubelik (1880-1940), le célèbre violoniste et patriarche de musique, et sa famille sont devenus des proches des Tyberg. Marcel dédie des lieder aux deux filles de Jan qui, malgré un écart de vingt ans, cultive une vive amitié avec son jeune frère, le chef d'orchestre Rafael Kubelík. Bien que vingt années  séparaient Marcel Tyberg et Rafael Kubelik, leur amitié durera jusqu'à la mort de Tyberg et au-delà.

On sait peu de son éducation et de formation musicale. On suppose non seulement que Tyberg reçu une éducation musicale de ses parents, mais qu'il a aussi reçu une formation formelle dans l'art de l'orchestration, le contrepoint et l'harmonie fondée sur l'examen de ses œuvres. Son séjour à Vienne et l'amitié future avec le violoniste, chef d'orchestre et étudiant en composition Rodolfo Lipizner à l'Académie Musicale de Vienne suggère que Tyberg était un collègue à l'Académie, mais aucune preuve n'a fait surface en nous laissant croire qu'il était de tutorat privé.

Déplacement vers l'Italie
En 1916, alors que l'Europe a été dans le milieu de la "Guerre pour mettre fin à toutes les guerres", la famille de Tyberg se déplace de l'Empire Autricien qui s'écroule vers une à une station balnéaire peu connue, nommée Abbazia (Istrie) en Italie (aujourd'hui Opatia en Croatie). Ce n'est qu'après ce mouvement et la fin des troubles que Tyberg composa sa Première Sonate pour piano (1920) et sa Première Symphonie (1924). Des  éléments de preuve trouvés dans son journal suggèrent qu'il était extrêmement anti-guerre. C'est peut-être la raison pour laquelle il quitta le centre culturel de Vienne.

En 1927, l' Abbazia Orchestre symphonique nomme Lipizner comme chef d'orchestre permanent. Tyberg et son père (ainsi que Jan Kubelik) ont ensuite été répertoriés comme étant deux des solistes préférés du jeune chef d'orchestre, et fit peut-être, dans le cas du jeune Tyberg, un membre de la section. Dès la fondation de l'Orchestre symphonique de Goryzia en 1930, Lipizer non seulement continue à inviter Tyberg Jr. et Kubelik en tant que solistes, mais aussi a passé le relais de l'Orchestre symphonique d'Abbazia à Tyberg.

En 1927, Marcell Tyberg Sr. est mort à Fiume, (aujourd'hui Rijeka), un important port de mer près de Abbazia. Après la mort de son père, Tyberg et sa mère restèrent dans leur villa sur la mer Adriatique. Comme un article de son ami Marion Schiffler l'explique, pour le reste de sa vie, Tyberg reste "accroché à sa mère avec le plus grand amour et révérence. Elle a été décrite par tous comme une femme exceptionnellement généreuse en douceur." En Abbazia,  Marcel a terminé son Scherzo et Finale pour la Symphonie inachevée de Schubert (1928), sa Deuxième Symphonie (1931), Sextet (1932), sa Première messe (1934), la Deuxième Sonate pour piano (1935), le Trio (1936) la Deuxième Messe (1941) et la Troisième Symphonie (1943).

Pour vivre, Tyberg a joué sur des orgues dans les églises locales, a enseigné l'harmonie à de jeunes étudiants, composé de la musique de danse sous le pseudonyme de Till Bergmar (rumbas, tangos, valses, etc), et de jouer sa musique avec son orchestre. Pour compléter les dépenses, sa mère, une pianiste célèbre dont le jeu a été "particulièrement émouvant", enseigne le piano et a donné des concerts locaux. Vers la fin de sa vie, Schiffler a écrit que les Tyberg vivaient dans une pauvreté indescriptible et a soutenu lui-même et sa mère par des leçons.

Schiffler a loué ses improvisations et ses compositions comme "tout simplement parfaites". Son ensemble unique d'improvisation au piano et voix évoquent le son d'un orchestre. Lorsqu'on le pria de publier ses compositions, il aurait toujours hésité. Selon Schifflerà "il avait refusé plusieurs offres, "il n'a pas soif de possessions ni gloires  terrestres.  Il se satisfait du peu qu'il possédait il vécut heureux inconnu. Cependant, il n'était pas entièrement isolé du monde extérieur. Comme mentionné ci-dessus, il a joué sporadiquement en tant que soliste avec l' orchestre symphonique de Gorizia, qui a interprèté ses compositions de danse avec un petit orchestre, dirigeant ses messes et  des œuvres de chambre avec l'Orchestre symphonique d'Abbazia, et même demandé à son ami d'enfance Rafael Kubelik de diriger sa Deuxième Symphonie avec l'Orchestre philharmonique tchèque dans le courant des années 1930.

 Seconde Guerre mondiale
Le 25 Juillet 1943, Tyberg révéle sa piété sans retenue dans un  concert de son Te Deum utilisé pour consacrer l'église agrandie d' Abbazia. Cette date historique pour l'Italie, à laquelle le  Grand Conseil italien a rejeté Benito Mussolini comme premier ministre d'Italie, a eu lieu seulement quelques semaines avant la remise de l'Italie aux Alliés, un acte qui allait sceller Tyberg et le sort de sa mère.

En prévision de la capitulation italienne, les Allemands ont réorganisé leur commandement militaire en Europe du Sud au début de l'été 1943 pour qu'il soit prêt à reprendre les zones italiennes tenues et les défendre dans le cas d'une invasion alliée occidentale. Après avoir déménagé de nombreuses troupes dans les terres anciennement italienne contrôlée au nord/nord-ouest de la côte Adriatique et la Croatie, le 7 Septembren 1943 Hitler a publié l'ordonnance n° 26, soit l'amélioration de la puissance défensive de la Croatie. Son objectif principal était d'apporter une collaboration plus étroite entre les forces armées allemandes, italiennes et croates. En outre, Berlin a attribué à chaque corps d'armée allemand et le commandement de la division un délégué spécial croate des affaires civiles, dont  l'influence allemande était nécessaire pour la protection des intérêts militaires. Par conséquent, les gouvernements croate et italien ont appliqué toutes les lois nazies relatives aux Juifs dans les territoires italiens. Abbazia faisait partie de ces territoires italiens contrôlés (aujourd'hui Opatija). Onze jours plus tard, Marcel a terminé sa Troisième Symphonie. Sa mère est morte peu de temps avant cet achèvement.

"Pour Tyberg" a écrit Schiffler, "la mort de sa mère était une plaie qui ne s'est jamais refermée. A ceux qui le rencontrent il donne maintenant l'impression d'un homme qui n'est pas loin de la fin de son voyage sur la terre et qui, inconnu peut-être pour lui et pour nous, a déjà soulevé son regard vers cette  grande inconnue qui nous fait involontairement  peur." Sur le verso du manuscrit de la Troisième Symphonie, Tyberg a déclaré qu'il a terminé le travail avec d'énormes difficultés et des douleurs. Parce qu'il a été créativement et émotionnellement épuisé, ce travail a marqué la fin de ses compositions.

Le 14 Septembre 1943, le gouvernement allemand a pris le contrôle d'Abbazia et a ensuite consulté les recensements spéciaux des Juifs par la gendarmerie de Fiume à Abbazia et Laurana. Au cours de ce recensement en 1939, Tyberg et sa mère ont déclaré qu'ils étaient religieusement catholiques, mais, parce que l'arrière grand-père de Mme Tyberg était juif, les fascistes italiens ont ordonné l'arrêt de mort de Marcel.

Sachant cela, et en prévision de sa capture et la déportation possible, Tyberg a confié toutes les compositions et les écrits personnels a son ami le docteur Mihich de Milan. En outre, il a donné au Dr Mihich un document l'autorisant à prendre toute mesure jugée souhaitable pour préserver sa musique ; juste avant son arrestation il joua de l'orgue pour ses amis.

  Schiffler rappelle :

"Frémissants, nous avons écouté le flux ininterrompu de sons allant de joyeux airs pastoraux à la plus grande explosion de Beethoven. Son visage resplendit transfiguré et un sourire heureux se voyait dans de la pénombre. Il y avait une joie enfantine et une tendresse en lui qui ne se voit que dans les grandes âmes peu de temps avant leur retour chez eux. Les larmes coulaient sur mes joues. Nous avons tous eu le sentiment qu'il ne sera pas avec nous beaucoup plus longtemps. Peut-être qu'il se sentait lui-même de trop, il ne savait plus où il était et qui nous étions. Il semblait qu'il avait à remplir une tâche finale - à jouer pour ses amis - et ensuite partir et ne revenir jamais. Quand il eut terminé, il nous a silencieusement embrassés ; nous étions complètement épuisés et  timidement  aucun mots de remerciements n'a pu  passer à travers nos lèvres. C'était comme si nos remerciements pourraient anéantir cela, son dernier cadeau. Nous nous sommes serré la main, les uns après les autres. Je n'ai pas pu prononcer un mot. Cependant, il sourit, amical et naïf, comme s'il voulait une fois de plus nous faire participer à sa grandeur inconnue. Dans cette viellle église sombre, il était comme un saint au milieu de nous - un rayon étrange de lumière - le premier clair de lune - tombèrent en ce moment par la fenêtre ogive sur son visage calme.

Plusieurs mois passèrent avant que des rumeurs aient commencé à circuler sur le suicide de Tyberg. Elles étaient erronées. Ce n'est que récemment qu'il été découvert qu'il fut bien envoyé dans les camps d'extermination San Sabba (près de Trieste) et Auschwitz. Sa date d'enregistrement du décès est le 31 Décembre 1944.


En 1945, après la fin de la guerre et l'occupation de Fiume par les Communiste Yougoslaves, le Dr Mihich et sa famille ont fui Fiume pour Milan. Avec lui, il ne prit que les possessions précieuses de la famille, y compris la totalité du catalogue de Tyberg. En 1948, le Dr Mihich meurt, la musique et les responsabilités connexes ont été laissées à son fils et élève de Tyberg pour l'harmonie ancienne, Enrico Mihich, alors étudiant en médecine à l'Université de Milan. Le Dr Enrico Mihich, plus  tard, est venu à Buffalo et est devenu membre de l'Institut Roswell Park Center.

Après près de cinquante ans de tentatives inefficaces et d' une collaboration avortée avec Rafael Kubelik dans la fin des années 1980, Mihich enfin trouvé le partenaire qu'il cherchait avec le chef d'orchestre Jo Ann Falletta.
En raison de sa persistance et le respect de son ancien professeur, des efforts sont en cours pour réaliser cette œuvre oubliée et réveiller l'esprit de Tyberg afin que tous puissent être exposés à ces "grands travaux immortels", composés par un homme "doté par le ciel."


Oeuvres:

Première Sonate pour piano en si mineur (1914-1920)
Première Symphonie (1924)
Scherzo et Finale pour la Symphonie inachevée de Schubert (1927-1928)
Deuxième Symphonie en fa mineur (1931)
Sextet pour 2 violons, 2 altos, violoncelle et contrebasse en fa mineur (1931-1932)
Première Messe pour soprano, contralto, ténor, basse et orgue en sol majeur (1933-1934)
Deuxième Sonate pour piano en fa dièse mineur (1934-1935)
Trio pour piano, violon et violoncelle en fa majeur (1935-1936)
Deuxième Messe pour soprano, contralto, ténor, basse et orgue en fa majeur (1941)
Troisième Symphonie en ré mineur (1943)

Lieder
21 Lieder sur l'Intermezzo de Heine
1 Lied "Rache" sur des paroles de Poridzky
5 Lieder sur des paroles de Daisy von Adelsfeld-Salghetti
1 "Ave Maria"
6 Lieder "autrichiens" pour petit orchestre - 3 d'entre eux transcrits d'après le cycle de Heine
4 Lieder en anglais sur des paroles de Thomas Moore, Barry Cornwell, Robert Burns : 1. Cloches du soir, texte de Thomas Moore - 2. Pour une fleur, texte de Barry Cornwell - 3. Mon Cœur est dans les Highlands, texte de Robert Burns - n° 4 ?
4 Lieder sans paroles pour piano

Revenir en haut Aller en bas
Jean

avatar

Nombre de messages : 6624
Age : 74
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Marcel TYBERG (1893 - 1944)   Mar 28 Sep - 21:02



un premier enregistrement consacré à Marcel Tyberg: deux chefs d'oeuvre , dans un langage qui n'est pas d'avant garde pour l'époque, ...(sans doute la raison pour laquelle je la trouve superbe!! Wink )

Espérons que ce n'est le début d'une découverte
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11474
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Marcel TYBERG (1893 - 1944)   Jeu 30 Sep - 16:22

J'ai eu deux trois fois ce cd entre les mains en me demandant ce que ce nom qui jusqu'ici m'était inconnu pouvait contenir comme
musique. La très belle biographie que tu viens de nous faire ici me donne envie de franchir le pas et je crois que je le franchirai
volontiers. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16646
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Marcel TYBERG (1893 - 1944)   Jeu 30 Sep - 16:57

A voir ce qui est dit dans ce commentaire glané sur ArchivMusic (traduction Joachim Wink ), c'est vrai qu'on ne demande qu'à connaître Tyberg, dont c'est bien la première fois que j'entends parler...

Sa troisième symphonie a été composée en 1943, ; c'est une belle oeuvre, dans la tradition viennoise, une sorte de Wagner/Strauss avec une structure brahmsienne. L'oeuvre est colorée, sans retenue, remplie de mélodies attirantes. De part sa date de composition, c'est une musique de "conservateur" nullement attiré par ses contemporains.

Le Trio avec piano, daté de 1936, est encore plus réactionnaire stylistiquement, il sonne comme une oeuvre typiquement romantique au milieu du 20ème siècle. Une oeuvre fraîchement mélodieuse. D'accord, ce n'est pas un chef d'oeuvre, mais ses trois mouvements s'écoutent agréablement, et, comme la symphonie, il est très bien joué (et enregistré).


Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11474
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Marcel TYBERG (1893 - 1944)   Jeu 30 Sep - 18:29

Dans l'absolu,j'aime les compositeurs contemporains qui ne sont ni rétrogrades ni ne se jettent à corps perdu dans un modernisme radical en faisant table rase de tout ce qui fut fait avant,c'est pour cette raison que j'aime des compositeurs assis entre deux chaises comme René CLEMENCIC,Hans WERNER HENZE,Tadeusz BAIRD,Roman VlAD,Alfred SCHNITTKE,Ennio MORRICONE, qui jouent sur les deux tableaux à la fois. Ni trop conservateur,ni trop avant-gardiste mais dans le juste milieu des choses. Very Happy Mais je peux aimer aussi la musique d'un réel conservateur ou d'un véritable moderniste,comme celle de Mieczyslaw WEINBERG (1919-1996) pour le premier cas et Kent OLOFSSON pour le second. En fait,en musique,rien n'est jamais défini,en tout cas pour moi. C'est pour cette raison que je pense que l'oeuvre de TYBERG peut me plaire.
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16646
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Marcel TYBERG (1893 - 1944)   Mer 30 Avr - 15:32

Avec plus de trois ans de retard par rapport à Jean, j'écoute enfin ce CD de Tyberg. Et une fois de plus, je suis d'accord avec Jean : voici une musique du 20ème siècle splendide, aussi bien la symphonie que le trio  Very Happy

Et la voici :




Et j'ai trouvé aussi la symphonie n° 2, extraite de ce CD !



Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16646
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Marcel TYBERG (1893 - 1944)   Dim 10 Sep - 12:48

Tyberg semblait être très croyant - ce qui ne l'a pas empêché d'être parti en camp d'extermination - comme en témoignent ses deux Messes pour choeur et orgue (avec voix solistes par moments). Je leur trouve un caractère assez archaïque pour des oeuvres du 20ème siècle, ce qui n'est pas pour me déplaire, bien au contraire. Il s'en dégage une foi profonde...






Voici un enregistrement "live" de la première messe en sol majeur par la South Dakota chorale, qui a également réalisé le CD.



https://www.youtube.com/watch?v=lzQq7wxmRnU
Revenir en haut Aller en bas
laudec

avatar

Nombre de messages : 3434
Age : 65
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Re: Marcel TYBERG (1893 - 1944)   Dim 10 Sep - 13:54

Quelle histoire émouvante que celle de Marcel Tyberg. Lire cela en écoutant sa musique et ma vie défile sur ce décor comme toute vie, mystérieux passage et je pleure parce que je ne comprends pas, je pense que la réponse viendra après, c'est mon espérance et la musique m'accompagnera jusque là.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Marcel TYBERG (1893 - 1944)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Marcel TYBERG (1893 - 1944)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: